temoignage-johanna

[Témoignage] Johanna : « Il fallait que je sorte de cette spirale délirante »

temoignage-johannaAvez-vous remarqué à quel point il est difficile de renoncer à ses illusions ? Le témoignage de Johanna vient confirmer ce fait. Le pervers narcissique « capture » le rêve de sa victime et joue le rôle de cet être idéal, de cette âme sœur qui manque tant dans la vie de sa proie.

Le pervers narcissique capture ce que sa proie a de plus précieux et va construire une stratégie pour provoquer sa chute en s’appuyant sur ce « point faible ». Il repère des personnes qui présentent les caractéristiques de la victime idéale puis tente une approche. Si celle-ci s’avère fructueuse, il va alors tisser sa toile à grand renfort de questions très précises qui vont lui servir à récolter des informations intimes sur la victime.

Un pervers narcissique prend TOUJOURS quelque chose avec lui, quand ce n’est pas carrément un braquage total. Son fétiche est votre souffrance, toutes les souffrances de ses victimes qu’il collectionne comme des photos, trophées de chacune de ses victoires. Il emporte avec lui la partie la plus précieuse, déclenchant ainsi un important cliquet anti-retour qui place la victime dans un état paradoxal, fait de détresse devant l’évidence de la manipulation et le manque brutal du au sevrage du pervers narcissique.

Dans le cas de Johanna, il est clair que ce qui a attiré son attention est le fait qu’elle soit déjà en couple donc non disponible. De fait, elle représentait un défi de taille, en étant également mère de famille. Une fois que le pervers narcissique est arrivé à ses fins, il a pu entamer son travail de manipulation et de destruction psychique puis est définitivement parti une fois la partie terminée. Les pervers narcissiques sont gouvernés par leur instinct et l’adrénaline provoquée par leurs manipulations. Ils jubilent, jouissent de voir leurs victimes croire en leurs mensonges et briser leurs vies pour leurs beaux yeux.

Prenez toujours le temps de découvrir les personnes que vous fréquentez. Les manipulateurs et pervers narcissiques ne SUPPORTENT PAS de prendre le temps car ils savent :

– Qu’ils ne sont pas du tout réellement intéressés par vous

– Qu’ils ne pourront (et ne veulent pas) investir trop de temps à jouer le rôle du Prince Charmant pour la raison 1

– Qu’ils ont une compulsion à extraire de vous aussi vite que possible leur shoot d’adrénaline. Ils ont un besoin VITAL de cette décharge. Raison pour laquelle ils ont toujours plusieurs victimes en même temps. Pendant qu’ils en travaillent une, ils « pompent » l’énergie d’une ou plusieurs autres.

Ils se calquent sur le modèle de la passion amoureuse car c’est tout simplement le plus court chemin entre eux et leur dose d’adrénaline. Le pervers narcissique n’est pas drogué à sa victime, contrairement à ce qui est écrit ailleurs. Il est drogué d’adrénaline et il utilise des êtres humains pour cela.

Une fois de plus, je vous invite à vous documenter sur le profil complet du pervers narcissique, à comprendre en profondeur leur mode de fonctionnement pour saisir les motivations qui se cachent derrière chacun de leurs actes. Rien n’est jamais gratuit avec eux. Apprenez donc à vous poser des questions sur ce qui anime les personnes qui se rapprochent soudainement de vous.

N’oubliez pas les « drapeaux rouges » de toute relation toxique :

– Une personne que vous ne connaissez pas s’invite dans votre vie et en devient le centre, très rapidement

– Une personne dit une chose et agit en contradiction totale avec ses propres paroles

– Une personne alterne le chaud et le froid avec vous, tantôt vous inonde de messages, coups de téléphone, communications, puis soudainement disparaît pendant au moins 24 heures

– Une personne vous lance des « piques » suffisamment blessantes pour attirer votre attention, sous couvert d’humour

Rien n’arrive par hasard, les amis. Si vous vous retrouvez à faire des recherches sur les termes suivants : manipulation, perversion narcissique, pervers narcissique, violence psychologique, c’est qu’il y a forcément quelque chose qui cloche avec au moins une personne de votre entourage.

Restez vigilants !

Les prénoms du témoignage ont été modifiés afin de préserver l’anonymat des personnes.

separateur

Après une année passée à me torturer à cause d’une rupture soudaine avec un homme m’ayant parlé de passion amoureuse et de grands projets de vie à deux, m’avoir couverte de compliments, de mots tendres et d’amour, persuadée que je n’avais pas été à la hauteur, vivant dans une extrême mélancolie et l’impression que la rupture était entièrement de ma faute, j’ai commencé à consulter une psychologue.

Il fallait que je sorte de cette spirale délirante où je m’étais installée, où chaque instant de ma vie, chaque pensée était tournée vers cet homme fabuleux et surtout vers ce que j’avais pu faire comme bêtises pour perdre son amour intense du début.

J’avais connu des ruptures amoureuses par le passé mais jamais chagrin d’amour ne m’avait laissée dans une telle détresse. Je me sentais vide, anesthésiée intérieurement, incapable d’être sereine. Et je me rendais bien compte que je n’étais plus moi-même depuis de nombreux mois.

johanna2Persuadée que tout mon mal être ne venait que de moi et de blessures de l’enfance que je n’avais pas encore pansées, je n’ai pas tout de suite parlé de ma relation avec cet homme à ma psychologue. Puis un jour j’ai commencé à aborder le sujet, pensant que ma tristesse immense suite à cette déception amoureuse était un symptôme de plus de mon mal-être. Puis ce sujet est revenu de plus en plus souvent lors de mes séances…jusqu’à ce que ma psychologue m’amène à envisager la possibilité que cet homme m’ait manipulée.

J’ai été très étonnée et je ne m’étais jamais intéressée avant au concept de « pervers narcissique » qui était pour moi un grand mystère…

Mais, je me suis mise à creuser cette idée et à lire des témoignages, comme les vôtres, qui m’ont obligée à reconnaître que l’histoire que j’avais vécue présentait de nombreux aspects malsains. Quel soulagement alors de me rendre compte que je n’étais pas folle mais plutôt sans doute victime d’un homme malfaisant !

