Une mauvaise décision ne fait pas de vous une mauvaise personne : battez-vous pour votre identité après l’abus !

Amis lecteurs,

Suite aux nombreux commentaires et retours échangés autour du témoignage de Mary, j’ai eu envie de vous rappeler une notion essentielle : une mauvaise décision ne fait pas de vous une mauvaise personne.

Ignorer les drapeaux rouges d’une interaction toxique est une mauvaise décision.

Rester dans une relation toxique est une mauvaise décision.

Culpabiliser après avoir compris la duperie revient à associer ce mauvais choix avec votre identité propre.

Or, cette identité est porteuse de certaines qualités et d’une réelle empathie qui sont toujours présentes même après le passage du toxique. Ces traits de caractère qui ont permis la colonisation de votre être par le parasite pervers ne sont pas des faiblesses mais bel et bien des valeurs à conserver… sans toutefois les distribuer gratuitement à tout le monde.

Avoir été abusé(e) par un toxique signifie surtout que vous êtes rempli(e) de potentialités, que vous avez une richesse intérieure qui a été enviée par le/la pervers(e) narcissique. Et voici le fond de l’histoire : c’est justement parce que vous êtes mieux que lui (elle pour les femmes PN), que vous possédez ce qu’il/elle n’aura jamais que vous avez été « sélectionné(e) ».

Étant donné que le parasite ne pourra jamais être à votre hauteur, il/elle devait vous rabaisser à la sienne et vous faire croire que vous ne valez rien et qu’il/elle est tout. Derrière sa façade, sa grandiosité, derrière sa toute-puissance qui n’est que fantasmée, se cachent :

  • Haine
  • Jalousie
  • Envie
  • Rage
  • Paranoïa
  • Malveillance

Alors, si vous vous remettez en question négativement, que vous poursuivez le travail de sape entamé, que vous croyez aux paroles assassines du pervers, que vous êtes encore dans l’obsession, la comparaison avec la nouvelle proie, souvenez-vous bien que vous valez beaucoup, infiniment plus que tout cela. Seulement, nombreux sont ceux qui n’ont pas conscience de leur identité, de leur valeur, de leur richesse intérieure.

Après avoir été abusé(e), l’une des voies peut être de tomber dans le même schéma que le/la PN : rechercher désespérément une validation extérieure (relations de rebond), renoncer définitivement à l’amour, devenir malveillant, cultiver des pensées obsessionnelles, vouloir à tout prix un bouc émissaire qui soit responsable de nos propres erreurs et manquements. Ne vous laissez pas engluer encore une fois dans l’énergie toxique, c’est un nuage de mort qui vous détruira et qui entraînera encore plus de mauvaises décisions.

Vous avez perdu une bataille mais pas la guerre

La première étape est de reconnaître que vous avez été impliqué(e) dans une sorte de jeu pervers et que vous avez perdu. Pas de honte à avouer qu’on a perdu une bataille car nous n’étions pas préparés et n’avions aucune connaissance de l’ennemi.

Par un tour de passe-passe assez subtil, il a réussi à nous faire croire qu’il était notre meilleur ami pour mieux nous trahir par la suite. Celui qui nous a été présenté, la façade avec laquelle nous avons vécu la pseudo « relation » n’a jamais existé en réalité. OK. Il faut quand même 5 petites minutes pour encaisser le choc.

La particularité de l’abus narcissique (quand il n’inclut pas aussi un abus physique) réside dans sa parfaite transparence, qui rend difficile voire impossible une quelconque explication. La manipulation n’a cours qu’entre le bourreau et sa victime. C’est un jeu permanent de faux semblants, mensonges outranciers et nuage de fumée. Il faut y avoir été confronté(e) au moins une fois pour savoir que ça existe et maîtriser les règles.

La bataille était perdue d’avance mais il est possible de renaître de ses cendres, avec une meilleure connaissance de soi et de l’adversaire.

Quel est le remède au processus pervers ? L’amour de soi (qui n’est pas la dépendance envers autrui)

S’aimer ne signifie pas se réfugier bien chaudement sous la couverture de la « victime » et de ressasser les mauvais souvenirs, les abus commis envers votre personne et la culpabilité de ne pas avoir su dire « NON ».

S’aimer n’est pas non plus devenir aigri(e) et s’en prendre aux autres personnes qui semblent plus fortes, ce qui est une dérive que nous avons pu observer sur ce blog. Le profil de la « victime idéale » n’existe pas. Ce n’est pas parce qu’une personne sourit qu’elle n’a pas ses moments de désespoir.

S’aimer n’est pas se comparer à la nouvelle personne qui est avec le toxique, aller espionner leurs réseaux sociaux et nourrir une énergie négative dont vous êtes la première victime. Votre bonheur ne dépend que de vous et pas d’une tierce personne. L’Univers est rempli d’amour et de possibilités. Le/la PN est un(e) parmi des milliards d’autres êtres.

S’aimer est déjà se pardonner d’avoir été dupe, d’avoir cru à une situation qui a été truquée de A à Z. Cela demande d’avoir un sérieux face à face avec notre ego et de reconnaître que nous n’y avons vu que du feu. Il est aussi important de prendre du recul. Certes, la blessure a été terrible mais elle n’est pas mortelle. Sachons aussi demander pardon à notre cœur de ne pas l’avoir écouté.

S’aimer revient à prendre un engagement envers soi, de se protéger et de s’honorer à l’avenir. Nous ne pouvons pas changer le passé mais nous pouvons créer un meilleur futur si nous prenons de meilleures décisions et si nous apprenons à avoir un meilleur discernement.

S’aimer signifie se regarder dans un miroir et voir les failles qui ont permis l’intrusion. Oui, il existe forcément des failles sinon nous ne serions pas restés en présence du parasite, nous n’aurions pas toléré qu’il se repaisse de nous comme la sangsue qu’il/elle est.

S’aimer est revenir à soi. Plus vous restez longtemps en contact avec l’énergie perverse, plus vous vous éloignez de votre centre et de votre identité. Malheureusement, certains d’entre nous ne reviendront jamais à eux totalement parce qu’ils ont absorbé trop de négativité, ils ont subi tellement d’abus qu’un retour en arrière n’est plus envisageable.

*** Si vous êtes encore en lien avec un pervers narcissique, sachez que ses techniques de manipulation, surtout le gaslighting, peuvent provoquer une forme de psychose qui créé une confusion permanente dans votre esprit et vous n’en sortirez pas indemne. Vos facultés cérébrales sont endommagées par la création systématique d’une réalité alternative basée sur des mensonges. Prenez bien cet aspect en considération dans votre équation. ***

Rien d’impossible donc ! L’avantage d’un travail sur l’amour de soi est qu’il peut et doit être fait seul(e). Il vous permet de devenir émotionnellement autonome et de sortir de ce concept qui veut que nous ne sommes pas « complets par nous-mêmes ».

Eh bien, si. Nous sommes totalement capables de nous assumer seuls et les autres sont des compagnons de route, en aucun cas des béquilles. C’est un petit prix à payer pour vivre enfin dans la sérénité et la paix de l’âme.

La seule « arme » anti-toxique est l’amour de soi. C’est cette petite lumière qui s’allume quand une personne dépasse vos limites, vous manque de respect et cherche à réduire votre estime de vous pour vous habituer à accepter un traitement de plus en plus dégradant, ce qui est la méthode numéro 1 des pervers narcissiques. Ils sont totalement impuissants face à une personne qui a une estime d’elle-même solide et qui a appris à détecter la manipulation.

Vous restez zen face à eux et vous observez leurs tentatives stériles, sans absorber leur énergie démoniaque.

Votre identité est l’ail de ces vampires.

Keep moving forward 😉 !

Crédit photo : « The birth of Venus » by Botticelli

Publicités

97 réflexions sur “Une mauvaise décision ne fait pas de vous une mauvaise personne : battez-vous pour votre identité après l’abus !

  1. Coucou Scarlett, la guerrière est de retour lol ,je l ai déjà dis dans d autres post de se merveilleux blog 😉que malgré les abus passés dans ma vie dont le dernier en date avec l ex pn « qui a été le parasite de trop » je me suis jamais considérée comme une victime ni une survivante aujourd’hui, je dis toujours avec moi on peu gagner des batailles mais la guerre s est moi qui l a gagne d où j utilise « guerrière »pour me figurer ,depuis ma malheureuse pseudo relation avec se pn , je suis plus naïve et avec personnes, j ai fais du ménage dans mes relations et je me sens plus forte de jour en jour ,cet ex pn a essayé de revenir meme avec la complicité de ses frères croyez moi j ai tout verrouillé, au boulot , au supermarché, à la station essence , je n ai pas bronché je continu ma vie et j ai bien avancée, il n existe pas je sais qu il est là lui ou ses complices a m épier, pour moi son retour m est indifférent, d ailleurs il repart avec sa tête de chien battue, Scarlett c est grâce a vous et tout vos articles que j ai compris le fonctionnement de certains êtres « humains « qui en ont justes l apparences, je vous remercie car vous m avez sauvé d une vie morbide dans laquelle j etais sans comprendre le pourquoi du comment, continuez ainsi , meme si j interviens pas beaucoup je continu de vous lire je vous embrasse Scarlett.

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour Ange !
      Je partage avec vous cet état d’esprit, je parle souvent de combat, c’est comme ça que je ressens les choses : un combat à mener contre soi même, avec mes stratégies et mes règles. Ma soeur me nomme « warrior sister ». Et j’aime bien !
      Et pour tout dire je me sens en effet partie en guerre dans l’intention de la gagner ! Et l’armistice n’est pas loin !
      A bientôt Ange Warrior !

      Aimé par 1 personne

      1. @Tsippora , oui la vie est un combat, maintenant il faut pas en faire une fixation, il y a encore un an je savais pas comment on appelait ces personnes sans coeur sans scrupules sans âme il faut bien le dire , maintenant que je sais qu ils seront toute leur vie ainsi ,je n ai plus aucun scrupules si j en rencontre une ou un il dégage sans préavis ,quand on connait leurs jeux morbides et que l on a travaillé sur ses failles y a plus de raison d avoir peur ,je viens y à quelques semaines d en faire l expérience avec une femme ,pour moi elle est narcissique manipulatrice son jeu etait trop facile à lire ,je l ai viré direct elle n a rien compris, on a des connaissances en communs, rien à battre ,elle m a diffamé, et moi j ai eu qu a la regarder faire et patienté le moment de grâce et bing j ai eu le dernier mot 😉,alors qu il y a peu j aurai rien vu et elle aurait continuer son jeu pfff, voila fini le profit place à la guerrière.

