Se libérer du pervers narcissique dans votre vie : 3 étapes majeures

Dans cet article, je ne vais pas vous parler d’une solution miracle, ni faire la promotion d’une pilule magique qui vous permettra d’oublier en une gorgée toutes les illusions que vous avez forgées à propos de la pseudo relation que vous entreteniez/entretenez encore avec une personne qui s’avère être perverse narcissique.

Je ne vais pas vous dire que la guérison est un événement ponctuel et qu’elle se produit en un instant. La vérité est que la guérison est un PROCESSUS. La guérison est un effort, un travail constant, une reconquête de soi et de votre vie. La guérison demande une telle détermination que peu de personnes en sont malheureusement capables. Non pas parce que les autres – celles qui parviennent à passer à une autre étape de leur vie – sont des héroïnes/des héros mais bien parce que les personnes qui se maintiennent dans l’illusion et le mensonge ont renoncé à leur pouvoir personnel.

La seule et unique différence entre une victime et un(e) survivant(e) est la détermination à avancer.

Cette détermination n’est pas cachée dans une thérapie, ni dans un médicament. Elle est là, à l’intérieur de chacun de nous. Cette détermination est encore appelée intuition, instinct de survie, amour de soi, force intérieure… Bref, tout cela mêlé. La volonté est une force que nous possédons tous. Pour certains, elle est difficile à « trouver » mais en fait, elle est notre seule compagne. Le reste : livres, méthodes de thérapie, outils divers ne sont… que des outils. Autrement dit, ils ne sont utiles que si leur action est soutenue par une volonté sans faille mais faite d’amour, de bienveillance pour soi, pas de haine, ni de colère, ni de ressentiment.

Les 3 étapes pour se libérer du pervers narcissique que je vous propose ci-dessous ne sont rien sans votre volonté. Je vous recommande donc de vous demander en toute sincérité, si vous êtes prêt(e) à renoncer au mensonge pour entrer dans le monde brut – mais tellement plus beau – de la vérité. Si vous en êtes encore à chercher des « solutions » pour améliorer une situation perdue d’avance, qui entraînera votre perte, reportez la lecture de ces clefs à plus tard, au moment où vous aurez enfin compris – avec le cœur et l’intellect – que le pervers dans votre vie ne changera JAMAIS, que ceci est une cause perdue. Pire que cela, le pervers / la perverse narcissique vous détruit, jour après jour, instant après instant, et que vous passiez 6 mois ou 40 ans avec cette personne, tout ira de pire en pire… pour vous. Et si vous impliquez des enfants dans cette situation, vous les condamnez à subir les mêmes horreurs que vous, démultipliées car ce sont des êtres humains en construction et non des adultes comme vous.

Lisez aussi :

Les principaux obstacles à la guérison des victimes : le déni et l’auto-illusion

Le conditionnement : une technique de manipulation invisible et terriblement efficace

Prenez soin de vous et faites des choix qui vous honorent. Il n’est jamais trop tard pour reprendre sa dignité humaine, même après avoir été traité(e) comme un objet, quelle que soit la durée.

separateur

Comprenez que vous avez été victime de contrôle mental

Le crime était presque parfait. C’est par cette phrase que l’on pourrait résumer la « relation » perverse narcissique. Ce point est la clef de la guérison et de l’ouverture de conscience sur le mensonge initial. La « relation » n’a jamais existé ailleurs que dans votre tête. Il n’y a jamais eu d’amour, de bienveillance, de respect et encore moins d’intention d’en donner. Le pervers narcissique vous a simplement conditionnée (IDEM POUR LES HOMMES VICTIMES DE FEMMES PN), en se basant sur vos propres déclarations. Naïvement et en toute bonne foi, vous lui avez donné les éléments dont il avait besoin pour construire :

  • Son personnage (faux moi)
  • Son histoire
  • Sa stratégie d’approche

Tout cela est 100% fake. Une pure invention dont le seul but était de créer un faux lien d’intimité et de ressemblance avec vous. Il devait d’abord gagner votre confiance pour pouvoir vous manipuler et extraire ce dont il a besoin : vos ressources et votre santé mentale. Plus vous faites confiance à une personne, plus celle-ci est capable de vous manipuler, de vous dépersonnaliser et de vous exploiter. Le PN a besoin de cette confiance pour procéder à sa manipulation la plus dangereuse : l’identification projective.

Le pervers narcissique se base sur le sentiment de « perte », sur les insatisfactions et les insécurités dans votre vie pour se présenter comme le sauveur, celui va enfin changer votre vie. Si vous vous demandez encore comment il a fait pour vous hameçonner, regardez juste ce qu’il vous a promis. Le contrôle mental s’est mis en place à partir de vos besoins et de la promesse du pervers de les remplir. La manipulation bloque vos fonctions cognitives et votre raisonnement logique. Il arrive un moment où vous ne parvenez plus à distinguer le vrai du faux sur un plan purement intellectuel mais au fond de vous, de vos tripes, vous SAVEZ que quelque chose ne tourne pas rond. C’est ce sentiment qu’il faut suivre. La vérité éclatera d’elle-même une fois que vous serez à l’abri.

Apprenez vos failles en faisant le bilan de l’interaction perverse

Pour connaître vos failles, il vous suffit d’analyser la situation perverse dans laquelle vous avez été impliqué(e) : comment elle a débuté, comment elle s’est installée dans le temps et comment elle s’est terminée.

L’appât que le pervers a utilisé pour vous attirer dans ses filets est votre principale faille. Il est intéressant de lire dans la plupart des témoignages que le pervers est généralement une personne qui n’a pas été appréciée au départ, qui ne plaisait pas du tout parfois et qui a su à grands renforts d’insistance s’imposer dans la vie de l’autre. Alors, comment cela s’explique-t-il ? Parce qu’il s’agit de personnages extrêmement et exclusivement manipulateurs, qui exercent leurs « talents » depuis l’enfance. Ils s’imposent auprès de vous, apprennent à vous connaître, gagnent votre confiance… et le tour est joué.

D’indésirables, ils se hissent au rang d’indispensables !

Les pervers narcissiques ont deux secrets majeurs :

  1. Leur absence totale de personnalité : cela les rend capables d’incarner n’importe quel rôle, de se mouvoir dans la peau de n’importe quel personnage au gré de leurs intérêts et de duper leur entourage. Le faux moi a des caractéristiques communes pour tout le monde extérieur mais son cœur est aussi mouvant que la poussière du désert. => Pour connaître votre faille, il vous suffit d’analyser le personnage qui a été créé pour vous. S’agissait-il du « père » dont vous avez tant manqué ? De l’amant attentionné et chevaleresque dont vous rêviez ? De l’homme indépendant et aventurier qui a su vous maintenir dans l’attente ? De la femme idéale, prête à devenir la mère de vos enfants ? Bref, ce que vous avez eu au départ correspond à un idéal que vous attendez donc ceci est votre plus grand besoin. Actualisez-le par rapport à une certaine réalité.
  2. Leur capacité à jouer à la fois sur vos doutes et sur vos peurs : de quoi aviez-vous le plus peur quand vous étiez avec le/la PN ? Ou de quoi avez-vous peur actuellement si vous êtes encore coincé(e) dans cette prison ? Ecoutez-vous, écoutez vos peurs, écoutez vos résistances au changement et surtout, surtout, notez sur une feuille toutes les idées négatives qui parcourent votre esprit à longueur de journée. Ce sont vos plus belles enseignantes sur les peurs qui ont été identifiées par l’adversaire et sur lesquelles il/elle joue pour vous maintenir dans cette situation inhumaine.

Le seul aspect « positif » (positif n’est pas vraiment le bon mot mais toute expérience étant une leçon de vie, il faut bien en voir l’aspect d’apprentissage) de la relation perverse est que cela vous montre à quel point vous êtes gouverné(e) par vos peurs et quelles sont ces peurs : peur d’être seul(e), peur de ne pas être aimé, peur de ne pas être digne d’être aimé(e), peur de ne pas trouver de compagnon/compagne, peur de vieillir, etc. La liste est infinie.

Merci de ne pas vous juger négativement ! Nous avons tous des peurs, mêmes les prédateurs :). Ils savent mieux les dissimuler que nous et elles sont restreintes car ils n’ont pas accès à leurs émotions, voire pas d’émotions du tout pour certains. Soyez gentils envers vous-mêmes et apprenez à apprivoiser vos doutes.

Focalisez-vous sur votre vie et sur vos projets

Je l’écrivais dans un autre article : les personnes qui restent avec des pervers narcissiques sont des addicts du drama (comme les multiples rebondissements dans les soap operas) ! Un PN ne peut pas s’accrocher à quelqu’un qui a sa vie bien en place et qui privilégie son épanouissement personnel. Bien entendu, pour maintenir une relation, il est important d’y consacrer du temps, de l’énergie et de l’attention mais dans le cadre d’une relation avec un PN, c’est 100% du temps du partenaire qui est requis. Petit à petit, le comportement de prédation du pervers réduit toutes les activités extérieures de sa victime, monopolise ses pensées, dévore son temps et son existence.

La meilleure façon de reprendre le contrôle est de vous recentrer sur votre vie, de vous lancer dans de nouvelles activités, d’entamer de nouveaux projets, de faire les choses pour vous et dans votre intérêt. Le pervers narcissique est un personnage hautement négatif, constamment dans la critique et le dénigrement de votre personne. Vous aurez donc besoin d’une grande bouffée d’oxygène, vous allez ressentir un appel de la vie parce que le PN est en réalité un zombie, il est mort et creux à l’intérieur. Vous êtes vivant(e) et vous ne pouvez pas vous laisser enterrer. Certaines personnes, hélas, se suicident à cause de l’aspect mortifère du pervers, à cause de ce goût de mort qu’il transporte partout où il va. On ressent cette pourriture tôt ou tard.

