[Témoignage] Kristina : « 4 jours après notre rencontre, il me disait « je t’aime ». J’ai répondu « moi aussi », il a insisté pour que je dise les mots. Je les ai dits. » + Drapeau rouge « Non respect des limites intimes »

Amis lecteurs,

Un témoignage de plus et porteur d’un message d’espoir juste avant les fêtes, de la part de notre soeur en survivance, Kristina. Il ressemble trait pour trait à celui de Myriam et on y retrouve le même mode opératoire. Que cela serve de leçons à ceux qui passent sur ce blog et envisagent de fonder une famille avec une personne qu’ils viennent à peine de rencontrer et qui présente déjà quelques drapeaux rouges. Surtout avec les fêtes de fin d’année, ceux qui souffrent de solitude, de dépendance affective sont plus susceptibles de tomber dans ce genre de traquenard, croyant enfin avoir trouvé un être qui leur tiendra la main jusqu’à la fin des temps ;).

Ce témoignage est un récapitulatif de tout ce qu’il faut éviter dans une « relation ». Sur le plan intime, pour rappel, il n’y a aucun lien entre « amour » et « sexe » pour les PN. Oui, il vous a dit qu’il vous aimait et que pour cette raison, vous deviez accepter des plans à 3 même si ce n’est pas votre truc. Oui, il vous a dit qu’il vous aimait tellement qu’il n’hésiterait pas à vous tromper si vous refusiez un jeu sadomaso mais c’est de votre faute, après tout. Ceci est un MEGA DRAPEAU ROUGE s’il est encore besoin de le préciser. Il est clair que quelqu’un qui ne tient pas compte de vos besoins émotionnels et de vos limites intimes N’EST PAS dans la bienveillance mais dans l’exploitation. De ce constat découle naturellement une incapacité à vous « aimer » et encore plus à « construire une famille ». Faites attention dans vos choix de partenaires de vie.

Merci à Kristina pour sa participation et surtout, pour l’immense courage dont elle a fait preuve en choisissant de mettre un terme à une situation hautement toxique. Nous ne sommes pas parfaits et c’est OK de le reconnaître en faisant notre maximum pour devenir meilleurs.

Restez vigilants ❤

separateur

Bonjour,

Merci pour votre blog, vos conseils et vos témoignages.

Grâce à vous j’ai pu comprendre en grande partie ce qui m’était arrivé pendant plus de 30 ans. Sachant que j’ai à ce jour 32 ans, autant dire que j’ai passé ma vie à survivre.

En effet, j’ai connu au moins 2 PN dans ma vie.

Mon père a été le premier. Je ne m’attarderai pas sur cette histoire, mais pour résumer :

  • J’ai arrêté de le considérer comme mon père après l’avoir vu frapper ma mère quand j’avais 6 ans
  • Quand ma mère a fait une dépression et une tentative de suicide, il lui a reproché de « le faire chier jusqu’au bout » et m’a accusée d’être responsable de sa dépression;
  • Il a divisé notre fratrie par ses différences de traitement entre nous trois;
  • Il continuait à me harceler encore après mon départ de chez lui, mon installation avec mon compagnon, la naissance de mes enfants… rien ne l’arrêtait. Même le no contact.

Mon père n’a cessé son harcèlement que quand il est décédé d’un cancer généralisé en 2008. Je n’ai pu commencer à respirer à son sujet qu’à ce moment.

Sauf que j’étais déjà sous l’emprise du 2e PN de ma vie, le père de mes garçons. Et ce que j’ai vécu avec lui mérite bien plus d’être raconté, d’autant que mon histoire comporte des similitudes avec ce que ma mère a pu vivre…

Pour la suite, j’appellerai mon PN T.

A l’époque où je l’ai rencontré, j’avais des amis, j’étais appréciée, malgré mes difficultés familiales, j’arrivais à maintenir mon cercle social.

Notre cercle se réunissait régulièrement chez une de nos amies, dépressive. C’est d’ailleurs chez elle que j’ai rencontré T.

Nous fêtions Halloween chez cette amie. Il avait 26 ans et moi 20. La fête se déroulait sur un week-end, l’amie en question avait un appartement et faisait dormir du monde chez elle.

Le samedi 30 octobre 2004, au matin, nous allions chercher T. et sa femme (il était marié) dans un village environnant. Nous mangions ensemble à midi chez mon amie et allions voir Alien VS Predator l’après-midi avant de préparer les festivités du soir.

Pendant la séance, T. me couvrait de compliments. J’étais douée, il admirait mon caractère, me trouvait jolie, trouvait mes projets intéressants… et accessoirement était en procédure de divorce avec sa femme. Ce qui était vrai, il avait amené les papiers avec lui (comme il le faisait systématiquement par besoin de prouver ses dires et créer sa crédibilité).

Et il m’a donné son numéro, aussi. Le jour même de notre rencontre.

A l’époque, je dois dire que j’étais dans un manque affectif et de reconnaissance tels que j’ai (trop) rapidement accroché à cet homme-là.

Le reste de la fête s’est déroulé sous les mêmes auspices : compliments à gogo, drague, je te passe la main dans les cheveux, tout ça devant sa femme. J’étais hypnotisée, ça ne me choquait même pas. Le soir, je dormais sur le canapé (c’était soirée camping) : je l’ai senti me donner un bisou sur le front.

Donc dans la semaine qui a suivi, passer des heures au téléphone avec lui m’a semblé naturel. Je n’attendais que ses coups de fil. Il appelait à l’heure évidemment. Et nous restions au téléphone des heures durant.

Le Mardi (4 jours après notre rencontre), il me disait « je t’aime ». J’ai répondu moi aussi, il a insisté pour que je dise les mots. Je les ai dits.

Et il est venu chez moi. Il connaissait alors tout de moi : mon inexpérience sexuelle (t’inquiète pas, je vais t’apprendre, moi je sais), mon père, la détresse de ma mère, mes études, ma tendance à aider mes amis. Le premier soir, il m’a fait l’amour « avec préservatif hein, après tout c’est la première fois, on va rester correct« . Rassurant, respectueux, doux au possible. Je le tenais dans mes bras en dormant, il m’a dit que j’étais la « première à faire ça » ce qui m’a étonné au regard de ses nombreuses conquêtes.

La suite a été compliquée car mes parents ne l’aimaient pas. Je corrige : ma mère ne l’aimait pas, mon père non plus mais celui-ci n’aimait déjà pas que je n’habite plus chez lui…

Mon père a profité de la situation et m’a montée contre ma mère. Ce qui évidemment m’a motivée à emménager plus rapidement avec T. Il avait trouvé un studio assez spacieux, mais il nous fallait le Locapass (un dispositif de garantie) pour valider le bail. Et pour valider le Locapass, je devais fournir certains documents de la fac qui ont mis du temps à me parvenir.

T. m’a reproché ce délai. Et j’ai eu beau lui dire que je n’étais pas responsable de ce que faisait la fac, il m’a fait littéralement la tête.

Évidemment, T ne travaillait pas, il touche une pension d’invalidité catégorie 2. A l’époque il me disait que c’était dû à un problème de dos type scoliose. Et évidemment, il prétend aussi que la CPAM, qui lui verse sa pension, lui « interdit de travailler ». Et je l’ai longtemps cru à ce sujet.

Malgré tout, nous avons quand même fini par avoir ces documents et donc, l’appartement. C’est dans cet appartement que je suis tombée enceinte de mon premier garçon, en 2005. Je l’ai annoncé à mes parents par courrier. Mon père a répondu à ce courrier en disant que « je n’avais pas besoin de tomber enceinte pour faire valoir mon opinion ». Il a aussi tenté de porter plainte contre T. pour maltraitances physiques, ce qui n’était pas le cas, et moi, j’ai pris sa défense.

Puis mon fils est venu au monde. Je dois dire que je n’étais pas prête à ça du tout : je prenais la pilule quand je suis tombée enceinte. Mais j’ai quand même adoré mon bébé dès la naissance et ai suivi scrupuleusement les conseils des infirmières. Je ne me sentais pas encore « maman » mais je savais que j’aimais cet enfant et que j’allais veiller sur lui.

T. en revanche a pris son rôle de père au sérieux à ce moment-là, au point qu’il se chargeait de presque tout. « Heureusement que je suis là, disait-il, un autre aurait pu t’abandonner avec lui, moi, j’assure tu vois« . Et oui, je voyais. Ce que je voyais moins c’est qu’il m’écartait souvent de mon rôle de mère. Il dormait avec le bébé, le changeait, le lavait… et quand je voulais le faire c’était « non, laisse-moi faire, repose-toi » ou « Il vaut mieux que je le fasse, tu manques encore d’expérience ».

Quelques temps plus tard, alors que le petit avait 6 mois, nous avons trouvé un appartement plus grand dans un village écarté, à 50km. Nous avons déménagé sans le dire à mes parents. J’étais en réalité plus préoccupée par le fait de croiser mes parents que par la suite des événements. Pour autant, le déménagement s’est bien passé et je me suis dit que nous aurions enfin la paix.

Peu de temps après j’ai retrouvé un travail, en CDI. Enceinte de mon 2e enfant, j’ai préféré rester honnête et le dire à mon employeur. Celui-ci a préféré attendre le dernier jour de période d’essai pour se séparer de moi.

Suite à mon licenciement j’ai voulu me mettre à mon compte. J’ai fait les démarches pour créer mon entreprise, mon offre, trouver des clients, faire moi-même mon site web… mais ça ne marchait pas.

Je ne gagnais que peu d’argent avec cette activité. T me disait qu’il préférait me voir faire un « vrai travail » car « l’argent de poche » que je gagnais n’était pas suffisant.

Puis il a fait une faillite civile car il avait cumulé de nombreuses factures impayées. Il accusait les banques et organismes de crédit, menaçait de procédures à tout va. Il me demandait de me joindre à lui pour la faillite civile mais comme j’avais deux clients réguliers pour mon activité, j’ai refusé. A partir de là, il m’a rendu responsable de sa faillite civile.

En parallèle, mon père a lancé une procédure de « personne disparue ». Je l’ai appris quand j’ai reçu les gendarmes à la maison. Heureusement, le gendarme qui m’a reçue pour répondre à cette procédure a compris les maltraitances dont j’avais fait l’objet et m’a conseillé de ne pas donner mon adresse.

Suite à cela, mon père a ensuite lancé une procédure pour revendiquer ses droits de grand-parent, il demandait un droit de visite et d’hébergement.

Mon père est décédé avant l’audience. Le juge a dit à ma mère qu’un droit de visite était accordé en ma présence et seulement si elle faisait des efforts pour accepter T. Après ça, à chaque fois que j’allais chez ma mère avec les enfants, il me menaçait de la traduire en justice si elle refusait qu’il vienne avec, ce qui occasionnait de sérieuses disputes.

En 2008 j’ai accepté une mission en usine qui s’est achevée prématurément à cause de la crise, le carnet de commande étant vide. Ainsi, bien que cette fin de contrat ne soit pas du tout due à mon travail, T m’a quand même signifié que je n’étais pas fichue de garder un travail aussi bête.

Avec les enfants, c’était difficile. L’hygiène était déjà précaire dans l’appartement: T. fumait comme un sapeur, l’odeur nous était reprochée régulièrement, à l’école, chez l’assistante sociale, à la crèche.

T restait devant son ordinateur ou la console, jouait, jouait, sans arrêt. Et me reprochait de ne jamais faire le ménage, ne jamais rien faire à la maison, trop me consacrer au travail. Sans rien faire de son côté.

Un jour j’en ai eu assez, je lui ai dit qu’il faudrait qu’on se sépare. Sans vraiment le penser en vérité, mais je voulais le faire réagir.

Le soir-même, il m’annonçait être tombé amoureux d’une femme sur Internet. Je suis persuadée qu’il savait dans quel état ça me mettrait, et ça n’a pas loupé. Je crois que je peux dire que mon cœur a explosé, en tout cas c’est l’effet que ça m’a fait.

Je n’avais jamais autant pleuré. Pendant ce temps, il restait sur son ordinateur à chatter avec elle, ou dormait, ou lui envoyait des SMS. Totalement indifférent à mon état. Un jour, j’ai fait un malaise dans le salon. Quand j’ai repris conscience, par terre, il était encore devant son écran.

Un soir, nous avons accueilli une amie et sa colocataire. Ce soir-là, il a « fait un malaise » (je mets des guillemets parce que je me suis rendue compte plus tard qu’il simulait beaucoup). Il restait prostré dans le canapé sans bouger, les yeux rivés au plafond. En l’absence de réaction, j’ai appelé notre médecin qui est restée perplexe: elle n’avait elle-même jamais eu affaire à ce type de « malaise ».

Elle a fait venir l’ambulance, qui a amené T. à l’hôpital pour la nuit. Puis je l’ai entendue dire aux ambulanciers qu’il était… Schizophrène.

Je suis tombée des nues. Le lendemain je lui ai demandé pourquoi elle avait dit ça. Elle m’a répondu que c’était la raison de sa pension d’invalidité. Quand je lui ai parlé du dos, elle m’a dit que son dos était en parfait état. Il me mentait depuis 5 ans.

Quand il est rentré de l’hôpital, je lui ai demandé des explications. Il m’a répondu qu’il était au courant mais que c’était une erreur médicale. Pour prouver ses dires il m’a montré des vidéos montrant des schizophrènes violents: « est-ce que tu m’as déjà vu comme ça? » Et évidemment, non.

Je ne me suis pas posée de questions. Je l’ai cru. Et je me suis battue, le croyant sincère, pour que la CPAM révise cette pension et lui « donne le droit de travailler ». Suite à ça il a décidé de « me donner une chance » et a rompu le contact (enfin, je pense) avec la femme d’internet.

Je me suis par ailleurs renseignée à la CPAM pour savoir pourquoi il n’avait pas le droit de travailler.

On m’a répondu qu’il en avait parfaitement le droit, mais simplement qu’il perdrait le bénéfice de sa pension. Je lui ai fait part de cette solution, il m’a dit qu’elle mentait et m’a hurlé dessus, m’accusant de « le faire passer pour un con ».

Quelques temps plus tard, nous avons déménagé dans un très grand appartement qui s’est avéré être insalubre. Nous hébergions alors un sans-abri, l’ami d’un ami de T. Celui-ci était sympathique et d’une grande aide. Mais dès que lui ou moi essayions de conseiller T sur un quelconque sujet, il se mettait en colère noire, jusqu’à un soir, renverser un de nos fauteuils.

Le moindre conseil, recommandation, suggestion de ma part, il me répondait comme suit : « Tu n’as rien à me dire ma petite (c’était devenu mon 2e prénom, « ma petite »); tu n’as rien vécu; j’ai plus d’expérience que toi; tu n’as pas d’ordre à me donner ; arrête de me manipuler… »

Je voulais, entre autres, le conseiller car il voulait « créer son entreprise », une auto-entreprise de conseil juridique. Je lui ai fait son site, son logo, sa com’. Il n’a… rien fait. Rien. Joué sur sa console et son ordinateur, traité 2 demandes client, mais c’est tout. Par contre il parlait de vouloir embaucher sa sœur comme secrétaire…

Un jour, il m’a dit qu’il allait à Paris un week-end pour assister à une AG d’une association d’aide juridique sur Paris et qu’il dormirait chez un ami. Je l’ai laissé faire car ça semblait bien parti pour lui donner un coup de notoriété.

1 mois après, il prétendait aller faire une randonnée dans les forêts environnantes.

Suite à ces deux sorties, j’ai remarqué un changement de comportement flagrant. Il cachait son téléphone, se faisait distant, ne me regardait plus. Il échangeait des SMS sans me dire avec qui. Changeait ses mots de passe après 6 ans de confiance et d’ouverture.

Un jour, j’ai craqué, j’ai modifié son mot de passe et ai regardé ses mails. Et là, rebelote, explosion interne, douleur. La femme du chat de 2009 – je reconnaissais sa photo et son pseudo – qui l’embrassait devant notre cathédrale. Un élan de colère, de tristesse et d’envie de mourir m’a envahie. J’ai renversé le séchoir à linge et ai hurlé pour qu’il m’explique. Et je l’ai giflé.

Il m’a dit que j’étais devenue violente, manipulatrice et que j’étais fainéante et impossible à vivre, et que je ne le comblais pas sexuellement. Puis il m’a dit que non, ce n’était pas la même femme. Puis que cette photo datait de longtemps, alors qu’il y portait un blouson que je lui avais offert 2 mois avant.

Avant, finalement, de me dire que « elle au moins, elle a gorge profonde ».

Un soir, il a parlé de faire venir un autre homme pour un plan à 3. J’ai refusé et il m’en a voulu car pour lui c’était la première étape pour faire aussi venir une autre femme. Selon lui, mon refus faisait de moi une « coincée », voire « frigide ».

Les semaines suivantes, ça a été à moi de le reconquérir. Je l’ai laissé faire de moi son jouet sexuel. Il était, entre autre, obsédé par les simulations de viol et voulait que je joue la femme agressée. De base, j’aime bien pimenter un peu mais il allait très loin , il insultait, donnait des claques brûlantes et voulait vraiment que je me sente violée.

Ça a représenté toute notre vie sexuelle pour les années à venir. Accessoirement, si j’avais envie, il ne voulait jamais, ainsi j’arrêtais de le solliciter, et donc régulièrement il me disait que je ne le cherchais jamais…

Après ça, il a laissé tombé sa maîtresse car il se sentait « à nouveau comblé ». Les garçons grandissaient. L’aîné était choyé par son père, le cadet toujours accusé des moindres maux. J’essayais de tempérer mais me prenais des « arrête de me contredire devant les enfants, à cause de toi, ils vont finir délinquants », etc.

Nous avons ensuite emménagé dans un appartement correct, mais éloigné de l’école. Je travaillais alors et il n’emmenait les enfants à l’école que quand il était « en forme pour ça », et je n’avais pas mon mot à dire. Si j’osais dire quoi que ce soit, je mentais ou le manipulais, et puis c’était de ma faute, s’il était épuisé à ce point.

Un autre jour, alors que je cherchais les enfants j’ai trouvé l’aîné… en chaussons. Je l’ai appelé pour lui demander pourquoi et n’ai reçu qu’un « tu m’appelles pour me gueuler dessus ? Pas la peine qu’on se parle alors »… et de me raccrocher au nez. A la maison, une violente dispute (N-ième, je ne les comptais plus) m’a appris que si je le stressais moins, il ne ferait pas ce genre d’erreur. Qu’il en avait assez que je le maltraite psychologiquement. Que je le manipulais. Encore.

Quelques temps après, il avait un rendez-vous auquel il a refusé que je l’accompagne. Soupçonneuse, le soir-même, j’ai regardé son téléphone. Un sms d’une jeune fille que je connaissais un peu, lui disait « je t’aime tu me manques ».

Je l’ai giflé, une seconde fois. Il a d’abord nié, a dit que c’était une folle du village. Puis a avoué en disant que comme je le maltraitais, il n’avait pas le choix. Que je lui faisais peur. Qu’elle au moins, elle le rassurait. Qu’elle au moins, elle l’aimait.

Quelques jours après, un café chez les voisins. Ils m’ont dit que T. leur rendait souvent visite pendant que je travaillais et… qu’il me salissait littéralement. Me traitait de folle. De PN. De violente. Un regard sur son Facebook m’a appris qu’il faisait la même chose par message privé à sa famille. Il disait que je l’isolais de ses amis alors qu’ils ne venaient plus de leur propre chef, je me souviens que l’un d’eux l’avait même traité de parasite…

Puis il est parti une semaine. Sans que je sache où.

Impossible de répondre aux nombreuses questions des garçons. J’ai dû me mettre en congé maladie pour m’occuper d’eux. Un soir il m’envoie un mail à tendance suicidaire et qui m’accable. Le lendemain, j’appelle tous ses amis et la police, j’ai peur qu’il fasse une bêtise. Une heure après je reçois un appel d’une amie à lui, furieuse car les pompiers on cassé sa porte. Il était chez elle. Je lui fais lire le mail, elle dit « ah oui quand même » et comprend. Elle m’en veut, mais comprend.

Mon assistante sociale m’a mis en garde, mon médecin aussi. Il y avait maltraitance, je devais porter plainte et dire qu’il était schizophrène, car il était vraiment schizophrène. Je l’ai fait. Convoqué, il est rentré à la maison, a dit aux enfants que maman allait dormir en prison et est reparti à sa convocation.

Puis, j’ai été convoquée : il m’accusait de l’avoir battu et menacé de mort, faisant référence au jour où, au travail, j’avais reçu un SMS de sa part adressé à sa jeune maîtresse, un « je t’aime merci d’être venue à la maison » (une « erreur » de sa part), j’ai fait un malaise au travail et suis rentrée, ai hurlé ce que je pouvais de tristesse, de colère et d’envie de mourir. Le gendarme a entendu ma détresse et la plainte n’a pas suivi son cours. Ni la mienne d’ailleurs.

Mais à partir de ce jour, il m’a souvent menacé de porter plainte pour diffamation parce que j’avais dit qu’il était schizophrène…

Il me menaçait d’avoir un « dossier béton contre moi », que si on se séparait je n’aurais jamais la garde des garçons, que ceux-ci me haïssaient de toute façon… etc.

Mon contrat de travail a pris fin, sans renouvellement. Nous avons eu des difficultés pour payer le loyer. Nous n’avions plus que sa pension pour nous 4, et les allocations familiales. Il fallait qu’il ait toujours de quoi fumer, au détriment des courses alimentaires.

Quand nous arrivions, en fin de mois, à mendier chez les amis, il demandait pour son tabac, jamais pour la nourriture.

Nous avions également droit à la banque alimentaire et il râlait qu’il n’y ait pas de tabac dans les dons… par ailleurs, il n’allait jamais les chercher, il avait trop « honte », peur de paraître « cas social » alors il m’envoyait, sans se demander ce que je ressentais.

Et puis, j’ai pris une décision drastique mais salvatrice: partir chez ma mère, en ville, la semaine et rentrer le week-end, pour trouver un travail durable. Un bilan de compétences m’avait montré que j’étais douée en communication, je cherchais donc dans ce domaine. Le projet, suite à cela, était d’emménager ensemble en ville dès que j’aurais trouvé un travail.

Ça a mis 8 mois. 8 mois de recherche, de rendez-vous, d’entretiens, d’allers-retours entre la ville et le village. Mais j’ai trouvé un travail en CDI en tant qu’assistante commerciale, puis un appartement pas loin de chez ma mère. T. et les enfants m’y on rejointe rapidement.

Mais une nouvelle fois, les services sociaux se sont alarmés de la scolarisation aléatoire des enfants, de l’odeur, de l’appartement et son entretien, etc. T. a donc décidé de déménager, encore, car les enfants seraient placés si nous ne faisions rien. J’ai donc trouvé un nouvel appartement dans mon quartier d’enfance, demandé à ma mère de nous avancer un chèque de caution…

Qu’elle a failli ne pas me donner. Une visite de sa part dans notre appartement l’a choquée. Elle m’a supplié de me séparer de T. Chose que je n’ai pas faite, évidemment.

Nous avons emménagé dans mon quartier en Mai 2012. Ça a été le début des 3 années les plus terribles.

J’avais désormais un salaire temps plein. A chaque fois que la paie arrivait un peu plus tard que prévu, c’était de ma faute. Il fallait que je mendie chez mes collègues pour son tabac, car si Monsieur n’avait pas son tabac dans les temps, c’était de ma faute.

Monsieur faisait des factures de box (à mon nom) de plus de 200€ à force de commander des VOD et autres produits, nous ne pouvions pas payer, c’était de ma faute.

Si les enfants faisaient des bêtises, il leur hurlait dessus et si je mettais le hola à son hystérie, il m’accusait, encore, de nuire à leur éducation. Si un jour ils étaient placés, ce serait de ma faute.

Quand je ne suivais pas son avis et voulais suivre ma voie, c’était que je ne lui faisais pas confiance et ne l’aimais pas.

Il ne faisait jamais ni ménage, ni vaisselle. Si 3 jours par mois, car le reste du temps il n’avait « pas le temps ». Je veux dire par là que ses jeux lui prenaient tout son temps.

Même le temps de s’occuper des garçons.

Mon fils aîné développait de l’asthme. Il faisait de graves crises. Parfois, il terminait à l’hôpital.

Mais Monsieur n’était « pas responsable ». Ces deux mots sont devenus son laïus de manière générale.

