[Témoignage] Eva : « Fuyez, fuyez tant que vous êtes encore jeunes, beaux, en pleine possession de vos moyens financiers, tant que vous pouvez sauver vos enfants. Fuyez. »

Voici un message poignant d’Eva, une lectrice du blog, qui est arrivée au terme de 30 années d’union avec un pervers narcissique de haute volée. Il lui a tout pris et aujourd’hui, elle veut vous dire de ne pas attendre d’en arriver à la ruine pour fuir, de protéger vos avoirs surtout dans le cas d’un mariage et ne jamais faire confiance à quelqu’un qui vous ment.

Même si vous ne repérez pas sa toxicité dès le départ, quand le masque tombe, que vous apprenez qu’il y a eu de nombreuses infidélités, mensonges et manipulations, commencez à soustraire vos biens matériels et financiers. Ne fermez pas les yeux car la situation ne peut pas s’améliorer par magie.

separateur

Voilà, je suis prête à mon tour à témoigner, non pour raconter mes 30 ans de vie avec mon mari pervers mais pour raconter plus spécifiquement cette dernière année, celle de la séparation. Pour que vous sachiez tous ce qui vous attend quand l’heure n’est plus aux compromissions, ni au dialogue qui n’a d’ailleurs jamais existé.

En septembre 2014, alors que nous attendions un couple à dîner, mon mari est rentré du travail très énervé. J’ai eu le malheur de lui demander s’il avait acheté le pain ( réclamé 5 fois par SMS car je le savais « étourdi », aujourd’hui je dis « non-investi dans rien »). Au lieu de s’excuser d’avoir « oublié », il s’est mis à hurler, me traitant de « dragon », à danser autour de moi en chantant cette insulte. J’ai alors cru qu’il avait bu, ce qui ne lui arrivait jamais, j’ai compris depuis qu’il avait déjeuné le midi avec une très jolie jeune femme. Nos amis sont arrivés ; il s’est montré très digne, parfait comme d’habitude alors que j’étais anéantie, tremblante, et ai, bien sûr, abusé de l’alcool. Attention : je n’étais pas titubante ou insultante juste un peu indigne pour une femme de 52 ans !

Le lendemain, il réclamait le divorce ! Programmé pour fin janvier. Voyant qu’il ne changeait pas d’avis, j’ai émigré à 200 km de là, chez ma sœur. J’étais au bord du suicide. Rien ne me retenait : j’avais arrêté de travailler il y a 5 ans à sa demande, mettant une croix sur une belle carrière contre un chèque que j’ai immédiatement totalement investi dans le crédit immobilier (80 000 euros) et dans cinq implants dentaires dont il avait besoin (18 000 euros). Mon fils aîné vivait au Brésil depuis 10 ans avec femme et enfant et ma fille de 19 ans était partie étudier à Paris (je soupçonne d’ailleurs mon mari d’avoir attendu qu’elle parte pour se libérer de moi).

Bref, plusieurs semaines ont passé sans contact de sa part (Moi, je lui écrivais beaucoup, je n’avais pas encore découvert votre blog Scarlett). J’ai fini par me prendre un appartement juste à côté de chez ma sœur. Le tout payé sur le compte commun puisque je n’avais plus de ressources. J’ai profité d’une de ses journées d’absence pour aller chercher les meubles qui m’intéressaient (en le prévenant et lui demandant de signer un papier de partage des meubles). Jamais il n’a rechigné. Je crois qu’il était très soulagé (en pleine aventure amoureuse peut-être ?). Puis, en décembre, il m’a invitée au restaurant dans la ville où je vivais maintenant.

J’étais fière de moi : j’avais perdu 10 kilos alors que les derniers mois, il me traitait de grosse vache. Je lui ai même fait visiter mon appartement (joliment meublé tout dans ses goûts, j’en ai conscience maintenant. D’ailleurs, il l’a adoré). J’étais vraiment bien dans mes baskets ! Jusqu’à ce qu’il me dise :

Au fait, je remercie mon dentiste de m’avoir prévenu que tu cherchais à récupérer les factures de mes implants. Il ne te les donnera pas et tu ne récupéreras jamais cet argent.

De quel droit un professionnel de la santé peut-il agir ainsi alors que les chèques étaient bien à mon nom ?
Et puis, en janvier, dix jours avant la conciliation, j’ai reçu des SMS me disant qu’il ne voulait pas divorcer. J’ai foncé ! Le remerciant pour sa bonté d’âme, me fustigeant de mon attitude passée, me réjouissant car entre temps notre fils avait annoncé son retour en France, en mai, avec sa femme et son enfant, chez nous, en attendant de trouver un boulot.

On s’est ainsi retrouvés un coup chez lui, un coup chez moi… Pendant trois mois. Un vrai love bombing comme au début avec resto gastronomique, week-ends formidables, mots d’amour échangés (« Cette période m’a permis de comprendre combien je tenais à toi. Tu es la femme de ma vie. »)

En mars, finances obligent (mon appart coûtait cher tout de même), je lui ai dit qu’il était peut-être temps de reprendre la vie commune. Il est revenu me chercher le 15 mars. Encore un week-end extra avec Opéra et restaurant. Le 17 au matin, il m’annonçait qu’il avait réfléchi, qu’il préférait que je reparte ! J’en suis restée sidérée (dans le sens propre : sans réaction !). Je me suis accrochée trois semaines : d’abord parce que j’avais donné le préavis de mon appart, puis je m’étais réinscrite à Pôle emploi dans notre ville, puis encore parce que mes Brésiliens allaient débarquer d’ici un mois !

Ce furent les trois semaines les plus épouvantables de ma vie : humiliations, agressions verbales, indifférence, sorties seul en me montrant auparavant le champagne qu’il avait acheté pour une soirée sans moi. J’ai fini par vraiment devenir folle : un soir, je l’ai « enfermé dehors » (il a immédiatement appelé la police ce qui m’a valu une main courante), puis un jour de trop je lui ai déballé tout ce que j’avais sur le cœur depuis 30 ans : ses tromperies (dès le mariage), ses nombreux voyages professionnels alors que je gardais les enfants, ses mensonges, son manque de soutien, ma carrière foirée à cause de lui qui m’avait dit qu’il « me protégerait toujours », ses tchats porno sur internet que j’avais découverts entre temps, le Viagra dont il avait besoin maintenant sauf avec moi qu’il ne touchait pas…

Le lendemain, comme il a vu que je ne partais pas, il a trouvé l’argument qui tue :

Sache que même ton fils ne veut pas rentrer vivre avec toi.

J’ai immédiatement fait mes valises et je suis repartie dans mon appart que j’ai pu récupérer. Eh oui, quand la pression devient telle qu’on ne prend pas le temps d’analyser les choses, on commet des erreurs irréparables : ce n’est que plus tard que j’ai osé demander à mon fils qui m’a affirmé que jamais il n’avait dit cela !

C’était trop tard : cette fois la conciliation a bien eu lieu en octobre dernier. Ce jour-là, j’ai croisé un monument de haine et de mensonges : il a dit au juge (qui l’a cru) que je disposais de 40 000 euros planqués à gauche depuis le départ de mon entreprise. Mon avocate était sans doute aussi abasourdie que moi puisqu’elle n’a pas réagi et cela m’a valu un jugement inique d’une pension de 1000 euros par mois (soit moins que ce qu’il proposait c’est à dire 1200) alors qu’il gagne 6000 euros mensuels (et que la maison est payée par moi !).

D’ailleurs avant même que le jugement ne soit rendu, il a pris soin de couper le compte commun du jour au lendemain et le banquier l’a suivi (alors que normalement, il faut une désolidarisation des deux époux…. Mais on ne prête qu’aux riches… Et aux pervers manipulateurs) ! Je pense qu’il a renvoyé l’image du pauvre type quitté par sa femme qui osait demander pour sa pension des frais de coiffeur et vêtements (mon avocate me l’avait conseillé ainsi) alors même qu’il allait devoir prendre en charge trois bouches brésiliennes !

Depuis, tout va de pire en pire : je ne me fais pas à ma nouvelle vie pleine de solitude dans cette ville où je ne connais personne (si ce n’est ma sœur) ; je n’arrive plus à joindre les deux bouts, moi qui gagnais autant que lui ; je ne retrouve pas de travail ; ma famille n’a pas toujours été top dans mon accompagnement (oui, mes émotions ont débordé à un moment car se remettre d’une telle histoire implique aussi de remettre – maladroitement – en question un passé familial qui vous a fait accepter cela !), et mes enfants ne me parlent plus : j’ai lu que cela s’appelait le syndrome d’aliénation parentale sauf que celui-ci se joue en général quand les enfants sont petits et qu’il faut parler de leur garde : les miens sont majeurs mais ont visiblement choisi leur camp (celui du porte-feuille) :

Je mérite mon divorce et je n’ai qu’à agir au lieu de pleurer !

Je crois que si je leur disais que je suis devenue femme de ménage , ils me féliciteraient pour mon courage !

Une dernière précision : une semaine avant l’arrivée de mes Brésiliens, sa mère (89 ans) a appelé la mienne (alors qu’elles ne se fréquentaient pas) pour lui dire « Combien son fils avait souffert avec moi et que pourtant il m’aimait tant. Que j’étais dingue et bipolaire. Que je n’avais d’ailleurs jamais aimé mes enfants et que là, je partais vivre ma vie alors qu’il devait recevoir notre fils et sa famille et… remplir la feuille d’impôts, ce qu’il ne savait pas faire. »

Tout est dit non ?

Fuyez, fuyez tant que vous êtes encore jeunes, beaux, en pleine possession de vos moyens financiers, tant que vous pouvez sauver vos enfants. Fuyez. N’attendez surtout rien de l’autre : je savais, je me doutais qu’il était anormal dans ses comportements, j’ignorais combien il pouvait aller loin pour sauver son image. Il m’a tuée.

