L’abus émotionnel et ses conséquences

Croiser la route d’un prédateur émotionnel comme le pervers narcissique et son proche cousin, le psychopathe, laisse toujours des traces et modifie profondément la perception que la victime a de la vie et de ses semblables. Après avoir traversé une telle épreuve, elle ne sera plus jamais la même, ne pourra plus ressentir de confiance envers les autres et devra parcourir un long chemin de reconstruction pour retrouver son estime d’elle-même.

Le pervers narcissique, dès le tout premier instant de la rencontre, a déjà un objectif en tête. Lorsqu’il aborde sa victime, c’est dans un intérêt bien précis. Son objectif majeur est de la mettre sous contrôle, de la dominer et de l’humilier. Pour cela, il va la spolier de ce qu’elle a de plus cher (ses qualités et valeurs morales) et il va la dépouiller également de ses biens matériels autant que possible car c’est là aussi, le nerf de la guerre pour ces individus.

Sous des dehors avenants et bienveillants, il entreprend une véritable machination machiavélique pour faire aboutir son projet. Il se focalise uniquement sur la cible, le temps qu’elle soit bien accrochée, puis petit à petit, il la chosifie, la dépossède et enfin, la rejette. De nombreuses victimes, en plus d’avoir été exploitées et utilisées comme des objets, ressentent un profond malaise dû à l’abus émotionnel – qui s’apparente à un viol émotionnel. En effet, le prédateur pervers s’est imposé sous une fausse identité, il les a trompées, leur a fait croire à des sentiments qui n’existaient pas et leur a volé leur intimité. Le sexe, pour un pervers narcissique, n’est qu’un moyen de contrôle et de domination. Selon ce que la victime lui a livré, il s’en servira à bon escient pour susciter son désir, la rejeter ou la contraindre à réaliser ses fantasmes à lui. Dans un cas comme dans les autres, il ne s’agit pas d’un échange intime, d’une continuité d’une relation d’amour entre deux personnes. Il ne s’agit même pas d’une « rencontre rapide ». Tous ceux qui ont eu la malchance de tomber sur un de ces prédateurs sent la froideur qui se dégage d’eux, ils sont émotionnellement et corporellement absents. Cela laisse une sensation de vide immense, voire même de souillure, l’intime conviction d’avoir été berné(e) et le pressentiment de ne pas pouvoir s’en remettre rapidement.

Le prédateur n’aime pas, il veut juste dominer. Pour cela, il doit rabaisser l’autre de toutes les manières possibles. Il doit se servir de ses émotions pour arriver au cœur de cet autre, à ce qui constitue son humanité et qui fait cruellement défaut au prédateur. Il joue avec les sentiments des autres d’une façon extrêmement inhumaine justement, il abuse cet autre émotionnellement. Dès que la proie est accrochée, le pervers narcissique commence déjà à s’ennuyer avec elle. Il se lance alors à la quête d’une autre victime, tout en utilisant la première en fonction de ses objectifs. Une fois qu’il en a fini avec la première proie, il rompt brutalement ou s’arrange pour que ce soit elle qui prenne la décision. A la différence d’une personne qui ne voudrait simplement pas s’engager, on note chez le PN, une machination pour susciter des émotions d’amour et d’admiration chez l’autre, il s’immisce dans chaque aspect de sa vie, lui fait miroiter des projets, il pousse la victime à visualiser sur écran géant des rêves qui ne se réaliseront jamais. Il sait tout cela. Il a conscience de ce processus et il en jouit (personnalité sadique). Ce dont il n’a pas conscience par contre, c’est que la victime ne s’en remettra peut-être pas. D’ailleurs, il n’est pas concerné par ses « états d’âme » et puis tout est de la faute de cet être inférieur.

Les conséquences d’un tel abus émotionnel sont nombreuses : perte de confiance en soi, estime de soi au plus bas, colère, rage, envie de revanche, incapacité à aimer, à faire confiance, abus d’alcool et de drogues, isolement et retrait du monde. Dans les cas les plus sévères, cela peut aller jusqu’au suicide si le pervers a eu le temps de mener son travail de destruction jusqu’au bout.

Que reste-t-il à quelqu’un qui n’a plus ni ami, ni famille, ni même « son bourreau », ni confiance en soi, avec une perte sévère de l’identité ? Rien. Pour cette raison, toutes les personnes en couple avec de genre d’individus doivent impérativement mettre un terme à leur relation dès qu’elles le peuvent car cela se terminera forcément mal pour elles, si elles ont un psychisme équilibré.