Toute cette histoire dévastatrice a commencé il y a un an et demi. Mon compagnon et moi, parents de deux jeunes enfants, étions entrés dans un quotidien morne et stressant, tous les deux préoccupés davantage par des considérations matérielles et pratiques du quotidien que par nos moments à deux.

C’est là que L. est arrivé, nouveau collègue dans mon unité. Aux premiers contacts, je me suis sentie un peu mal à l’aise avec cet homme certes charmant, très élégant, très propre sur lui mais qui en faisait beaucoup trop dans sa façon de s’intéresser aux autres : trop enthousiaste, trop démonstratif, trop poli, avec cela avec tout le monde… Avec distance et amusement, je me disais qu’il faisait partie de ces gens faux qui ont toujours le mot juste pour séduire, qui disent aux autres exactement ce qu’ils ont envie d’entendre au moment où ils ont envie de l’entendre et avec lesquels par conséquent j’ai du mal à me sentir à l’aise…habituellement.

Cela n’allait pas plus loin que des salutations et des conversations de couloir. Puis nous avons été amenés à travailler ensemble sur un dossier commun, à son initiative. Cela nous a conduits à nous voir régulièrement et à échanger par mails et téléphone. C’était agréable. Puis un jour, à la fin d’un mail professionnel, j’ai pu lire cette phrase qui a changé beaucoup de choses entre nous : il me disait « J’ai beaucoup de plaisir à échanger avec toi, tu es si différente des autres ici, nos conversations sont si profondes et intéressantes que je me sens très proche de toi« .

Et c’est à partir de là, quelques semaines seulement après nos premiers échanges, que j’ai cessé de me méfier de lui. Cet homme, au charisme incroyable, qui séduisait tout le monde s’intéressait à moi en particulier…

Nous nous sommes vus de plus en plus. Chaque jour, il me couvrait de compliments sur mon élégance (lui qui faisait tant attention à son apparence), ma beauté, mon intelligence, ma compétence au travail… Nos échanges étaient quasi-quotidiens et bizarrement s’est installé un manque en moi lorsqu’une journée passait sans que j’eus de nouvelles de lui. Très rapidement, nous avons commencé une relation fougueuse et passionnée, enfin selon ce que je croyais.

Il avait eu, selon ses dires, une longue relation avec une femme malade dont il avait été très amoureux et qu’il avait beaucoup portée au cours de sa dépression mais qu’il avait fini par quitter car leur histoire était trop difficile pour lui. Selon lui dans cette relation, il avait donné toute son énergie et il s’était oublié. Ensuite, après sa rupture avec sa compagne, juste avant de me rencontrer, il avait été l’amant d’une femme mariée qu’il avait, soi-disant, quittée du jour au lendemain quand il m’avait connue…

Je me sentais exceptionnelle, nous étions incroyablement compatibles : nous avions les mêmes idées de vie, les mêmes principes, les mêmes priorités. Très vite il s’est mis à me parler de projets de vie avec moi, de voyages mais aussi tout simplement de son désir que nous partagions les moments simples du quotidien, de son désir de connaitre mes enfants..bref de son besoin de se faire une vraie place dans ma vie. Ses lettres étaient enflammées.

Je me rappelle m’être dit qu’il était fou, terriblement touchant, que cela allait bien trop vite et que je ne méritais pas tout cet amour, si soudain. Mais, malheureusement, mes réticences sont rapidement tombées devant son empressement et son apparente conviction que nous étions faits l’un pour l’autre… C’était comme s’il avait réussit à me convaincre que tout serait facile et évident entre nous. Je pensais alors vivre une passion incroyable digne des plus grands romans d’amour…

Johanna3Désireuse de ne pas vivre dans d’horribles mensonges et persuadée par le fait que notre amour était une évidence à laquelle il fallait se résoudre, j’ai parlé de cette rencontre à mon compagnon et père de mes enfants. Ce fut un choc terrible bien évidemment et nous avons décidé de nous séparer. Lorsque j’ai appris à L. que mon compagnon et moi étions séparés car je voulais que l’on puisse vivre notre histoire au grand jour, il s’est mis à changer d’attitude, de façon lente mais certaine.

Il a commencé à s’éloigner de moi. C’est à ce moment qu’il est parti en vacances quelques semaines. Nous avions des échanges quotidiens et notamment je me rappelle un de ses coups de fil : au cours de la conversation, alors que je lui demandais s’il était toujours sûr de lui car il me semblait un peu distant, il a commencé à me parler de ses doutes au sujet de nous, à me parler de la trop grande souffrance qu’il avait pu ressentir ces dernières semaines de me savoir en couple avec un autre alors qu’il m’aimait follement et du besoin qu’il ressentait de se protéger aujourd’hui. Et surtout il m’a annoncé qu’il commençait à regretter sa rupture avec la femme mariée avec laquelle il était juste avant moi.

Selon lui, notre histoire devenait trop compliquée et cela lui avait ouvert les yeux sur le fait qu’il n’avait pas réussi à l’oublier et qu’il avait besoin de temps pour faire le point. Je n’avais pas le droit selon lui de lui en vouloir car cela n’était pas sa faute s’il était amoureux de deux femmes.

A son retour de vacances, la distance entre nous était évidente. Certes, il me disait qu’il m’aimait toujours follement mais il ne me cachait pas qu’il pensait avoir quelque chose à vivre avec cette autre femme… Et bien sûr, je devais le laisser vivre cette chose avec elle si je tenais à lui. L’idée de le savoir avec une autre me dévorait littéralement de l’intérieur. J’étais anéantie. Mais, de façon délirante, j’ai laissé une relation sordide s’installer entre nous. Ainsi, d’une façon incroyablement odieuse, après un week-end avec cette femme, il était capable de venir me retrouver et de me dire qu’il m’aimait et qu’il était perdu. Et le plus incroyable de tout dans l’histoire était que je me sentais chanceuse de susciter encore de l’intérêt chez cet homme…

Cette période là a été extrêmement douloureuse : il alternait les déclarations d’amour fougueuses avec les larmes aux yeux et les moments de reproches où il me disait que rien n’était possible avec moi car j’étais trop exigeante, que je l’étouffais, que je ne comprenais rien à sa façon de fonctionner et que notre vie à deux aurait été un enfer. Il avait besoin d’air et de liberté que mon attitude ne lui permettait pas d’avoir. Et bizarrement il me faisait toujours tous ces reproches sur un ton incroyablement calme et dédaigneux…totalement à l’opposé du ton amoureux qu’il avait pu adopter la veille.

