tsippora

[Témoignage] Tsippora : « Il y avait toujours un message paradoxal ou une double injonction qui finissait, sans qu’il le dise clairement, par me faire comprendre que j’étais responsable. Croyez-moi, cela rend fou. » : la communication perverse

Amis lecteurs,

Merci infiniment à Tsippora pour son magnifique témoignage.

Beaucoup de sensibilité, une grande intelligence et un regard authentique sur soi, même si le parcours de notre consœur a été semé d’abus, dès le plus jeune âge, puis perpétués adulte jusqu’au fameux instant de vérité que nous avons tous connu et qui est bien décrit par Tsippora : « C’était lui ou moi ». C’est cet instant qui est décisif dans la survie, où on comprend enfin qu’il n’y a pas d’espoir et qu’il n’y en aura jamais.

Je trouve que ce qui est très intéressant dans ce témoignage est qu’il décrit très bien le processus pervers et il permettra à tous ceux qui ont affaire à de simples narcissiques de bien voir la différence entre les deux profils. Là, cet homme a clairement l’intention de détruire l’identité de l’autre après avoir gagné sa confiance et il projette systématiquement son propre psychisme sur Tsippora, jusqu’à la pousser au suicide. La projection identificative est leur arme fatale. Une fois que vous avez donné votre confiance et votre amour, vous êtes à leur merci et vous croyez cette personne qui joue le rôle du partenaire idéal quand rien n’est plus faux.

Contrairement aux simples narcissiques, on voit bien que le pervers a pris le temps de connaître sa cible par cœur, il a été patient dans la collecte des informations, il a attendu son heure longtemps avant de dévoiler son vrai visage. Un narcissique est totalement incapable de se maintenir aussi longtemps, de faire preuve d’autant de persévérance, parce qu’il est trop absorbé par lui-même et que sa drogue n’est pas vraiment la destruction du psychisme de l’autre mais l’attention, l’admiration, l’adulation extraite chez ses victimes. La destruction de l’autre se passe surtout par la diffamation.

Les deux profils sont autant dénués d’empathie l’un que l’autre mais le pervers sait infiniment mieux cacher son jeu et attendre dans la pénombre le moment opportun pour lancer l’attaque.

Ce qu’il faut également retenir de ce témoignage : si vous avez le souvenir de certains comportements troublants (parce qu’il n’est pas toujours évident de mettre l’étiquette « abus ») dans votre enfance – souvenirs, flahs, réminiscences – analysez attentivement les personnes qui vous entourent. Demandez-vous si ces personnes sont bien dans un échange authentique et réciproque ou si l’interaction est à sens unique.

Quand on a déjà été abusé(e) précédemment, surtout de façon prolongée (encore pire pour les enfants de parents PN, psychopathes ou sociopathes), on ne reconnaît pas l’abus. Il fait juste partie d’une sorte de « climat » ambiant et on n’a pas la moindre idée de ce que signifie être aimé(e), être protégé(e), être respecté(e) comme un être humain. Redoublez de vigilance si vous avez déjà été abusé(e), soyez encore plus méfiants. Les prédateurs sont friands de proies brisées qu’ils vont s’acharner à détruire davantage.

Et, bien entendu, ne parlez jamais de votre expérience d’abus, de perversion narcissique, si vous n’êtes pas guéri(e), si vous avez encore la moindre parcelle de doute, de peur, de déni malin (croire que vous auriez pu sauver et changer le PN) parce que vous avez toutes les chances d’attirer l’attention du suivant.

Merci à vous, Tsippora, de nous faire partager votre vécu. On sent une belle âme, brisée mais toujours debout.

Je vous envoie beaucoup de Lumière et d’amour !

separateur

Bonjour Scarlett

Cela fait plusieurs semaines que je lis en larmes les articles de votre blog. J’ai reconnu mon histoire sur tant de pages, dans tant de témoignages…

Je possède comme beaucoup de victimes tous les ingrédients pour pervers en chasse : victime d’inceste dans l’enfance, de harcèlement moral et de manipulations au travail, isolée géographiquement de ma famille et mes plus proches amis, je suis une sauveuse caractérisée et je répète inlassablement les mêmes scénarios de prédation.

Je n’ai absolument aucun doute quant au fait que j’ai été la victime successivement de deux pervers narcissiques. L’ironie ? C’est que c’est le second (extrêmement bien documenté sur le sujet) qui m’a sortie des griffes du premier. Celui qu’au bout de quelques mois, j’ai déclaré « l’homme de ma vie », s’est appliqué les premiers temps à me faire vivre un rêve ; un rêve dans lequel j’étais une princesse. Car c’est ainsi qu’il m’appelait. Un rêve parfait qui comblait ma faille narcissique. Celui dont j’ai rêvé depuis mon enfance brulée par l’inceste. Il voulait tout savoir de moi ; j’étais heureuse que quelqu’un s’intéresse à mon être profond, comprenne si parfaitement mes blessures. Rien ne m’a alertée et encore moins que ce début d’histoire commençait de la même manière que la précédente.

Moins d’un an après notre rencontre, nous nous sommes mariés symboliquement avec de vraies alliances qu’il avait fait graver avec notre date de rencontre et nos initiales. Il était obsédé par les symboles. Mon lieu de vie a vite été empli de symboles et d’objets que nous avions en commun. Cérémonie de mariage à la suite de laquelle j’ai refusé de suivre mon ex-mari que je voulais suivre pour nos enfants, qui était muté à 500 km de lui. Ce qui a impliqué que j’élève seule mes enfants…

Peu à peu, je suis entrée en enfer. La manipulation par les promesses vaines reportées continuellement, jamais suivies d’actes. Une vie clandestine et bien cloisonnée de son (ses) autre(s) vie(s). Une communication déviante, agressive qui sortait mes mots de leur contexte pour les retourner contre moi, parfois plusieurs mois après, afin que je sois toujours responsable et coupable.

Et petit à petit, un désintérêt total pour tout ce qui pouvait m’arriver. Un désintérêt pour ce qui m’intéressait alors qu’il avait épousé le moindre de mes goûts. Progressivement, une absence physique constante, pavée d’excuses pour le justifier, puis un mépris de mon être, jusqu’à l’humiliation : la première fois qu’il s’est moqué de moi, je ne l’ai pas reconnu… J’ai pu aussi dans son regard percevoir le vide, la colère, la haine…

La première fois que j’ai vu cette haine j’ai fait un black out : c’était si monstrueux et surtout totalement infondé, que j’ai refusé de croire ce que je voyais : cette nuit de la Saint Sylvestre que j’avais voulu parfaite (des heures de préparation), il a eu une crise de rage plus brutale que les autres ; il m’a insultée et humiliée sans raison.

Les crises par centaines de SMS ou de mails étaient récurrentes. Ces échanges auxquels je ne pouvais m’empêcher de répondre, il les provoquait puis m’en rendait responsable. Ensuite, il s’excusait : tout devenait de sa faute. Mais il y avait toujours un message paradoxal ou une double injonction qui finissait, sans qu’il le dise clairement, par me faire comprendre que j’étais responsable. Croyez-moi, cela rend fou. C’est tout le problème de la communication perverse.

Après le massacre par centaines de messages, il proposait de m’appeler. Comment vous expliquer ma peur à l’idée de l’entendre en vrai ? Mais quand il m’appelait, il pouvait avoir une voix toute douce qui me déstabilisait complètement et me remplissait d’incertitudes et d’angoisse. Je me sentais devenir paranoïaque. J’étais tout le temps sur le qui-vive et épuisée. Je n’avais plus de temps pour rien d’autre que la gestion de ses attaques meurtrières.

Il me faisait des propositions quand il était certain que j’allais refuser (un concert le soir à 1h de route la veille d’un jour de travail et d’école) pour ensuite me reprocher de refuser… Mais quand j’avais des vacances et que j’étais seule, il était aux abonnés absents-occupés-débordés…

La première fois que je l’ai pris en flagrant délit de mensonge, cela s’est passé ainsi. Il a dit une chose destinée à provoquer ma colère, totalement hors sujet, et ensuite a essayé de me faire croire que c’était moi qui l’avais dit. Je suis parvenue à le lui démontrer et il en a fait un détail ! La vérité était un détail ! Et moi à vouloir la démontrer, je n’étais pas constructive, je faisais une histoire pour rien. Lui était déjà passé à autre chose… alors que ce « détail » était la cause de notre conflit. Je vous assure que cela rend fou.

Les symptômes psychosomatiques se sont alors multipliés : dorsalgie chronique, insomnie, problème de thyroïde, nausées, troubles digestifs, fibromes, règles anarchiques avec hémorragies, céphalées de tension de plusieurs mois jusqu’à la dépendance aux antalgiques, palpitations, stress, crises d’angoisse et de panique, hypotension et malaises. J’ai été plusieurs fois en arrêt de travail. Dont une fois plusieurs mois pour dépression grave avec antidépresseurs et préconisation d’hospitalisation parce que je voulais me tuer. Ma famille était folle d’inquiétude. Mon ex-mari compréhensif a accepté de garder nos enfants toutes les vacances que je puisse m’adapter à mon lourd traitement. Lors de cette dépression, il était toujours là, y compris chez les médecins. Il s’est plaint une fois qu’en voulant mourir, je ne pensais pas à lui…

Je l’avais choisi comme interlocuteur entre moi et ma famille, à laquelle je ne pouvais pas parler. J’ai fait des examens à n’en plus finir. Des traitements revisités tous les trois mois.

Dans notre relation, des addictions sont arrivées très vite : nourriture, alcool et tabac (je ne buvais et ne fumais pas avant lui), calmants ingérés à en être abrutie.

Il avait toujours une solution à mes nombreux problèmes. Mais pas question de toucher la cause. Il coupait sèchement : « Je ne parle pas de ça ». Il s’est plus de quatre années durant, appliqué à me démontrer que la cause de mon mal-être n’était pas la situation qu’il me donnait à vivre mais son être pour mieux me reprocher ensuite de rejeter son être. Quoi que je réponde, il répétait comme un disque sa théorie. Il m’a déniché des maladies. La dernière chose dite à ce sujet, c’est que je devais faire soigner par TCC mes schémas précoces et parmi eux, celui « d’exigence élevée » !

Si je ne soignais pas ce schéma, les choses n’iraient jamais bien entre nous. Nous atteignions ainsi le summum de l’absurdité : j’avais un problème parce que j’avais l’exigence trop élevée qu’il s’engage dans ma vie plus de 4 ans après l’avoir promis et surtout que nous sortions de la clandestinité… Cette exigence, il la qualifiait de « harcèlement ». Il n’avait pas son pareil pour me reprocher exactement ce que je n’osais lui reprocher : mon « harcèlement l’a détruit, l’a rendu malade et l’a vidé de toutes ses ressources ».

Il n’avait pas son pareil aussi pour me rappeler une dette impossible à recouvrer ; il tenait à jour une comptabilité : la liste de tout ce qu’il a fait pour moi et me le répétait sans cesse. Dans la liste, il y a eu un jour « essuyer ton vomi à l’hôpital », je sortais d’une opération chirurgicale…

Il est parvenu à me convaincre que je lui devais tout ; tout en répétant sans cesse : « Je ne te demande rien et je n’attends rien de toi ».

J’ai pris 15 kg au cours de cette relation hautement toxique. Je dansais et j’écrivais, je ne fais plus ni l’un ni l’autre…

Il a même sans m’en parler téléphoné à ma psychologue pour qu’elle nous reçoive ensemble : il voulait que j’y aborde mon hyperphagie et mes problèmes d’alcool. J’ai refusé d’instinct. Je voulais conserver mien cet espace de parole. Grand bien m’en a pris : il a qualifié plus tard le propos de ma thérapeute de « répugnant » parce qu’elle avait compris. Il a le chic pour l’usage de mots forts : « répugnant », « abject », « dégueulasse »,  « ignoble » pour des choses anodines. Ou plus simplement pour la vérité.

Quand j’ai choisi de m’exprimer anonymement sur un forum, il m’a pistée et est parvenu par un tour de passe-passe hypnotique à me convaincre de supprimer ce compte crée depuis 5 ans. Je comprends aujourd’hui qu’il ne pouvait supporter que soit écorchée son image par des internautes lucides ou, qui sait, qu’il soit reconnu par d’anciennes victimes. Je comprends enfin et surtout qu’il voulait me museler : j’ai eu le tort de dire que cela me faisait du bien. J’ai défendu cet espace de parole bec et ongles avec de solides arguments : il m’a harcelée ; j’ai accepté de guerre lasse… Et me suis isolée encore davantage… J’avais tout dit et son contraire à mes proches, je l’avais quitté 3 fois ; Du coup, je me sentais totalement discréditée à parler des souffrances qu’il me donnait à vivre. Lui que j’avais qualifié être « ma terre, mon ciel et mon tout » ne supportait plus que je puisse pleurer. Il ne supportait pas l’image que ça lui renvoyait de lui et s’en plaignait continuellement. Du coup il devenait celui à plaindre et je devais prendre en charge en plus de mes souffrances, les siennes inventées de toutes pièces…

Même notre sexualité qui était l’élément fort entre nous et qui agissait sur moi comme une drogue dure, était devenue insatisfaisante en réalité. Je le trouvais de plus en plus avilissant. Un jour, il a déclaré que s’il n’avait pas d’érection, c’était parce qu’il ne se sentait pas assez désiré, donc c’était de ma faute. Alors qu’il avait ses troubles de l’érection avant de me connaître, j’ai pourtant considéré que JE n’étais pas désirable… Je suis parvenue dans le silence de mon âme à m’en convaincre et ce d’autant que je détestais celle que j’étais devenue physiquement…

Tout au long de ma thérapie systémique, ma thérapeute m’a envoyé de nombreux signaux sur l’anormalité de cette relation. J’ai fait l’erreur de lui en parler pensant que cela pourrait nous aider. Et peu à peu, je n’ai plus eu envie d’aller la consulter. Un ami de longue date m’a recommandé de faire une pause. Il est devenu « répugnant » et l’ennemi à abattre. Et qu’ai-je fait pour le remercier d’essayer de m’aider ? Je ne lui ai pas parlé pendant 1 an.

J’ai fait toutes sortes de choses pour apaiser les symptômes. Mais rien d’assez puissant pour remettre en cause le poison en moi, à savoir lui.

J’ai cru encore longtemps en nous en dépit de ma souffrance, persuadée que je pourrais le changer. Sans succès. Ça a même été de pire en pire. Il a ajouté une fois : « C’est toi qui es revenue ».

Et puis j’ai découvert l’EMDR. Cette technique m’a permis de résoudre les anciens abus traumatiques de ma vie. Plus rien n’a été pareil ensuite. J’étais submergée par la colère, y compris dans sa direction. Mais je ne la comprenais pas. Je sentais qu’il y avait un rapport avec l’abus, mais ce n’était pas une évidence… Emprise, quand tu nous tiens !

L’EMDR m’a permis d’effacer de ma mémoire émotionnelle le traumatisme de l’inceste. Mais le poison qui me détruisait à petit feu était toujours là, lui. Et d’autant plus visible que la mémoire émotionnelle de l’enfance n’était plus là pour le masquer. J’ai alors arrêté l’EMDR. Je refusais de le quitter. J’ai tout anesthésié.