Ne vous laissez pas entraîner dans ce gouffre, ne sombrez pas avec le pervers. Dites non ! En cas de doute, notez sur un papier tout ce qu’il/elle vous a fait de mal, toutes les trahisons que vous avez été habitué(e) à accepter petit à petit, qui ont réduit votre estime de vous à néant. Relisez souvent cette feuille et CHOISISSEZ d’aller vers ce qui peut vous faire évoluer.

Advertisements

47 réflexions sur “Se libérer du pervers narcissique dans votre vie : 3 étapes majeures

  1. Superbe article…merci, j’aime le côté survivant(e), j’employai le mot Ex-victime, mais survivant c’est bien plus fort…Votre vision est très positive, je trouve que c’est une vision qui manque, oui on peut sortir de là et oui on peut se révéler, personnellement cette expérience m’a appris qui j’étais vraiment…c’est vrai que c’est parfois douloureux, mais pour rien au monde je retournerai en arrière…Difficile de remercier son bourreau, mais j’imagine que cette expérience de vie était mon signe afin que je me réveille enfin, grâce à lui je remercie la vie tous les jours pour les plus petites choses qu’elle m’apporte, je me découvre de jour en jour et je crois que je commence à aimer la personne que je suis…

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour Scarlett,
    Merci pour ce nouvel article. Je confirme absolument. Je sors de l après PN après 5 mois de no contact. Énergie, enthousiasme reviennent. Ruminations disparaissent petit à petit. Je ne dis pas que je n y pense plus, il’est toujours « quelque part » dans mon esprit, mais il prend moins de place et n a plus la faculté d éveiller ma colère.
    Reprendre SA PROPRE vie en main est une nécessité. D abord parce que de nouveaux projets occupent l esprit (donc bouffent la part occupée par le PN ds notre tête ), et puis parce que ça ouvre à d autres rencontres. Je suis si surprise aujourd hui de croiser des gens « normaux », adorables et curieux. Vivants ! Quelle distance par rapport à cette triste chose qu était la relation sexo-mensongo-narcissique !!
    Lancez vous un défit. Faites un sport, de la poterie, de la peinture, un nouveau job, un truc qui vous occupe à moyen ou long terme. Laissez vous reprendre par vos envies. Faites vous plaisir dans une activité qui demande un effort (shopping ou coiffeur c est trop temporaire), pour vous concentrer, donc vous décentrer du PN. Rien d égoïste à produire soi même son propre bonheur ( le PN a échoué sur ce coup là de toutes facons😆) Et à la longue, l autre demi dingue ressemblera à une petite chose sans importance, comme la tâche laissée par le moustique écrasé sur le mur de votre cerveau ☺. Je vous garantis que ça marche ! 5 ans de PN, 5 mois de no contact, et voilà le bout du tunnel…!
    Chose étonnante aussi, mais je crois que nous vivons tous ça, depuis la distance établie, il m arrive des trucs qu on attribue en général à la chance. Je suis persuadée que ce n est pas la chance qui arrive, mais les mauvaises ondes qui s éloignent. A bons entendeurs …😊
    Plein de bonnes pensées pour tous
    Laurence

    Aimé par 5 people

    1. Salut Laurence !

      Oui, oui, oui, bis, idem, vrai ! Surtout 2 choses : il existe des humains « gentils » (la plupart en fait, mais ça étonne, au départ) et c’est dingue les trucs de ouf qui m’arrive depuis que je suis partie. De très belles choses, énormes, inespérées, des cadeaux de la vie qui renversent et bouleversent. Vrai que les ondes négatives s’éloignent 😊

      J'aime

    2. Bonjour, Il n’y a pas de hasard. Quand on recommence à vivre le bonheur, à l’émanner, on attire à nous les personnes qui sont sur cette même longueur d’ondes. Je vous invite à vous reconnecter avec ce qui faisait Vous, votre personnalité avant la rencontre avec le PN, avec ce qui vous rendait vivante. Car c’est en me sentant « morte », vide de joie que j’ai commencé à m’interroger sur qui j’étais et sur qui il était. Des expériences sont arrivées à moi avec l’envie de danser (j’adorais ça jeune) et de chanter, simples signes pour me permettre de me sentir à nouveau vivante dans mon corps. Je reprends ma vie en main là où elle s’est arrêtée il y a 20 ans mais avec des enfants en plus et la détermination de ce que je veux et ne veux pas dans ma vie, avec un avenir qui s’avère radieux : une porte nouvelle s’ouvre sur une nouvelle vie professionnelle, un vrai amour (et oui c’est possible) vécu dans la simplicité, le partage, le respect de l’autre et la communication ! Mais c’est vrai que cela demande du courage, de la volonté. Alors haut les coeurs. Bonne continuation. Marie-Emmanuelle

      J'aime

  3. je suis en reconstruction bien avancée et quand je repense au début ou j’ai recommencé à reprendre le contrôle de ma vie, il me restait des peurs notamment celle de me perdre, de devenir quelqu’un d’autre. au fur et à mesure j’ai compris qu’en fait je devenais moi, c’est avec le PN que j’etais devenu quelqu’un d’autre. face à moi même, je me suis redécouverte, celle que j’étais avant améliorée par celle que je suis redevenue. mon caractere reste le même, je suis redevenue moi à part entiere mais sans ces besoins ni ces peurs qui m’avaient fait choisir une mauvaise voie.
    j’ai lu pas mal de forums ou les personnes sont convaincues etre soi dans la relation avec le pn et pense qu’elles n’en sortirons pas si elles doivent changer. comprenez bien que c’est faux, c’est le pn qui vous instaure cette fausse croyance. changer sa vision des choses ce n’est pas changer qui on est mais c’est justement se donner le droit et le pouvoir d’etre qui on est vraiment.

    J'aime

  4. Merci. Encore pour cet article , effectivement la volonté occupe une place importante dans la guérison tout comme l acceptation du temps à guérir … Séparée depuis un an d un PN je pensais être bien avancée sur la guérison mais une récente altercation ( bien que nous n échangions presque pas lors de l échange des enfants ) a réveillé mes blessures et atteint mon estime personnelle . J ai re fait une cure de votre blog et des commentaires et me suis aperçue qu il y avait des failles dans le no contact que j appliquais . Je lisais quand même ses mails, bien que très toxiques pour moi ; et il me maintenait encore dans la peur Revirement de situation je reprends le no contact en main mais l effet produit est étonnant ; je me sents encore plus fragile et il occupe de nouveau mon esprit , chaque échange d enfant est douloureux car il essaie le tout pour le tout …
    C est déstabilisant et demande beaucoup d énergie .
    Depuis un an j ai du mal à re alimenter ma vie , surtout professionnellement ou là aussi c est le grand désert . C est difficile d être aussi perdue. C est long surtout de se retrouver , de retrouver qui on est réellement , d accepter d avancer lentement , de ne pas pouvoir être plus forte plus vite , de rechuter , de réaliser que bien que séparés le PN arrive à tirer quelques ficelles chez moi. Pas facile l acceptation .
    Je sais pourtant aujourd hui qu’elles sont mes failles , mes faiblesses , et surtout ce que j ai à reconquérir et celle que je veux devenir .

    J aimerai échanger avec d autres parents séparés des  » astuces  » pour la co parentalité au long terme. Comment se protéger car la justice ne suffit parfois pas .

    Voilà merci et bon courage à tous car nous le valons bien :))

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Cécile

      Le PN est une image sur laquelle vous projetez ce que vous voulez voir. Il n’est qu’un reflet de vos peurs, de vos espoirs et de votre besoin d’aimer. Si vous prenez le recul nécessaire, que vous le sortez de son rôle de « père de vos enfants », vous vous rendrez étrangement compte que vous ne connaissez pas cette personne. Qui est-il ? Quelles sont ses valeurs d’être humain ? Quels sont ses principes de vie réels ?

      C’est une coquille vide. Et vous avez pour fonction de le remplir. Il se crée une nouvelle identité à chaque partenaire qu’il rencontre, il n’a pas de vérité autre que celle que vous lui accordez.

      Pour gérer au mieux la co-parentalité, il vous faut séparer l’aspect pratico-pratique de la garde et vos émotions. OK c’est le père de vos enfants mais vous n’êtes plus liée à lui et vous ne l’avez jamais été ailleurs que dans votre tête.

      Essayez une nouvelle vision de la « relation » avec lui. Contentez-vous de faire le minimum syndical. Imposez-lui un moyen de communication qui vous convienne et ne répondez qu’à ce qui concerne vos enfants. Ignorez le reste. Petit à petit, il comprendra que vous n’êtes plus manipulable. Les efforts doivent être constants pour être crédibles.

      Ce qui vous déstabilise est le fait de croire encore qu’il y a eu un jour, un lien émotionnel entre vous. Vous ne devez rien à cet homme et certainement pas votre attention.

      Bon courage !

      Aimé par 1 personne

  5. Je suis d’accord sur tout Scarlett et tu soulignes un point trop souvent oublié: le pervers au début ne plait pas particulièrement à la victime, voire même lui déplait franchement. S’il déplait franchement, c’est qu’une sorte de sixième sens a du s’activer, qui vous prévient…Il faut toujours écouter sa première impression, c’est souvent la bonne…S’il vous laisse indifférente, c’est qu’il sait bien cacher sa dangerosité et dans ce cas il n’en est que plus redoutable.
    C’est donc un tour de force manipulatoire que de s’imposer dans une vie, alors qu’on déplait au départ…Il y a eu forcément manipulation…

    Oh! Je sais qu’il y a des gens « qui gagnent à être connus ». Mais ceux là ne donnent pas cette impression bizarre au départ.

    Le tour de force du PN c’est de coller à votre personnage idéal et effectivement, il faut bien réfléchir, démonter les mécanismes pour s’en sortir.