Les amis et la famille jouent un rôle primordial dans la reconstruction de la victime, à condition que ces personnes puissent lui apporter une écoute attentive, bienveillante, sans la juger. Il n’est rien de pire que confier sa peine et recevoir en retour des critiques et des jugements pré-établis. Eventuellement, la victime peut rechercher une aide professionnelle ou se rapprocher d’une association.

© https://leperversnarcissique.wordpress.com/

Publicités

29 réflexions sur “L’abus émotionnel et ses conséquences

  1. Bonjour, je témoigne que pour certains aspects, surtout ceux concernant l’intimité, seule une aide professionnelle peut aider, car avec les personnes aimées, il y a la pudeur, il y a le respect … on ne peut pas tout avouer à ceux qu’on aime. cela serait trop difficile émotionnellement pour eux. En parler à un professionnel avant nous aide à prendre la distance nécessaire pour pouvoir le confier à nos aimés une fois l’affect … « désamorcé » ; enfin, j’ai du mal à m’exprimer mais je pense toucher là une étape nécessaire. Je me trompe peut être, ce n’est qu’une expérience, un avis parmi d’autres.
    Cordialement

    J'aime

  2. Bonsoir Prunelles,

    Merci de votre commentaire.

    Vous avez tout à fait raison et le prédateur sait bien que l’intimité est ce qu’il y a de plus fragile chez une personne. En fonction de la sensibilité qu’il aura ressentie chez la victime, il va lui réserver un « traitement sur-mesure » dont elle ressortira forcément souillée et humiliée, avec le sentiment d’avoir perdu une part d’elle-même qu’elle ne retrouvera jamais… Peut-être l’innocence et la confiance nécessaires pour avancer sereinement dans la vie.

    Aimé par 1 personne

    1. oui, c’est tout à fait ça … une part de soi-même … il faut de longues années avant de pouvoir révéler, se révéler à soi-même ; parfois de longues périodes envolées, oubliées, enfouies. C’est comme toucher quelque chose de l’ordre de l’inhumain. Il faut alors encore de longues années de reconstruction si on en a le courage. Rien ne se fait en un jour. Je vous remercie également.

      J'aime

  3. Exactement Scarlett. La PN me faisait miroiter des voyages incroyables dans les prochaines années, des concerts dans 6 mois, 1 film qui sortait en 2018 ou elle me disait  »on ira le voir »; c’est pour vous dire que c’est vraiment des destructeurs de personnalité. Pour me dire à la rupture quand je lui rappelais ce qu’elle m’avait dit :  »Tu ne vois pas que la relation a bien changée là? » ; c’est à tomber par terre de savoir que quelqu’un s’est amusé à nous faire croire à un amour idéal et vital pour le jeter à la poubelle en nous disant que nous sommes responsable d’y avoir cru. C’est ce qu’elle m’a dit un moment, que c’était de ma faute d’avoir eu confiance car elle m’avait prévenue, véridique (elle ne me l’a pas dit si clairement mais c’est ce que j’ai bien compris dans ses paroles, c’était d’une hypocrisie et un effet miroir sans nom, d’une violence psychologique macabre) Le plus difficile est de se dire: Pourquoi moi ? Comment cela se fait ? Comment des gens comme cela peuvent exister ? etc

    J'aime

    1. Justement, la clef de compréhension est que ceci n’a rien de personnel…

      Les pervers narcissiques agissent comme ça avec tout le monde, malheureusement c’est tombé sur vous, vous avez fait une mauvaise rencontre. Il faut rapidement sortir de ce questionnement sans fin. La seule réponse est que vous aviez quelque chose que la personne convoitait et que vous avez répondu favorablement à ses « tests » vous qualifiant comme victime potentielle. La suite appartient à l’histoire.

      Les personnes qui tombent sous la coupe des PN sont bien trop idéalistes, on peut même parler d’utopistes. C’est une faille qu’il faut impérativement corriger à l’avenir. Passé l’effet de surprise, il convient d’ouvrir les yeux sur la réalité et de renoncer au rêve (ne le garder que pour les heures de sommeil :)).

      J'aime

      1. cela n’a rien de personnel mais on est tout de même  »seul » à vivre la chose profondément sans savoir que l’on va se prendre un mur à vitesse grand V d’une façon si brutale. Vous avez vécu 9 mois avec PN , moi 7-8; comme quoi même de courte durée ces histoires sont terriblement violentes pour notre bien être. Le pire je crois pour l’équilibre mental n’est pas la relation en elle même mais quand on n’est plus dedans car tout cela était  »faux »

        J'aime

      2. Oui, ces histoires sont violentes mais plus on se confronte à la vérité, plus on aime et on accepte cette vérité, la fausseté et la toxicité de la relation, plus vite on peut rebondir.