Et puis il s’est déchaîné. Il remettait en cause tout ce que je pouvais faire pour l’aider, il émettait des doutes sur tout ce que je mettais en place pour moi-même, tel un oiseau de mauvais augure… Il sabotait tout ce que je pouvais organiser. Un système qui a toujours existé est devenu systématique : système de punitions distillées quand je montrais un mieux-être ou de l’optimisme ou quand j’avais des projets pour nous.

Il y a quelques semaines, à bout de force, j’ai compris que c’était lui ou moi.

Il y a eu une crise de trop. Une injustice de trop. Je perdais pied. Je n’y croyais plus.

J’ai eu le sentiment qu’il posait des actes exprès pour que je prenne la responsabilité de la fin de notre relation.

A côté du travail thérapeutique, j’ai lu beaucoup d’ouvrages. Je n’ai d’ailleurs jamais autant lu. J’ai une soif de lire et d’épuiser ce sujet. J’ai besoin de comprendre l’incompréhensible. Et même au départ, secrètement, besoin de trouver dans un livre un élément qui ébrèche mes certitudes. Hélas ou heureusement, mes lectures éclairent d’autres aspects de mon vécu et renforcent mes certitudes.

J’ai donc bien compris pourquoi moi, pourquoi à ce moment-là. J’ai compris qui il était aussi, son fonctionnement. J’ai compris qu’il n’avait pas été le 2e manipulateur de ma vie mais qu’il y en avait eu d’autres depuis l’enfance. Je me sens dotée d’un radar désormais.

Je l’ai quitté après presque 5 ans de relation de laquelle je sors aussi libérée que démolie. J’ai bien compris le phénomène d’emprise et comprends pourquoi je n’ai jamais réussi à le quitter. Et surtout pourquoi à chaque fois que j’ai provisoirement réussi, je suis revenue et qu’il me l’a fait payer.

C’est fini désormais. La manipulation aussi, et d’où qu’elle vienne, c’est fini. Bien fini. Ma vie m’apparaît comme un champ de ruines à déblayer.

Je suis en pause thérapeutique (ma psy est en vacances) et je fais de l’EFT pour gérer cette souffrance certains soirs insoutenable en attendant de reprendre l’EMDR.

L’EFT m’aide à décrypter la violence psychique que j’ai vécue. A ne pas manger plus que de raison. Et surtout, à ne pas boire d’alcool.

Alors que mon cheminement vers la libération se poursuit lentement, me reviennent depuis 2 jours des flashs de faits, de mots, de scènes de ces 5 dernières années que je décrypte avec la bonne grille de lecture. Et ces choses qui ne m’ont pas interpellée par le passé provoquent en moi des chocs fulgurants qui génèrent une souffrance inouïe. La douleur est aussi physique que psychique et je prends la mesure du désastre, de ses points d’ancrage tellement profonds…

C’est tellement douloureux d’avoir retrouvé la vue. Je n’avais pas confiance en sa faculté de prendre sa vie en main, mais j’avais confiance en lui. Je le trouvais instable mais le croyais sincère.

C’est douloureux de voir surgir des souvenirs et de réaliser qu’ils n’étaient que mensonges…

Par chance nous ne vivions pas ensemble, par chance nous n’avons pas d’enfant ensemble.

Pour autant je ne parviens pas à me sentir chanceuse. Je suis brisée de l’intérieur.

Je ne nourris pas de projet de vengeance. D’abord parce que j’ai compris que c’était inutile, mais surtout parce que ce n’est pas moi.

J’ai choisi d’en parler. A mes thérapeutes d’abord, à mon médecin généraliste, à ma famille et mes très proches amis pour être entourée et conseillée si cela s’avérait nécessaire. J’en ai parlé à un ami avocat également. Dans mon environnement, il y a aussi une amie commissaire de police en laquelle j’ai confiance. Tout ça est sans doute inutile mais ça m’a rassurée…

Il possède des photos de moi, certaines intimes, rien dont je puisse avoir honte… Mais je me sens humiliée à l’idée qu’il les montre. Je songe à cet instant qu’il m’a bien montré des photos qu’il a prises d’une femme nymphomane qui soi-disant n’a pas été sa maîtresse… Je me sens débile d’avoir crû une histoire pareille.

C’est pourquoi, étant sur mes gardes, j’ai résisté à l’envie de tout détruire et j’ai tout gardé dans un coffre : clé USB avec photos, SMS, mails y compris ceux provenant de sa boîte professionnelle, messages audio enregistrés, places de spectacle avec son nom, numéros de téléphone, etc.

Au vu des derniers actes qu’il a posés, je suis plutôt tentée de penser qu’il m’a effacée de sa vie.

En réalité, je suis sortie de sa vie comme j’y suis entrée : totalement invisible. Totalement chosifiée.

La peine que j’éprouve face à la certitude d’avoir été « rien », je crois que chacun ici la comprend.

Je finirais en exprimant toute la gratitude que je ressens pour le travail que vous avez fait en construisant ce blog et également en saluant le courage des personnes qui se battent pour s’en sortir.

Tsippora

Crédit photo : incollaborationwithdeath.tumblr.com

82 réflexions sur “[Témoignage] Tsippora : « Il y avait toujours un message paradoxal ou une double injonction qui finissait, sans qu’il le dise clairement, par me faire comprendre que j’étais responsable. Croyez-moi, cela rend fou. » : la communication perverse

    1. Merci Dandoha pour cette explication claire et documentée.
      Je réalise qu’en dehors du PN que j’ai « aimé » j’ai attiré autour de moi (ou je leur ai permis d’avoir prise sur moi) beaucoup de personnalités toxiques et parmi ces personnes une collègue victimiste qui me pourrissait mon quotidien ; mais j’avais tant à lutter par ailleurs …
      Je n’avais jamais réalisé cela. C’est tellement clair à présent que je comprends parfaitement ce que vous exprimez par conscience de soi, de ses failles.
      Curieusement les semaines qui ont suivi ma rupture, mon répertoire de contacts s’est allégé. Il y a des tas de gens qui n’ont plus leur place dans ma vie désormais.
      Une énergétncienne m’a dit un jour, » vous verrez vous allez voir venir à vous d’autres gens ». Je suis certaine aujourd’hui qu’elle avait raison ! (-:

      Aimé par 1 personne

      1. Quand vous en voyez un, il y en a toujours d’autres autour de vous.

        En fait, c’est une forme de vibration que nous dégageons qui attire un certain profil. Donc tant qu’on vibre ainsi, on ne peut qu’attirer ces personnes. Il faut en prendre conscience.

        Cette énergéticienne a totalement raison. « Changer de vibration » signifie changer de point de vue, de comportement envers soi-même et envers les autres, ce qui ne peut qu’attirer des personnes différentes.

        J'aime

      2. bonjour,
        moi même victime, et auteure de mon propre récit, que je ne souhaite pas publier pour l’instant ( il faut sans doute que ça fasse son chemin, comme beaucoup de choses..), je tenais à vous exprimer toute mon admiration pour votre écrit. Je n’ai jamais lu quelque chose d’aussi bien décrit, et me reconnait parfaitement dans vos mots. Les blessures d’enfant ne sont pas les mêmes, là est sans doute la seule différence. Votre texte est très beau, très humble, très encourageant. On y reconnait une caractéristique de bon nombre de victimes… l’intelligence. Contrairement à la pensée commune qui pose de manière courante la stupidité comme base pour être victime de manipulation.
        Bravo et merci ….

        Aimé par 1 personne

      3. Bonjour Mili
        Merci c’est très gentil …
        J’espère que vous parviendrez à vous dire Mili. J’ai vécu ce témoignage comme une étape cruciale de ma reconstruction. J’ai beaucoup de gratitude pour Scarlett et toutes les personnes qui m’ont consacré du temps et de l’écoute.
        Cela fait un bien supplémentaire à celui de lire les témoignages des autres puisque c’est de votre histoire intime et personnelle qu’il s’agit.
        Je ne saurais que trop vous encourager à oser le faire. Après chacun à sa façon de cheminer …
        je suis sortie de la nuit, de la confusion. Je vois clair, j’ai retrouvé ma lucidité, ma confiance en moi. Je me sens libre et tellement plus forte. J’ai perdu 6 kilos en 5 semaines en ne faisant absolument rien : ni régime, ni sport. Je retrouve peu à peu ma silhouette, mon énergie, ma détermination à me retrouver et à être heureuse. J’ai d’ailleurs en dépit de toute mon histoire de vie toujours eu en moi une aspiration au bonheur, une spontanéité à sourire et à embrasser la vie.
        Ce qui est nouveau c’est que je me sens capable de le faire seule pour la première fois de ma vie. J’ai libéré, lâché ce qui me rendait dépendante de l’autre, de tous les autres. Je comprends enfin ce que signifie que mon bonheur ne peut dépendre des autres.
        Depuis peu la peine m’a quitté, l’aigreur et la colère aussi. Je peux aller vers l’autre. J’ai quitté la méfiance pour une vigilance plus rationnelle.
        Je pense que je pourrais aimer à nouveau mais je sais aussi que je ne me liquéfierai jamais dans le couple. Et surtout que je ne mettrais plus jamais la totalité de ma vie dans les mains d’un homme.
        Ma liberté (pas le fait d’être seule, mais celle qui anime ma pensée, mes actes…) est mon bien le plus précieux.
        Force et courage à vous et à tous.

        Aimé par 1 personne

      4. Je suis touchée par ça. MOI je n’arrive pas à vivre. …. Je suis extrêmement dépendante. …. j’ai mis toute ma vie….Le sens de ma vie dans cet homme T. ….Il est en moi même s’il m’a abandonnée. J’ai l’impression d’être ensorcelée. J’ai touché une sensation que je n’avais jamais ressentie de toute mon existence avec lui et je ne sais comment en faire le deuil et pouvoir vivre sans ça

        Lisa

        Il

        J'aime

      5. Lisa sans vous connaitre je si suis triste pour vous … Votre souffrance me touche …
        Parce que je constate au fil des semaines que vous êtes engluée. Comme quelqu’un en état de stress post traumatique. Sous le choc et dans l’impossibilité de bouger.
        Vous n’avez pas décidé de vous sauver Lisa. Et cette décision est indispensable pour guérir de votre dépendance et addiction.
        Ce blog est fantastique mais ce n’est qu’un blog. Ce n’est pas la vie. Ce n’est pas une thérapie.
        Faites vous aider Lisa … Il y a des tas de techniques qui peuvent vous aider à aller mieux. Je vous assure que c’est la vérité …
        Ne laissez pas à cet homme le mot de la fin.
        Prenez soin de vous
        Tsippora

        Aimé par 1 personne

      6. Bonjour Tsippora,
        J’ai lu votre témoignage avec attention…et même si le poison n’est pas entré dans ma vie autant que dans la vôtre, j’y ai naturellement reconnu bien des points vécus par moi aussi…sans parler des rencontres et histoires qui se répètent…
        Je suis persuadée que ces choses là ne vous arriveront plus: vous avez COMPRIS.
        De plus, vous avez des amis, cet être toxique ne vous a pas pris cela…
        Vous avez su, en tout cas, comme le dit Scarlett dont je lis le blog avec passion, formidablement décrypter le processus pervers que vous avez subi.
        Je vous souhaite plein de bonheur!
        Célina.

        Aimé par 1 personne

      7. Merci beaucoup Celina. C’est très gentil … Avez-vous posté un témoignage ? (Pardonnez moi je n’ai pas tout lu encore, mais si c’est le cas j’irai le lire dès que possible pour mieux vous comprendre )…

        Vous avez raison, ça ne m’arrivera plus. C’est la seule certitude que j’ai. Je me sens dotée d’un radar. J’ai compris en effet ce qui se jouait pour moi et en moi. Compris ce qui en moi a fait que j’ai vécu ça.
        Lors de ma séance d’ICV-EDMR d’aujourd’hui je visualisais les choses comme dans un film. Autant lorsqu’il a fallu soigner mon enfant intérieur en 2015 je prenais plusieurs heures à m’en remettre, je ne tenais pas sur mes jambes et ne pouvais même pas conduire. Autant cette fois j’ai géré mes émotions. C’est douloureux mais on en sort avec la souffrance rangée à sa place, dans le passé.
        Je dois cette longueur d’avance à mes lectures et à ce blog. Je ressens tant de gratitude pour Scarlett et toutes les personnes comme vous qui m’ont soutenue, comprise, apaisée par leurs mots, aidée par leurs rires … J’ai pris tant de recul… Et je ne me suis pas sentie seule …
        Alors merci encore …
        Bien à vous
        Tsippora

        J'aime

      1. Bonjour Charriere

        Vous n’êtes pas invisible sauf si vous le pensiez déjà avant cette mauvaise rencontre.

        Battez-vous et vous parviendrez à remonter la pente. C’est une épreuve, comme une autre.

        Du courage ❤

        J'aime

  1. Je suis émue, touchée au plus haut point par ce témoignage. J’ai aimé follement un homme pendant 4 ans sans vivre avec lui. Il a été une drogue dure, je serais morte pour lui, pour le guérir, pour avoir son amour du départ auquel j’ai cru de toute mon âme.
    Mais il y a eu trahison, mensonges, flou absolu, contradictions, délaissement, abandon, rejet, accusation, culpabilisation…..etc. Et pour finir projection identificative…. Il projette sur moi tout ce qu’il est….. SOUFFRANCE ABSOLUE ! Et pourtant je l’aime encore et n’arrive pas à l’oublier.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Lisa

      Ceci n’est pas de l’amour mais une ADDICTION, autrement appelée « dépendance affective ».

      Si vous aimez réellement l’homme dont vous parlez alors, vous devez l’accepter tel qu’il est. C’est ça, le véritable amour. Ce n’est pas vénérer une image ou un fantasme qui ne correspond absolument pas à la réalité de la personne.

      Vous avez des femmes qui sont mariées à des tueurs en série et qui savent que leur compagnon en est un, qui assument. Ceci est de l’amour. Voir l’histoire de Karla Homolka.

      Vivre dans une réalité parallèle dans laquelle il est le prince charmant signifie que vous aimez une illusion.

      Peace 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Scarlett, je considère que d’affirmer que l’amour de Karla Homolka en est un sincère et que celui de Lisa ne l’est pas la met en danger. Déjà que toutes ses certitudes sont ébranlées. Ce qui crée l’addiction est la toxicité du personnage. Paul Bernardo est un individu hautement toxique et malade. Ne pas perdre de vue que cette illusion est parfois plus vraie que vraie! Comprendre que l’on est capable d’un amour sincère aide à la guérison. Mais qu’aimer une drogue est une addiction.

        J'aime

      2. Bonjour Rose,

        Je n’émets pas de jugement pour dire si Karla Homolka a bien fait d’aimer Paul Bernardo ou pas. Par contre, elle a été sa complice donc nous pouvons raisonnablement penser qu’elle savait parfaitement qui il était, quelles étaient ses « activités » et qu’elle l’a aimé pour sa vérité.

        Autre point crucial : Lisa est sortie de l’interaction ET elle écrit sur mon blog. J’aurais tenu un autre discours à une personne qui découvrirait tout juste la PN et qui serait encore sous emprise et dans l’interaction. Lisa est au stade suivant et il faut qu’elle avance dans ce sens.