Aux réunions scolaires, il mentait devant les instituteurs, inventait des rendez-vous qui n’avaient jamais eu lieu. Au début, je le contredisais devant eux. Mais son comportement m’a vite résignée au silence: Il me harcelait. Il me parlait pendant des heures, rabâchant encore, encore, encore, même si je mettais mon casque, même si je dormais, même en plein milieu de la nuit, jusqu’à me faire hurler pour qu’il se taise et me dire que j’étais vraiment folle de hurler comme ça et que je ne le faisais que pour « porter la culotte ».

Il me reprochait aussi continuellement d’avoir osé porter plainte contre lui, osé parler de sa schizophrénie. Parfois il me disait que je finirais en prison et que si je n’y allais pas c’est qu’il avait fait le nécessaire pour ça. Que normalement j’aurais dû aller en garde à vue après les gendarmes mais qu’il leur avait parlé en ma faveur.

Je rentrais du travail fatiguée, il était devant son ordinateur, les garçons livrés à eux même, me sollicitant car les devoirs n’étaient pas faits, un jouet cassé, le repas pas préparé… J’avais à peine assez d’énergie pour m’allonger mais je m’occupais d’eux, voyant du coin de l’œil la vaisselle et la saleté s’accumuler. Mais Monsieur n’était « pas responsable ».

Il me tenait quand même par les sentiments. Parlait même de mariage. De troisième enfant. De vieillir ensemble. Avant de me forcer à nouveau à subir son scénario de viol, de plus en plus réaliste et douloureux, physiquement et mentalement.

Un soir j’ai pleuré très fort et n’ai eu pour toute réponse : « Tu vas faire peur aux enfants, et puis à cause de toi je n’ose plus te le faire, je crois que je vais aller voir ailleurs quand même« .

Et je lui répondais que j’avais moins mal de ça que de l’idée qu’il aille voir ailleurs… alors il continuait.

En Février-Mars 2015, j’ai commencé à faire des migraines chroniques. Le début du burn-out. Ça a commencé avec un chantage ignoble: je supportais très mon travail d’alors, où la pression et les méthodes commerciales parfois douteuses m’épuisaient moralement. Je songeais alors à quitter cet emploi. T. m’a accusée de ne pas savoir tenir un travail, que je n’avais soi-disant jamais été stable professionnellement, que j’avais soit-disant toujours été rejetée par mes collègues. Et donc par conséquent si je quittais ce travail, il me quittait.

J’ai cumulé les arrêts maladie pendant des mois. Et lui, il a cumulé les manipulations et girouettes affectives. Un jour, l’amour fou, le lendemain la haine. Un jour, il comprenait, le lendemain il me demandait de partir ou disait qu’il allait partir.

En Juin, un courrier des services sociaux faisait état d’un projet de placement suite à de nombreux signalements et alarmes tant de l’école que des accompagnateurs sociaux. Il m’en a tenue responsable, comme le reste, m’accusant de le détruire définitivement.

Puis il m’a dit : « On va se séparer, comme tout est de ta faute, ils vont annuler le placement. Évidemment comme tu ne sais pas t’occuper des enfants, j’en conserve la garde, et puis avec tes dettes et ton comportement violent et manipulateur tu n’as aucune chance. »

Une partie de moi, faible, épuisée, l’a cru. L’autre partie me disait : « Il va y avoir placement, je suis trop épuisée, je suis dépressive, j’accepte la séparation pour me mettre en sécurité et je les laisse mettre mes enfants en sécurité« .

Il m’a donné un mois pour trouver un appartement. J’ai rapidement trouvé, soit un studio meublé qui signait le bail de suite ou un 2 pièces non meublé qui signait 2 semaines plus tard. Il voulait que je prenne le studio car sinon il faudrait que je prenne mes meubles (ceux de l’héritage de ma grand-mère) et que « ça le laisserait dans la m***e« , par ma faute.

J’ai choisi le 2 pièces, contre son avis. Et j’ai eu droit à son harcèlement. Il a été question aussi d’un 2 roues que j’avais acheté l’année précédente avec mon salaire, mais dont nous avions mis les papiers à son nom car « à cause de mes dettes il risquait d’être saisi ». Il avait raison : tous les contrats, les crédits et les impayés étaient à mon nom. Ainsi, avant que je parte, je devais pourvoir l’utiliser quand bon me semblerait.

Puis j’ai déménagé. Sans meubles, sans véhicule, sans mes enfants. Il a tout gardé. Et a partir de ce moment-là, il a commencé à vouloir me détruire totalement.

La première semaine de séparation, ça se passait relativement bien. Je voyais mes garçons tous les jours, j’utilisais le scooter pour aller au travail. T me tenait encore par les émotions en me faisant croire que cette séparation était temporaire et que nous allions nous retrouver quand les services sociaux se calmeraient. Nous avons encore « fait l’amour » à sa façon, 2 fois.

Le deuxième, il a demandé à inverser les rôles et être ma victime. J’ai refusé.

Puis il y a eu un rendez-vous chez les services sociaux, pour parler des projets pour les enfants. Il me les a laissés et a décrété qu’il y allait seul. A son retour, il criait : « ça y est, ils vont être placés quand même, tu m’auras détruit » etc. J’ai appelé l’assistante sociale, qui m’a reproché de ne pas être venue, puis a compris que Monsieur m’avait fait garder les enfants pour que je ne vienne pas.

Elle m’a expliqué en quoi consistait le placement. J’ai été soulagée de savoir que c’était une mesure temporaire. J’ai accepté, et ai pris les services d’un avocat que je connaissais déjà.

A compter de ce jour, T. m’a dit que si je reprenais le scooter il irait porter plainte pour vol; il m’a annoncé qu’il se mettait en couple avec une certaine E. rencontrée sur Internet.

Anéantie, j’ai épié ses conversations sur Skype pour mieux comprendre ce qui se passait. Et j’ai lu ses déclarations à E, presque mot pour mot les mêmes compliments qu’il me faisait à nos débuts. Un « je t’aime » en 3 jours. Et surtout, les horreurs qu’il racontait à mon sujet. J’étais la PN, violente, manipulatrice, je le harcelais, le menaçais etc.

J’essayais de le joindre pour obtenir des explications, je suis même allée chez lui mais il a refusé de parler « devant les enfants »; je l’ai obligé à aller dans la pièce d’à côté, il m’a accusé de le séquestrer, m’a traitée de folle et menacée de porter plainte. Je suis partie.

Suite à cela, j’ai essayé de prévenir E. mais elle me croyait déjà folle à lier. Je lui ai dit également les promesses de T. sur un éventuel retour ensemble, le fait que nous avions encore « fait l’amour » quelques jours avant… Elle a douté, lui a demandé des explications, lui a demandé si nous avions effectivement fait l’amour ensemble. Je l’ai vu nier. Et quand je lui ai demandé, il a même nié devant moi, disant que soit j’étais une folle menteuse et f**teuse de m***e, soit que je devais avoir fait ça avec tellement d’hommes que je ne savais plus avec qui.

Quelques jours plus tard, il m’appelait pour me dire de « ne pas me balader nue devant les fenêtres ». J’habite avec vue sur rue, certes, mais en étage. J’en ai déduit qu’il regardait.

2 mois ont passé pendant lesquels E. est venue s’installer chez lui, les enfants ont été délaissés à son profit et laissés seuls pendant leurs promenades, mon fils aîné multipliait les crises d’asthme sérieuses sans recevoir son traitement… et à chaque visite chez moi, les enfants se fâchaient quand il venait les chercher et il m’accusait de les « fliquer » et les perturber.

J’ai appris qu’il leur demandait d’appeler sa compagne « Maman » et que ça ne la dérangeait pas.

Quand j’ai voulu lui en parler, je lui ai demandé si elle serait d’accord que je fasse de même avec sa fille, elle m’a ordonné de laisser sa fille en-dehors de ça. Mais pas mes garçons.

Il ne m’a emmené les enfants uniquement qu’à son bon vouloir car tant que nous ne passions pas devant le JAF, « il en avait le droit ». Par contre, JAF ou non, il me réclamait sans cesse de l’argent.

Mais le jour où je lui ai réclamé la somme correspondant à mon scooter, il m’a répondu « je ne suis pas ta banque ».

Sur conseils de mon avocat, j’ai tenté de garder le scooter. Il m’a harcelée et menacée par SMS et mail toute la nuit, a porté plainte pour vol. Il a récupéré mon scooter à l’usure.

J’ai rencontré mon compagnon actuel pendant ce laps de temps et nous avons commencé une relation en Septembre 2015. Fin Septembre, mon aîné faisait une crise d’asthme qui le conduisait aux urgences, en réanimation. Je lui ai rendu visite avec mon compagnon: T. m’a traitée d’inconsciente d’emmener un « inconnu » voir notre fils et m’a menacé de bloquer l’accès à mon compagnon auprès des infirmières.

Puis, ayant reçu un appel de l’assistante sociale de l’hôpital, il m’a demandé ce que je lui avais dit, allant jusqu’à prétendre qu’elle l’appelait suite à un entretien avec moi alors que je ne l’avais pas encore rencontrée.

Les enfants ont été placés d’urgence suite à cela. La suite de nos « relations » s’est conduite essentiellement par SMS, sauf en Octobre 2015 où il prétendait pouvoir sortir les enfants du foyer et que je ne les reverrais plus jamais après.

Devant le JE (Juge des enfants) il mentait de façon éhontée, disant qu’il avait assuré le traitement de mon fils aîné, que les problèmes d’hygiène (constatés encore après mon départ) étaient de mon fait uniquement, et surtout que j’avais renoncé à mes enfants. Heureusement et grâce à mon avocat, ma position a été comprise: loin de renoncer, j’acceptais le placement pour les mettre en sécurité le temps de me remettre également.

J’ai eu aussi à subir ses mensonges face aux enquêteurs sociaux, chez lesquels j’ai appris qu’en plus de ses accusations de violence et autre il disait que je l’avais violé ! J’en arrivais parfois à me demander ce que j’avais fait pour mériter tant de méchanceté de sa part. Aujourd’hui je sais que je n’y suis pour rien, il est-ce qu’il est.

Face à la JAF, qu’il a fini par saisir pour me salir encore plus, j’ai dû justifier ma position quant au placement face à ses nombreuses accusations, pour lesquelles j’ai appris qu’il m’avait volé des courriers arrivés chez lui. J’ai donc pu porter plainte pour violation de correspondance et entamer une procédure pour récupérer mes meubles et mon scooter car j’avais appris que les papiers n’étaient qu’une « présomption de propriété » et qu’en prouvant que je l’avais payé, je pourrais le récupérer.

Quand il a appris mes procédures, il m’a harcelé par SMS pendant 1 semaine. J’ai eu du mal à respecter le no contact, je l’avoue, je répondais à chaque message: ses propos étaient si dégradants et humiliants que je ne pouvais pas ne pas me défendre. Il tenait ainsi des propos outranciers, mentait au sujet de la responsable de service du foyer (qui en a été « ravie »…), de la situation des enfants etc… entre les insultes adressées à mon compagnon et moi-même.

Mes relations avec les services sociaux et de l’enfance se déroulent très bien, mes droits vont en progressant, j’aspire à un droit d’hébergement prochain avec le soutien des éducateurs. Les garçons sont passés par de nombreux remous et ont encore des fragilités, crises d’angoisse et colères dans lesquelles les mots de leur père sont très présents.

J’ai appris de leur part que « ma mère fumait du shit », que « mon frère voulait les kidnapper » etc. Je suis obligée, régulièrement, de rétablir la vérité auprès de mes enfants. Heureusement, ils commencent à savoir faire le tri et leur jeune âge me permet de « récupérer » leur éducation correctement.

La JAF m’a accordé la garde de mes garçons: elle a relevé que ma position était bien plus réfléchie que la sienne, entièrement tournée contre moi, et a surtout (ça m’a fait plaisir) relevé que le fait qu’il ait fait appeler sa compagne « Maman » portait à s’interroger sur le maintien des relations avec moi.

Depuis ce jugement, leur père ne les voit plus ni ne demande de nouvelles depuis Avril 2016. Il n’a pas reconnu son nouvel enfant, mais est toujours avec E. Pour ma part, je pense l’avoir suffisamment prévenue, même si elle est encore en love bombing et sous emprise comme j’ai pu l’être, j’estime qu’elle est adulte et agit en toute connaissance de cause.

Une audience, fin Septembre 2016, a étendu mes droits avec les enfants car il a été reconnu que ma relation avec eux était constructive et rassurante. J’ai aujourd’hui un droit de sortie qui pourra devenir un droit d’hébergement dès que mon logement le permettra.

Et c’est en cours : j’ai de nouveau un travail en CDI dans une entreprise plus humaine, ce qui me permet de chercher et trouver un logement adapté ; je vois une psychologue depuis plusieurs mois, ma relation avec mon compagnon est au beau fixe, dans le respect et la communication sereine et adulte. Je ne me suis pas disputée avec lui une seule fois, même lors de nos désaccords, tout simplement parce que nous arrivons à communiquer.

Kristina

Crédit photo

Publicités

105 réflexions sur “[Témoignage] Kristina : « 4 jours après notre rencontre, il me disait « je t’aime ». J’ai répondu « moi aussi », il a insisté pour que je dise les mots. Je les ai dits. » + Drapeau rouge « Non respect des limites intimes »

  1. Happy Thursday @Kristina ,

    Mes propos vont certainement vous choquer, cependant je vous avouerai que votre histoire aurait pu être la mienne jusqu’à un certain degré.
    A savoir le caractère commun de la fille de PN qui pour survivre doit faire le deuil du père idéal et du père pour ne voire en lui qu’un géniteur.
    Votre grande délivrance résulte dans le décès de votre géniteur.
    Oui je répète le décès d’un PN est selon moi une délivrance TOTALE pour sa victime quand le lien est génétique par ascendance et autorité légale.
    Cependant le choc post traumatique perdure si la victime ne fait pas un travail de reconstruction et de reformatage sur elle même. Et c’est là que le bas blaisse chez vous…

    Vous avez fuit votre “Pére” pour ensuite courir vivre en couple avec. Vous avez RESSUCITE votre PERE chère @Kristina en la personne de T. 😉

    Le fameux cercle infernal de reproduction du schémas catastrophique.
    Votre mère était dans une relation dite comateuse quand vous vous avez établi une relation comateuse dans une relation dite liquide.
    Et oui, d’entrée de jeu il n’y avais rien a espèrer de cette relation et tous les signaux le démontrent. Cependant vous étiez trop déterminer à fuir vos parents pour construire votre propre foyer et ce peu importe les règles de l’éthique et de la déontologie des rapport humains. 5Et là c’est la juriste qui s’exprime à travers cette phrase)

    Je me permets de profiter de votre témoignage pour dénoncer et alerter toutes ces femmes et « victimes “ de PN qui ont construit leur relation de couple sur les pires FONDEMENTS ETHIQUES ET MORAUX.

    Je cite pour expliquer ensuite:
    « Le samedi 30 octobre 2004, au matin, nous allions chercher T. et sa femme (il était marié) dans un village environnant. Nous mangions ensemble à midi chez mon amie et allions voir Alien VS Predator l’après-midi avant de préparer les festivités du soir.

    Pendant la séance, T. me couvrait de compliments. J’étais douée, il admirait mon caractère, me trouvait jolie, trouvait mes projets intéressants… et accessoirement était en procédure de divorce avec sa femme. Ce qui était vrai, il avait amené les papiers avec lui (comme il le faisait systématiquement par besoin de prouver ses dires et créer sa crédibilité).

    Et il m’a donné son numéro, aussi. Le jour même de notre rencontre.

    A l’époque, je dois dire que j’étais dans un manque affectif et de reconnaissance tels que j’ai (trop) rapidement accroché à cet homme-là.”

    La dépendance affective ne peut pas être un motif de cause à ce genre de comportement surtout quand vous en êtes consciente.

    NUL ne peut fonder SON BONHEUR sur la MISERE DE L’ AUTRE, c’est un principe inaliénable de la DIGNITE HUMAINE.
    Il faut qu’une bonne fois pour toutes ,les individus intègrent ce postulat.
    Je m’explique:
    Voilà une jeune femme qui rencontre un homme marié se disant en instance de divorce.
    Etre en instance de divorce ne signifie pas être divorcé.
    Donc quand vous acceptez d’engager une relation avec l’un des protagonistes de la procédure durant celle-ci, ne vous attendez pas à être perçu(e) et traité(e) dignement dans votre relation, NON!!!, vous n’êtes qu’une soupape anti stress( c’est à dire son nouvel éjaculateur humain) pour l’orgueil de l’autre voire le nouveau trophé avec qu’ il narguera le ou la futur -ex.
    Pour anecdote j’ai une consoeur et amie juge qui systématiquement fait expulser les new “girlfriend and boyfriend” du tribunal quand ils viennent s’afficher comme “moral support” et elle a raison, quoi de plus irritant émotionnellement pour le futur ou la future- ex. Donc quand vous tolérez un tel statut pas étonnant que T vous fasse avaler la misère après, en plus étant un PN.
    D’une part parce que l’individu en instant de divorce n’a pas suffisament de lucidité et d’objectivité pour pouvoir apprécier la nouvelle relation comme un rebond acquis mais plutôt comme une bouée de sauvetage.
    D’autre part, en acceptant la relation vous vous immicez de facto dans le couple qui se désintègre en adoptant le statut légal de maîtresse et rien d’autre, donc la femme du banc de touche si je puis dire.
    Nul ne peut prétendre fonder son bonheur sur la désintégration du “bonheur » de l’autre. Ne faites jamais à votre congénère ce que vous n’accepterez pas que l’on vous fasse.
    How you get him you gonna loose him. Angelina Joly Vs Brad Pitt hellooooo!!!!! Even Steeve WONDER saw that one coming far away BIG TIME!!!
    Et chaque fois on retrouve les mêmes victimes de la tragédie LES ENFANTS
    De la mème façon que vous l’avez rencontré vous le perdrez.
    Et encore une fois dans le cas de @Kristina ça n’a pas loupé!!!!
    Retenez que ce principe d’éthique dépasse le drame PN, c’est une question de savoir vivre basique.
    Donc tout le marasme qui suit n’est que aftermath , conséquence logique du fondement maréquageux du pseudo couple liquide passé comateux.

    J’ai personnellement avant suivi psy reproduit dans mes relations « sentimentiques et romentales » le même schéma de partenaire abusifs toxiques , mais jamais au grand jamais je n’ai accepté de relation triangulaire. Ayant deux géniteurs PN les deux ayant eu des maîtresses et amants je me suis refusée d’arborer ce statut. Et notre point commun s’arrête ici, car j’ai depuis mes 12 ans compris qu’il ne fallait pas, surtout pas que j’ai d’enfant avec des potentielles grands parents machiavéliques, je savais que je devais sauver mon âme avant TOUT de ces monstres par la thérapie, oui la thérapie le seul moyen de se soigner du formatage PN parental. Et ensuite penser à enfanter non l’inverse.

    Vous êtes si je comprends bien de nouveau en couple , je ne sais pas après combien de temps suite à votre rupture de T.
    Visiblement la dernière audience a eu lieu fin septembre 2016 donc très très récent et vous dites être de nouveau en couple très récent aussi…….Dépit de solitude???…….
    J’espère pour vous que vous resterez en thérapie aussi longtemps que ce sera nécessaire parce que vous êtes définitivement le résultat du formatage de votre géniteur à en lire votre histoire.

    Take care,

    Piste de lecture:
    Les relations comateuses détruisent
    Les relations comateuses sont celles dans lesquelles nous sommes coincés, que ce soit à cause de notre conformisme ou par peur de nous confronter à la réalité. Nous devons être fort et toujours rechercher le bonheur, même si cela suppose une rupture.
    https://amelioretasante.com/les-relations-comateuses-detruisent/

    Les relations liquides et la fragilité de leurs liens
    Les relations liquides se caractérisent par leur fragilité. Les liens qui se créent se diluent et s’effacent devant le moindre conflit ou à la première occasion.
    https://amelioretasante.com/relations-liquides-fragilite-de-leurs-liens/

    Aimé par 5 people

      1. Happy Friday @Mila.K @Stellabat,

        C’est un fait certain. Si tu me permets , ma douce, mon propos dépasse largement cet aspect plus qu’évident du comportement égocentrique. A savoir que nous sommes les seuls auteurs de notre propre bonheur et les seuls acteurs de notre propre malheur. L’absurdité du genre humain c’est d’aller “Chercher Bonheur” dans le tragique et le chaotique voire le morbide de l’autre en se l’appropriant à tout les niveaux “NO BONDARIES”!!!!!!. C’est exactement comme vouloir célébrer un baptême ou un mariage ou sa graduation dans un champs truffé de « mines anti personnels » et chercher à convaincre les invités de la fêtes que ces mines sont des feux d’artifices. La pire des malhonnêtetés intellectuelles que l’on puisse avoir à l’égard de soi même !!!!
        Que l’on soit homme ou femme et qu’on ne veuille pas écouter son intinct c’est un fait. Mais que l’on soit conscient du chaos et que l’on choisisse soit de le reproduire ou d’y rester pour ensuite brandir la carte rose néon de la “Victime” auto déclarée quand on a embrassé le monstre à pleine bouche, ce n’est pas valide. Ni sur le plan légal ni sur le plan social, ni sur le plan moral, ni sur le plan spirituel.
        Et à chaque fois ce sont les enfants qui trinquent .
        Alors qu’il suffisait au départ de se munir de la bonne carte celle de la RESPONSABILITE. Mais pour comprendre cela il faut une bonne dose de MATURITE.
        Donc quand en plus, la soit disant victime persiste dans une conclusion d’attaque et de dénonciation déguisée à l’égard du PN absent ou encore qu’au lieu de se remettre sérieusement en retrait pour faire un vrai travail d’introspection, avant de replonger sans tuba ni masque de plongé, ni lampe pour explorer les fonds et prétendre au début d’une nouvelle relation avoir trouvé un partenaire avec qui on communique sans se disputer pendant que vos enfants les seules et vraies victimes sont placés……IS THERE ANY VILLAGE MISSING IS MORON ?!!!!!!
        Hello BRAIN are you alive?!!!!!!!! Hello BRAIN Please BRAIN I am begging you answer me Puleeeeeeeze!!!!!!!
        LES ENFANTS DOIVENT ETRE VOTRE PRIORITE , LA SEULE ET UNIQUE PRIORITE DE VOTRE Fucking EXISTENCE QUAND VOUS ETES SEPARE DE LEUR GENITEUR PN. Donc la logique et la bonne volonté aurait voulu que la mère soit célibataire au lendemain du dernier procès, qu’elle se batte pour son CDI ce qui selon ce qu’elle écrit est acquis, qu’elle apprenne seule à gérer son nouveau foyer seule, pour ensuite y introduire ses enfants, et après bien après minimum deux ans après éventuellement pense à refaire sa vie et non l’homme en premier dans le foyer et les enfants ensuite. VOILA C’est dit et ne venez pas vous offusquer contre moi. Pour ceux qui persisterait à vouloir critiquer mon discours rappelez vous que il y a des enfants qui sont placés donc séparés de leur maman et du nouveau foyer quand un autre homme lui s’y trouve déjà, or il me semble que pour vous en Europe c’est NOEL !!!! okay!!! Did I make myself clear?!!!!
        So ceux qui serait choqués devinez quoi :
        I DON’T CARE .com, n’écrivez pas à @Scarlett elle n’y est pour rien , j’assume l’entière responsabilité de mes propos.
        Parce que c’est exactement ce que les services sociaux observent “ses enfants sont placés mais elle a dejà un homme “ donc je vous laisse deviner ce que pense le Juge des enfants ……

        Peace,

        Aimé par 1 personne

      2. Je ne peux qu’applaudir ton commentaire, Mila. Si seulement les humains avaient plus de scrupules… Hélas, c’est loin d’être le cas et quand je regarde autour de moi, c’est plutôt une disparition progressive de tout respect des sentiments d’autrui et une logique court terme auto-centrée que j’observe ;).

        Aimé par 2 people

  2. Bonjour Kristina

    Bouleversant témoignage… et surtout pour les enfants….
    on retrouve dans votre témoignage les caractéristiques typiques des PN
    Les Je t’aime après 4 jours, les belles paroles, les déclarations d’amour, etc etc…
    L’addiction au sexe, les tromperies, les partenaires multiples, les mensonges….
    Ils sont tous fabriqués dans le même moule , à l’identique.