Eva

Publicités

52 réflexions sur “[Témoignage] Eva : « Fuyez, fuyez tant que vous êtes encore jeunes, beaux, en pleine possession de vos moyens financiers, tant que vous pouvez sauver vos enfants. Fuyez. »

  1. Tant que vous pouvez témoigner, il ne vous a pas encore complètement tuée…ne lui faites pas ce plaisir…., un jour après l’autre, c’est tout ce qu’il faut faire « au début »…

    J'aime

    1. Je ne eux que vous suivre aujourd’hui seulement…: il faut fuir !!! Je dis aujourd’hui car il n’ a pas toujours été question des pervers narcissiques…. Hélas ! Moi aussi j’ai vécu très très longtemps avec un de ces vampires et je ne sais pas si je pourrai m’en remettre . Il faut aussi parler de l’après mais cela fera peut être parti de mon témoignage qui sais…

      J'aime

  2. Bonjour Scarlett ,

    J’ai également 52 ans et vécu avec un PN . A 80 pour cent , j’ai eu les mêmes déconvenues qu’Eva Mon fils aîné qui m’a renié , mes parents qui ont fait une attestation contre moi .. Licenciée par Lui et sans travail à ce jour , hébergée au bon vouloir d’une connaissance etc Pourriez vous nous mettre en rapport pour échanger toutes les deux ?

    Dans l’attente de votre retour , Je vous adresse tous mes meilleurs vœux

    Sylvie

    >

    J'aime

    1. C’est consternant la capacité de nuisance et de manipulation de ces êtres, il faut vraiment témoigner et expliquer, expliquer, sans relâche! Dénoncer leurs méthodes et pratiques (ce sont toujours les mêmes schémas, c’est frappant).Je suis de tout coeur avec vous et vous envoie tout mon soutien, battez vous,vous rebondirez et lui s’enfoncera dans sa noirceur. En effet la vieillesse du PN est très difficile. Leur vraie nature apparait de plus en plus et ils ne supportent pas de vieillir.

      Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Eva je suis de tout coeur avec vous…Non il ne vous a pas tuée, vous êtes en vie…Certes vous y avez perdu des plumes…Vous n’avez pas eu de chance aussi, de tomber sur des interlocuteurs en dessous de tout, crédules et naïfs (avocat, juge…) Eh oui ces juges, ces psys, ces avocats sont des humains, pas des sur hommes ou sur femmes et ils se font avoir eux aussi…Ce fut à votre détriment, mais vous n’êtes pas sans rien, il faut vous reconstruire, le zapper et continuer votre vie sans lui, en vous appuyant sur de bonnes personnes, là sera votre revanche…
    Votre témoignage est l’illustration implacable du fait qu’il n’y a jamais aucun avenir radieux avec le PN, il utilise et détruit jusqu’au bout, en accentuant la pression sans cesse…Donc il est important de les détecter tôt dans la relation et de s’enfuir, au besoin en perdant quelques plumes car de toutes façons, plus on attend, plus la perte sera importante (psychique, physique, financière…)

    Aussi les femmes sont bien mal protégées de ces nuisibles dans notre société car bien souvent, notre carrière passe après les enfants et on se retrouve démunie plus tard si on n’a pas un conjoint solide et fiable.

    Aviez vous vu des signes précurseurs au début de la relation?

    je vous envoie tout mon soutien

    J'aime

  4. Eva ,
    J’ai lu attentivement votre témoignage, j’ai subi ce syndrôme d’aliénation parentale de la part de mon géniteur lui un PN. La vérité finit toujours par éclater au bon moment, il y a un temps pour chaque chose et le temps des hommes n’est pas celui de la vérité systématiquement. Mon ex lui aussi un PN qui m’a terrorisé comme votre époux sur le plan psychologique, a une mère qui n’espérait qu’une seule chose, c’est que je rentre “au pays” pour y vivre avec son fils, alors que j’ai une carrière internationale. C’est ainsi que j’ai compris qu’elle désespère de voire son fils “casé” afin d’en être soulagé. Votre témoignage confirme une chose que je n’ai jamais ignorée dans aucune relation, ne JAMAIS quitter son travail pour un homme même milliardaire et si c’est l’homme qui vous le demande alors JUST RUN !!!!! En abandonnant votre salaire, vous abandonnez votre Dignité car vous devenez dépendante et donc assujetti. Autre règle toujours avoir un compte individuel (dont il n’est pas au courant) en plus du compte commun et si possible voire l’idéal c’est d’éviter le compte commun ou joint même marié, on ne met pas ses oeufs dans un même panier. Question, je ne sais pas dans quel secteur professionnel vous excerciez, mais serait-il possible que vous vous métiez à votre compte ? Et puis NON cet homme ne vous a pas tué, même si on leur donne durant la relation le bâton pour se faire battre, consciemment ou inconsciemment, le fait d’en être sortie même ruinée est la preuve de son échec. Passez son nom et son image à la javel de votre cerveau, et jouissez de votre liberté et du calme retrouvé et vous verrez que le reste suivra. Depuis ma rupture je suis épanouie et déterminée. Le bonheur est votre mission personnelle qu’en aucun cas vous ne devez mettre entre les mains d’autrui, nul ne peut vous aimer plus que vous même. Bonne et heureuse année à vous!!!

    J'aime

  5. Vous êtes vivante Eva!
    Ou plutôt survivante, comme nous tous ici, mais bien en vie!
    Accrochez-vous, courage, vous allez y arriver, un jour à la fois, un pas à la fois
    Vous méritez bien mieux que cela!
    Croyez en vous… Et vous verrez, la vie vous fera un sourire… Je vous le souhaite de tout coeur!

    Aimé par 1 personne

  6. Eva,
    Vous êtes une belle personne. Vous avez un grand Coeur. Je suis comme vous, je lui ai tout donné et j’ai tout perdu, sauf moi. Ça vaut vraiment, vraiment la peine d’apprendre enfin à prendre soin de vous. Je ne suis plus une jeune femme, mais c’est une bien belle période pour ce découvrir. Je vous souhaite un beau courage et je pense bien à vous
    Marie

    J'aime

  7. Chère Éva,
    Non, vous n’êtes pas morte…
    Il souhaite votre mort, mais vous ne lui ferez pas ce plaisir, n’est-ce pas?
    Je suis moi aussi une survivante. J’ai moi aussi sacrifié une vie professionnelle confortable alors que j’avais des facilités à l’école qui m’auraient permises d’être enseignante ou cadre dans une entreprise. Lorsque j’ai pris conscience que c’était une mauvaise idée de vivre à ses crochets (acérés) j’ai dû faire mille boulots d’intérim et garder ma fierté au fond de moi.
    Il m’avait prévenue que si je reprenais les études il me quitterait et bien il l’a fait… A 45 ans, je suis étudiante et ma formation se termine en juillet. Je ne rattraperai jamais le temps perdu, mais pour moi le principal est d’être sortie de cet enfer dans lequel j’étais enfermée; Je ne dis pas que le reste est simple. Il y a des jours où je reste de longues minutes prostrée à me demander ce qui m’arrive, mais je suis toujours là et lorsque j’ai des idées sombres, je me dis que les personnes qui seraient très affectées par mon geste sont les personnes que j’aime le plus au monde alors que lui, il serait totalement indifférent à cela. Comme je l’ai déjà dit en commentaire, ce qui fait enrager nos PN, c’est notre capacité à rebondir même du trou le plus profond, et surtout d’afficher notre bonheur de vivre. Alors cela vous demandera beaucoup d’énergie, mais cela en vaut la peine.
    Bon courage ! je suis de tout cœur avec vous.

    J'aime

  8. Eva, vous êtes là, sur ce blog, avec nous tous qui comprenons si bien ce que vous vivez. Car vous vivez, vous êtes vivante, il ne vous a pas tuée, jamais, ne lui faites pas ce plaisir, c’est la jubilation ultime pour un PN. Si vous êtes d’accord, j’aimerais que Scarlett nous mette en contact. Tenez bon, vous vous êtes éloignée de lui, c’est votre survie, pour le moment c’est exactement ce dont vous avez besoin. Nous serons nombreux à vous le confirmer. Croyez en vous et vos capacités de ne pas lâcher, vous avez de la valeur, même si tout vous parait insurmontable pour le moment. Courage…

    J'aime

  9. Bonsoir Eva,
    S’il a tué quelque chose en vous, c’est peut-être votre candeur mais en aucun cas autre chose. Ce que vous avez de beau et bon en vous le restera.
    Que les juges et divers avocats aient été dupes, cela fait malheureusement partie du jeu social , assez abject d’ailleurs . Que sa mère soit assez aveugle ( ou feigne de l’être) pour vous accabler fait aussi partie d’une norme culturelle.
    Je retrouve en votre témoignage nombre d’éléments communs à mon histoire , les retournements, les mensonges, l’éloignement des enfants , de la famille, l’escroquerie financière entre autres. Sorties de la sidération, cela prend du temps, nous mesurerons alors le bonheur d’être parties.
    Je suis de tout coeur avec vous, faites-vous aider, vous avez déjà fait le principal, ne l’oubliez pas.
    Mes voeux d’une meilleure vie pour 2016.
    Amicalement.

    J'aime

  10. Bjr Eva,

    « il m’a tué » est la même expression que j’ai employé me concernant cette année 2014 (octobre aussi) pour définir mon état quand mon ex compagnon m’a quitté par surprise pour une autre, ne me laissant plus rien.

    J’ai vécu pire que l’enfer…mais je souhaite partager avec vous des techniques de soin qui m’ont fait bcp de bien.

    Tout d’abord, l’EMDR qui agit sur le cerveau par une technique de mouvement oculaire, libérant les traumatismes et émotions difficiles. Je vous assure que ça fonctionne et que ça fait avancer.

    Ensuite, l’EFT qui agit également sur le cerveau par tapotement sur certaines parties du corps. Comme l’EMDR, l’EFT reprogramme le cerveau.

    Un autre outil surpuissant, la Communication Non Violent (CNV) de Marshal Rosenberg. Il s’agit d’une façon de voir le monde, soi et les autres qui change radicalement de ce que vous avez connu. Par une rééducation du langage, la CNV permet de se reconstruire une carte du monde complètement personnalisée en démontrant (de manière concrète et pratique), là ou vous vous niez, oubliez, violentez. Il faut faire des stages, c’est plus efficace.