        Chacun de nous a sa personnalité. La mienne m’a dirigée vers cette voie qui est d’accepter d’avoir été le jouet d’un être sans conscience et sans morale. Bien sûr que c’est difficile mais tellement plus facile que de se voiler la face, de chercher à retourner les faits dans tous les sens pour fuir l’absence totale d’amour qu’a comportée la relation.

        Aimer la vérité est difficile. Ce n’est pas parce que je vous le dis de cette façon que la reconstruction a été facile mais je préfère mille fois vivre dans la vérité que me mettre à l’aise dans le mensonge.

        J'aime

      3. Combien de temps faut il pour arriver à oublier (passer au dessus plutot) en général ? Je suppose des mois ? et encore si il ressurgit il faut savoir bloquer ses émotions directement et éviter d’y repenser à nouveau.

        J'aime

      4. Tout dépend de votre personnalité. Si vous êtes capable de comprendre et d’assimiler la réalité, vous avancerez plus vite que si vous vous voilez la face.

        Se voiler la face peut prendre plusieurs masques comme :
        – Minimiser l’impact de la destruction dont vous avez été l’objet
        – Éprouver de la compassion, de la bienveillance pour la personne perverse narcissique quand vous êtes incapable de vous en témoigner à vous-même. Or, charité ordonnée commence par soi-même.
        – Croire que vous pouvez faire changer cette personne quand vous êtes vous-même incapable de changer et d’accepter – enfin – la réalité
        – Ne pas appliquer le no contact pour des raisons diverses et variées, la réalité étant que vous vivez dans l’illusion d’une autre issue possible, d’un changement miraculeux de la part de l’autre
        – Entretenir un « espoir malin » que la relation puisse être différente, meilleure
        – Vous accrocher à des pensées d’amour qui sont en fait de la dépendance affective, la peur de la solitude et la préférence d’être dans une relation toxique plutôt que seul

        Le remède n’est pas de bloquer vos émotions mais de vous choisir, de vous aimer et de vous respecter. Se respecter signifie renoncer en toute conscience à ce qui vous fait du mal. Être heureux est un choix. Tout comme être malheureux. Il arrive un moment où on peut parler de libre choix quand on a eu la chance de sortir d’une relation toxique, d’avoir accès à des informations à ce sujet et d’y retourner malgré tout. Faire le choix d’être dans une relation perverse narcissique est tout autant respectable que d’en sortir à mes yeux mais chacun doit prendre ses responsabilités et ne plus reporter les conséquences de ses actions sur l’autre, qu’il soit PN ou un autre profil.

        C’est pure folie que d’exiger de l’autre un changement lorsque l’on est soi-même incapable de s’améliorer, de voir ses failles et de travailler dessus.

        Nous devons être adultes.

        La question du temps dépend grandement de votre conscience de vous-même, de votre capacité à prendre le contrôle de votre existence, de ne plus croire que c’est à une tierce personne de vous définir, de gérer vos émotions. Nous sommes tous capables de nous aimer. Le secret réside là.

        Aimé par 1 personne

      5. Merci pour votre réponse et votre sagesse.
        Je vous avoue que ce qui m’a le plus fait mal est que je suis resté avec elle par pitié au départ avec tout ce qu’elle m’avait raconté, puis des sentiments + intenses sont arrivés car je croyais qu’elle souffrait d’un manque d’affection et de confiance en elle et les autres et ce malgré les allusions et messages préventifs déjà arrivés auparavant, donc je voulais faire une bonne action en nous donnant du temps et ne pas la jeter car elle avait des soucis dans le passé qui l’ont affectés, j’espérais sincèrement qu’elle devienne heureuse et la revoir comme durant les premiers jours de notre rencontre avec son énergie, ses sourires, ses attentions démesurées. J’ai voulu jouer au sauveur pour retrouver l’idéalisation du départ certainement pour au final être renvoyé sous le champ comme si je n’avais jamais réellement existé pour elle et subissant des reproches hystériques et en effet miroir.