        Ce que je dis :

        – L’amour implique de connaître le sujet de cet amour donc d’accepter l’autre TEL QU’IL EST. S’il s’agit d’un PN comme indiqué par Lisa… Je suis désolée mais cela signifie aussi d’aimer la manipulation, le mensonge et toutes les autres caractéristiques du personnage. Vous n’allez pas me dire que vous aimez à la fois un PN et la vérité. C’est antinomique. Etant donné que l’un n’est que mensonge, il exclut d’office son contraire…

        – Projeter ses propres envies et désirs concernant l’identité de la personne qu’on affirme aimer relève de la pure psychose. Donc vous prenez un individu (finalement, peu importe qui il est puisque vous allez vous projeter vous-même sur lui…) et vous le façonnez à votre image. OK. Mais la réalité est qu’il est un PN et que vous voyez un Prince Charmant. Celui que vous aimez n’est donc pas PN mais bel et bien, votre propre projection. Il a de la chance, le PN, parce qu’il surfe justement sur votre illusion.

        Que l’illusion soit plus vraie que vraie, oui, et c’est exactement ce que je signale à Lisa ! Elle aime son illusion et pas le PN. Si elle ne peut pas sortir de ce système d’illusion, que cela soit au moins au bénéfice d’un homme qui ne va pas aussi chercher à la détruire ;). Soit on modifie le comportement, soit on en modifie le sujet bénéficiaire.

        Et enfin, l’addiction n’est pas de l’amour mais un trouble mental qui repose sur des traumatismes d’enfance, une absence totale de confiance en soi et d’estime de soi. Et qui, accessoirement, jette dans les griffes d’individus dangereux.

        La seule façon de protéger Lisa est de bien lui faire comprendre le danger de fonctionner sur une illusion. En face, vous avez un mec qui a des objectifs et qui ne voit pas le meilleur intérêt de Lisa.

        J'aime

      3. J’ai mal. ……..
        ……parce que j’ai cru en lui de toutes mes forces …..et oui ce qu’il m’a montré ….est ce que j’attendais depuis toujours ..
        Mais tout a été repris. …..

        Je me sens flinguée. ….désertée. …désertique. …mon Corp a le mal de lui ….il était devenu le sens de ma vie …….j’ai chanté pour lui….créé pour lui. ….j’écris un livre pour lui. ..

        Je ne sais pas si je vais arriver à continuer à vivre. …..je ne sais pas si j’en ai envie. Je souffre trop

        J'aime

      4. Lisa est SORTIE de l’interaction. Voilà bien toute la différence. Merci Scarlett. Elle écrit, donc ouverture et capacité d’entendre la réponse. Comme moi par ailleurs.

        J'aime

      5. Bonjour Lisa
        Cette intensité que vous évoquez je l’ai vécue aussi. Quelqu’un saurait-il expliquer ce phénomène ? Cette attraction physique si forte comment est-elle possible même après la phase de séduction Scarlett ? Même lors de la descente aux enfers ? Est-ce l’addiction qui est en oeuvre ? Est-ce que ça fonctionne comme un shoot et c’est pourquoi tout est émotionnellement et au niveau sensoriel décuplé ?
        J’aimerais comprendre …
        Il m’arrive encore de ressentir de désir pour cet homme. Je travaille beaucoup à rompre ces liens invisibles qui me retiennent attachée encore à lui. Dans mes auto suggestions en EFT j’associe avec force ce reste de désir (qui revient en flash) à une pulsion de mort. Je refuse d’admettre qu’il puisse s’agir d’autre chose puisque l’objectif était de me détruire. Je ne peux par conséquent désirer ce qui me fait du mal sauf à être encore droguée. D’avance merci à celles-ceux qui pourraient m’éclairer sur ce point …

        J'aime

      6. Bonjour à tous,

        A quoi est due cette fameuse « intensité » ?

        PHASE 1 => L’APPROCHE

        1) Prenez une personne lambda
        2) Intéressez-vous à elle au maximum, découvrez ce qu’elle veut, ses idéaux, ses envies secrètes
        3) Accordez-lui beaucoup – trop – d’attention, appelez, soyez toujours présent dans sa vie, de toutes les manières possibles
        4) Faites-lui croire qu’elle est la personne la plus importante pour vous
        5) PRATIQUEZ LA TECHNIQUE DU MIROIR => utilisez le même langage verbal et corporel qu’elle, inventez-vous une vision commune de la vie, paraphrasez ses paroles de manière à ce qu’elle vous donne sa CONFIANCE, qu’elle devienne DÉPENDANTE DE VOUS
        6) Faites-lui passer un maximum de « bons moments », de plaisir => bon ici, la notion de « plaisir » dépend vraiment de chaque personne. Les PN utilisent de préférence le sexe parce qu’ils savent qu’une fois qu’une personne se donne intimement, la plus grande partie du boulot est achevée

        ———————————-

        PHASE 2 => LE LIEN TRAUMATIQUE

        C’est ici que se créé le lien que vous avez vraiment du mal à rompre ensuite.

        Il existe un processus psychologique chez l’humain qui fait que deux personnes qui partagent la même expérience traumatique sont davantage liées que s’il n’y a pas de trauma (voir la littérature approfondie sur Google).

        Une fois que vous avez été ferrée sexuellement, financièrement, sentimentalement (remplacez par l’adverbe qui vous correspond), on réactive un traumatisme ancien (blessure d’abandon, etc.). => Ce ferrage dépend de chacun, une fois de plus. Nous ne sommes pas tous tenus par le sexe mais cela revient dans la plupart des cas.

        Ensuite, il alterne tout simplement les phases de « bons moments » et de « moments traumatisants ». Le pendule émotionnel se met en marche.

        ——————————

        PHASE 3 => MISE A MORT

        Vous essayez désespérément de « cracker le code PN », de retrouver cette personne du début qui vous correspondait tant, vous voulez réparer votre blessure, votre traumatisme par le biais de la même personne qui l’a réactivé. Vous êtes en plein dans la toile de manipulation et vous n’avez plus d’issue de secours.

        Où se renforce le lien traumatique ?

        Quand vous essayez de fuir et que vous revenez, le traitement PN est de plus en plus traumatisant. Du coup, cela créé une peur inconsciente basée sur ce message : « Si j’essaye de fuir, il va encore me punir plus sévèrement et je m’éloignerai d’autant plus de celui qu’il était au début ».

        Ici, la manipulation ne repose que sur votre propre désir illusoire de retrouver un personnage qui n’a jamais existé. En même temps, le PN vous maintient dans sa file grâce aux infos qu’il a eues en phase 1 et à la stratégie mise en place en phase 2.

        Pour créer une « intensité », il vous suffit de submerger une personne de ce dont elle a toujours rêvé, d’être présent, attentionné. Puis, de lui retirer soudainement et arbitrairement tout ce que vous lui avez donné. Et enfin, de le distribuer à votre convenance afin de renforcer l’addiction.

        Et voilà, simple comme bonjour 😉

        J'aime

    2. Hi@Lisa Aullen

      Je vous invite à lire:

      Aimez-vous comme vous le méritez et vous serez aimé comme vous le souhaitez
      Si vous ne vous respectez pas, ne demandez pas aux autres de le faire. Aimez-vous pour que les autres vous aiment comme vous le désirez. Car vous méritez d’arrêter de souffrir et d’être heureux, enfin.
      http://amelioretasante.com/aimez-vous-comme-vous-le-meritez-et-vous-serez-aime-comme-vous-le-souhaitez/

      5 dangers de la dépendance émotionnelle dans le couple
      http://amelioretasante.com/5-dangers-de-la-dependance-emotionnelle-dans-le-couple/

      Nous attendons trop des gens qui ne nous donnent rien
      A certaines occasions, nous faisons tellement de choses pour les autres que nous finissons par nous négliger nous-mêmes, car nous attendons que les autres agissent de la même manière que nous.
      http://amelioretasante.com/nous-attendons-trop-des-gens-qui-ne-nous-donnent-rien/

      Nous ne devrions pas rester ensemble
      Face à une crise, il est très important de faire le point et de savoir quelles sont les raisons qui nous poussent à continuer avec notre conjoint. Si ces raisons ne nous convainquent pas vraiment, mieux vaut arrêter la relation, pour ne pas provoquer plus de mal que nécessaire.
      http://amelioretasante.com/nous-ne-devrions-pas-continuer-ensemble/

      Aimé par 1 personne

      1. Bonjour Lisa
        Je n’avais pas vu ce message hier. Tenez bon. Même si tout semble désespéré, dites vous que tout passe, rien ne dure éternellement ou ne demeure en l’état par la force des choses.
        Accrochez vous. Ne vous laissez pas dévorer par le découragement, par la douleur.
        Vous avez le don de création, c’est un trésor, vous devez tenir. Vous n’êtes pas née pour souffrir votre vie durant. Vous n’êtes pas venue au monde pour en baver à cause d’un être inachevé et vide de tout ce que vous possédez.
        Hier cet homme qui a failli me détruire a exprimé « son souhait de tourner la page en me pensant morte et mieux que je me sois suicidée ».
        Je n’ai pas eu la solidité intérieure de n’en être pas une nouvelle fois ébranlée et j’ai souffert atrocement. Mais cet incident m’a appris une chose : leur victoire totale passe par notre perte totale. Ce propos d’une violence psychologique inouïe est d’une cruauté innommable. Et rien d’autre ne l’explique qu’une perversité réelle. Ne sacrifiez pas votre vie pour un pervers.
        Mes plus douces pensées Lisa
        Force et courage
        Tsippora

        Aimé par 1 personne

      2. Morning @Tsippora, @Lisa

        Je rejoins totalement cette analyse, et il est d’autant plus préocupant que l’appel au secours de @Lisa est répétitif dans ses témoignages. C’est un état qui est exceptionnel et ne concerne pas toutes les victimes de PN qui ne sont donc pas parvenu à une telle puissance de dépendance avec leur bourreau. Donc il faudrait aussi que certaines victimes qui lisent ses témoignages évitent de s’identifier sur le plan affectif à un état et une perception qui certes peut survenir mais doit bien être distinguée au regard de leurs propres expériences afin d’éviter toute confusion émotionnelle renforcée par leur vulnérabilité ou encore par leur comportement à savoir le victimisme.

        J’espère que @Lisa fera vite appel à une aide psychiatrique avec si possible hospitalisation afin de ne pas rester isolée dans ses pensées. Car l’état suicidaire peut faire effectivement parti des projets machiavéliques du PN envers sa victime, donc ne cèdez pas à son jeu @Lisa il n’en vaut pas la peine accrochez vous à ceux qui vous aiment et vous veulent le bohneur, il y en a certainement au moins 1 dans votre vie.
        Peace,

        J'aime

      3. Tsippora,

        je pleure en lisant vos mots concernant ce que vous a balancé cet être , votre PN……. Est-il à ce point vrai qu’ils veulent notre mort, notre suicide. L’ex de celui que j’ai aimé, ayant occupé sa vie 10 ans, de prénom (edit) avait commis 3 tentatives de suicide. Et aujourd’hui elle ne pèse que 40 kilos , n’arrive pas à refaire sa vie et l’aime toujours. Il l’avait délaissée pour moi……J’étais la prochaine. Comment est-ce possible ? Cela semble inimaginable après tout ce qu’il m’a fait ressentir……..DINGUE…..FOU !!!!!!
        Ai-je rencontré le Diable ? Je crois qu’il est impossible de rester la même après cela et que les traces d’un tel passage demeurent à jamais indélébiles.

        Je suis ………sans voix

        Lisa

        J'aime

      4. Bonjour Lisa,

        Chacun de nous a sa sensibilité.

        Ce n’est pas une fatalité de rester coincée avec le PN dans la tête, non plus. Il est clair qu’on ne voit plus le monde de la même façon, ce qui est normal puisqu’on a vécu une agression psychique mais ce n’est pas pour autant qu’on ne s’en relève pas. Le but de ce blog est justement d’informer et de passer à l’étape suivante. Je vous le dis pour que vous ayez espoir qu’un renouveau est possible si vous le CHOISISSEZ.

        Pour vous, tout cela est inexplicable. Pour moi, c’est devenu une routine. Certaines personnes n’ont aucun instinct de survie, ni de préservation et ce sont elles qui s’enlèvent ce qu’elles ont de plus précieux pour un CON qui vaut moins que le sol sur lequel il marche tous les jours. Il faut prendre beaucoup, beaucoup de recul sur soi, sur le monde en général et regarder le PN en perspective. On parle d’un individu sur des milliards d’autres, pour rappel. Alors, revoyez vos priorités : vous n’avez qu’une seule vie et un monde d’abondance, une multitude de belles personnes qui sont là, autour de vous. Faites votre choix.

        Vous prenez Dandoha et Lunapark, elles ont des parcours PN en famille, ont du renoncer d’ailleurs à ces soi-disant familles et aujourd’hui, elles sont debout. On peut survivre à tout si on en fait le choix et qu’ensuite, on travaille chaque jour pour valider cette décision. Non, ce n’est pas facile mais c’est plus pérenne que vivre dans le souvenir permanent d’un individu qui se soucie de vous comme de sa première paire de chaussettes.

        Commencez par organiser vos journées autrement que par des rituels de réminiscence du PN, rédigez vos objectifs de vie personnels, autre qu’être dans une relation et passez du temps avec des gens qui vous aiment, qui font ressortir ce que vous avez de positif en vous.

        Penser à cet homme n’est pas négatif et ne doit pas être refoulé mais mis en perspective.

        Enfin, je vous conseille aussi de consulter un psychiatre, surtout après avoir lu vos pensées suicidaires. Le blog a aussi ses limites et si vous en êtes à ce stade, cherchez une aide médicale et professionnelle.

        Je le précise quand même : évitez à tout prix de vous mettre dans une nouvelle relation tant que cette histoire de PN n’est pas réglée et tant que vous n’êtes pas de nouveau capable de prendre soin de vous sinon il y a fort à parier que vous retomberez sur un profil manipulateur.

        Ne restez pas seule, rapprochez-vous de votre famille, vos amis, vos voisins. Faites l’effort, c’est important. Et pas de bêtise !!!

        Bon courage !

        J'aime

      5. Hi@Lisa

        Quelques pistes pour lutter contre la dépression et les pensées suicidaires que je vous recommande de lire attentivement, le seul effort que vous devrez fournir est la VOLONTE, il va vous falloir lutter contre vous même et vos idées noires afin qu’à l’avenir vous ne soyez plus victime de ce genre de prédateur:

        Si vous tombez 7 fois, levez-vous 8 fois
        A la suite d’une situation douloureuse, il faut se donner le temps de vivre le deuil et savoir qu’il est normal de se sentir mal. Cependant, il arrive un moment où se lever et aller de l’avant est obligatoire.
        http://amelioretasante.com/si-vous-tombez-7-fois-levez-vous-8-fois/

        1) Don Miguel RUIZ « Les quatres accords toltèques » il est petit facile a lire et salvateur.
        disponible sur le site amazon de votre pays.

        2) 9 astuces efficaces pour combattre la dépression naturellement
        L’exercice physique nous aide à produire des endorphines, ce qui en fait l’un des meilleurs moyens pour lutter contre la dépression.