        Aimé par 1 personne

  2. Je ne peux pas être plus d’accord qu’ avec vous, Scarlett . Il est indispensable de s’accaparer toute l’estime de soi perdue sans doute bien avant la rencontre avec The prédateur. Il y en a eu tant d’autres avant, moins magistraux jusqu’à ce dernier. Pour aimer, il faut avant tout s’aimer soi-même. Qui pour cela peut le faire que précisément soi-même? Cessons de penser que l’amour à flots n’a d’autre écho ( quand on parle de Narcisse…) que l’amour d’autrui. Appréhendons nos failles et nos lacunes. Comblons les nous-mêmes avec bienveillance. Il ne sert à rien d’aimer ou d’être aimé (e) si je dépends de l’image que me renvoie autrui. Il faut absolument s’exonérer du jugement de l’autre, du souci permanent de notre image renvoyé par l’autre.
    Quant aux « victimes derviches  » qui s’enferrent dans cette transe mortifere comme pour conserver un lien avec leur bourreau, si je comprend parfaitement leur chagrin et leur sideration, je leur laisse méditer et réfléchir sur cette phrase  » qui a envie d’être victime trop longtemps de la médiocrité? « .
    J’ai été la dupe d’un époux manipulateur pendant 16 ans, escroc affectif et financier. Il m’a absolument tout pris. Je recommence à 54 ans une carrière professionnelle abandonnée, sacrifiée à 36 ans pour le rejoindre à l’étranger. Il m’a finalement en me quittant fait le seul don qui lui a échappé: me rendre ma liberté chérie et mon autonomie vitale. Je n’avais rien vu, seulement ressenti des malaises et de ne pas mener l’existence à 2 que je m’étais promise. M. m’ignorait, m’utilisait et me remettait sur l’étagère quand il n’avait pas besoin de moi et ne me nommait pas. Je n’avais un prénom qu’en public. M.Parfait, discret et réservé, exécuta son travail de sape en excellent pro. Il m’empêchait de faire, ainsi je devenais dépendante. Ma boite email était espionnée et mon courrier arrivant à la boite postale de sa société supprimé. Un zona au visage car il réprima ma peine de pleurer la perte de ma mère, une double fractures et rupture totale des ligaments au pied gauche pour le stress que sa présence me causait dans mon grand plus grand déni. Il me reprochera au moment où il m’évacue de n’avoir pas été attentive à lui pendant ce moment là et de m’être manifestée agressivement à son égard… Ah oui immobilisée par un pied elephantesque et douloureux, mon père de 90 ans alors était amputé d’une jambe et moi coincée à des milliers de kms. M avait entamé certainement depuis longtemps une relation triangulaire à partir d’un site de rencontre avec le surnom que je lui donnais. Je l’ai découvert en retrouvant  » mes esprits » des mois plus tard. Je vous fais grâce des sournoiseries et mesquineries que j’essaie d’esquiver depuis notre procédure de divorce. Si je n’ai jamais compté pour cette créature, mon nom de jeune fille apparait à chacune de ses escroqueries financières pour me souiller sans doute et s’enrichir de manière méprisable mais à mes dépens. Je change d’avocat actuellement car il me faut quelques’un de réactif. Pas de désir de vengeance, seulement le désir d’entendre côté justice la petite voix de la vérité. Je suis rentrée en France avec 2 valises et aucun papier des revenus de la communauté car il les avait confisqués. Ce fut un manipulateur banalement mauvais. J’ai souffert mais je suis désormais une resiliente. Je ne me retourne pas. Inscrite à Sciences-po pour des cours pour donner à mon parcours professionnel le tournant que je me proposais au moment même où je l’ai rencontré et qui m’a aimé follement en 48h chrono. La demande en mariage vint le lendemain ( 3 jours quand même!) . Mon estime de soi n’était certainement pas au beau fixe pour en dépit de cette précipitation suspecte me fit persévérer et croire longtemps à une union heureuse bien que calamiteuse ( abstinence forcée, isolement, désert affectif, morosité, opacité, mensonges à volonté, mesquineries répétées, hold up affectif et escroqueries permanentes). Tout ceci avec le soutien de mon déni le plus loyal et le plus bienveillant à son égard. Il n’a pu mener sa petite entreprise d’enfumage qu’avec mon apport, soit un profond désinvestissement pour moi-même, une estime de soi en jachère ( je lui répétais à satiété que mon existence ne valait rien sans lui, que seul lui comptait). Avouons que je lui ai fourni très loyalement et de manière très désintéressée tous les ingrédients pour son cannibalisme. Il m’a même pris mes 4 chats, ersatz des enfants que je n’ai pas eus, en otage. No contact depuis 13 mois . Divorce compliqué et dynamisé par sa majesté qui continue à me voler des effets personnels dans notre maison commune. Pas de rétro, il est l’homme (?!) du passé. Pas envie pour l’heure d’aimer, pas de manque éprouvé. J’ai décrété après des longs mois de souffrance et de ruminations que la solution était en moi, que je devais sans doute avoir quelques valeurs et de les exploiter pour seulement moi-même. Un peu, beaucoup d’égoïsme et de bienveillance pour soi-même sont chaudement recommandés par l’académie. Je fais des projets pour moi, je ne me sacrifie plus pour quiconque et peu me chaut si l’homme du passé associé à mon surnom a un succès fou avec une ou un harem de nouvelles proies. Il y a une vie tellement plus réelle après ce type de rencontre. Aujourd’hui, tandis que je suis dépouillée financièrement et donc précarisée à 54 ans, que je sais que je n’ai jamais été aimée par lui qui me l’a confirmé au cours d’une de nos altercations lors de mon départ en m’affirmant m’avoir « aimée par intermittences » selon ses propres termes, je suis désintoxiquée de cette emprise sidérante et mortifere au nom de l’amour que je me porte. Ni explication, ni justification ne m’importe. J’ai aimé déraisonnablement mon ex-conjoint en m’oubliant totalement, en sacrifiant tout pour lui plaire. Il ne peut lui être fait le reproche que des gens trop empathiques avec leurs failles narcissiques leur servent de dîner. Il convient que ces malheureuses victimes, une fois sorties de leur posture qui leur permet de garder souvent inconsciemment un lien avec leur bourreau, se posent enfin les vraies questions, bien moins douloureuses que les béquilles qui nous font accepter tous les outrages. La connaissance de soi nous amène à la lumière. Nous n’avons plus peur, nous sommes ce que nous sommes et alors seulement je peux prétendre à ouvrir mon cœur. La solitude est définitivement celle que nous vivons à deux dans des relations toxiques, quand l’échange est systématiquement univoque. La seule solitude est celle de vivre et d’aimer au pays des illusions.

    Aimé par 6 people

    1. Whaouh Gribouille … la vache…
      Quel parcours de vie. Et quel courage!
      Impossible de vous lire sans vous dire combien votre histoire remue les tripes. Combien votre force reconquise est admirable.
      Combien on ressent fort ligne après ligne votre combat, votre dignité retrouvée et votre détermination à vivre enfin.
      Votre écrit (magnifique) est d’utilité publique vous savez !!
      Je vous souhaite bonne route et espère vous relire ici ! Vous faites du bien !!

      Aimé par 1 personne

    2. Bonjour Gribouille

      La lecture de votre témoignage montre votre grande intelligence et votre hypersensibilité mais aussi votre côté guerrière ;).

      Je suis tellement désolée pour vous.

      Félicitations pour l’action en justice, j’espère qu’elle aboutira à une reconnaissance des escroqueries et donnera lieu à une réparation financière pour vous, ce qui est le minimum après ces 16 années d’emprisonnement mental.

      Je retiens cette belle phrase : « La connaissance de soi nous amène à la lumière ». Elle contient toute la vérité du monde. Une personne qui se connaît, qui apprécie aussi bien ses qualités que ses défauts, qui sait se remettre en question sans pour autant accepter qu’on lui impose ce qu’elle n’est pas, ne craint absolument rien dans ce monde.

      Soyez vos propres maîtres car nul être humain n’a le droit d’en dominer un autre.

      Si vous avez besoin de parler et d’être soutenue, nous sommes là. Pour le moment, en virtuel mais bientôt (croisons les doigts), il y aura bien plus que cela !

      Je vous embrasse et vous envoie mes meilleures pensées.

      Aimé par 1 personne

      1. Bonsoir Scarlett
        Merci pour votre travail sur le blog. Trop forte ! Depuis que je lis et j’échange ici, mes pensées sur la toxique sont plus rares, moins obsessionnelles et peut-être plus claires. Mais un autre péril me guette peut-être : être accro à votre blog !! 😉 Bon là je serai responsable à 100 % au moins !!

        Je n’ai pas encore témoigné car :
        – ce que j’ai vécu c’est de la rigolade à côté de la très grande majorité des témoins du blog
        – je n’arrive pas à structurer mon récit (je suis bien plus balèze pour sortir des petites conneries par-ci, par-là, c’est sûr !)

        C’est grave Docteur Scarlett ? 😳

        Y’a des moments je ne me sens pas trop légitime pour m’exprimer ici.

        J'aime

    3. Bonjour Gribouille,

      J’applaudis!
      Et je retiens entre autre cette phrase « La solitude est définitivement celle que nous vivons à deux dans des relations toxiques, quand l’échange est systématiquement univoque. »

      Bravo aussi pour la reprise de vos études.

      Tout le meilleur du monde!

      J'aime

  3. Bonjour Scarlett !
    Je ne sais que dire quand je lis un tel article …

    L’émotion m’a gagné (eh oui!) parce que nulle part ailleurs, pas même chez mes thérapeutes, je n’ai pu entendre un tel discours. C’est tellement salvateur. Tellement réconfortant. Tellement clair, concis et intelligent.
    Et puis il n’y a pas une seule idée que je ne partage pas.
    C’est fantastique ! Merci, vraiment.

    Je suis ravie d’avoir découvert ton blog, duquel je ressors grandie. Je n’ai jamais rencontré sur un blog ou forum une telle qualité dans le contenu comme dans les échanges.
    Cela suffit à renforcer ma confiance dans l’humain. Les personnes qui écrivent ici et partagent leur vécu existent en vrai derrière leurs claviers et apportent tellement… Une véritable écoute, une attention, du respect …
    ça réchauffe mon coeur …

    Merci Scarlett et à tous d’exister.

    Aimé par 2 people

    1. Coucou Tsippora,

      J’ai écrit cet article avec mes tripes, c’est le cas de le dire :).

      Il est important de se rappeler que nous sommes tous humains, que nous avons fait une erreur avec le PN mais qu’elle ne détermine en aucun cas la suite de notre vie.

      C’est une expérience marquante mais on peut en ressortir plus fort(e). Ce n’est pas la fin, juste le début d’un nouveau chapitre de nos vies.

      Merci de ton retour et de ta participation plus qu’active. Merci à tous ceux qui commentent et enrichissent le blog de leur expérience. Que de la gratitude !

      Je t’embrasse xoxo

      Aimé par 3 people

      1. Une chanson que j’aime beaucoup et que je voulais partager avec tous …

        L’embellie
        Calogero

        Ça ressemble à un rêve
        Qui pose le pied sur terre
        C’est peut-être une trêve
        En un seul exemplaire
        Mais on se moque bien
        Quand paraît l’éclaircie
        De savoir si, demain,
        Durera l’embellie

        Car c’est l’instant présent
        Qui reprend tous ses droits
        Après tant de tourments
        Sans fin, sans foi, ni loi
        On ne la souhaitait plus
        On se disait « C’est écrit,
        La paix n’existe plus »

        Et voilà l’embellie, et voilà l’embellie
        La voilà, l’embellie
        L’embellie

        Ça touche le solitaire
        Perdu dans sa détresse
        Des millions d’âmes en guerre
        D’avoir cru des promesses
        Ceux qui marchent dans l’ombre
        Des tours du mépris
        Juste avant qu’ils ne sombrent

        Apparaît l’embellie, apparaît l’embellie
        La voilà, l’embellie
        L’embellie

        C’est un mot, une personne
        Une caresse, un abri
        Une chanson qui sonne
        Une présence, un défi
        C’est rien, c’est beaucoup
        Elle a changé ma vie

        Je te la souhaite aussi
        L’embellie
        Je te la souhaite aussi
        … L’embellie

        A tous je souhaite l’embellie (-:
        Tsippora

        Aimé par 1 personne

    2. Bonsoir Tsippora
      Je trouve très belle ta réflexion sur l’article de Scarlett 🙂 On dirait la mienne mais en plus belle. Cette coquine de Scarlett a vraiment taper dans le mille !
      Pour finir je me permets ce commentaire qui j’espère n’est pas déplacé : En tout cas, tu sembles sur la bonne voie. Ta belle âme va s’épanouir (indéfiniment?) de jour en jour. Et çà, çà me semble bien bien cool !! 🙂

      Aimé par 1 personne

      1. Salut Greg des !
        En ce moment je suis en mode hoponopono et donc je suis gratitude attitude ! ^^
        Alors merci pour la « belle réflexion » comme pour « la belle âme » : je lui prévois un épanouissement infini (-;
        Et je t’en souhaite tout autant y’a pas de raison !

        Aimé par 1 personne

  4. bonjour scarlette, et toutes la communauté,

    vous avez raison de clarifier les choses, j’ai lu les commentaires de votre article, et j’ai vu beaucoup de réaction positives comme négatives. On se rends bien compte que le chemin est difficile pour tout le monde pour ce relever et avancer, chacun avec ses forces et ses faiblesses, son passé, son présent, son future.
    Et c’est là où je veux en venir , chacun à sa propre façon d’affronter l’adversité, et j’ai remarqué que beaucoup essayent toujours de s’identifier à des personnes, ou du moins de prendre conseil auprès de livres, ou de sites internet, avec cette démarche sachez que vous ne vous trouverez jamais, ou alors vous trouverez une personnes qui n’ai pas vous, comme ces petites filles ou garçons qui veulent devenir comme leurs stars préférées, avant de s’apercevoir qu’au final ce ne sont que des personnes normales et parfois mêmes des personnes malsaines.
    Essayer au maximum de revenir à la réalité telle qu’elle est ! la vie est dehors, pas dans des bouquins qui sont faits pour être vendus (déjà là on peut se poser des questions ), ou en essayant de trouver une pathologie sur toutes les personnes avec qui il s’est passé de mauvaises choses.
    Non il n’y a pas tout pleins de méchants partout ! il y a déjà beaucoup de personnes incompatibles dans un premier temps, et non on est pas ou on ne peut pas être amis avec la terre entière ça n’existe pas ça  Tomber sur une mauvaise personne ça arrive, pas la peine de faire de la psychologie de comptoir, il faut rester sur du réel et pardonner moi pour ma vulgarité mais c’est peut-être tout simplement un co****d ou une pé****e, c’est comme cela et c’est pas autrement, n’oublier pas que pour retrouver votre confiance votre sérénité votre amour propre vous aller devoir vous battre encore et qui dit combat dit prendre des coups et en mettre, la réalité est ainsi.
    Personnellement j’ai des coup de blues, des souvenirs, avec cette mauvaise personne, je sais qu’elle ment encore à d’autre sur qui elle est vraiment ou qui je suis, mais au final je suis libre, je vie pleinement, certes j’ai eu l’instinct et la force de l’avoir rejeté, même si des fois elle me manque, ça ne dure que 2 toute petite minutes et la réalité me rappelle à elle, ma vie m’appartiens maintenant et je la partage avec qui je l’entends 

    En espérant vous avoir un peu aidé, malgré ma prose un peu trop masculine, je vous envoie toute la force pour vous relever.