        à la première rupture l’on m’avait dit  »fais attention filou, ne la reprend pas, c’est une perverse narcissique, tu dois l’humilier et la vexer et t’en aller » et comme un imbécile j’ai foncé dans les flammes de l’enfer en m’imaginant les éteindre et au contraire, je me suis brulé de la tête au pied. Et ça, c’est le plus dur à avaler.

        mea culpa

        J'aime

  4. Je ne préviens plus les conjoints de pervers de la perversion de leur compagne ou compagnon, car chaque fois que je l’ai fait, j’en ai pris plein la figure et ça s’est mal terminé pour moi (en général le pervers s’est débrouillé pour me faire passer moi, pour une perverse). En effet je les repère assez bien, de plus comme dit Scarlett, de l’extérieur le scénario est évident et les abus sont criants.
    Donc maintenant je ne dis plus rien et s’il s’agit de bons amis, j’espère qu’ils ouvrent les yeux un jour. Je ne peux rien faire d’autre pour eux.S’il y a une méthode pour intervenir j’aimerais bien la connaitre. Qu’en pensez vous?

    J'aime

    1. Bonjour Lunapark,

      Il y a une façon de parler à une personne d’un « problème » qu’elle pourrait avoir et il faut éviter de le faire frontalement.

      Vous vous apprêtez à tenir des propos concernant un être qui est cher à cette personne donc vous devez vous attendre à une réaction négative. Le mieux est de poser des questions à la personne, pour savoir si elle est bien ou pas et lui dire que vous êtes disponible pour parler si un jour elle en ressent le besoin.

      Nous sommes adultes et personne n’aime recevoir de « bons » conseils non sollicités surtout quand ceux-ci apparaissent comme négatifs par rapport à un de nos choix de vie. Il faut avancer prudemment en vous mettant dans une position d’amie, donc en retrait, tout en restant positionnée au cas où cette personne aurait besoin de votre aide. La demande doit venir de la personne. Vous êtes juste là « au cas où ». L’approche est plus subtile.

      J'aime

      1. merci de votre réponse Scarlett, avec mon amie d’enfance je me suis permise d’être directe (on se connait depuis l’école maternelle), avec d’autres personnes plus subtile, à chaque fois résultat identique.
        Le problème est que si on se met trop en retrait, on laisse tout loisir au pn d’oeuvrer . j’en ai fais la triste expérience…Je pense qu’il n’y a pas de solution, sauf à ce que la victime ouvre les yeux. Le fait d’avoir tenté de la faire réagir, peut lui faire comprendre qu’on est de son côté. Car en général quand la victime réagit enfin, elle se retrouve complètement isolée bien souvent.

        J'aime

  5. je précise que ma meilleure amie est dans ce cas et je me fais beaucoup de souci pour elle, j’ai essayé de la prévenir elle m’a rabrouée brutalement, les années ont passé (elle est avec ce type depuis 1998) on n’en a plus jamais re parlé, je marche sur des oeufs, c’est impossible de la voir sans qu’il soit présent, ce qui nuit à notre amitié car il est toujours assez désagréable (volontairement je pense). Néanmoins j’arrive à maintenir le lien, je prend sur moi, j’ai failli le foutre à la porte plusieurs fois , je ne l’ai pas fait parce que je pense qu’il souhaite me fâcher avec mon amie.

    J'aime

    1. Bonsoir Lunapark,

      Vous êtes très lucide : évidemment le pn n’a qu’un seul but : vous fâcher avec votre amie. Celà dit, elle est en mode perfusion avec lui qui lui dicte tous les jours ce qu’elle doit faire et son cerveau est en mode « pare feu » avec les avis extérieurs…vraiment pas facile de lui expliquer tout ça! La prise de conscience ne peut venir que d’elle.
      On ne peut que marcher sur des oeufs en effet, et lui faire savoir que nous sommes là « au cas où »…
      Je connais une femme de ma famille qui est dans la même situation et son pn l’a enmené à l’autre bout du monde pour des raisons « professionnelles »: loin de sa famille et de ses amis, comme par hasard…Je sais qu’elle en souffre mais je ne peux rien lui dire sinon je vais être la « mauvaise », la « méchante », la « jalouse » etc…
      Très délicat.
      Vous faites bien de garder le lien, car un jour, elle aura peut-être besoin de vous.
      Et c’est une belle preuve d’amitié 🙂
      Cordialement.
      Ann

      J'aime

      1. merci, c’est dur de voir les gens qu’on aime dans les griffes de ces monstres qui font beaucoup de dégats, mais on est obligé d’attendre qu’ils ouvrent les yeux; le plus dur c’est de ne rien pouvoir faire et de savoir qu’elle perd petit à petit son identité,
        ses forces vives, elle déprime et ne sait même pas pourquoi.