    Ce que je souhaite vous dire, c’est qu’aussi difficile que soit votre situation, surtout BATTEZ VOUS…j’ai failli me suicider cette année (39 ans) , hors j’ai choisi de résister, et surprise….j’ai découvert une personne courageuse, intelligente, humaniste….moi! J’ai aussi découvert qu’il existe une multitude de gens extraordinaires sur cette planète. Des gens qui se battent, qui vont avancer l’humanité avec toutes sorte d’innovation, de bon sens, d’amour pour les autres, en vrai…

    Plus j’ai souffert, plus cela m’a fait prendre conscience de mon utilité et de ma responsabilité de participer à la construction d’un monde meilleur.

    Je vous certifie que vous allez enfin vous découvrir Eva, et que vous serez surprise de votre valeur profonde, celle qui ne vous a jamais quittée, même si aujourd’hui elle est voilée…

    Courage, courage, courage!!!

    Lys

    Aimé par 1 personne

  11. Merci du fond du coeur à vous tou(te)s pour vos pensées si compréhensives, positives, soutenantes. Oui Lunapark, il y a eu tellement de signes précurseurs. Trois mois après mon mariage, je découvrais qu’il entretenait une relation depuis 6 mois avec une stagiaire de l’entreprise. J’étais enceinte et j’ai choisi de rester. J’étais surtout déjà totalement accro. Mais j’ai compris ce jour-là ( inconsciemment hélas) que si je voulais « le garder » il allait falloir m’accrocher : je suis donc devenue  » parfaite  » à ses yeux : corvéable et sans désirs personnels. Son plus beau compliment (outre  » ma beauté  » perdue à ses yeux ces dernières années) c’était :  » Tu es la fille la plus gentille que je connais. » Cela me suffisait apparemment.
    Bien sûr que de plus en plus je prenais conscience du malaise : ses tromperies ( nombreuses qui m’ont fait devenir fouilleuses), ses mensonges, son manque de soutien face à nos deux enfants ( dont un fils très tôt tres difficile), ses nombreux voyages sans moi, sa façon de gérer sa carrière seul ( nous étions dans la même entreprise) me laissant toujours les places les plus compliquées ou les plus minables ( malgré les nombreux appels du pied que m’a fait la direction), sa façon de me dévaloriser l’air de rien ( il adorait les grosses poitrines, je n’en dispose pas ; il allait seul à des dîners, en me mentant, avec des notables intellos de la ville : j’ai fini par devenir complexée sur mon physique et sur mon intelligence : je n’étais forcément pas sortable, quoi…), sa sexualite de plus en plus déviante (magazines de petites annonces de rencontres porno sur lesquels je suis tombée dès les années 90 suivis, plus tard de sites internet du même acabit), etc.
    J’ai toujours pardonné : je ne crois pas que cela venait de la peur de la solitude. Je crois que je m’accrochais à mon idéal de famille (dont j’étais le pilier), je crois surtout que j’étais raide dingue de lui. Car sa perversion n’était ni agressive (c’est le plus tendre des hommes dès lors qu’il fait ce qu’il veut), ni quotidienne : en 30 ans, je crois que j’avais droit à environ 2 love-bombing (d’une semaine) par an : Resto, amour fou, voyages… C’était un vrai magicien.
    Je sais bien que j’ai donné le bâton pour me faire battre et aujourd’hui où j’essaye de renaître, tout m’échappe car beaucoup de mes proches sont surpris (agressifs) dès que je me rebelle ( maladroitement je le sais, d’où l’intérêt de la communication non-violente que j’apprends via internet), Lys. J’essaye de comprendre mon histoire : pourquoi suis-je devenue aussi peu respectueuse de moi-même au point de si peu inspirer le respect ? C’est un constat terrible qui remet en question toutes les illusions que l’on avait. À mon âge, cela fait beaucoup de deuils à gérer.
    Merci à tous. Bien sûr que je suis d’accord pour une mise en relation Nathalie. Je ne suis pas tres participative sur les réseaux ou forums ( ma peur d’apparaître toujours) mais je suis admirative du courage que vous déployez tous à commencer par Scarlett qui a su nous réunir.
    Je vous souhaite le meilleur pour 2016.
    Eva

    J'aime

    1. Les amies, veillez à bien respecter les pseudos que vous avez choisis ou que j’ai choisis pour préserver votre identité. Eva, je me suis permis de modifier votre nom qui apparaissait complètement précédemment.

      Pour ce qui est du manque de respect, c’est parce que le pervers narcissique prend la peine de gagner votre confiance et votre amour dans un premier temps. C’est là-dessus qu’il se base pour lancer son assaut pervers. Une fois qu’il sait qu’il a ces deux éléments, il ne prend plus la peine de se dissimuler. Dès que vous acceptez la situation (sous couvert de mots comme « compromis » par exemple), vous êtes finie. En fait, vous êtes finie dès le moment où il vous montre son vrai visage, justifie ses mensonges et normalise ses trahisons.

      Il faut partir dès l’instant où vous voyez les coulisses, le côté sombre car une fois que ce rideau est levé, les choses ne redeviendront plus jamais comme au début. C’est difficile à intégrer mais c’est la vie.

      J'aime

      1. Bonsoir à toutes,
        Le hasard m’a mené à chercher ce qu’est un pervers narcissique sur un moteur de recherche, et je vous découvre toutes avec nos histoires si similaires, car je crois être victime non pas d’un mais de 2 PN. J’ai le cœur brisé. Je me sens si seule, j’ai cette culpabilité que cela vient de moi , que je ne tombe amoureuse, envoûtée, que par des hommes comme cela. J’ai décidé de changer de psychiatre, elle me suis depuis le début de ce que ma fait enduré mon mari avec qui je suis en instance de divorce depuis un an (14 ans de vie commune et je ne suis plus rien) . Avant de m’annoncer qu’il divorçait , il m’a dit :  » tu n’existes pas », j’ai senti tout mon corps se vider de son sang, moi la mère de son enfant, qui suis aller jusqu’à me surendetter pour lui. Je fais de la dépression chronique sévère avec un traitement depuis des années, j’ai du quitter mon travail, j’ai fais une tentative de suicide car il m’avais menacé de me quitter au moments où tous les créanciers me tombaient sur le dos. Je n’avance pas. Et je crois redécouvrir l’amour, le vrai à 50 ans, et à nouveau je suis abandonné, trahie, je me sens si mal.
        Le « nouveau PN » m’a dit il y a 3 semaines, je sais que je te manque et que tu m’aimes tu me le rappelle assez souvent. Cette phrase m’a laminée, je ne fais qu’y penser, je ne fais que pleurer, et je retombe en plus dans le cercle infernal de la boulimie. Mon futur ex mari essaie, je crois, de reprendre de l’ascendance sur moi car il doit me sentir fragile.
        Il ne faut pas que je retombe dans le piège.
        J’espère que la nouvelle psychiatre m’aidera à me sortir de cet enfer, mais j’ai aussi tellement besoin de ne pas me sentir seule et coupable.
        Merci à ce blog d’exister.

        J'aime

    2. Bonjour Eva,

      Je suis touchée par votre histoire et voulais vous dire que vous ne devez pas culpabiliser ni vous faire de reproches. Cet homme vous a retourné le cerveau pendant des décennies en vous faisant perdre vos repères afin de vous formater à son image et à sa perversion !! Par amour pour lui et dans l espoir qu il redevienne l’homme qui vous a fait craquer (car on espère toujours retrouver ces moments si merveilleux, bien qu ils fassent partie de la stratégie), vous étiez prête à combler tous ses désirs, en occultant les vôtres. Mais pour les PN nous sommes des objets et ils se fichent complètement de ce qu on peut ressentir, on perd donc l’estime et la confiance en soit car plus on se plie à leurs exigences et plus on nourrit leur pouvoir destructeur !! On se sent vide et ruinée !! Je sors moi même d une relation toxique de 8 ans (rien à voir avec vos 30 ans bien sur) mais j ai eu la même sensation que vous par rapport au fait que l on à le sentiment de ne pas se respecter pour accepter tant de maltraitance morale et on ne se reconnaît plus par moment !! Comme dit Scarlett, peut être faut il puiser dans cette ruine et trouver notre force intérieure, l étincelle qui nous aidera à rebondir et reprendre le contrôle de notre existence !
      En tous cas je vous souhaite beaucoup de courage, car le chemin sera difficile mais pas impossible. J espère que vos enfants réaliseront vite qu ils font erreur et reviendront vers vous. Entourez vous le plus possible et pensez à vous c est ce qui compte !!!
      Ce blog est une vraie thérapie, je l ai découvert récemment et cela fait du bien, on se sent moins seul et compris, la parole libere….
      2016 sera l année du renouveau et de la liberté !!!
      Je vous le souhaite de tout cœur
      Carol

      Aimé par 1 personne

    3. Bonjour Eva,
      Votre témoignage m’a bouleversée tellement je m’y suis retrouvée….Mon ex-mari était un notable et cultivait très bien son image. 13 années de mariage ont suffit peu à peu à me détruire. J’ai aujourd’hui 62 ans, et je ne ressemble plus en rien à la femme joyeuse, pétillante, jolie que j’étais quand je l’ai rencontré. J’ai été empoisonnée à dose homéopathique. Je cachais soigneusement mon désarroi et ma souffrance intérieure à tous. Et lui, s’en sort avec les lauriers…… Double peine ! Après m’avoir « utilisée » pendant de longues années, et faite patienter en me faisant miroiter la retraite ou nous nous retrouverions sans soucis pour vivre en paix, il l’a effectivement prise, il a vendu son cabinet…… Et m’a quittée 5 jours après, froid, déhumanisé ! Il m’a fallu ce choc pour comprendre enfin que je me faisais manipuler comme une marionnette pendant toutes ces années. Oui, il faut fuir dès que le premier comportement qui sort du respect et de la bienveillance se fait jour. Car ces étres ne changent jamais : ils n’ont d’intérèt que pour eux-mème et s’ils portent un sentiment, c’est pour eux et seulement eux!
      Après cette vie avec ces étres destructeurs, il nous reste à nous -victimes « consententes »- la dévalorisation, le repli d’une bète qui se meurt, le regard suspicieux des amis qui doutent de notre parole…… Et ce sentiment d’errer sur une terre brulée au napalm . A l’aube de la vieillesse !