D’un jour à l’autre, il pouvait ainsi souffler le chaud comme le froid, je ne savais jamais comment j’allais le trouver, comment il allait être avec moi…

Et j’ai cru devenir folle, entre moments de bonheur apparent où je retrouvais sa tendresse, où je suscitais à nouveau son intérêt du début et moments de reproches incroyables où il voulait qu’on prenne nos distances car notre amour était impossible et surtout mon comportement à son égard « intolérable ». Et je restais là, attachée à lui, capable de tout supporter. Un jour je l’ai même entendu me dire que si je n’avais pas eu d’enfants nous aurions été les plus heureux du monde mais qu’étant donné leur existence nous devions accepter que notre histoire était vouée à l’échec.

Johanna4A chaque rencontre où il me couvrait de reproches, je sortais totalement sonnée et surtout avec ce sentiment de culpabilité énorme que je n’avais pas été à la hauteur de notre histoire, qu’il avait fait tout ce qui était possible mais que je l’avais déçu et que notre rupture était entièrement de ma faute…voire celle de mes enfants. Et surtout, malgré le mal qu’il pouvait me faire avec ses paroles si dures à mon encontre et qui ne me laissaient aucun moyen de me défendre (j’avais toujours tort, quoique je dise) je ressentais un manque incommensurable dès que je le quittais…Je me sentais comparable à une droguée, en manque de son poison.

Et surtout, j’étais dévorée par cette question angoissante : comment, après tout ce que nous avions vécu pouvait-il si rapidement, si facilement, faire son deuil de notre histoire ?

Cela m’a confortée dans l’idée que j’étais bien peu de choses et que je ne méritais pas son amour…

J’ai longtemps cru que je vivais la peine d’un grand amour déçu que je n’arrivais pas à oublier alors que de son côté, L., fort et courageux avait réussi à passer à autre chose car il acceptait l’évidence que notre histoire était trop compliquée pour valoir la peine d’être vécue. Il avait la force d’avancer tandis que moi, trop faible et fleur bleue, j’étais clouée au sol.

Même si je suis aujourd’hui convaincue que j’ai été manipulée par un homme incapable de ressentir le moindre sentiment amoureux, je ne suis pas encore sortie d’affaire. Certes cet homme a fini par mettre fin à notre relation mais il reste mon collègue de bureau et il m’est impossible de ne pas le croiser. Il n’hésite pas aujourd’hui à prononcer des phrases à double sens devant mes collègues (tous ignorants de la situation) qui passent pour anodines aux oreilles des autres mais qui me font terriblement mal à moi. Parfois ma tristesse est si forte que je suis obligée de quitter la pièce pour éviter que mes collègues ne me voient pleurer pour quelques blagues apparemment sans conséquence.

Les gens continuent de l’apprécier beaucoup et je suis la seule à avoir le « privilège » de le connaitre sous son véritable jour.

Grâce au travail entamé chez ma psychologie, j’arrive à trouver des armes contre lui et ses agressions au quotidien…Mais je ressens toujours ce manque douloureux de ce que j’ai cru qu’il m’avait apporté.

Johanna

37 réflexions sur “[Témoignage] Johanna : « Il fallait que je sorte de cette spirale délirante »

  1. Extrêmement touchée par votre témoignage….Votre PN fonctionne tellement comme « le mien » ! Je suis également en couple et mère de deux enfants. Lui aussi m’a proposé très vite une relation basée sur la passion. Lui aussi m’aimait tellement soit-disant…au point de ne cesser d’alterner le chaud-froid. C’était « je t’aime mais je te quitte ». Il pouvait dire : « Moi, même si je dois en creuver, je ne suis pas un amant, en tout cas pas avec toi. » ou encore « J’abandonne…si tu savais pourtant comme je t’aime. Mais c’est un problème que je vais gérer moi avec moi ». En fait il se lavait les mains, se donnant l’image d’un homme courageux, sain, pur, il m’aimait c’est pour cela qu’il me rejetait soudainement ! Si ça n’allait pas entre nous, c’était de ma faute, c’était parce que je ne pouvais pas lui apporter ce qu’il désirait, parce que je ne l’aimais pas assez ! Il a même réussi à me faire croire que je jouais avec lui alors que je n’ai jamais fait que lui livrer de manière authentique mes doutes et mon angoisses de quitter mon conjoint pour une passion amoureuse peut-être sans lendemain. Au moindre faux pas, à la moindre parole qui ne lui plaisait pas il s’éloignait ou me quittait; c’était sa façon de me « punir ». Et moi qui admirais sa façon d’être entier…jusqu’à ce que je comprenne enfin au prix de nombreuses souffrances qui il était vraiment.

    Aimé par 1 personne

    1. très touchant, je me retrouve dans cette histoire, une liaison , une passion amoureuse pour moi oui mais pas pour lui, qui a durée trois ans.
      je souffre aujourd’hui et lui continue à collectionner les aventures … sans aucun remord de m’avoir fait tellement souffrir et certainement d’autres aussi

      J'aime

      1. Liliane,

        Un pervers narcissique NE PEUT PAS ressentir de remords car il n’a pas de possibilité de s’identifier à vous. Vous êtes un objet, vivant mais inférieur. Il vous traite différemment d’un véritable objet inanimé au départ car vous avez une volonté et vous pouvez encore le quitter, ce qui reviendrait à le priver de son « shoot ». C’est la seule et unique raison d’existence du love bombing. Une fois que vous êtes fidélisée, conquise, et utilisée, vous êtes jetée car vous êtes usée et ennuyeuse.

        Lui seul est un être humain et il est tout-puissant. Tant que vous n’arriverez pas à comprendre la façon de penser de cette personne, vous serez dans la souffrance. Les empathiques ne devraient pas côtoyer les pervers narcissiques et la raison d’être de ce blog est justement d’ouvrir les yeux à ceux qui sont encore comme vous, à se demander si c’est réellement possible. Oui, et c’est la réalité. Ils sont là, à côté de vous et ils sont extrêmement destructeurs.