        J'aime

      2. oui Anne la tactique de faire déménager loin est souvent utilisée par les pn (c’est le cas pour mon amie aussi, il l’a faite changer de boulot et déménager).

        J'aime

  6. Bonsoir Filou,

    Avec le temps, vous allez cesser de vous poser toutes ces questions : pourquoi moi? etc…ce n’est pas de VOTRE faute.
    Comme le dit si bien Scarlett : c’est la mauvaise rencontre, un peu comme si l’on croisait un voleur au coin d’un bois par exemple 😉
    Et vous ne l’avez pas vu venir car vous êtes sain d’esprit, tout simplement.
    Et en tant qu’êtres humains pourvus d’empathie et de valeurs morales, tous ici, nous ne pouvons pas imaginer le tortueux système et le dédale machiavélique dans lesquels ils « vivent » (je ne vois pas de mot car en réalité ce n’est pas de la vie mais une pulsion de mort et une politique de la terre brûlée complètement destructrice).
    Et surtout c’est tellement énorme que nous ne voulons pas le voir, sans doute une sorte de « pare-feu » de notre cerveau qui se dit « non celà n’est pas possible ».
    Eh bien SI c’est possible cette perversité : Scarlett a raison de préciser « qu’aimer la vérité est difficile ».
    Faire tomber le pare-feu, notre « anti virus » du cerveau qui a fait que nous ne voulions/pouvions pas voir la vérité : toute cette destruction organisée, préméditée… Nous ne voulions/pouvions pas voir cette laideur, sans doute inconsciemment pour nous protéger en quelque sorte.
    Mais elle existe, c’est une réalité qu’il nous faut regarder froidement en face.
    Faire abstraction de toute tentative de compréhension, de toute pitié et de toute compassion car eux n’en ont jamais eu à notre égard, c’est clair.
    Effectivement, celà demande un travail sur soi-même, accompagné de préférence par la bonne personne (pas facile à trouver le bon psy j’avoue), ou par un bon blog 😉
    Ne parlez pas de ce problème avec n’importe qui surtout, car un pn est très fort pour retourner la situation et dire que c’est VOUS qui n’allez pas bien. Je l’ai vécu.
    Exemple que je cite volontiers : Camille Claudel : Rodin le sculpteur (son amant) et Paul Claudel (son frère) l’ont fait interner, elle ,une très grande artiste prise dans une spirale infernale, entre les mains de 2 pn, elle avait peu de chances de s’en sortir…pour la petite histoire, c’était au 19e siècle, preuve que les pn ont toujours existé. Elle a terminé ses jours en asile, sans pouvoir exercer sa passion.

    Pour terminer : oui , il faut compter plusieurs mois pour se dé-toxifier d’une telle relation mais c’est possible et vous trouverez sur ce blog tous les rescapés qui peuvent en témoigner et aussi tous leurs encouragements 🙂
    Cordialement.
    Ann

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour votre message Anne. Cela me fait très plaisir de me sentir compris. J’en ai parlé à tout le monde, amis car j’en ai besoin, c’est compulsif, j’en parle encore et encore; pour me vider entièrement. Cela m’a trop abimé.

      J'aime

      1. C’est important de pouvoir compter sur des amis bienveillants, c’est vrai : en parler fait du bien, moi j’ai pu le faire grâce à ce blog.
        Je comprends ce que signifie : « se vider entièrement » je l’ai même vécu physiquement
        ( vomissements par exemple ).
        Nous avons tous une capacité de résilience, cette capacité nous aide à sortir de l’ abîme.
        Regardons les belles choses de la vie, il y en a tellement…et on les voit mieux quand nous avons écarté ces monstres de notre vie.
        Bon courage.
        Ann

        J'aime

  7. Même apres des années de no contact, on peut se sentir encore parfois sous emprise, que ce soit la nostalgie des bons moments de cette relation, la colère, le désir de vengeance, etc, tout ce qui indique qu’on est encore là-dedans quelque part. Et cet article est très important il aide à comprendre réellement que tout était vain, faux, et oui vous avez raison au final meme quand on les quitte, on emporte des bombes qu’ils ont placés et qui nous peteront au visage ultérieurement. Une destruction programmée sous couvert d’amour et de relation de couple. Comprendre la terrible vérité de ce qui s’est passé permet de le dépasser.
    C’est bien l’ultime et pire abus commis je suis d’accord, quand on réalise l’ampleur de la supercherie, que des le debut il n’a jamais eu l’intention de nous considérer et de nous aimer. (Pour moi ce sont des criminels malades mentaux, ils devraient figurer dans le DsM et le code pénal )