      J'aime

      1. Bonjour Nine,

        Je suis profondément désolée pour vous et je vous souhaite de vous reconstruire malgré tout, jour après jour.

        Si vous avez posté sur ce blog, c’est que vous avez encore de la force au fond de vous. C’est dans cette réserve qu’il vous faut aller puiser.

        Bon courage !

        J'aime

      2. Bonjour Nine,
        Je suis sidérée de ce que vous écrivez et je me dis que finalement…. J’ai encore échappé au pire. J’ai 10 ans de moins que vous, peut-être l’espoir de me reconstruire au moins professionnellement ( quelle galère !) . Je comprends parfaitement votre désarroi. Moi aussi : le 16 mars dernier, il me parlait de prendre notre retraite au Portugal ( pour cause de défiscalisation) puis me fichait dehors (à coups d’arguments meurtriers car c’est moi qui suis partie) le lendemain ! Je vous souhaite tellement de courage. Je comprends votre empoisonnement « à dose homéopathiques « , je comprends le regard suspicieux des autres (je vis la même chose et nous ne faisons alors qu’ osciller entre culpabilité et sentiment d’injustice), je comprends que vous ne vous sentiez plus ni « joyeuse, ni pétillante « . C’est terrible ce qu’ils ont fait de nous. Mais nous devons nous accrocher : tant que le soleil brille, tant que quelques personnes continuent à croire en nous. Je vous souhaite cela pour 2016.

        J'aime

    4. Alerte !!!!
      Bonjour Eva, Scarlett,

      Est-ce moi ou j’ai le sentiment que ces PN ont des phrases types telles « Son plus beau compliment (outre » ma beauté » perdue à ses yeux ces dernières années) c’était : » Tu es la fille la plus gentille que je connais. » Cela me suffisait apparemment.”

      Je n’ai pas pu lire la suite du message car en m’arrêtant à cette phrase, les ampoules ont clignotées dans mon cerveau. Ouiiiiiiiiiiii, excatement , une nuit à 2 heures du matin alors qu’il s’était pris le chou avec un cousin durant une soirée familiale, mon ex me téléphona à 2 heures du matin, lui qui savait que je suis une couche tôt qui se réveille tous les jours à 4 heures. Il me dit donc cette même phrase, “ Tu es une fille gentille, tu es vraiment quelqu’un de bien, je ne te mérite pas” il avait en plus quelques verres dans l’organisme mais encore lucide. J’avais malheureusement intégré ces affirmations comme un compliment. Aujourd’hui je sais que ce n’étaient que foutaises. La femme que je suis se refuse à ce genre de flatterie qui n’a rien d’un compliment surtout quand l’individu fait montre d’autant de vices dans la “relation”.
      Si vous ne vous faites pas violence chaque matin et chaque soir en vous disant devant la glace “ Je suis la MEILLEURE, la plus BELLE et LA plus FORTE, j’ai survécu un PN.” Alors OUI cet ex aura gagné.
      Cette méthode s’appelle la méthode COUE. Permettez que je vous donne ce lien qui prendra 2 mn de votre vie: http://www.methodecoue.com
      Ou encore Don Miguel RUIZ “les quatres accords toltèques” : quoiqu’il arrive ne jamais en faire une affaire personnelle.
      Autre chose, culpabiliser c’est prendre le risque de rester dans la victimisation. Quel crime avez vous commis si ce n’était que d’avoir aimé un homme qui s’est avéré être une Contrefaçon, soit un made in china (ça c’est pour l’humour 😉 ). Aucun!!!!
      Vous vous êtes libérée à votre rythme au moment où vous étiez prête à le faire, de ce monstre, alors ne le laisser pas partager votre vie de femme libre en le fesant vivre dans votre cerveau au quotidien. Personnellement quelques jours après la rupture , chaque fois que son image ou son prénom survenait dans mon esprit je l’injuriait systématiquement dans ma tête et c’était fini. Aujourd’hui quand je vois son image ou que l’on me parle de lui (tout mes amis ne savent pas que je l’ai quitté il auront le temps de s’en rendre compte et je n’ai pas à me justifier surtout vis à vis de ceux qui ne l’ont jamais rencontré), je réponds de façon neutre et très détachées sans aucun ressenti ni émotions, il m’arrivent même de rire au larmes avec ma meilleure amie quand je constate à quel point ce PN était pathétique. L’humour à pris le dessus. Oui j’ai aimé un PN incapable de m’aimer and so what? !!!!! I don’t care anymore !!!! Je vis ma vie, je ne rumine pas car je ne suis pas une vache (encore une tactique humoristique), je ne ressasse pas parce que je n’en est pas le temps ni l’envie.
      Allez conquérir le monde belle Dame,

      Aimé par 1 personne

      1. Ha ha j’adore ton commentaire, Dandoha ! Il faut les laisser dans leur délire et AVANCER. Il y a des millions d’hommes sur cette planète alors pourquoi pleurer sur un immature incapable de la moindre vérité…? Next.

        Aimé par 1 personne

  12. On n’ignore pas qu’ils ont un grain, par contre on ignore jusqu’où ils veulent nous conduire et où ça finira !!!
    Le passage sur tes propres enfants qui se détournent de toi, ca m’a fendu le cœur pour toi…. Tu peux consommer de l’aubépine sommités fleuries pour cicatriser cela.
    Hélas ils ont grandi avec le pere pn, ils ont forcément soufferts. Ca a du les amputer de leur coeur ( car le pn n’aime pas que l’on en ai, donc il interdit aux enfants ses manifestations). Ils ont dû grandir brimé de leur propre être pour pouvoir survivre avec un pn quand on est enfant, on dois renoncer à soi. Car c’est lui ou soi. Et c’est toujours le/la pn qui gagne.
    Ton témoignage en est aussi un bel exemple.
    Tu nas pas souhaité raconter en détail la relation avant la dernière annee, mais il a eu forcément des prémisses, n’as tu jamais senti qu’il n’était pas normal avec ses enfants? Mais ta propre famille n’est en rien etrangére a tout cela , ta vie de couple, je dirais même que ca en est le terreau. Et bien tu n’es pas seule ici on se ressemble beaucoup et on est pas seul.
    Tu vas vivre de belles choses encore, nettoie ta tete avant pour cela ( thérapie, art, nouveaux hobbies, )
    2016 ère du renouveau pour nous tous ici je le souhaite
    😘

    J'aime

  13. Bonjour Eva, ton témoignage est très touchant je ne pense pas qu’il t’a tuer au sens psychologique. Au contraire tu te relèvera pour toi et tes enfants. Les Pn n’aiment pas savoir les victimes heureuses même après leurs passages.Derrière le mal il y a toujours quelques choses de beaucoup mieux. La preuve tu es sur ce blog et en plus tu as réussi à témoigner. Comme dit scarlett il est important d’en parler pour se libérer, c’est un long travail après les 30 ans avec ce Pn mais tu va y arriver . Pour 2016, je te souhaite le meilleur, le bonheur, la santé et la prospérité.Ps: Moi je me dit un Pn quand viendra son heure il sera seul à force de détruire ses proies,un monstre ne peut pas gagner toute sa vie.

    J'aime

  14. Bonjour NIne,
    J’ai presque le même âge que vous et je vous comprend. Cependant permettez moi, avec l’âge nous nous éloignons forcément de la beauté extérieur et avons oublié en chemin notre enfant intérieur. Y a pas d’âge pour rencontrer SA beauté intérieure et faire un bout de chemin avec son enfant intérieur, c’est ce que je vous souhaite. Belle découverte
    Marie

    J'aime

  15. comme je vous comprends et comme votre témoignage est poignant…plein de courage
    je sais ce que vous traversez…
    lisez, documentez vous sur ce type de personnage, cela vous donnera de la force…
    de tout ❤ avec vous

    J'aime

  16. Bonjour à tous,

    Je vous souhaite à tous une excellente année de bonheur, de recherche en soi pour s’éveiller chaque jour et ne plus sombrer, ni se laisser manipuler dans notre vie.
    J’ai également beaucoup d’empathie, de sensibilité, de joie de vivre et d’attention pour les êtres autour de moi. Une bonne proie pour les PN en soif pour se nourrir de notre sang, de notre énergie positive.
    Je souhaite remercier de tout coeur Scarlett et de son soutien via ce blog. Elle m’a permise d’être en alerte et de prendre conscience de la définition d’un pervers narcissique.
    Je l’ai compris et mis des mots sur mes maux lorsque j’ai pris conscience de mal être et mon incompréhension face à ma dernière relation.
    J’ai rencontré en été 2008, cet homme tout à fait charmant lors d’une soirée, je ne peux pas expliquer mon émotion mais j’avais un sentiment de liberté, de légèreté et d’attirance pour cette personne qui m’a fait tourné la tête en peu de temps.
    Il m’a rappelé dès lendemain matin afin de faire plus amples connaissances et nos échanges ont été très complices dès les 1er mots
    Dès nos 1et rendez-vous, l’alchimie a opéré enfin l’alchimie de la dépendance pour moi et des mensonges de son côté.
    J’ai eu le droit aux jeux de séduction, compliments, cadeaux mais également sentiment confus et flou malgré mon attirance démesurée.

    D’après ses propos, il était séparé de sa copine qui d’après ses explications état certainement trop belle pour lui. J’avoue que j’avais été choquée. Je ne comprenais pas pourquoi cet homme charmant se dévalorisait à ce point.

    Cette histoire a furé un peu plus d’un an avec des allers/retours de sa part qui bien évidemment me laissait daˋns l’incompréhension et une telle souffrance sans la comprendre juste la ressentir. Un jour, je n’avais de nouvelles de lui, je lui ai donc envoyé un SMS et la réponse à été foudroyante même si je m’y attendais.
    Le message disait tu es un personne entière et quelqu’un de bien, je sens que tu t’attache à moi après plus d’ an, je préfère que l’on reste amis!
    Le seul réflexe à été l’indifférence, j’ai donc répondu je m’en doutais, je te souhaite plein de bonheur.
    J’étais mal et vide au fond moi. Il a renoué un contact par l’intermédiaire d’un ami quand il a appris le décès de mon père en 2009 mais toujours avec cette envie extrême de me vider au plus profond de moi. La relation s’ est arrêtée lorsqu’il a appris que j’avais rencontré quelqu’un mais aussi toxique à ma vie donc voué à l’échec.