    S’il y a coup de foudre avec un PN c’est peut être les cas des aimants à pervers, je ne sais pas, mais de toutes façons celà apparait pratiquement jamais dans les témoignages.Très souvent il s’agit d’une personne que la future victime n’avait pas envisagée comme partenaire potentiel. Celà peut être aussi une personne qu’on fréquente un peu depuis longtemps. Sans la connaitre vraiment.

    Aimé par 2 people

  6. Super article vous m etonnez toujours Scarlett de votre bienveillance un article qui tombe à pic 😉, pseudo relation c est bien de ça qu’il s’agit avec un ZOMBIE je le nommé ainsi à la fin de cette mascarade même je lui fesait ecouter zombie de maitre gim’s lol , bien évidemment il se reconnaissait pas triple lol , c est fou que quand on reprend sa vie loin de ses FOUS comme l on se sent pleins d énergies on s aperçoit de l enfer ou on etait ,il faut du temps pour se deprogrammer de cette emprise infernale, que j apprécie la vérité sans me dire oups que va t il m arriver !!! Et rencontrer des gens normaux , plus d injures, insultes,rabaissement , tromperies, bref next , prendre le temps qu il faut mais se sauver de ses tueurs de l âme. Merci infiniment prenez soin de vous

    Aimé par 2 people

  7. je lis ces textes avec plaisir. voici des victimes qui ont cessé de l’être. j’ai eu une expérience avec un PN de 2,5 ans.
    la dernière année passée auprès de lui, fut psychologiquement douloureuse, j’en suis tombée gravement malade, pas mentalement physiquement.
    au sortir de cette expérience, j’ai pris le temps d’oser poser la question du pourquoi, avais je pus accepté l’innaceptable. Après des mois d’écriture, de lecture et de réflexion je peux dire que j’étais en réparation. j’ai une mère appartenant a cet abominable clan et j’ose enfin le dire, l’écrire, car c’est son problème plus le mien, toutefois cette petite particularité me prédisposais particulièrement.
    Aujourd’hui je suis consciente que les PN ne veulent pas être sauvés, qu’ils n’ont pas de réel intérêt, ils sont des coquilles vides. Ils errent en quete d’une bonne âme qu’ils tronçonneront en conscience et avec délectation pour aller remplir les cases de leur esprit torturé.
    je me demande comment faire pour que mon expérience puisse servir aux autres pas à posteriori .
    comment éviter que ce vil individu continu impunément à faire des victimes.
    les lister , les dénoncer, et pourquoi pas ?

    J'aime

    1. Minerve preschey

      J’ai beaucoup de mal à comprendre votre raisonnement:
      Vous dite être en réparation et avoir compris ceci:
      « Aujourd’hui je suis consciente que les PN ne veulent pas être sauvés, qu’ils n’ont pas de réel intérêt, ils sont des coquilles vides. Ils errent en quete d’une bonne âme qu’ils tronçonneront en conscience et avec délectation pour aller remplir les cases de leur esprit torturé.”

      Puis vous terminez ainsi : »je me demande comment faire pour que mon expérience puisse servir aux autres pas à posteriori .
      comment éviter que ce vil individu continu impunément à faire des victimes.
      les lister , les dénoncer, et pourquoi pas ?”
      N’y aurait-il pas comme une ENORME contradiction ? A savoir vous obstinez à vous préocuper de la vie de votre bourreau , s’en sortir ne signifie pas contrôler le Pn, mais se focaliser uniquement sur soi. Donc comment parvenez vous à dire que vous êtes libéré de votre PN quand vous lui accordez autant d’importance? Il me semble que vous vous trompez de mission, non?

      Aimé par 1 personne

  8. Ton blog c’est le meilleur blog sur le sujet. Le fait de le lire me permet de ne pas lâcher l’affaire. J’ai toujours pris conscience que j’étais manipulée. Par chance mon PN par orgueil n’a pas pu s’empêcher de se dévoiler. Comme de m’avouer que son but c’est que je me suicide et que si je le faisais ne connaissant personne d’autre que lui, personne ne s’en rendrait compte. Je me suis aussi rendue compte que c’était un intéressé. Pas seulement avec moi mais avec tout le monde. Cette personne n’est pas mon petit ami mais une personne de ma famille. Pendant des années ses menaces ont tourné en boucle dans ma tête. Bon ça m’a pourri la vie parce que je croyais à l’affection de cette personne. Mais il n’aime personne. Et puis un jour je me suis rendue compte que son ami avait les mêmes symptômes que moi: Dépression, stagnation, ne conduisait plus sa voiture, ne voyait plus ses amis. Pire, même il ne présente jamais mon PN a sa famille et à ses amis. Et si c’était l’idée de mon PN finalement? Pour ne pas être démasqué? J’ai aussi remarqué que mon PN divisait pour mieux régner. Bref un jour je suis allée voir un psy qui m’a fait un état des lieux. Il m’a aussi donné une piste sur ma faille en me disant que j’étais en besoin de reconnaissance, ce que mon PN a très bien compris depuis longtemps. Donc il y a quatre ans j’ai décidé de m’en sortir. Je n’ai pas pu parce que je n’avais personne autour de moi. Alors j’ai craqué et je suis revenue auprès de mon PN. Je suis tombée malade. Je ne m’en sortais pas. On aurait dit que je voulais être de plus en plus malade pour en finir. En fait j’organisais une sorte de suicide comme l’avait programmé mon PN. J’ai réagis après un week end que nous avons passé lui son ami et moi. Je lui ai tout balancé à la figure et croyez moi ce n’est pas la chose à faire comme tu l’a écrit dans un article. J’étais seule et malade et c’est à ce moment là qu’il a décidé de rompre les ponts avec moi. Il s’est effondré et a consulté un psy en mettant tout sur mon compte. J’ai dû faire un effort terrible pour tout reconstruire. Je pense que mon PN devait penser que je n’allais pas m’en sortir. Enfin! Mais des mains se sont tendues. Je ne peux pas éviter mon PN et je me rends compte que lorsqu’il part en vacances je suis bien mieux. Mais avant j’avais peur qu’il parte. Tout ça me demande un gros travail sur moi. Justement je dois travailler sur mes peurs. Je travaille sur la question tous les jours. Je me fais encore avoir et ça m’embête mais en même temps je me dis que je travaille sur mon ouvrage. Il croit que je n’ai pas changé. Que je le considère comme quelqu’un d’important pour moi alors que désormais il ne représente plus la personne qui peut me sauver, mais mon pire ennemi. J’écris tous les jours. Je recoupe. Je n’entre dans aucun conflit. Je fais comme ci tout va, mais je me renforce pour me préparer à une autre vie. Le plus dur est fait, soit me rendre compte que contrairement à ce que je pensais, j’ai toujours été toute seule. Que c’est moi qui l’ai plus aidé dans la vie que le contraire. Que je trainais un boulet. En ce moment je reprends le pouvoir. Je ne dis plus l’essentiel. Je dois apprendre à dissimuler. Oui je me dis que je suis une survivante.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Ludivine

      Merci pour ton commentaire :).

      Disons que le rôle des autres est de nous conseiller mais pas de nous servir de béquilles ou alors il faut choisir ces autres avec précaution. Très peu de personnes sont capables d’écouter sans chercher à prendre avantage des informations livrées, malheureusement. Le mieux est d’être ton propre support. Nous avons tous une intuition et un cerveau donc nous sommes capables d’être bien par nous-mêmes, émotionnellement.

      Choisis tes fréquentations avec soin, prends le temps d’analyser les personnes et garde ce bel esprit positif. Accroche-toi 🙂 !

      Aimé par 1 personne

  9. Super article comme d’habitude, Merci Scarlett.

    Il est vrai que se focaliser sur soi/projets est une phase essentielle..
    Je suis en plein dedans et ça fait le plus grand bien, on se réapproprie nos envie, pour laisser place à son propre épanouissement. J’apprends à être bien avec moi même, et à ne plus me définir par quelqu’un d’autre.

    Cependant, je reste craintive, comment aborder les nouvelles rencontres? Peut on se livrer sur notre passé de victime, sans dévoiler nos faiblesses sur un plateau, ou voire même paraître pour la lourde qui parle de son ex?
    L’idée de se retrouver de nouveau face une personne malveillante m’effraie.

    Bien à vous
    M.

    J'aime

    1. Bonjour Mayssa,

      Merci pour ce commentaire.

      Je vous conseille de garder vos failles pour vous. Si nous sommes réunis sur ce blog, c’est que malheureusement, nous avons fait au moins une mauvaise rencontre et donné notre confiance à un être totalement malveillant.

      Les prédateurs se délectent de nos histoires d’abus. S’il y en a un dans les parages et qu’il flaire la « victime », il viendra automatiquement vers vous parce que vous avez déjà été brisée. Ce qui est double fun pour lui : d’un côté, vous êtes un petit « plaisir » facile ; de l’autre, pour ces gens, le fait que vous ayez été abusée justifie encore plus d’abus… Allez chercher la logique et l’humanité dans ce raisonnement.

      Documentez-vous au maximum sur les profils, c’est ce qui vous permet de les reconnaître plus facilement.

      Pour vos nouvelles rencontres, je vous recommande de laisser faire le temps. La caractéristique des prédateurs est la rapidité avec laquelle ils installent la relation, quelle qu’en soit la nature. Il est important de savoir quoi regarder chez l’autre pour identifier un prédateur en couverture.

      Les drapeaux rouges (lire l’article complet qui y est consacré) à regarder en priorité :

      1) Pour les relations amoureuses, tout va SUPER VITE : les déclarations enflammées au bout de quelques jours alors que vous ne vous connaissez pas du tout, les communications constantes (SMS, appels, etc.) qui sont des actes de contrôle et pas d’amour (du tout), l’intimité qui est extrêmement rapide, parfois le soir-même alors que vous avez précisé vouloir une relation et que l’autre partie déclare être d’accord avec cela.