        La dépression est un état émotionnel qui peut affecter la personne qui en souffre, tant au niveau physique que psychologique, en fonction de sa gravité.
        http://amelioretasante.com/9-astuces-efficaces-pour-combattre-la-depression-naturellement/

        3) 7 choses que votre dépression vous empêche de voir
        http://amelioretasante.com/7-choses-depression-empeche-de-voir/

        4) Les vitamines et les minéraux qui combattent la dépression
        http://amelioretasante.com/vitamines-mineraux-combattent-depression/

        5) Quelle alternative aux médicaments pour traiter la dépression ?
        Puisque toutes les dépressions sont différentes, elles ne peuvent pas être traitées de la même façon. Dans la plupart des cas, les produits pharmaceutiques ne sont pas la seule réponse, même s’ils peuvent aider.
        http://amelioretasante.com/alternative-aux-medicaments-traiter-depression/

        6) Les prédateurs psychologiques (Première Partie)
        Le vampire émotionnel se sent inférieur, mais s’il ne donne pas cette impression, car il se montre généralement arrogant. Il apparaît dans de multiples situations, que ce soit au sein du couple ou d’un groupe d’amis.
        http://amelioretasante.com/les-predateurs-psychologiques-premiere-partie/

        7) Les meilleurs exercices physiques pour maintenir en forme… votre cerveau !
        http://amelioretasante.com/les-meilleurs-exercices-physiques-pour-maintenir-en-forme-votre-cerveau/

        8) 8 raisons de danser chaque jour
        Danser régulièrement nous aide à conserver une bonne densité osseuse. C’est donc idéal pour les femmes ménopausées et cela lubrifie les articulations pour éviter l’usure des cartilages.
        on considère aujourd’hui la danse comme une discipline sportive que l’on peut tous pratiquer pour rester en forme, que ce soit pour des raisons physiques ou mentales.
        http://amelioretasante.com/8-raisons-de-danser-jour/

        Prenez votre vie en main MAINTENANT,
        Et n’oubliez pas de sourire puis de rire chaque jour, car la vie ne se charge de nous donner que ce que l’on peut supporter 😉 :

        Tout ce que j’ai vécu jusqu’à présent a fait la femme que je suis aujourd’hui
        Chacun des revers que nous a apportés la vie, chacune des joies et toutes les leçons que nous avons apprises tout au long des années ont structuré notre personnalité actuelle.
        http://amelioretasante.com/tout-ce-que-jai-vecu-jusqua-present-a-fait-la-femme-que-je-suis-aujourdhui/

        Peace,

        Aimé par 1 personne

    3. Bonjour Lisa
      Je ressens encore cela quand j’erre dans mes confusions. Je suis obsédée par le souvenir de cet homme mais je m’interdis de dire que je l’aime encore et je me pardonne cette obsession qui finira pas passer à la trappe. C’est une contradiction intrinsèque. Je ressens parfois le manque mais j’ajoute aussitôt « comme une drogue dure », pour associer à ce manque l’idée de destruction sournoise puis fulgurante de la drogue. J’ai de plus en plus la sensation qu’il s’agit du manque d’un rêve ancien qui n’existe plus depuis longtemps, du manque du bonheur et du plaisir éprouvés par le passé. Mais de son être tel que je le reconnais rien ne peut ni ne doit me manquer.
      C’est dur l’addiction je sais, c’est constitutif de l’emprise de laquelle on sort, mais pas sans souffrance.
      Aujourd’hui je sais que ma souffrance est celle d’un sevrage. Pas de la perte de cet homme qui n’a rien d’humain.

      Aimé par 2 people

      1. Le drame. …….la souffrance. …..c’est que malgré cette grande toxicité. ….je n’avais jamais connu de moments émotionnels et sexuels aussi intenses ..de toute ma vie.
        Aucun mot n’est possible à mettre pour définir une puissance aussi irrationnelle voir diabolique. Ce qui fait que désormais. …tout est fade. …plus rien n’a vraiment d’importance. C’est de la survie depuis son abandon. Il n’y a plus de véritable sens à ma vie. ….c’est une souffrance pire que la mort !

        J'aime

      2. Oui Lisa c’est à ce point vrai et c’est bien pourquoi je vous ai cité ce propos pour tenter de vous en faire prendre conscience. Leur jouissance est morbide et mortifère et s’ils ne nous ont plus sous la main pour nous détruire à petit feu notre disparition de la surface de la terre leur est égal voire leur apporte du plaisir car cela renforce leur pouvoir. Et je me fiche d’avoir lu ici ou là que ce n’est pas forcément conscient puisque le résultat est le même : ils détruisent et sèment tout au long de leur « vie » des cadavres psychiques … Ils ne savent pas vivre autrement …
        En l’occurence si vous n’êtes plus avec lui vous devez sortir de l’addiction et de l’emprise. Vous devez suivre le conseil de Dandoha et vous faire aider car seule vous n’y arriverez sans doute pas. S’il n’est plus physiquement là, il est dans votre tête et y reste de votre fait, et l’en sortir est possible mais il faut que vous en preniez la décision. Vous ne pouvez pas continuer à aimer un homme qui n’est qu’une projection ainsi que l’a dit Scarlett. Votre déni me semble très puissant : vous avez vu ce qu’il a fait de la femme avant vous, vous constatez votre état de souffrance, vous constituez à deux la preuve s’il en était besoin d’une, qu’il ne s’agit pas d’une coïncidence, vous avez la preuve de sa dangerosité.
        Personnellement j’ai modifié jusqu’à ma façon d’en parler : par exemple je refuse d’écrire MON pn et marquer ainsi une forme de possession et donc de lien. Mon travail est de trancher ces liens, certains sont invisibles.
        Ce n’est pas facile, je le sais Lisa … j’ai rêvé cette nuit qu’il tentait de forcer la porte de ma maison pour me tuer à l’arme blanche. Cette fabrication de mon mental ne dit rien de ce qu’il fera elle dit tout en revanche de ma peur à moi. Et c’est cela que je vais travailler en EFT et en EMDR bientôt : ma propre peur pour m’en débarrasser. C’est long Lisa : il faut vous mettre en route vers la lumière !!! Il ne vous suivra pas dans la lumière, croyez moi !

        Je vous recommande la lecture de l’ouvrage de C. Petitcollin. Pourquoi celui là alors qu’il existe des dizaines d’ouvrages sur la perversion narcissique ? Parce que celui ci m’a permis de détecter les autres manipulateurs de ma vie depuis l’enfance et de comprendre ce qui en moi leur a permis de me faire du mal. Ce livre a été pour moi comme la fenêtre ouverte de sa couverture …

        http://images.google.fr/imgres?imgurl=http://t3.gstatic.com/images%3Fq%3Dtbn:ANd9GcR7NXP8m8OmwbBfnjGCUwns36dsLxcMiNOcGVNwu2ZmJlm8JeZk&imgrefurl=http://books.google.com/books/about/%25C3%2589chapper_aux_manipulateurs.html%3Fid%3Dkw7RBQAAQBAJ%26source%3Dkp_cover&h=400&w=266&tbnid=n1OkSqWtw2Nc1M:&tbnh=160&tbnw=106&docid=LAc11tLiO4fxtM&itg=1&client=safari&usg=__D84whMxhj1RnwUdgt8qPl8fJZpM=

        Vous avez une responsabilité Lisa. Celle de vivre et de vivre bien. Celle de vous battre et de prouver qu’il n’aura pas votre peau.
        Je vous en conjure… Tenez bon.
        Chaleureuses pensées à toutes
        Tsippora

        Aimé par 1 personne

    4. Plein de courage Nomorecrying, votre pseudo témoigne de la force qu’il y a en vous.
      Tout comme vous pour tout l’or du monde je n’y retournerais jamais et cela ne fait hélas pas si longtemps que j’en ai la certitude …
      Une certitude qui vient du ventre cette fois. Avançons. Nous sommes ici pour ça. Ce blog est une bénédiction (-:

      Aimé par 1 personne

    5. Bonjour Juliun
      Votre histoire m’a tant touchée … Elle est semblable en tant de points et détails à la mienne que je suis restée sans voix …
      La boule dont vous parlez je n’ai jamais su la nommer aussi justement que vous le faites. Cette boule de plus en plus grosse était là toute petite au départ, mais crée au commencement par notre intuition, qu’on a fait taire à chaque fois.
      Même quand la mienne a été énorme j’ai continué à la porter jusqu’au bout de mes forces.
      Les conséquences que vous évoquez sur votre concentration, votre travail … pour moi ont été les mêmes …
      Comme mon décryptage est semblable au votre cela me donne de l’espoir de savoir que vous vous en êtes sortie au bout d’un an.
      Je vais sur mes 45 ans, on dit de moi que je suis une jolie femme, et pourtant je me dis que je vais finir ma vie seule … Du fait de mon âge bien sur mais aussi parce que je ne sais comment je vais pouvoir à nouveau faire confiance à un homme …

      Aimé par 1 personne

    6. Bonjour
      Puisqu’on parle de chanson en relation avec le thème qui nous occupe (Merci Dandoha pour cette chanson de Mary J Blige – souvenir souvenir) je partage avec vous Lauryn Hill « Ex-Factor » (1998). Cette chanson que je connais depuis si longtemps me parle d’emprise …
      Et celle qui suit une volonté de libération et d’y croire – « I gotta find peace of mind » (2002).
      Ces deux chansons et le fait qu’elle ait quitté The Fugees, ne peuvent être une fiction.
      Il y a une prédilection pour ce thème; qu’on retrouve aussi dans la chanson « Mr Intentional ».

      Je vous invite à écouter Lauryn Hill … Les émotions sont tangibles même si je suis loin d’être fan de tout. Ce qui m’interpelle dans le second titre c’est son errance (même si elle semble s’en être remise à Dieu) mais également sa souffrance. Comme si elle avait compris mais que la souffrance était toujours là, tenace … 4 ans plus tard.
      Je me suis montrée curieuse de cette artiste et visiblement sa vie et sa carrière ont été très impactés par cet homme de l’ancien groupe dans lequel elle chantait …

      (Désolée pour les fautes qu’il y a dans les traductions qui ne sont au reste pas excellentes)

      ***
      Ex-Factor

      It could all be so simple
      Tout cela aurait pu être si simple
      But you’d rather make it hard
      Mais tu as préféré le rendre difficile
      Loving you is like a battle
      T’aimer est une bataille
      And we both end up with scars
      Et nous en sortons, tous deux, avec des cicatrices
      (Chorus)
      (Refrain)
      Tell me who I have to be
      Dis-moi qui je dois être
      To get some reciprocity
      Pour obtenir un peu de réciprocité
      Cause no one loves you more than me
      Car personne ne t’aime plus que moi
      And no one ever will
      Et personne ne t’aimera jamais plus que moi
      Is this just a silly game
      Est-ce un jeu idiot
      That forces you to act this way ?
      Qui te force à agir de la sorte ?
      Forces you to scream my name
      Qui te force à hurler mon nom
      Then pretend that you can’t stay
      Puis à prétendre que tu ne peux rester
      (Chorus)
      (Refrain)
      (Chorus 2)
      (Refrain 2)
      No matter how I think we grow
      Peu importe la façon dont je pense que nous avons évolué
      You always seem to let me know
      Tu sembles toujours me faire comprendre
      It ain’t workin’, It ain’t workin’ (No, it ain’t workin’)
      Que ça ne fonctionne pas, que ça ne fonctionne pas (Non, que ça ne fonctionne pas)
      And when I try to walk away
      Et quand je tente de fuir
      You’d hurt yourself to make me stay
      Tu te flagelles pour me garder
      This is crazy, this is crazy (This is crazy, uh-huh ! )
      C’est fou, c’est fou (c’est fou)
      I keep letting you back in
      Je persiste à te laisser revenir
      How can I explain myself ?
      Comment puis-je m’expliquer ?
      As painful as this thing has been
      Aussi douloureux que cela ait été
      I just can’t be with no one else
      Je ne peux pas être avec quelqu’un d’autre
      See I know what we’ve got to do
      Regarde, je sais ce que nous devons faire
      You let go, and I’ll let go too
      Tu abandonnes, et j’abandonnerai aussi
      ‘Cause no one’s hurt me more than you
      Parce que personne ne me blesse plus que toi
      And no one ever will
      Et personne ne me blessera jamais plus que toi
      (Chorus 2)
      (Refrain 2)
      Care for me, care for me !
      Sois attentif à moi, sois attentif à moi !
      I know you care for me !
      Je sais que tu t’intéresses à moi !
      There for me, there for me !
      Là pour moi, là pour moi !
      Said you’d be there for me !
      Tu as dit que tu serais là pour moi !
      Cry for me, cry for me !
      Pleure pour moi, pleure pour moi !
      You said you’d die for me !
      Tu as dit que tu mourais pour moi !
      Give to me, give to me !
      Donne-moi, donne-moi !
      Why won’t you live for me !
      Pourquoi ne vivrais-tu pas pour moi !
      Where were you when I needed you ?
      Où étais-tu quand j’avais besoin de toi ?
      La da da da da da da
      La da da da da da da