    J'aime

  8. Bonjour à tous moi je réalise aujourd’hui que je me suis mariée avec un pn puisque il m’a vider de tt depuis 4 ans de relation et 1 an de mariage il m’a poussé aussi à accepter de ne pas faire d’enfants parcequil on avait et qu’il pouvait ps financièrement j’ai dis amen pour mon travail je bossais comme une malade je donnais tt vr que j’avais à début il m’a fait voir la vie en rose sorties voyage biensur madame payé presque tt il me fesait croire que jamais il pourrait vivre sans moi l’été il m’impose des vacances en compagnie de ses enfants je dois aussi payé bref maison courses heureusement que des enfants habitent avec leur la première femme qui dit que c’était l’enfer bref ses amis m’ont déjà avertis que c’était un gigolo il aimait se faire entretenir , depuis que j’ai quitté mon boulot pas moi même alors qu’il était jaloux de ma position puisque j’avais un job valorisant et lui était presque au chômage je l’ai soutenu il a pu trouver un job descent puis plouf j’ai plus de job il change de comportement il me fait 0lus sortir il sort seul me laissant seul à la maison tt les soir il rentre à minuit ou plus bref négligence un jour il me sort un histoire à dormir debout un matin il me dit j’ai rêvé que tu prenais plus la pilule et vais les menaces la certitude oui je te vois plus la prendre il m’a harcelé et je suis partie pleurer seule vexé puis je suis même aller chez le gynécologue pour lui demander un stérilet qu’elle a refusé de me placé elle m’a dit vous n’avez jamais eu d’enfants vous êtes folle je lui ai même fait part de cette initiative il s’en foutait il coupe la parole j’ai esseye de lui parler rien affaire finalement j’ai été hospitalisé pour dépression il a su il est pas venu puis j’ai rechuté j’ai appler sos medecin il m’a prescrit des tranquillisants je lui ai demandé de venir le chercher les médocs il menvoi un msg demerde toi mal je suis partie chez mon frère au usa 2 semaines je suis revenu depuis silence radio moi dans une chambre et lui dans une autre on se parle plus il attend que je prenne l’initiative de rompre parcequil ne va payer d’avocat procédure ect et moi je ne veux pas entamer de discussion de peur de recevoir des mots destructeurs car je suis encore fragile à entendre les gens ils me disent ignore le résiste et patiente à lui de prendre ses responsabilités qu’il allé faire la demande lui de divorce moi en tt les cas je veux chercher un job reprendre la vie active aujourd’hui je sors le matin et je ne rentre que le soir pour dormir il n’a aucune idee de ce que je fais il croit que je travail et je sors le soir les wekend avec des copines merci de me dire comment me comporter en attendant de retrouver un situation financière stable

    J'aime

  9. Bonjour, c’est la seconde fois que je poste un commentaire sur votre blog dont j’ai dévoré chaque article depuis que je l’ai découvert il y a quelques jours… lire les commentaires me bouleverse, j’ai de la peine pour toutes celles et ceux qui ont vécu ou vivent cette situation et qui en porteront les marques longtemps après… pour ma part après plusieurs tentatives de rompre tout lien avec mon propre PN j’ai décidé de couper les ponts une bonne fois pour toutes, cela fait plusieurs jours qu’il me harcèle mais je ne compte plus lui répondre. C est très dur psychologiquement car l’on se sent coupable et totalement dépendante d’une personne qui nous veut du mal, et l’on n’a de cesse de ressasser les souvenirs . Pour ma part je me demande sans cesse si ce n’est pas moi qui affabule, si je n’ai pas exagéré le mal qu’il m’a fait, si je ne suis pas tout simplement paranoïaque… Mais au fond de moi je sais que non. Au bout du rouleau, malade physiquement et psychologiquement, j’ai eu un réflexe de « survie » qui m’a permis de prendre le dessus sur la totale dépendance affective dans laquelle j’étais avec lui et de partir. Depuis j’alterne entre les moments d’angoisse, de dépression, de manque à son égard… une part de moi aimerait qu’il revienne mais cela serait du suicide….
    C est très dur psychologiquement, il a réussi à retourner mes amis contre moi, ma soit disant meilleure amie est maintenant de son côté, il a raconté dans le détail et à tout le monde notre vie sexuelle en me faisant passer pour une dépravée alors que ce n’était que mon deuxième partenaire sexuel (j’ai 23 ans et il en a 37)) et que c’est lui qui m’a initié à tout cela en se proposant je cite d’être mon « mentor » (modeste en plus).
    Avec le recul c ‘est très dur, j’ai accepté de faire des choses qui ne me plaisaient pas et qui étaient dégradantes pour moi car je savais qu’il avait eu beaucoup de conquêtes et n’ayant que très peu d’expérience j’avais peur de ne « pas être à la hauteur ». Il a évidemment tout raconté, a montré les messages que l’on s’envoyait ainsi que des photos de moi à plusieurs de nos amis;
    Je me sens humiliée et salie, je n’ose plus retourner vers mes amis pour raconter ma version des faits car je sais que c est perdu d’avance… Il habite dans la même ville qu’eux et les voit tous les jours alors que j’ai du emménager à 60 km pour mes études.
    Je vis très mal cette situation et ai très peur de retomber en dépression (j’en sortais quand je l’ai rencontré il y a quelques mois), je suis toute seule toute la journée (en recherche d’emploi en ce moment) et pleure beaucoup.