    Je vous souhaite de retrouver vos enfants, une vie normale avec un compagnon qui vous aime, je ne vous souhaite que du bonheur et du courage pour affronter encore les épreuves qui vous attendent.

    je vous embrasse, et de belles fetes de fin d’années pleines d’ESPOIR
    Liliane

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour Kristina

    Votre récit m’a été difficile à lire car en plus de l’histoire avec vos parents et T, vient se greffer la situation très touchante de vos enfants, qui aujourd’hui sont placés. Je trouve très courageux et lucide de votre part d’accepter que cet éloignement est bénéfique pour eux, le temps de remettre de l’ordre dans votre vie et d’être suffisement forte pour les accueillir à nouveau. Vous avez aujourd’hui un suivi psy, ce qui me semble indispensable et constructif, après un tel traumatisme. Je pense que vos enfants aussi ?

    J’ai relu votre témoignage ce matin, à « froid », et certains éléments me laissent, je dois le dire, perplexe. Loin de moi l’idée de porter un jugement, permettez moi juste d’attirer votre attention sur un point.

    Vous dites que votre nouvelle relation est « au beau fixe »car « adulte », emprunte d’une communication que vous qualifiez « respectueuse ». Visiblement, vous expérimentez (tant mieux) une relation avec une personne saine. Ce qui m’interpelle, c’est la rapidité avec laquelle cet homme est entrée dans votre vie à un moment ou à mon sens, seul un temps de la solitude permet de se centrer sur soi pour digérer des années de malveillance, de dépendance avec des toxiques et éviter ainsi, au pire une relation à l’identique, au mieux une relation « sparadrap ». Ce n’est que mon avis, basée sur ma propre expérience.

    J’ai l’impression qu’il vous était impossible de rester seule et que vous recherchiez une « bouée » à laquelle vous accrocher pour ne pas sombrer. Vous lui avez demandé de venir avec vous quand votre fils était hospitalisé. Sans doute aviez vous besoin d’un soutien mais comment ignorer que cela pouvait perturber votre fils de vous voir arriver avec cet homme et d’ignorer que son père s’en servirait forcément contre vous ?
    La rapidité de votre engagement avec cet homme, à un moment ou vous nagez en plein choc traumatique, me fait craindre que le détachement nécessaire pour se reconstruire après des années de relation PN, ne puisse aboutir correctement. Le PN occupait tout votre temps, à son départ s’est substitué un grand vide que naturellement vous recherchez à combler. Sans vous paraitre indiscrète, pouvez vous nous dire dans quelles circonstances vous l’avez rencontré ?

    Je ne dis pas que cet homme est malveillant. Je m’interroge quant à vos intentions, quelles sont elles vis à vis de lui, quelle place occupe t’il dans votre vie ? Quelle place pensez vous qu’il va pouvoir occuper auprès de vos enfants ?

    Aimé par 4 people

    1. Merci Stellabat pour votre commentaire.

      Aujourd’hui avec le recul il m’est possible de répondre, en toute franchise: non, mon compagnon n’est pas une « bouée ». Il ne l’a jamais été.
      J’ai été « jetée » par T. en Juin-Juillet 2015. Mes « bouées » et autres « sparadraps » ont été mes amis et collègues qui m’ont vraiment empêchée de tomber en morceau avec ce que me faisait T.
      Je tchattais aussi beaucoup sur internet, pour évacuer tout mon mal-être mais j’avais surtout besoin de savoir qu’il existait des gens « normaux ». Mon compagnon a fait partie de ces gens.

      Je conçois que ma relation avec lui s’est faite rapidement, j’en suis parfaitement consciente d’autant que l’on m’en a souvent fait la réflexion. Il a été d’un fort soutien dès le départ mais je n’ai pas le sentiment d’avoir dépendu de lui pour m’en sortir: j’ai fait toutes mes démarches et mon travail en toute autonomie.

      J’avais longuement parlé à mes garçons de cet homme, à chacune de leurs visites. Et quand mon aîné a été hospitalisé, je suis venue une première fois seule et il m’a lui-même demandé où il était. Je me doutais que T. allait s’en servir mais je me disais aussi que je n’allais pas m’empêcher de vivre et d’agir en fonction de lui (j’ai trop vécu en fonction des autres, j’ai décidé d’arrêter…).

      Le vide dont vous parlez ne date pas de la fin de ma relation avec T. Il a toujours été présent. Je le comble petit à petit avec ce que m’apporte mon entourage (mon compagnon certes mais aussi ma mère, mes garçons, mes amis…) et avec ce que j’arrive à réaliser (mes passions, ma perte de poids, mon travail…).

      Ma relation avec mon compagnon est idéale: nous sommes à la fois complémentaires et sur la même longueur d’ondes, notre relation est à la fois amicale et amoureuse. Je crois avoir trouvé ce qu’on appelle « ma moitié ». Je peux donc sans problème me projeter à long terme avec lui.

      De plus, mes droit ayant été étendus et avec approbation des accompagnateurs sociaux et éducateurs, les garçons ont commencé à fréquenter mon compagnon et une relation saine a commencé à s’installer: il arrive à s’inscrire comme beau-père assez naturellement.

      Ainsi, je vous remercie encore une fois pour vos réflexions mais je vous rassure, cette fois, j’ai de la chance. Mieux vaut tard que jamais…

      Aimé par 1 personne

      1. Chère Kristina, je lis cette réponse après avoir écrite la mienne. Trois points m’interpellent. 1) Vous parlez de « relation idéale », pardon mais cela me gêne, c’est trop , tout de suite ! Vous vous souvenez : le fameux « trop beau pour être vrai  » ? 2/ Vous parlez de moitié, cela me gêne aussi , un couple c’est 2 individus, par deux moitiés qui font un… 3/ Vous parlez de chance , c’est encore une fois la preuve que vous êtes toujours dans l’idéalisation, le presque « magique « . J’espère pour vous me tromper, le temps vous le dira. Bonne continuation 😊

        Aimé par 3 people

  4. Bonjour Kristina ! Je rejoins totalement Dandoha et Stellabat. Dandoha tout d’abord , qui dit qu’on ne construit pas quelque chose de sain , sur le malheur d’un(e) autre. Sans discours moralisateur, Je me demande comment peut on , sous les yeux de sa future ex femme, se laisser draguer sans s’interroger sur le manque incontestable de respect du dit homme… Quel homme saint d’esprit fait une chose pareille ? Il était évident qu’il ferait la même chose avec vous. 2/ À peine , après avoir quitté le père de vos garçons, vous vous remettez en couple. Cela me semble prématuré. Vous n’avez pas pris le temps de vous (re)construire , de panser vos plaies , de définir, vos failles, vos limites, de retrouver vos enfants… Je ne peux que vous mettre en garde , car vous être encore dans « un profil de proie parfaite »… Méfiez de n’être pas encore en plein love bombing… Je vous souhaite d’être tombé sur un homme bienveillant bien sûr mais tout est allé bien vite encore une fois… Une relation saine , démarre doucement, on prend le temps de se connaître , surtout quand on a des enfants. Imaginez les dégâts si vous récupérez vos fils déjà bien perturbés et que cet homme se révèle autrement que ce qu’il vous a montré ? Je ne vous juge aucunement et ne souhaite pas vous effrayer mais j’ai l’impression que vous êtes toujours dans la même crédulité et insouciance qu’à l’époque de votre rencontre avec T… Nous avons toutes ce point commun lorsque l’on se retrouve dans des histoires toxiques, liquides ou comateuses (merci Dandoha pour tes pistes de lecture super intéressantes, je ne savais pas comment s’appelaient ces histoires mais je les ai vécu ! ). Si l’on veut une histoire saine , avec quelqu’un de sain , assurons nous déjà d’être saine et capable , d’être épanouie par nous mêmes, de nous auto suffire ! Il semble en effet que vous ne supportiez pas d’être seule. Cela est problématique, vous devez être votre meilleure amie. Lorsque l’on est épanoui(e)s seul(e)s, nous pouvons alors envisager si quelqu’un se présente sur notre chemin d’apprendre à le connaître. Parce que très franchement, sans méchanceté aucune, peu d’hommes équilibrés arrivent dans la vie chaotique d’une femme, avec bonheur. Ce sont les prédateurs qui aiment le chaos, le désespoir, l’opportunité de soutenir au départ pour mieux détruire ensuite. Et de grâce, ne me parlez pas de coup de foudre qui fait qu’il fait tout pour vous ce brave homme… Je vous souhaite sincèrement une reconstruction solide , de retrouver vos enfants et d’être heureux . Restez lucide , gardez la tête froide et prenez soin de vous. Cordialement

    Aimé par 5 people

  5. Je lis tous vos commentaires et j’en comprends la bienveillance, je comprends aussi vos doutes et tout ça.

    Sur ce qui s’est passé à l’époque avec l’ex-femme de T. … aujourd’hui avec le recul et même quand je l’ai écrit, je me suis trouvé stupide. Ou aveugle. Je ne sais pas, je sais juste que ma fragilité et mon manque d’expérience m’ont clairement fait manquer de jugeotte.

    Mais pour aujourd’hui, je suis certaine que non. Je suis encore fragile dans le sens où je fais des angoisses de temps en temps. C’est vrai. Mais j’ai appris à m’aimer toute seule, je me fais plaisir, je vais au bout de mes passions et projets, que Monsieur soit d’accord ou non. Il n’y a pas eu de coup de foudre, mais une relation construite sur le partage.

    J’apprends à connaître et cerner ses défauts (eh oui, il en a), je ne l’idéalise pas du tout, je constate. Malgré mes fragilités, T. m’a au contraire rendue très (très) lucide par rapport à mes fréquentations. Je sais donc cerner les qualités et défauts, et me défaire des personnalités toxiques. Je ne me laisse plus faire, même dans mes démarches au quotidien.

    Ensuite, oui, j’ai démarré rapidement ma relation avec lui, trop rapidement me dites-vous si on ne se fie qu’aux dates. Mais je vois les choses différemment. Je n’étais pas en relation amoureuse avec T. , j’étais sous emprise. Je ne crois même pas qu’on puisse parler de couple. Même avec lui je me sentais seule, voire célibataire, et nos relations n’avaient rien à voir avec une relations de couple. Je pense que ça a dû contribuer à ma nouvelle relation.

    Encore une fois, même si je reconnais l’intention bienveillante de vos propos, même si je comprends et conçois vos inquiétudes, je veux vous dire que je me fais assez confiance pour savoir ce qui est bon pour moi aujourd’hui. J’ai déjà eu à répondre et à prouver le bien fondé de ma relation, mon compagnon a rencontré de nombreux intervenants dans notre histoire familiale et ma psychologue a souligné de nombreuses fois ma capacité croissante à me débrouiller par moi-même sans dépendance à qui que ce soit.

    J’aimerais donc vous rassurer, si c’est possible, et vous demander de simplement considérer que je suis sur la bonne voie, pas pour lui, pas pour les autres, juste pour moi. Et mes enfants.

    Aimé par 2 people

    1. Happy Friday @Kristina

      Je vous cite : “ J’aimerais donc vous rassurer, si c’est possible, et vous demander de simplement considérer que je suis sur la bonne voie, pas pour lui, pas pour les autres, juste pour moi. Et mes enfants.”

      A votre avis que pensent vos enfants du fait que: à chaque visite et en cas de présence du nouveau compagnon que de toute façon ils ont déjà rencontré, ils réalisent que lui ce nouveau compagnon reste et eux s’en vont?
      En d’autres termes nous ont doit repartir sans maman mais lui il a le droit de rester avec maman….. Si j’ai bien compris vos enfants ont moins de 10 ans c’est bien ça?
      Peace,

      Aimé par 2 people

  6. Bonjour Kristina,

    Je vous souhaite sincèrement que ce nouvel homme soit sain. Vous dites que vous avez construit une relation sur le partage..et vous semblez ne pas avoir de doutes.
    Je suis plutôt d’accord avec le reste des commentaires, vigilance, nous sommes des aimants à pervers narcissique et pour ne plus en être un je pense qu’il faut un très long travail de thérapie.
    Moi aussi « ma moitié » me fait un peu frémir (âme soeur trop beau effectivement pour être vrai)..
    Je vous souhaite de pouvoir retrouver vos enfants, et je pense que en plus d’un suivi pour vous et eux, une psychothérapie familiale serait une bonne chose si je peux me permettre.
    Je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année et j’espère que pour vous que la suite se passera bien.

    Aimé par 1 personne

  7. @Kristina, Vous n’avez rien à prouver ni à justifier, à personne ,ce n’est pas du tout dans cette optique que je vous écris. 🙂 J’aimerais seulement que vous restiez sur vos gardes et que vous soyez en mesure de réagir si jamais , les choses commençaient à se gâter. Je m’explique : Par exemple, ne pas se dire que tel ou tel agissement fait partie de ses défauts, qu’il faut les accepter. Ne pas excuser non plus sous couvert de passé difficile etc… En somme, être capable de stopper immédiatement la relation si elle vous fait du mal. Retenir de votre expérience, que les choses ne s’améliorent pas mais ont tendance à empirer. C’est cela être autonome à mon sens. Vous dites avoir appris à vous aimer c’est une excellente chose. Aimez vous toujours avant quiconque, aimez vous assez pour quitter une relation qui ne vous conviendrait pas. Car dans les histoires que l’on rencontre ici , il y a toujours un bourreau, certes , mais une victime qui consent à le rester. Quant à l’histoire de votre ex , marié, ne vous justifiez pas non plus, retenez simplement ce qu’il y a à retenir : Ne pas se mettre avec quelqu’un qui traite mal ses ex… On peut être sûre à 99%, de recevoir le même traitement… Idem, j’ai tendance à fuir si un homme parle mal de ses ex , est insultant et/ou lui attribue tous les torts et tous les défauts de la terre…. Nous ne sommes JAMAIS certaines à 100% de quelqu’un d’autre que nous mêmes , du moins c’est une erreur si on l’est. Ceci dit, on peut être capable de se donner toutes les chances de vivre une histoire saine et d’être en mesure de réagir dès qu’une pilule est trop dure à avaler, avant d’être enlisées dans des histoires malheureuses. Je vous souhaite d’avoir raison , vous seriez la première personne que je lis , avoir été en mesure d’entamer une relation saine encore sous emprise si tel est le cas. Très belle route à vos enfants et vous. Amicalement.

    J'aime

  8. Bonsoir Kristina,

    Merci de votre réponse et d’accepter d’échanger avec nous tous.

    Je dois être honnête avec vous. En vous posant la question de savoir comment vous aviez rencontré votre compagnon, j’étais quasi certaine que vous alliez me répondre sur internet. Bien sur qu’il y a des gens « normaux » sur internet, d’ailleurs je suis bien là avec vous ! En revanche, c’est un terrain de chasse idéal pour les prédateurs de tout bord, vous ne l’ignorez pas non plus je suppose ?

    Très sincèrement, je vous souhaite que le monde dans !equel vous évoluez désormais est bel et bien celui que vous décrivez. Pardonnez moi de rester en quelque sorte suspicieuse, car tout comme mes camarades, certains mots me heurtent: « ma moitié, relation idéale ». Ces mots raisonnent désormais en moi comme des alertes, celles de l’amour idéalisé, celui que l’on demande à l’autre de nous servir. Vous me direz, ce sont vos mots, pas ceux de votre compagnon.
    Je concède que l’on ne peut pas vivre dans la crainte perpetuelle et la peur ne permet pas d’avancer, alors si vous êtes persuadée d’avoir rencontré le compagnon qui vous correspond, je ne peux que me réjouir pour vous. En revanche, cela n’a rien à voir avec une quelconque chance, c’est vous qui avez consenti à entrer dans une relation avec une personne qui vous correspond, avec laquelle vous trouvez votre équilibre, du respect, de la confiance et j’espère de l’amour.
    Ce compagnon au courant de votre enfance, de votre enfer avec T, qui a assisté au placement de vos enfants et qui vous soutien, qui vous aide et vous porte un amour inconditionnel (et réciproquement), qui ne s’est pas enfui face à la montagne de difficultés que vous portez avec vous, est sans aucun doute un homme rare.
    Alors moi aussi je veux bien croire en mon karma 💫
    Je vous souhaite de poursuivre votre avancée toujours sous les meilleures augures, pour vous, votre couple et vos enfants.

    Aimé par 1 personne

    1. @Happy Friday @Stellabat,

      Je cite et je reprends et je surligne: « Ce compagnon au courant de votre enfance, de votre enfer avec T, qui a assisté au placement de vos enfants et qui vous soutien, qui vous aide et vous porte un amour inconditionnel (et réciproquement), qui ne s’est pas enfui face à la montagne de difficultés que vous portez avec vous, est sans aucun doute un homme rare.”

      Oh que OUI c’est un spécimen rare et c’est un spécimen rare ……Tant qu’il y aura la surveillance de BIG BROTHER c’est à dire les services sociaux qui collent aux bottes de @Kristina comme comme un caillou dans une semelle en caoutchouc 😉
      MARK MY WORDS DARLING….
      TRUST ME ON THAT ONE 😉
      ALERT ALERT ALERT ALERT!!!!! BIG TIME ALERT!!!!

      Un compagnon qui , je récapitule:
      communique
      ne se dispute pas avec vous
      participe à toutes vos étapes en moins d’un an de relation si je compte bien tout juste après un drame PN vous suit sans broncher dans vos démarches
      joue le jeu des services sociaux donc
      Alors que vous n’avez pas encore obtenu la garde définitive de vos enfants qui aux yeux de la Loi doivent dans ce contexte être votre priorité

      IL A INTÉRÊT CE COMPAGNON A NE PAS FAIRE DE VAGUE parce que les services sociaux veillent surveillent et sont totalement en éveil contrairement à @Kristina qui elle baigne dans “l’amour” vous savez ce cortex gauche de l’affect du cerveau qui prédomine sur celui de la raison le cortex droit.

      Résumons le scénario :
      On a un compagnon qui vous rencontre sur internet Helloooooooo!!!!, et qui connait votre présent passé (et futur dans sa tête) , vous suit dans une phase la plus VULNÉRABLE de votre vie celle d’un contrôle des services sociaux et d’une thérapie EN COURS je répète EN COURS afin de vous reformater d’une DOUBLE TRAUMATISME PN.

      Le compagnon sait TOUT cela de vous en 2016 et en moins de 1 an, soit 365 jours puisque votre dernière audience date de septembre 2016.
      Donc votre compagnon rencontré sur internet qui communique et ne se dispute pas avec vous et lui est “FIXE” sur qui vous êtes pendant que votre propre appartement et vos enfants placés sont eux et je cite « Une audience, fin Septembre 2016, a étendu mes droits avec les enfants car il a été reconnu que ma relation avec eux était constructive et rassurante. J’ai aujourd’hui un droit de sortie qui pourra devenir un droit d’hébergement dès que mon logement le permettra.”
      Votre appartement n’est pas fixé, vos enfant ne sont pas fixés mais votre compagnon est fixé.

      Ça veut dire quoi une relation rassurante SVP?

      SACRE PISTACHE SI JE VIVAIS EN FRANCE JE ME SERAI FAITE UNE JOIE D’ÊTRE L’AVOCATE DE CES ENFANTS ET GRATUITEMENT JUSQU’À CE QUE LEUR MERE EST COMPLÈTEMENT ACHEVÉ UN SUIVI PSYCHIATRIQUE POST TRAUMATIQUE IMPOSE PAR LE JAF. I swear !!!!!

      @Kristina de grâce reprenez vos esprits pensez à vos enfants .

      Peace,

      Aimé par 3 people

  9. Bonjour Kristina

    J’ai relu votre témoignage et ses commentaires.
    Comme cité plus haut vous n’avez rien à prouver ni à justifier, ni moi de même non plus.
    Vous avez repris une relation rapidement et bien j espère que vous allez trouver le bonheur.Je comprends tout à fait que après avoir vécu cet enfer, vous ayez besoin d’y croire!!!
    On vous le reproche, pourquoi?
    C’est votre choix et personne n’a à vous faire culpabiliser d’avoir repris une relation aussi tôt. Cette personne ne sera pas forcément à nouveau un PN
    N ecoutez que votre coeur et j espère que vous et vos enfants retrouverez la joie de vivre et le bonheur
    J’ai republié il y a deux trois jours suite t à mon témoignage d’il y a un an j’ai été comme vous un objet sexuel d’une pourriture dans un autre contexte bien évidemment
    Dans mon post j expliquais juste où j’en étais aujourd’hui, le chemin parcouru mais aussi cette histoire qui est toujours présente dans ma tete et ce qui je pense est tout à fait normal et je suis certaine que presque toutes les personnes ayant vécu une histoire avec un PN seront d’accord avec moi.
    Eh bien suite à mon poste, on me dit que je ne suis pas guérie , que mon couple ne résistera pas etc etc
    A croire que certains ou certaines me souhaitent presque de ne jamais m’en sortir.
    Il faut du temps, il vous en faudra aussi et certainement plus qu’à moi!!!
    Je suis un peu déçue de certains commentaires vis à vis de mon histoire et de ce que je ressens encore aujourd’hui, mais j’ai avancé et je continuerais.
    Je pense que je continuerais à rester sur ce blog et répondre à certains témoignages mais je ne publierais plus rien de personnel car ce ne sont pas des reproches que je cherche ici, j’essaie juste d’expliquer ce que je ressens et je lis aussi ce que les autres victimes vivent et ressentent et ca me permet d’avancer aussi
    Je vous souhaite de belles fetes de noel , du courage, de l’espoir , de l’amour et du bonheur, il faut y croire Kristina
    Liliane

    Aimé par 1 personne

    1. Happy Friday@Liliane,

      Je vous cite : « Eh bien suite à mon poste, on me dit que je ne suis pas guérie , que mon couple ne résistera pas etc etc
      A croire que certains ou certaines me souhaitent presque de ne jamais m’en sortir.”

      puis vous ajoutez: « Je suis un peu déçue de certains commentaires vis à vis de mon histoire et de ce que je ressens encore aujourd’hui, mais j’ai avancé et je continuerais.
      Je pense que je continuerais à rester sur ce blog et répondre à certains témoignages mais je ne publierais plus rien de personnel car ce ne sont pas des reproches que je cherche ici, j’essaie juste d’expliquer ce que je ressens et je lis aussi ce que les autres victimes vivent et ressentent et ca me permet d’avancer aussi”

      Je ne répondrai pas pour les autres , je répondrai pour mon post:
      que je recite afin de rétablir la VERITE:

      « Dandoha
      22/12/2016 À 7 H 44 MIN
      Happy Thursday @Liliane,

      Votre colère est sourde, encore tournée vers un PN quand en réalité elle vous concerne directement. Votre orgueil vous ronge un an après. Il va falloir accepter la responsabilité qui vous incombe pour ensuite lâcher prise. Je ne connais pas de couple qui puisse supporter longtemps un tel état émotionnel comme le votre pour son épanouissement. Vous êtes toujours votre propre ennemie.

      Je vous cite : « Cela fait maintenant un an !!! oui un an déjà que j’ai publié ce témoignage, mon témoignage avec honte, sur ce que j’ai vécu avec ce qu’on peut appeler une « pourriture » pas d’autres mots pour le décrire, pour ce qu’il est et qu’il restera toute sa vie. Cette pourriture qui m’a utilisé à tous les niveaux, psychologiquement , sentimentalement, financièrement et surtout sexuellement.
      Que de chemin parcouru depuis, mais malgré tout et je suis honnête, il est encore la dans mon esprit, de moins en moins, mais il y est toujours. Certains évènements, endroits , m’y font repenser au moins une fois voir plusieurs, fois tous les jours.
      J’aimerais appuyer sur un bouton pour effacer totalement cette partie de ma vie de ma mémoire.”
      Si vous êtes en Thérapie restez y , sinon pensez y très sérieusement.
      Peace,”

      VOUS @Liliane aviez répondu ceci je cite:

      « Liliane
      22/12/2016 À 9 H 39 MIN
      Bonjour Dandoha
      Bien sur que la colère gronde toujours en moi, comment peut on oublier une telle relation destructrice…
      Je pense que tout le monde est d’accord la dessus, comme je le disais ce serait magique de pouvoir tout effacer en appuyant sur un simple bouton. On ne peut pas effacer cela entièrement de sa mémoire.
      J’ai même déjà pensé à aller voir un hypnotiseur pour qu’il essaie de me faire oublier, lol, c’est peut être loufoque , ca va peut etre faire rire, mais qui sait, ca marche pour le tabac ou autres addictions, pourquoi pas ca…
      Mais je vous remercie de votre réponse , et c’est bien pour cela que je voulais revenir sur mon témoignage encore une fois.
      Mon couple va résister, nous sommes passés par cette épreuve, qui n’est pas des moindres, et je pense que c’est rare de résister à cela.
      C’est juste à moi de continuer ma thérapie, pour que mon « état émotionnel » que vous citez se dissipe petit à petit et j’y arriverais, je ferais tout ce qu’il faut.
      Mais vous avez raison, c’est mon orgueil qui me ronge encore, le fait de m’etre faite avoir à ce point… vous avez trouvé le mot juste L’ORGUEIL L’AMOUR PROPRE DE SOI MEME, c’est cela qu’il faut retrouver et je pense que j’ai déjà fait plus de la moitié du chemin.
      J’ai juste encore de la haine au fond de moi contre cette pourriture.
      Je vous souhaite Dandoha de très belles fetes de fin d’année.
      bien à vous toutes et tous
      Liliane.”