        J'aime

      2. Bonjour Liliane,

        je suis désolée de lire cela…
        Finalement, vous savez bien que cet homme n’aurez pas pu vous rendre heureuse car vous connaissez maintenant son VRAI visage. Il est indispensable de se détacher de lui, de ce qu’il vit (enfin de ce que vous pensez qu’il vit) et de vous recentrer sur vous.
        Pensez bien à vous, prenez soin de vous et ouvrez bien les yeux sur les belles personnes qui vous entourent et les bons moments qui vous attendent.
        Si je peux faire quoique ce soit pour vous être utile, dites le moi car si nos histoires se ressemblent beaucoup peut-être que nos moyens d’en guérir se ressembleront aussi ?! 🙂
        Bien à vous,
        J.

        J'aime

      3. Ok !
        Jamais de répit pour toi Scarlett, même à seulement quelques jours des fêtes de fin d’année 🙂
        J’en profite pour te remercier de nous faire partager encore tant de tes expériences/découvertes positives, notamment dans les derniers articles.

        Que cette fin d’année nous soit la meilleure possible !
        J.

        J'aime

  2. Temoignage extremement touchant. Pareil pour moi avec ma pn. J etais le plus beau j avais une facilite deconcertante a appeocher les gens. Je lui manquait tellement lors de courtes separations. Moi aussi j y est cru. Separation avec ma femme pour qu elle soit numero un. Le jour ou je lui annonce apres 2 ans d une relation par intermitence avec chaud et froid suivant son nombre de victimes que j etais tout a elle. La elle me dit que nous 2 c est que de l amitie. Un cataclisme une torture. 15 jours plus tard nouvelle relation (un copain)
    Quitte son appart abandonne tout pour vivre avec elle. Voila quoi penser? Normal pas normal?
    En tout cas ils auront tous reussi a nous faire bien souffrir. Et oui la reconstruction sera tres longue du moins pour moi car j ai toujours mes illusions. Trop naif c est sur et quitter du reve c est pas evident.
    Merci pour vos temoignages car ils prouvent surtout qu il reste des humains sur terre.
    Courage on va y arriver. 😕

    Aimé par 1 personne

  3. idem pour moi ! Ah, le « j’ai besoin de temps », combien de fois ne l’ai-je entendu, pour qu’au bout de 2 ans, il me dise avec un simplicité déconcertante « j’ai rencontré une autre femme » !! mais entre-temps, à chaque fois que je tentais de m’éclipser, oups, il me rattrapait, histoire de me garder sous le coude ! Avec le recul, je me demande si nous n’étions pas tous les deux dans un grand délire 😉

    Aimé par 1 personne

      1. C’est pire que dégueulasse, surtout quand on sait quelle image il véhiculait (je t’en ai parlé Scarlett). Bah, je préfère oublier, c’est la pire épreuve qu’il m’a été donnée de vivre, la dernière du genre c’est sur, au moins cette fois, j’ai retenu la leçon 😉

        J'aime

  4. Te lire me fait remonter une vraie boule d’amertume…

    « Je vais te faire vibrer »
    « On a qu’une vie »
    « Avec moi, tu brilleras comme un diamant »
    « Avec toi, je me sens si bien, vivant, à nouveau »
    Que ne ferait-on pas par passion ?

    Tout ça pour finalement passer à autre chose dans la semaine…

    Comme toi, également, j’enrage de voir que personne autour de lui ne semble le voir tel qu’il est vraiment…

    Bad mood, ce soir…
    Ça ira mieux demain

    Aimé par 1 personne

  5. En relisant le témoignage de Johanna, je n’en reviens pas des similitudes de nos histoires. PN masculin ou féminin sont identiques. Incroyable ils doivent être frère et soeur. même technique, même mensonges, même tromperies, même désillusions, même retours, mêmes promesses, mêmes excuses pour finalement vous quitter pour un autre sans explications et la même douleurs.
    Je n arrive toujours pas à réaliser que l’on peut être aussi mauvais. j’espère juste que notre reconstruction ne sera pas trop longue car il y a toujours des souvenirs qui étaient magiques a cette période là.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est le même processus, exactement le même mode opératoire.

      Vos témoignages à tous sont extrêmement précieux car ils prouvent qu’il existe bel et bien un profil psychologique qui sera officiellement reconnu. J’espère que nous arriverons à cet objectif, que le grand public comprenne enfin que les pervers narcissiques sont une réalité, qu’ils ne sortent pas tout droit de l’imagination de quelques victimes naïves et dépressives.

      Il n’y a aucune sincérité dans leurs actes, ils font la même chose avec toutes leurs cibles ! Parfois, c’est au mot près pour ceux qui ont pu intercepter les correspondances de leurs PN avec d’autres personnes. Je crois que c’est Séraphine qui relate que son PN faisait presque du copier/coller dans ses propos entre ses différentes victimes !

      Il est temps d’ouvrir les yeux et sortir de l’auto-destruction. Pendant que vous vous languissez sur une illusion, les pervers narcissiques avancent et prospèrent, sans aucun scrupule.

      J'aime

      1. Oui je confirme. Suite a des soupcons d’infidelite j’ai ouvert son compte Facebook de maniere a lire sa correspondance avec son nouveau toy boy. C’etait exactement la meme chose qu’avec moi en 2000. Elle avait 28 ans a l’epoque… 43 maintenant mais les memes sous entendus avec le gars de maniere a le chauffer. On aurait dit un tchat d’ados attardes. En plus elle a nié le truc disant que c’etait pour rire. On dirait vraiment qu’ils sont tous fabriques dans la meme usine.

        J'aime

      2. C’est le même mode opératoire pour toutes les personnes qui sont approchées par des manipulateurs et des pervers narcissiques. Ce qui varie, ce sont les versions d’eux-mêmes, les mensonges sur leur « personnalité ». Rien n’est vrai. Les personnes « fake » en général (sans être forcément des personnes prédatrices) ont également le même mode opératoire. Si elles sont intéressées par autre chose que vous, il y a de fortes chances qu’elles emploient la même mécanique pour tous ceux qu’elles séduisent car il n’y a pas d’affect, ni d’appréciation de votre personnalité. Ce qui est mieux avec les « fakes », est qu’ils prennent ce dont ils ont besoin et s’en vont. Un pervers narcissique distille son venin lentement, gagne la confiance de sa victime et procède à l’invasion de son psychisme pour l’inclure dans sa « collection ».