    Je ne l’ai fréquenté que quelques mois et je sais que c’est une durée dérisoire comparée à ce que certain(e)s ont vécu mais cela a suffit pour me détruire, je ne peux plus faire confiance à personne, je ne sors plus de chez moi sauf pour faire quelques courses, n’ai plus aucune estime de moi et suis devenue complétement parano (à me retourner tous les 100 m dans la rue). Je suis à fleur de peau, tout à l’heure quelqu’un a couru derrière moi dans la rue et j’en ai eu les larmes aux yeux, je sursaute pour un rien et ne me reconnais plus. J’ai l’impression de ne plus savoir qui je suis, ce que j’aime et ce que je vaut. Avant de le rencontrer je pensais que les PN étaient un mythe, une sorte de phénomène de mode pour qualifier des types un peu machos et manipulateurs…
    Difficile d’admettre qu’il existe des gens sur Terre qui sont animés uniquement par la volonté de faire du mal.

    Ce qui est « marrant » c’est que mon instinct m’a soufflé des le début que c’était quelqu’un de mauvais mais je ne l’ai pas écouté. Pour exemple, plusieurs fois alors qu’il me parlait il a fait un geste de la main et je me suis protégé le visage comme s’il allait me frapper, ça ne m’étais jamais arrivé de réagir comme ça avec quelqu’un d’autre. Il n’a jamais été violent physiquement, uniquement verbalement, mais c’est comme si mon corps ressentait la violence qu’il dégageait.

    Je sais que mon texte est très long mais cela me fait du bien de décharger tout cela ici, j’ai des pensées très noires depuis quelques jours et votre blog m’est d’un soutien précieux, ne pouvant m’en ouvrir à quelqu’un d’autre…
    Merci pour vos précieux conseils et courage à tous ceux et toutes celles qui traversent cette dure épreuve… Je me dit que c’est quelque chose que la vie nous envoie pour nous permettre de mettre le doigt sur une faille qu’il y a en nous. Pour ma part je pense être borderline et surtout en grande dépendance affective. Cette personne m’a apporté par son mode de vie et sa personnalité l’adrénaline que je cherche en permanence pour pouvoir sortir de mon ennui et de mon sentiment de vide chronique. Mais la vie ce n’est pas faire l’ascenseur émotionnel… le bonheur est dans le moment présent et non dans la recherche de plaisir immédiat et superficiel. C’est une chose de le comprendre, une autre de le vivre…
    Merci Scarlett pour ce que vous faites 🙂 Bien à vous

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Nina,

      Merci de votre confiance.

      Vous pouvez vous exprimer autant que vous voulez ici.

      Déjà, dites merci à cet homme car il vous a montré qui sont vos véritables amis. Séchez vos larmes et ne pleurez pas le départ de ces personnes qui ont lu vos messages envoyés dans un contexte intime, à un homme en qui vous aviez confiance et… avec qui vous aviez une relation !

      Franchement, j’ai moi aussi envoyé des textos sexy, des photos et des vidéos :). Je l’assume parce que si j’avais su qui était réellement le monstre que j’avais en face de moi, je ne l’aurais pas fait.