    Je rends compte qu’il n’a jamais été trop loin et il apparassait en cas besoin de tester le degré de dépendance. Un jour, je reçois un message via un réseau prétextant avoir besoin d’un renseignement professionnelle et il prends de mes nouvelles et il m’informe que sa douce l’a quitté recemment. 1ere nouvelle, en fait, elle a toujours été sa douce enfin je pense une proie et cerise sur le gâteau dontj 2 enfants! La chute
    Moi, bonne proie et bonne poire, j’écoute ses pleurs, sa détresse et il me fait des aveux sur le fait qu’il voulait tout quitter pour moi mais on l’avait dissuadé et bla bla bla. Et je plonge la tête la 1ere mais cette fois en tant que proie quotidienne pendant plus d’un an jusqu’au jour où il me manque de respects en presence de ses copains, je n’apprecie pas, je lui fais remarquer et le masque tombe mais je prends conscience du malaise. Il m’évite, fais des coups pour bien faire mal mais je sens le vent tourné et un air de déjà vu. Le vide, le mal, la perte d’appétit et de confiance en soi, je prends conscience, je tombe sur ce blog qui m’ouvre les yeux. Nous sommes partis en vacances programmés cet été avec son fils et le mien. La veille de notre départ, j’apprenais qu’il voyait une autre femme qui s’ est confirmée par une gaffe de son fils. Il était prêt à passer des vacances avec moi sans scrupule ce qui n’était pas mon cas. J’eu une semaine de réflexion lorsque nous sommes rentrés, je lui rendu sa clefs (nous vivions chacun chez soi), j’ai mis fin à cette relation depuis j’evite tout contact, il tente toujours via de tiers personne mais je reste indifférente et utilise mon énergie pour me reconstruire.

    Je ne pense pas me tromper aujourd’hui mais le doute persiste, est-il pn?

    J’apprends à m’aimer sans être en attente de l’amour des autres et je me découvre chaque jour! Quel bonheur de vivre !

    Désolée pour ce long témoignage qui apportera du soutien aux autres intervenants.

    Meilleurs vœux et encore un grand merci à scarlett, tu es notre lumière

    Nathalie

    J'aime

  17. Bonsoir,

    J’ai tenté de raconter mon histoire mais je crois avoir fait une mauvaise manipulation et il a dû s’ effacer.

    Je vous souhaite mes voeux de bonheur et de courage.

    Gardez confiance en vous Eva et apprenez à vivre pour vous et apprécier les petites choses de la vie qui peut vous apporter beaucoup de soutien de bonheur après une telle épreuve.

    Merci à Scarett pour votre lumière
    Amitiés

    Nathalie

    J'aime

  18. Bonjour Éva,
    Je voudrais vous féliciter car vous êtes toujours vivante!
    Votre histoire ressemble fort à la mienne..
    Le manipulateur est un personnage particulièrement intelligent, ce qui devrait nous disculper de ces nombreux aveuglements…
    Nous avons suffisamment souffert pour ne pas encore en rajouter « une couche ». Le courage nous l’avons eu, vous en vivant 30 ans avec votre mari, moi 28…!
    Les enfants sont revenus vers moi après de nombreuses années de silence.
    Ils ont compris le personnage qu’est leur père et comprennent qu’eux aussi ont été des victimes, non sans séquelles d’ailleurs!
    Me reconstruire à pris du temps, Vous aussi vous y arriverez car la vie est plus forte que tout.
    Je vous souhaite du courage, le défi est de lui montrer que vous êtes à nouveau heureuse, épanouie, mais sans lui…
    En pensées je suis de tout cœur avec vous.

    J'aime

    1. Bonjour Buisson,
      Votre gentil message m’interpelle particulièrement : au bout de combien de temps sont revenus les enfants ? Comment s’y prendre dans ce No contact actuel ( si je les appelle, ca se finit toujours mal : où je suis à vif et ce qu’ils me disent me renvoit à ma grande solitude actuelle (à tout ce que je ne partage plus avec eux puisqu’ils rejoignent mon mari les vacances ou week-end depuis un an) où je la joue « femme épanouie  » en racontant des mensonges sur une pseudo vie qui n’existe pas ( pas des amants , je n’en suis pas la, mais des copines, des week-ends que je ne fais évidemment pas)…. Je trouve cette situation hallucinante…. De malentendus, de mensonges, de non-dits. Où je me comporte comme une victime en essayant d’expliquer et là ils me rejettent méchamment ou je la joue à peu près heureuse, en reconstruction, forte, et là, j’ai droit à une phrase assassine sur ce qu’ils se préparent à vivre avec leur père ( ce fut flagrant à Noel notamment). Quelle attitude adopter ? Je crois qu’au delà du deuil du mari, cette coupure insensée, reste pour moi le plus dur à gérer.
      Bien à vous. Merci de votre soutien.
      Amicalement.
      Eva

      J'aime

      1. Eva,

        Disons que vous êtes à un tournant où vous allez voir ce que vos enfants ont retiré de l’éducation que vous leur avez donnée…

        Ils sont adultes et capables de faire leurs choix en conscience. Vous êtes leur mère et en principe, ils reviendront vers vous quand le moment sera venu. On peut difficilement rayer un parent de sa vie. Peut-être qu’une plus grande transparence sur votre quotidien les aiderait à se sentir plus proches de vous… Le fait de leur mentir vous enfonce encore plus alors que vous avez tellement besoin de leur soutien. Ils ne se rendent peut-être pas compte que vous êtes dans une solitude qui vous ronge autant.

        Les hypothèses sont nombreuses. Essayez la vérité, étant donné que le mensonge ne fonctionne pas :). Parfois, quand on s’ouvre aux autres, ils en deviennent plus compatissants. Déjà, il y a un certain rejet de vous-même qui ressort de vos lignes, probablement lié à de la honte et à un sentiment d’inadéquation. J’ignore si vous en avez conscience mais comme vous n’acceptez pas votre situation actuelle, cela peut créer une tension dans votre façon d’agir. Les émotions passent même sans qu’on exprime certains ressentis…

        Je vous embrasse et vous souhaite beaucoup de courage !

        J'aime

  19. il me frapper !!!! des que javais pas le méme opinion ke lui !

    je le diser qu il me frapper, il m en voulait ne se remettait pa en question il me harceler moralement et il me feser payer de le dire jaler mal j y ariver plu et il me feser la misere de pn !!!!!!!! il m a gacher mes grossesses mes allaitements
    il maggresser a vive allure des qu il etait enervé !

    il manipuler enfants et les nuisait kan il me contredisait il disais
    jaime nuire o enfants, jaime pa les enfants, jaime les detruire, j aime les rabaisser en leur hurlant dessus, j aime leur dire que tu es mechante, alors que tu leur donne des limites, je les manipule et ils manqueront de ton amour et de ton education ! necouter pa maman rejetter la ne lui faites pas de calins ! jaime ils se mettent en danger !!!! il a reussi car mes cheris ne mecouter plus et se metter en danger car aliénés de moi! ils se sont enfuis du parc car il etaient manipulés a lextréme ne mécouter plus les pauvres !!! il faisais de laliénation parentale
    je vai trop mal de cela

    et les educs ki mont denigrer et lui ils n en parler pas pourtant mes enfants se plaigner et ils voyiez les marques de violence sur enfants !!! pere fou on le defender et moi bienveillante on me denigrer on me metter la pression !!!! il nous a détruits et dans le 34 les educateurs ont laisser faire !!!!!!! l apea ont fais cela mme clauzade ! ellle savaient tout cela ! il es pere violent psychologiqument et physiqument pour enfants !!!! il passe en correctionnel le 07 avril a montpellier.

    tout ce kil ma fais

    tout ce kil a fais aux enfants

    tout il ma gacher ma vie de maman

    je nai pas realiser mon réve

    J'aime

  20. Bonjour,
    J’ai lu le témoignage poignant d’Eva. C’est terrible. Je suis victime d’un pervers narcissique, je me reconnais en tout sur votre blog, le dénigrement, les insultes, la technique du chaud froid ou le love bombing, devenu tellement n’importe quoi qu’il en est arrivé à l’alterner un jour sur deux. Je ne suis pas une vraie femme, je suis une mauvaise mère, mon boulot c’est de la merde,même un chien ne vivrait pas avec moi. Quinze ans. Quinze ans que ça dure. Des scènes à chaque petite minuscule sortie. Sorties que je ne faisais plus. Et puis l’autre jour je suis allée au cinéma et dormir chez une amie, il le savait, je l’avais prévenu. Le lendemain, une scène de rage terrible, je suis une p***, je ne pense même pas à mes enfants, lui les garde comme un larbin pendant que je vais me faire vous savez quoi bien sur, ma fille de deux ans n’a rien dormi de la nuit à cause de moi etc…
    J’ai décidé de le quitter, je suis en train de mourir à petit feu. Il ne me reste qu’une minuscule braise.
    Nous avons six enfants, je n’ai aucune famille, j’ai un travail à mi temps d’infirmière. Je lui ai annoncé la décision. Depuis la fin 2016. Je me pose beaucoup de questions : nous sommes mi février, j’ai dit qu’il avait jusqu’à la fin du mois de mars pour partir mais voilà, il ne fait rien…. Absolument rien. Aucune démarche, il me nargue à dormir sans rien faire. J’ai bien lu votre article sur le non contact, comment faire quand on a des enfants en commun, comment ?

    Vous voyez? Je suis à bout, à bout. S’il ne part pas, car moi je ne peux pas le faire,je n’ai aucun moyen financier de partir, je n’ai plus un sou de côté, il m’a ruinée financièrement, que puis je faire?