      ————————————–

      I gotta find peace of mind
      Je dois trouver la paix intérieure
      (I know another cord… )
      (Je connais une autre corde)
      I gotta find peace of mind
      Je dois trouver la paix intérieure
      (See, this what that voice in your head says)
      (Regarde, ceci est ce que la voix dans ta tête te dit)
      When you try to get peace of mind…
      Quand tu essais de trouver la paix intérieure…
      I gotta find peace of mind (2x)
      Je dois trouver la paix intérieure (2x)
      He says it’s impossible, but I know it’s possible (2x)
      Il dit que c’est impossible, mais je sais que c’est possible (2x)
      He says there’s no me without him, please help me forget about him
      Il dit que je ne serais rien sans lui, s’il te plaît aide moi à l’oublier
      He takes all my energy, trapped in my memory
      Il a pris toute mon énergie, emprisonné dans ma mémoire
      Constantly holding me(2x)
      Ayant constamment de l’emprise sur moi (2x)
      I need to tell you all, all the pain he’s caused, mmmm
      J’ai besoin de vous dire à tous, toute la peine qu’il a causé en moi mmmm
      I need to tell I’m, I’m undone because, mmmm
      J’ai besoin de dire que je, je ne suis pas finie car, mmmm
      He says it’s impossible, but I know it’s possible
      Il dit que c’est impossible, mais je sais que c’est possible
      He says it’s impossible without him, but I know it’s possible
      Il dit que c’est impossible sans lui, mais je sais que c’est possible
      To finally be in love, and know the real meaning of
      D’être enfin amoureuse, et de connaître la définition d’une
      A lasting relationship, not based on ownership
      Vraie relation durable, pas basée sur la possessivité
      I trust every part of you, cuz all that I… All that you say you do
      Je crois entièrement en toi, car tout ce que je ? tu tiens toujours tes promesses
      You love me despite myself, sometimes I fight myself
      Tu m’aimes à mes dépends, certaine fois je me bats contre moi même
      I just can’t believe that you, would have anything to do
      Je n’arrive pas à croire que tu, n’aurais rien à faire
      With someone so insecure, someone so immature
      Avec quelqu’un si vulnérable, quelqu’un si immature
      Oh you inspire me, to be the higher me
      Oh tu m’incitee à être, une personne meilleure
      You made my desire pure(2x)
      Tu rends mon désir pur (2x)
      Just tell me what to say, I can’t find the words to say
      Dis moi juste quoi dire, je n’arrive pas a trouver les mots pour le dire
      Please don’t be mad with me, I have no identity
      S’il te plait ne m’en veux pas, je n’ai pas d’identité
      All that I’ve known is gone, all I was building on
      Tout ce que je sais s’est envolé, tout ce que j’ai bâti
      I don’t wanna walk with you, how do I talk to you
      Je ne veux plus avancer avec toi, comment t’ai je parler
      Touch my mouth with your hands (2x)
      Touche ma bouche avec tes mains (2x)
      Oh I wanna understand, the meaning of your embrace
      Oh je veux connaître la signification de tes baisers
      I know now I have to face, the temptations of my past
      Je sais maintenant que je dois faire face aux tentations de mon passé
      Please don’t let me disgrace, where my devotion lays
      S’il te plait ne me laisse pas dans la honte, où ma dévotion se pose
      Now that I know the truth, now that it’s no excuse
      Maintenant que je connais la verité, maintenant qu’il n’y a plus d’excuse
      Keeping me from your love, what was I thinking of ?
      Me détourner de ton amour, à quoi ai-je réfléchis ?
      Holding me from your love, what was I thinking of ?
      Refoulé ton amour, à quoi ai-je réfléchis ?
      You are my peace of mind, that old me is left behind (2x)
      Tu es ma paix intérieure, l’ancienne moi même est loin derrière (2x)
      He says it’s impossible, but I know it’s possible
      Il dit que c’est impossible, mais je sais que c’est possible
      He says it’s improbable, but I know it’s tangible
      Il dit que c’est improbable, mais c’est tangible
      He says it’s not grab able, but I know it’s have able
      Il dit que c’est insaisissable, mais je sais que c’est saisissable
      Cuz anything’s possible, oh anything is possible
      Car tout est possible, oh tout est possible
      Please come free my mind, please come meet my mind
      S’il te plait viens libérer mon esprit, s’il te plait viens à la rencontre de mon esprit
      Can you see my mind, oh
      Peux-tu voir mon esprit, oh
      Won’t you come free my mind ?
      Ne viendras tu jamais libérer mon esprit
      Oh I know it’s possible
      Oh, je sais que c’est possible
      Anything(5x) yeeey
      Tout (5x) yeeey
      Anything(4x) yeeey
      Tout (4x)yeeey
      Anything(5x) yeeey
      Tout (5x) yeeey
      Oh free ! Free (3x) your mind
      Oh libère ! Libère (3x) ton esprit
      Free, free your mind (2x)
      Libère, libère ton esprit (2x)
      Free (4x) your mind
      Libère (4x) ton esprit
      Oh, it’s so possible (2x)
      Oh c’est tellement possible (2x)
      I’m telling you it’s possible (2x)
      Je te dis que c’est possible (2x)
      Free, free… free, free… free, free… get free now
      Libère, libère ? libère, libère ? . libère, libère ? libère toi maintenant
      Free, free… free, free, free, free… free, free
      Libère, libère ? libère, libère ? . libère, libère ? libère, libère
      You’re my peace of mind, that old me is left behind
      Tu es ma paix intérieur, l’ancienne moi même est loin derrière
      You’re my peace of mind(2x)
      Tu es ma paix intérieur (2x)
      He’s my peace of mind(4x)
      Il est ma paix intérieur (4x)
      What a joy it is to be alive
      Quelle bonheur d’être en vie
      To get another chance, yeah
      D’avoir une autre chance, ouai
      Everyday’s another chance
      Chaque jour est une nouvelle chance
      To get it right this time
      De s’en sortir à ce moment
      Everyday’s another chance
      Chaque jour est une nouvelle chance
      Oh what a merciful, merciful, merciful God
      Oh quel miséricordieux (3x) Dieu
      Oh what a wonderful, wonderful, wonderful God
      Oh quel merveilleux (3x) Dieu
      Merciful, wonderful
      Miséricordieux, merveilleux

      Aimé par 2 people

    7. Je me demande aujourd hui si je naurai pas moi aussi ce besoin d’écrire. Mon histoire ressemble à toutes les autres ,certes . Mais c’est est tellement difficile d accepter que tout n à été qu un mirage…..douleur indicible

      J'aime

      1. Bonjour Isabelle …
        Même si les histoires se ressemblent, il reste que c’est vous qui la racontez. Et le fait de se dire c’est une forme de thérapie.
        Cela fait accoucher les choses. Cela les rend concrètes et plus réelles. Comme un rite de passage, on franchit une étape, on accélère le processus de guérison. On se sent personnellement écouté et compris.
        On avance. On voit les choses autrement. Avec plus de recul.
        Les réactions et réponses apportent un éclairage à une situation intime et personnelle qui conforte et réconforte.
        Témoigner m’a fait un bien inestimable. Je ne l’aurais pas imaginé.
        J’ai beaucoup de gratitude pour l’accueil qui m’a été fait ici et pour l’immense travail de Scarlett qui est d’une qualité sans égal sur la toile.
        Bon week-end Isabelle (-:

        J'aime

    8. Bonjour Lisa, je n’ai pas lu votre histoire sur le blog, l’avez vous racontée un minimum?Ou alors votre témoignage m’a échappé? (je n’ai pas toujours le temps de tout lire). Pourriez vous donner quelques détails, que vous a t il fait (si vous le souhaitez bien entendu) pour que nous puissions vous aider de façon plus précise.Où en êtes vous avec cet homme? Vivez vous toujours avec lui ou êtes vous séparée? En no contact ou continuez vous à communiquer avec lui?Comment l’avez vous rencontré et combien de temps celà a t il duré.
      Parfois poser des mots sur ses maux, permet d’avancer car en se relisant on réalise mieux.

      J'aime

      1. Coucou Luna

        J’ai envoyé un message privé à Lisa pour lui conseiller de chercher une aide médicale professionnelle.

        Nous ne sommes pas psychiatres donc il y a une limite que nous ne pouvons pas franchir.

        Je t’embrasse au passage xoxo

        J'aime

  2. Bonjour Tsippora,
    C’est le message que j’aurai aimé écrire pour raconter ce passage de ma vie. Parce ce que personne ne peut comprendre la puissance de cette destruction, sauf ceux qui l’on vécu et compris. Je vous remercie pour votre témoignage, parce qu’il valide l’espoir que l’amour de soi est déjà là au fond de nous. C’est un vraie parcours du combattant. Tout cela existe. Maintenant c’est la vraie vie qui va commencer. Parce ce que vous savez . Je vous souhaite une belle découverte de votre moi. La vie est belle quand on construit pour soi. Je vous embrasse de tout mon Coeur.

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour Marie et merci …
      Oui vous avez raison. L’amour de soi je l’ai retrouvé avec l’EMDR. Le sentiment diffus d’avoir le droit d’être en colère d’abord, puis ensuite celui de ne plus accepter qu’on me fasse du mal. Et enfin d’exprimer mes besoins.
      J’ai en effet le sentiment d’un parcours du combattant qui dure depuis toujours. Mais je suis encore là et c’est un miracle …
      Je me dois de vivre encore. Et pour la première fois j’ai le sentiment fort de le mériter.

      Aimé par 1 personne

  3. Bonjour à tous et toutes,

    Merci Scarlett pour tout ce travail qui aide tant quand on est dans la nuit de l’emprise …

    Merci Tsippora pour ce témoignage !
    Ahhh le schéma précoce, exigence élevée, j’en ai gouté pendant trois ans … Le livre  » je réinvente ma vie » reste très interessant cependant …
    ( schéma assujettissement notamment).
    Surtout venant d’un compagnon, thérapeute, hypnothérapeute, je vous laisse imaginer le travail !

    Bien à vous,
    Dom

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Dom
      Oui je connais cet ouvrage… L’homme qui a bien failli me détruire en possédait une collection pharaonique puisqu’il avait toutes les maladies.
      La vérité c’est que je ne suis pas concernée par ces schémas, de façon pathologique j’entends, c’est à dire qu’aucun score obtenu aux tests auxquels je me suis soumise (après l’EMDR), ne révèle une incapacité à vivre bien en raison d’un schéma précoce.
      Ce qui m’a choqué surtout c’est le choix ce celui « d’exigence élevée ». Il aurait pu choisir celui de « méfiance et abus » ou de « vulnérabilité » mon histoire résonne en cohérence avec ces deux derniers. Mais celui « d’exigence élevée » a été choisi juste pour refouler mes attentes totalement légitimes.
      Il n’avait pas son pareil pour instrumentaliser et détourner toutes ses découvertes de soin et scientifiques pour me démontrer que j’avais un problème. Il utilisait aussi le propos de ses thérapeutes pour me manipuler : « ma psy m’a dit que tu devrais … »
      Le vrai malade c’est lui.

      Aimé par 1 personne

      1. alors la, je suis épatée ! un PN chez un psy ? comment c’est possible ?! ils sont tellement victimes, irréprochables, ils ne font jamais rien de mal, rien n’est leur faute, « c’est pas moi, c’est pas ma faute, j’ai rien fait… » comme un enfant pris la main dans le sac et qui se roule part terre faignant la syncope pour manipuler encore mieux notre mental et notre responsabilité. Mon PN est tellement anti psy ! « les psy sont tous plus fous que leurs patients à force d’entendre toutes leurs histoires de fous ! », « hors de question que j’aille consulter un psy »… puisque c’est une psy qui avait ouvert les yeux à son ex femme ! ahlala comme je me retrouve dans ton témoignage Tsippora…je ne serai pas la seule sur ce blog. Courage pour ton sevrage d’avec ton PN, ce ne sera pas simple, et tu vas en avoir un paquet des flash qui viennent envahir ta tête. Ici tu seras comprise et crue puisqu’on a tous nos cicatrices.

        Aimé par 1 personne

      2. Bonjour Nathalie
        En réalité sortie du brouillard comment distinguer ce qui était vrai de ce qui ne l’était pas ?
        Il a rencontré une bonne douzaine de professionnels en 5 ans (c’est ce qu’il a dit), dans le but de guérir pour être capable de gérer sa vie … et de s’engager dans la mienne. J’ai dit que j’étais en thérapie et du coup lui aussi en avait fait une, avant de me rencontrer, laquelle ne lui avait rien apporté, évidemment. Avec moi toutes les démarches entreprises ont échoué. Je pensais qu’il les mettait en échec dans le but de rester malade (bénéfice secondaire), je disais qu’il ne s’ouvrait pas, ne pouvait accueillir les soins parce qu’incapable de faire confiance et de lâcher prise, trop désireux de tout contrôler sans conscience réelle que c’était la vérité.
        Il arrivait qu’il juge ces praticiens incompétents parce qu’il n’obtenait aucun résultat. J’enrageais chaque fois qu’il optait pour une nouvelle méthode assortie d’une nouvelle promesse qu’ensuite ça irait. C’était sans fin. Et comme j’étais déçue (objectif atteint) il m’accablait de ne pas compatir à son état de santé.
        Aujourd’hui je n’en crois rien. Aujourd’hui je me demande si tout cela a été mensonge ? Qu’il n’a peut être pas rencontré tous ces gens et que c’est précisément la raison pour laquelle il se documentait.
        Je me dis enfin qu’il possède une arme très puissante désormais pour ses futures victimes et qu’il peut rester un faux malade à vie …
        Je trouve cela d’autant plus diabolique qu’il lui arrivait de geindre qu’il ne guérira jamais, qu’il n’est pas fini, pas un homme : le pire c’est qu’il a raison : son développement est effectivement inachevé, figé dans l’enfance, même si je n’ai jamais voulu l’entendre.
        je réalise aussi qu’il m’a informée de tout dans les moments de séduction. La première année s’émerveillant que je puisse l’aimer, il m’a dit « un jour tu découvriras que je ne suis personne, que je suis vide et que j’ai aucun intérêt … et tu me quitteras ». A l’époque j’avais souris tendrement …

        Aimé par 2 people

  4. Bonjour,
    Merci infiniment Scarlett et vous tous qui me donnez le sentiment d’abord d’être reconnue et ensuite de ne pas être seule.
    C’est comme faire un « coming out » ou un coming home … Il s’agit bien d’un retour sur soi et d’un retour à soi pour une révélation de soi (même s’il y aurait encore beaucoup à dire).
    Ma souffrance a été entourée d’un tel silence que de pouvoir me dire et de me sentir comprise fait un bien fou …
    Merci beaucoup … Je suis touchée au plus profond et cela me redonne confiance dans le genre humain …
    Tsippora.

    Aimé par 1 personne

  5. Très beau témoignage!
    Merci Tsippora, je compatis et vraiment me rends compte qu’il faut le vivre, pour comprendre les conséquences d’une relation avec un PN.
    Beaucoup de personnes proches ne comprennent pas pourquoi on est fatigué , malade…..
    Ce qui m’a aidé après avoir pris conscience que l’ex compagnon était malade, est l’idée d’addiction (merci Scarlett) et qu’il fallait que je fasse un Sevrage!
    Douces pensées à toutes les « victimes » de PN

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Steph.
      Oui les autres ne comprennent pas. Dans mon cas ce fut parce que je n’ai rien dit de choquant pour préserver ma relation du regard de mes proches. Quand donc je suis tombée malade et ai cumulé tous ces symptômes (qui n’existent plus depuis) il a fallu trouver des raisons et ensuite les traiter. Mais quand j’y parvenais, ne m’attaquant jamais à la source de ma souffrance, je ne pouvais pas guérir et mes proches ne pouvaient pas comprendre. Ensuite le temps écoulé a rendu les choses compliquées à exprimer. C’est ainsi qu’on s’enferme et s’isole tout seul.
      Quant à l’épuisement, je n’ai compris qu’il y a peu de temps que cette relation en était la cause. J’étais épuisée psychiquement et physiquement sans vraiment de raison. C’est lorsque j’ai ressenti au tout début une libération que j’ai compris. Je n’étais plus à me demander ce qui allait tomber aujourd’hui, ni à tout mettre en oeuvre pour être telle qu’il me voulait ou m’attendait ou à me battre pour être libre d’être moi-même. Je redécouvrais la paix. La tranquillité. L’absence de conflit. Le calme intérieur.
      Bien sur ça n’a pas duré, parce que ma dépendance m’a rappelé à l’ordre. Et je prends la mesure du travail que l’autonomie affective et le sevrage réclament. C’est dur oui parce que tout s’inscrit dans la mémoire y compris corporelle. J’ai encore des chocs qui génèrent des douleurs dans la cage thoracique et des sensations d’étouffement, d’oppression. Mais je commence à sentir que je ne repars pas à chaque fois de zéro. Donc j’avance …
      Et la bienveillance qu’il y a dans chaque réponse ici me redonne confiance … Vos « douces pensées » permettent de déposer les armes, au moins ici.
      Merci pour votre douceur Steph. Merci d’être de ceux qui soient capables de dire une chose aussi belle et aussi simple …
      Je vous adresse à tous victimes de pervers narcissiques de tendres pensées …

      Aimé par 1 personne

  6. Lorsque je tombe sur un article comme celui ci… je prends conscience du chemin parcouru… de l’enfer dans lequel j’avais mis un pied…
    Cela fait plus d’un an à présent que j’ai évité le pire : le l’ai quitté à un mois et demi de la vie commune…
    Je confirme : les messages paradoxaux et les doubles injonctions y’a pas mieux pour déstabiliser et s’enfoncer un peu plus dans la soumission…
    Un mois après avoir retrouvé ma liberté, j’ai écris cette histoire :
    http://belleenvolee.canalblog.com/
    Je l’ai relu dernièrement, et, franchement, je suis fière d’avoir surmonté l’épreuve qu’à été cette « liaison »… j’en suis sortie plus forte, plus sûre de moi, plus confiante…
    Bon, j’irais pas jusqu’à lui dire merci, faut pas pousser…
    A présent, il s’est trouvé une autre « proie »… veuve, sensible, délicate, intelligente… juste la vitrine dont il a besoin… j’espère pour elle qu’elle réagira avant que cela n’aille trop loin…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci Julium’ j’ai lu votre blog… C’est passionnant et effrayant j’ai eu cette impression de revivre ces moments douloureux…je sens depuis le début que je dois écrire afin de sortir ce monstre en moi et vous m’en avez donné l’envie aujourd’hui….. j’ai essayé moi aussi à la sortie mais c’était trop tôt et trop douloureux…aujourd’hui je me sens plus forte et confiante,je viens de fêter mes 10 mois….apres ma fuite car pour moi cela aura durer 5 ans et je n’ai pas eviter la vie commune car j’ai tout quitter boulot, région pour le rejoindre à 800 km….la suite vous la connaissez a 2 ou 3 détails prés c’est votre histoire, car nous avons toute la même!!!!Un grand merci aujourd’hui j’ai beaucoup appris et j’aime la personne que je suis devenue….Je sais « pour moi » ce qui est bon…et par la même occasion je ne sais plus pour les autres, c’est une grande libération…

      J'aime

  7. Bonjour,
    Merci une fois de plus pour ce témoignage bouleversant, mais toujours aussi troublant tellement le process est toujours le même…Merci aussi à Scarlett pour son introduction d’avoir fait la nuance entre le narcissique et le PN, car j’avoue que suite à un article qui différenciait les deux, j’étais de nouveau dans le doute…C’est fou comme ce doute persiste même après des mois de travail sur soi!!! En même temps c’est un indicateur précieux pour savoir qu’il y a encore des choses à régler…Je pense qu’un jour je ferai aussi un témoignage sur la violence qu’engendre le fait d’avoir vécu des relations sexuelles avec un PN car aujourd’hui cela reste assez traumatisant pour moi….Bon courage à toutes et tous, je vous embrasse.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Cricri

      Les deux profils sont différents mais n’en restent pas moins dangereux quand on ne les connaît pas et surtout qu’on a zéro estime de soi.