      2) Les mensonges que vous pouvez repérer rapidement en exerçant votre mémoire et en recoupant les informations. Les PN sont des menteurs pathologiques donc vous devriez identifier ces mensonges assez tôt dans la relation.

      3) La triangulation : si vous repérez à la fois la rapidité de la relation, les mensonges… et la fameuse triangulation, prenez la fuite aussi loin que possible et sans vous retourner. Ce trio est la certitude que la relation sera abusive.

      4) Pour les relations amicales, vous allez remarquer que l’autre personne sollicite toujours plus votre présence, la communication est dans deux extrêmes :

      – Soit l’autre personne ne parle que d’elle : les narcissiques conversationnels qui sont totalement auto-centrés mais également totalement destructeurs surtout s’ils perçoivent quelque chose de « mieux » chez vous. On les repère facilement puisqu’ils ne parlent que d’eux, doivent être le centre d’attention à tout moment et vous vampirisent constamment. Ils sont vides, vides de sens, vides de substance et n’existent qu’à travers l’intérêt qu’ils croient susciter chez les autres. Ils vous manipulent pour que vous restiez à leur niveau. Si le narcissique est célibataire, il détruira votre relation amoureuse par des dénigrements et des insinuations sur la possible infidélité de votre partenaire. Et ainsi de suite. Les campagnes de diffamation, les mensonges éhontés, la calomnie sont leurs armes. Ils agissent dans l’ombre mais ils sont là aussi, faciles à identifier. Si une personne dit du mal d’autres personnes devant vous, c’est qu’elle fait la même chose dans votre dos.

      – Soit la personne vous pose exclusivement des questions en lien avec vous, votre passé, vos rêves, votre vie. Là, le profil est beaucoup plus dangereux car en couverture. Si, chaque fois que vous posez une question, l’autre partie vous la renvoie en miroir… avant de donner sa propre « réponse », c’est qu’elle se cale sur vous, sur vos goûts, qu’elle façonne un « faux moi ». Et qui fait ce genre de choses ? Les pervers narcissiques / sociopathes / psychopathes. La triade noire. Cela n’augure rien de bon pour la suite.

      Faites confiance à votre intuition et ne racontez pas votre vie. Gardez la conversation sur des sujets superficiels et observez la personne à distance.

      D’une manière générale, ne prenez pas ce qu’on vous dit pour argent comptant. Vérifiez, prenez le temps de connaître la personne, voyez-la dans différents contextes. Les prédateurs se voient au tout début, dès les premières interactions. L’intuition nous dit toujours si c’est OK ou s’il y a un malaise.

      Ne tombez pas dans la paranoïa mais devenez votre meilleure amie et sachez ce qu’il faut chercher avant de faire confiance.

      Aimé par 1 personne

  10. Ca y est je suis libérée délivrée!!!!Ca fait deux mois que je suis séparée et il est seulement partie avant hier après lui avoir tenu tête et m’opposé a lui.Il a pris ses affaires j’ai gardé le domicile j’ai gagné c’est ma justice personnelle.C’est lui le problème.Je dois trouver mes nouveaux reperes faire en fonction de mes envies mes désirs.Mais déjà la maison sent la paix.Je suis paisible,j’ai baissé mes gardes,je dors la nuit,je pense à demain,au bonheur qui m’attends.Je remercie ma psychologue qui m’a accompagné dans ce cheminement qui a été très difficile mais j’y suis arrivée.Sortir de son emprise.C’est ma plus belle victoire.!!!!Merci à vous j’ai relu et relu des dizaines de fois vos articles vos témoignages.A moi et mes enfants notre nouvelle vie.

    Aimé par 1 personne

  11. J’ai beaucoup aimé cet article. Vraiment. Depuis ce fameux commentaire où vous m’avez répondu en gros de me concentrer sur moi et ma propre vie, effectivement je vois les choses différemment. La haine n’est pas complètement partie, la tristesse presque cependant je me sens libérée, plus ouverte, moins défaitiste et jai surtout réalisé que cette femme n’avait de l’emprise sur moi que parce que je lui en donnais le pouvoir. Ca m’a pris du temps, et de l’énergie, mais je vais beaucoup mieux. J’ai laissé mes idéaux au placard, j’ai accepté que tout ne pouvait pas être qu amour au sein d’une famille, et que je n’avais aucune place, aucun rôle dans centre histoire surtout. Meme si je lui en veux toujours, même si je ne comprends pas tout, j’accepte, j’avance de mon côté en me préoccupant déjà de moi.. Merci pour tout. .

    J'aime

    1. Exactement. Il faut bien comprendre que personne ne vous oblige à donner de l’attention. C’est vous qui êtes en contrôle de vos propres émotions et en vertu de cette liberté, vous avez le CHOIX. Toujours. Donc, choisissez de reprendre cette attention et de vous la réapproprier. Il existe de nombreuses autres personnes sympathiques sur cette planète. La notion de « famille » ne signifie rien si ce n’est le lien génétique qui unit les membres mais qu’en est-il du lien émotionnel, bienveillant…? Quand vous êtes heurtée, blessée, maltraitée par cette « famille », il vaut mieux vous protéger.

      Aimé par 1 personne

  12. Encore un article qui tombe à pique pour moi… malheureusement notre situation géographique ne me permet pas du 100% no contact, mais je m’y tiens le plus possible, 6 mois après la rupture et ce soir j’ai passé une partie de la soirée avec cette personne. Cependant, j’ai pu finir la soirée avec une de nos amies commune et qui a souffert de notre relation dite exclusive. Je n’ai pas parlé à cette amie commune de ce site, mais nos discussions me confirme les réflexions de cet article et bien d’autres. Vivez votre vie et tentez de laisser cette douloureuse expérience au passé. Si possible tirez en du positif. Mais surtout ne restez pas attaché à cette illusion que vous avez cru vivre. Et si cette relation nocive a eu des répercussions sur d’autres relations avec vos proches, famille, amis, donnez-vous du temps pour reconstruire ces relations. La patience est malheureusement une qualité à apprendre et permet une basse solide pour la reconstruction. Les moments de doutes ne doivent pas vous décourager, faites confiance à votre cœur ou instinct. Faites vous confiance, aimez-vous et que le présent construise votre avenir positivement.

    Aimé par 1 personne

  13. « Le crime était presque parfait. C’est par cette phrase que l’on pourrait résumer la « relation » perverse narcissique. Ce point est la clef de la guérison et de l’ouverture de conscience sur le mensonge initial.  »

    Bien dit Scarlett, et j’ajouterais: A qui profite le crime???????

    J'aime

  14. Bonjour
    en effet le mot très important c’est la volonté.
    volonté de sortir de ce cercle infernal
    volonté de croire en soi
    volonté de suivre son intuition
    volonté de soigner ses peurs
    volonté de croire en un meilleur avenir
    volonté de s’ouvrir aux personnes sincères
    volonté de penser a SOI

    J'aime

  15. Hello Gorgeous Ladies,
    @Scarlett my girl I love you , such a good article!!!!!!

    Today it’s Saturday!!!!! How you doin? 😉

    Mon son de réveil: Rihanna feat TI “Just live your life Hé hé hé hé hé!!!!!. then Busta Rhimes: dangerous and My girl Missy “get your freak on. And of course Ludacris “hands up!!!
    Ce sont sont les Sales chez mon designer favori Badgley (May god bless Badley), après mes achats j’ai un dossier criminel très important à traiter et oui une affaire de part de cheesecake avec a cup of Chai tea latte chez Starbucks, après une salade chez mon italien favori (la salade pour la bonne conscience) au bas de ma rue.
    Je passerai récuperer des muffins citron et des fraises pour le sunday brunch 😉
    Cet après midi Je vais au Spa, masque concombre, bain de boue, puis je ferai mes nails, j’ai un vrai dilem existencielle à choisir la couleur de mon nailpolish pour ce week-end, any suggestion?!!!.
    Ce soir we PArtyyyyyyyyy honey , so i need a new Top !!!!!.
    Pour le maquillage j’utiliserai le coffret que ce fake de Pn m’avait offert , après tout un maquillage ausi cher ce serait dommage de ne pas en profiter (black dalhia lipstick de chez Tom ford, ) parfait pour ce soir.
    So hair done!
    Shave done!
    Shoes on the way !
    Et oui comme dit cette stupide publicité que j’ai entendu en europe: j’optimiiiiiiiise
    hahahahahahahahah
    Life is danm to hard isn’t it?
    This is how we do it people!!!:

    J'aime

    1. Bonsoir à toutes,
      J’ai lu la description exacte du PN avec qui j’ai vécu pendant 3 ans et fréquenté pendant 10 années exactement tous se qu’il ma fait subir et comment j’ai vécu il ma pas lâcher pendant 10 ans alors que moi je savais qu’on étais pas compatible à force je suis tombé dans le panneau j’ai déménagé pour vivre avec lui, je suis tombé enceinte (c’est lui qui voulais absolument un enfant avec moi) est c’est la qu’il a montrer son vrai visage. Pour un rien il me faisait la gueulle pendant un à deux mois il me rabaissez me trouver pleins de défauts et parler en mal de ma famille parce qu’il savais que sa me faisait du mal et que sa me faisait perdre mon calme et j’en passe, pendant les 3 ans que j’ai vécu chez lui il ma demander au moin 10 fois de partir une fois que je ne savais plus où aller avec mes enfants (j’ai un garçon d’un premier mariage ) je suis tombé en dépression je ne prenais plus soins de moi il ma fait perdre confiance en moi physiquement et en mes capacités intellectuelles il me répéter tout le temps qu’il ne serais pas aussi méchant avec qu’une autre femme parce que moi je ne mérité pas sont respect alors qu’il m’a toujours dit que j’étais la femme de sa vie et que sans moi il ne pouvait pas vivre et du jour au lendemain il nous a mis dehors mes enfants et moi pour rien et ça fait deux mois que je suis partit mais il me manque terriblement je souffre alors que je sait qu’il n’étais pas quelqu’un pour moi et que je suis mieux sans lui car il me bousiller ma vie et ma santé.