      Je vous avait rétorqué ceci:
      « Dandoha
      22/12/2016 À 11 H 13 MIN
      @Liliane,

      Je vous cite : « Bien sur que la colère gronde toujours en moi, comment peut on oublier une telle relation destructrice…”
      Et pour cause votre responsabilité se situe juste dès cet instant:
      « Je l’ai rencontré il y a trois ans par le biais d’un site de rencontres où je m’étais inscrite pour passer le temps et discuter, mon couple n’allant pas bien du tout à l’époque. »

      Il était également en couple et me disait que chez lui aussi, ça n’allait pas du tout et qu’il envisageait de quitter sa compagne avec qui il vivait depuis 4 ans.”

      Girl, YOU PLAYED THE GAME you knew the RULES!!!!

      Pour pouvoir avancer vous devez admettre avoir choisi la fuite des problèmes de votre couple à travers le risque des sites de rencontres niches à PN et autres toxiques. Si vous n’admettez pas ça une bonne fois pour toute, vous ne parviendrez jamais à faire face à votre responsabilité dans cette tragédie que vous avez initiée. C’est le même mécansime que nous expliquons encore et encore sur ce blog.
      On attire ce que l’on est les victimes de PN ne peuvent se reconstruire que si elles acceptent de se remettre en question et travailler sur leur vulnérabilités.
      La colère que vous manifestez 1 an après n’est autre que de la PEUR qui vous évite de vous concentrer sur vous même. Donc si vous n’y parvenez pas seule, à faire ce travail fondamental d’introspection faites vous aider par un professionnel afin de mettre un terme à cette auto-destruction par la colère irrationnelle.
      Une fois que vous pourrez verbaliser votre part de responsabilité en toute sérénité vous pourrez lâcher prise et avancer , je vous le souhaite.

      Chaque jour qui se lève est une célébration, chaque soleil qui se couche est une bénédiction.
      Profitez des fêtes , mais profitez surtout de la vieet de chaque instant😉

      Keep smiling no matter what….

      Take care,”

      Ma question:
      A quel moment dans mes réponses à votre discours ai je eu le désir de ne pas vous voir vous en sortir, SVP?

      Maintenant je vous rappelle que ce blog a pour vocation d’aider es victimes à ne plus être des victimes.
      Comment en se concentrant sur elle mêmes et leur failles, leurs vulnérabilités.
      Pourquoi?
      Parce que le PN elles ne pourront JAMAIS le changer , mais leur attitude à elle oui. Et elle doivent, ces victimes temporaires canger leur raisonnement et attitude pour ne plus attirer les toxiques dans leurs vies.
      Et notre seul objectif que les gens s’en sorte par eux mêmes avec leur seule volonté.

      Donc pour ce qui est d’encourager dans la victimisation ou le VICTIMISME CHRONIQUE ce dont vous souffrez manifestement au bout d’un an , NON MADAME le blog ne fait pas dans ce créneau: OUT OF STOCK.
      On fait dans le positif, dans la détermination, la joie de vivre, l’humour, la dérision , l’auto-dérision, relativiser, observer, aider, soutenir, encourager, dire la vérité, la franchise, la sincérité, l’honnêteté, la compréhension, la tolérance, l’humanité, la patience, la disponibilité, le soutien légal, le soutien moral, l’information: OUI on fait dans ces créneaux là, IN STOCK mais certainement pas dans le vitimisme. Vous avez saisi?!!!

      Victimisme chronique : les personnes qui se plaignent constamment
      Le victimiste chronique a une vision dénaturée de la réalité et réussit toujours à trouver un coupable à tout ce qui lui arrive.
      https://amelioretasante.com/victimisme-chronique-les-personnes-qui-se-plaignent-constamment/

      Have a nice day,
      On sera TOUJOURS à votre attention mais certainement pour vous encourager a rester une victime 😉

      Aimé par 1 personne

      1. @Liliane, vous vous méprenez, il n’est pas question de reproches, ni de volonté de vous enfoncer. C’est tout l’inverse ! Accepter le partage des responsabilités nous conduit à trouver inévitablement nos failles, justement pour ne pas reproduire un schéma destructeur ! Je suis d’accord avec Dandoha, tant que l’on est en colère, contre lui , contre nous , on n’est pas guérie. Tant que l’on se morfond non plus. Je suis personnellement capable de penser à mon histoire toxique, d’en parler sans aucune souffrance. D’y penser seulement quand je veux m’en souvenir, d’évoquer MES erreurs , MA responsabilité sans m’accabler , sans honte. Pourquoi ? Parce qu’après deux ans de ressassement, Je suis venue ici . Je pensais avoir été juste un pion dans cette histoire, une pauvre victime mais j’ai été actrice aussi ! J’aurais pû l’arrêter mais je l’ai autorisé à me faire toujours plus de mal , pourquoi ? Parce que je ne m’aimais pas ! J’ai appris à m’aimer et à comprendre avec un très bon outil , (conseillé par Dandoha :  » Les quatre accords toltèques » ) que nous sommes maîtres de nos vies , de nos rencontres, de ce que les autres perçoivent de nous etc… Et que nous avions le choix entre bonheur et souffrance ! C’est à ce moment là seulement que j’ai lâché prise. Je pensais pourtant , que je ne m’en remettrai jamais, dans mon premier post je dis que la cicatrice me fera toujours mal mais elle a disparu , je vous l’assure. Vous cherchez une voie presque magique (hypnose , que la douleur s’efface ) , cela me rappelle que je voulais être amnésique avant de venir ici… Ce n’est pas facile , de faire sa propre introspection mais c’est la seule voie possible ! Vous perdez votre temps à comprendre pourquoi le PN a agit comme un PN… Toutes les réponses et les solutions sont en vous et il faut en passer par là : Les blessures et failles remontent parfois très loin mais les identifier, les panser et s’aimer c’est la guérison ! C’est le remède magique ! Je vous souhaite de belles fêtes

        Aimé par 1 personne

  10. Je ne me plains nullement et je n’ai pas besoin de leçon de morale de votre part MADAME et je ne suis pas une victime chronique!!!
    Presque toutes les victimes de PN je pense, ou alors je me plante sur toute la ligne, ont encore des mois après de la haine et de la colère.
    Vous pas et bien tant mieux! j’en suis contente pour vous.
    Je suis juste là pour exprimer mon ressenti, mais à priori vous ne comprenez pas non plus et pas besoin de me sortir des citations du dictionnaire, je ne suis pas totalement illétrée…
    Je pense que vous jugez trop facilement, sans chercher à comprendre, vous avez eu votre histoire , d’après vos dires, vous vous en êtes sortie totalement, tant mieux pour vous!
    Mais arrêtez de juger et de descendre tout le monde comme on vous l’a déjà reproché dans plusieurs posts précédents….JE VOUS LE CITE EGALEMENT
    Ce blog est celui de Scarlett et vous vous l’êtes approprié, elle même ne se permet pas de répondre de la manière dont vous le faites.
    Vous parlez d’un suivi psychiatrique pour Kristina, de quel droit? Vous êtes médecin, vous avez la science infuse?
    sur ce
    HAVE A NICE DAY également!

    Aimé par 2 people

    1. @Liliane,

      Je vous cite : « Presque toutes les victimes de PN je pense, ou alors je me plante sur toute la ligne, ont encore des mois après de la haine et de la colère.”

      OUI OUIOUI vous vous TROMPEZ LOURDEMENT.
      Personnellement je n’ai pas ressenti de colère mais un soulagement indescriptible d’avoir rompu et pu mettre un terme sur ce que je vivais.

      Leçon de morale vous dites, c’est votre perception due au faite que par comportement victimiste vous en faites une affaire personnelle, au lieu de rationaliser les choses.
      Vous êtes a bienvenue sur ce blog, et je continuerai à vous démontrer à travers vos écrits la portée de vos propos et leur cohérence avec votre volonté de vous en sortir , rien d’autre.
      Donc que vous interprétiez mon discours comme une leçon de moral, ça vous appartient c’est votre perception de rationaliser mon discours et ceux des autres inetrvenants par la négative.

      La preuve je vous cite : « Mais arrêtez de juger et de descendre tout le monde comme on vous l’a déjà reproché dans plusieurs posts précédents….JE VOUS LE CITE EGALEMENT
      Ce blog est celui de Scarlett et vous vous l’êtes approprié, elle même ne se permet pas de répondre de la manière dont vous le faites.”
      Tout à fait vous avez absolument raison de le rappeler , et je suis rassurée que vous l’ayez compris ce blog est celui de @Scarlett la seule et unique modératrice et propriétaire et auteur.
      Ce qui signifie que tout comme vous je ne suis qu’une intervenant qui toujours sous le contrôle de son auteur dispose sur ce blog de mes éléments de soutien et d’aide tant que les intervenants me sollicitent.
      Oui en effet ma personalité, mon discours, mon ton, mon écriture: diffèrent de ceux de @Scarlett, nous sommes deux individus différents soucieux d’aider les autres dans l’authenticité de nos singularité.
      La seule détermination: que les gens en souffrance sur ce blog soit au fait de leur comportement et enfin qu’ils s’en sortent définitivement pour ne plus jamais être proie de victimes.
      Donc quand au bout d’un an sur ce blog votre discours est celui de la colère, qui est mauvaise conseillère alors je vous dit en toute franchise et respect que vous êtes dans la peur de vous même. Et que cette peur à un lien avec la responsabilité de vos choix post et pendant PN. C’est une étape comme une autre de comprendre cela pour avancer. Mais ronger sa colère durant un an c’est auto destructeur. Et vous dire cela ne signifie pas que je vous souhaite ou veut du mal ou de l’échec. Justement je vous mets en alerte de l’impacte d’une colère entretenue aussi longuement.

      Pour le reste ça ne m’appartient pas , c’est votre problème donc ne comptez pas sur moi pour vous encourager à entretenir votre colère destructrice ou encore généraliser vos sentiments en vous fesant le « porte-parole de tous les intervenants” ou encore de @Kristina :
      je vous cite : « Vous parlez d’un suivi psychiatrique pour Kristina, de quel droit? Vous êtes médecin, vous avez la science infuse?
      sur ce”.
      Donc pour vous répondre je reprends mon propos sur la situation que j’ai résuméeainsi: « SACRE PISTACHE SI JE VIVAIS EN FRANCE JE ME SERAI FAITE UNE JOIE D’ÊTRE L’AVOCATE DE CES ENFANTS ET GRATUITEMENT JUSQU’À CE QUE LEUR MERE EST COMPLÈTEMENT ACHEVÉ UN SUIVI PSYCHIATRIQUE POST TRAUMATIQUE IMPOSE PAR LE JAF. I sware !!!!!”.

      Oui je dis que si j’avais été le défendeur des enfants de @Kristina dans un contexte comme le sien j’aurai demandé au juge que la mère des enfants aille au terme d’un suivi psyciatrique imposé .

      Parce qu’il s’agit d’une mère qui a subi deux emprise PN dans sa vie paternel et concubinage et qui est retournée immédiatement comme l’avais fait son ex T dans une relation amoureuse pendant ses procédures légales.
      Et en effet j’aurais demandé une expertise psy de son nouveau compagnon. Tout ceci dans l’intérêt des enfants.

      POURQUOI?

      Parce que tout comme son ex T,connaissait tout d’elle (je cite @Kristina) : « Et il est venu chez moi. Il connaissait alors tout de moi : mon inexpérience sexuelle”.
      Donc elle a un nouveau compagnon rencontré sur internet qui lui aussi connait TOUT d’elle.
      Autre élément sur lequel je me serai fondé à ma demande légale auprès du juge:
      je cite @Kristina: « Puis mon fils est venu au monde. Je dois dire que je n’étais pas prête à ça du tout : je prenais la pilule quand je suis tombée enceinte. Mais j’ai quand même adoré mon bébé dès la naissance et ai suivi scrupuleusement les conseils des infirmières. Je ne me sentais pas encore « maman » mais je savais que j’aimais cet enfant et que j’allais veiller sur lui.”.

      Donc vous voyez @Liliane si vous étiez dans un état d’esprit positif vous auriez compris que je ne rédige pas en fonction de mes émotions mais sur fondements des éléments que m’apportent les intervenants comme vous dans leurs écrits et rien d’autre. Je suis factuelle, non emotionelle. Et oui dans cette affirmation c’est la juriste qui s’exprime.
      Je pense vous avoir apporté des précisions suffisante sur un élément qui concerne exclusivement le cas de @Kristina et non le vôtre. 😉
      Quand votre problème c’est de un an après blâmer le PN qui n’est plus dans votre vie à travers votre colère.
      Non @Liliane je n’ai pas la science infuse je me fonde sur vos écrits et vous cite pour ne pas trahir votre pensée pas pour vous juger, vous avez compris, maintenant?
      Cf: Au delà de la peur DON MIGUEL RUIZ une autre suggestion.

      Ainsi je vous rappelle que les intervenants de ce blog eux ils ont leur propre voix et s’exprimerons sans vous, donc respectez les et évitez de parler à leur place sur ce blog. Parlez pour vous et vous seule en votre seul nom @Liliane. Ainsi je vous invite à relire l’article sur le victimisme chronique:
      Extrait:
      (…) « Les caractéristiques d’une personne victimiste
      Si vous ne savez pas si vous êtes une personne victimiste ou si quelqu’un de votre entourage l’est, nous allons vous présenter quelques unes des caractéristiques qui définissent le mieux ce type de tempéraments.

      Elles déforment la réalité
      Les personnes qui souffrent de victimisme chronique croient que tout ce qui leur arrive est de la faute des autres personnes.

      Elles ne se sentent jamais responsables de leurs propres actes et accusent toujours les autres.

      Le problème, c’est qu’elles déforment la réalité en leur faveur et tout cela les fait se sentir encore plus malheureuses, car elles n’ont pas le pouvoir de la changer.(…)”.
      https://amelioretasante.com/victimisme-chronique-les-personnes-qui-se-plaignent-constamment/

      Maintenant en vous en prenant à moi vous vous trompez d’ennemie, …..Voilà tout.

      Je vous suggère cette piste de lecture:

      Je ne me mets plus en colère. J’écoute et j’évite que ce qui ne me correspond pas m’affecte
      Nous ne pouvons pas laisser le comportement d’une autre personne conditionner notre vie. Nous sommes responsables de nos émotions et nous devons apprendre à les rationaliser pour que la colère ne nous détruise pas.
      https://amelioretasante.com/ne-me-mets-plus-colere-jecoute-jevite-ne-me-correspond-maffecte/

      Peace,

      Aimé par 2 people

      1. Les émotions sont vraiment le secteur de l’humain dans lequel tout le monde réagit de manière très différente.

        Je pense qu’il est primordial d’écouter ses émotions, surtout pour ceux qui sont dans des émotions aussi fortes et destructrices pour l’organisme, de noter sur une feuille de papier ce qu’elles ressentent afin que ça sorte.

        C’est un poison mortel qui se diffuse lentement dans les veines et qui tue à petit feu. Il ne faut pas rejeter ces émotions mais au contraire, travailler dessus et les apaiser.

        Apaisez-vous aussi, les filles. Ce sont les fêtes, on se détend. Chacune a sa vie et fait ce qu’elle veut, au final.

        Keep calm ❤

        Aimé par 2 people

    2. Les filles @Liliane, @Dandoha, @Stellabat (je te mets dans la boucle aussi),

      OK, je commence par un tout petit point de détail mais qui a toute son importance : je suis tombée « par hasard » (ah, les énergies de l’Univers) sur une vidéo où mon ex-PN apparaît. Eh bien, roulements de tambour… NADA ! Indifférence totale. Donc, la morale de l’histoire est qu’il faut de tout pour faire un monde.

      Liliane a le droit de ressentir de la colère et de la haine des années après. Tout comme, moi je ne ressens absolument rien pour ce triste sire. Je n’ai même pas eu un battement de cœur plus rapide, pourtant je ne m’attendais absolument pas à le voir. Chacun réagit différemment dans le domaine des émotions parce qu’on a tous un vécu différent. That’s it. Alors, ne nous prenons pas la tête outre mesure. Liliane peut écrire ce qu’elle ressent. Dandoha a aussi un ressenti et répond en fonction de son point de vue. Stellabat soulève des points qui sont très intéressants pour poursuivre le débat avec Kristina. Je ne réponds généralement pas aux ressentis des intervenants si je ne me reconnais pas dedans mais cela n’enlève en rien la légitimité de leurs émotions.

      Sans vouloir m’exprimer pour elle, Dandoha veut faire passer un message de positivité, de maintenir un cap basé sur la pensée positive, la motivation personnelle qui aide à surmonter le statut de « victime ». Maintenant, cela peut prendre plus de temps pour certaines personnes.

      @Liliane : Quelqu’un qui est dans la colère et la haine peut y trouver un certain réconfort aussi. Ce n’est pas très bon pour votre corps et ça peut créer de sérieux problèmes de santé, donc double peine. Prenez bien cela en considération, pour vous.

      Ceci est écrit pour les lecteurs qui sont comme Liliane, toujours dans la colère et la haine bien des années après les faits :
      Pour info, c’est surtout l’ego qui est touché quand on a autant de mal à dépasser la colère et la haine. C’est parce que, d’une part, vous avez projeté tous vos rêves, vos espoirs et vos illusions sur une personne X et que vous avez ensuite été rejeté(e) par cette personne. Votre ego ne tolère pas la frustration. Plutôt que de rester dans ces eaux troubles, il existe un autre processus (pour ceux qui veulent, évidemment), qui consiste à vous demander ce que vous avez réellement aimé chez la personne, au-delà de votre propre reflet.

      Je vous garantis que la colère et la haine vont s’envoler aussitôt. Pourquoi ? Parce que vous vous rendrez compte que vous-même étiez fake dans la « relation ». Votre cœur savait très bien que cette personne n’était pas « vraie » mais comme elle vous renvoyait une image positive de vous-même, vous êtes resté(e). ça ne fait pas plaisir d’entendre la vérité, cependant si on veut avancer, elle est indispensable.

      Passez de très belles fêtes de fin d’année ❤

      Aimé par 2 people

  11. Ce sera donc mon dernier post ici… je ne suis pas là pour me prendre la tête, ce n’est pas le but.
    Je tiens à remercier Scarlett de tout coeur pour ce magnifique blog qui aide beaucoup de personnes et permet de se rendre compte que des victimes de PN il y en a énormément.
    Elle m’a aidé, son blog m’a donné la possibilité de trouver des pistes , de comprendre et trouver des réponses à mes questions, aussi à travers les témoignages de toutes et tous.
    Je ne publierais plus rien désormais, si des personnes veulent échanger avec moi, elles pourront demander mon mail à Scarlett, ce sera avec plaisir que je leur répondrais.

    Je vous remercie encore mille fois Scarlett et vous souhaite de très belles fetes de fin d’année .

    Liliane

    Aimé par 2 people

  12. @Liliane

    Puisque vous vous adressez à Kristina en lui disant que personne n’a à la faire culpabiliser, permettez de vous demander ou voyez vous la culpabilisation ? Vous parlez avec votre propre interprétation, votre ressenti. Vous vous mettez à sa place pensant qu’elle ressent les mêmes émotions que vous.
    Kristina n’évoque pas, en tout cas pas encore si c’est le cas, qu’elle se sente agressée par mes propos, pour ne parler que de ce qui me concerne. Nous sommes dans l’échange, ce qu’elle accepte bien volontiers. Nous ne savons que trop bien que nos qualités et nos failles sont attirantes pour des toxiques, alors comme nous continuerons toujours à les attirer, mieux vaut être vigilentes et interpréter au plus tôt les signes qui peuvent nous faire douter. Disons pour simplifier que quand on la tête dans le guidon, on ne discerne pas la route, on avance à l’aveugle.

    Certains des propos de Kristina me laisse perplexe et dans le doute , je l’ai exprimé me semble t’il avec bienveillance. Je suis prête à la croire sincère dans la conscience qu’elle a de sa nouvelle relation qui semble la combler et je ne peux que m’en réjouir pour elle.
    En revanche, je me répète, certains de ses propos raisonnent en moi comme des alertes et des « drapeaux rouges ». Je l’invite donc, tout comme Dandoha et Hystoriacyn, à réfléchir à ce qu’elle nous dit car ce sont ses mots à elle et pas les nôtres.

    J’ai connu différents PN et je peux vous assurer qu’ils avaient certe mis en place des mécanismes identiques mais qu’ils avaient des techniques d’approche bien différentes. Le dernier en date à œuvré avec patience et méticuleusité pour sortir du bois à partir du moment ou j’ai été débarrassé, selon lui, de tout ce qui pouvait lui faire potentiellement obstacle. Cela lui a pris des mois, presque 2 années. Évidement, mieux armée j’aurai pu le démasquer plus tôt, mais je dois dire qu’il a été très intelligent et fin stratège, ce qui m’a fait peu douter de lui jusqu’à un certain point.
    Nos expériences nous permettent , parce que nous l’avons vécu, d’identifier certains éléments qui sonnent faux et c’est cette expérience que nous partageons et mettons au service des personnes qui viennent se confier sur ce blog.

    Quand je dis à Kristina que son compagnon sait tout de ses failles, de son histoire, qu’il a assisté aux moments sans doute les plus difficiles pour une maman, qu’il est là présent comme un sauveur, oui je m’interroge. Ou bien cet homme connait la manipulation pour l’avoir déjà vécu, qu’il est un survivant resiliant et qu’il agit avec une extrême bienveillance vis à vis de Kristina ou bien, il n’a que quelques neurones d’intelligence et ne capte rien à la situation, ou bien il est tapit au fond des bois et attend son heure. Je ne penche pour aucune des ces possibilités mais je dis juste ATTENTION, et visiblement je ne suis pas la seule. Ce qui pourrait être intéressant c’est que Kristina nous parle un peu de son compagnon et de sa perception à lui de sa situation à elle.

    @Liliane. Vous dites être déçue de certains commentaires suite à vos posts ? Vous voyez, ce terme m’a également interpellée. Il n’y a pas de déception sans attentes préalables, que celles-ci soient explicites ou non. La déception permet d’identifier vos attentes. Le fait de préciser vos attentes peut être une première étape pour identifier plus clairement vos besoins. Cela peut aussi permettre de préciser dans quelle mesure vous en portez raiment la responsabilité et combien vous la faites porter à d’autres. Les émotions liées à la déception sont d’un grand secours et c’est pour cela qu’il est utile de les ressentir.

    Aimé par 4 people

  13. @Kristina, @Scarlett, @Stellabat @Hystoriacyn @Isabel et tous les autres lecteurs et intervenants de ce blog

    Je vais vous faire à tous un aveu et là c’est la juriste qui s’exprime.
    Pour la première fois, depuis ma découverte de ce blog je lis un témoignage et des commentaires qui m’alertent sérieusement sur le danger potentiel FORT que courent des enfants (en terme d’équilibre et d’épanouissement éducatif et psychologique) , et qui pour le moment sont placés avant de pouvoir un jour retourner avec leur mère qui elle est en thérapie .