    Pépin

    Aimé par 1 personne

    1. @Pépin

      Votre pseudo m’interpelle chaque fois car c’est le nom d’une star dans mon pays. Une chanteuse.
      Je vous ai lu avec attention .
      Je nuancerai votre propos, comparaison n’est pas raison:
      Je vous cite: »Et c’est là où je veux en venir , chacun à sa propre façon d’affronter l’adversité, et j’ai remarqué que beaucoup essayent toujours de s’identifier à des personnes, ou du moins de prendre conseil auprès de livres, ou de sites internet, avec cette démarche sachez que vous ne vous trouverez jamais, ou alors vous trouverez une personnes qui n’ai pas vous, comme ces petites filles ou garçons qui veulent devenir comme leurs stars préférées, avant de s’apercevoir qu’au final ce ne sont que des personnes normales et parfois mêmes des personnes malsaines.”

      les victimes de ce blog viennent chercher du soutien, du réconfort et des pistes, il n’y a pas de réponse absolue ni simple ni unique ni toute faite, ça c’est bien vrai.
      Mais il y a des liens communs et sur ce blog il s’agit du traumatisme PN.
      Certains témoignages répondent à des personnalités proches d’elles, d’autres répondent à des questionnement similaires, mais de là à venir y trouver ou comparer les témoignages à un modèle type, comme cette perspective d’idéaliser et uniformiser les paramêtres d’apparences ou de personnalités dans les magazines people au travers de stars et leurs fans,permettez moi d’en douter.
      Il faut reconnaître aux adultes de ce blog un minimum de personnalité et d’esprit critiques d’où la profusion des échanges diversifiés, et ce même dans la souffrance du moment.
      C’est un blog qui informe, qui communique, hors les “stars préférés” comme vous dites ne communiquent pas spontanément avec leurs fans elles font de la promotion, elles se vendent d’où la notion de fans.
      Ici personnent ne fait de promotion, il n’y a rien à vendre.
      Il ne s’agit pas de s’identifier ni se comparer mais de partager des expériences et surtout communiquer librement dans un objectif de guérison et bien être psychologique, suite à un traumatisme, certains y trouvent leurs comptes d’autres pas c’est comme ça.
      Les histoires sont anonymes sans illustrations personnelles ni intimes, tout le contraire des magazines de promotions d’une image idéalisée de l’être humain.
      Qu’y at-il de mal à s’intruire sur la question du PN ou de l’estime de soi ? C’est une part pédagogique et non une constitution ni une bible ni une loi ou acte de foi, mais une autre piste d’analyse et d’information, car le PN à ses codes, après tout dépend du pouvoir que l’on veut donner aux choses et aux pesonnes.
      Il est cependant humain qu’une personne en souffrance ait plus de chance de vouloir s’inspirer d’ une autre qui ne l’est pas plutôt que de somatiser sur une tierce personne elle même aussi en souffrance. Il s’agit surtout d’avoir un exemple que s’en sortir est une réalité pour qui le souhaite, qui le veut, donc il est peu probable dans ce cas de s’inspirer d’une autre personne en souffrance aussi. Attentition s’inspirer ne signifie pas idéaliser au point d’en être fan puisque le fanatisme est une autre dépendance.
      Vous ajouté : » On se rends bien compte que le chemin est difficile pour tout le monde pour ce relever et avancer, (…)”. Personnellement ce ne fut pas le chemin qui fut difficile, ( bien au contraire il fut salvateur et extrêment instructif, j’ai apprécié chaque étape qui m’a permise de me connaître mieux et m’aimer plus) mais d’identifier la douleur et ses causes qui finallement allait bien au delà du PN au point de pouvoir dire que ce dernier PN dans ma vie m’a sauvé. Parce qu’il m’a déterminé dans mes retranchements à aller chercher ce qui chez moi les attiraient et à trouver la Paix avec moi même. je ne suis pas tout le monde et tout le monde n’est pas moi, mais je suis de ce Monde.

      Peace,

      Aimé par 3 people

      1. bonjour dandoha,

        je pense que l’on c’est mal compris… ou mes images ou exemples mal interprêtés, mais c’est comme ça.

        je ne pense pas que mon message avait besoin d’autant de dissection… il ne reste qu’un ressenti et une vision.

        Et je ne parlais que de rares cas lu sur ce blogue ou autre site qui pense que la réponse est chez les autres.

        comme vous dites « Il faut reconnaître aux adultes de ce blog un minimum de personnalité et d’esprit critiques  »
        Je pense que les adultes de ce blog ont compris ou je voulais en venir.

        bonne continuation.

        peace

        J'aime

      2. Bonjour DANDOHA,

        Tu as raison ce BLOG est indispensable pour nous aider a émerger, je voudrais avoir ton ressenti par rapport à une pensée que j’avais et que tu as écris ; tu dis  »Ce dernier PN m a sauvé  », je l ai tellement pensé aussi, sans jamais le verbaliser car cela était difficile à concevoir, difficile à dire, difficile de penser que… est ce vraiment lui qui m a sauvé ou un dernier instinct de survie, depuis mes 9 mois de recherche et de compréhension, c est la première fois que je le lis, car ma colère s’estompe et je suis bcp plus lucide. J ai voulu croire que cette imbécile dans son processus narcissique, m a enfin permis de sortir de ma propre blessure narcissique, mais je ne l excuse pas, et n’es plus aucune empathie pour ce monstre.
        Et en écrivant je me dis non, ne t accroche pas encore à cette bête en lui donnant toute la reconnaissance, c ‘est toi et toi seul qui t ‘es sorti de cette merde d ’emprisonnement psychologique grâce à une lueur, une éclaircie … et la je pense que je retrouve vraiment l ‘estime que j ai pour moi, et moi seul. Ma colère diminue car je chemine, et comme tu le dis s’est effectivement la ou les causes enfouies de cette position de proie qui sont le plus douloureuses, le cheminement est un soleil qui s’illumine, un ciel qui s’éclaircit… et c ‘est tellement bon de voir que tout n’était pas fini comme il s’évertuait à nous faire sombrer mes enfants et moi !!!!
        Et je souhaite ce parcours a tout le monde, pour éviter de retomber sur ce genre d opportuniste voleur d âme.
        Nini

        Aimé par 1 personne

    2. Bonsoir Pépin
      Je suis d’accord avec vous quand vous dites que chacun à sa façon d’avancer et d’affronter l’adversité.
      Je le comprends comme chacun est libre de choisir la façon dont il va l’affronter.
      Je ne trouve pas antinomique de vivre dans la réalité et d’apprendre des livres que l’on choisit. Apprendre des livres, surtout quand on aime lire, ne signifie pas s’y réduire.
      A titre personnel j’ai beaucoup lu sur ce sujet. J’en avais besoin et ça m’a beaucoup aidé à comprendre ce dont j’ignorais tout il y a encore quelques mois.
      Ce qui ne m’empêche nullement de vivre dans la vraie vie et de me confronter à la réalité, la mienne et certainement pas à des réalités virtuelles ou puériles.
      Enfin si je partage avec vous l’idée qu’il faille se battre, pour ma part c’est un combat avec moi-même. Pour retrouver ma dignité, ma confiance en moi et mon amour propre, je ne pense pas personnellement qu’il faille nécessairement prendre des coups et encore moins en donner.

      Chacun à sa façon d’affronter l’adversité.
      A bientôt (-:
      Tsippora

      Aimé par 3 people

      1. bonjour tsippora,

        vous venez de résumé en quelques lignes ce que je me suis efforcé d’écrire ou faire comprendre, mais je ne suis pas un homme de lettre :-)…..
        La litterature est importante, mais elle sujet à l’interprétation de chacun, donc lire oui ! mais en faire un cas d’école….
        J’ajouterai que le danger viens aussi que des personnes pensant avoir lu tel et tel sujet fait d’eux des professionels en la matière, mais le fossé entre la théorie et la pratique est énorme ! d’ou mon avertissement ou conseil.

        je vous souhaite une agréable journée tsippora
        Prenez soin de vous.

        J'aime

      2. Bonsoir Pépin!
        Comme quoi on peut se rejoindre en n’empruntant pas le même chemin (-;
        Je vous souhaite pareillement de prendre soin de vous …
        Très belle soirée à tous (-:

        Aimé par 1 personne

    3. Bonjour Pépin,

      Merci de votre participation.

      Vous avez raison, chacun a son parcours, sa perception de la vie et ses objectifs. C’est pour cela que je précise toujours que ce sont des conseils qui sont communiqués sur ce blog et en aucun cas des directives. Chacun fait ce qu’il veut de sa vie.

      Là où j’ai été « gênée aux entournures » (lol), c’est le nivellement par le bas que certaines personnes ont tenté d’imposer et ce n’est pas acceptable. On a le droit de ne pas vouloir retomber dans les griffes du PN sans pour autant être taxé de « fausse victime ». On a aussi le droit de rire et c’est un minimum, d’autant que personne n’est forcé à rester si l’humour n’est pas bon à leurs yeux ;).

      Oui, oui, et oui : l’humain n’est pas automatiquement un Ange de bienveillance. Être empathique ne signifie pas qu’on soit parfait, gentil et dénué de tout défaut. Donc toutes les personnes avec lesquelles nous sommes incompatibles ne sont pas d’office des PN ou confrères. Il peut aussi s’agir d’individus avec des traits de personnalité qui ne correspondent pas à ce que nous sommes. Évitons de juger à l’emporte-pièce.

      Confiance, sérénité et amour de soi sont la plus belle des armures.

      Peace

      Aimé par 2 people

      1. bonjour scarlette,

        rien d’autre à dire !

        bonne continuation

        PS: à trop s’aimer on haït les autres 😉

        J'aime

      2. Ah, Pépin, je suis d’humeur taquine ce matin ;).

        « à trop s’aimer on haït les autres » => L’amour est la seule denrée qui soit inépuisable ! Donc, on peut s’aimer soi-même à profusion… et aussi aimer les autres abondamment.

        Le souci des PN et des narcissiques est justement qu’ils croient aussi qu’il n’y a pas assez d’amour pour tout le monde sur cette planète alors que si, encore faut-il s’entendre sur la définition de ce mot magique. Tout un programme ;).

        Je vous envoie mes meilleures pensées et vous souhaite un excellent w-e

        Aimé par 1 personne

      3. Bonjour Pépin,
        Je vous ai lu avec attention. Je ne suis pas d’accord avec vous sur plusieurs points. Toute personne qui produit une oeuvre, que ce soit un livre ou autre, mérite rétribution. Je pense qu’il n’y a aucun jugement à avoir là-dessus.
        Ensuite, que le contenu soit de qualité ou non…seule le lecteur en juge. C’est son affaire. Vos propos me rappellent les dérives de l’inquisition et ses feux de joie alimentés par les livres et par là-même la dictature/censure cruelle qui a caractérisé cette époque.
        Je ne suis pas réputée pour dire les choses de manière sucrée, vous me pardonnerez donc mes mots s’ils vous paraissent too much.
        Quant à affirmer qu’à trop s’aimer on finit par haïr…que vous dire si ce n’est que je vous invite à aller revoir et méditer sur les différences entre les concepts suivants : égoïsme – égocentrisme – estime de soi – adorer quelque chose – aimer quelque chose – agapê – narcisse.
        L’amour ne fait jamais mal, jamais peur, jamais défaut. Notre langue française ne connait que ce mot pour décliner ce sentiment en bien des façons. d’autres langues par delà le monde connaissent le même mot en parfois vingt subtilités différentes.
        Les lieux communs et généralités sont tout aussi dangereux que la discrimination et le jugement. Jung disait : « Juger, c’est éviter de penser »…
        😉

        Isabel

        J'aime

      4. Bonjour Isabel

        Il est un poil exagéré de parler d’inquisition avec les propos de Pépin. ça va un tantinet trop loin pour le coup ;). Que Pépin ait sa propre idée sur l’utilité des livres et autres supports, oui, mais il n’a jamais dit qu’il fallait les brûler pour autant. Il a raison sur le fait que chacun doit se faire sa propre opinion tout en évitant justement les raccourcis et les étiquettes collées à la va-vite.

        Sa phrase sur la haine des autres liée à l’amour de soi n’a rien de surprenant dans le contexte judéo-chrétien qui est la base de notre société, quoi qu’on en dise. Rien de surprenant à ce que de nombreuses personnes confondent amour de soi avec égoïsme. Je ne pense pas que Pépin ait eu une intention aussi négative dans son commentaire. Il exprime une opinion qui renforce quand même l’autonomie émotionnelle de chacun ainsi qu’une plus grande confiance en soi nécessaire.

        Aimé par 1 personne

  5. Très bon article comme toujours mais j’ai cette fois une petit souci de compréhension. Pourriez vous m’expliquer en quoi renoncer définitivement à l’amour fait tomber dans le même schéma que le pn? Il y a là un lien que je ne fais pas…

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Géraldine,

      Le pervers narcissique est dénué d’amour. Si on y renonce également parce qu’on a été victime d’un pervers narcissique, on s’aligne sur le même mode de fonctionnement que lui.

      Renoncer à l’amour parce que cela ne correspond pas à notre envie, OK, mais cela doit venir exclusivement de nous et pas suite au traumatisme et à l’amertume qu’il entraîne.

      C’est un peu plus clair ?