      Un narcissique peut faire beaucoup de dégâts chez une personne lambda qui présente un profil de « sauveur ». Alors que quand on a l’information, on ne tombe pas dans leur panneau.

      Ce qu’il faut donc regarder en priorité, c’est VOTRE propre profil psychologique. Vous avez certaines failles en vous qui vous prédisposent ou pas à être victimisée et abusée. C’est cela qui est réellement important. Si vous vous connaissez bien, si vous vous aimez suffisamment, si vos limites sont bien en place et que vous avez un vrai système de valeurs, vous pouvez baigner au milieu de narcissiques et de pervers narcissiques sans être imprégnée de leur négativité parce que vous voyez clair à la fois en vous et en eux.

      Aimé par 1 personne

    2. @Scarlett @Cricri @Lisa @Rose,

      GoodNight,

      Je cite de nouveau @Scarlett: « Ce qu’il faut donc regarder en priorité, c’est VOTRE propre profil psychologique. Vous avez certaines failles en vous qui vous prédisposent ou pas à être victimisée et abusée. C’est cela qui est réellement important”.

      Cet élément est FONDAMENTAL et DOIT être la priorité de toute personne qui se dit “victime” de personnes toxiques et en l’occurence ici de Pervers Narcissiques dans leur vie quotidienne professionnelle ou/et affective ou/et sociale le plus souvent les cadres se combinent par évidence.
      Les victimes de PN qui sont encore dans cette posture de façon temporelle ou permanente ne le sont que et uniquement que pour la raison suivante:
      celle de ne pas avoir mis en place un travail d’introspection, c’est à dire sur elles- mêmes afin de reprendre d’une part le contrôle (d’elles mêmes grâce à l’estime de soi)
      Cf: http://amelioretasante.com/quand-une-faible-estime-de-vous-meme-devient-votre-pire-ennemie/
      Ou encore chez certaines victimes, il faut construire cet estime de soi. Tandis que chez d’autres c’est tout bonnement parce qu’elles refusent de le faire et décident DELIBEREMENT et ainsi en toute connaissance de cause de tomber dans le “victimisme” permanent ou épisodique .
      Cf: http://amelioretasante.com/victimisme-chronique-les-personnes-qui-se-plaignent-constamment/

      @Scarlett le dit et le rapelle parfaitement de façon claire et précise.
      Ce qui signifie que toute victime dans ce blog qui après avoir acquis les connaissances nécessaires lui perméttant d’identifier la présence de PN dans sa vie (grâce à ce blog ou par tout autre moyen ), ne peut plus revendiquer un tel statut psychologique, de fait, dans un cas comme celui-ci, parce qu’elle sait et est au fait des conséquences.

      Cette situation résulte et se manifeste dans de nombreux témoignages de victimes qui se disent toujours sous emprise : l’erreur commise en l’espèce est de vouloir résoudre le problème PN en ne se focalisant que sur celui-ci et pas sur elle même, mais aussi en s’obstinant à vouloir trouver la solution à travers une analyse affective du drame vécu . C’est à dire qu’elles ne se concentrent que ou principalement sur l’impact émotionnel des agissements du PN à leur égard.

      On ne résoud pas un drame affectif en ne l’analysant que sur son aspect affectif vis à vis de soi, cela revient à faire du narcissisme donc jouer le jeu du PN ou pire s’approprier la méthode du Pn. Ce qui ne doit pas être possible, puisque l’affect est un sentiment subjectif qui automatiquement occultera l’ensemble des paramêtres du problème en les écartant, la victime ainsi porte une visière.
      On ne peut résoudre un problème que si on l’observe dans sa globalité puis l’appréhende en termes de priorités donc par étapes avec du recul. Et dans le cas d’une expérience dramatique avec un PN la priorité d’une victime ne peut être que sa propre survie et non celle du PN ni sa détresse émotionnelle, puisque le PN est vide d’émotion par essence. PRAGMATISME doit être le mot d’ordre de toute personne désireuse de mettre un PN hors d’état de nuire.

      Chaque fois qu’un Pn parvient à toucher à vif sa victime informée, c’est uniquement parce que celle – ci lui aura laissée une brêche, une possibilité de l’atteindre.
      Un Pn qui se sait cerné et bloqué ira chercher une autre victime, c’est la seule façon efficace pour une victime de ne plus en être une et pour cela la victime doit se connaître .
      Peace,

      Aimé par 2 people

  8. petit texte intéressant
    ESPRITS AFFAMÉS
    Quelqu’un qui ne connaît pas l’amour peut être condamné à vivre comme un « esprit affamé ». Ce sont des êtres qui meurent toujours de faim. Même s’ils se trouvent devant des tables recouvertes de toutes sortes de mets délicieux, quelle que soit la quantité qu’ils avalent, ils ne parviennent pas à être rassasiés. Incapables d’apprécier la nourriture, ils continuent à en chercher davantage.
    Les esprits affamés peuvent vivre une relation après l’autre en ignorant comment les digérer. Ils ne savent jamais qui est réellement la personne en face d’eux, ni qui ils sont eux-mêmes. Tout ce qu’ils savent, c’est qu’ils veulent toujours plus. Ils s’imaginent que quelqu’un d’autre, la personne idéale, est sur le point de passer la porte. Certains esprits affamés semblent disponibles pour l’amour, mais en fait, ils ne cherchent qu’ à séduire et tourmenter celui ou celle qu’ils trouvent. Dès que cette personne leur demande de l’amour, ils la rejettent. Leur plaisir est de retirer l’amour qu’ils semblaient offrir. Ainsi ils ont le sentiment de contrôler la situation, et que personne ne les contrôlera jamais dans cette étrange expérience de l’amour.
    Les esprits affamés, ce sont des gens qui entrent dans des pièces immenses remplies de personnes célibataires et qui déclarent : « Il n’y a personne ici, ce soir. » Ils ne peuvent se satisfaire de ce que la vie leur présente. Pour ce qui est de leurs relations, ils tournent et tournent sur le manège, cherchant à s’emparer de l’anneau d’or, manquant toujours de l’attraper ou bien, s’ils y parviennent, découvrant avec horreur qu’il n’est pas en or, mais en laiton.
    Tout cela est épuisant, décourageant, et attriste beaucoup les esprits affamés. Même quand ils sont avec quelqu’un qu’ils aiment, ils sont souvent hantés par l’idée que leur véritable âme sœur est quelque part ailleurs, leur échappant. La pratique du zen peut remédier à la douloureuse détresse qui est devenue leur lot. On leur enseigne à être présent à chaque instant et à ne pas fuir dans tous les sens

    Aimé par 1 personne

  9. Bonsoir Tsippora, bonsoir Scarlett…

    Tsippora: Quand je vous lis, j’ai envie de pleurer. Votre histoire me renvoie à la mienne et ce que vous écrivez à la fin, la peine que l’on éprouve à réaliser qu’on était « rien » pour cette personne…c’est exactement cela. Finir par se réveiller et réaliser qu’on était amoureux (du moins au début) d’une illusion, d’un mensonge de personne, qui feignait de nous aimer…alors que notre amour lui, était véritable. A aucun moment ce ne fut vrai. Ca donne le vertige tellement c’est dur et douloureux. C’est terrible mais enfin…nous avons la chance d’être sorties de tout ça, et d’être véritablement libres, alors que certaines personnes finissent leur vie au côté de ces monstres. Voire pire.

    Pour ma part, l’hypnose m’a énormément aidé. En quelques séances, j’ai réussi à reprendre pied, à réaliser l’imposture. Et finalement au bout de la 5e séance cette formidable thérapeute m’a dit  » Vous êtes avec un pervers narcissique, fuyez… » Je l’avais déjà compris 1 an et demi auparavant, mais je ne voulais pas voir, et j’étais emberlificotée dans sa comédie et ses mensonges. Quel bon acteur! Ce qui m’a conduit…à être internée après avoir tenté de me défenestrer. La seule chose qu’il n’a pas réussi à faire? Me tuer physiquement, car tout le reste il l’a fait et à fond: Humiliations, menaces de mort, coups, terreur psychologique, menaces de mort envers ma famille qui l’avait accueilli à bras ouverts, tromperies, mensonges, profit à tous les niveaux ( je l’ai logé et entretenu pendant 2 ans)

    Grâce à un ami que j’ai connu à l’hôpital, ma famille, cette thérapeute et Scarlett, qui grâce à ce blog m’a aidé à comprendre tout en détail et surtout intégrer tout cela, me voilà libre, depuis le 31 mai. Débarrassée de ce criminel. Je fais encore des cauchemars et suis encore sous traitement, je souffre bien sûr mais quand je repense à tout ce que j’ai traversé…Pour tout l’or du monde, je n’y retournerais pas.

    Je souhaite écrire mon histoire, d’abord sur ce blog, on verra après. Je pense que cela peut tous nous aider et aider les autres. Ma famille a encore du mal à réaliser qu’un tel être puisse exister. Et le pire, c’est qu’il n’est pas tout seul sur terre comme lui. Je pense qu’il est de notre devoir de témoigner, pour aider et provoquer l’électrochoc chez les autres. Car oui, la première fois que je suis venue sur ce blog, j’ai lu un témoignage et je me suis dit:  » Mais merde!!??? Cette personne raconte mon histoire! Alors non, je ne suis pas folle? Je ne suis pas seule? »

    Merci Scarlett et merci à tous. A très bientôt, je vous raconterai mon histoire.

    Nomorecrying.

    Aimé par 1 personne

    1. @Nomorecrying

      Petite dédicace à ce que m’inspire le pouvoir de votre pseudo:
      Not Gon’ Cry
      Mary J. Blige
      While all the time that I was loving you
      You were busy loving yourself
      I would stop breathing if you told me to
      Now you’re busy loving someone else
      Eleven years out of my life
      Besides the kids I have nothing to show
      Wasted my years a fool of a wife
      I shoulda have left your ass a long time ago
      Well I’m not goin’ cry,
      I’m not goin’ cry,
      I’m not goin’ shed no tears
      No, I’m not goin’ cry,
      It’s not the time
      Cause you’re not worth my tears
      Well I’m not goin’ cry,
      I’m not goin’ cry,
      I’m not goin’ shed no tears
      No, I’m not goin’ cry,
      It’s not the time,
      Cause you’re not worth my tears
      I was your lover and your secretary
      Working every day of the week
      Was at the job when no one else was there
      Helping you get on your feet
      Eleven years of sacrifice
      And you can leave at the drop of a dime
      Swallowed my fears, stood by your side
      I shoulda left your ass a thousand times
      Well I’m not goin’ cry,
      I’m not goin’ cry,
      I’m not goin’ shed no tears
      No, I’m not goin’ cry,
      It’s not the time
      Cause you’re not worth my tears
      Well I’m not goin’ cry,
      I’m not goin’ cry,
      I’m not goin’ shed no tears
      No, I’m not goin’ cry,
      It’s not the time,
      Cause you’re not worth my tears
      I know there are no guarantees
      In love you take your chances
      But somehow it seems unfair to me
      Look at the circumstances
      Through sickness and health ’till death do us part
      Those were the words that we said from our hearts
      So now when you say that you’re leaving me
      I don’t get that part
      I was your lover and your secretary
      Working every day of the week
      Was at the job when no one else was there
      Helping you get on your feet
      Eleven years of sacrifice
      And you can leave at the drop of a dime
      Swallowed my fears, stood by your side
      I shoulda left your ass a thousand times
      Well I’m not goin’ cry,
      I’m not goin’ cry,
      I’m not goin’ shed no tears
      No, I’m not goin’ cry,
      It’s not the time
      Cause you’re not worth my tears
      Well I’m not goin’ cry,
      I’m not goin’ cry,
      I’m not goin’ shed no tears
      No, I’m not goin’ cry,
      It’s not the time,
      Cause you’re not worth my tears

      En Français:
      Ne vais pas pleurer
      Mary J. Blige

      Alors que tout le temps que je t’ aimais
      Tu étais occupé à t’aimer
      Je cessais de respirer si tu me le demandais
      Maintenant, tu es occupé à aimer quelqu’un d’autre
      Onze ans de ma vie
      Outre les enfants, je n’ai rien à montrer
      Perdu mes années d’une femme stupide
      J’aurai du te quitter il y a longtemps
      Eh bien, je ne suis plus au point de ‘pleurer,
      Je ne suis pas au point de pleurer,
      Je ne vais pas jeter pas de larmes
      Non, je ne vais pas pleurer,
      C’est pas le moment
      Parce que tu ne vaux pas mes larmes
      Eh bien, je ne suis pas goin ‘pleurer,
      Je ne suis pas goin ‘pleurer,
      Je ne vais pas verser de larmes
      Non, je ne vais pas pleurer,
      C’est pas le moment,
      Parce que tu ne vaux pas mes larmes
      J’étais ton amant et ta secrétaire
      Travailler chaque jour de la semaine
      Étais au travail quand personne d’autre était là
      Pour t’aider à retomber sur tes pieds
      Onze années de sacrifice
      Et tu ne pas pas laisser un cents
      J’ai avallé mes craintes, me tenais à tess côtés
      J’aurai dû t’avoir quitté mille fois
      Eh bien, je ne vais pas en pleurer,
      Je nevais pas pleurer,
      Je ne vais pas verser larmes
      Non je ne vais pas pleurer,
      C’est pas le moment
      Parce que tu ne vaux pas mes larmes
      Parce que tu ne vaux pas mes larmes
      Eh bien, je ne suis pas goin ‘pleurer,
      Je ne suis pas goin ‘pleurer,
      Je ne vais pas verser de larmes
      Non, je ne vais pas pleurer,
      C’est pas le moment,
      Parce que tu ne vaux pas mes larmes
      Je sais qu’il n’y a aucune garantie
      En amour, vous tentez vos chances
      Mais de toute façon, il me semble injuste
      Regarde les circonstances
      Grâce à la maladie et la santé »jusqu’à la mort nous sépare
      Tels étaient les mots que nous avons dit de nos cœurs
      Alors maintenant, quand tu dis que tu me quittes
      Je ne comprends pas cette partie
      J’étais ton amant et ta secrétaire
      Travailler chaque jour de la semaine
      Étais au travail quand personne d’autre était là
      Pour t’aider à retomber sur tes pieds
      Onze années de sacrifice
      Et tu ne pas pas laisser un cents
      J’ai avallé mes craintes, me tenais à tess côtés
      J’aurai dû t’avoir quitté mille fois
      Eh bien, je ne vais pas en pleurer,
      Je nevais pas pleurer,
      Je ne vais pas verser larmes
      Non je ne vais pas pleurer,
      C’est pas le moment
      Eh bien, je ne vais pas en pleurer,
      Je nevais pas pleurer,
      Je ne vais pas verser larmes
      Non je ne vais pas pleurer,
      C’est pas le moment

      Aimé par 1 personne

  10. GoodDay@Rose

    Je vous cite « Scarlett, je considère que d’affirmer que l’amour de Karla Homolka en est un sincère et que celui de Lisa ne l’est pas la met en danger. Déjà que toutes ses certitudes sont ébranlées.”