    Je pense au suicide, oui, car si c’est le seul moyen qu’il me reste de lui échapper, je le ferai, je ne vois pas d’issue et je ne supporte plus cette vie non plus. Je suis à bout, je ne sais plus ce qui me tient, l’envie de vivre ou de mourir…

    J'aime

    1. Bonjour Séverine

      Bienvenue sur le blog.

      Si vous avez écrit ce commentaire, c’est que vous êtes prête à sortir de votre esclavage après ces 15 ans fermes. Pas de bêtise svp, pensez à vos 6 enfants. Eux seuls méritent votre sacrifice et non le parasite qui vit accroché à vous comme la sangsue qu’il est. Vos enfants sont un trésor, votre trésor. Vous avez souffert pour eux et vous ne devez pas les laisser aux mains de ce pervers en choisissant le suicide.

      La mort n’est pas une solution. Il en existe une bien plus efficace qui est de reprendre le contrôle sur votre vie. C’est possible même après 15 ans de lavage de cerveau.

      Il est clair que ce parasite ne fera rien pour vous faciliter l’existence. Au cas où vous ne l’auriez pas encore compris, il est entré dans votre vie pour vous détruire. Il n’aime personne, ni vous, ni vos enfants. C’est à lui de quitter le domicile. Si vous continuez à écouter ce qu’il dit, que ce soit du positif ou du négatif, c’est que vous n’avez pas encore réalisé qu’il se fichait pas mal de vous, de vos émotions, de votre vie en elle-même. Il n’est intéressé que par votre souffrance et si vous vous suicidez, il ouvrira une bouteille de champagne sur votre tombe. C’est la victoire ultime pour un tel profil, sachez-le. Dès le premier jour, son objectif était de vous voir entre 4 planches et si les 6 enfants peuvent vous suivre, ce sera d’une pierre, deux coups. Vous serez salie post-mortem, il se fera plaindre et vous passerez pour la mère monstrueuse, folle, qui aura tué ses enfants par procuration.

      Ceci étant dit, où en êtes-vous émotionnellement par rapport à monsieur ? Êtes-vous toujours en mode « je l’aime » ou avez-vous bien intégré que d’amour il n’est NULLEMENT QUESTION ? Entamer une procédure de séparation avec un pervers narcissique n’est pas comme une séparation normale. Ce qui détermine votre succès est votre capacité à voir la réalité. Tant que vous êtes dans la « romance illusoire », vous ne pouvez pas vous en sortir, que ce soit clair. Pourquoi ? Parce que cette personne est un maître de la manipulation, il vous retournera le cerveau en 2 temps/3 mouvements. Êtes-vous lucide ou pas ou entre deux ?

      Vous devez vous préparer mentalement à assumer votre destin seule, avec vos enfants. En France, il existe des aides sociales que vous pouvez solliciter auprès de la CAF. Je vous invite donc à prendre tous les renseignements nécessaires auprès d’une assistante sociale pour déterminer quel serait votre budget avec votre salaire + les aides. Précisez bien le cas dans lequel vous vous trouvez, racontez les abus verbaux, n’ayez pas peur de dire toute la vérité mais insistez aussi sur le fait que vous VOULEZ QUITTER CETTE SITUATION. On ne peut vous aider que si vous dites que vous voulez être aidée. Si c’est pour chercher encore une solution de rechange, ça ne fonctionnera pas.

      Ensuite, cet homme a-t-il été violent physiquement ? Si oui, dans quel contexte et une plainte a-t-elle été déposée ?

      Son nom est-il sur le bail du logement, avez-vous acheté le logement ensemble ? Quels sont ses droits légaux à l’heure actuelle sur l’habitation ?

      Accrochez-vous et ne lâchez rien avant d’avoir tout mis en œuvre pour vous libérer !

      J'aime

      1. Merci Scarlett. Non je ne suis plus dans l’entre deux.
        Nous avons été mariés douze ans , où il buvait, m’insultait, me dénigrait en permanence, j’ai fini par demander le divorce. Il est parti, le divorce a été prononcé, il s’est enfoncé encore plus dans l’alcool jusqu’au moment où il est passé aux menaces de mort. J’étais terrorisée. Finalement, sa famille l’a mis en cure où il s’est fait soigner trois mois pour alcoolisme et dépression. Et puis nous nous sommes revus, forcément nous avons des enfants et à cette époque, je l’aimais encore.
        Et là, j’ai fait l’erreur ultime, je m’en rends compte aujourd’hui. J’ai passé l’éponge et j’ai tout mis sur le dos de sa dépression, en me disant que c’était à cause de ça, son comportement.
        On a repris une vie de couple , et même eu une petite fille, notre petite…
        Il n’a jamais retouché une goutte d’alcool. Ni insultée. Mais sur le fond rien n’a changé, je ne suis rien. Tout ce que je fais est nul, je ne connais rien à l’éducation, je ne suis pas une vraie femme.
        Aucune conversation, rien.
        Bref… Il ne m’a jamais frappée.
        Nous sommes colocataires.

        J'aime

      2. Re

        Vous ne répondez pas à la question principale : êtes-vous colocataires légaux ou uniquement sur un plan moral ? Si le nom de monsieur figure sur le bail, ce sera plus compliqué de le faire partir. Je suppose que vous n’avez pas non plus de preuves du harcèlement psychologique…?

        La vie de votre conjoint, son alcoolisme/non alcoolisme ainsi que ses pratiques privées (d’où la fin de votre commentaire supprimée) ne m’intéressent absolument pas. Cela le regarde. Ce qui m’intéresse à l’heure actuelle est de vous donner des pistes pour sauver vos enfants de cette situation toxique.

        Je vous ai demandé s’il avait été violent physiquement car s’il ne l’a jamais été, en principe, vous n’avez pas à craindre qu’il le soit à présent. Cela peut toujours se produire mais les risques sont moindres.

        Le mieux pour vous est de consulter une assistante sociale comme déjà écrit précédemment et d’établir un budget qui permettrait de remplacer la part qui sera manquante une fois que votre « colocataire » sera parti. Ensuite, s’il est sur le bail (au-delà du fait que ce soit le père de vos enfants) alors il a autant de droits que vous de rester sous votre toit. Si Dandoha passe par là, elle aura peut-être une idée sur la marche à suivre.

        Petite parenthèse : je constate que vous êtes encore très focalisée sur cet homme et son état de santé avéré. En plus, vous avez un historique de reprise de relation surtout après avoir obtenu un divorce. Je vous dis cela pour le bien-être mental de vos enfants : réfléchissez bien avant de repartir dans des démarches. Avez-vous déjà commencé à vous projeter CONCRÈTEMENT dans votre vie post-rupture ou pas ? Je ne vous sens pas « sur terre », dans le concret. On dirait que vous avez encore un espoir qu’il change, que ce soit du à X raison.

        Agissez en utilisant votre cerveau et pas vos émotions. Les êtres humains deviennent irrationnels quand ils ne se servent pas de leur intellect. Faites les choses étape par étape. Même si vous devez déménager, il est peut-être possible d’avoir une aide. La balle est dans votre camp. Je n’ai jamais été dans cette situation et je n’ai pas d’enfant donc renseignez-vous.

        Bon courage.

        J'aime

    2. Une source d’inspiration de notre lectrice Historiacyn qui s’est retrouvée dans une situation similaire à la vôtre :

      COPIER/COLLER DU COMMENTAIRE LAISSE A COOKIE

      « Bonjour @Cookie ,

      il me semble que c’est à vous que j’ai expliqué mon parcours , pour obtenir un logement. Sans ressource , je me suis rapprochée d’une assistante sociale, j’ai pris rdv avec tous les élus de ma ville et en quatre mois , j’ai obtenu un f3, pour mes deux enfants et moi, Spielberg n’a rien fait pour moi ! 😊 Il faut vous battre plus que si vous aviez les revenus pour l’obtenir mais surtout ne pas restez dans l’inaction en vous disant que c’est impossible. C’est se résigner à vivre avec son bourreau…

      Frappez aux portes , jusqu’à ce qu’on vous entende, peut être que comme pour moi , on vous fermera 4/5 portes, vous devrez frappez à nouveau à des portes que l’on vous a fermé mais à la xième on vous ouvrira , et il se trouvera quelqu’un d’humain qui désirera vous venir en aide, ou bien simplement la personne en aura assez de vous voir venir désespérément raconter votre histoire tous les 15 jours et elle accédera à votre demande !

      Montez un dossier solide , demande de logement, si ce n’est pas encore fait, documents de votre psy expliquant les répercussions psychologiques pour vous, vos enfants , à l’appui et tout ce que vous pouvez y mettre pour appuyer votre demande, ça c’est le premier point
      . Ensuite pour répondre à votre question, ma réponse est : Non , à mon avis , guérir en étant sous le même toit que quelqu’un de toxique pour soi est impossible. Contre manipuler ponctuellement oui mais j’insiste sur le « ponctuellement » parce que c’est à double tranchant, il comprendra un jour, je pense et il déploiera d’autres moyens plus offensifs pour vous couler… D’autre part , ne pas montrer vos émotions, ne signifie pas que vous n’en ressentez pas , cela vous usera tout autant à la longue. Fuir psychologiquement, est illusoire , je pense mais cela n’engage que moi. Je vous souhaite bien du courage et beaucoup de force pour vous en sortir. Amicalement. »

      Aimé par 1 personne

    3. Happy Friday @Séverine ,

      ON VA RECAPITULER VOTRE COMPORTEMENT ENSEMBLE AFIN DE DEBLOQUER LA SITUATION

      Tout d’abord je ne suis pas étonnée que vous pensiez au suicide après 15 ans d’emprise de cet individu, et si vous êtes sur ce blog à appeler au secours c’est que vous ne voulez pas réellement mourrir vous voulez surtout que tout ce cauchemar ce termine mais comment ça vous ne savez pas le faire, vous avez surtout peur de franchir le pas de quitter cet homme avec vos enfants vous êtes incapable de vous projetter dans l’avenir alors que en étant sur ce blog vous avez déjà fait le plus dur à savoir dénoncer ce qui se passe et vos faiblesses, je suis passée par là avec mes géniteurs PN .