    Pourquoi j’affirme cela:

    A aucun moment dans son histoire et ses commentaires la mère ne parle du ressenti de ces enfants au lendemain de ce violent traumatisme qu’est d’avoir un géniteur PN qui disparaît de leur existence du jour au lendemain même si c’est une bénédiction pour eux sur un plan rationnel et sanitaire.
    Pire s’ajoute un placement qui vous sépare de votre mère à ce jour période de NOEL, en France, pour les chrétiens donc fête des innocents etc…
    Deux enfants mineurs sont légalement séparés de leur mère par jugement parce que celle-ci ne répond pas aux critères moraux et légaux matériels de les recevoir et en avoir la garde. Soit une décision extrême.
    Cette même mère en thérapie depuis quelques mois selon ses écrits et vient d’achever une audience en septembre 2016, donc audience postérieur à sa rencontre d’un nouveau compagnon sur internet. (ce n’est pas un jugement ATTENTION mais un élément important au regard de la traque des PN sur internet)
    Donc Quid des émotions des enfants ?
    Quid du passé du nouveau compagnon qui a rencontré très vite les enfants (nouvelle image masculine dans le foyer dont ils sont exclus ) c’est à dire dossier judiciaire, profil social, niveau d’etude, rapport avec les enfants etc..?

    Au bénéfice de @Kristina je la cite « J’ai déjà eu à répondre et à prouver le bien fondé de ma relation, mon compagnon a rencontré de nombreux intervenants dans notre histoire familiale et ma psychologue a souligné de nombreuses fois ma capacité croissante à me débrouiller par moi-même sans dépendance à qui que ce soit.

    J’aimerais donc vous rassurer, si c’est possible, et vous demander de simplement considérer que je suis sur la bonne voie, pas pour lui, pas pour les autres, juste pour moi. Et mes enfants.”
    Okay j’ai pris note et ?

    Donc @kristina a fondé un nouveau couple avec son nouveau compagnon et nous demande ensuite de considérer qu’elle est sur la bonne voie pour elle et ses enfants.
    Personnellement je veux bien raisonner comme @Kristina mais humblement j’avoue ne pas savoir comment faire, aidez-moi de grâce:

    Comment être optimiste sur la “bonne voie de @Kristina “pour elle et ses enfants dans son nouveau couple et foyer quand elle même elle y exclut dans sa phrase son compagnon qui est aussi sous les radars des services sociaux, auprès de qui elle dit avoir trouvé l’amour en quelques mois après rupture avec T. ( au fait T avait fait pareille il s’était mis en couple aussi vite avec @Kristina) Et quand ceux qui sont concrêtement exclus du schémas sont ses enfants placés.

    I don’t know how to do that, people?
    Je ne sais vraiment pas comment faire, je vous promets et je suis très sérieuse.
    Aussi bien en tant que juriste mais aussi en tant que ex victime de PN
    https://leperversnarcissique.wordpress.com/2015/12/26/temoignage-dandoha-jai-subi-la-perversite-narcissique-de-mon-geniteur-directement-et-indirectement-durant-27-ans-certains-parents-naiment-pas-leurs-enfants/

    C’est comme si je demande à ma secrétaire de me booker un flight pour mon staff de 5 personnes dont mon assistante et deux experts actuellement en congés, que le jour du départ mon assistante reste sur le tarmacle y compris ceux qui sont en congés, donc seuls 2 membres voyageront.
    Vous me comprenez? (Attention je ne demande pas d’être d’accord avec moi j’essaye de comprendre)

    Ma question à vous tous:
    SUIS JE LA SEULE A RESSENTIR UN MALAISE VISCERALE DANS L’INTERET DE CES ENFANTS ???
    DITES MOI EN TOUTE SINCERITE SI MON RAISONNEMENT EST TROP EXCLUSIF OU IRRATIONNEL …

    A vous lire,

    Aimé par 1 personne

    1. @Dandoha, non , tu n’es pas seule à ressentir un malaise , tout du moins une inquiétude quant à leur devenir. C’est ce que je dis à Kristina, de manière diplomatique quand je la mets en garde sur son nouveau compagnon. Je lui demande de s’interroger sur ce que vivraient ces pauvres enfants déjà très certainement affectés par leur vie avec un père PN , puis un placement. Je ne veux pas accabler Kristina , ni porter de jugement mais je trouve qu’elle prend de très gros risques , qu’en tant que maman je n’aurais pas pris. De plus , tu confirmes mes suspicions premières en tant que juriste. À savoir , qu’elle recule très certainement le retour de ses enfants dans ce choix de refaire sa vie aussi vite… 😦 D’un autre côté, il est préférable que la justice s’assure de l’équilibre de l’homme avec qui les enfants devront vivre car ce n’est pas quelques visites de temps à autres qui sont révélatrices d’une future bonne relation. J’espère qu’une expertise sera ordonnée , dans l’intérêt des enfants. Car malheureusement je crois que Kristina n’a pas encore récupéré toute sa lucidité. Je la trouve extrêmement optimiste, pour ne pas dire sur son nuage…

      Aimé par 1 personne

      1. @Historiacyn,

        Je te cite: « À savoir , qu’elle recule très certainement le retour de ses enfants dans ce choix de refaire sa vie aussi vite…😦 D’un autre côté, il est préférable que la justice s’assure de l’équilibre de l’homme avec qui les enfants devront vivre car ce n’est pas quelques visites de temps à autres qui sont révélatrices d’une future bonne relation. J’espère qu’une expertise sera ordonnée , dans l’intérêt des enfants.”

        Tu as tout dit dans cette phrase: « Je ne veux pas accabler Kristina , ni porter de jugement mais je trouve qu’elle prend de très gros risques , qu’en tant que maman je n’aurais pas pris”.

        TU AS TOUT ABSOLUMENT TOUT TOUT TOUT DIT.com

        Why in the world somebody who have to prove herself to a judge and social services in order to keep her children would go on internet to find another Man or boyfriend whatever, put him in her house during a trial regarding to her motherhood capacity ?!!!!
        WHY ???? AGAIN WHY ?????!!!!!
        TEll ME WHY?????!!!!

        Qu’est ce qui peut pousser un mère qui droit prouver ses capacités maternelle à la justice et aux services sociaux afin de récupérer son droit de garde , d’alle sur inetrnet chercher un nouveau compagnon et le mettre dans son foyer en pleine procédure de contrôle et suivi ????????!!!!!!!
        POURQUOI, Dites moi pourquoi????

        Honneur et respect @Hystoriacyn,

        Thank you a zillion Girl, I LOVE YOU 😉

        J'aime

    2. @Dandoha

      Je comprends ce que tu veux dire et il est vrai que je m’inquiète aussi pour l’équilibre psychique de ces deux enfants. Cependant, je n’ai pas le dossier complet de Kristina en main et je ne connais que les éléments qui sont rédigés dans ce témoignage donc je ne veux pas me prononcer davantage sur cette question.

      Je leur souhaite d’avoir la force individuelle nécessaire pour traverser ces épreuves et se construire malgré tout. Quand j’ai lu le témoignage de Kristina pour la première fois, mon cœur s’est serré pour les enfants principalement parce que je sais ce que qu’ils ressentent probablement. Kristina fait de son mieux et je lis qu’elle est sincère dans sa démarche. Elle est la mère de ces enfants mais a aussi ses propres questions à résoudre. A part indiquer des points d’observation, nous ne pouvons rien faire d’autre.

      Les foyers détruits, la manipulation, l’exploitation, le rejet, l’abandon sont hélas des thématiques au « goût du jour ». C’est une des réalités de notre monde.

      Aimé par 2 people

      1. Mon avis est à mi chemin entre le tien Scarlett, et celui de Dandoha. Je m’inquiète aussi principalement pour les enfants même si je redoute également que Kristina se berce à nouveau d’illusions. J’ai mon point de vue qui rejoint celui de Dandoha,que j’ai exposé à Kristina. Elle a répondu, sans aucune hésitation, ce qui me fait encore penser à une emprise , non à l’amour. Mais à part lui conseiller de garder la tête froide, nous n’avons aucun pouvoir en effet.

        C’est là que je te rejoins, toi , Scarlett, je respecte ses choix car chacun(e) de nous est différent(e) et que c’est à elle de faire ce qui lui semble être le meilleur pour ses enfants et elle. J’essaie, sans jugement, de lui faire par d’une vision extérieure parce que parfois cela aide. Parfois. Pas toujours… Certes nous n’avons pas son dossier mais mon alarme à toxique s’est de suite déclenchée face à son récit quant à sa nouvelle relation, car les conditions ne sont pas réunies pour entamer une histoire saine et je ne mise pas trop sur « la chance  » personnellement… Si tel est le cas , c’est encore les enfants qui en subiront les conséquences mais c’est un risque que veut prendre leur mère. Quoiqu’il en soit je souhaite du fond du cœur que nous nous trompions et ne pas lire dans quelques temps un nouveau témoignage de Kristina.

        Au plaisir de vous lire 😊

        Aimé par 1 personne

      2. Nous avons fait le maximum. A part échanger, signaler certains faits troublants liés au témoignage partagé, nous ne pouvons pas intervenir dans la vie de Kristina.

        J’ai renoncé à jouer les sauveurs à cause du puits sans fond des souffrances humaines et de l’incapacité à changer pour certains. Comme le dit Dandoha, les mêmes schémas sont amenés à se répéter et il y aura toujours cette dualité proie/prédateur/autonome ;).

        Assurons-nous simplement d’être dans la bonne catégorie pour vivre en toute quiétude.

        Le reste est entre les mains du Destin.

        Aimé par 2 people

    3. Non tu n’es pas la seule étant maman je ne supporte plus la tristesse et la maltraitance chez les enfants. Ce sont des êtres si innocents et ce sont nous les parents qui leur feront porter des fardeaux plus tard si nous ne prenons pas notre rôle à cœur ❤️. Perso je suis rien si un jour je perds ma fille mais je me battrais toujours pour elle et je n’aurais pas du tout la tête à être avec quelqu un si je la perdais je me focaliserai à fond pour la retrouver et je serais super triste. Je ne veux pas juger non plus mais je pense que les enfants sont la priorité ds une vie de parents.

      Aimé par 2 people

      1. @Mila.k
        Ma douce ton discours est celui d’un mère qui se soucie de ses enfants et de leurs épanouissements affectifs, ils ont ta priorité. Quand celui de @kristina est celui d’une mère qui je la cite “Je gère” ses enfants .

        La nuance est aussi violente que subttile, malheureusement.

        Les carences affectives affectent le développement des enfants
        Les carences affectives peuvent faire de nos enfants, demain, des personnes peu sûres d’elles-mêmes et instables. Il ne faut donc pas les négliger pendant leur enfance, ni plus tard d’ailleurs.
        https://amelioretasante.com/les-carences-affectives-affectent-le-developpement-des-enfants/

        Take care Beautiful,
        Stay blessed,

        Aimé par 3 people

      2. Hello @tous,
        Je viens de lire le témoignage et com. avec beaucoup de recul (je suis en mode « 100% zen)…
        @Kristina, même si certains commentaires peuvent vous paraître comme être des jugements, je peux vous assurer que chaque comm. de @Scarlett, @Dandoha et @Mila K est d’une justesse imparable (même si l’émotionnel vient un peu s’en mêler car on parle d’enfants…).
        Je ne suis pas maman mais je rejoins @Mila K !! on m’a dit un jour « une femme ne trahit jamais la vie parce qu’elle la donne ». @méditer…

        J'aime

  14. @Liliane, @Stellabat, @Dandoha et les autres…

    Je ne peux pas vous en vouloir, au fond. Je suis comme vous, à épier le moindre défaut, le moindre indice « PN » chez tout le monde. Chez mon compagnon en premier. Eh oui ! Même chez lui.
    Maintenant, s’il est EVIDENT que je ne me laisserai plus jamais détruire, ni même simplement marcher sur le coin du petit orteil par qui que ce soit (y compris mon compagnon), je n’admets pas (excusez moi Dandoha mais j’ai du mal à le prendre autrement) de me faire parler presque comme une irresponsable pour avoir – Oh, God – intégré dans ma famille un homme quand je n’étais pas encore guérie du précédent.

    En fait, il y avait ce moment où j’avais peur de tout et tout le monde. Où je me disais que je ne trouverais jamais quelqu’un de normal. Et ma psy m’a appris la chose suivante: la peur et la méfiance nous enferment, on peut s’ouvrir aux gens, on peut refaire sa vie, tout en restant vigilante.

    C’est ce que j’ai décidé de faire. Le mal existe, j’en sais quelque chose mais je ne vais pas arrêter de vivre ou vivre dans la peur de le rencontrer à nouveau, je préfère me dire que ça va arriver et que dans ce cas je saurai y faire face. Parce que même si le chemin de la guérison n’est pas encore fini, ces gens ne me font plus peur, ni angoisser. T. même pourrait tenter un come back, je saurais le recevoir (ou pas, avec le no contact) tout simplement parce que je me renforce chaque jour et que je ne suis plus seule. Mal avisé celui qui tenterait quoi que ce soit aujourd’hui.

    Pour parler du point de vue de mon compagnon…
    – Il a connu la manipulation avec 2 de ses ex mais pas aussi grave que ce que font les PN: des chantages affectifs, ce genre là.
    – Il capte tout à fait la situation mais reste bienveillant et ne juge pas. Peut-être parce que sa famille a aussi connu le placement. Peut-être parce que sa mère a vécu des choses similaires (+ violence physique, pas avec son père mais voilà).
    – Il est intelligent, merci bien ^^

    Sa manière de voir les choses… je ne suis pas dans son esprit et ne prétends pas parler à sa place, mais il n’a pas pris la posture de « sauveur » ou du « seul qui peut me comprendre » etc. Il s’est contenté de m’écouter quand j’en parlais, parfois réagir, poser une question si besoin… Il ne s’est jamais positionné entre T. et moi non plus.

    Par rapport aux garçons, il les laisse s’approcher à leur rythme, il arrive à se faire respecter naturellement. Pendant presque 1 an il n’a pas eu le droit de les voir (visites réservées aux parents), il leur faisait des gâteaux que je leur apportais, des petites attentions comme ça à distance. Il n’a pas protesté, même s’il me disait qu’il avait hâte de mieux les connaître mais respectait les décisions (contrairement à la compagne de T. qui d’après ce que j’ai entendu avait fait un scandale).

    Alors, je comprends les drapeaux rouges, les alertes. Je ne dis pas qu’elles sont illégitimes. Que mes mots ou la manière dont je décris la situation vous inquiètent, je l’entends. Mais encore une fois, je ne vais pas laisser les drapaux rouges et autres girophares m’empecher de vivre pleinement et heureuse, avec lui, ne vous en déplaise, et ça ne fait pas de moi une mère irresponsable, ni une femme aveugle, ni une éternelle victime.

    Scarlett parlait de message d’espoir, prenez donc le mien: je vais mieux, ça se passe bien, et si vous nous connaissiez, vous me croiriez.

    J'aime

    1. @Kristina

      Merci de prendre le temps de me répondre et de nous répondre et merci un grand merci d’avoir compris mon insistance sur le devenir de vos enfants mineurs.

      Je vous dis d’entrée de jeu, je mets un point d’honneur à être et demeurer authentique à l’égard de tous les intervenants de ce blog avec qui j’interagis donc humblement, je vous demande d’être au fait de l’acidité de mon verbe qui en aucun cas ne constitue pas une attaque et pour cause je ne détiens pas la vérité, je fais avec le très peu que je maîtrise. Merci pour votre attention que je vous retourne avec la même spontanéité.

      Je vous cite en prenant bonne note de « Maintenant, s’il est ÉVIDENT que je ne me laisserai plus jamais détruire, ni même simplement marcher sur le coin du petit orteil par qui que ce soit (y compris mon compagnon), je n’admets pas (excusez moi Dandoha mais j’ai du mal à le prendre autrement) de me faire parler presque comme une irresponsable pour avoir – Oh, God – intégré dans ma famille un homme quand je n’étais pas encore guérie du précédent.”

      Bien au contraire @Kristina ne vous excusez surtout pas. C’est exactement ce que j’ai dit dans tous mes posts à propos de votre situation et en toute honnêteté, votre vulnérabilité au lendemain de vos deux traumatismes m’interpelle au plus au point après lecture de vos témoignages. C’est très vrai vous n’avez pas mal lu mon propos, ni mal interprété et je n’en disconviens pas. Et je serai toujours aussi sincère avec vous dans le plus grand respect.

      Comme le dit si bien @Scarlett ce sont vos enfants. Mon devoir reste simplement d’avoir signalé, de ne pas être restée silencieuse, pour le reste ce n’est plus de mon ressort, je reste parfaitement au fait de mes limites.

      Puis vous ajoutez « Sa manière de voir les choses… je ne suis pas dans son esprit et ne prétends pas parler à sa place, mais il n’a pas pris la posture de « sauveur » ou du « seul qui peut me comprendre » etc. Il s’est contenté de m’écouter quand j’en parlais, parfois réagir, poser une question si besoin… Il ne s’est jamais positionné entre T. et moi non plus.”

      « Non……mais, Oui…..mais » je comprends que vous parlez finalement à sa place, tout en étant pas dans son esprit. Je respecte.

      Puis vous affirmez : « Par rapport aux garçons, il les laisse s’approcher à leur rythme, il arrive à se faire respecter naturellement. Pendant presque 1 an il n’a pas eu le droit de les voir (visites réservées aux parents), il leur faisait des gâteaux que je leur apportais, des petites attentions comme ça à distance. Il n’a pas protesté, même s’il me disait qu’il avait hâte de mieux les connaître mais respectait les décisions (contrairement à la compagne de T. qui d’après ce que j’ai entendu avait fait un scandale).”

      Donc j’ai bien compris les enfants approchent votre compagnon à leur rythme et lui leur fixe naturellement la limite du respect. Il leur a offert des marques d’attention au préalable.

      Puis vous achevez en disant : « Je ne dis pas qu’elles sont illégitimes. Que mes mots ou la manière dont je décris la situation vous inquiètent, je l’entends. Mais encore une fois, je ne vais pas laisser les drapeaux rouges et autres gyrophares m’empêcher de vivre pleinement et heureuse, avec lui, ne vous en déplaise, et ça ne fait pas de moi une mère irresponsable, ni une femme aveugle, ni une éternelle victime.”

      « Je ne dis pas….Mais” donc je comprends vous avez noté les drapeaux tout en ayant choisi de vivre être heureuse avec lui.

      Par contre je n’ai pas compris le pourquoi du “Ne vous en déplaise ”?
      Qu’est ce qui vous laisse douter à ce point de votre capacité d’être heureuse ?
      Justement vous l’avez dit et votre psy aussi , ne plus être victime de PN ou de toxique c’est affronter ses démons, affronter ses peurs et non les fuir. C’est parfaitement le but s’affirmer, construire l’estime de soi, se connaître, embrasser sa solitude, être en paix avec soi même, ne pas se justifier quand on est en harmonie avec soi-même.

      Embrasser sa responsabilité prendre le temps pour soi avec soi , prendre du recul, pour observer à distance, ne pas plonger pour risquer de replonger. Vous avez absolument compris le message @kristina de votre psy celui de prendre le temps de vous connaître pour comprendre que le seul bonheur, le seul épanouissement ne pourra jamais venir que de vous. Et ainsi, vous pourrez transmettre ce message de vie et de liberté à vos deux garçons, afin que demain, ils apprennent eux aussi à s’affirmer, apprécier leur singularité propre, ne jamais devenir des dépendants affectifs ayant peur de la solitude, ni peur d’eux-mêmes.

      Qu’ils puissent avancer dans la vie en toute confiance et laisser à la vie le temps de leur apporter certaines rencontres, certaines richesses en temps voulu sans courir après aveuglément par désespoir ou peur. Oui c’est en effet celui -ci le message de votre psy, celui de la vie qui continue par sa volonté propre, prendre le temps de s’assoir pour faire le point SEUL avec soi même sans craindre d’être avec soi, avant de se relancer . Et comme je vous comprends nous savons tous que les enfants mémorisent plus par observations et mimétisme que par écoute de ce que leur enseigne les adultes et donc les parents, et je sais qu’en qualité d’enfants de PN ayant reproduis les schémas nous nous comprenons vous et moi, donc ni vous, ni moi, ni personne sur ce blog ne souhaite pour des enfants qu’ils soient victimes de PN ou autres toxiques par ricochets, ils n’ont rien demander à personne si ce n’est de vivre et d’être des enfants heureux le seul et vrai droit qu’ils revendiquent.

      Pistes de réflexions:
      https://amelioretasante.com/?s=les+enfants

      Nourrissez les enfants d’amour et leurs peurs mourront de faim
      Depuis tout petits, nous devons éduquer nos enfants avec de l’amour pour qu’ils deviennent des personnes sûres d’elles-mêmes et qu’ils se sentent soutenus dans chaque projet qu’ils entreprennent.
      https://amelioretasante.com/nourrissez-les-enfants-damour-et-leurs-peurs-mourront-de-faim/

      Dans ma culture nous ne célébrons pas NOËL , cependant je souhaite à tous les enfants des intervenants de ce blog et de culture chrétienne que leur enfance soit chaque jour un noël dans la chaleur d’un foyer aimant ou ils n’auront jamais à craindre de s’exprimer ni ne perdront pas le sourire et leur innocence et que ce cadeau leur soit le testament de leur parent pour leurs souvenirs d’adultes équilibrés.

      Peace, and Merry Xmas to those who gonna celebrate
      Never forget to celebrate life each day people,

      Aimé par 1 personne

      1. @Dandoha , te dire précisément pourquoi une femme dans sa situation très surveillée choisit de chercher un homme sur internet, avec exactitude est hors de mes facultés. Cependant, mon avis, dans le cas de Kristina, est qu’elle a une peur bleue de la solitude, il y a des gens comme ça. Cela cache selon moi un profond malaise envers soi-même mais je ne suis pas psy. On voit dans les écrits de Kristina qu’elle se ment encore à elle même, son discours est très contradictoire. Notamment quand elle parle d’autonomie, pour moi, l’autonomie c’est avant tout être capable de vivre seule. Cela raisonne en moi comme un  » Je suis autonome à 2″ et là, je ne comprends pas. Mais bon. Kristina est adulte, nous lui avons donné notre point de vue, nous ne pouvons pas faire plus 😉 Merci pour tes vœux , au plaisir !

        Aimé par 1 personne

  15. Je déboule comme Mars en Carême avec une anecdote à placer en parallèle (ou pas) : Pendant 3 ans un PN a parasité ma vie. Evidemment comme une araignée il tissait en permanence sa toile pour piéger d’autres victimes, sous mes yeux aveuglés, pour le jour où il en aurait fini avec moi.
    Ainsi une jeune femme adorable de 27 anz, (que nous appellerons Amélie)ancienne enfant battue et abusée dans toutes ses relations amoureuses, avait pris l’habitude de considérer mon PN (que nous appellerons Grocon) comme un grand frère : Toujours bienveillant, toujours là pour prêter main forte lors de ses multiples déménagement/emménagement, toujours révolté par le comportement des ex d’Amélie, révolté par la violence conjugale, bref le grand frère qu’elle n’avait jamais eu, une ombre bienveillante prête à intervenir en cas de problème avec une gentillesse jamais démentie.
    En 2016 Amélie sort un peu plus fragilisée d’une relation avec un PN qui lui a fait un enfant et l’a battue.
    Grocon est célibataire (je suis sauvée, exsangue mais sauvée depuis octobre 2015), et prend la pose du mélancolique inconsolable.
    Qu’importe les 20 ans d’écart (Grocon a 47/48 ans), qu’importe que Grocon ait un visage ravagé par l’alcool et les excès en tout genre, Amélie (encore très enfantine malgré ses 27 ans) ne voit que son regard si gentil et son large sourire contagieux, et pouf un soir elle couche avec. C’est une relation informelle se dit-elle, puisque Grocon est inconsolable de notre rupture (cf triangulation) et lui parle sans arrêt de moi, au point qu’elle doit le prier de cesser de me ramener ainsi dans toutes les conversations. Grocon est « une belle personne », c’est indéniable pour elle, il a TELLEMENT fait ses preuves depuis ces cinq années où elle le connaît. Il lui dit régulièrement « je ne veux pas te faire de mal » (cf les avertissements cachés du PN), et Amélie croit comprendre que cet excès de scrupule est bien la marque de sa profonde humanité. Et puis Grocon est adorable avec son fils…
    Au fond d’elle, tout au fond, une petite voix lui dit de me contacter. Alors un jour sur Facebook, elle me contacte pour « prendre de mes nouvelles ». Je lui raconte, elle me répond plein de OMG OMG, puis « j’ai l’estomac retourné » entrecoupé de « c’est mon ami, putain c’est mon ami » avant finalement d’aller vomir. Le psychisme quand il est frappé de plein fouet, effectivement, on se sent estomaqué au point d’avoir la nausée.
    Amélie n’avait aucun moyen de voir la perversion de Grocon, puisque durant 5 années, il a été un ange protecteur pour elle. Et la brusque révélation de l’imposture a fait l’effet d’un uppercut. Salvateur car elle l’a échappé belle. Grocon se pourléchait à l’avance les babines à l’idée de la démolir définitivement.
    Dandoha n’a pas tort d’éprouver un malaise. Quand on est un aimant à PN, on n’introduit pas chez soi un homme aussi rapidement, c’est un peu trop « coup de poker », soit ça passe soit ça casse. Mais justement, si ça casse ?
    Ce n’est que mon ressenti. J’ai aussi une autre amie qui a cumulé deux PN puis un sociopathe , puis enfin THE mec bien. C’est donc possible de trouver une issue heureuse en jouant la carte de l’imprudence. Moi ça me paraît….trop imprudent justement !