    Je cite @Lisa :  » Il a été une drogue dure, je serais morte pour lui, pour le guérir, pour avoir son amour du départ auquel j’ai cru de toute mon âme.”
    Donc @Lisa visiblement est déjà en danger de mort depuis LONGTEMPS, par dépendance donc addiction à un être nocif, et rien d’est propos de @Scarlett mais uniquement ceux de @Lisa renforcent cet attachement morbide.

    Sachant que le blog a pour objectif d’informer, alerter et aider les victimes de PN qui souhaitent survivre et s’en sortir de la Co dépendance affective, donc de l’addiction du PN comme en témoigne en toute lucidité @Lisa et de prévenir celles qui choisissent délibérement le statut de “Enabler », que suggérerez -vous par votre affirmation?

    Quand @Lisa admet ne pas accepter je cite : « Mais il y a eu trahison, mensonges, flou absolu, contradictions, délaissement, abandon, rejet, accusation, culpabilisation….”
    Ce « Mais »signifie donc qu’elle objecte cette part de la personnalité du PN qui nous le savons tous lui est inné par son choix comportemental justement d’être un PN

    En quoi son refus d’accepter son PN dans son entité donc avec ces défauts, pourrait permettre de la confondre elle et son expérience à celle de Karla Homolka (qui au contraire a accepté son partenaire avec toute sa singularité sans poser de “mais” ?

    Have a nice Day

    Aimé par 1 personne

    1. Exactement !

      Il ne faut pas confondre un jugement émotionnel (c’est bien / c’est mal) avec un constat = elle a aimé cet homme dans ce qu’il était réellement.

      Évidemment, ceci n’est pas une tribune pour faire l’éloge de ces deux personnes qui ont commis des actes criminels. Mais ils se connaissaient l’un, l’autre et se sont aimés dans leur vérité.

      Aimer une projection n’est pas synonyme d’aimer la personne, si elle est aux antipodes de la projection…

      Aimé par 1 personne

  11. Bonjour à tous @lisa relisez toutes les publications postées sur ce site elles sont pleines d’enseignement faites vous aider si vous le pouvez je vous envoie beaucoup d’énergie j’ai traversé comme tout le monde ici des moments infernaux MAIS on s’en sort le chemin est long mais je vous assure qu’on y arrive @scarlet votre post du 14/8 devrait être publié dans tous les livres de psychologie! Merci de m’avoir aidée oh oui merci grâce à vous je revis je reviens de loin un jour je prendrai le temps de raconter les multiples rencontres avec ces prédateurs au travail en famille etc….oui partout je les ai tous quittés à force de volonté et surtout après avoir compris l’emprise et la manipulation! Merci et bon courage à tous!

    Aimé par 1 personne

  12. Bonjour à tous et merci pour vos témoignages qui sont une aide vitale pour moi en ce moment…

    Je découvre chaque jour de nouveaux volets et articles sur ce blog mais je dois dire que celui-ci m’a particulièrement touché car je suis sortie de l’emprise il y a un peu plus d’un mois mais la douleur m’handicape encore malgré l’aide inestimable de mes amis et de ma famille…

    Cette douleur que Lisa a si justement décrite, ce manque malgré toute l’horreur, ce vide, cette incompréhension, cette passion démente et indescriptible.
    Je dois avouer qu’il m’a fallu du temps pour admettre cette fameuse EMPRISE car je me croyais tout de même plus solide que ça…mais comme nous tous ici j’ai succombé à la culpabilité et au lavage de cerveau, j’ai bien failli y laisser ma peau aussi.

    Le témoignage de Tsippora est pour le moins saisissant et évidement je m’y reconnais aussi dans les traumas de l’enfance, en ce qui me concerne mon père est bipolaire avec phases maniaques aiguës et violentes. Une enfance difficile que j’avais cru surmonter en m’éloignant (avec gestion des crises et des HDT à distance), ce qui fut le cas jusqu’à la rencontre avec mon poison.
    Je suis tombée sous le charme dès le premier jour, je n’avais jamais rencontré quelqu’un de si gentil, charmant et attentionné…cependant il me fis part très rapidement de sa toxicomanie à l’héroïne. Ce côté sombre en lui qui pour moi est rapidement devenu une explication à toutes les crises, à tous les maux, à toutes les injonctions paradoxales, à tous les mensonges, à tous les retournements de situations et à toutes les violences verbales et physiques…jusqu’au jour où une de mes amies, sidérée par les récits de ma vie de couple, me suggère d’aller lire un article sur les manipulateurs pervers narcissiques car selon elle il y avait autre chose… Mais je n’y ai pas cru, par contre le PN (habitué à farfouiller dans mes historiques) est tombé sur l’article, évidement ce fut une nouvelle crise qui aurait peut être du me mettre la puce à l’oreille.

    Le plus déroutant pour moi, même au delà de la violence physique, est ce fameux double discours qui rend totalement fou et même pire qui paralyse le corps et le cerveau jusqu’à nous faire devenir une ombre…
    Du fait même si les violences physiques m’ont conduite à mettre le PN dehors à plusieurs reprises et notamment il y a quelques mois (pour de bon je pensais) cette force des mots qui créée une connexion jusqu’aux tripes m’a fais retomber à nouveau dans ses griffes (messages horribles avec insultes violentes, messages fb dans lesquels il m’accusait de l’avoir poussé à bout, appels à ses amis pour m’insulter, appels à mes amis pour prendre de mes nouvelles, rechute dans l’héroïne, internement de son plein gré en cure, messages d’amour où finalement je suis la femme de sa vie, bouquets de fleurs tous les dimanches pendant un mois et déclarations enflammées avec promesse de devenir l’homme qu’il me faut) et j’en passe ce serait très long.

    Bref une mécanique follement violente que j’ai encore du mal aujourd’hui à encaisser, je la comprends, j’ai pu la vérifier en 3 ans, j’y ai laissé mon coeur, mon âme, certains amis, beaucoup d’argent et pourtant… Du coup je vis la désintoxication, le sevrage et le manque comme une toxicomane…ironie du sort?

    Je pense que mon histoire est très complexe du fait de cette double problématique (je la raconterai bientôt) mais je vous jure que je me bats tous les jours même si j’ai les boyaux à vifs et que vous lire donne du sens à l’horreur. MERCI

    J'aime

  13. Je suis un homme et j’ai été victime d’une perverse narcissique très très récemment.

    Je reconnais exactement le double langage qui est cité …
    Par exemple de me faire des reproches parfaitement injustifiés sur un ton autoritaire à la limite de l’hystérie … Et ensuite me faire culpabiliser car je me permettais d’y répondre ( Du genre me dire que je n’en fais qu’à ma tête alors que ne fais que suivre ses goûts, ses avis … )
    Des exemples à foison : « Regarde comment tu es habillé, ça te va pas du tout !! », sur un ton hyper agressif. Alors je me sens mal, et elle répond « Non je plaisante mais ça te va pas quand même ».

    Quand elle a remarqué que j’avais assez de caractère pour répondre, elle s’est adouci « un peu ». Nous faisions plein de projets de vacances, de sorties … Pour ma part j’étais amoureux et je me préparais à une belle vie, croyant avoir à peu près canalisé ses crises.

    C’était bien mal la connaitre !

    Le mercredi elle parlait de vacances, pleins de projets, et le jeudi elle me dit « Je ne continue pas »
    Elle me dit tout d’abord qu’elle ne supporte pas que je lui réponde, que je suis trop susceptible … ( Personne ne m’avait jamais dit ça ! )
    Puis me dit d’un ton assez faux « Je ne sais même pas pourquoi, je vais mal »

    Je lui ai dit qu’elle avait un problème, est ce qu’elle se rendait compte de ce qu’elle me faisait ? Elle est partie en claquant la porte

    Plus tard elle m’a renvoyé un texto me disant que je n’avais pas le droit de dire qu’elle avait un problème et que si je réagissais mal à son comportement ( Prévoir les vacances un jour et partir le lendemain ) c’est que j’avais un problème non résolu … ( Presque un sketch non ?). Peut-être à bout d’argument pour faire culpabiliser l’autre.

    J’ai alors répondu que n’importe qui souffrirait dans cette situation et que ce n’était pas lié à moi. Elle n’a pas répondu.

    Je l’ai eu au téléphone et elle m’a dit qu’elle ne savait pas vraiment si notre relation était finie ( Elle voulait surement garder emprise !)

    Un peu plus tard, assez usé par cette attitude et de ne pas savoir sur quel pied danser, j’ai laissé un message sur son répondeur lui demandant de me dire si c’était terminé ou pas car j’avais envie d’avancer. Elle m’a répondu par texto « Avance je ne te retiens pas »
    Je lui ai répondu que j’étais attaché à elle et que pour avancer je voulais qu’elle me dise « je ne t’aime plus, c’est fini » mais comme elle ne me le disait pas je considérais donc que c’était terminé.
    Elle m’a répondu « Ok »

    Je crois qu’elle a vu que je l’avais démasquée et que je n’étais pas assez fragile pour me faire avoir complètement. Elle a préféré fuir car le pervers est faible lorsqu’il se sent démasqué.

    Ceci dit, je suis bien cassé car j’ai donné ma confiance amoureuse à une personne ignoble, un monstre.

    Qu’en pensez vous ?

    J'aime

    1. Morning @Patrice,

      Le pervers est un cafard qui déteste la lumière en effet et vous vous lui êtes apparu sur la fin comme un projecteur en plein visage. Le fait que vous soyez épuisé est tout à fait normal, ces spécimens ont pour objectifs d’aspirer l’energie de leur proies donc on en sort vidé lessivé et il faut du temps pour s’en remettre . Vous avez su malgré vos sentiments rester lucide et suffisament réactif pour vous sortir de ce piège.

      je vous cite « Je crois qu’elle a vu que je l’avais démasquée et que je n’étais pas assez fragile pour me faire avoir complètement. Elle a préféré fuir car le pervers est faible lorsqu’il se sent démasqué.”

      je vous conseille de restez cependant sur vos gardes et d’appliquer le NO CONTACT parce qu’elle me semble avoir abandonné bien vite ce qui pourrait laisser présager un retour éventuel, parce que je pense qu’elle a perçu vos sentiments et recule pour mieux sauter en vous prenant par suprise quand elle le pourra afin de se venger . Et tous les prétextes seront bons pour ce faire.
      Changez vos coordonnées et bloquez la de vos mails si elle avait vos clés de domicile changez de serrure. J’espère avoir tord mais rien n’est impossible avec ces rats!!!

      Je vous recommande de lire attentivement:
      https://leperversnarcissique.wordpress.com/2015/05/10/5-raisons-qui-provoquent-le-retour-du-pervers-narcissique/

      Take care,

      J'aime

      1. Merci beaucoup pour votre réponse.
        Effectivement je l’ai bloquée de mon portable et de ma messagerie.
        Elle n’avait pas les clés de chez moi.

        J’ai juste envie de ne jamais la recroiser !

        Aimé par 1 personne

      2. @Patrice,
        Alors faites le , elle est la votre liberté , faire ce qui vous plaît, quand vous êtes venu au monde elle n’était pas au bout du cordon ombilicale ni là pour payer vos factures ou vous frotter le dos une fois adulte. Allez oops dégagez moi ça !!!! Next!!!!
        Et si vous la recroisez , ignorez la et faites votre chemin, le mépris et le silence il n’y a que ça de vrai avec les Pn .
        Soyez heureux et n’oubliez pas de rire chaque jour,
        Peace,

        Aimé par 1 personne

    2. Bonjour Patrice,

      Comme Dandoha : NO CONTACT.
      Complet, exclusif, irréversible NO CONTACT.
      Si vous avez compris qu’elle est PN vous n’avez plus de question à lui poser puisque vous savez qu’elle ne vous aime pas. Elle ne peut vous aimer.
      Même si elle vous disait demain qu’elle vous aime encore ce sera un mensonge.
      Quoiqu’il advienne vous n’aurez aucune bonne surprise (j’ai longtemps espéré ces bonnes surprises, elles ne sont jamais venues) ; si donc elle s’en va considérez vous chanceux.

      Bien sur ce qui vous attend la page tournée ne sera pas facile à vivre. Mais croyez moi si vous en êtes débarrassé ce sera déjà beaucoup.
      Bon courage à vous.

      Aimé par 2 people

  14. Bonjour a tous
    Bien entendu je reconnais mon histoire dans celles que j ai pu lire ici ,et le plus difficile est d accepter et d assimiler que ces individus ne possèdent pas de vrais sentiments, qu ils sont dénués de ce qui fait de nous de si faciles victimes , c est a dire notre empathie, notre gentillesse et notre bienveillance, pour ne citer que cela.
    Cela fait pourtant presque un an que j ai entamé le processus de séparation, car au bout de quatorze ans j avais enfin renoncé a vouloir le sauver, j avais compris que c était impossible, mais je pensais alors qu il etait trop blessé par son enfance pour pouvoir etre heureux, simplement.
    Ce n est que lorsque j ai parlé( pour la énième fois) de rupture et qu il s est rendu compte que je ne reviendrais pas en arrière, qu il a définitivement fait tomber son masque.
    Malgré toute la violence et l horreur qui me sont tombé dessus alors, et je pèse mes mots, je continuais a lui trouver des excuses, allant jusqu’à penser qu il était bipolaire et lui en parler pour qu il se soigne, bref, a chercher n importe quelle raison qui justifierait son comportement , a chercher en lui trace d humanité.
    C esr ma soeur qui m a parlé de pn, ce que j ai refusé a croire tout d abord, car je ne pouvais simplement pas accepter d avoir été ainsi bernee pendant tout ce temps
    Mais l idée a fait son chemin et la première fois que je suis tombée sur un blog de discussion, j ai fondu en larmes devant l évidence.
    Quel gachis, d avoir passé tout ce temps a essayer de toutes mes forces de sauvdr ce qui ne peut pas l être, d avoir tant souffert et de m être niée et effacée pour un tel monstre!
    Nous travaillons malheureusement encore ensemble pour quelques jours et avant hier, (pourquoi ce jour plus qu un autre?) Suite a une de ses attaques fulgurantes j ai pris de plein fouet la réalité: cet « homme» ne veut que ma mort.
    Financière car il a l intention de me ruiner, intellectuelle , psychique et peut être même physique.
    J ai finalement franchi le pas auquel je n arrivais pas à me résoudre et j ai été à la gendarmerie.
    Il essaie de me mettre à terre et n aura pour réponse que de me faire relever la tête , et j espère du fond du coeur que j aurai le courage de lui faire face dans ses futures attaques, car je sais qu il y en aura.
    Je souhaite du fond du coeur a toutes les victimes de ces vampires de se relever et de continuer a vivre, de s entourer de la douceur qui nous a tant fait défaut, d avoir le bonheur de retrouver estime et respect de soi, car si nous avons été choisies comme proies, c est certainement car la faille etait évidente en nous, mais surtout et avant tout parce que nous sommes de belles personnes pleines de ce qui leur fait à eux cruellement défaut.