      Je vais décrypter vos propos pour vous démontrer que vous réagissez depuis 15 ans en commettant les même erreurs qui vous enferment dans ce cercle vicieux .

      Parce que votre problème à LA SOLUTION

      Je vous cite : “
      Nous avons six enfants, je n’ai aucune famille, j’ai un travail à mi temps d’infirmière. Je lui ai annoncé la décision. Depuis la fin 2016. Je me pose beaucoup de questions : nous sommes mi février, j’ai dit qu’il avait jusqu’à la fin du mois de mars pour partir mais voilà, il ne fait rien”

      Un individu qui vous terrorise depuis 15 ans sans vous quitter c’est un lâche qui en réalité à peur de vous perdre 😉

      Il vous humilie et vous terrorise pour étouffer et vous aveugler sur vos qualités qu’il vous aspire en vous détruisant émotionnellement.
      Tout ce qu’il vous reproche ne vous concerne pas en réalité , quand il vous dénigre c’est de lui qu’il parle

      Et pour preuve vous êtes une infirmière , vous représentez à ses yeux le bon plan , la bonne de service l’esclave idéale qui va prendre soin de lui et comme il a peur que vous vous libériez de ses griffes parce qu’il sait très bien qu’il ne sera jamais capable de vous aimer il ne vous a jamais aimé il ne s’aime pas lui même , donc si il ne s’aime pas il ne peut pas vous aimer , vous comprenez?
      Donc il vous empêche de réfléchir par vous aime en vous rabaissant comme ça , vue que émotionnellement vous êtes épuisée vous ne pouvez plus agir de façon lucide .
      Et vous avez 6 enfants parce qu’il vous a fait des enfants pour vous empêcher de lequitter , rien d’autre , cet individu n’a jamais aimé et n’aimera jamais ses enfants pour lui ils sont des pions pour vous contrôler vous.

      Donc c’est vous de partir , lui il ne partira JAMAIS . Lui il est le cafard qui a envahit votre cerveau en vous manipulant .

      ET plus vous restez dans ce cauchemar plus vous traumatisez vos enfants qui finiront par vous en vouloir de ne pas les avoir protégés.

      Donc Vous @Séverine vous devez arrêter de laisser les gens prendre les décisions à votre place , vous devez cesser de fuire vos RESPONSABILITES en pensant au suicide.
      Le suicide c’est fuir , et depuis 15 ans vous passez votre vie à fuir au lieu d’affronter la réalité et d’affronter vos peurs.

      onc quand vous discutez avec cet individu immoralvous parlez dans le vide.

      Vous avez un métier , vous pouvez vous en sortir , voulez vous vraiment partir cette fois ci ? C’est çala vrai question

      A lire:

      Ce qui fait du mal ne mérite pas qu’on y investisse du temps
      Penser à soi et chercher son propre bien-être et son bonheur ne fait pas de nous des égoïstes, surtout si nous le faisons pour nous éloigner des personnes qui nous nuisent.
      https://amelioretasante.com/mal-ne-merite-quon-y-investisse-temps/

      Je préfère une solitude digne à une compagnie pleine d’égoïsme
      Nous devons apprendre à nous sentir bien avec nous-même et à être capable de profiter de nos moments de solitude pour ne pas avoir à recourir à une compagnie à tout prix.
      https://amelioretasante.com/prefere-solitude-digne-a-compagnie-pleine-degoisme/

      Vous avez décidé quoi pour vous et vos enfants? Parce que lui il ne m’interesse pas donc on sait qui il est on ne va pas perdre de temps à parler de lui 😉

      Peace,

      Aimé par 1 personne

      1. Merci beaucoup pour votre réponse.
        Les choses sont très claires telles que vous me les avez expliquées.
        Je n’ai aucun espoir qu’il change, je suis très lucide.
        Ce qui peut faire paraître mon attitude floue, c’est sans doute qu’actuellement je suis dans la peur de ce qu’il pourra me faire subir émotionnellement lorsque je serai officiellement son « ennemie » ou plutôt lorsqu’il va constater que sa proie lui échappe.
        Ce que j’ai décidé pour mes enfants et moi?
        C’est clair, le quitter, ma décision est prise, de manière définitive et sans retour. C’est d’ailleurs cette séparation que je lui ai annoncée à la fin de l’année, pour laquelle il a trois mois pour réagir.
        Concrètement, si dans un mois et demi, il n’est pas parti comme convenu, c’est moi qui entamerai les démarches pour partir. Voilà. Il est vrai que j’avais voulu éviter cela car je suis épuisée, chercher un logement, une nouvelle nourrice, une nouvelle place en crèche ,tout cela me paraissait insurmontable.
        Mais je vais tenir compte de vos conseil. Je me sens juste si fatiguée.
        Merci pour tout.

        J'aime

      2. Séverine

        Vous avez tenu 15 ans donc vous n’êtes pas à 24h près non plus. Prenez des jours de vacances avec vos enfants chez des amis ou de la famille pour vous couper un peu du nuage toxique.

        Le temps doit être un allié et non un ennemi. Prenez soin de votre moral.

        Aimé par 1 personne

  21. Bonjour,

    je reviens vous donner des nouvelles, je n’ai pas pu rester inactive devant l’inaction de mon PN.

    Je me sentais nerveusement au bout du bout et quand on est au bout du bout, ben ma foi il ne reste plus grand chose à perdre et tout à retrouver. Monsieur est allé passer trois jours chez sa sœur, en lui demandant expressément par texto de ne pas me le dire, texto qu’il m’a envoyé par erreur. C’est comique. Oui, monsieur PN devait s’imaginer que me faire croire qu’il pouvait être ailleurs devait avoir une importance quelconque.
    Bref, il est parti, a du déverser auprès d’une oreille bienveillante ses 15 ans de vie miséreuse à mes côtés, puis il est revenu, accompagné de sa sœur.

    Fut dit fut fait, mon instinct de survie m’a donné le courage de faire ce que je n’aurais pas osé faire, je lui ai dit de ramasser toutes ses affaires qui lui appartenaient et de sortir de ma vie. Il devait signer un bail le 25, je lui ai dit d’attendre ailleurs. Ce fut rapide, effectivement, car tout ce qui est dans la maison a été payé par moi-même, étant donné qu’il était également un grand malade de l’argent et qu’il acceptait de payer à grand peine la moitié du loyer et de la nourriture.

    Je ne peux pas dire qu’il ait acheté un meuble, un appareil électroménager, une assiette ou quoi que ce soit, il n’a jamais acheté une fringue ou une paire de chaussures à un de ses enfants,n’a jamais participé aux anniversaires ou si peu, n’a jamais participé aux cadeaux de Noël. Par contre, la quasi intégralité de son salaire atterrissait sur un compte à lui et je pense qu’il est parti avec 50 000 euros. Je lui ai donc rappelé qu’il devrait s’en contenter et s’estimer heureux.

    Sa dernière phrase a été,  » tu n’as pas voulu m’écouter, tu as pris la mauvaise voie, dommage pour toi tu le regretteras ». Des menaces, floues, pas concrètes, de celles qui peuvent vous laisser imaginer le pire.

    J’ai choisi de les ignorer, oui CHOISI, je le dis haut et fort.

    Aujourd’hui, c’est le troisième jour de ma libération et de celle de mes enfants, je me suis rendue compte que je ne respirais pas, à quel point j’étais oppressée, angoissée, terrorisée, à quel point je faisais chacun de mes gestes en fonction de sa potentielle réaction. Ce soir, je change les serrures car il ne m’a pas rendu les clés. Je vous avoue que c’est symbolique, car s’il veut rentrer dans la maison, il y parviendra. Je ne sais pas où il est, ce qui m’angoisse c’est le moment où il va réapparaître.

    Mais je serai forte, car de la force pour survivre à 15 ans de lavage de cerveau, j’en ai eu.
    Cela fait un an que je faisais mon petit travail sur moi même pour sortir de son emprise. Un an qu’à chaque critique, chaque » toi tu connais rien » , chaque » de toute façon tu es nulle en éducation », chaque » tu n’es pas une vraie femme », chaque  » va te faire soigner » , chaque  » malade mentale », je m’efforçai de me dire que ce n’était pas contre moi, que je n’étais pas ce qu’il disait .
    Lorsque j’ai déposé mes messages sur votre blog, c’est parce que depuis mon annonce de mon envie de le quitter, c’était devenu terrible, absolument terrible, d’une violence psychologique incroyable.
    À tel point qu’à un moment, vous vous dites qu’avec lui, vous êtes morte et que si vous le quittez, il ne vous laissera pas vivre.

    Sauf que entre mourir à coup sûr, ou peut être avoir une petite chance de vivre, ben on choisit forcément.
    Je l’ai fait pour mes enfants, pour qu’ils aient une mère heureuse, en tout cas une mère libre, pas une mère asservie à un parasite, à un vampire, à un monstre.
    Peut être qu’un jour, je ressentirais le besoin de raconter mais c’est tellement long, tellement épuisant.
    Merci à vous, c’est grâce à ce blog que j’ai compris que le seul choix que j’avais était de stopper.
    J’espère qu’il ne viendra pas me harceler. J’espère être devenue une pauvre chose inintéressante pour lui. J’espère que la claque qu’il a prise à son ego me rendra telle une merde indigne à ses yeux. Peut être que ce qui va me sauver, c’est que toute sa famille est là autour de lui à le victimiser, il en a tellement besoin. J’espère que cela va détourner son attention de moi.
    J’ai dit à mes enfants qu’il resterait toujours leur père mais qu’il fallait juste qu’ils fassent attention à ne jamais laisser quelqu’un les obliger à penser quelque chose qu’ils ne pensent pas.
    Je vais voir, mais je suis fière de moi. Moi seule sait quelle énergie il m’a fallu pour y arriver.

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour Séverine

      Alors là… Je vous tire mon chapeau, madame !

      Un tel revirement de situation était imprévu. Comme vous l’écrivez justement, vous avez atteint le fameux point de non retour où on voit ENFIN la manipulation et on comprend qu’il n’y aura jamais de changement positif. Le déclic s’est produit.