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour Rocambole

      Mon Dieu, comme votre témoignage semble sorti de nulle part et il est pourtant en plein dans le débat. Merci pour cette synchronicité. En effet, l’un de mes conseils post-rupture PN est… de ne pas dire qu’on a été victime d’un pervers narcissique avant d’avoir fait le travail de reconstruction nécessaire.

      « Il se pourléchait les babines » : c’est exactement de cela qu’il s’agit avec un prédateur. Ce qui les attire est l’odeur de la bête blessée.

      Je prie pour que ce ne soit pas ce scénario pour Kristina et qu’il s’agisse bien d’un homme de valeur.

      Aimé par 2 people

  16. Bonjour à toutes,
    Suite au message de rocambole77…oh là je suis d’accord avec vous, (mon témoignage est sorti en novembre) j’ai connu (au moins) 2 PN , le premier mon grand père incestueux et l’autre pourri M. J’estime aujourd’hui que je vais devoir même au bout de bientôt 6 mois poursuivre un long chemin de thérapie.. Et NOUS EN AVONS TOUTES BESOIN après le passage d’un ou x PN un ‘reformatage  » comme j’ai lu oui c’est un gros chapitre.J’ai compris beaucoup de choses ces dernières semaines très douloureuses, notamment que à travers M il y avait ce grand père (d’ailleurs ils ont les mêmes yeux, mais ça je n’avais jamais pû le voir avant..) Je vis toujours avec des angoisses très massives, beaucoup de mal à sortir encore des crises de larmes mais je fais tout pour avancer, mais je suis constamment avec tous les drapeaux rouges autour de moi , je prends tous les conseils de ce blog comme une richesse.Je suis hyper VIGILANTE à toutes les personnes même celles que je connaissais déjà sans pour autant me priver de relations (pas avec un homme oh ça non) mais en observant les choses d’une autre manière plus pointilleuse plus réceptive. Je ne sais pas si un jour je pourrais faire confiance à un homme en tout cas je pense qu’il faut du temps (gros travail sur soi) pour ne plus être aimants à pervers. Je souhaite comme je l’ai déjà dit à Kristina que cet homme soit un homme bien. Je lui ai suggéré en plus d’un suivi personnel pour elle mais aussi pédopsychiatre pour les enfants, en plus une thérapie familiale où psy agit en tant que médiateur et tous peuvent s’exprimer plus librement. J’ai travaillé en pédopsychiatrie pendant 6 ans, les dégâts sur les enfants sont impressionnants…j’ai travaillé auprès d’enfants qui avaient des parents destructeurs. Je ne me permettrais pas de juger Kristina ce sont juste des pistes. .
    A Kristina je souhaite que vous puissiez tout de même pendant cette période très angoissante pour toutes les personnes ou enfants qui souffrent. Noël est en effet un rappel de la famille (oh combien folle ou destructurée pour beaucoup) et de notre propre naissance (tout comme l’anniversaire) que vous puissiez en profitez avec eux.
    Je pense qu’avec toutes celles qui vous ont dit de ne pas oublier les drapeaux rouges, vous allez pouvoir analyser plus profondément votre relation pour ne PLUS JAMAIS retombée dans les filets d’un PN.

    Aimé par 4 people

  17. J’ai oublié de rajouter votre GROCON est dans le même moule que toutes ces ordures. Ils ONT L’AIR tellement sincère jusqu’à ce que la chute liquifie…le masque tombe et oh là surprise….DETRUITE. Ils sont pathétiques et vide tellement vide..

    Aimé par 2 people

    1. Happy Friday @dory25

      WOAW Sacré Pistache,
      je suis épatée par l’évolution et la sérénité de votre discours mes compliments Madame!!!!
      Je ne vous avas pas reconnu sous ce nouveau pseudo 😉

      Continuez !!!! Yes yes yes Beautiful
      Et n’oubliez pas le maquillage,
      Félicitations

      Aimé par 1 personne

  18. @historiacyn,

    Mon mentor dit toujours : “Le temps…..le temps….le temps…..”
    Everything happened for A REASON , il n’y a jamais de hasard dans la vie, JAMAIS.
    Et une Dame pour qui j’ai un profond souvenir et respect m’a appris ceci à 20 ans mais je n’avais pas la capacité émotionnelle à l’époque de comprendre le message tout ce que je savais c’est que ce jour là son message à raisonné puissament : “ Ma puce dans la vie un homme mauvais ça n’existe pas, Non mon enfant il n’y apas d’homme mauvais sur terre, ça n’existe pas”. Elle a pris un grand silence m’a regardé droit dans les yeux comme un sage africain racontant un histoire en pleine nuit étoilée. Puis a repris en disant “ C’est à TOI de savoir si ce que l’ Homme te propose te convient ou pas”.

    Bests regards To you all,

    Aimé par 2 people

  19. Eh bien, si vous le souhaitez je viendrai vous tenir au courant de temps en temps.
    @Dory, mes enfants sont aussi suivis et le travail (thérapie familiale etc) est déjà envisagé pour bientôt. Je gère.
    @Rocambole, merci pour votre intervention et votre commentaire. J’ai joué ce coup de poker parce que j’ai de bonnes cartes en main. Je gère.

    En fait, pour vous dire à toutes: j’ai toujours été convaincue que la qualité nos vies est assez conditionnée par la qualité de notre entourage. Quand vous êtes mal entouré, vous galérez, vous coulez, tout ça. Quand vous êtes bien entouré, tout va bien.

    Or depuis début 2016:
    – Ma relation avec les enfants a progressé, mes droits sont étendus;
    – la JAF a reconnu ma légitimité et accordé la garde des garçons à leur sortie du foyer
    – J’ai pu faire une formation dans un domaine qui me passionne ET la faire financer par Pôle Emploi (c’était pas gagné)
    – J’ai retrouvé un travail en CDI temps plein dans une entreprise humaine
    – Nous sommes sur le point de signer un bail pour un appartement plus grand…

    ATTENTION je ne dis pas que mon compagnon est à l’origine de ce cercle vertueux. Je dis, par contre, qu’il fait partie (avec ma mère et mes amis) de l’entourage direct des personnes qui m’ont entourées depuis plus d’un an.

    J’ai retrouvé confiance en moi et en mon jugement, c’est tout ce qui compte. Je suis vigilante, mais pas inquiète.

    Encore merci à vous toutes.

    J'aime

    1. Kristina, cela m’ennuie de vous reprendre sans arrêt mais j’aurais mauvaise conscience de ne pas vous dire ce qui m’interpelle. Je préfère donc vous dire les choses , libre à vous d’y méditer ou pas. Vous dites avoir confiance en vous mais votre confiance est précaire parce que sans le soutien de votre entourage, vous la perdrez. Vous avez besoin de ce soutien, cela vous rassure , si demain, ils ne sont plus d’accord avec vous , qu’ils ne vous soutiennent plus vous ne la conserverez pas. Avoir confiance en soi et être autonome , c’est croire en soi , en ses capacités, même seule , envers et contre tout et tous parfois. Il faut compter sur SOI et que sur SOI. L’aide de l’entourage quand elle se présente, c’est un bonus pas une béquille, ni un miroir de notre valeur. Votre assurance n’en est pas , votre soucis d’égo n’est pas réglé, vous êtes en effet , encore dépendante. Je vous invite à lire « les quatre accords toltèques de Don Miguel Ruiz ». Il m’a grandement aidé. Je vous souhaite une belle route et de belles fêtes. Amicalement.

      Aimé par 1 personne

  20. @Kristina

    je vous cite « En fait, pour vous dire à toutes: j’ai toujours été convaincue que la qualité nos vies est assez conditionnée par la qualité de notre entourage. Quand vous êtes mal entouré, vous galérez, vous coulez, tout ça. Quand vous êtes bien entouré, tout va bien.”

    Pistache!!! c’est effrayant de voire à quel point vous n’avez aucune confiance en vous même à moins que ce soit votre discours qui vous trahisse, cependant j’en doute parce que vos réponses sont criantes de vérités sur votre réalité sous- jacentes d’où les RED FLAGS 😉

    Je m’explique :
    1°) L’entourrage a qui vous attribué tout le crédit de votre évoluton c’est le signe de votre dépendance aux autres.
    Ce n’est pas votre entourrage qui a oeuvré pour vous ni votre famille ni ce compagnon que vous défendez plus que vos enfants et OUI ça me choque moi as a lawyer et enfant de géniteurs PN déformaté (voilà c’est dit).
    Ce parcours qui vous a amené à où vous en êtes aujourd’hui c’est le résultat de VOTRE détermination, de VOTRE volonté et à personne d’autre, ni même Monsieur le nouveau compagnon quelque soit le nombre de muffins qu’il a pu envoyer ou faire.
    Do you get my drift Ma’am?!!!!
    Donc je ne comprends pas que pour quelqu’un qui se dit en suivi psy vous continuez à vous projeter sur les autres ainsi de faço dévolue et précipitée. Cependant cela me démontre le pourquoi de votre Jump aussi rapide sur ce nouveau compagnon.
    Vous avez si peur d’être face à vous même?!!!.

    Piste de réflexion:
    J’ai appris à être fort quand j’ai compris que je devais me lever seul
    Même si cela semble difficile, nous ne pouvons compter que sur nous-même, et pour cela, nous devons apprendre à vaincre les adversités, à nous valoriser et à prendre soin de nous-même, par-dessus tout le reste.
    https://amelioretasante.com/jai-appris-a-etre-fort-quand-jai-compris-que-je-devais-me-lever-seul/

    2°)La JAF qui vous reconnaît votre légitimité ce n’est pas nouveau, pistache, vous êtes la mère des enfants et le père est schyzo.
    Ce qui doit vous interpellé c’est le caractère extrême du placement d’office des enfants en dépit de votre légitimité qui n’a jamais été une contestation en elle même. La vraie contestation aujourd’hui c’est votre capacité ayant encouragé le placement.

    3°) Je vous cite: « @Dory, mes enfants sont aussi suivis et le travail (thérapie familiale etc) est déjà envisagé pour bientôt. Je gère.”
    Ah oui okay vous gérez alors dans ce cas cessez d’attribuer vos échecs et réussites aux autres.
    Personnellement je suis surprise que la thérapie familiale n’ait pas encore commencé, mais bon….
    By the way, je vous invite vivement à aller lire le témoignage de @Dory afin d’analyser le comportement de son ex PN avec ses enfants. 😉

    A ce stade j’avoue que je désespère d’en lire autant de vos écrits de vos enfants que sur votre compagnon. Vous avez saisi?

    Peace,

    Aimé par 2 people

  21. @Scarlett , si tu trouves ce post déplacé, n’autorise pas sa publication, cela m’aura fait du bien de l’écrire malgré tout. J’aimerais pousser un coup de gueule pour une fois ! Contre les psys ! Kristina n’est pas la première personne ici à me faire m’interroger quand à leur réel envie de faire évoluer leurs patients ! Dans mon entourage je constate aussi des personnes en thérapie depuis des années, qui sont toujours au même stade ! J’ai l’impression qu’ils ne font qu’écouter les doléances, les conforter dans leur victimisation ou leurs mauvais choix. Qu’ils ne donnent aucune clé de développement personnel, cela me dérange ! Je n’ai personnellement jamais consulté un psy pour moi même mais je suis choquée de voir parfois des personnes en thérapie depuis de longues années et toujours dans un état psychologique plus qu’instable… Cela me met en colère, Je me demande bien ce qui peut se passer dans ces cabinet à part des « hmm hmm »… Il y a sans doute de très bons thérapeutes , je ne souhaite pas non plus diaboliser ce métier que j’admire et respecte mais je n’ai pas la sensation qu’ils soient majoritaires. Voilà ! Ça fait du bien de le dire. Encore une fois , Je comprendrais que tu ne publies pas ce message , 😉

    Aimé par 1 personne

  22. Bon… Je crois que je vais rejoindre l’avis de @Liliane finalement.

    Même si j’essaie de me dire qu’après tout personne d’entre vous ne me connait ni ne connait mes enfants ni mon compagnon.

    Que nous ayons tous eu des histoires similaires ne veut pas dire que nous continuons à subir.

    Que je décide de refaire ma vie ne m’a jamais empêchée de me battre pour mes enfants. L’un et l’autre ne sont pas incompatibles.
    Que je choisisse d’avoir le courage de refaire confiance à quelqu’un après T. Ne veut pas dire que je suis sous emprise,ni le fait que nous nous soyons rencontrés en ligne, ni le fait que je me sente bien.

    Vous voulez que je parle de mes enfants? Fort bien.
    Ils auraient dû être placés en décembre suite à une enquête sociale mais ils l’ont été en urgence sous la garde de T.
    Ils sont entrés en foyer en souffrance, fermés sur eux même, pleins d’angoisses et se haïssant l’un l’autre.
    A mesure de mes visites et des progrès que nous avons fait ensemble, je les vois aujourd’hui sûrs d’eux, capable de jouer ensemble, de rire. Ils ont encore des angoisses que j’arrive à résorber, demandant parfois conseil pour répondre aux questions sur leur père.

    Et ma foi, leur relation avec mon compagnon est très bonne, ils ont des échanges et des moments partagés qu’ils n’avaient jamais avec leur père… Cette relation est donc bénéfique pour eux aussi !!

    Mais a quoi cela sert-il finalement? J’ai accepté le dialogue et l’échange avec vous, j’ai entendu vos messages et vos craintes mais vous toutes avez pris le moindre de mes propos pour en tirer une interprétation si fausse qu’elle en est risible.

    Parce que je sais m’entourer et profiter des bienfaits de relations et d’un environnement sains, cela fait de moi une personne qui ne sait pas agir seule?

    Parce que j’ai choisi une relation cela devrait retarder le retour de mes garçons? Detrompez vous, c’est en cours de réalisation !

    Les juges, foyer, éducateurs et autres travailleurs sociaux m’accompagnent depuis longtemps, me font confiance, m’encouragent, et également mon compagnon aujourd’hui, dans l’accomplissement de notre nouvelle famille… A laquelle les garçons ont adhéré avec enthousiasme.

    Je n’ai pas besoin d’accord ou d’approbation pour faire ce qui me plait. Je ne demande pas de permission. J’informe si c’est utile. Parfois je demande conseil, peut être cela fait il de moi une personne influençable et irresponsable… Qu’en sais-je après tout je ne suis plus qu’un aimant à PN sans jugeotte ni volonté propre, à vous lire.

    Mais vous écrire tout cela ne sert a rien.
    Vous ne voyez toutes que le mal, et c’est légitime.
    Vous avez décidé de ne croire que les préjugés et ce qui vous semble réaliste sans seulement vous demander si ça pouvait être vrai.

    Je vous laisse à vos fantasmes, écrivez mon avenir comme ça vous chante, je préfère le vivre selon la citation de Peter Drucker:
    « La meilleure façon de prévoir l’avenir c’est dee créer »

    Merci à Scarlett pour votre blog que je continuerai a lire, écrire mon histoire m’a fait du bien et la voir publiée également.
    Qu’elle serve à d’autres… Et si j’ai l’espoir et la conviction de réussir, d’autres pourront le faire.
    Joyeux Noël.

    J'aime

    1. Happy Saturday@Kristina,

      Je vous cite : « Bon… Je crois que je vais rejoindre l’avis de @Liliane finalement.”

      Votre réaction vous illustre.
      Cependant depuis votre témoignage vous n’avez pas compris que d’entrée de jeu il ne s’agissait pas de vous.
      Non Darling , il ne s’est JAMAIS agit de vous, vous auriez souhaité, ce qui ce comprend largement compte tenu de votre programmation initiale par un père PN et une mère sous emprise donc DEPENDANTE AFFECTIVE CHRONIQUE ( tentative de suicide en prime ça ne rigole pas j’ai fait pareil 3 tentatives de suicides ) , tout comme VOUS.

      Pas étonnant que comme @Liliane vous attrapiez si facilement la couverture du victimisme.
      C’est un mécanisme d’auto défense qui vous évite de vous reconcentrer sur VOS PROPRES FAILLES et les VOTRES SONT ABYSSALES BEANTES SUINTANTES . Vos parents toxiques ( et oui une mère complice, enabler et un père PN) vous aviez tous les paramètres pour sombrer dans cette DEPENDANCE AFFECTIVE CHRONIQUE.
      Et ça n’a pas loupé , il y a eu T, le copycat de votre géniteur et immédiatement après lui , vient ce nouveau compagnon ( un autre écorché vif qui se dit victime des femmes d’après vos écris, bref….) .
      Je vous promets @Kristina qu’il y en aura d’autres autant que vous en voudrez pour combler votre DEPENDANCE AFFECTIVE CHRONIQUE au mépris de vos enfants.
      Et vous dire cela ce n’est pas vous juger, vous dire cela c’est être honnête avec vous.
      Vous n’avez JAMAIS appris à aimer, vous ne comprenez pas le SENS MEME , la SUBSTANTIFIQUE MOELLE de ce terme AIMER. Qui peut vous en blâmer?
      Personne vous avez été conditionnée comme telle.
      Alors à votre avis pourquoi les AUTORITES JUDICIARES s’en mêlent?
      Pourquoi VOUS @Kristina débarquez sur un blog relatif aux PN à ce moment précis de votre vie?
      Par hasard?
      NO WAY JOSE!!! NO WAY

      Je vais vous dire pourquoi :

      Parce que Les autorités ont compris que chez vous il y a quelque chose de Froid de DANGEREUX pour l’équilibre de vos enfants au delà de la réalité pathologique psychiatrique de leur géniteur.
      Et c’est tellement évident , une femme qui est capable d’enfanter avec un soit disant schyzophrene mais aussi PN ( vous n’en êtes même pas certaine vous même à ce jour) et qui accepte de vivre dans le mensonge de concevoir et d’admettre ne pas éprouver d’instinct maternel à la naissance de son premier enfant est FORCEMENT une femme pathologiquement VULNERABLE qui porte un lourd bagage qu’il faut évaluer.
      Et je dirai plus encore votre qualité de discours , votre raisonnement respire la froideur émotionnelle dans laquelle vous avez été conditionnée depuis l’enfance.
      Si moi , depuis mon ordi et les autres intervenants avons PERCUS ce détachement glaciale qu’est le vôtre j’imagine mes confrères du barreau!!!
      La seule personne qui a adhéré à votre discours: @Liliane est elle même VULNERABLE et IRRESPONSABLE (refuse d’assumer sa part de responsabilité dans son drame PN) du fait de sa colère etouffante qu’elle entretient depuis 1 an, 365 jours !!!!!!.
      @Liliane et VOUS êtes les SEULES à ne pas vous interroger sur le déséquilibre émotionnel voire l’absence d’auto conscience qui vous habite toutes les deux.
      Vous @Kristina avez couru sur internet chercher un nouveau partenaire de rechange , comme@Liliane est allé remplacer son mari avec ce PN et à toutes les deux bien mal vous en a pris.
      C’est vous juger que de retracer épisodiquement vos propres réalités, des faits uniquement des faits tirés de vos écrits?
      ( I wasn’t there with you both I didn’t do anything, i read your comments ladies)

      NON Mesdames c’est un CONSTAT, un simple et unique CONSTAT !!! CONSTAT DE choix comportementale, constat de choix de vie.

      Maintenant votre souhait de témoigner sur ce blog n’est rien d’autre qu’une volonté de trouver validation (Et pour cause nous vivons une société , un monde où chacun veut être validé). Sauf que la validation à laquelle vous @Kristina prétendiez n’est pas celle que vous avez trouvé.
      Et pour cause , quand le mensonge prend l’ascenceur, la vérité prend l’escalier.
      Je m’explique, jusqu’ici vous vous bercez dans le doux mensonge que vous SAVEZ AIMER et ETES CAPABLE de CONSTRUIRE DANS L’AMOUR ( contrairement à vos parents à votre père) , que pour y parvenir seul besoin , trouver l’âme soeur , cette être qui vous AIMERA et ainsi vous aurez coupé avec ce cercle morbide dans lequel vous avez grandi.

      Malheureusement sur ce blog , vous découvrez que NON en fait vous être en train de faire PIRE que ce dans quoi vous avez baigné.
      Pourquoi je dis PIRE?
      Parce que vous avez conscience de votre passé, vous savez, et vous n’avez pas fait le travail de soin nécessaire pour briser le cercle infernale , vous êtes dans le DENI de vous même.
      LE DENI ABSOLU, à ce jour, de vous même. @Kristina déteste @Kristina, @Kristina a une PEUR EFRROYABLE DE @Kristina et pour ne pas confronter @Kristina , elle met des hommes dans sa vie, des bouche-trous et des trous des vides il y en a !!!!.

      @Kristina a en effet UNE PEUR ATROCE DE LA SOLITUDE, ça la TERRORISE, sauf que plus ça la terrorise plus c’est FLAGRANT.
      Plus elle tente de le câcher , plus c’est visible.

      Donc qui peut croire un instant que @Kristina qui n’aime pas @Kristina peut être en mesure d’aimer ses enfants?!!!!!!! (Allez voir un compagnon, vous le défendez comme on défend un véhicule à la vente aux enchères pour qu’il passe le contrôle technique).
      Personne………., mise à part quelqu’un d’aussi vulnérable et fragile que @Kristina à savoir @Liliane.

      Et si effectivement comme vous, laisser comprendre dans tous vos témoignages, votre psychologue acquiesce votre raisonnement alors c’est la PIRE PSYCHOLOGUE que vous ayez pu rencontrer, il va falloir sérieusement en changer.
      Mais de vous à moi, je pense que vous nous racontez ce que vous voulez croire du compte rendu de votre psy, parce que votre état de vulnérabilité est trop évident et vos témoignages sont truffés d’incohérences justement parce que vous ne manifestez pas d’attache émotionnel, mais sachez que ça s’apprend avec des professionnels justement par un reformatage.
      Vous répondez aux intervenants comme on traite un courrier administratif.
      Aucune affection ne transparaît à l’égard de vos garçons ( si j’ai bien compris), vous ne répondez à aucune question directe les concernants, alors que oui, en ce qui concene votre “compagnon” du moment.

      Donc je concluerai en disant que NON il s’agit pas de VOUS dans votre contexte actuel mais uniquement de VOS ENFANTS les seuls et vrais victimes de parents hyper vulnérables émotionnellement, voire toxiques à leur épanouissement d’où le placement judiciaire ( et ça ce n’est pas moi quile dit c’est le JAF, si ce n’était pas le cas les enfants n’auraient pas été placés OKAY).
      Mais nous savons que pour démonter la maltraitance psychologique il faut de bonnes expertises et du temps et des moyens, ce qui est difficile.

      L’ESPOIR, L’ISSUE POSITIVE, réside dans un DECLIC éventuel chez Vous @kristina , un jour , proche si possible , que vous admettiez ne pas savoir vous aimer ( ce qui n’est pas un crime vu votre passé mais un risque de mise en danger de vos enfants dans leur épanouissement et équilibre éducatif et émotionnel, le risque de faire de vos enfants de futurs sociopathes ou psychopates), être dépendante maladive et avoir grand besoin de suivi thérapeutique. La seule issue pour vous et vos enfants ( et oui Madame il y a un monde entre “gérer » ces enfants et sont “foyer” et AIMER ses enfants, votre compagnon est un détail à ce stade de votre situation,le concernant je prends le pari pour 2027.