      J'aime

      1. Bonjour Manille,

        Merci de votre commentaire et je vous envoie par avance, mes meilleures pensées pour la suite de votre parcours.

        Il est important de comprendre que vous êtes dans une addiction au lien traumatique et pas à cet homme. Si cette question n’est pas résolue, vous retomberez sur le même profil juste après. Vous avez une personnalité co-dépendante, ce qui vous maintient dans une relation que vous savez destructrice. Tout comme cet homme, vous n’aimez pas autrui mais votre propre idéal qui a été projeté au départ pour vous hameçonner.

        Vous vous êtes sentie importante pour quelqu’un, vous avez pris son insistance pour un intérêt réel envers vous et aujourd’hui, alors que la réalité des faits vous indique le contraire, vous trouvez un refuge dans le déni et l’auto-illusion. Ce sera l’objet d’un prochain article. Vous êtes amoureuse de votre propre image dans les yeux de cet homme et pas du tout de lui puisque vous ne semblez pas aimer sa véritable personnalité ou cela ne ressort pas dans votre témoignage.

        Prenez conscience de la différence qui existe entre la réalité et l’illusion qui ne vit que dans votre tête, entre la réalité et le mensonge. Le jour où vous aurez compris que le monde que vous avez forgé sur les apparences ne correspond pas à la réalité de votre situation, le processus d’atterrissage sera enclenché et vous pourrez commencer à guérir.

        Si vous envisagez de retourner chez cet homme, pensez s’il-vous-plaît à mettre vos enfants à l’abri, dans un environnement plus sain pour eux. Ils n’ont pas le recul que vous êtes peut-être capable d’avoir en tant que femme adulte et se faire rejeter de la sorte pour un oui ou pour un non créé des blessures émotionnelles chez un enfant.

        Prenez bien soin de vos petits, ils sont les seuls sur qui vous pourrez compter plus tard. Cet homme ne vous considère pas, n’a pas de pitié pour vous, il vous a lâchée comme un torchon sale et il recommencera si vous lui en donnez l’opportunité. Soyez forte.

        Aimé par 1 personne

      2. @Manille

        Pleurez une bonne fois pour toute mais ne pleurez pas trop longtemps, la présence de vos enfants a vos côtés doit vous maintenir occupée constament.
        Ne laissez jamais un homme vous dire plus d’une fois de partir ou qu’il ne vous aime pas. Quand un homme vous demande de partir alors partez et avec le recul vous comprendrez que vous avoir mis dehors est certainement le geste le plus humain que ce minable a eu à votre égard. Vous seriez rester plus longtemps avec lui et je ne donnerais pas cher de votre vie.La vérité est que vous avez des sentiments pour un home qui a joué avec les vôtres et vous a manipulé. Mais le livre de la vie n’est pas finit, il faut maintenant que vous vous fassiez aider afin d’apprendre à vous connaître et avoir confiance en vous
        Battez vous et gardez le sourire

        J'aime

  16. J’adore cet article !

    Il est un excellent résumé des « signaux » qui nous alertent sur la personnalité et tentatives d’approches des PN, manipulateurs, sociopathes …
    Il fait TB le point sur nos attentes, nos espoirs, nos doutes, nos manques de confiance en soi, nos rêves … qui non écoutés, non comblés, non remplis sont des brèches dans lesquelles les personnes destructrices vont s’infilter, s’insinuer petit à petit … sans que l’on ne sente rien … comme la grenouille que l’on fait bouillir et finalement crever en augmentant la température de l’eau toooooooooooooooooooooot doucement !

    Donc, connaître ses failles et se nourrir, avoir ses projets ! Et vous verrez aussi, que les PN ont un 6ème sens : dès que vous commencez à vous en sortir, à revivre, à respirer l’air PUR, ils se rappellent d’une façon ou d’une autre à votre bon souvenir (en général) … PAs forcément pour se remettre avec vous. Juste pour contempler leur oeuvre de destruction, voir si vous vous en êtes sorti(e)s et voir s’il est encore possible de détruire ! C’est votre ultime test !

    La vie c’est un champ avec plein de fleurs, de couleurs et d’odeurs (VOUS) et pas champ de bataille, un champ de guerre et de ruine (PN).

    MERCI SCARLETT

    J'aime

  17. Encore un article lumineux, admirablement bien formulé et d’autant plus convaincant. Eloge de la lucidité. Merci à Scarlett pour ses articles et aux contributeurs/trices pour leur témoignages.

    J'aime

  18. Hi evryone,

    Comme il est si bien écrit dans cet article: « La seule et unique différence entre une victime et un(e) survivant(e) est la détermination à avancer.”

    Je viens d’une culture où on a pas le droit d’abandonner ni de s’appitoyer, quand on tombe c’est pour mieux se relever, quand on coule et qu’on touche le fond au pire on remonte à a surface en flottant, à défaut de savoir nager.

    Mon ex PN à défaut d’arguments face à moi en tant qu’avocate me disais toujours ceci “Il faut toujours que tu fasses ton air supérieur, tu as toujours raison” et durant ma période d’examens il m’a fait vivre un calvaire au point que je pensais sérieusement au suicide sans réellement le vouloir, ce n’est qu’après que je compris que le but était de me faire échouer pour me contrôler, il n’y est pas parvenu.
    Alors que lui aujourd’hui n’a pour unique diplôme un MBA en Pervercité Narcissique option Dumb Ass et un statut de CEO en alcoolisme notoire, avec toute la carte des rhums du monde sur son visage, même à jeûn !!!!
    Béni soit le jour où je l’ai catapulté de ma vie!!!! Cette date devrait être enregistrée comme journée internationale aux United Nations, I sware!!!!
    Avoir été victime d’un PN ce n’est pas la fin du monde, loin de là, c’est le début d’autre chose, et pour comprendre cela, les gens qui s’installent dans la victimisation devrait cesser de regarder leurs pieds redresser la tête pour apercevoir au moins l’horizon.
    J’ai eu une grand-mère qui a vécu avec un mari PN et alcoolique notoire jusqu’à la mort de celui-ci. Je n’ai pas connu ce minable, cependant son fils, mon géniteur m’a donné une parfaite illustration de la médiocrité qu’il était en fesant pire que son père. Et oui mon géniteur est un PN technicien de l’échec.
    Ce que je retiens de cette tragédie familiale c’est que ma grand-mère que j’adorait à 60 ans avait repris sa scolarité, elle qui avait épousé un principal de collège, elle était illétrée donc libérée de ce monstre par la mort, elle avait repris ses études.
    Ce que je raconte date d’une vingtaine d’année, but this woman was very smart and proud to be able to go back to school 😉
    Si je peux transmettre ce message aux victimes qui ne parviennent pas à avancer après la rupture,plutôt que de nourrir votre haine, votre chagrin GO TO SCHOOL PEOPLE
    Reprenez vos études, inscrivez-vous à des formations à distances théoriques ou professionelles, vous serez toujours fière d’avoir un nouveau diplôme. Il n’y a pas d’âge pour obtenir des diplômes, ni de prescription. Inscrivez-vous dans des facultés, at least do something with your LIFE.

    Là où il y a une volonté il y a toujours un chemin.

    Proverbe- Mauritanie – On peut trébucher sur une pierre et être capable de gravir une montagne.
    Les échecs de la vie peuvent nous rendent forts en ce qu’ils nous servent de leçons pour repartir de l’avant.

    Aimé par 1 personne

    1. Ma chère Dandoha,

      Merci, merci pour ce commentaire haut en couleurs !!! J’ai bien ri avec le passage sur ton ex diplômé en alcoolisme et perversion narcissique :).

      Effectivement, seule une personne profondément négative et malveillante a besoin de tirer les autres vers le bas. Et le PN entre totalement dans cette catégorie, malgré des apparences de fun.

      Il n’est jamais trop tard pour se libérer et chaque jour est une opportunité de rebondir, de créer plus de richesse dans sa vie, de trouver de nouveaux objectifs. Il y a un lendemain quand on voit le parasite pour ce qu’il est et non pour l’illusion qu’il projette. Tout est tellement faux, mon Dieu ! Quand on y repense, on en rigole. Je peux voir toutes les ficelles maintenant et c’est énorme.

      Hourra à ta grand-mère, une femme de tête. Malgré les humiliations, on peut toujours relever la tête et reprendre notre dignité d’être humain. C’est beau de lire son parcours.

      On tombe et on se relève, comme tu dis.

      Aimé par 1 personne

  19. Bonjour Scarlett,

    Tout personne qui tombe en amour, avec un pn ou pas, est «amoureuse de sa propre image». C’est égoiste, l’amour, au début, en ce sens que c’est comment ON se sent quand on tombe éperdument amoureux qu’on aime et qui libère l’endorphine, c’est comment on se voit, on se sent, ce qu’on devient, les forces décuplées, le «pas de limite», le «je me sens femme, désirée, belle, invincible». C’est toutes ces belles choses là qu’on ressent qu’on aime…. Mais on dit qu’on est follement amoureux de «quelqu’un d’autre», alors que ce sont les sentiments que l’on vit et qui nous animent à ce moment là, que nous aimons.

    Évidemment que l’amour sincère de l’autre existe. Il se développe. Après. Mais dans l’euphorie du début, c’est purement égoiste, car oui, on est amoureux de notre propre image dans les yeux de l’autre.