        J'aime

      3. Oui il s’agit bien de ça. Pourtant mon ex s’est livrée à moi sur son passé. Et j’ai pu vérifier que ce qu’elle m’a dit était exact. Sa perso narcissique a été je pense créée par ses parents, surtout son père qui est une personne « non réalisée » : un homme intelligent et cultivé mais qui est resté peintre en bâtiment. Il a donc investi tous ses espoirs de gloire dans sa fille unique. Quels que soient les points qu’elle ramenait il disait toujours « c’est bien.. mais… ».
        Une seconde blessure qu’elle a eu est par rapport à un amour d’ado. Elle avait flashé sur un condisciple et après une soirée il lui a accordé un baiser pour mieux la jeter ensuite en lui disant « quelque chose ». Ce quelque chose elle n’a jamais voulu me dire ce que c’était. je suppose que c’était dégradant, méchant ou humiliant…. Pourtant elle m’a dit que quand il est retourné en Argentine elle a continué à en être amoureuse pendant des années.
        Mais bon, moi aussi je peux vous raconter mon enfance ou j’ai vécu avec un père PN (on disait « colérique ») qui frappait, humiliait, soufflait le chaud et le froid, trompait…. Et pourtant je ne suis pas comme lui… Enfin je suis, j’étais plutôt comme ma maman, victime qui n’a jamais divorcé et est restée avec lui jusqu’à sa mort en 2003.

        J'aime

  6. Quel témoignage émouvant! A chaque fois on a l’impression de lire notre histoire. J’aimerai reposer une question Scarlet. Est-ce qu’il y a une possibilité que ces personnes pensent vraiment être amoureuse au début mais justement par immaturité et peur de l’engagement, de lasse tout simplement. Peut-être que ces personne recherche la personne parfaite et qu’au début, le coup de foudre il pense justement avoir trouvé cette personne et au final ils se rendent compte que non et la magie s’éteint et se rende compte qu’ils ne sont pas amoureux?

    J'aime

    1. Bonsoir Hélène,

      Cela est rassurant de se dire que le pervers narcissique n’est finalement qu’un grand enfant, qui a juste un peu peur de l’engagement et qui est comme nous tous, il cherche simplement son Prince/sa Princesse 🙂

      Ce qui se produit n’a rien à voir avec ma conception de l’amour (qui n’engage que moi), qui est :
      – apprendre à connaître la personne
      – aimer ce qu’elle est : ses qualités et ses défauts
      – se présenter tel qu’on est réellement et pas sous les traits d’un personnage qui n’a RIEN A VOIR avec la réalité
      – développer un sentiment d’attachement envers cette personne
      – développer un sentiment de bienveillance et de protection envers la personne
      – respecter la personne et son intégrité physique et psychique
      – avoir la volonté sincère de construire une relation équitable, qu’elle que soit la durée

      Si votre conception de l’amour est de :
      – mentir à la personne du début à la fin
      – tester le « bon » moment pour dire « je t’aime »
      – manipuler la réalité de A à Z
      – faire croire que l’on a des sentiments d’amour
      – humilier publiquement cette personne
      – la mettre dans des situations émotionnellement dangereuses
      – la mettre dans des situations financièrement dangereuses
      – colporter des fausses accusations auprès de la famille de la personne et de ses amis
      – lui prêter des défauts que l’on a soi-même
      – s’attribuer ses qualités en lui volant des parties de sa vie
      – se faire passer pour quelqu’un d’autre
      – interdire à la personne de voir sa propre famille, ses amis
      – être dans une prédation totale vis-à-vis de la personne que l’on prétend « aimer »
      – exercer un contrôle total sur la vie de l’autre

      Alors, effectivement, le pervers narcissique est fou d’amour !

      Vous avez une vision beaucoup trop romantique face à un être qui n’a d’autre objectif que de faire de vous une proie.

      Je crois qu’un moment, il faut sortir des belles idées pour observer les faits. Je préfère la réalité des actions à l’illusion des mots.

      Aimé par 1 personne

  7. L’extrême et si dérangeante similitude de ce que j’avais vécu avec ce que je pouvais lire de vos témoignages sur ce blog, c’est bien cela qui m’a décidée à écrire à Scarlett qui m’a ensuite proposé de publier mon histoire…
    Quel choc de lire son vécu, autant dans les faits que dans le ressenti, sous la plume d’autres personnes. Comme tu l’écris Scarlett il s’agirait donc bien d’un type psychologique terriblement prévisible… et nuisible. Un archétype malfaisant !
    Cela fait maintenant un mois que j’ai pu poser ce qualificatif de manipulation sur la relation que j’ai entretenue avec L. pendant un an et demi. Quel soulagement ! Oui je pensais être une héroïne ratée d’une pièce de Shakespeare (oui j’ai toujours eu un minimum d’ambition quand même :)) et me voilà devenue victime dans un très très mais alors très mauvais roman de SF…
    Le soulagement vient surtout du fait que je sais maintenant qu’il ne sert plus à rien de se torturer avec des incessants et angoissants « pourquoi » : « pourquoi ce trait de ma personnalité(de mon physique) digne hier de toutes ses éloges, déclenche aujourd’hui son immense courroux ? » ; « pourquoi tout mon être semble l’exaspérer aujourd’hui alors qu’hier j’étais tout ce qu’un homme peut espérer trouver chez une femme ? » ; « pourquoi m’avoir proposé cette sortie, ce we, ces quelques jours ensemble pour ensuite me reprocher d’en reparler et préférer tout annuler sous prétexte que j’étais trop étouffante et invasive ? » ; « pourquoi aujourd’hui préfère-t-il que l’on cesse toute relation intime alors qu’hier il disait que je lui apportais un plaisir incroyable ? »…Je croyais être folle ! Je sais aujourd’hui que je ne le suis pas. Et grâce à tous les articles de ce site, je comprends mieux aussi certaines petites phrases, certaines facéties du personnage : par exemple
    – ses « je ne suis pas quelqu’un de si bien que cela tu verras, je te décevrai » du début, qui m’avaient un peu choquée mais que j’avais mis sur le compte de son manque de confiance en lui (euh ?!) : oui le pauvre petit chat ne se pensait pas à la hauteur de mes innombrables (!!!) qualités !
    – pendant la période où il avait une relation avec « sa » femme mariée et moi, il plaisantait souvent en disant qu’il nous envoyait les mêmes mails et SMS et que c’était bien pratique que l’on ait quasiment le même prénom car il ne risquait pas ainsi de faire de bourdes. Je prenais cela pour une plaisanterie d’un humour plus que douteux…je suppose aujourd’hui que c’était une des rares vérités qu’il pouvait me livrer de sa vie.
    – Quand il a décidé que nous n’aurions plus de relations sexuelles, car « on méritait mieux de cela » (hihi, cela me fait tellement rire d’écrire cela aujourd’hui, quel con sérieux !!), je lui ai demandé s’il avait quelqu’un dans sa vie, il m’a répondu d’un ton glacial : « si tu fais allusion au fait que je fais l’amour à d’autres femmes, je peux te dire que c’est oui »…Et j’ai vu un plaisir pervers immense emplir son regard braqué sur ma mine en cours de décomposition. Je lui ai dit que ses propos étaient très peu élégants, ce à quoi il a répondu « Ce n’est pas vrai J., je voulais seulement tester ta réaction »…Plus tard il m’expliquera que les sentiments amoureux et le désir étaient seulement des constructions mentales et qu’il suffisait d’avoir de la volonté pour s’en détacher. J’ai pu lui répondre que cette façon de fonctionner et de voir la vie n’était heureusement pas la mienne et qu’elle ne le deviendrait jamais.