      Aimé par 1 personne

      1. Le lien étant de ne pas aimer d’accord. Le pn est dénué d’amour nous sommes tous d’accord la dessus mais si j’y renonce volontairement cela ne veut pas dire pour autant que je n’en ai plus. Quand je dis volontairement, j’entends par là que j’en suis bien consciente et que je fais tout pour ne plus avoir à aimer ni être aimée d’un homme, par contre je ne sais pas si j’y ai renoncé à cause de lui ou parce que je l’ai décidé, ce que je sais c’est que je le vis bien, que je ne me sens plus perdue même si je vis seule et isolée. alors si j’ai bien compris, si ça vient de moi il n’y a pas de souci, si ça vient du traumatisme c’est que je suis le schéma du pn?!

        Aimé par 1 personne

      2. La confusion se fait entre « devenir comme le PN » et suivre le « mode de fonctionnement du PN », je pense ;).

        En gros :
        – Si vous choisissez librement de ne pas avoir d’amour sentimental dans votre vie (ce qui ne vous empêche pas de l’exprimer et le ressentir sous une autre forme), c’est que cela va dans le sens de votre cheminement personnel.

        – Si vous avez PEUR de vous faire avoir de nouveau et que, par conséquent, vous choisissez l’évitement et le repli alors c’est que le PN vous aura transformée négativement et que vous poursuivez l’abus.

        Vous écrivez « Je le vis bien » donc c’est que cela correspond tout simplement à votre vibration du moment.

        Peace 😉

        J'aime

      3. Scarlett.

        Je réagis sur votre commentaire concernant le fait qu’on pourrait renoncer à l’amour parce que le PN a déteint sur nous.
        Cela me rappelle une conversation lors de la séparation (encore en cours ) :
        PN : tu comptes te remettre avec quelqu’un juste après ?
        Moi : Non, je veux prendre du temps pour moi
        PN (tout sourire et limite joyeux) : c’est moi qui ai réussi à te dégoûter à ce point ?
        Moi (ne voulant pas le peiner) : non, non, je veux juste m’occuper de moi. et toi, tu comptes de remarier ?
        PN : moi, peut-être.

        Bon, ça c’était avant de savoir que c’est un PN. Du coup, j’étais triste qu’il soit si prêt à me remplacer. Un jour, je raconterai cette expérience.
        Aujourd’hui, je réalise que cette décision de ne plus avoir de vie sentimentale n’est pas la mienne mais celle du PN qui s’est insinué en moi (comme beaucoup de décisions). Cet article me fait réaliser que j’aime, que j’ai de l’amour pour moi et pour les autres et que j’ai le droit de le partager. Merci.

        Il me faut encore le temps que la séparation soit officielle et surtout que je me connaisse mieux…… toutes ces choses qui font de moi celle que je suis. Mais là, tout de suite, je décide de ne plus fermer mon coeur et de laisser l’amour qu’il y a en moi rayonner vers moi et vers le monde.

        Aimé par 1 personne

      4. Bonjour belle Guerrière

        Que j’aime votre pseudo !

        Les PN et leurs confrères ne sont jamais dans la relation émotionnellement. Ce qu’ils cherchent : une fonction et des traits de caractère nécessaires pour remplir cette fonction. Malheureusement, on peut vraiment parler d’une mauvaise rencontre quand on a été dans les griffes d’un tel individu. Vous étiez là au mauvais endroit, au mauvais moment et une autre que vous aurait pu être « sélectionnée ».

        Donc, il n’y a pas de lien entre le PN et vous. Le seul qui existe est de vous à lui, c’est à sens unique malgré les apparences qui peuvent évoquer le contraire. Je l’a déjà écrit par là mais le PN ne veut pas de « relation », c’est simplement un prétexte pour asseoir son contrôle sur une victime qui ne soupçonne rien. Logiquement, une fois que le game est terminé, il passe à la suivante dans la file d’attente.

        Votre logique (et celle de la plupart des personnes) est d’avoir une relation basée sur un principe de monogamie (laissons de côté les valeurs essentielles de tout être humain car ce serait aller bien trop loin pour une raclure comme le PN).

        La logique du PN est de maximiser les sources de nourriture narcissique (êtres humains) afin de valider sa toute-puissance et d’être certain d’avoir toujours du stock.

        Naturellement, ces deux visions ne se recoupent jamais sauf dans votre esprit. Un PN n’est jamais monogame (idem pour les narcissiques), il camoufle juste beaucoup mieux les autres victimes tant qu’il a besoin de vous fidéliser. Une fois que vous êtes acquise, soudainement, les autres commencent à apparaître comme des Pokémon ;).

        Prenez le temps qu’il vous faut pour guérir mais ne renoncez pas à l’amour par peur, par amertume, par rage ou je ne sais quelle émotion instillée par l’individu. Honnêtement, une fois que vous sortirez du nuage toxique, vous verrez cet homme pour ce qu’il est : un pauvre idiot, un vampire incapable d’élever ses pensées au-dessus de sa condition de sous-humain. Vous valez beaucoup plus que lui, la gamme de vos émotions est tellement étendue qu’il a voulu vous détruire pour ne plus être exposé à tant de potentiel.

        Mes propos ne sont pas motivés par la haine du PN mais par une observation des faits. Regardez bien le comportement de cet homme, analysez ses propos. Il a détecté votre richesse sinon il ne vous aurait pas parasitée et maintenant qu’il est en position de force (dans sa tête de déséquilibré), il tente de vous persuader qu’il était votre « meilleure option ». Rien n’est plus faux ! Il a été le pire du pire de ce que vous auriez pu rencontrer comme lâche. Les vrais hommes existent et ils respectent les femmes.

        Vous aimerez vraiment, et pas une image mais la réalité.

        Prenez bien soin de vous, Guerrière.

        xoxo

        Aimé par 2 people

    2. Bonjour Scarlett,
      Comme à chaque fois, je perçois à travers les mots énormément de sensations/émotions. Je les traduis ensuite en images. J’ai conscience que ça puisse paraître démesuré parfois et aussi qu’on puisse en être heurté.
      Je reconfirme ne chercher à agresser personne ; les mots/triggers sont porteurs d’émotions. En tant qu’aspergirl, je ne sais pas exprimer les choses autrement.
      Les propos de Pépin m’ont paru réducteurs à bien des égards. Mais je parle de ses propos, pas de lui en tant que personne.

      Isabel

      Aimé par 1 personne

      1. Oui, Isabel mais justement en parlant de mots, « inquisition » est porteur d’un message très fort. Et pour le coup, c’est un sacré trigger ;).

        J'aime

  6. @Scarlett

    J’ai presqu’entendu ta voix à la fin dire ceci:
    Devoir à noter à toutes les victimes qui sont sur ce blog.
    Enoncé:
    Vous m’étudierez ce passage pour la semaine prochaine. Devoir écrit.
    Puis vous vous le réciterez chaque jour au réveil.

    Personnellement toute victime qui manifestera un sentiment de doute et de dévalorisation dans son post, je lui communiquerai le lien afin qu’elle se remémore combien elle à une identité propre.
    Le véritable échec c’est de s’abandonner et non de se tromper.

    Peace,

    Aimé par 3 people

  7. Je pense que je l’ai choisi mais par peur et si je le vis bien c’est que j’ai appris à vivre avec (ou plutôt sans) et que ça ne me manque pas. C’est en quelque sorte devenu une forme de sécurité pour moi. Je ne savais pas vraiment ou j’en étais dans mon avancée, il semblerait que je sois encore loin de là ou je pensais être arrivée.
    Merci d’avoir prit du temps à me répondre, je vous souhaite à tous et à toutes une bonne soirée et du courage à la pelle pour celles et ceux qui en ont besoin.
    Amitié.

    Aimé par 1 personne

    1. Hi@Géraldine,

      Peut être que si vous commenciez par TUER le PN dans votre tête, vous ne ferez plus la confusion. Vos écrits montrent bien que en dépit de la séparation son ombre habite avec vous parce que vous l’y avez emmené en y pensant. Votre raisonnement est quelque peu confus en termes d’identification, est moi qui parle ou le PN à travers moi?
      Est ce que je réagit par rapport au traumatisme ou de mon prope chef.
      Exemple je vous cite : « Je pense que je l’ai choisi mais par peur et si je le vis bien c’est que j’ai appris à vivre avec (ou plutôt sans) et que ça ne me manque pas”
      vous réagissez avec le réflexe de quelqu’un qui se bat contre une ombre celle du PN. Il faut d’abord mettre en place un processus de deul d’une situation d’emprise qui a pris fin avec votre départ. Ne la poursuivez pas dans votre esprit. Vous comprenez

      Peace,

      Aimé par 1 personne

    2. @Géraldine

      Avez-vous une pratique méditative ? Je vous conseille cela pour l’écoute de soi et le centrage. Quand vous sortez d’une relation avec un PN, votre centre a été déplacé de vous vers le toxique. En lui donnant 99% de votre temps, de votre énergie, de votre attention, vous avez fait de cet individu le centre de votre existence, son point de mire. Il est important de resituer ce point de mire en vous.

      Ainsi, vous verrez que vous n’avez pas besoin de rempart, de vous isoler. Si vous développez des limites en vous (Qu’est-ce qui est acceptable pour moi / Qu’est-ce qui n’est pas acceptable ?) et un amour de vous suffisant, vous pourrez marcher au milieu des PN, discuter avec sans en être victime. Un PN ne peut pas vous atteindre si vous vous aimez. ça n’a rien de métaphysique à ce stade : si vous vous aimez, vous savez dire les deux mots magiques : STOP et NON. Et vous savez aussi à quels moments les dire.

      Le plus difficile est d’apprendre à détecter les drapeaux rouges et de savoir mettre une distance quand vous les voyez apparaître. Vous n’avez pas besoin de rester enfermée toute une vie pour cela.

      Néanmoins, suivez votre vibration du moment. Elle évoluera avec le temps et une meilleure connaissance de vous-même.

      Prenez bien soin de vous.

      Aimé par 2 people

  8. Hi@Guerrière

    Vos intentions sont louables.
    je vous cite : « Il me faut encore le temps que la séparation soit officielle et surtout que je me connaisse mieux…… toutes ces choses qui font de moi celle que je suis. Mais là, tout de suite, je décide de ne plus fermer mon coeur et de laisser l’amour qu’il y a en moi rayonner vers moi et vers le monde.”

    Si vous êtes encore sous le même toit avec le PN , cela vous sera impossible. Pour y parvenir il faut une séparation géographique donc physique avec le PN pour mettre en place ce processus de se reconnecter avec l’estime de soi.
    Peace,

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Dandoha.
      Merci à vous et Scarlett et aux merveilleuses personnes qui postent ici. Je reviens lire chaque fois que je me sens flancher. J’ai quitté le domicile conjugal. Mais ce dernier doit être vendu avant que nous ne lancions la procédure de divorce. La séparation n’a donc été actée que par mon départ (moins d’un moi, avec mon enfant ^^)
      Ce que je voulais dire est qu’une relation, actuellement, serait un adultère.

      Je sais que je m’aime. Je navigue encore entre « est-ce moi la PN » / « mais quel monstre ce homme » / « comment ai-je pu me laisser aller à ce point » / « c’est la faute à mon père PN ». Et les phases où je vis sans penser à eux, je fais des choses pour moi, …. Je suis à 65% si on devait faire une jauge du chemin à parcourir vers soi 🙂

      J'aime

      1. Chère Guerrière,

        Vous avez résumé le bien-fondé de mon dernier article dans cette seule phrase :
        « Je sais que je m’aime. Je navigue encore entre « est-ce moi la PN » / « mais quel monstre ce homme » / « comment ai-je pu me laisser aller à ce point » / « c’est la faute à mon père PN  »

        Si vous vous aimiez vraiment, vous ne regarderiez même plus l’étiquette PN mais le COMPORTEMENT de cet homme qui est quand même votre mari, en passant. C’est ce qui me désole autant. Les personnes préfèrent se focaliser sur ces deux mots « perversion narcissique » plutôt que d’analyser avec leurs propres yeux et leur propre ressenti l’attitude des autres et de conclure par eux-mêmes si elle est acceptable ou pas.

        Notre société est une fabrique de victimes. Ce n’est absolument pas contre vous, c’est simplement un horrible constat. Essayez de raisonner dans l’autre sens : rassemblez la liste des comportements qui vous ont fait du mal et mettez-les en regard avec vos propres valeurs puis tirez la conclusion = > EST CE OK OU PAS OK SELON MES CRITERES ?

        La vraie question est de savoir :

        1) Si on vous respecte
        2) Si c’est important POUR VOUS d’être respectée

        Prenez les commandes de votre vie !

        Aimé par 1 personne

      2. @Guerrière

        Un pied devant l’autre, un jour après l’autre ma douce. Demain ne nous appartient pas .
        Et restez positive déterminez et ne raisonnez pas en fonction du PN, mais uniquement en fonction de vous.
        Peace,

        Aimé par 1 personne

      3. Et ben, là tout de suite, j’ai ma réponse : Non, ce n’est pas OK pour moi et Oui je mérite d’être respectée, par moi même et les autres.
        Merci pour ce coup de pied 🙂

        Aimé par 1 personne

      4. Nous y sommes, chère Guerrière !

        Ma réponse ci-dessous ne vous est pas exclusivement adressée, elle est valable aussi pour les autres lecteurs ;).