      Honnêtement , je ne sais pas si ce post sera publié, je n’en ai pas averti @Scarlett, car je n’en avais pas l’intention jusqu’à lire votre dernier commentaire.
      Je n’ai pas le droit de tout tenter pour ces deux innocents quand leur mère vient sur ce blog demander conseils. car les défendre c’est AIDER leur mère, croyez le ou pas

      Ce n’est certainement pas le conseil que vous attendiez, mon ton ne vous plait certainement pas, mais je vous sais intelligente suffisament pour lire, prendre le temps de lire vous l’avez toujours démontré @Kristina. Cependant , il ne s’agit pas de moi, il ne s’agit pas de vous, il ne s’agit pas de votre compagnon, ni de vos parents , ni des autorités de votre pays……
      IL S’AGIT DE DEUX ENFANTS QUI N’ONT PAS DEMANDER A NAITRE ET A SOUFFRIR D’AVOIR UNE “MERE” DEPENDANTE AFFECTIVE PATHOLOGIQUE qui est INCAPABLE de S’AIMER par PEUR VISCERAL DE LA SOLITUDE.
      EN D’AUTRE TERMES VOS ENFANTS N’ONT PAS A PAYER DE CE QUE VOS PARENTS ONT FAIT DE VOUS, POUR CE QUI EST DE T. YOU PICKED HIM YOURSELF.

      Vous êtes adultes aujourd’hui et vous serez reconnu pour SEULE RESPONSABLE des conséquences de vos choix et non choix pour ces deux innocents.

      Vous quittez donc ce blog en étant dans l’incapacité définitive de dire demain que vous ne saviez pas.

      EN CAS DE BESOIN VOUS SAVEZ OU NOUS TROUVER ET VOUS SEREZ LA BIENVENUE.

      DON MIGUEL RUIZ “Les quatres accords toltèques”

      DON MIGUEL RUIZ “ AU DELA DE LA PEUR”.

      Bonne route,

      Peace,

      Aimé par 3 people

      1. D’ailleurs, il faut que je rédige en intro que cet homme n’est pas un schizophrène si ce n’est IMAGINAIRE. C’est un scam, une fraude à la CPAM en bonne et due forme. Il a bien flairé le filon et a su comment simuler cette maladie mentale, certainement en utilisant tous ses talents de manipulation sur un (une ?) psychiatre peu informé(e) sur d’autres pistes d’exploration.

        Ce qu’on voit nettement est un calcul avec pour objectif d’escroquer la CPAM, tout comme il a escroqué Kristina ainsi que ses amis qui l’ont traité de « parasite ».

        Cet homme est beaucoup, beaucoup plus réaliste que ceux qui l’entourent et si son psychisme était mieux organisé, sa perversion narcissique lui permettrait de se construire un patrimoine matériel sur le dos d’autrui. C’est ainsi qu’il vit. Je ne vois pas de maladie mentale mais un authentique pervers narcissique, oui.

        Kristina a eu un parcours difficile. Comme chacun de nous, elle a appris à gérer ses émotions d’une façon qui lui appartient.

        @Kristina : je vous écris en privé par rapport au lien entre vos enfants et vous, avec une piste à explorer avec le professionnel qui vous suit, à condition que cette personne soit réellement qualifiée sur le sujet de l’enfance traumatique.

        Il ne faut pas négliger le traumatisme initial dans ce témoignage. Ce que l’on peut lire sont les conséquences directes d’une enfance traumatisante, qui se transmettent de génération en génération.

        Aimé par 5 people

      2. Je suis extrêmement choquée par ce que j’ai lu.

        Il m’est totalement impossible de concevoir de m’accoquiner avec un homme même parfait (?) pendant que mes deux petits croupissent tristement ailleurs et séparés de moi. D’autant plus après une histoire aussi glauque et traumatique.

        En tant que fruit moi-même de l’union de deux extraordinaires PN, et après être passée dans l’essoreuse à nouveau quelques décennies plus tard avec des specimen tout aussi merveilleux, en tant qu’ancienne dépendante affective pathologique, et surtout en tant que maman de trois enfants, même dans mes pires moments d’égarement, à aucun moment je n’aurais pu raisonner comme la froide Kristina.

        Mes enfants ont toujours été une valeur sûre, un ancrage indestructible, des miracles de la vie, la plus belle création de toute ma vie. Je suis très fière de ce qu’ils sont.

        Ma mère a toujours fait passer son « bien-être » et ses histoires de cul avant ses deux filles. Une immense VICTIME de la vie qui m’a reproché jusqu’à son dernier souffle avoir été responsable de son cancer (!) et me harcelant encore une semaine avant son décès de venir la voir car sa « guérison en dépendait ».

        Elle est partie en Octobre dernier et je ne suis pas allée à son enterrement. Je ne suis même pas allée la voir après ces 10 ans de No Contact. Quant à mon enfoiré de père encore vivant, (20 an sde No Contact) lui aussi a fait passer toute sa vie de monstre avant ses enfants. Il s’en vantait même devant nous.

        J’irai cracher sur sa tombe.

        J’avais déjà dit à Dandoha que j’aurais aimé l’avoir connue dans le cadre du divorce de mes parents quand j’étais enfant, le contexte était en tous points glauquissime.

        Pour une fois, j’ai envie de dire que je me suis projeté dans cette histoire et qu’après lecture j’ai dû en faire une affaire personnelle.

        Kristina je ne vous félicite pas pour vos progrès et l’avancée de vos projets. Vous me donnez la nausée.

        C’est Dandoha qui a raison. Se reconstruire seule avec ses enfants est l’UNIQUE SAINE solution. Que vous quittiez ce blog était attendu ; vous n’avez rien compris. Je ne m’étendrai pas sur la suspicion de dissociation.

        J’espère que vos enfants auront tout de même un Noël digne de ce nom.

        J'aime

      3. Bonjour Chère Isabel , debout avant mes enfants, avant donc qu’ils ne découvrent leurs présents, Je consulte mes mails et… J’ai du mal à reconnaître votre plume , d’habitude si douce. Mais votre commentaire , je pense m’a fait comprendre ce qu’insinuent , Dandoha et Stellabat, ainsi que vous même aujourd’hui je crois, je n’ose pas le dire parce qu’il existe une possibilité qu’il y ait erreur. Mais j’ai l’impression que tout s’assemble… C’est triste… Mais on ne pourra aider Kristina… Joyeux Noël à tous ceci dit !

        Aimé par 1 personne

      4. Happy Tuesday my @Scarlett and EVERYBODY

        J’AIMERAIS FAIRE CETTE DECLARATION UNE BONNE FOIS POUR TOUTE.

        Tout comme vous sur ce blog j’ai été victime de PN, plus maintenant , je ne suis plus une victime de personne sinon du cheesecake et de ma balance sous le syndrome de la gourmandise. My God quelle souffrance 😂 😂

        Depuis ma découverte de cette formidable plate forme et de son auteur et unique propriétaire. NON je ne suis ni co ni demi, ni quart de propriétaire du blog, juste une intervenante lambda 😉 .
        J’interviens encore dans le seul but et souhait:
        Je crois en le fait de donner en retour quand on a reçu au moment où on en a eu besoin.
        Take and give back.
        Donc pour ma part intervenir sur ce blog relève du COMUNITY SERVICES , participer à la solidarité commune pour faire avancer ce monde in a better place with PEACE;
        Rien d’autre et ce tant que son auteur me l’autorisera.
        Donc quand j’interviens retenez que je n’ai pas la science infuse, je suis une mortelle comme vous tous , même si mon ton exprime mon assurance .
        Donc venir me dire que vous êtes d’accord ce n’est pas ma motivation ou mon intérêt, si cela ne vous aide pas à avancer dans vos difficultés et les résoudre par vous même.
        Cette plateforme bien qu’humaine reste impersonnelle.
        Donc il s’agit avant tout d’amener des propositions , des suggestions, des clarifications, des interrogations etc… POUR AVANCER et rien d’autre, pas pour stagner ni patoger dans l’échec.
        Donc je suggère que avant d’écrire une prise de recul et d’analyse se fasse au delà de répondre immédiatement. IT IS OKAY TO TAKE YOUR TIME PEOPLE NO RUSH
        Soyez patients avec vous même pour mieux analyser et apprécier vos environnements et difficultés parce que je demeurre convaincue à vie que :
        TOUT PROBLEME A UNE SOLUTION ET SI VOUS NE TROUVEZ PAS LA SOLUTION C’est PARCE QU’ELLE SETROUVE DANS LE PROBLEME LUI MEME.

        Pour cela une remise en question de soi est indispensable.
        Si tu as un probleme change ton attitude!!!!

        Et cessez de donner plus de pouvoir au PN et autres toxiques sur vous apres rupture qu’il n’en avait durant la relation.

        Peace,

        J'aime

      5. Certes mais sois assurée que si je dis que je suis d’accord ce n’est pas pour te faire plaisir, c’est que je le suis, sinon , tu as pû le constater , Je lance un débat… 😜 Le rappel de ne pas répondre impulsivement où sous émotion est un rappel sage , je ferai attention. 😉

        Aimé par 2 people

      6. Happy Staurday @Isabel

        Joyeux Noel à toi et ta famille si vous célébré sinon, continuez de toujours célébrer la vie la joie de vivre .

        Je me permets de te citer, ma douce: Quant à mon enfoiré de père encore vivant, (20 an sde No Contact) lui aussi a fait passer toute sa vie de monstre avant ses enfants. Il s’en vantait même devant nous.
        J’irai cracher sur sa tombe.”
        NON NON NON TU N’IRAS PAS CRACHER SUR SA TOMBE parce qu’avant son décès officiel, tu auras déjà fais son deuil. Et tu auras lâcher prise, pour ne plus lui donner ce pouvoir sur toi par le biais de la colère illustré dans cet acte que tu prédis. Tu as beaucoup plus de distance et de classe que ça. Son âme ne t’habite plus depuis si longtemps toi femme libre et mère, donc quel serait l’intérêt pour toi que la jeune enfant meurtrie ressurgisse pour cracher sur sa tombe? Aucun sinon un gaspillage de salive et d’énergie. Je ne saurai que trop te conseiller d’utiliser a salive ce jour là pour coller des timbres et envoyer des cartes de joie et d’humour à tous tes amies de art le monde 😉 .
        Pour ce qui est de @kristina son profil froid elle le pure produit du formatage de ses parents. Il est vrai que en dépit de connaître ce paramètre , elle est adulte aujourd’hui et ne peut pas continuellement brandir la carte du formatage . C’est pour ces motifs que @Scarlett , lui propose des pistes de travail psy sur elle même à explorer durant sa thérapie en privé , si j’ai bien compris.
        Ma propre génitrice agit comme @kristina à notre égard , ce qui après avoir lu le témoignage et lses réponses me laisse à penser :” Et si ma génitrice était une dépendante affective chronique et PN” les deux combinaisons sont elles possibles chez une seule et même personne. Gra^ce à @Kristina j’explore cette hypothèse et analyse avec du recul. Sand pour cela nier l’urgence du cas des enfants de @Kristina bien entendu. Je me dis aussi que être loin de @Kristina est une bénédiction pour elle et ses enfants en ce Noel si ils le célèbrent, ça lui donne à elle le temps de se remettre en question et de se faire suivre et à eux de profiter d’un Noel sans manipulation, ni vampirisation émotionnel. Et oui dans le pire il y a toujours du bon à prendre 😉 .
        @Kristina est dépendante affective maladive par conditionnement certes mais elle à oublié d’être stupide, elle est juste paramétré avec le mauvais code vital, le mauvais code comportemental et je pense qu’il faut peut être un NO CONTACT avec sa mère pour lui ouvrir les yeux sur l’impacte de cette dame aussi dépendante et brisée qu’elle dans son comportement actuel. Le père de @Kristina est décédé mais quand on lit son histoire on mesure pleinement les manqueents maternels et affectifs et le lourd fardeau que fut cette femme pour cette enfant que fut @Kristina . D’ailleurs elle le dit si bien, son père l’a rendu responsable de l’état de sa mère . Donc je doute que son état cette dame ait pu être une mère équilibrée digne de ce nom pour @Kristina, et àmon avis cette dame n’a jamais fait de thérapie.
        Je veux croire que même si @Kristina se met en retrait du blog, elle continuera à lire les posts et retient que nous ne somme pas ses ennemis loin de là, qu’elle devrait faire attention très attention à sa team soutien à domicile.
        Que Dieu me garde de mes amis quant à mes ennemis je m’en charge dit le dicton.
        Le vrai danger est dans l’entourrage familiale de @Kristina. Pour tout ce qui est de ses accomplissements administratifs et légaux elle ne le doit qu’à sa seule volonté à personne d’autre, personne.

        Take care Beautiful

        Aimé par 3 people

    2. @Kristina ,

      Je vous ai lu attentivement, ET personnellement je salue A NOUVEAU votre réceptivité à l’échange , je reconnais la difficulté des échanges entre vous et moi du fait de nos divergences de compréhensions et je vous honore de votre maintien du dialogue, signe de tolèrence et d’intelligence. Je ne vous flatte pas, je n’ai JAMAIS flatté quiconque sur ce blog , je dis ce qui est du haut de l’acidité de mon verbe.

      Ceci posé,
      Je vous cite: « Vous voulez que je parle de mes enfants? Fort bien.
      Ils auraient dû être placés en décembre suite à une enquête sociale mais ils l’ont été en urgence sous la garde de T.
      Ils sont entrés en foyer en souffrance, fermés sur eux même, pleins d’angoisses et se haïssant l’un l’autre.
      A mesure de mes visites et des progrès que nous avons fait ensemble, je les vois aujourd’hui sûrs d’eux, capable de jouer ensemble, de rire. Ils ont encore des angoisses que j’arrive à résorber, demandant parfois conseil pour répondre aux questions sur leur père.”

      Je retiens que vous nous parlez des enfants suite à notre insistance et je vous en remercie de nous en donner de plus “amples” nouvelles parce que parlez d’eux en ce qui me concerne me permet de vous aider et vous conseiller en toute honnêteté et franchise.

      Je vous cite : « e vous laisse à vos fantasmes, écrivez mon avenir comme ça vous chante, je préfère le vivre selon la citation de Peter Drucker:
      « La meilleure façon de prévoir l’avenir c’est dee créer »”

      ABSOLUMENT @Kristina, la vie n’est pas un fantasme vos écrits non plus, ce blog non plus, ni les intervenants. Vos écrits sont vos vérités votre réalité. OUI OUI OUI la meilleur façon de prévoir l’avenir est de le creer , quoi de plus PRAGMATIQUE. RAREMENT un intervenant n’a été aussi pragmatique dans son discours que vous. Mais pragmatisme du vide n’en est pas.
      Peter Drucker a surtout dit:
      « “Il n’y a pas “un” caractère d’entrepreneur. Mais il faut “du” caractère pour l’être.”
      Il est où votre caractère Madame si vous ne supportez pas votre propre SOLITUDE ?

      J’avoue que vous me faite plaisir j’adore Peter Drucker.
      “La chose la plus importante en communication c’est d’entendre ce qui n’est pas dit “ Peter Drucker
      On se bat sur ce blog pour vous faire entendre votre DEPENDANCE AFFECTIVE CHRONIQUE afin de vous protèger et protèger vos enfants de vos choix de vous et de votre vulnérabilité maladive et vous nous balancez du “mon compagnon”, ce que qu’on tente de vous expliquer c’est que plus vous parlez de lui plus mettez à nu votre dépendance. partant de ce constat quel entreprise, quel foyer êtes vous en train de bâtir, quel entrepreneur êtes vous?
      Quel avenir êtes vous en train de créer dans votre état de dépendance affective, et déni de peur, de quelle prévision parlez vous quand votre compagnon est en première ligne et vos enfants en retrait?

      Creer son avenir selon Peter DRUCKER ne signifie pas boulverser les PRIORITES.

      Votre discours est exactement le même ici, que ces jeunes qui arrivaient en audience ou à l’orale du barreau et disait à proprops de leurs mini jupes et chemises ouvertes. “L’habit ne fait pas le moine!!!!” persuadés d’avoir de la répartie.
      Et je me fesais une joie jouissive de leur balancer to de GO “Certes, lady, or Gentleman, mais le moine ne marche pas tout nu dans la rue non plus !!!!!”

      Do you get my drift Madame?!!!!

      Je finirai avec ce message d’espoir qu’un jour vous assumerez votre crainte de la solitude, au travers de cette citation de Peter DRUCKER .
      Prendre le risque d’introduire un étranger dans la vie de deux enfants traumatisés est certes aventurier mais certainement pas courageux, sinon votre compagnon n’aurait pas été de facto interdit d’approcher les enfants par la justice. Le vrai courage c’est d’affronter vos responsabilités seule avec vos enfants et leur faire d’abord la place qu’il méritent de PLEIN DROIT dans votre ceur et dans votre vie, avant d’introduire un homme venu d’internet. Voilà ce que vous dit le JAF à travers ses décisions.THINK

      “Chaque fois que vous voyez une entreprise qui réussit, dites-vous que c’est parce qu’un jour quelqu’un a pris une décision courageuse.”

      Peace,

      J'aime

    3. Contrairement à ce que vous pensez nous vous souhaitons beaucoup de bonheur et de sérénité Kristina. Nous ne disons pas que vous n’êtes qu’un aimant à PN mais il faut accepter le risque de la possibilité de l’être. Nous ne disons pas que profiter des bienfaits de vos relations fait de vous une personne dépendante. En revanche, considérer que la qualité de votre vie dépend de la qualité de vos relations, cela , c’est un discours dépendant. Je vous souhaite un joyeux Noël et une belle continuation.

      Aimé par 1 personne

  23. @Kristina
    J’ai envie de vous croire mais tout sonne faux. Toute votre histoire me semble falsifiée, et ce qui motive mon affirmation c’est la représentation tronquée de la réa!ité qui transpire derrière vos propos.
    Je prends rarement des avis aussi tranchés, j’essaye de comprendre et de ne ne pas juger mais pour ma part c’est bien la première fois sur ce blog que j’ai le sentiment d’avoir à faire à un profil que je connais malheureusement que trop bien. Pour être plus claire, je doute Kristina que vous soyez la victime que vous nous présentez.
    Alors comme nous ne partageons rien ensemble et qu’il n’y a aucun enjeu entre nous, je prends le risque de me tromper et le cas échéant de vous blesser. S’il s’avère que je suis dans l’erreur, je ne manquerai pas de vous présenter mes plus sincères excuses ainsi qu’à celles et ceux sur ce blog que ma prise de position aura pu choquer.

    J'aime

    1. Bonjour Stellabat

      Marie a donné une excellente réponse à votre commentaire ci-dessus.

      « Bonjour à tous,
      Quand on est dépendant affectif, on est convaincu que l’on sait aimer ses enfants. Quand je suis sortie de la dépendance affective pour vivre vraiment. J’ai eu un grand choc, une révélation. Aimer ses enfants, c’est les voir vraiment, les écouter vraiment, leur prendre la mains vraiment, prendre du temps vraiment. C’est aussi les défendre contre vent et marée. C’est être bienveillant vraiment. C’est rendre le monde meilleure. Je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année et mes vœux de paix et de bonheur. Et merci à toutes les personnes qui œuvre à rendre ce monde meilleures 😍 »

      Kristina a eu au moins un parent pervers narcissique et ça laisse des traces dans les interactions avec les autres. Et inévitablement avec les enfants. Je pense que l’impact de cette éducation va se révéler au fur et à mesure de l’évolution de Kristina. Je ressens aussi qu’il y a une dissociation mais là, on entre dans des concepts qui doivent être discutés en privé.

      Aimé par 1 personne

  24. Bonsoir à toutes,

    Merci Dandoha et toutes ,

    Oui merci les choses bougent dans ma tête. ATTENTION je ne dis pas que wahou je suis à fond heureuse et libérée. J’ai encore beaucoup trop d’angoisses pour reprendre le travail de crises de larmes, des moments où j’écoute les chansons du genre mylène farmer « je te dis tout » toi mon adn je j’aime …. mais je vis les choses SANS DENI. Je sais que tout était faux illusion et c’est une grosse pourriture. Je n’attends plus de remords de sa part je n’attends plus rien si ce n’estde moi ma RECONSTRUCTION. j’ai effectivement des antennes rouges qui me disent vigilance en permanence je sais que mon chemin n’est pas fini mais je ne ferme plus les yeux j’affronte (en douleurs parfois souvent d’ailleurs fort terrible mais j’affronte) c’est pas tous les jours facile du tout mais je me refuse à fermer les yeux. Petit anecdod , hier soir j’ai eu un appel masqué numéro privé (ça ne m’arrive jamais) à une heure un peu tardive, j’ai vécu dans la méga angoisse que ça pourrait être lui, je n’ai pas décroché, et je me suis conditionnée si ça arrive je raccroche au nez mail poubelle sms poubelle tout de lui à la poubelle aussi dur que ce sera. Ce sont des poisons la seule issue pour moi serait la MORT. Mes enfants ont assez souffert ils ne méritent plus ça …ils ne l’ont jamais mérité…ils l’ont accepté par amour pour leur maman…PLUS JAMAIS PLUS JAMAIS CA….ils sont marqués AU FER ROUGE AUSSI……(je pense à Kristina également) et pourtant ils ont 20 et 18 ans ils peuvent et ils le font s’expriment mais s’ils étaient plus jeunes les mots ne viendraient pas de la même manière et la souffrance tue serait encore plus grande……………………. Je ne fermerais plus les yeux. Je suis en train de faire le dur deuil et le dur travail de « fuck ce n’était que du vent que du faux de l’illusion » et « fuck » plus JAMAIS ne le laisser revenir dans ma vie et « fuck » ne plus déperrir pour lui survivre à l’abus et enfin REVIVRE AU GRAND JOUR FIERE D ETRE UNE SURVIVANTE DE L ABUS DES ABUS DE LUI CE POURRI QUI N A AUCUN avenir possible il mourra lui comme la merde qu’il a toujours été moi j’ai d’autres possibles..

    Aimé par 1 personne

    1. Happy saturday @Dory 25,

      Moi je dis Woaw et re Woaw ,
      Dégagez le passage @Dory25 est dans la vrai vie celle de la Réalité celle de la Dignité.
      @Dory25 est entrain de renaître tranquilement de ses cendres et comme toute renaissance c’est difficile mais ça en vaut la peine.

      Je cite : Mes enfants ont assez souffert ils ne méritent plus ça …ils ne l’ont jamais mérité…ils l’ont accepté par amour pour leur maman…PLUS JAMAIS PLUS JAMAIS CA….ils sont marqués AU FER ROUGE AUSSI”

      Etre en mesure de verbaliser et d’assumer sa responsabilité MES COMPLIMENTS pour ce courage de dire les choses comme elles sont.
      @Dory25 que vous souhaitez de plus sinon de continuer à vous pouponner le corps et le cerveau, un pied devant l’autre . Chhaque jour est un jour de gagner.
      Le défi suivant celui de sècher ses larmes et les remplacer par votre sourire de ANGELINA JOLY .

      Je suis sur que vous même en relisant votre témoignage de Novembre vous n’auriez pas misé 1£ sur vous, aujourd’hui vous êtes dans le quinté gagnant c’est FORMIDABLE.

      ALLEZ @Dory25 ALLEZ@Dory25 ALLEZ @Dory25
      GO GO GO GO !!!!!!

      Et n’oubliez pas, on ne sort pas de chez soi sans son rouge à lèvres!!!!
      Quand on porte du lipstick on ne pleure plus LIPSTICK POWER Yes Girl!!! Yeeeessss!!!
      💄 💋 👄

      Aimé par 1 personne

    2. On a bien compris qu’il vous reste encore du chemin mais votre discours est déjà bien différent aujourd’hui qu’à la parution de votre témoignage, cela mérite d’être souligné et encouragé ! Vous y arriverez ! Un de ces jours vous ne verserez plus de larmes et vous ne ressentirez plus de tristesse , vous vous souviendrez de cette histoire comme une expérience qui vous a rendu plus forte que jamais ! Joyeux Noël Dory ! 😉

      Aimé par 1 personne

  25. Bonjour à tous,
    Quand on est dépendant affectif, on est convaincu que l’on sait aimer ses enfants. Quand je suis sortie de la dépendance affective pour vivre vraiment. J’ai eu un grand choc, une révélation. Aimer ses enfants, c’est les voir vraiment, les écouter vraiment, leur prendre la mains vraiment, prendre du temps vraiment. C’est aussi les défendre contre vent et marée. C’est être bienveillant vraiment. C’est rendre le monde meilleure. Je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année et mes voeux de paix et de bonheur. Et merci à toutes les personnes qui oeuvre à rendre ce monde meilleures 😍

    Aimé par 5 people

    1. Bonjour Marie , il est vrai , que le brouillard fait de nous des mamans zombie, présente mais absente, pour autant ils étaient les seuls qui me permettaient de me lever le matin, les seuls qui m’obligeait à me secouer pour rester un minimum dans la réalité. Et même si j’étais sous emprise, j’ai toujours fait passé mes enfants avant, je refusais qu’il vienne quand mes enfants étaient présents malgré son insistance. Malgré la tristesse et la lutte que cela me coûtait de refuser ma dose… Très certainement mon instinct protecteur que je ne savais nommer à l’époque. « Une petite voix qui me disait , il n’est pas digne de tes trésors  » . Et je lui disais toujours qu’il était la personne que j’aimais le plus APRÈS mes enfants. C’est viscéral l’amour maternel.