      Pour l’instant, c’est tout récent donc vous êtes dans l’euphorie du moment, de la force renouvelée mais attention à la descente. Si vous la préparez bien, vous serez en mesure de dépasser le moment d’après, où avec le temps qui passera, vous commencerez à douter de votre décision. Souvenez-vous des moments qui ont suivi votre divorce. Vous l’avez repris parce que le doute (me suis-je trompée) a été plus fort que le discernement.

      Il est important de vous rappeler POURQUOI vous avez choisi d’avancer sur votre propre chemin. Au fil du temps, surtout dans le cerveau féminin, les mauvais moments ont tendance à être effacés au profit des pseudos moments de « complicité » et ceci est un processus dangereux qu’il faudra identifier comme le nettoyage naturel de la mémoire qui se produit toutes les 3 semaines et non comme un prétexte pour réinventer la réalité.

      Vous avez bien vécu tout ce que vous avez vécu même si avec le temps, cela prendra moins d’importance. Le cerveau est conçu pour effacer les souvenirs trop douloureux et nous permettre de nous régénérer. Vous le vivrez comme si vous aviez halluciné tous ses mensonges et toutes ses fausses promesses. Vous aurez aussi tendance à penser que vous avez exagéré la souffrance ressentie.

      Votre ex reviendra et c’est garanti à 100% parce que c’est vous qui avez initié la rupture et il n’a pas pu anticiper le moment où vous lui avez demandé de prendre ses affaires (perte de contrôle). Il voudra sa revanche et va vous humilier comme jamais dans l’intervalle. Attendez-vous d’abord à une période de traitement par le silence, puis il devrait s’afficher avec une nouvelle compagne en principe plus belle physiquement que vous (j’imagine qu’avec 6 enfants, le corps est un point sensible chez vous), il va dépenser toutes ses économies pour vous faire croire qu’elle est traitée comme une princesse et que vous étiez en fait, le problème. Il va tout faire pour vous rendre folle de jalousie. Attention, traquenard. TOUTES VOS FAIBLESSES SERONT EXPLOITÉES. Ce qui est cool est que vous pouvez prévoir tout ce qu’il va faire si vous vous connaissez bien.

      Le PN ne créé rien du tout, c’est une bulle sans imagination. Il ne fera que se servir de vos propres confessions et j’espère que vous avez une bonne mémoire 😉

      Souvenez-vous de tous ces moments où vous avez commencé une phrase par « Le pire qu’on puisse me faire est BLA BLA BLA ». Ces vampires tendent l’oreille à 100% quand ils entendent comment ils vont pouvoir vous détruire. C’est ce à quoi vous aurez droit.

      Ne tombez pas dans le panneau.

      Avant de partir définitivement, s’est-il mis à beaucoup parler d’une de vos amies, collègues, une autre femme proche de vous ? Si oui (je ne vous le souhaite pas), ce sera elle, la « remplaçante ».

      Bref, focalisez-vous sur votre nouvelle vie et quand le moment viendra, vous saurez que sa stratégie n’est que cela et vous ne tomberez pas dans sa provocation.

      Tenez bon !

      Aimé par 1 personne

      1. Je prend tous vos conseils à la lettre. Oui, c’est vrai, j’avais douté après mon divorce , je l’avais cru dépressif, j’avais cru que sa haine venait de son mal être dépressif. Je m’étais trompée, il était haineux parce nous ne sommes pas des êtres humains et pour lui, je suis tout ce qu’il est incapable d’être. Mais aujourd’hui, je suis décidée à me servir de cette leçon sur ma faiblesse, (et quelle claque), pour ne jamais, jamais retomber.
        Effectivement, il est dans la phase.de silence, aucune nouvelle ni SMS. Ceci dit, je ne lui répondrai pas, hormis si cela concerne les enfants et en m’en tenant aux faits ( droit de visite). Je ne compte lui accorder aucune facilité, ni changement de weekend, ce qu’il ne manquera pas d’essayer de m’imposer.

        Oui, il sait que le pire pour moi, c’est de me prendre les enfants. Ceci dit, je pense avoir une chance dans mon malheur, c’est quelqu’un de très casanier, de très peu dynamique, essentiellement intéressé par son sommeil, son repos, ses repas, son nombril. Il s’est très peu investi avec les enfants et je ne pense pas qu’il  » s’enquiquinera » avec six enfants ou du moins pas sur le long terme.

        Oui, il a vaguement parle d’une collègue, puis de son ex aussi. Franchement, qu’il se mette avec les deux en couple, cela fait longtemps, bien longtemps que j’ai dépassé le stade de la jalousie. J’ai certes six enfants mais j’ai toujours pris soin de moi et on m’a souvent dit que j’étais très belle. De ce côté là, tout va bien. Non, ce qui me blessait, c’est quand il remettait en cause ma féminité, et ce par tous les moyens.

        Je n’oublie pas les mots de Dandoha,  » le cafard qui a envahi mon cerveau ».
        C’est ça.
        Je sais que l’avenir n’est jamais sans nuage avec ce genre de parasite. Je me coache dans ma tête en me disant  » prépare toi, prépare toi, prépare toi ».
        Je ne vais pas mentir, j’ai peur, c’est vrai. Par contre, chaque jour sans lui est un jour de vie, un jour d’oxygène, un jour de bonheur simple avec mes enfants.
        Pour ne jamais oublier les mauvais souvenirs, et ne jamais les remplacer par des pseudo souvenirs de complicité, je me suis fait mon petit aide mémoire, dans lequel j’ai noté tous ses mots et tous ses actes que j’ai supporté, dans lequel j’ai également noté tout ce que je ne pouvais pas faire ou que j’hésitais à faire ou que je faisais mais que je payais cher derrière.
        Et si jamais un jour mon cerveau me fabrique une once de remords, je retourne vite lire tout ça.

        Merci à vous, je vous donnerai des nouvelles. Continuez, cela est libérateur de tomber sur votre blog et d’enfin comprendre ce qui nous arrive.

        J'aime

      2. L’idée de l’aide mémoire est excellente, Séverine.

        Pour les enfants, je croise les doigts pour que vous ayez vu juste et qu’il ne cherche pas à vous attaquer sur ce sujet (car il sait que c’est votre point faible). De toute façon, en prenant conseil auprès d’un avocat avant toute décision, vous saurez ce qu’il y a de mieux à faire et si c’est juste un droit de visite, ça devrait aller.

        Pour votre féminité, si son indifférence vous touchait, c’est qu’il y avait bien un point sensible.

        Sachez que, quoi qu’il fasse, ce sera uniquement dans le but d’obtenir une REACTION de votre part. Vous devez devenir une pierre, éteindre toute émotion face à lui. Même si vous l’insultez, c’est une émotion. Encore pire si vous vous asseyez avec lui autour d’un bon chocolat chaud pour détailler tout le mal qu’il vous a fait. ça signifie pour lui qu’il peut se remémorer des « victoires » car il n’a aucun remords. Pervers donc votre souffrance est sa joie. Donnez des OUI et des NON, soyez factuelle. Toujours et en toutes circonstances.

        Pour la remise des clefs, faites-vous accompagner de quelqu’un : voisin(e), ami(e), famille, etc. Quelqu’un de non corruptible si possible et qui intervienne seulement si ça dégénère.

        Bon courage, n’hésitez pas à poster un SOS si ça ne va pas.

        J'aime

  22. Bonjour @Séverine,

    Je me permets d’intervenir sur cette phrase :  » Je sais que l’avenir n’est jamais sans nuage avec ce genre de parasite. Je me coache dans ma tête en me disant » prépare toi, prépare toi, prépare toi ».
    Je ne vais pas mentir, j’ai peur, c’est vrai. Par contre, chaque jour sans lui est un jour de vie, un jour d’oxygène, un jour de bonheur simple avec mes enfants. »

    Les pensées sont créatrices, @Séverine, alors essayez de penser « positif ». Au lieu de vous dire « prépare toi » (au pire?)et de céder à vos peurs, dites vous, « je suis une femme forte, je suis prête, je suis libre…Vous pouvez vous inspirer des affirmations positives de Louise Hay :
    Je choisis de renoncer à mes pensées négatives.

    Je me trouve au bon endroit, au bon moment et mon action est juste.

    Je suis ouvert à tout enseignement.

    Je peux apprendre. Je suis décidé à changer.

    Je décide de le faire dans la joie.

    Je choisis d’être libre.

    J’approuve ce que je suis et la manière dont je change.

    Je fais de mon mieux.

    Chaque jour devient plus facile.

    Aujourd’hui est un jour merveilleux ; je choisis qu’il en soit ainsi.
    ….
    Quand j’ai retrouvé ma sérénité après » Fake », je me suis fait un cycle de 21 jours (important car le cerveau enregistre après une répétition de 21 jours) d’écoute d’affirmations positives pour l’estime de soi de Louis Yagera (vous trouvez ça sur youtube). Ça dure 35 mn environ, tous les jours pendant 21 j!

    Bon courage ❤

    J'aime

    1. D’accord, merci beaucoup, Étoile, il est vrai que cela change la vision des choses. Je suis encore trop dans la crainte du retour de bâton, mais je suis prête à prendre tous les enseignements qui vont m’aider à l’affronter , ce retour de bâton. Je regarderai ce soir ce dont vous me parlez, et je l’écouterai chaque jour.
      Cela me fait du bien car je sais qu’ici, je trouve des personnes qui savent bien à quel genre d’êtres nous avons à faire. ..
      Merci pour tout.

      Aimé par 1 personne

  23. Merci, j’entends et je comprends bien tout ce que vous m’expliquez. L’image d’une pierre m’aide bcp. Ma première démarche sera de contacter un avocat la semaine prochaine car notre dernière fille est née hors mariage, en concubinage donc et que rien n’est fixe légalement pour elle. Je dois la protéger.
    Je viendrai vous donner des nouvelles et merci encore.

    Aimé par 1 personne

    1. je vous souhaite beaucoup de courage dans votre démarche, continué a vous battre la vie en vos la peine, on peu se guerrire de tout le tout c’est de s’en donner les moyens vous êtes sur le bon chemin.

      J'aime

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s