        99% des personnes qui m’écrivent se comportent comme des poupées sans volonté. Elles n’ont absolument aucune conscience de ce que le mot « LIMITES » signifie, ce qui les qualifie d’office pour une vie de victime, et surtout de victimisation (se réfugier sous la fameuse couette de « Je ne peux rien faire pour changer et tout est de la faute du PN, donc de l’autre »).

        Il y a une différence majeure de disposition d’esprit entre une personne qui est au stade initial et qui ne comprend pas qu’il s’agit de manipulation, qui croit en toute bonne foi en la sincérité de l’autre ; et une personne qui a déjà fait le travail de constat de l’existence d’une toile de mensonges + d’un refus de changer de la part de l’autre MAIS qui continue pourtant à s’interroger uniquement sur l’autre et pas sur ce qu’elle juge acceptable/non acceptable. Et tout cela à cause de l’étiquette « PN ».

        Grande nouvelle : les gens vous traitent avec le même niveau de respect que celui que vous vous accordez. Autrement dit, il n’y a pas que les PN qui vous manqueront de respect mais également des personnes empathiques qui seront susceptibles de prendre avantage de votre absence de limites personnelles
        .

        Si vous ne pouvez pas définir quel traitement on doit vous témoigner pour être digne de partager votre intimité, ce ne sont pas que les PN qui vous piétineront mais bel et bien l’ensemble des personnes qui verront une possibilité de se satisfaire à vos dépens. C’est le monde dans lequel nous vivons.

        Le profil PN est un extrême mais pour rappel – et ça a du mal à être intégré – => les humains (non prédateurs) ne sont PAS DES ANGES. Chacun doit avoir des limites et une estime de soi suffisante pour vivre en toute sécurité.

        Peace 😉

        Aimé par 3 people

      5. C’est exactement comme ça que je me sentais : une poupée sans volonté. Tout m’allait : de l’eau ou du vin / salade ou frite / ….. Ce sont des exemples simples mais dans tous les domaines de la vie, je n’avais aucune préférence , je voulais bien ce qui allait à la majorité.
        Bref, pour moi, il ne n’agit pas seulement de prendre conscience de l’existence de ´méchants’ mais aussi d’apprendre sur soi. Et cela passe par ces interrogations. Elles me permettent de définir la limite que j’aurai dû poser et d’apprendre à agir comme il faut (pour moi) par la suite.

        Je me suis fait la réflexion que j’étais comme ces personnes qui ne sentent pas la douleur. Elles peuvent se brûler et ne rien remarquer. Sauf que la peau est abîmée. Il en est ainsi, je me brûlais sans le sentir.

        Aujourd’hui, j’arrive à sentir la douleur et donc à poser une limite. C’est un immense pas de plus pour moi. Car cela a engendré de la culpabilité et j’ai dû la surmonter et me dire stop. C’est ton droit, prend le.

        Aimé par 1 personne

      6. Bonjour Guerrière

        Vous avez tout compris 👌. Vous focaliser sur votre ex ne résoudra pas le problème car ses ccongénères sont nombreux et ce ne sont pas les seuls. Ce qu’il faut changer, c’est votre approche des autres et de la vie ainsi que développer une meilleure connaissance de vous même.

        On traite le symptôme mais il faut aussi s’attaquer à la racine du mal sinon il est amené à se reproduire, sous un autre visage.

        Peace 😇

        Aimé par 2 people

      7. Bonsoir Guerrière
        L’image de la brûlure me parle …
        Cette douleur de fou qu’on anesthésie sans substitut
        Mais je crois que le corps parle et nous reste fidèle en montrant de toutes les façons qu’il le peut tout ce qu’on souhaite se cacher …
        Plein de courage guerrière pour la reconquête de toi-même !

        J'aime

  9. Bonjour à tout le monde,

    je partage avec vous ce livre qui est une bible pour nous les femmes, et surtout pour celles qui viennent de traverser le désert ou qui sont en plein périple… Dandoha parle de reconnexion à l’estime de soi, c’est de ça dont il s’agit, réapprendre à être en phase avec son moi profond et reconnaître l’importance de notre intuition.

    Un véritable bijou : Femmes qui courent avec les loups de Clarissa Pinkola Estés

    Bien à vous toutes et tous et merci Scarlett pour tant de pertinence au fil des articles,

    «Si vous traversez l’enfer surtout, continuez d’avancer !»

    Aimé par 2 people

  10. Bonsoir, quel texte ! Merci Scarlett 💓 Depuis quelques jours je doute de moi suite à une pseudo relation d’amitié avec une femme malveillante. Et pourtant la relation est terminée depuis quelques mois. Et ce texte précis, précieux, profond, salvateur… tout simplement beau en fait, tombe à pic. Il semble avoir été écrit pour moi mais à 99,999999999999999 % seulement😉 Après avoir lu ce bijou de bienveillance, je me dis que ce serait vous insulter si je ne me voyais pas avec un autre regard. Alors dès maintenant je vais veiller à ne pas vous insulter jusqu’à la fin de mes jours. Merci, merci.💓💓 Longue vie à votre blog……. Peace, love and unity.

    Le 9 sept. 2016 15:12, Le Pervers Narcissique – Survivre à labus

    Aimé par 2 people

  11. Bonjour,

    Malgré que je ne suis plus très active sur le site, je reste continuer à lire les articles qui m’aide beaucoup et dont je remercie ce blog ainsi que Scarlett.
    Et je trouve cette article encore une fois tellement vrai et plein de bon conseil.
    Nous parlons toujours du mal que le passage d’un pn puisse produire dans notre vie, mais malgré cette descente en enfer, ils nous donnent l’occasion de ce reconnecter à nous même et de découvrir enfin nos failles.
    Je n’avais aucun amour propre avant de connaître ma pn. Dû probablement au fait que durant mon enfance mon père ne montrait aucune affection à mon égard et que mon frère était l’enfant parfait de tous le monde. Si je n’étais pas aimable des autres, pourquoi le serais-je envers moi-même? C’est sur cette faille que ma pn c’est appuyé fortement. J’étais perdu avant de la connaître. Je me disais que si rien de changait dans ma vie, je m’en irais de ce monde pour mes 30 ans. Le but était de faire une fête pour dire au revoir au gens que j’aimais, de partir en voyage et de ne plus revenir. Voilà quel était mon état d’esprit avant ma rencontre et je sais que j’en aurais été capable sans que personne ne se doute de rien.
    Mais pour ma part, cette rencontre avec mon pn, m’a, apres avoir été anéanti dans un 1er temps , ouvert l’esprit. Apres son passage, tous s’écroule et c’est là qu’on peut commencer à reconstruire sainement si on apprend on se connaître soit, ces valeurs, ces failles, … En surtout l’amour propre. Difficile à l’atteindre quand on nous a appris le contraire mais qui fait un bien fou quand on s’y rapproche.
    Je vais avoir 30 ans tres bientôt. Et malgré que la route est longue pour retrouver son amour propre, je me sens renaître d’une nouvelle personne heureuse.

    Je vous souhaite à tous beaucoup de courage et beaucoup d’amour propres 🙂

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour Sophie.

      Je réagis à votre commentaire, car hasard ou pas, j’ai connu cette configuration et m’étais aussi fixée la limite de 30 ans. J’y suis presque mais je vois maintenant cette échéance autrement.
      Bon cheminement.

      J'aime

    2. Bonsoir Sophie
      Je ne connais pas ton histoire mais ce passage du 10 septembre, quand tu parles de « partir » pour tes 30 ans, me rappelle une des « perles » que j’ai « offerte » à la future pn à laquelle j’ai bien sûr naïvement (pour ne pas dire connement) ouvert mon coeur… Après quelques semaines de fréquentations non intensives, c’est à dire très peu d’heures de discussion, çà ressemblait à çà : « A 18 ans j’espérais ne jamais avoir 30 ans. À 32 ans j’espérais ne jamais avoir 40 ans et là, j’espère ne jamais avoir 50 ans ». Et quelques jours plus tard, elle propose de me prêter un livre sur le suicide (un roman au 2e ou 3e degré, mais elle me dit j’ en ai d’autres à te prêter, des plus hard, ça sera progressif). J’ai fait le lien assez vite, mais comme le livre était comique, je me suis dit que c’était peut-être une façon de dédramatiser. Bien sûr, je n’ai pas posé de question…. Même si aujourd’hui, sur le fond je n’ai pas beaucoup changé d’état d’esprit sur mon futur, cette Personne Nihiliste (qui avait trouvé pour son plaisir un os à ronger, un jouet à détériorer méthodiquement pour occuper son temps libre) m’a ouvert les yeux sur mes faiblesses. Le suicide n’a jamais été une option pour moi. Cette « chère » Petite Naze était donc à côté de la plaque. Sauf peut-être si elle avait réussi à me garder dans ses filets plus longtemps… Grâce à elle et à toutes les personnes intéressantes intervenant sur ce blog – y’en a beaucoup ! – (allez ! tout le monde dans le même sac ! 😉 Pour la bonne cause, pragmatisme oblige), je comprends un peu mieux les autres et moi-même. Je progresse lentement, mais j’espère sûrement. Que ce soit à 50, 60, 80 ou 100 ans, une chose est sûre, je mourrais, moins CON que si c’était arrivé il y a quelques mois ou avant.
      PS : Dans ma petite tête et mon « grand coeur malade » j’espérais naïvement une relation amicale
      et elle, dans sa GROSSE TETE et son cœur genre pois chiche avait déjà élaboré une guérilla genre cannibale émotionnelle et mentale.
      PS 2 : Dommage pour ma culture personnelle : je n’ai pas eu la « chance » de lire un 2e livre sur le suicide. Mais en avait-elle d’autres ? C’est même pas sûr ! En plus, je crois bien qu’elle a acheté le 1er exprès pour moi. Quelle générosité !

      Bon courage,
      Bonne continuation.

      J'aime

  12. @Scarlett et à Tous les lecteurs de ce blog

    @Scarlett à parfaitement résumé ce qu’il faut comprendre, intégrer et retenir :

    « Grande nouvelle : les gens vous traitent avec le même niveau de respect que celui que vous vous accordez. Autrement dit, il n’y a pas que les PN qui vous manqueront de respect mais également des personnes empathiques qui seront susceptibles de prendre avantage de votre absence de limites personnelles.”

    ABSOLUMENT PARCE QU’EN REALITE ON ATTIRE CE QUE L’ON EST.
    PARCE QU’IL IL N’Y A JAMAIS DE HASARD DANS LA VIE DONC TOUT ARRIVE POUR UNE RAISON.

    Peace,

    Aimé par 4 people

  13. Happy Sunday!!!! 😎 @Tsippora @Scarlett et aux intervenants de cette page,

    Tellement fort ton message, je cite : « Bonsoir Pépin!
    Comme quoi on peut se rejoindre en n’empruntant pas le même chemin (-;
    Je vous souhaite pareillement de prendre soin de vous …
    Très belle soirée à tous (-:”

    Lors de ma dernière visite en Europe , j’avais RDVS Boulevard Pereire, persuadée d’être à la bonne adresse, je fus étonnée de ne pas y trouver mon rdvs, je l’appelle et lui explique ma position, c’est alors que ce rdvs m’explique que je me trouve au NORD du Boulevard alors que l’addresse se situe SUD du Boulevard….
    Comprenne qui pourra …. 😉

    Maybe Monday !!!!😜

    J'aime

      1. Hello@Isabel

        😂😂😂😂😂😂 Je ne m’attendais vraiment pas à celle là mais elle est pas mal du tout 😂😂😂😂

        Plus sérieusement, il faut constater au travers de certains témoignages refractères ou sur la défensives qu’il existe un sentiment de tristesse et d’amertume qui peut s’étaler dans le temps et dans la reconstruction en dépit du travail de guérison. C’est ce qui peut différencier certains cas post PN, selon moi. En fonction des pistes de réflexions qu’entreprend tout un chacun durant la reconstruction. Il y a ceux et celles qui ont soif de découvrir pour comprendre sans être pour autant dans la crainte d’avoir confirmation sur ce qu’ils précentent de fragile et vulnérable chez eux, et puis il y a ceux et celles qui ne sont pas disposés ou prêts à entamer ce travail ou encore ne sont ouverts à l’idée que jusqu’à un certains degré pour X raisons. Pour ces derniers et dernières, l’attitude défensive ou le déni sont plus probants. Revenir sur son parcours afin de se réorienter n’est pas à la portée de tous, il faut beaucoup de distance sur soi pour le faire. C’est pour cela qu’on rencontre des cas de victimisme chronique ou encore une certaine rigidité voire agressivité dans les réactions.
        il y a des gens pour qui se réorienter ou recommencer fait peur parce que ce processus sous entend une remise en question de soi. Et sans cette capacité en effet la Boussole ou le GPS ne sont que des outils qui sont mal utilisés pire inutilisables.
        Il n’y a pas plus dure combat que celui qu’on mène contre soi même, quand on associe combat à changement, alors qu’il ne s’agit pas de se changer ce n’est pas possible, mais de changer son attitude, son approche des choses et des gens.