    Bonne journée ! (et oui, je viens me ressourcer ici tous les matins 🙂 )

    Aimé par 1 personne

  20. Bonjour,

    Et d’abord merci à vous Scarlett pour vos initiatives quant à ce blog. Sa teneur, sa richesse, sa modération et celle des témoignages et échanges qu’elle engendre sont d’une grande utilité.

    Je souhaitais réagir sur le bien fondé de ces 3 étapes majeures (comprendre avoir été victime d’une prise de contrôle, apprendre ses failles suite au vécu de la relation avec la personne toxique, revenir à soi et s’investir sur ses propres projets). Cela me semble très juste.

    Ici pour la plus part des lecteurs et lectrices intervenants sur le site, la première étape est souvent consommée, ou en phase de l’être. Et si elle ne l’est pas le conseil de noter par écrit, pas à pas, chaque événement vécu de façon négative ou abusive me semble être très approprié. Sans doute est-ce même, je pense, le meilleur outil, tant, évidemment une certaine confusion peut naître dans le vécu de ce genre d’expérience, et avoir tendance à « gommer » ou à « faire oublier » ces petites choses qui prises de façon isolées ne sont rien, mais qui mises noir sur blanc éclairent avec évidence la nocivité de la relation.

    Il est donc, oui vraiment essentiel, à mon sens d’identifier ce qui a permis cela. Et à l’évidence je retiens ce que vous dites comme étant vraiment à souligner :
    => Pour connaître votre faille, il vous suffit d’analyser le personnage qui a été créé pour vous.

    Pour ce qui est de la troisième étape, on peut osciller entre plusieurs choix. Le plus simple étant de retomber dans le travers initial et de se projeter dans une relation pansement. Chose qui ne fera pas avancer, même si cela peut annihiler temporairement la défaite psychique personnelle précédemment vécue. Le mot clés est effectivement d’ « AVANCER ».

    Pour se faire, je vois trois pistes. La première est de comprendre et de corriger son déficit. Celui qui a amené à la situation de proximité avec un ou une perverse narcissique. Comprendre donc (ce que le cerveau peut faire) et corriger (ce que le cerveau seule ne saura pas faire). La seconde est bien entendu de retrouver son énergie et de foncer dans ce que l’on a envie et plaisir à vivre. La troisième pourrait être un intermédiaire, qui consisterait à faire de l’expérience vécue quelque chose de positif, en lien avec justement ce vécu. Créer un blog comme celui-ci par exemple. Participer à des échanges sur ce sujet. Ecrire un roman ou peindre en transformant l’hérésie passée en humour ou en dérision ou en toutes autres formes esthétiques décalées et joueuses. Ou, pourquoi pas, s’investir dans des associations ou initiatives, sans rapport direct avec la perversion narcissique, en profitant du moment pour donner ce que l’on a de bon en nous à ceux qui valent notre soutien et ce trop plein qui s’est mal déversé vers une personne indigne de le recevoir (dans l’humanitaire ou simplement dans l’associatif local par exemple). Pour ma part, c’est la voie qui m’a été offerte, en concomitance avec la fin de l’aventure avec une personne toxique et, voilà, je voulais aussi un peu témoigner pour ça. Pour donner cette piste là.

    A vous lire.

    Aimé par 1 personne

  21. Bonjour, j’ai moi même côtoyé un homme narcissique, j’ai habité avec lui 9 mois, il ne se passait pas une semaine sans qu’il explose où se comporte de manière agressive, j’ai dû poursuivre ma relation mais à distance, après l’avoir fréquenté environ 10 Ans, nous nous sommes quittés car il n’y avait malheureusement pas beaucoup d’issue à cette histoire. Dans son cas, son père était alcoolique, donc absent psychologiquement, il est décédé lorsque que Xxxx avait 14 ans, sa mère n’a pas trouvé mieux que de refaire sa vie avec un type qui buvait également. Ensuite Xxxx subissait fréquemment les critiques de ses petits camarades de classe lie à la couperose sur son visage. Voici donc ce que cela donne plus tard : troubles du comportement : j’ai beaucoup étudié afin de savoir de quelle pathologie il s’agissait car mon objectif était de l’aider, psychopathe, borderline, bipolaire, schizophrène pour enfin découvrir qu’il était narcissique, symptômes : arrogance, assurance, hyperactif, comportements brutaux qui nous ont emmenés jusqu’aux tribunaux, critiques non fondées , considére les gens différents de lui comme « la race d’en bas » propos utilisés, parle sans cesse de ce qu’il possède et d’argent, dévalorise les autres de façon récurrente, manipule autrui pour arriver à ses fins, s’alcoolise, tout ce qu’il entreprend est réalisé pour épater la galerie, donc il entreprend tout en grand, me concernant, je représentais pour lui sa carte de visite, exubérance, auto mutilation, ne supporte pas la moindre critique à son égard, vous avez l’impression de communiquer avec une personne immature sur le plan cognitif, besoin d’être aimé, égocentrique, est dans le déni, jamais tort etc etc . Il n’y a pas beaucoup de solution pour les guérir, un psychiatre et encore, la solution est de s’en éloigner et de traiter le problème à distance ou de les quitter tout simplement car ils feront de votre vie un véritable calvaire

    J'aime

    1. Bonjour Sophie,

      Merci de votre commentaire.

      Nous faisons une différence entre « trouble de la personnalité narcissique » (qui est reconnu par la psychiatrie comme un « trouble de la personnalité ») et la perversion narcissique (qui n’est actuellement pas répertoriée comme un trouble de la personnalité, ni comme une maladie mentale). Ce n’est absolument pas le même profil, bien qu’ils partagent des caractéristiques comme un narcissisme extrême et la manipulation comme seul mode d’interaction. Les narcissiques (trouble de la personnalité) sont beaucoup plus faciles à repérer et ne harcèlent pas systématiquement parce que tout ce qu’ils veulent, c’est de l’attention. Généralement, en posant des limites fermes et en s’y tenant, évidemment, ils disparaissent.

      La particularité du profil pervers narcissique (d’un point de vue extérieur et pour résumer) est leur classique harcèlement pendant des mois, des années. C’est ce qui surprend le plus les personnes qui les rencontrent.

      Néanmoins, quand vous développez des « sentiments » pour ces deux profils, vous êtes en danger parce que vous aimez des personnes sans empathie. Le PN est beaucoup plus dangereux pour la vie de la personne avec qui il partage un espace.

      Aucun des deux ne peut être « guéri », vous perdez juste de précieux moments de votre courte vie à essayer de les « aider ». Aider une personne qui ne survit que grâce à votre souffrance est contre nature.

      Bon courage pour la suite 😉 !

      J'aime

  22. 6 conseils pour soulager vos douleurs émotionnelles et pour être plus heureux

    Vous êtes-vous déjà demandé ce que les douleurs émotionnelles avaient réellement à vous apporter ? Bien évidemment, passer par une étape de deuil lorsque nous sommes touchés par une disparition est quelque chose de normal, mais il faut savoir tourner la page.
    Les douleurs physiques peuvent souvent s’apaiser à l’aide d’analgésiques ou de médicaments similaires, mais pas les douleurs émotionnelles.

    Lorsque la douleur que nous ressentons provient d’une émotion difficile à supporter, elle est beaucoup plus difficile à traiter et il nous faut du temps pour la surmonter.

    Chacun dispose de ses propres armes pour lutter contre cette souffrance. Elles varieront souvent en fonction de la situation à laquelle elle est exposée et du soutien qu’elle peut recevoir de la part de ses proches.
    Certains d’entre nous ont la force d’assumer les difficultés de la vie comme des expériences enrichissantes pour l’avenir, tandis que d’autres en font des obstacles qui les empêchent d’aller de l’avant.

    Dans ce dernier cas, il est important d’y prêter attention. Cette attitude peut devenir chronique et provoquer, par conséquent, de nombreux troubles physiologiques.

    L’attitude que nous adoptons face à une situation et les décisions que nous prenons sont déterminantes pour retrouver le chemin du bonheur.

    C’est pour cela que nous avons décidé de partager avec vous des conseils pour vous aider à vous relever des chutes inévitables de votre existence et à guérir de vos blessures émotionnelles.

    1. Prenez le temps dont vous avez besoin
    Soulager ses douleurs émotionnelles et retrouver sa lucidité n’est pas quelque chose de facile : cela demande du temps.

    Même si nous sentons parfois le besoin d’être heureux en permanence, mieux vaut attendre que le temps fasse son œuvre et guérisse nos blessures de manière saine, sans rien refouler.

    Prenez un moment de repos, laissez vos plaies se refermer et assurez-vous de récupérer complètement pour être en mesure d’accueillir à nouveau toutes les opportunités que vous offre la vie.

    Rappelez-vous d’être indulgent envers vous-même. Faites-vous confiance, car le meilleur reste à venir.

    2. Prenez conscience de votre souffrance
    Nous avons tous la capacité d’observer nos douleurs émotionnelles, nos angoisses, nos frustrations et tous ces sentiments négatifs qui nous font voir le monde d’un œil noir.

    Cette capacité nous permet d’être conscients de notre souffrance. Nous devons nous dire que les choses ne peuvent pas continuer ainsi indéfiniment.

    Cessez de vous identifier avec les mauvaises expériences de votre vie, ne vous alimentez plus au quotidien de tout ce qui vous fait du mal et ne laissez pas les autres s’approprier votre vie.
    3. Consacrez-vous du temps
    Lorsque nous sommes amoureux, le temps que nous partageons avec l’élu de notre cœur a une valeur inestimable, car il donne du sens à notre vie.

    Si vous venez de subir une rupture, il est possible que vous ressentiez un vide immense qui vous fait voir la vie comme une chose lourde, difficile à porter.