    J'aime

    1. Bonsoir Charlotte
      Vous êtes admirable ! Votre courage est si tangible que votre bourreau ne pourra que faire marche arrière !
      Je me souviens ainsi que vous le dites de ces 3 années à lui chercher et lui trouver des excuses pour continuer à l’aimer, pour avoir de bonnes raisons de rester avec lui et alimenter mon refus de l’abandonner …
      C’est fou comme pathologie quand on y repense…
      Plein de courage à vous pour la suite. Et merci pour vos mots plein d’énergie !! (-:

      J'aime

  15. Hi @Lisa

    je vous cite: »J’ai l’impression d’être ensorcelée. J’ai touché une sensation que je n’avais jamais ressentie de toute mon existence avec lui et je ne sais comment en faire le deuil et pouvoir vivre sans ça”

    comme vous le dites , ce n’est qu’une “impression” donc pas une réalité ni un fait puisque la réalité et le fait sont que vous êtes sur ce blog en son absence entrain d’écrire vos sentiments (donc votre imagination non factuelle donc, non réelle).
    La question est de savoir est -ce que vous continuez dans l’illusion , dans cette impression dans ce sentiment qui n’est pas palpable ni réel, mais uniquement entretenu par votre affect, ou est ce que vous vous décidez, est ce que vous déclenchez chez vous lavolonté de VIVRE et d’ AVANCER sans cet individu que vous avez voulu modeler selon votre idéalisation et pour lequel vous avez échoué en toute logique, frappée par la giffle de la réalité?

    Qu’est ce que vous choisissez , aujourd’hui?
    parce que @Tsippora elle est est dans la vraie vie aujourd’hui 😉 , dans la réalité en HD (Haute définition).
    Vous comprenez?

    Peace,

    J'aime

  16. ALERTE SPOILER ALERTE!!!!!!!!😈 👿🗣 MESSAGE DE PREVENTION A DIFFUSER DANS VOTRE ENTOURRAGE🗣 ET A RETENIR🗣

    Règles:
    1°) ON n’épouse pas quelqu’un dans le but de le CHANGER
    2°) ON n’aime pas quelqu’un dans le but de le SAUVER
    3°) VOUS auriez mis cette personne au monde que vous ne pourriez pas le MODELER
    4°) On ne tombe à pas amoureux de sa MOITIE
    5°) Si quelqu’un se présente à vous et dit vous AIMER parce que vous le COMPLETEZ alors COURREZ sans vous RETOURNER. RUN FOREST RUN!!!!
    6°)DANS la phase HONEYMOON de votre relation AMOUREUSE vous identifiez 5 DEFAUTS chez votre PARTENAIRE et demandez vous si vous êtes en mesure de les supporter à VIE au QUOTIDIEN. Si c’est NON alors FUYEZ sans laisser d’addresse. IDEM si cette personne fait preuve de VIOLENCE ET IRRESPONSABILITE ( ne reconnaît jamais ses tords ou défaut et accuse systématiquement autrui) avant que vous ne viviez en couple.
    7°) UNE giffle ou une empoignade violente durant une dispute c’est un signe de VIOLENCE CONJUGALE de TROP alors QUITTEZ LE ET VITE, n’écoutez surtout pas ses excuses BARREZ VOUS.
    8°) ON ne sauve pas quelqu’un qui n’a pas demandé a être SAUVE
    9°) Un partenaire qui vous trompe une fois VOUS TROMPERA ENCORE ET ENCORE
    10°) UNE fute commise UNE FOIS c’est une ERREUR à partir de deux fois c’est du VICE
    11°) RESTEZ avec un bourreau quand on l’a IDENTIFIE c’est engager sa RESPONSABILITE pesonnelle.
    12°) Se disputer ou tenter de communiquer avec un partenaire en état d’EBRIETE c’est discuter avec un mollusque et en espérer une réponse rationnelle, donc A NE PAS FAIRE.

    Peace,

    Aimé par 1 personne

  17. Tout d’abord, je tiens à vous remercier pour l’existence de ce blog qui permet d’aider beaucoup de victimes de PN . J’ai été moi-,même malheureusement confrontée à deux pervers narcissiques âgée d’à peine 23 ans, et c’est vrai que cela laisse des séquelles. Au début, il est difficile d’admette d’être tombée amoureuse d’un malade qui cherchait à nous détruire. Je me suis dis que les qualifier de PN était tout simplement pour chercher à me rassurer parce-que j’avais été lâchement jetée . Puis petit-à-petit en lisant les témoignages et les articles, on se rend compte que ce sont bel et bien des relations pathologiques . Ils sont et resteront toxiques pour toutes les personnes qui s’en approcheront, et leur plaisir est de choisir des proies qui auront toujours des qualités ou des qualifications qu’ils aimeraient avoir mais qu’ils n’ont pas et surtout avec une fragilité sentimentale . Je me suis rendue compte que j’étais la proie idéale dûe à une certaine dépendance affective . En tout cas mon conseil pour toutes les lectrices est de ne pas perdre espoir. Ces relations nous endurcissent er nous rendent plus forts, les plus malheureux à LT ne sont pas les victimes mais les PN. Ils peuvent se marier, avoir une vraie vie de famille certe mais tout sera basé sur le mensonge. Ils ne pourront jamais être heureux .

    Je souhaite bon courage à toutes les victimes et n’oubliez pas que vous n’êtes pas seules, un conseil , renseignez-vous, lisez à propos de cette malade et vous vous rendrez-vite compte que s’approcher de ces hommes se réfère à signer un arrêt de mort.

    Aimé par 1 personne

    1. @Eva,

      Je vous souhaite le meilleur.

      je me permets de vous citer afin de clarifier des notions et ne pas créer la confusion chez certains lecteurs:
       » il est difficile d’admette d’être tombée amoureuse d’un malade qui cherchait à nous détruire. Je me suis dis que les qualifier de PN était tout simplement pour chercher à me rassurer parce-que j’avais été lâchement jetée . Puis petit-à-petit en lisant les témoignages et les articles, on se rend compte que ce sont bel et bien des relations pathologiques . “

      Il y a des termes à ne jamais prononcer à l’égard des PN,
      Donc A NE PAS DIRE:
      MALADES : NON ce ne sont pas des “malades” (pas même au sens du langage familier ni argotique)
      RELATIONS PATHOLOGIQUES: Il vaut mieux se tenir à la notion de RELATION
      TOXIQUE

      Peace,

      J'aime

  18. Bonjour,
    Si vous saviez mon chemin parcouru depuis ce témoignage … J’ai compris tant de choses et en ai lu de très belles ici ❤️

    Je voulais à cet endroit vous témoigner à tous ma gratitude. Merci vraiment. Je vous suis reconnaissante de votre aide, de votre soutien, des échanges que vous m’avez permis d’avoir et qui m’ont nourrie. Cela m’a beaucoup aidé à ne pas sombrer, à donner des impulsions à mes choix, à persévérer, à réfléchir. Je me suis sentie soutenue, comprise, entourée … Autant de choses inespérées …

    Merci infiniment Scarlett pour ce blog ressources 😍…
    Tes articles que je continuerai à lire en off m’éclairent et je vais demeurer une fidèle lectrice. Merci à toi pour ton dévouement et ce que tu apportes à chacun, y compris à mes proches que j’amène peu à peu à te lire… Merci à toi pour tout ce que tu m’as apporté à ton insu au travers ce blog et son précieux contenu.

    Je vais privilégier l’échange privé qui me correspond le mieux car j’ai été peinée par certains échanges bien qu’ils ne m’étaient pas adressés qui donnent à voir un rapport à l’autre qui me blesse et dont je n’ai pas besoin à cette étape de reconstruction de ma vie. Je regrette qu’il ne soit pas assez tenu compte du contexte de vie des personnes, même si ce n’est peut être pas l’objet d’un blog. Mais je crois que selon le moment où on trouve le courage de se dire tout est différent. J’en ai personnellement trouvé la force au moment le moins difficile : après la rupture, après la prise de conscience … Et cela a considérablement modifié mon propos.

    Je regrette aussi qu’il ne soit pas toujours possible de n’être simplement pas d’accord et de se mettre d’accord sur le fait qu’on ne l’est pas et cela sans tension.

    Au lendemain de l’attentat à Charlie hebdo j’ai affiché dans mon bureau la citation d’Evelyn Béatrice Hall qui illustre la pensée de Voltaire :

    « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire ».
    C’est ma conception de la liberté et du respect.

    Bonne route à tous 🍀
    Sérénité, liberté, conscience et amour.
    Tsippora 🐸

    J'aime

    1. Chère Tsippora

      Merci, merci d’avoir participé à l’expansion du blog. Merci d’avoir apporté ton témoignage et merci pour tes ondes positives.

      Ah, la fameuse question du langage commun… L’essentiel est que chacun vienne lire ici ce dont il a besoin, participe s’il en ressent l’envie et poursuive sa route avec une connaissance supplémentaire. C’est dans cet esprit que j’ai créé ce blog.

      Je t’envoie mes plus belles pensées, et te souhaite un très, très beau chemin ❤ ❤ ❤

      J'aime

      1. Bonjour

        Et cet état d esprit est tout à votre honneur Scarlett
        Merci du fond du cœur
        Vous avez été pour moi, la personne qui m’a aidé à ma libération, ainsi que 2 proches, sans vous connaître vous êtes cher à mon cœur!

        J'aime

  19. Bonjour,
    J’aurais pu écrire ce témoignage si je savais écrire, notamment en ce qui concerne la communication perverse qui rend fou
    Le pire, c’est que le PN (celui que j’ai connu pendant 5 ans) en question fréquente ce type de site (et d’autres sur la perversion narcissique), pour mieux en intégrer les symptômes (ceux des PN, ceux des victimes) et s’en faire une arme contre moi
    Résultat, je me cherche sans me trouver: en suis je vraiment une, PN ? Il faut bien admettre que certains symptômes, pris individuellement, peuvent se retrouver dans d’autres syndrômes (personnalité égocentrique, borderline, Asperger etc)
    Peut’on devenir comme lui, à force de le fréquenter, pour se défendre sur « son » territoire?
    Toutes ces questions…
    Bien à vous,

    J'aime

    1. Bonjour Juju

      1) en suis je vraiment une, PN ?

      => NON. Vous ne savez pas ce qu’est, en l’occurrence une femme perverse narcissique, sinon la réponse vous serait évidente.
      Exemples de réelles femmes PN donc prédatrices (et pas victimes) :
      https://leperversnarcissique.wordpress.com/2016/10/20/temoignage-bad-news-elle-sen-sortira-toujours-moi-tres-certainement-jamais-parce-que-je-suis-faible-et-elle-le-savait/

      https://leperversnarcissique.wordpress.com/2016/10/15/temoignage-masculin-paul-il-faut-savoir-que-je-suis-alle-jusqua-me-passer-la-corde-ou-cou-et-qua-la-derniere-seconde-un-flash-ma-permis-de-renoncer-a-lirrep-2/

      2) Il faut bien admettre que certains symptômes, pris individuellement, peuvent se retrouver dans d’autres syndrômes (personnalité égocentrique, borderline, Asperger etc)

      Réponse qui s’adresse à l’ensemble des lecteurs qui posent encore et toujours cette question…

      => Raison pour laquelle chacun doit faire preuve d’un minimum d’intelligence et comprendre que nous parlons d’un PROFIL. Si vous prenez 2 ou 3 traits pour en déduire qu’une personne est ceci ou cela alors nous sommes tous des tueurs en série et autres personnages peu recommandables. La psychologie humaine est un poil plus compliquée qu’un quiz en 3 questions. Renseignez-vous et on ne pourra plus vous faire gober n’importe quoi. Si des chercheurs ont pris la peine de classifier les troubles de la personnalité, les maladies mentales et les profils anti-sociaux… C’est qu’il y a une raison et que celle-ci permet d’éviter raccourcis et débordements dus à l’ignorance donc dangereux entre de mauvaises mains.

      3) Peut’on devenir comme lui, à force de le fréquenter, pour se défendre sur « son » territoire?

      => Si par « devenir comme lui », vous parlez de devenir vous-même une PN, non. Vous n’en avez absolument pas la mentalité et votre cerveau est déjà formé. Il aurait fallu que vous subissiez tout le parcours abusif d’un enfant aux parents eux-mêmes PN et que vous ayez suivi la voie de vos bourreaux.

      Par contre, vous pouvez IMITER des comportements extérieurs et apparents que vous avez vus chez votre ex. Néanmoins, la structure de votre personnalité ne peut pas être modifiée pour devenir celle d’une PN. ça se voit, ça se lit et ça transpire dans vos mots, rassurez-vous ;).

      Cet homme s’appuie sur votre ignorance d’une part, et d’autre part sur votre crédulité pour vous faire croire ce qu’il veut. Je ne sais pas s’il s’agit d’un PN mais vous devriez faire preuve de discernement et apprendre à vous connaître aussi. Sinon, le premier idiot venu profitera de vous.

      Soyez vigilante.

      J'aime

    2. Happy Monday @Juju

      Votre témoignage est surtout la révélation selon laquelle vous orienter votre développement sur les actes ou/et supposés actes de ce PN pour ensuite avancer je vous cite:
      « Résultat, je me cherche sans me trouver: en suis je vraiment une, PN ? Il faut bien admettre que certains symptômes, pris individuellement, peuvent se retrouver dans d’autres syndrômes (personnalité égocentrique, borderline, Asperger etc)”

      Le PN ale droit de consulter des sites pour parfaire son “oeuvre” c’est son droit le plus stricte il est dans sa logique morbide qui elle n’a d’impactes sur vous que uniquement parce que vous lui en accordez le pouvoir.
      Donc la question est de savoir pourquoi vous demeurrez aussi dépendante de ce PN?
      Avez vous réellement envie de vous en débarrasser?

      Dans votre discours le PN n’est plus un problème directe ni indirecte la question c’est VOUS.

      Peace,

      J'aime

      1. Exactement, tu as tout dit @Dandoha.

        @Juju : Nous sommes tous COLOCATAIRES et tout ce que nous pouvons faire est nous renseigner sur ces étranges créatures aux crocs bien aiguisés, qui ne rêvent que de nous saigner à blanc. Perso, je n’ai pas envie de servir de casse-dalle à ces vampires donc faites la même chose : informez-vous et protégez-vous.

        J'aime

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s