        Merci pour le fou rire 😂😂😂
        Ton sens de la répartie m’a rappelé une émission radio que j’ai tant appréciée en Europe voilà des années #ThroughBackThursday 😂:
        “Les grosses têtes”, dont le commentateur était Philippe Bouvard , il y avait une comédienne Isabelle Mergeaux (j’ai d’ailleurs tout fait pour ramener avec moi les podcasts de cette émission après mon séjour 😂😂😂, je m’amusais à retenir certaines répliques par coeur 😂😂😂

        Stay Blessed,

        Aimé par 2 people

    1. Salut Dandoha !
      Tu n’as pas perdu le nord visiblement mais moi je suis à l’ouest !!!
      Rien compris ^^
      Et pas de boussole Isabel pour me retrouver dans ce labyrinthe dandohesque !
      Hypothèse : « bien qu’on veuille, qu’on pense, arriver au même endroit on ne se retrouve pas forcément ? »
      Ok je sors !!
      J’aurais du commencer à vous lire après une nuit de sommeil ! 😀

      PS : Dandoha quand on a RDV quelque part, il faut le nom de la rue ET le numéro !!
      Je sors !!!

      Aimé par 2 people

      1. Rire rire rire rire !!!!!!
        En plus j’ai réussi à faire un émoticône !
        Je retente juste pour voir si ça marche 😀

        Bisous les filles !!! (Rhooooo pardon!) et les garçons 😉

        Aimé par 1 personne

      2. Hi @Tsippora,

        Je fesais allusion à ta réponse @Pépin,
        que je partage totallement, puis @Isabel
        10 SEPTEMBRE 2016 À 12 H 49 MIN dans son poste à mentionné le caractère “inquisitoire” de la réponse de @Pépin vis à vis de mon témoignage du 9 SEPTEMBRE 2016 À 19 H 34 MIN , (celui par lequel je réponds à son prémier post ) où il me dit ceci: « comme vous dites « Il faut reconnaître aux adultes de ce blog un minimum de personnalité et d’esprit critiques »
        Je pense que les adultes de ce blog ont compris ou je voulais en venir.
        bonne continuation.”.
        Personnellement je n’ai pas juger bon d’y répondre. Mais @Isabel a relevé ledit passage, c’est alors que j’ai raconté mon histoire du RDVS pour appuyer sa déclaration (@Isabel) et lui monter que j’avais bien perçu un jugement chez @Pépin, mais ne me sentais pas du tout concernée, c’est son opinion à lui pas la mienne. C’est alors qu’ @Isabel et moi avons dévié sur la boussole et le GPS 😂😂😂😂. Je me suis par mon anecdote de l’adresse donc, (pour laquelle j’avais et numéro et rue sauf que au Nord et au Sud existent le même numéro 😂😂)tournée en dérision pour rester sur une note positive. Et finallement dans mon post du 11 SEPTEMBRE 2016 À 20 H 08 MIN j’ai élaboré sur le pourquoi de mon anecdote du RDVS qui exprime tout comme ton post que on peut vouloir parvenir à la guérison mais si on y prend le chemin de l’amertume en étant réfractère on a de fortes chance de se tromper de destination. Toi @Tsippora tu es sur le bon chemin tu es très positive et tu n’hésite pas à te remettre en question pour ne plus replonger dans un drame PN.

        Mais faut croire que @Isabel toi et moi sommes bien déterminées comme bien d’autres sur ce blog à ne pas nous prendre au sérieux ni se prendre la tête 😂 😂 😂 😂 😂
        I love it guyz,
        Take care,

        Aimé par 1 personne

  14. Good Day@Guerrière

    Peut être que ce que vous décrivez pourrait être résumé ainsi?
    Le syndrome de la grenouille cuite : incapacité à réagir à une maltraitance subtile
    La grenouille cuite a dépensé toute son énergie à s’adapter aux circonstances et lorsqu’arrive le moment critique, elle n’a plus la force de mettre à l’abri du danger.
    http://amelioretasante.com/le-syndrome-de-la-grenouille-cuite-incapable-de-reagir-a-une-maltraitance-subtile/

    Si c’est le cas, la solution se trouverait ici:
    Parfois, quand quelqu’un vous mène jusqu’au précipice, vous découvrez que vous pouvez voler
    Le simple fait de se rapprocher de ce précipice est déjà un acte de courage. Au-delà de l’abîme et des difficultés, il existe un monde de possibilités qui en vaut la peine.
    http://amelioretasante.com/parfois-quelquun-mene-jusquau-precipice-decouvrez-pouvez-voler/

    Il n’est jamais trop tard pour faire ce que l’on aime
    Ce que nous négligeons le plus dans notre épanouissement, c’est nous-même car nous sommes paresseux, nous avons peur de l’échec ou de sortir de notre zone de confort.
    http://amelioretasante.com/nest-jamais-tard-faire-lon-aime/

    peace,

    Aimé par 1 personne

    1. Hi dandoha !
      La deuxième partie de ta réflexion parle de moi… alors que tu ne me connais pas. C’est ça la magie de ce blog, non ? !! Ton histoire de précipice me fait penser à un face à face avec un ours. Entre un face à face avec un ours ou avec un PN, y’a pas photo, c’est par l’ours que je veux être mis en danger même si je n’ai jamais croisé d’ours. Lui au moins ne prendra pas du plaisir à me « bouffer ». Et donner du plaisir à un PN ? C’est pas du gâchis ça ! Je me la pète peut-être mais j’ai trop envie de croire à mon film.
      Move, love, innove – c’est une partie du programme que je pense devoir suivre mais je sais que c’est pas gagné. Quand on part de loin, le chemin est long même pour aller pas beaucoup plus loin, je crois.
      Mais des gens comme toi, Scarlett et tous ceux qui témoignent ici ne peuvent que me faire avancer.
      Life is à bitch, rien en vue comme autre solution.
      Human is the worst of the nature, y’a pas d’autre option.
      Mais faut faire avec tout ça, alors « on va essayer »… d’y arriver… avec l’appui de toutes les bonnes personnes rencontrées par hasard ou pas… sur ce blog… ou ailleurs.
      Peace + love + unity + safe = PLUS

      Aimé par 2 people

      1. Hello @Greg Des,

        Man you gonna go far!!!!

        La seule façon de parvenir à créer son propre paradis surcette terre magnifique nécessite que l’on se connaisse avant tout afin de déterminer où on veut aller.
        Nous serons toujours à un moment du parcours à la croisée des chemins, et oui les démons sont très très malins mais pas quand on sait qui on est!!!!
        I am not worried about you, ma dear,
        You got it !!!
        Live, Love,Life love living 😎

        Aimé par 1 personne

    2. J’adore ce conte ! Je m’y suis identifiée très souvent. C’est exactement ce qui se passe dans la manipulation. L’abus est progressif et subtil et génère une dégradation lente dont on ne prend pas conscience justement parce que c’est lent et subtil, par petites touches … Cela échappe à notre conscience et ne suscite pas de révolte ou d’opposition.
      Du même auteur (Olivier Clerc) et dans le même recueil il y a la fable du bambou chinois qui donne de l’espoir.
      En quelques mots :
      Plantez une graine de bambou chinois et il ne germera rien la première année. Rien la deuxième. Rien la troisième ni la quatrième. Mais la cinquième année il va pousser de 12 mètres en un an !
      La philosophie de ce conte c’est que la croissance des choses peut être invisible et peut avoir besoin de fondations profondes et solides et que parfois ça prend du temps. Certains changements que l’on croit brusques sont la conséquence d’une lente évolution mais qui ne nous est pas perceptible …
      Belle croissance à tous ! (-:

      Aimé par 3 people

      1. Salut, tsippora
        Cool et mignons tes petits poèmes de la LOOSE ! ☺
        Si ça te dit une devinette ? quel est l’envers de PN ?
        Bonne journée

        J'aime

      2. L’envers du PN ??

        « toi, plus moi, plus tous ceux qui le peuvent
        Plus lui, plus elle et tous ceux qui… » les reconnaissent et ne se reconnaissent pas en eux !
        (pardon à l’auteur de la chanson que je ne connais pas!)

        En vrai je sèche ! 😀

        Aimé par 1 personne

      3. Salut Tsippora
        Je suis plus pervers que toi là-dessus ! 😉
        La réponse est simplement NP comme

        Nabot
        Pourri

        Néant
        Puissance 1000000000000…..

        Noooooon !
        Pas çà !

        Nuisible
        Perpétuel

        …. Et un milliard d’autres « NP » pas gentils mais qui défoulent !
        On s’amuse comme on peut…
        Bonne soirée.

        J'aime

    3. Hello Dandoha,
      Tout le monde ou presque connait la définition du mot anglais LOSER. A priori, c’est pas très enviable comme qualificatif. Ça serait cool de pouvoir envisager d’autres définitions possibles. Celles qui suivent sont du domaine du rêve mais ça peut pas faire de mal de voir la LOOSE autrement. J’ai inventé çà vite fait ce matin.

      Les
      Objectifs
      Sont
      Encore des
      Reves

      Les
      Obstacles
      Sont
      Emplient de
      Réjouissances

      Laisse
      Oser
      S’affirmer ton
      Estime de toi
      Ravagée

      Lache-toi
      Ose
      Secoue-toi
      Embellit
      Relativise

      Si tu as une ou plusieurs définitions de LOSER dans ce genre, je VEUX BIEN lire çà… En plus comme tu me connais au moins un petit peu, j’attends la DEF. qui tue !! 😉

      Salut

      Aimé par 2 people

      1. J’adore ça !! C’est un super idée ^^
        Je tente :

        Libre tu deviens et pourras
        Obtenir la fin de ta
        Servitude et retrouver ton
        Energie, ta vitalité pour une
        Richesse renouvelée !

        Lave ton esprit et ton corps
        Obstinément des
        Souvenirs toxiques qui t’
        Envahissent sans
        Relâche !

        L’amour apporte
        Ouverture
        Sérénité
        Emerveillement
        Rare et précieux

        Lève le voile
        Ouvre ton coeur
        Sauve ta peau
        Eveille ton être
        Rêve encore, tout est possible !

        Libère toi
        OUI !
        Sème
        Espère
        Ris

        Bonne journée !

        Aimé par 2 people

  15. Bonjour à tous

    Merci à toi Scarlett pour cet article franc et honnête, les pieds dans la réalité.

    J’ai plein de choses à dire ; je me lance.

    J’ai quitté un PN il y a peu, enfant sous le bras. C’était devenu une urgence, un besoin vital, je partais ou mon âme me quittait à jamais. Je suis partie sans me retourner, rien n’aurait pu m’arrêter.

    J’ai mis longtemps à réaliser que son comportement était pervers et que la personne avec qui je vivais était mon pire ennemi ; mon poison. Au fond de moi, mon cœur le savait mais je ne l’ai pas écouté…

    J’ai d abord fréquenté des groupes de paroles pour l’entourage de conjoints alcooliques. Il serait peut-être intéressant d’en parler car beaucoup de PN ont une addiction et souvent c’est l alcool.

    C’est donc au cours de ces échanges que j ai compris que le problème n’était pas la boisson mais bien autre.

    Et me concernant, tout en faisant un travail personnel et ma reconstruction, mon cheval de bataille quotidien, j’ai compris que mon problème n était :
    Ni de vivre avec une personne alcoolique
    Ni de vivre avec un PN
    Mais bien un problème avec moi-même, une estime personnelle au ras des pâquerettes (ravagée par le PN certes mais basse à notre rencontre), un manque d amour pour moi qui fait que je n ai pas écouté mon cœur, mon corps (insomniaque pendant des années et angoissée, je dors comme un bébé aujourd’hui).

    Bref, petit à petit je débroussaille mon passé et dénoue les nœuds. Je comprends mieux pourquoi j’en suis arrivée là.

    Quitter le manteau de la victime ne m’est pas simple. Certains jours il ne me quitte pas, alors je m’en veux, ce qui est contre-productif, je sais.
    M’aimer tous les jours, pour tout, quitter la honte, la culpabilité, en un mot vivre, voici mon chemin.

    La traversée du désert, je la vis encore, souvent. Je doute de ma capacité à me relever, à vivre ma vie en toute autonomie, je doute d’avoir toutes les ressources en moi pour y réussir. C’est ainsi aujourd’hui, je travaille pour changer les choses.

    Le décentrage, l’impression de ne pas être à ma place, est un ressenti fort. Je me retrouve petit à petit et espère bien redevenir complètement moi-même. Ce décentrage s’inscrit jusque dans mes choix professionnels qui aujourd’hui ne me correspondent plus.

    Ce qui me porte : l’envie de m’en sortir, d’être fière de moi, l’envie de vivre vraiment, enfin profiter de mes enfants, de marcher sur mon chemin.

    La vie m’a fait rencontrer plein de gens biens, d’ailleurs, je ne fais que de belles rencontres.

    J’ai aussi dû remettre en cause mon enfance, ma relation avec les membres de ma famille, pas aussi glorieuse que je voulais le croire. Tout vient de là, de l’enfance. Il faut guérir de son enfance pour avancer et ne plus rencontrer des personnes qui ne nous correspondent pas.
    Ne plus avoir peur, se considérer l’égal des autres, personne n est inférieur ou supérieur à autrui .

    Nous sommes tous au même niveau . Les PN cherchent par leur domination à nous faire croire l’inverse car nous leur montrons une piètre estime de nous-mêmes.