    Mais aujourd’hui les pourquoi ont laissé la place à d’autres questions auxquelles il n’est pas forcément plus simples de répondre : comment reconstruire sa vie après avoir été follement amoureuse d’un écran de fumée ? après avoir mis en second plan les véritables amours et alliés de sa vie, derrière une version très bas de gamme de Dracula ? après avoir rempli sa vie de ce qui s’avère être un vide sidéral ? après avoir cru être pleinement comblée par le néant ?
    La route sera longue certes…mais maintenant, mon esprit (un peu) apaisé m’autorise à dormir la nuit. Quelle joie !

    Aimé par 1 personne

    1. Johanna,

      Déjà, reconnaître que l’on a aimé un écran de fumée est un bon début 🙂

      Plus sérieusement, il faut laisser le temps agir et prendre conscience que chaque jour qui passe est un jour de plus sur le chemin de l’amour de soi. Le plus difficile est de lâcher prise et c’est quelque chose qui se fait en remplaçant chaque pensée autour du PN par une pensée d’amour envers vous.

      Bien sûr que les souvenirs communs vont ressurgir ! C’est humain. Mais pour ne pas les laisser vous submerger, compensez par une nouvelle activité par exemple, commencez un journal intime, mettez-vous au sport, au jardinage, reprenez contact avec vos amis, etc. Bref, occupez-vous l’esprit avec des activités qui vous nourrissent, qui vous font du bien. Il est primordial de vous gâter, de prendre soin de vous plus que d’habitude. Faites ce qu’il faut pour rebooster votre confiance en vous.

      Le PN dit des choses et d’autres qui sont aussi fausses l’une que l’autre car il se sert des mots pour vous manipuler. La manipulation est un art qui s’apprend puis se perfectionne. Pensez que vous aussi, vous pouvez apprendre à manipuler votre entourage mais vous choisissez de ne pas le faire parce que ce n’est tout simplement pas votre objectif.

      Les pervers narcissiques sont certes, intelligents et experts en manipulation, mais ce ne sont pas des surhommes. Ce qui les rend dangereux, c’est qu’ils ne ressentent absolument aucune empathie ! Pendant que vous hésitez, en vous disant « quand même, ce que je m’apprête à faire est méchant envers l’autre personne », eux ne se posent AUCUNE QUESTION. Ils font ce qui est bon pour leur intérêt personnel, quel que soit le prix à payer pour autrui.

      Autrui n’existe que comme moyen de parvenir à leurs fins. C’est là que se situe leur « avantage » sur vous. Ensuite, ils peuvent prospérer parce que vous ne voyez rien de leur manège ou pire encore, vous voyez mais vous préférez fermer les yeux…

      Donc, on ouvre la bouteille de champagne et on trinque à votre libération !

      Aimé par 1 personne

  8. « Mais aujourd’hui les pourquoi ont laissé la place à d’autres questions auxquelles il n’est pas forcément plus simples de répondre : comment reconstruire sa vie après avoir été follement amoureuse d’un écran de fumée ? après avoir mis en second plan les véritables amours et alliés de sa vie, derrière une version très bas de gamme de Dracula ? après avoir rempli sa vie de ce qui s’avère être un vide sidéral ? après avoir cru être pleinement comblée par le néant ? »

    Je reconnais mes propres interrogations 😉

    Ça va prendre un certain temps mais tu vas récupérer de précieux moments de ton existence hors de l’influence de ton PN.

    Quand j’y pense…
    – Je re-pâtisse,
    – Je relis,
    – Je repasse du temps de qualité avec mes enfants (loin de mon téléphone),
    – Je reviens à mes vrais goûts et vraies passions (sans m’en rendre compte, je me suis mise au diapason de ses envies, ses horaires, sa musique même ?!),
    – Je ris à nouveau de bon coeur,
    – Je me soucie moins de mon apparence et me prends donc un peu moins au sérieux,
    BREF JE REVIS !

    J’ai été morte de trouille quand je l’ai quittée.
    Limite crise d’angoisse.
    Je ne savais plus comment remplir mes journées, ce que j’allais faire de ma vie, plus sûre de ce que je voulais…

    Et puis… Un jour, sans y prendre garde, j’ai appelé une copine.
    On est partie se dorer la couenne au soleil et j’ai passé 1h sans penser à lui.
    Alors oui… 1h… Ça semble pas grand chose de prime abord…
    Mais ça prouve que c’est possible !
    NAMEHO !
    Ce n’est qu’un mec après tout…
    De fil en aiguille,
    En laissant faire le temps,
    Tu y penseras de moins en moins…
    La vie reprendra un sens : LE TIENS
    😉

    Mais prends le temps et sois ouverte au « déclic ».
    Saisis les occasions de sortir et de faire autre chose.
    Tout ira bien 😉
    tu vas t’en sortir !