      Alors, je vous rejoins et je vous invite à relever la tête. Nous avons tous commis des erreurs et personne n’est parfait. Mais honte à cet imbécile de première catégorie qui n’a rien trouvé de mieux à faire que de vous trahir ! Et surtout, surtout, honte à ces individus qui se prétendent des amis et qui vous ont tourné le dos. La réaction d’un vrai « ami » est de vous prévenir de la machination et de mettre son poing dans la figure de cet idiot. Voilà comment se comporte un ami ! Et idem pour votre vie sexuelle, elle ne regarde que vous. Aucun ami ne vous jugerait pour ce que vous aimez faire en privé.

      Ce n’est pas à vous d’avoir honte mais bel et bien à votre ex. Se comporter de cette façon à son âge montre juste que c’est un immature, un petit garçon encore coincé dans les jupons de sa maman et qui cherche désespérément à attirer l’attention qu’il n’a pas eue.

      Pour vous, si vous recherchez de l’adrénaline, vous pouvez en trouver mais ailleurs que dans vos relations intimes. Pratiquez des activités sportives, créez de la nouveauté positive dans votre vie. L’ennui que vous ressentez est directement lié à l’absence de joie intérieure. Et si vous êtes borderline, il est d’autant plus important d’entamer une thérapie pour réguler vos émotions. Regardez le site de l’AAPEL.

      Les borderlines sont régulièrement pris pour cibles par les narcissiques et les pervers narcissiques, parce que ces gens se nourrissent de votre attention et de vos émotions. Ils s’en donnent à coeur joie pour placer des « bombes » émotionnelles dans votre tête et ensuite, ils profitent tranquillement du spectacle de votre destruction.

      Prenez conscience de votre mode de fonctionnement et apprenez à apprivoiser vos émotions.

      J'aime

  10. Bonsoir, merci pour votre réponse qui me réchauffe le cœur 🙂 l ‘ « après » est très éprouvant, difficile de se retrouver soudainement seule et isolée de ses proches et de subir le « manque » de l’autre qui pourtant nous a fait souffrir… mais cela fait du bien de se sentir comprise par des personnes qui ont vécu la même situation…
    Je ne connaissais pas le site dont vous avez posté le lien dans votre message, je vais le lire avec attention 🙂
    Bonne soirée
    Nina

    J'aime

  11. Il faut porter plainte pour ce qu’il a fait, et pas parce qu’il est pn…Il ne faut pas craindre ses représailles parce que s’il fait des représailles, ça chargera encore plus son dossier aux yeux de la Loi et des juges.

    J'aime

  12. Bonjour, il y a quelques temps, j’ai publié un message ici, mais je ne retrouve plus le sujet 🙂 Je vous écris car je suis dévastée.
    Mon PN me traitait comme un bébé et cela me manque je l’avoue. Je n’arrive pas à oublier ses mots doux, ses caresses et pourtant, ca fais presque 4 mois deja qu’il m’a laissé. Il m’a construit un profil de folle, il s,est servie de mes confidences et a montré des conversations a du monde et des lettres de suicide que je lui avais laissé. Il m’a fait un profil de folle. Une de nos amies commune qui m’aimais beaucoup refuse desormais de me parler. Elle a peur de moi. Il avait jeté pendant des mois , une de ses amies disant qu’il la jetait car elle ne m,aimait pas et que j’était l’amour de sa vie et la, il a repris contact avec elle, lui qui me disais  » Ah cette peste laide, je ne veux plus la voir jamais meme si on se quitte, c une profiteuse »
    Je souffre, il me manque et en meme temps, je voudrais lui faire payer son abandon. Je n,arrive pas a decrocher et aucun psy ne me comprend. Je suis vide, je trouve plus de reconfort sur les forum ou sur les blogs consacrés a ces gens.
    Je n’arrive pas a croire qu’il m’a deja oublié, lui qui m’avais juré qu’il ne m’oublirais jamais. Il semble si froid.
    Il n’a jamais été violent, mais ma mere dit que ca allait venir, qu’il m’a requitter pour me manipuler et qu’il prepare surement un retour dans le futur et que c’est la que sa violence eclatera. Moi des fois, je me dis, je l,aime tant que je serais prete a endurer tout pour sentir sa peau contre la mienne, si vous saviez comme je l’aime…je n’en peux plus, je suis perdue. Ne soyez pas trop dures je vous en pris car je souffre. tout est ma faute, je devenais agressive avec lui, lui il pleurait, je prenais mal toutes ses remarques, javais commencer a boire…je le decevais 😦 Sa douceur…je l’ai écorché. Mais lui il m’a deja abusé pendant que j,était ivre et il etait touché quand je lui disais que je metait brulé la peau lors de notre premiere rupture, que cetait une preuve damour.

    J'aime

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s