    Aujourd’hui j ai encore , parfois peur du PN . Mais en règle générale quand je le vois , il me fait pitié dans sa condition , c’est quelqu’un qui ne sait pas vivre autrement qu’en triangulant / volte face victime ou tyran je ne rentre plus dans son jeu.

    No contact extrême, je me suis construit une forteresse contre lui, ne jamais baisser la garde, tout est verrouillé le concernant (tel , mail, parole…).

    Il n y a rien à se dire de toute manière avec une personne pareille au risque de se brûler les ailes et de s’en vouloir pour rien. Pas facile avec les enfants, mais je tiens bon.

    Mon cœur et mon esprit sont encore empoissonnés de ce qu il a voulu me faire croire que j étais une mauvaise personne. Cela s’estompe , doucement.
    Pour autant je ne suis pas prête à faire de nouvelle rencontre amoureuse et comme écrit plus haut Ç est que le poison qu il m a dit n est pas totalement parti .
    Merci pour cet éclairage
    Allé je termine par ceci : aimez vous et surtout ne lâchez rien
    Bien à vous

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Cécile,

      merci pour ces mots pleins d’espoir.
      Je m’y retrouve également et comme vous dites le réel problème est l’amour pour soi. Si nous arrivons à nous aimer réellement, un PN ne restera jamais bien longtemps.
      Pour ma part, je n’arrive toujours pas à pardonner à ma PN. Je me persuade le contraire, que je suis passé à autre chose et qu’elle ne m’atteins plus et puis une colère surgis de nulle part. Il est difficile de pardonner après ce qu’ils nous on fait subir, mais en ne pardonnant pas, nous maintenons toujours le lien.
      Dur est le chemin vers la guérison.

      J'aime

      1. Bonjour Sophie

        Personne ne vous demande de pardonner à votre bourreau. Essayez plutôt de trouver ce qui marche avec vous, prenez soin de VOUS avant de penser encore et toujours à l’autre.

        Pardonnez-VOUS d’avoir été crédule et de ne pas avoir su vous protéger. Tant que vous regardez en arrière en vous culpabilisant, vous ne pouvez pas avancer.

        Comprenez-vous réellement le sens de cette phrase :

        « Si nous arrivons à nous aimer réellement, un PN ne restera jamais bien longtemps » => il ne s’agit pas de répéter des propos sortis d’un livre de New Age sans les intégrer (j’adore le New Age mais il faut aussi comprendre ce qu’on répète).

        Cette phrase signifie que quand un pervers narcissique vous aborde, si vous avez développé des limites internes et un vrai système de valeurs, il ne pourra pas tisser sa toile d’emprise autour de vous. Pourquoi ?

        – Vous saurez que quand une personne inconnue vous pose beaucoup de questions personnelles et/ou se confie intimement = danger

        – Quand une personne inconnue devient d’un coup le centre de votre existence, vous appelle et textote, vous whatsapp, viber, snap, est devenue votre meilleur(e) ami(e) sur Facebook et partout ailleurs = MEGA DANGER. Nous avons tous une vie, d’autres amis, des centres d’intérêt, un job. Si quelqu’un s’impose et prend tout votre temps, ce n’est pas par attrait authentique pour vous mais par tentative de CONTRÔLE. Vos limites interviennent ici, en remettant cet individu à sa place et en maintenant votre rythme de vie normal.

        – Quand une personne vous manque de respect (à vous de définir ce que signifie « vous manquer de respect »), si vous vous aimez, vous devez être capable de vous exprimer, avec force s’il le faut, et être prête à sortir la personne de votre vie.

        – Quand une personne est très présente dans votre vie puis disparaît, laissez-la partir, ne cherchez pas à la retenir, ni à la rappeler. Si elle revient avec une excuse bidon, méfiance. Si vous vous aimez, vous devez faire un tri sévère dans vos relations et ne tolérer que des personnes constantes et loyales. N’acceptez pas qu’on joue avec vous, votre vie et vos sentiments. Ce n’est pas drôle et vous en paierez les conséquences. Ne jouez pas avec les manipulateurs.

        Et l’amour de soi modifie en profondeur la perception de la vie. Il y a des choses que vous tolériez avant qui vous paraîtront insupportables quand vous aurez développé ce respect de vous-même et établi des limites personnelles fermes.

        Take care ❤

        J'aime

      2. Good Day @Sophie ,

        Pardonnez, lâchez prise et refermez le passé
        Le passé ne doit pas nous empêcher d’avancer. Les erreurs commises ne doivent pas être un poids, il faut les considérer comme une partie de notre apprentissage de vie.
        http://amelioretasante.com/pardonnez-lachez-prise-refermez-passe/

        Si quelqu’un est resté dans votre passé, c’est qu’il n’avait pas sa place dans votre futur
        Toutes les relations changent et mûrissent. Même si cela peut paraître égoïste, nous devons tout d’abord privilégier notre bien-être. Peut-être qu’il est préférable d’être seul plutôt que d’être malheureux aux côtés de quelqu’un.
        http://amelioretasante.com/quelquun-reste-passe-cest-quil-navait-place-futur/

        Je te pardonne car je t’aime, mais je m’éloigne car je m’aime
        http://amelioretasante.com/je-te-pardonne-car-je-taime-mais-je-meloigne-car-je-maime/

        Bonnes lectures,
        Peace,

        Aimé par 1 personne

      3. Bonjour,
        Merci pour vos réponses. Quand je parle du pardon, je ne parle pas d’aller la trouver et de lui dire ‘tu es pardonné’ mais lui pardonner, lâcher prise pour arrêter d’être en colère et de défaire totalement le lien. Laisser le passé là où il est, je le comprend parfaitement mais au niveau intellec. J’y travail beaucoup, je me suis mise à beaucoup de lectures sur le travail intérieur, essayé de nouvelles occupations, rencontrer de nouvelles personnes, etc et j’avance doucement. Et puis je crois avoir bien avancé et puis je me rend compte que c’est encore une illusion. Pourtant dans ma tête tous est clair mais les émotions ne suivent pas au meme rhitme. Toujours cette colère que je croyais disparu et qui ce déclenche par exemple suite à une demande d’un membre de ma famille où je me sens à nouveau contrôlé. J’imagine que tous est lié. 2 pas en avant, 1 en arrière mais le principal c’est de continuer à avancer j’imagine.
        Bon début de week-end à tous

        Aimé par 1 personne

    2. Chère Cécile

      Je vous tire mon chapeau !

      J’ai rarement rencontré une personne avec une telle lucidité après l’interaction avec un pervers narcissique, sur la nécessité de travailler sur soi, d’identifier ses propres failles, de comprendre le message de l’abus, au-delà de l’identité du PN. Et bien évidemment, le mensonge sur soi dans lequel vit la victime, mensonge sur sa propre enfance qui a forcément comporté une belle part d’ombre pour laisser un tel personnage s’installer à long terme.

      J’ai énormément de respect pour vous, pour votre parcours. Vos mots sont remplis de dignité, d’amour de soi, de compassion malgré le cauchemar que vous avez traversé. Vous vous êtes déjà fait justice et s’il devait y avoir une revanche, vous la signez avec beaucoup d’élégance et de hauteur.

      C’est ainsi que l’on devient Reine de sa vie. Vous pouvez être fière de vous <3.

      Aimé par 1 personne

    3. Très touchée par votre histoire Cécile … Votre détermination vous honore. Votre force aussi.
      J’ai été sensible au passage qui explique que cette reconstruction de soi vous fait tout remettre en cause, comme si votre nouvelle grille de lecture faisait aujourd’hui le tri, jusque dans vos choix professionnels. Je suis moi même en train de songer à me reconvertir tant je fais du lien entre le métier que je fais aujourd’hui et la femme que je ne veux plus jamais être.
      Je vous souhaite bonne route Cécile 🙂

      J'aime

    4. Bonjour Cecile,
      Je comprends tout a fait ton ressenti, également mon travail que je pensais tant aimer qui demande tant d empathie, ne me correspond plus, Que faire Scarlette ? cela est une reconstruction en plus, un ravage de plus.
      Quand à la famille, des liens qui étaient difficiles à comprendre ont un sens aujourd hui, mais couper le cordon ou pas, est une nouvelle souffrance, remettre en cause son enfance est un tsunami dans une famille, mais une nécessité je pense pour sortir de l impasse, Scarlette ?
      Alors certains membres de la famille adhèrent dans la douleur et d autres, nous méprisent ou se victimisent, et cela me rappelle l attitude de mon PN lors de la fin du cauchemar…
      Comme toi mon corps est encore empoisonné, mais quand je vois les sourires les éclats de rire de mes enfants, leurs yeux briller, et leur amour, leur câlin leur attention, nos attention les uns envers les autres depuis peu, après l’exclusion de notre PN depuis 7 mois et le no contact complet depuis un mois… le poison s’estompe…
      Nous revivons, dans l’espoir qu ‘il reste définitivement à l’écart, et ceci grâce a de nombreux intervenants extérieurs, car il ne voulait pas lâcher, et usait de tous les stratèges décrits dans le blog.
      « pas facile avec les enfants » j’ai repris mon role de PARENT en main, car n ayant plus d’éstime de moi durant ses 7 années passées avec ce bourreau, mes enfants me voyaient m’affaiblir, et les roles étaient inversés, ils étaient devenus mes parents, pour certains mes « bourreaux », et avaient perdu le cadre dont ils avaient besoin pour grandir, je me suis fais aider, et me suis fais violence pour remettre tout le monde dans sa place d ‘enfant d ainé, de minime, de cadet…et moi à la mienne, (car le PN montent les enfants les uns contre les autres, en les faisant se jalouser et contre l autre parent… diviser pour mieux Reigner).
      Cela n a pas toujours été évident, la peur de les blesser encore, d’etre jugé dans mon choix de conjoint, de prendre la place du bourreau…
      Eh bien le dialogue du matin au soir meme si cela les soulaient et moi aussi parfois, reprise sur le respect que l on se doit l obéissance, sans autoritarisme, je relevais chaques infractions dans le code de la famille, y compris les miennes…. travaille épuisant de longue haleine mais qui a porté ces fruits 4 mois plus tard et surtout était indispensable à notre reconstruction et au faite de faire bloc fasse a ce monstre, il fallait que je remette tout le monde sur les rails et seule, car comme je dis je n ai jamais fais de mal à personne volontairement sauf a mes enfants en leur imposant cette vie par manque d amour pour moi. ce sont eux qui m ont dit  » on dirait qu’il est fou, il ne changera jamais papa, avec bcp de tristesse biensur)! je pensais etre la seule à le voir, car on me disait mais non tu te trompes quand j interpellais mon entourage. ne sachant pas m affirmer je suis resté.
      Alors accroche toi selon l age des enfants, reprends les rennes et n ‘est pas peur, tes enfants t’aimeront toujours !!! bien a toi
      Nini

      J'aime

      1. Bonsoir Nini

        Je viens de lire et valider votre commentaire de ce soir où vous semblez donner un certain nombre de réponses à vos interrogations ci-dessus.

        Il est important, d’une manière générale, de vous écouter, de suivre VOTRE intuition.

        Sur votre emploi actuel

        Si vous êtes malheureuse ou que vous avez envie de changer de job, pourquoi ne pas suivre votre idée ? Bien entendu, gardez un sens pratique et prenez le temps de préparer votre projet de reconversion au mieux. Etudiez les différentes possibilités, voyez aussi pour faire financer une formation, etc. Ce n’est pas un drame, ni un « ravage », c’est juste un job ;). Chacun a sa perception de la vie. Si vous ressentez une reconversion comme une « mort », c’est peut-être que vous n’êtes pas encore prête : peur du changement, loyauté envers vos employeurs et collègues, peur d’être heureuse…? A vous de voir de quoi il en retourne.

        Personne ne peut savoir mieux que vous ce qui peut vous plaire comme activité. Gardez toujours cela en tête.

        Sur le deuil de certains membres de votre famille

        J’ai cru comprendre que vous aviez une relation toxique avec votre mère. Là encore, il n’y a pas de recette miracle, je ne « vends » pas de solution clef en main. C’est à vous de définir la meilleure distance, si distance il doit y avoir.

        Règle de base = vous devez apprendre à voir les personnes pour ce qu’elles sont réellement et pas pour ce que vous aimeriez qu’elles soient. Point. Votre mère est ce qu’elle est. Elle ne changera ni pour vous, ni pour personne et vous n’avez pas le droit de lui demander de changer non plus. C’est la vie et c’est comme ça. Si vous sentez qu’il y a un échange toxique entre vous, cela peut venir de vos propres illusions, de votre « espoir malin » d’avoir enfin la mère idéale dont vous rêvez depuis votre enfance et qui n’existera jamais puisqu’elle est autre.

        Face à une telle situation, vous n’êtes absolument pas obligée de faire un no contact si vous n’en avez la force/envie. Vous pouvez par contre, apprendre à vous protéger émotionnellement des comportements qu’elle a envers vous et qui vous blessaient jusqu’à présent.