    Aimé par 1 personne

    1. Si je peux ajouter ma petite expérience, je commence à m’en sortir depuis que je me suis reconnectée avec mon enfant intérieur. En fait, j’avais déjà commencé ce travail pendant ma relation avec ce PN, je dirais même que cette relation m’a aidée à voir toutes les facettes de ma souffrance, tout ce que je traînais de blessures non résolues. Et aussi, je m’en sors depuis que j’ACCEPTE que tout ait été faux ! J’ai repassé en revue toute l’histoire, et il m’a fallu profondément accepter qu’il n’y avait jamais eu le moindre amour de sa part. Comme j’aime le dire, le vers était déjà dans la pomme dès le départ. Quand j’ai réalisé il y a quelques jours l’énormité de la supercherie, j’ai ressenti de violentes crises de haine, les pires mots pour le nommer me sortaient de la poitrine, j’en aurais hurlé tellement je me sentais naïve de n’avoir pas fait attention à autant de détails ! Parce que TOUT était faux, et même si sur le moment, je suspectais des incohérences dans son comportement, je trouvais sans cesse des excuses à tout (et il n’en manquait pas de son côté non plus). Bref, quand j’ai revécu ça et accepté que oui, je m’étais lamentablement vautrée, qu’il n’était qu’un pathétique menteur et qu’il n’avait jamais rien eu à foutre de moi, ce jour là, j’ai commencé à vraiment m’en libérer. Je suis comme vous, en train de tourner la page, je recommence à fréquenter des gens « bien », normaux quoi, et de fil en aiguille, chaque jour avec patience, l’oubli progressif s’installe…

      Aimé par 1 personne

      1. Eh oui, ce qui « tue » les victimes, c’est leur faculté hors du commun à vivre dans le déni et à scinder la personnalité du pervers narcissique. Ce conditionnement vient de l’enfance. Un adulte qui a eu une enfance équilibrée et aimante ne peut pas se mentir à ce point. Le cerveau doit avoir été formaté dès le plus jeune âge à ne voir que le « bon » côté d’un parent narcissique ou du moins, abusif.

        Une fois qu’une personne prend conscience de cette énorme faille dans sa vision du monde, elle doit redoubler de vigilance car elle est certainement un aimant à prédateurs, sans même s’en rendre compte. Les pervers narcissiques savent reconnaître ce « marqueur » et leurs proies préférées sont justement ces personnes dont le cerveau est capable de dissocier l’abus et les – fausses – belles paroles du bourreau.

        Même si les victimes ne « veulent » pas voir la réalité en face, cette réalité se déroule bel et bien. Il est primordial de vérifier si ce qu’on perçoit est conforme à la réalité et si on n’est pas dans un délire amoureux à sens unique… Seul le développement d’un esprit critique peut permettre de s’épanouir avec des personnes authentiques et bienveillantes.

        J'aime

  9. Quel choc en lisant ton commentaire Séraphine! Tout est semblable à mon vécu ou presque: je recuisine, je remange, je relis, je retrouve le plaisir d’être avec mes enfants, etc…
    Pour ce qui est de l’apparence je suis interpellée par ta remarque: toi aussi il t’avait conditionnée pour tu sois toujours la plus jolie, en toutes circonstances, comme un trophée qu’on fait briller pour l’exhiber? Pour ma part je fais toujours aussi attention à mon apparence mais c’est exclusivement pour ME plaire…

    Aimé par 2 people

  10. Merci beaucoup Séraphine pour ces paroles pleines de bon sens et pour ce partage de ton expérience. Je me suis beaucoup reconnue dans ton témoignage.
    Parfois, j’ai l’impression que mon cerveau ne pourra pas faire autrement que de remplacer cette « ancienne » obsession par une autre…
    Comme vous le dites si bien, le grand défi va être de (ré)apprendre à lâcher prise et à écouter son propre rythme…à être à nouveau disponible pour soi-même et ceux qui comptent vraiment !

    Cela me fait beaucoup de bien de savoir que tu as réussi à faire tout ce chemin ! Un témoignage d’espoir à nouveau 🙂

    Merci encore.
    J.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est effectivement ton prochain défi, ma jolie…
      Résister à l’envie de remplacer cette addiction par une autre !
      😉

      Tu m’as l’air d’avoir les yeux grands ouverts et l’esprit aiguisé (tout comme ta plume !), je suis sûre que tu vas retrouver un équilibre sain quand tu te seras un peu posée, et que tu auras accepté de tout lâcher.
      L’air de rien, ton témoignage, c’est déjà une façon de prendre des distances avec ton histoire.

      Il est temps de laisser filer son fantôme.
      Votre histoire s’est très vite précipitée mais la transition va se faire, au contraire, bien plus lentement…
      La pilule a été dure à avaler mais tous les médicaments sont amers.
      On ne voit leurs effets qu’à retardements.

      Jusque là, je pense que nous serons là si tu doutes, si tu es triste ou si tu ne te sens pas bien 😉
      Courage !

      J'aime

  11. Bonjour a vous toute. Garçon fille ce sont les memes. Et notre ressenti egalement. Moi aussi je me dis que cela va passe mais que c est long. Bien que l on soit tous differents sur le temps pour ce reconstruire, j ai une petite question a vous toutes commentatrices.
    Cela fait combien de temps que vous n avez plus de contact avec votre pn?
    car quand je vous lis, vous etes quasi guerri, et je suis content pour vous. Il faut accepter et c est ca mon probleme.
    J ai toujours ce sentiment d irrealisme, que des gens comme ca ne peuvent pas exister. Et pourtant c est bien reel.et qu est ce que c est douloureux de vivre avec cette pensee d elle.