    Vous devez absolument prendre du temps pour vous, pour améliorer votre estime personnelle. Vous devez faire ressortir vos qualités, faire renaître la meilleure version de vous-même.

    Profitez de votre solitude pour identifier, aimer et apprécier les plus belles parties de votre être. Il y en a sûrement que vous n’avez jamais eu le temps de découvrir.

    Essayez de vous reposer et de faire des activités qui vous procurent du plaisir et du bien-être.

    4. Ne prenez pas des décisions irréfléchies
    A cause de la douleur psychologique, de nombreuses personnes agissent avec imprudence, sans penser aux possibles conséquences de leurs actes.

    Il est important de contrôler cet état de fait, car il peut aggraver la situation ou nous emmener vers des choix qui ne sont pas véritablement les nôtres.

    Plus vous ressentez des douleurs émotionnelles fortes, plus il est probable que vous preniez une décision inappropriée sur un coup de tête.

    Essayez de vous calmer, pleurez si vous en avez besoin et méditez sur la question, durant quelques jours, avant de décider ce que vous avez vraiment envie de faire.

    5. Cherchez le soutien de vos proches
    Les personnes qui apportent des choses positives dans votre vie sont celles qui en valent vraiment la peine.

    Entourez-vous de ceux qui trouvent toujours le moyen de vous faire rire, ou qui aiment vous distraire en vous proposant des activités que vous aimez.

    Le soutien émotionnel est fondamental pour faire face à la douleur et aux sentiments négatifs qui l’accompagnent.

    Les conseils, les mots gentils ou un simple sourire peuvent changer votre manière de penser face aux difficultés.
    6. Ne vous accrochez pas à vos problèmes
    Aimez tout ce qui vous entoure dans votre vie, mais ne vous accrochez pas trop pour ne pas trop souffrir en retour.

    Faites-vous à l’idée que rien ne dure jamais dans l’existence et que rien ne vous appartient de manière définitive.

    Osez vivre chaque instant comme si c’était votre dernier et profitez de toutes les opportunités que vous rencontrez sur votre chemin.

    Si vous apprenez à prendre la vie du bon côté, vous serez plus heureux et vous aurez plus de facilités à assumer les moments vos douleurs émotionnelles.

    Une grande partie de nos problèmes provient du désir irrépressible que nous avons de nous attacher aux choses que nous pensons, de manière erronée, éternelles.

    Personne ne peut dire adieu à ses problèmes en permanence, aussi fort que vous soyez.

    Ce processus est complexe et peut être mené à bien grâce à l’aide de nouvelles illusions, d’un peu de motivation et d’une attitude positive.

    Aimé par 1 personne

  23. Bonjour Scarlet!
    Merci, mille merci pour ce blog qui comme d’autres l’ont dit avant moi est vraiment très utile. Comme le dit Mme Lipski, si votre contrat d’âme avec le PN que vous avez rencontré était de vous emmener à créer une oeuvre d’utilité publique de très bonne facture comme ce blog, alors « merci à ce PN là » ! Il aura rempli son contrat.
    Je voulais juste dire que je partage et apprécie vraiment l’analyse et les commentaires de TotoLeHéros. Ce sont des positions intermédiaires qui sont choisies par des survivant(e)s-j’adore l’expression!-qui sont en contact avec des voies spirituelles qui les équilibrent assez pour prendre du recul et de la hauteur par rapport à leur vécu avec leur PN. Cependant, parce que le PN ne peut pas changer, sauf par « la main » de Dame Nature qui nous a tous mis là où nous sommes, je pense que c’est une voie pour préparer une séparation « en douceur » d’avec le PN, autant que faire se peut. Je suis moi même dans cette dynamique. Ce n’est pas aisé tous les jours… Je précise que cela aide, pour emprunter cette voie, d’être indépendant financièrement, de se former ou de se faire aider pour « lâcher prise » prise et être suffisamment zen pour ne pas tomber dans les provocations inutiles du PN. Ne pas avoir d’enfant ensemble c’est mieux. Et enfin il faut garder à l’esprit que quelque soit le niveau de maîtrise que l’on peut avoir acquis dans la gestion de notre PN pour réduire sa nocivité à notre endroit, cette troisième voie aussi « en douceur » soit-elle, doit être vécue comme un acte inexorable d’éjection du PN de votre vie! N’envisager pas de retour en arrière! Rappel: nous n’avons aucune possibilité de changer le PN! Voir et revoir les vidéos de Mme Lipski et autres. Lire et relire les articles de ce blog…et tout ce qui peut vous passer entre les mains ou sous les yeux concernant les PN!
    Merci pour tout Scarlet!

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour Tony,

      Merci, merci à vous pour cette belle morale, ça me va droit au cœur !

      Effectivement, rien n’arrive pour rien dans la vie et chaque expérience est une leçon d’évolution. Malgré la souffrance, il est ressorti un beau message. Quand on survit à la destruction, on découvre le vrai sens du mot « amour », paradoxalement. Que ce blog aide un maximum de personnes et leur permette de ne pas avoir à affronter les mêmes épreuves, les mêmes écueils que les précédents.

      Prenez bien soin de vous et bon 14 juillet !

      Aimé par 1 personne

  24. Après avoir liké autant de commentaires et son article j’envoie tous mes remerciements à leurs auteurs. Car oui il y a une vie après tout ça et elle est belle ; reste à se donner suffisamment d’ardeur à la tâche pour en savourer chaque instant.

    Aimé par 2 people

  25. Bonjour,
    Merci pour toutes ces infos très utiles.
    Je vous ai envoyé un mail sur mon expérience mais je n’ai pas reçu de réponse. J’y raconte mon histoire.
    Sur tous les sites où j’ai fait des recherches je n’ai rien trouvé sur les relations familiales avec un ou une pervers narcissique.
    Ma soeur est pn et je ne sais pas comment gérer la relation.
    J’ai presque coupé les ponts pendant 20 ans, mais suite au décès de notre mère je me suis rapprochée d’elle. J’ai cru qu’elle avait changé, elle était devenue charmante et attentionnée avec moi. En même temps elle me disait des choses très négatives sur notre mère qui était à l’hopital, au point que j’ai fini par me demander si je connaissais ma mère ! Puis ma soeur s’est mise à avoir des sautes d’humeur, à devenir infecte, comme pendant notre enfance. Elle a commencé à dénigrer mon mari, de manière très subtile.
    Pendant les obsèques je l’ai entendue semer des gouttes de fiel auprès de la famille, pour dénigrer notre mère et se protéger elle-même.
    Quand je suis rentrée chez moi (heureusement nous habitons à 300 kms l’une de l’autre), elle s’est mise à m’appeler tous les jours. Elle avait toujours l’air de s’inquiéter de mon état, de la façon dont je faisais le deuil, et comme j’avais baissé ma garde je me suis beaucoup confiée. En même temps ses appels téléphoniques devenaient de plus en plus lourds pour moi, je me sentais comme engluée. En général elle me posait quelques questions, puis partait dans un monologue qui pouvait durer 20 minutes, je me sentais prise en otage. Comme en même temps elle se montrait très attentionnée je culpabilisais de ne pas répondre à ses coups de fil.
    Je me sentais de plus en plus mal, je n’avais plus d’énergie pour voir mes amies. Je n’avais même plus envie de continuer les activités qui d’habitude me font plaisir.
    La sonnerie du téléphone devenait insupportable (parfois elle m’appelait plusieurs fois par jour) au point que j’ai débranché le téléphone. Je n’avais pas encore réalisé qu’elle était pn.
    Je me suis dit qu’il fallait que je lui parle. Je lui avais déjà dit que c’était lourd pour moi qu’elle m’appelle tous jours mais au bout de 2 jours sans appel elle avait évidemment eu une urgence et m’avait appelée 3 fois par jour !
    Après avoir rebranché je le téléphone j’ai décidé de lui parler. Quand elle m’a appelée le jour même j’ai pêté un cable. Je voulais lui parler calmement mais je n’ai pas réussi. Je lui ai hurlé après, je lui ai dit qu’il fallait qu’elle cesse de m’appeler tous les jours, qu’elle était en train de se mette en dépendance affective vis à vis de moi. Elle m’a répondu qu’elle ne voyait pas pourquoi ça me gênait qu’elle m’appelle tous jours ! je lui ai répété la même chose sur la dépendance affective. Elle ne m’a pa répondu et a changé de sujet, puis elle a raccroché. En fait elle avait l’air de jubiler ! cela m’a beaucoup choquée.
    Je lui ai envoyé un sms en lui disant qu’il fallait qu’elle se crée sa propre vie et que je ne pouvais pas remplacer notre mère (elle la squattait depuis des années, ma mère n’a jamais réussi à la faire partir de chez elle, et bien qu’elle ait eu un appart elle ne l’habitait pas et squattait ma mère à tous les points de vue, ne participait pas au loyer ni aux charges etc).
    Elle m’a répondu que ce n’était pas vrai qu’elle m’appelait tous les jours !
    Nous avons commencé à communiquer uniquement par sms (et je prends soin de ne pas répondre tout de suite), mais pour un problème administratif elle a du me rappeler.
    Entre temps en relisant ce que j’avais écrit sur un forum j’ai compris d’un seul coup qu’elle était pn.
    Au téléphone j’ai appliqué les règles : avoir l’air indifférente, ne pas relancer la conversation, répondre juste par oui ou non. Elle a vite raccroché, mais elle avait l’air ravi, elle qui disait qu’elle allait tout le temps mal, depuis que je vais mal elle n’a jamais été aussi bien ! au téléphone elle a bien du entendre que j’étais super tendue.
    Elle m’a rappelée le lendemain matin mais juste la sonnerie du téléphone m’a à nouveau super stressée (je n’ai pas répondu). Elle m’a envoyé un sms auquel j’ai répondu laconiquement quelques heures après. Juste le fait de savoir qu’elle m’avait appelée m’a remise dans un état de tension terrible.
    Mon problème est que nous devons vider l’appart de notre mère, et qu’elle fait durer le plaisir. J’y suis déjà allée 3 fois pour l’aider, pendant les vacances scolaires, à chaque fois presque une semaine.
    Je dois y retourner pendant la semaine prochaine et cela me stresse beaucoup. Cette fois-ci j’y vais avec ma fille. Je ne sais pas comment ça va se passer, ma soeur veut tout contrôler, ne veut que je touche à rien (il ne reste quasiment plus que ses affaires à elle à déménager et elle n’a pas de voiture), et les meubles de ma mère.
    J’ai envie de couper les ponts mais il y a encore des choses à régler avec toute la famille…
    J’ai compris qu’elle commence à me dénigrer auprès de mes cousines.
    Que me conseillez-vous ??
    Merci d’avance pour votre aide !