        Apparemment, elle est dans le rejet de votre personne. OK, acceptez que vous ne serez jamais assez bien à ses yeux. Cela ne signifie pas que vous ne valez rien en tant qu’être humain mais que votre mère ne voit pas votre valeur. Il vous faut renoncer à sa validation et à ses encouragements sinon vous serez toujours en attente et toujours affamée. Apprenez à vous féliciter vous-même et à analyser ce qui vous rend fière de vous. + de fierté personnelle et – d’attente de la part des autres.

        Ce qui est « nécessaire » doit être fixé par vous, dans votre meilleur intérêt. Les conseils que je vous donne doivent être adaptés à votre sensibilité particulière. Soyez à votre écoute mais retenez bien qu’il n’y aura pas de changement DE LA PART DES AUTRES. C’est à vous de modifier votre perception car c’est le seul élément sur lequel vous ayez le contrôle. Tout le reste vous échappe.

        Aimé par 1 personne

    5. Cécile

      Dans le fond, il y a peu de choses à ajouter à la réponse que Scarlett vous a postée. Sauf peut-être au moins ceci :

      Je vous fait part de toute mon admiration. Je trouve que vous êtes une pure, vraie et belle personne.

      Que votre nouvelle vie se déroule sur un beau et long chemin🌞, qui vous attend. Je crois que vous le méritez.

      Greg

      J'aime

  16. Bonjour Sophie,

    Je voudrais rebondir sur la problématique du « pardon ». Il y a souvent de la confusion autour de cette notion, parfois fortement teintée d’influence judéo-chrétienne.
    Pardonner, oui mais à qui, à quoi ? Je crois que le plus important est de se pardonner à soi et je rejoins Scarlett là-dessus. Et c’est difficile, c’est vrai. Quant à pardonner au bourreau, ça vous appartient mais il faut être clair sur ce que vous entendez par là.

    Parfois, pardonner signifie « se détacher », « rendre libre », et non « excuser » les atrocités et surtout pas dédouaner le bourreau. A vous de voir.

    La meilleure des choses est de procéder à l »annulation » du lien, et en cela il y a beaucoup de possibilités. Là encore, à vous de voir ce qui fonctionne le mieux pour vous.
    Personnellement, j’ai retenu grâce à Dandoha ❤ que pour y aider l'humour était très efficace. Je ne me lasse pas (les rares fois où les souvenirs reviennent) d'imaginer le grand maître du contrôle plié en deux sur les WC après avoir mangé des moules avariées (c'est qu'un exemple), ou me souvenir du terme "made in china", que j'ai trouvé très à-propos.

    Bref, chère Sophie, ne vous égarez pas dans des dogmes si cela ne fait pas sens pour vous, ou au contraire, redéfinissez précisément que vous y mettez derrière; mais que dans tous les cas, que le bénéfice vous revienne, et à vous seule pour commencer 😉

    Isabel

    Aimé par 1 personne

    1. bonjour Isabel

      C’est difficile de se Pardonner a sois même lorsque l’ont est dans la culpabilité , et plus facile de pardonner a l’autre lorsque l’ont est toujours Amoureux , pas facile n’est ce pas de ne plus Aimer j’essaye encore aujourd’hui je n’y arrive pas , je trouve toujours des excuses a ma PNMA
      alors que je ne devrais pas .

      J'aime

      1. Bonjour Christophe, je te comprends, j’ai connu la même chose.
        Mais il y a une distinction, parfois subtile, parfois moins suivant les cas, entre l’amour véritable et la dépendance affective.
        Je sais bien qu’on peut errer longtemps entre les deux. Etre amoureux est très difficile à définir en ces temps de grands troubles relationnels. Une histoire n’est jamais identique à une autre.
        Je compatis, Christophe,
        Relis les articles de Scarlett ou les commentaires de Dandoha, ça devrait t’aider.
        Sincèrement,
        Isabel

        J'aime

      2. Hi@Christophe ,

        Vous avez eu la légitimité d’être tombé amoureux, quoi de plus humain, cependant vous vous êtes retrouvé dans une relation toxique, c’est un risque et une erreur de parcours des plus plausible dans une vie. C’est votre cas en l’occurence ici.
        A moins que vous ayez braqué une banque ou commis un meutre ou encore omis de paer vos factures volontairement , il n’y a absolument aucune raison de culpabiliser d’avoir été sincère dans ses sentiments quand l’autre en a profité et abusé pour vous détruire.

        Le drame n’est pas de se tromper, le drame est de s’abandonner dans une situation qui vous enlève toute dignité humaine parce qu’elle est toxique.
        Vous comprenez la nuance?
        peace,

        J'aime

  17. Happy Monday @Nini,

    Pour répondre à ta question: « tu dis »Ce dernier PN m a sauvé », je l ai tellement pensé aussi, sans jamais le verbaliser car cela était difficile à concevoir, difficile à dire, difficile de penser que… “

    Chacune de ses monstruosités provoquait la même phrase chez moi: “Banane il me rappelle mon géniteur je ne veux pas revivre ça” Sauf que lui contrairement à mon géniteur ne me battait pas.
    Et ce fut grâce à lui et son attitude (parce que le voir apres tant d’année m’a projetté dans mon enfance de violence et il y avait une raison pour cela que je ne maîtrisait pas encore, puis j’ai compris que je devais retrouvé cet individu de mon enfance pour boucler la boucle de la maltraitance) que j’ai eu le déclic d’aller identifier et mettre un nom sur ce profil toxique.
    Je suis de nature à penser que dans le pire il y a du bon à prendre et cette ultime expérience PN m’a sauvé définitivement, j’ai fait le tour de mon enfance, demon dolescence et de mes prenières années d’adultes violentées en permanence par mes deux géniteurs.
    Grâce à lui j’ai réussi à m’extirper de cette culpabilité du devoir de l’enfant à l’égard de ses géniteurs sur le plan culturel et social et cultuel, il a été la preuve ultime de la réalité que je soupçonnait mais ne parvenait pas à identifier.
    Le terme “il m’a sauvé” signifie à mon sens il m’a révélé à moi même.
    Par contre je n’ai jamais ni à ce jour ressenti aucune haine ni colère.
    Mais un fort sentiment de liberté m’habite.

    Peace,

    J'aime

    1. Bonsoir dandoha, merci pour ta réponse,

      Je comprends, eh bien écoute je viens de poster un commentaire que tu pourras lire si Scarlette le valide, je me reconnais dans ton parcours, sauf que je dois travailler autrement pour  » m extirper », de la violence subit dès mon enfance, et effectivement, son attitude m a rappelé des évènements vécus, lorsque je me suis informé sur internet, en sept 2015 sur son comportement vis à vis de moi, du coup j ‘ai du chercher à me comprendre, à comprendre ce que j avais vécu avec ma mère… mais surtout, cette fois je devais arrêter d’être dans le déni de mon enfance soit disant sans accros, sous prétexte que ma mère était décédé et que sa vie était difficile…( discourt que j ai entendu toute ma vie, qui me faisait croire que je devais accepter la maltraitance).

      Dans tous les cas je respecte ton point de vue et le comprends, tu dois avoir une sacrée personnalité pour n avoir ressenti ni haine ni colère. Moi j’étais tellement en colère quand j ai compris que ma structure narcissique m avait amené à côtoyer ce phénomène suceur d’âme et que j’en étais arrivé la à cause de mes blessures du passé.

      Comme quoi tous les parcours sont différents, mais tellement riche pour nous donner des pistes de reconstructions.
      Bien a vous a nous a moi Nini

      J'aime

  18. Bonsoir Scarlette,
    Merci pour ta réponse qui me convient tout à fait, et va me permettre de me remettre en question sur ce que représente mon travail pour moi ! Mais complètement raison le terme ravage est trop fort, c’est certainement cette peur d ‘être heureuse qui me ravage plutôt, car je me conforte dans le faite d avoir une dette envers ma mère, je pense, et du coup je ne m autorise pas à être enfin heureuse, me faire pardonner de mon oppositions à plusieurs reprises face à elle, justifiait le faite que je reste malheureuse, j ‘étais une mauvaise fille et elle me l avait verbalisé avant de mourir dans mes bras.

    Car effectivement, j ai omis de préciser qu il y a une éloignement physique puisqu elle n ‘est plus là, mais les choses sont d autant plus difficiles à régler.
    Je commence tout juste à lui pardonner de la façon dont elle m a toujours traité, pour me réparer.
    Et en effet, j attendais certainement d’elle d ‘être une mère différente, ma quête des autres s’estompe également, et cela est un soulagement inexplicable, ou plutôt, je me sens libre de tout cela également, je vis enfin, je respire.
    Je travaille inexorablement chaque jours ma fierté personnelle, par contre j ‘ai une ambivalence dont je suis très consciente, je mets les autres en garde sur des dangers éventuels, et moi je m anesthésie comme pour continuer à souffrir, j ai l impression que l on est 2, et j ai tellement envie de me mettre des claques…. c’est une fuite ?
    Scarlette, peux tu me dire ce que tu entends par « espoir malin » ?

    Par contre je suis consciente d avoir beaucoup progressé depuis la séparation d’avec cette opportuniste, et qu effectivement mon nouvelle emploi m apportera beaucoup de joie, car pour dire vrai je rumine ce changement depuis longtemps, et je suis en phase d y parvenir, car je m en donne les moyens désormais.
    Bien a vous a nous a moi Nini

    J'aime

  19. Bonjour à tous !
    Je viens de me réveiller en me disant que j’ai peut-être fais une connerie…
    Je devais recharger les batteries sur votre blog! Et voilà que je tombe sur cet article…
    Je sens mon psychisme bousillé à cause de la manipulation que j’ai subi!
    Merci Scarlett: tu es une sauveuse de vie!!
    I love meeee

    J'aime

    1. Bonjour Samira

      Quelle belle résolution !

      Utilise donc ce mantra tous les matins, écrivez-le sur un tableau noir, sur des feuilles de papier, où tu voudras pour t’en souvenir toute la journée :

      I LOVE ME

      Stay focused ❤

      J'aime

  20. Bonjour,

    pour ma part, trop de honte, d’allers-retours, de responsabilités. Un an et demi que ça dure. Culpabilité. Tout ça je connais. J’essaie, je suis partie, mais toujours en contact. Et la honte de ne pas pouvoir affronter. La honte d’être dans un état de manque. De dépendance. Je connais cet état, mais finalement je n’alimente plus d’espoir pour moi même. A y avoir cru, à essayer et à être responsable de ma vie présente, j’ai honte. Trop honte pour lutter.

    J'aime

    1. Bonjour Axp

      C’est quand le fruit est mûr qu’il tombe de l’arbre.

      Peut-être que votre déclic viendra plus tard ou que vous faites partie des personnalités faites pour les PN.

      Parfois, certains ne peuvent juste pas sortir de leur conditionnement.

      Bon courage.

      J'aime

    2. Happy Friday @Axp21,

      Pour construire une volonté il faut commencer par ne plus se trouver et se créer des excuses, donc grandir et faire preuve de matûrité.
      Que vous refusiez de prendre vos responsabilités est votre choix délibéré qui ne nécessite pas forcément que vous vous en excusiez ( ça se passe entre vous et votre conscience).
      Il y a des gens qui comme vous ne se sentent exister que dans la souffrance émotionnelle et font tout pour l’alimenter tout en s’auto déclarant victime. Certainement parce que se reconnaître enabler donc complice de leur soit-disant bourreau est trop difficle à admettre, mais la réalité est que vous aimer cet environnement .
      En générale, quand une chaussure vous fait mal vous changez de pointure et si la pointure est indisponible vous changez de modèle, le but c’est avant tout de ne pas boîter et avoir mal.
      Visiblement vous accèptez de marcher dans des chaussures de mauvaises qualités et de mauvaise pointure.
      Pour ma part je vous souhaite bon courage,
      A force de boîter la circulation et les anches finissent par s’abîmer pour ensuite atteindre le dos puis toute la colonne et s’est l’immobilité totale voire la paralysie , mais je ne vous apprends rien vous savez déjà ce que c’est , n’est ce pas ? 😉

      Donc vous affirmez je cite : “ La honte d’être dans un état de manque. De dépendance. Je connais cet état, mais finalement je n’alimente plus d’espoir pour moi même.”

      Si votre question tacite est de savoir si vous êtes une victime , le réponse est dans votre affirmation , vous dites bien ne plus alimenter d’espoir pour vous même.
      Donc à moins d’^tre une victime de vous même , je ne vois pas de qui d’autre vous pourriez en être une .
      Peace,

      Aimé par 1 personne

  21. @Axp21

    Piste de réflexion :

    Vous n’avez besoin de personne pour vous compléter : vous êtes une personne entière
    Lorsqu’on recherche quelqu’un qui nous soit complémentaire et non pas qui nous complète, nous pouvons nous assurer que si la relation se termine, nous nous sentirons entier, et sans carences.https://amelioretasante.com/navez-besoin-de-personne-completer-etes-personne-entiere/

    Quand une faible estime de vous-même devient votre pire ennemie
    Même si nous avons parfois du mal à le penser, l’estime de soi peut être travaillée afin d’être renforcée et de devenir une véritable alliée dans notre quête du bonheur. Nous devons apprendre à relativiser et à différencier les opinions de la réalité.https://amelioretasante.com/quand-une-faible-estime-de-vous-meme-devient-votre-pire-ennemie/

    Peace,

    J'aime

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s