    J'aime

    1. Les pervers narcissiques prospèrent auprès de personnes qui n’ont pas d’estime pour elles-mêmes et qui, par conséquent, acceptent TOUT pour rester avec leurs bourreaux, font passer les besoins du PN avant les leurs. Pire encore, le pervers narcissique lance quelques signaux d’apaisement de temps en temps et la victime reste dans l’espoir d’un changement.

      Ils sont tellement adaptés à notre société et tellement brillants dans leur manipulation que si chacun n’est pas vigilant pour lui-même, ce sont les PN qui emporteront la partie. Ils gagnent chaque fois qu’une ancienne victime retombe dans leurs filets mais c’est à chacun de faire ses choix…

      Aimé par 1 personne

  12. Bonjour Scarlett t inquiette j ai bien retenu tes leçons et je ne cederai pas. Juste un pn reste pn? Pas moyen qu il change un jour? Alors rien a regretter.
    J avais ecris un sms pour elle apres m avoir abandonne que je voulais lui envoyer au cas ou elle me recontacterai. Aujourd hui je sais qu elle a fini son histoire avec moi( plus de nouvelles depuis des mois)
    Surement trop consacre a sa nouvelle victime.
    A force de vous lire je pense qu elle ne merite meme pas de le recevoir. Ca serait lui donner de l importance.
    Mais je l ai ecrit avec mes tripes et j ai envie a vous de vous le livrer:

    S… tu ėtais tout pour moi belle rayonnante sensible dynamique intelligente drôle caractėrielle( j aime ça) mais surtout ma jolie petite choupette d amour ma raison de vivre qui me donnait des ailes..
    Ma jolie choupette est morte le 10 mars 2015 un vrai cataclisme, une torture.Ensuite celle que j ai vu n ėtait qu une sale copie de mon amour.Une traitre menteuse malėfique idiote sans valeurs sans saveurs dėnuer de tout sentiments.Elle elle m a brulė les ailes m a dėgouté ėcoeuré. j ai aussi entendu plein de choses sur elle menteuse infidéle fausse individualiste manipulatrice megalo parano égocentrique
    calculatrice qui pourrit par derriere et dėtruit les autres.je ne voulais pas y croire mais certains dėtails se sont montrės ėxacts et je n ai pas ėchappė à la règle.(et c est moi le mauvais?) Moi qui croyait en elle qui lui aurait tout donné amour argent ma joie de vivre (mon plus grand pouvoir)qui l aurait fait monter au plus haut, rire rėver voyager. Connaitre du beau monde qui l aurait adoré.Moi qui aurait fait de l asso avec elle la plus dynamique des asso et je lui aurais laisser la gloire. Mais ca c ėtait avec MJPCDA que ça aurait pu se construire pas avec cette s….. qui n a rien à voir avec celle que j ai enormement aimė.Elle je n en veux pas et je veux surtout l ėviter.Qu elle change je n y crois plus.Donc plus aucun contact (le plus dur) comme elle le fait si bien.
    E (sa fille) Son cadeau offre lui, pas la peine de dire que c est moi dis que c est toi, mais ca tu l as deja prevu. au moins elle elle t apprėciera.Vis ta vie avec qui tu veux.Moi quand j aime je partage pas c était toi la 1ère et je te l avais prouvė .Je suis vert et ne peux accepter ta bassesse, ta nullitė actuelle je mėrite bien mieux.Mes ailes repoussent pas question de les rebruler.J ai beaucoup d amis des VRAIS… Et ça me permet d oublier.Jai tellement de choses à faire et j ai envie d en jouir. Prends soin de vous 2 et soyez heureuses. Vraiment
    O

    voila maintenant je peux le supprime de mon portable.
    Merci a vous tous et surtout a toi Scarlett.

    J'aime

  13. bonjour Johanna
    je viens de lire votre témoignange, mon dieu, l’histoire que vous avez vécue est similaire à la mienne et cela a duré trois ans pour moi.
    Mon témoignage devrait bientôt paraitre sur le blog.
    je me retrouve en vous lisant…
    bon courage à vous, pour moi le chemin va être long, très long….

    J'aime

    1. Bonsoir Liliane,
      je vous remercie. Oui c’est toujours très bouleversant de lire tant de similarités avec notre propre histoire dans les autres témoignages. J’ai souvent l’impression que l’on parle du même « personnage PN » que celui qui a croisé ma route…
      Je vous souhaite plein de courage pour la suite !! Une fois le processus de libération lancé, chaque jour qui passe est un pas de plus vers la guérison 🙂

      J.

      J'aime

      1. bonjour Johanna
        merci pour votre message. Encore aujourd’hui j’ai du mal et desfois je me dis, non ce n’est pas possible, ce n’était pas un PN, mais si à force de lire les témoignages , le vôtre et les autres, je m’y retrouve, et je n’arrive toujours pas à comprendre que de tels personnes puissent exister.. et faire du mal et détruire d’une manière aussi perverse et monstrueuse
        j espère que mon témoignage paraitra rapidement sur ce blog…
        et merci encore pour votre soutien
        Liliane

        Aimé par 1 personne

  14. J’ai moi aussi essayé par tous les moyens d’éviter ce nom « pervers narcissique », je ne pouvais accepter que tout ait été faux, je me souvenais des instants où j’avais, me semblait-il, ressenti de la sincérité. Ca a été un calvaire, prise entre le désir de le qualifier de lâche et inconstant, et celui de hurler que c’était une pourriture, jusqu’au jour où, peignant mes poutres, je me suis retrouvée sous le lit et là m’est revenu un flash soudain d’un fait que j’avais occulté de ma mémoire. A ce moment là, j’ai compris que seul un pervers pouvait agir de cette façon, ça ne pouvait pas être autrement, et là, j’ai pu enfin définitivement lâcher prise. Ce qui m’amène à dire que nous avons en permanence tous les éléments devant les yeux, et bien souvent depuis le départ, mais…nous ne voulons et pouvons pas voir 😉

    Aimé par 1 personne

  15. merci à toutes pour votre soutien
    Johanna j’autorise Scarlett à vous donner mon adresse mail
    bien à vous et merci infiniment à Scarlett pour son travail et son aide
    ici je me sens moins seule et comprise, je croyais que c’était moi qui avait un problème , il m’a dit assez souvent d’aller consulter car j’avais quelque chose qui ne fonctionnait pas….

    J'aime

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s