    J'aime

    1. Bonjour

      Alors, dans ce cas de figure familial, vous devez maintenir un contact tant que l’ensemble des formalités n’a pas été réglé. A vous lire, vous n’avez pas le tempérament requis pour être capable de faire un no contact on / off l’air de rien donc cette stratégie va se retourner contre vous.

      Je vous conseille de lister toutes les affaires courantes qui vous lient à votre soeur et de les régler tout en faisant semblant de ne pas comprendre son manège. Je ne vous dis pas de vous jeter dans la gueule du loup mais de manipuler votre soeur pour qu’elle agisse comme vous le souhaitez. Une fois que ce sera terminé, adios !

      Pour l’appartement de votre mère, vous devez trouver un argument financier quelconque pour convaincre votre soeur de s’activer. Parlez lui de tout ce qu’elle pourra acheter avec l’argent de la succession par exemple. Évitez tout ce qui est émotionnel puisqu’elle s’en fiche éperdument. Ne parlez pas non plus de vos contraintes, elle fera encore plus traîner les choses. Psychologie inversée : dites lui que ça vous fait plaisir de passer un peu de temps dans la ville où est l’appartement de la maman, bla bla. L’idée est de broder pour qu’elle pense que vous êtes contente de venir et que ça vous rend service. Elle fera son possible pour écourter votre plaisir et devrait activer le vidage.

      Avec cette personne, vous devez toujours présenter des arguments matériels positifs pour elle si vous voulez parvenir à vos fins. Ça demande un peu de réflexion mais pas le choix. Vous devez définir votre objectif puis la stratégie adaptée à la lumière du profil. Plus elle peut vous contrarier, meilleur est l’argument.

      Et no contact une fois que tout sera réglé. Important : ne révélez jamais à personne que vous êtes en no contact. Ni à votre fille, ni à aucun membre de la famille. Autant certaines personnes ont la force nécessaire pour vivre sans leur famille, autant je vous sens plutôt fragile et il y a fort à parier que certains membres fassent remonter l’info à votre soeur et que tout le monde se retourne contre vous. Ce qui pourrait vous détruire émotionnellement. Toute vérité n’est pas bonne à dire.

      Si vous croisez votre sista par hasard, dites que vous étiez en dépression ou super occupée et que vous l’appellerez avec plaisir très, très vite 😂. N’en faites rien bien sûr.

      Il faut jouer suffisamment bien pour qu’elle se doute du no contact tout en vous laissant le bénéfice du doute. Facile puisqu’elle vous prend déjà pour une neuneu qui va rester là à se faire maltraiter toute sa vie.

      Bon courage .

      Aimé par 1 personne

      1. Merci pour ces conseils !
        Je me disais qu’effectivement il fallait que je prenne de la distance tout doucement (ce que j’avais fait ces 20 dernières années -elle ne m’embêtait plus). Là elle m’a piégée en ayant l’air super vulnérable et en me demandant mon aide, et ensuite en ayant l’air d’avoir changé. Son attitude dernièrement m’a replongée dans le stress de mon enfance, ce qui est beaucoup plus difficile à gérer. Et c’est vrai que j’ai du mal à refuser de rendre service.
        Quand je lui ai dit il y a 15 jours que je venais avec ma fille j’ai bien précisé que le matin je pourrais l’aider (car ma fille dort tard) mais que l’après midi serait consacré à ma fille et qu’on allait faire les boutiques etc (donc en lui disant ça j’ai fait ce que vous me conseillez, et j’ai bien l’intention de lui montrer que je suis venue pour en profiter !). Déjà la dernière fois comme elle ne me laissait rien faire j’en ai profité pour lire et je lui ai dit en partant que ça m’avait fait des vacances, ce qui lui avait moyennement plu !
        Par rapport à la famille, quoi que je fasse elle fera tout pour me dénigrer, mais tant pis (je ne suis pas très proche de mes oncles -tantes -cousins etc, c’est le décès de ma mère qui nous a fait reprendre contact). Dans l’appart de ma mère si j’essaie de faire avancer les choses elle me bloquera, et si je ne fais pas grand chose elle pourra le répéter à la famille ! Mais les problèmes d’argent l’inquiètent beaucoup et je ne pense pas qu’elle arrivera à faire traîner les choses trop longtemps, même si elle sait que quand il sera vidé elle n’aura plus prise sur moi. Il faut aussi que je lâche cette inquiétude au niveau de l’appart, et qu’elle arrive à sentir que je m’en fiche, car maintenant qu’il n’y reste quasiment plus que ses affaires à elle c’est son problème (c’est ce que je dirai à la régie s’ils s’impatientent). Mais le point faible de ma soeur c’est vraiment l’argent.
        Quant-au mien, je ne comprends pas quelle corde elle a fait raisonner en moi. Enfin elle m’a fait me sentir comme la petite fille que j’ai été et qui était sous son pouvoir et qui a mis des années à s’en libérer… (je ne sais pas si vous avez eu mon mail avec mon témoignage, où je raconte mon enfance).
        Merci pour tout, vous êtes super !

        J'aime

      2. J’ajouterai que l’héritage est tout petit, que c’est sur son compte que les sous sont arrivés, que si elle libère l’appart rapidement il faudra qu’elle me donne la moitié de ce qui reste, alors que si elle fait trainer, les loyers supplémentaires ne laisseront rien et lui donneront le plaisir de me spolier. Lors des derniers coups de fil j’ai fait comme si je m’en fichais, comme si je comprenais bien qu’il y avait beaucoup de frais et qu’il ne resterait rien, comme elle le dit. De toute façon je tiens plus à ma santé mentale qu’à ces quelques sous.
        Et je m’étais dit aussi qu’il ne faudrait parler à personne de mon projet de m’en éloigner le plus possible (comme elle habite à 300 kms je n’ai aucune chance de la croiser par hasard… elle n’a pas de voiture et pas trop de sous pour se payer le train et l’hôtel, et je suis rarement libre pour les réunions de famille). Mais je ne veux pas la fuir dans les circonstances actuelles car ce serait encore lui donner du pouvoir. Il va juste falloir que je sois super zen et que je ne la laisse pas m’atteindre.
        Je suis en train d’écrire mon histoire depuis mon enfance, et ça m’aide beaucoup à ne pas culpabiliser et à ne pas avoir envie de voler à son secours (la pauvre vieille fille solitaire qui doit brutalement tout gérer toute seule, alors que ma mère a toujours tout fait pour elle lol !).
        Merci encore

        J'aime

  26. Ma soeur ne m’a pas rappelée et je me suis demandé pourquoi elle me manquait, alors que je l’ai détestée toute mon enfance et qu’elle ne m’a pas manqué pendant ces 20 dernières années où j’ai pratiqué le on/off (avec beaucoup plus de off que de on !).
    J’ai trouvé ma faille, celle qui a permis à ma soeur de m’atteindre et de me rouler dans la farine. D’abord elle s’est servie de mes valeurs en me demandant mon aide, et ensuite elle a eu un vrai comportement de soeur, attentionnée et aimante, la soeur fantasmée que j’aurais aimé avoir et que j’aurais pu avoir dans mon enfance, si elle n’avait pas eu cette pathologie. En plus j’étais en deuil, donc particulièrement vulnérable, et suite au décès de ma mère elle est le seul lien qui me reste avec notre enfance. Je dois faire le deuil de ma mère et de ma soeur.
    Elle ne sait pas à quelle date je dois venir et je la laisserai dans le doute aussi longtemps que possible.
    En ce qui concerne mes tantes je ne pense pas qu’elles soient dupes. Ma mère leur confiait beaucoup de choses. Dans la famille ma soeur a toujours été considérée comme difficile, mal élevée, coléreuse, voire caractérielle.
    Elle a séjournée chez une de mes tantes (elle faisait un stage à proximité) et ma tante a dit qu’elle ne la réinviterait plus jamais car elle se comportait comme une princesse et ne levait pas le petit doigt pour aider.
    Toutes mes tantes savaient comment elle traitait ma mêre et quel soucis elle se faisait à cause d’elle. Voilà la réputation qu’elle a dans la famille.
    Mes cousines la connaissent moins et sont donc plus manipulables.
    Cela faisait 20 ans que je ne les avais pas vues mais nous nous sommes rapprochées lors d’une réunion de famille l’an dernier, et lors des obsèques de ma mère.
    Elles habitent aussi loin de chez moi.
    Quand j’irai la voir pour finir de vider l’appart je pense que ma soeur essaiera de jouer à nouveau sur mes valeurs (être généreux, aider les autres…) et il faudra que je résiste.
    Je vous tiendrai au courant après mon retour…
    Je pense malgré tout qu’il est plus facile de pratiquer le no contact avec un frère ou une soeur qu’avec un mari. Psychologiquement ce n’est pas la même chose, c’est ma soeur, je ne l’ai pas choisie…

    J'aime

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s