      J'aime

  26. Happy Saturday @Kristina,

    Au cas où le message de @Marie vous aurait échappé je le retranscrit et je SALUE @Marie Chapeau bien bas au passage , Merci Lady @Marie pour cette vérité.

    Marie
    24/12/2016 À 7 H 43 MIN
    Bonjour à tous,
    Quand on est dépendant affectif, on est convaincu que l’on sait aimer ses enfants. Quand je suis sortie de la dépendance affective pour vivre vraiment. J’ai eu un grand choc, une révélation. Aimer ses enfants, c’est les voir vraiment, les écouter vraiment, leur prendre la mains vraiment, prendre du temps vraiment. C’est aussi les défendre contre vent et marée. C’est être bienveillant vraiment. C’est rendre le monde meilleure. Je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année et mes voeux de paix et de bonheur. Et merci à toutes les personnes qui oeuvre à rendre ce monde meilleures 😍

    Rien d’autres à ajouter ,
    Oups oui en fait, juste ceci: PARDON aux deux enfants de @Kristina au nom de ces adultes qui les malmènent depuis leurs naissances.

    Merci @Marie

    Aimé par 1 personne

  27. @Scarlett

    Pour votre petit détail ! Bravo
    Et oui, la synchronicité m’ettonera toujours.
    Vous tombez sur une vidéo ou apparait ce PN et « Nada ». Vous avez vu comme notre regard peut changer une fois le cerveau remis en ordre.c’est une expérience qui relève presque de la neurologie !
    Joyeux Noël à vous et à votre cerveau 🎄

    Aimé par 1 personne

  28. Merci à toutes pour vos encouragements. Sans ce blog je ne pense pas que je me serais relevée aussi vite. Face à une attaque perverse on est seule personne si ce n’est d’autres victimes nous comprennent et c’est précieux..de se dire que non on n’est pas folle, de pouvoir sortir de notre bouche nos souffrances et pouvoir partager que OUI ILs déchiquetent le cerveau (ce n’est pas pour de faux c’est le vécu la REALITE). Même si il y a encore des moments très difficiles je dialogue avec mes enfants et de les voir aussi soulagés que leur maman ne soit plus en mode vision « je vois plus que lui » et libérée de ce fou me réchauffe le coeur. Ils ne sont plus en tension permanente constante, pour en avoir longuement parlé avec eux, ILS RESSENTAIENT CA AUSSI !!!!
    Je vous souhaite un Joyeux Noël à toutes et tous. BIz

    Aimé par 3 people

  29. J’ai écrit mon commentaires le 23/12 avant que n’apparaissent tous ceux qui ont suivis. Si j’apporte cette précision, c’est que je n’ai pas été influencée par la tournure que la discussion a pris et que j’ai exprimé à cet instant précis un immence malaise à la lecture des post de Kristina .
    Je n’aurai pas su développer aussi brillement que certaines d’entres vous le manque de visibilité de Kristina face à sa propre dépendance affective. Ceci étant dit, je vous remercie Scarlett de me préciser que certains événements ne sont pas à omettre dans son parcours de vie notamment la perversion narcissique d’un parent. Il y a sans aucun doute des chose qui m’échappent encore, toutefois mon ressenti est aussi celui d’une femme qui a eu un parents Pn, une mère plus ou moins complice, un mari pas mieux loti et un amant sociopathe, d’où mon arrivée sur ce blog il y a quelques mois. Cela ne me donne paplus de légitimité qu’une autre, en revanche je pense que certains signaux d’alertes me sont aujourd’hui familiers.

    Aimé par 5 people

    1. Happy Monday @Stellabat,

      Je comprends parfaitement ton point et il se conçoit en toute légitimité, tout comme celui de @Kristina dont l’intérêt est de nous interpeller sur ces détails des relations humaines que nous banalisons si fréquement par acquis.
      C’est pour cela que personnellement je dis toujours ne jamais en faire une affaire personnelle à propos des situations évoquées.
      Je propose qu’on avance sur cette analyse de son histoire:
      Je cite @kristina « avoir vu frapper ma mère quand j’avais 6 ans
      Quand ma mère a fait une dépression et une tentative de suicide, il lui a reproché de « le faire chier jusqu’au bout » et m’a accusée d’être responsable de sa dépression;
      Il a divisé notre fratrie par ses différences de traitement entre nous trois;”

      A mon avis et je peux me tromper, l’évidence du profil PN de son père semble avoir étouffé chez elle, la toxicité du comportement de sa mère.
      Soumise, dépendante elle même, sous emprise, en d’autres termes il me paraît que la dépendance affective chronique de @Kristina lui vienne de sa mère.

      Je poursuis en la citant : « Le juge a dit à ma mère qu’un droit de visite était accordé en ma présence et seulement si elle faisait des efforts pour accepter T. Après ça, à chaque fois que j’allais chez ma mère avec les enfants, il me menaçait de la traduire en justice si elle refusait qu’il vienne avec, ce qui occasionnait de sérieuses disputes.”

      L’intervention réfractaire de la mère de @Kristina à l’égard du géniteur T n’a fait que compliquer la situation judiciare de @kristina. Et je devine que l’a mère a cru bien faire à cet instant, sauf que son réveil, son sursaut protecteur est tardif et mal adroit voire ici préjudiciable à @Kristina au yeux de la loi.

      @Kristina avoue elle même « Sauf que j’étais déjà sous l’emprise du 2e PN de ma vie, le père de mes garçons. Et ce que j’ai vécu avec lui mérite bien plus d’être raconté, d’autant que mon histoire comporte des similitudes avec ce que ma mère a pu vivre…”.

      Je ne serais pas étonnée que @kristina soit en colère contre sa mère(la fameuse haine insconsciente) qui n’a jamais été capable de la protéger de son père, donc elle est convaincue avoir réussi là où sa mère a échoué : « Et ma foi, leur relation avec mon compagnon est très bonne, ils ont des échanges et des moments partagés qu’ils n’avaient jamais avec leur père… Cette relation est donc bénéfique pour eux aussi !!”.

      Peace,

      J'aime

  30. Scarlett à mon tour de vous suggérer de ne pas publier ce commentaire si vous pensez qu’il peut mettre en difficulté Kristina, suite à vos échanges en privé . Je suis peut être réellement à coté de la plaque quant à la perception que j’ai de Kristina et j’accepte volontiers la contradiction. En revanche, je m’en voudrais de faire du mal même par ignorance. Merci donc de modérer si cela vous semble nécessaire.

    Bonjour à toutes et tous

    Je n’aurai pas su développer aussi brillamment que certaines d’entres vous l’absence de visibilité de Kristina face à sa propre dépendance affective à moins que ce ne soit autre chose. Ceci étant dit, je vous remercie Scarlett de me préciser que certains événements ne sont pas à omettre dans son parcours de vie notamment la perversion narcissique d’un de ses parent, ce qui a une incidence dans la transmission auprès de ses enfants.
    Il y a sans aucun doute des choses qui m’échappent. Toutefois, le ressenti que j’ai exprimé est aussi celui d’une femme qui a eu un parent PN, une mère plus ou moins complice, un mari manipulateur et un amant sociopathe, d’où mon arrivée sur ce blog il y a quelques mois. OUI, cela laisse des traces et c’est ce qui fait de moi une maman encore plus à l’écoute et attentive à ce que peuvent exprimer mes 3 enfants.

    Cela ne me donne pas plus de légitimité qu’une autre, en revanche je pense que certains signaux d’alertes me sont aujourd’hui familiers.
    Ce qui a attiré mon attention dans le récit de Kristina, comme la plupart d’entres-nous, c’est la place de ce compagnon et celle de ses enfants. Qui est dans son foyer aujourd’hui ? LUI. Qui sont placés en centre ou famille d’accueil. EUX.
    Il y a comme qui dirait une synchronicité dans ces événements assez déconcertante et néanmoins cohérente après l’éclairage juridique qu’à pu en faire l’excellente Dandoha.

    Le fait que son nouveau compagnon puisse être un toxique est une possibilité, ce qui aux vues des circonstances ne surprendrait pas grand monde ici, mais pas la seule à mon sens. Ce nouveau compagnon, paré de beaucoup de qualités, vite recherché et trouvé sur Internet, qui en plus permet à sa dulcinée de découvrir (enfin) l’amour charnel, délicat avec ses enfants, ne serait- t’il pas, pour utiliser un terme approprié ce 25 décembre, le dindon de la farce ?

    Tenu de prendre un rôle que Kristina lui demande habilement d’endosser (consciemment ou inconsciemment, là est la véritable question pour moi à ce stade) pour palier à ses propres carences éducatives, à son manque d’émotions et celles du géniteur de ses enfants. Reporter la bienveillance, l’attention, l’apprivoisement de ses propres enfants après une séparation traumatique, sur cet homme, gentil, aimant (et lui en faire porter toute la responsabilité… en cas d’échec ?!). Il est facile d’imaginer que l’image du couple uni et équilibré, qui effectue des démarches pour obtenir un logement approprié, devant les services sociaux, peut faire son effet surtout si on met en face un soi disant schizophrène en couple avec une femme qui manque de discernement devant témoins.

    – Pourquoi Kristina quitte ce blog ? A cause de nous, méchantes pauvres ex victimes blasées et paranoiaques !
    « Parfois je demande conseil, peut être cela fait il de moi une personne influençable et irresponsable… Qu’en sais-je après tout je ne suis plus qu’un aimant à PN sans jugeotte ni volonté propre, à vous lire.
    Mais vous écrire tout cela ne sert a rien.
    Vous ne voyez toutes que le mal, et c’est légitime ».
    et elle rajoute:
    « Mal avisé celui qui tenterait quoi que ce soit aujourd’hui »

    – Et ce compagnon intelligent et empathique, belle proie potentielle:
    « Il a connu la manipulation avec 2 de ses ex mais pas aussi grave que ce que font les PN: des chantages affectifs, ce genre là.
    – Il capte tout à fait la situation mais reste bienveillant et ne juge pas. Peut-être parce que sa famille a aussi connu le placement. Peut-être parce que sa mère a vécu des choses similaires (+ violence physique, pas avec son père mais voilà).
    – Il est intelligent, merci bien ^^ »

    Kristina à plusieurs reprises dit avoir manqué de jugeote, je ne le crois pas. Son discours est intelligent, posé, bien pensé, bien calculé. Pour moi, il sonne faux comme je l’ai exprimé précédemment.

    Alors peut être que mon ignorance me fait confondre dépendance affective avec manipulation. Serait-ce possible qu’elle instrumentalise son compagnon sans s’en apercevoir ?
    J’avoue me poser la question au sujet de mon propre discernement pour le coup !

    Aimé par 1 personne

    1. Hello Stellabat

      Je comprends toutes ces interrogations et c’est un peu le même cas de figure qu’Historiacyn ;).

      Dès l’instant où un être humain dépend des autres pour remplir des fonctions fondamentales, il devient manipulatoire. Un dépendant affectif est un drogué à la validation, à l’attention, au support des autres êtres humains. C’est une personne qui ne sait pas vivre seule et par elle-même et qui a un besoin VITAL d’être entouré pour survivre. Si votre survie dépend des autres, vous devez contrôler votre drogue et vos sources d’approvisionnement. Il y a une différence majeure entre un adulte autonome, qui fréquente les autres par choix mais qui sait aussi vivre seul, et un adulte DA qui ne PEUT PAS rester seul. Vous avez des tonnes de personnes qui ne peuvent pas être célibataires, ne serait-ce que quelques jours. C’est un phénomène bien connu en psychologie et ça se voit dans la vie de tous les jours.

      Quelqu’un qui consomme de la cocaïne doit toujours faire en sorte d’avoir un petit stock sous la main en cas de coup dur pour éviter le manque.

      La cocaïne des DA est… l’humain. Tout comme les pervers narcissiques, les DA sont des personnes qui manipulent leur entourage : famille, amis, collègues pour obtenir leur drogue = l’attention, la présence, le soutien de ces personnes. Et la meilleure source d’approvisionnement est le lien intime/sexuel et les enfants parce qu’ils sont 100% dépendants de ces parents.

      Néanmoins, les DA détruisent par dommage collatéral et pas en intention initiale. Un parent DA infantilise ses enfants et les détruit par ricochet car ils ne pourront jamais avoir un sentiment de sécurité individuel dans leur vie d’adulte. Dans ma vie quotidienne, je fuis aussi bien les PN que les DA honnêtement parce que ces deux profils sont des vampires. Certes, les DA sont dans une vraie souffrance mais je n’ai pas envie d’engager mon énergie vitale pour servir d’oxygène à une tierce personne.

      La nature étant bien faite, tu as des profils qui s’entendent super bien avec les DA, mis à part les PN évidemment, ce que je ne souhaite à aucun DA.

      Concernant la clarté du discours de Kristina, c’est juste le signe de son intelligence et de sa capacité de recul. Je ne vois pas bien où se situe le problème. Elle a pris le temps de rédiger son témoignage. Pour info, je corrige tous les témoignages avant publication donc que la forme ne vous serve pas nécessairement d’indicateur ;).

      Quant au nouveau compagnon, je ne le connais pas et ce n’est pas l’objet du blog. On peut formuler X hypothèses mais je ne souhaite pas de GOSSIP ! Surtout que Kristina s’est mise en retrait, nous n’avons pas à commenter sa vie perso. Ce serait tomber dans les ragots.

      Très belle journée à vous ❤

      Aimé par 2 people

  31. Bonjour à toutes ! 😊 J’ai relu le témoignage de Kristina ainsi que le fil de la discussion. Le moins que je puisse dire c’est que cela me laisse perplexe pour ne pas dire perdue… Dans ce que j’ai pû lire jusqu’à présent, lorsque l’on est issu de parent PN ou plus généralement maltraitant, on a de gros risques de devenir dépendant affectif, sauf que si j’ai bien compris, on se retrouve alors à un « croisement » : On bloque nos émotions pour ne plus souffrir et on reproduit ou bien on devient hypersensible. On devient donc la copie de notre parent ou une victime potentielle. On sait que le toxique et la victime ont à la base les mêmes souffrances, jusque là , je suis. Les Nous savons aussi que 2 PN peuvent vivre une histoire, ils sont donc alors chacun leur tour la victime de l’autre , c’est un combat de chaque instant, chacun voulant le pouvoir. Je n’affirme pas que c’est dans cette configuration que se trouve Kristina. Je me pose des questions , tout de même quant à sa sensibilité, son (manque?) d’empathie, principalement envers ses enfants. Elle ne se remet absolument pas en question et c’est elle qui est allée chasser sur internet. Alors que toutes ici , sommes vraiment détruites après notre histoire, nous CULPABILISONS beaucoup , nous sommes toujours attachées à notre bourreau pour ne pas dire obsédées, et , pour le moins échaudées pour ne pas dire terrorisées à l’idée d’entamer une nouvelle histoire… Kristina, elle , a tourné la page avec T de manière radicale. Il a refait sa vie , donc elle aussi. Elle ne doute pas le moins du monde, ni d’elle, ni de son nouveau compagnon. Ajouté à cela , le fait que T lui répète sans cesse durant leur histoire :  » Arrête de me manipuler « , ce qui , j’en suis consciente, ne peut être qu’une projection (je ne dis pas accorder du crédit à un PN avéré mais je n’oublie pas non plus qu’ils sont « fins psychologues »). Je m’interroge simplement . Est il possible, donc , d’être dépendant affectif, d’avoir bloqué toute émotion et d’être malgré tout neurotypique ?

    J'aime

    1. Hello

      Je pense que le tout premier aspect à reprendre est qu’il n’y a ABSOLUMENT aucune recette en psychologie. ça ne fonctionne pas tout à fait comme la cuisine où on prend les mêmes ingrédients, en même quantité pour obtenir un plat standard. Tu avais déjà soulevé toutes ces questions mais sous une autre forme il y a quelques mois. Tu as tendance à laisser de côté le concept de « personnalité »… qui rend chaque individu unique ;).

      « Dans ce que j’ai pu lire jusqu’à présent, lorsque l’on est issu de parent PN ou plus généralement maltraitant, on a de gros risques de devenir dépendant affectif, sauf que si j’ai bien compris, on se retrouve alors à un « croisement » »

      => Le mot le plus important dans ta phrase ci-dessus est « RISQUE » qui sous-entend que c’est une option parmi d’autres. Notre cerveau s’adapte aux circonstances que nous traversons. Il ne répond pas nécessairement de la même façon chez tous les êtres humains. La perversion narcissique et la dépendance affective ne sont pas des choix (au sens où une sorte d’autorité extérieure te demande ton avis) mais des adaptations du cerveau face à un contexte où l’enfant est en danger de mort psychique, et parfois physique également face à un parent agresseur. Mais ce ne sont pas les seuls.

      Tout est logique.

      Si tes parents sont des pervers narcissiques/sociopathes/psychopathes, ils agissent avec toi enfant comme ils agissent avec les autres personnes de leur entourage. C’est même pire parce que tu es un enfant et que tu n’as confiance qu’en ces parents justement. Cependant, tu dois gérer un quotidien de prédation. Mais de prédation sur quoi exactement ? Sur tes… ÉMOTIONS.

      Un PN est ce qu’on appelle un prédateur émotionnel. Il s’attaque à cette partie spécifique du psychisme.

      Un enfant doit donc apprendre très tôt :

      Soit à protéger son monde émotionnel (développement d’un monde imaginaire qui remplace une réalité trop horrible à supporter à cet âge et surtout impossible à comprendre)

      Soit à maîtriser/cacher ses émotions et à ne les montrer que dans un contexte jugé « safe »

      Soit à supprimer ses émotions définitivement (typiquement le cas des sociopathes)

      Soit à supprimer ses émotions définitivement en les transférant sur un sujet externe (typiquement le cas des pervers narcissiques)

      Pour rappel, il n’existe pas une pensée unique de « victime ». Pour cette raison, je ne souhaite pas tomber dans le jugement des choix personnels de Kristina. Le fait qu’elle ait trouvé aussitôt un nouveau compagnon est son choix. Est-ce que cette vulnérabilité fait de Kristina une proie de choix pour tout prédateur ? Il est évident que oui. Le sait-elle ? Oui et elle assume son choix.

      Il existe plusieurs nuances dans la PERSONNALITE de chacun. Les seules options ne sont pas juste « PN » ou « victime ». NON. Je l’ai déjà écrit : la personnalité humaine est un spectre composé de caractéristiques avec un degré différent. Il suffit de regarder autour de vous (les lecteurs). Vous voyez bien que chaque personne voit le monde à sa façon et qu’il n’existe pas des Anges de bonté même chez les humains qui font preuve d’empathie. Nous avons tous une carte d’identité interne et des affinités/non affinités.

      Kristina n’est pas une perverse narcissique. Il suffit de lire son témoignage pour s’en apercevoir. A-t-elle des éléments émotionnels à régler par rapport au lien aux enfants ? Probablement et c’est son choix de le faire ou non.

      Il est important de toujours considérer l’intention de la personne. C’est ce qui fait la différence entre un humain de type « prédateur » et un humain de type « neurotypique ». L’intention de nuire est évidente chez son ex-compagnon, de même que la manipulation et l’organisation d’un système d’exploitation d’autrui. Kristina n’est qu’une des branches dont il se sert pour parvenir à ses fins.

      « Neurotypique » est un terme qui désigne tout ce qui n’est pas prédateur mais il n’est pas synonyme d’ange, attention :). Chacun gère aussi ses émotions de façon différente. Il y avait eu une polémique à ce sujet avec certaines lectrices mères qui ne comprennent pas l’importance de placer leurs enfants en première position par exemple. Chaque mère, chaque père a son propre modèle parental mais un parent négligent n’est pas forcément PN. Souvent, ce sont des personnes dont les besoins passent avant ceux des enfants et qui ont probablement elles-mêmes été négligées dans leur enfance.

      Un parent négligent n’est pas dans la même stratégie qu’un parent PN. Le PN doit détruire. Le négligent a d’autres priorités.

      C’est un sujet délicat que le modèle parental.

      Une fois de plus, je ne connais pas le dossier de Kristina donc je ne veux émettre aucun jugement. Je ressens chez elle un marqueur émotionnel qui est présent chez tous les adultes, anciens enfants de PN et ça n’a rien de surprenant. Tout n’est jamais noir ou blanc, il y a des zones grises aussi. L’essentiel est que cette femme ait ouvert les yeux sur sa situation, ce qui est déjà énorme. Combien de personnes vivent sans même se rendre compte qu’elles ont été traumatisées et sans se remettre en question… ? Kristina est sur le chemin de la guérison. Certes, cette guérison ne se fait pas dans le célibat et la solitude mais elle a l’air de s’opérer d’après ce qui est rapporté. C’est ce qui compte.

      Aimé par 3 people

      1. Bonsoir Scarlett, merci d’avoir pris le temps de tenter de m’éclairer. Je me rends compte, avec ta réponse , avoir , en effet , déjà soulevé cette question et je suis désolée de te faire te répéter du coup. 😊 J’ai bien conscience du caractère unique de chaque individu et que chacun , face à une même situation agira différemment. D’un autre côté, je suis toujours surprise de retrouver quasiment les mêmes blessures , failles et caractères chez nous , ayant été un jour une proie, tout comme chez les toxiques dont nous parlons ici… En réalité, tu ne peux me faire un cours de psychologie (hélas… lol ), je vais donc tenter de me documenter plus profondément et généralement, que sur les PN , narcissiques et dépendants affectifs, car cela m’intéresse . Juste , concernant les PN , ils sont dépendants des autres aussi pour exister , donc sont ils aussi dépendants affectifs ? Les dépendants affectifs sont aussi des personnes qui demandent plus à ce que l’on nourrisse leur ego, qu’à être simplement aimé… La finalité n’est pas de détruire l’autre mais de se construire soi, donc , seule la finalité recherchée diffère dans le fond… Je veux dire que le PN veut qu’on l’aime , pour mieux assoir son pouvoir , le Dépendant affectif cherche à s’aimer lui même dans l’amour de l’autre, c’est la différence. J’en conclu (peut être à tort) , qu’être dépendant affectif, c’est aussi être une personne toxique ? Que finalement, chaque neurotypique peut aussi être toxique, ce qui est finalement sans fin… Je connais très très peu de personnes ayant eu une enfance « normale » … Heureusement je ne connais pas le monde entier… 😉 Bien complexe tout cela , en tous cas, mais tellement intéressant… 😉

        J'aime

      2. Hello ma douce

        Oui, toute personne peut être toxique pour une autre parce que nous n’avons pas tous des affinités les uns avec les autres.

        A moins que tu sois un nouveau-né (lol), il y a forcément des personnes que tu as croisées et dont tu t’es éloignée parce que tu avais une mauvaise vibe ou des gens qui te répugnent immédiatement, sans même que vous ayez échangé un mot. Tout comme il y a des personnes qui ne peuvent pas t’encadrer parce que vos vibrations ne sont pas en synchronisation. ça fait partie de la vie. Ce n’est pas une question de neurotypique mais de… personnalité.

        Le toxique de l’un peut être le cadeau de l’autre ;).

        Un DA est toxique pour moi, par exemple, parce que je n’aime pas avoir l’impression d’être envahie émotionnellement et physiquement. Ce que je ressens en leur présence est un sentiment d’étouffement et de vampirisation parce qu’ils ont toujours des problèmes (comme si les autres n’en avaient pas) et que tu dois les « nourrir » en les plaignant. Par contre, pour certaines personnes qui sont aussi dépendantes ou qui aiment avoir d’autres humains sous contrôle ou encore qui ont BEAUCOUP d’énergie en réserve, les DA sont accueillis et à bras ouverts.

        Ce qui fait la différence entre un toxique de type « prédateur » et le toxique du coin est la capacité :

        1) A respecter tes limites quand tu fais clairement savoir que tu ne peux pas te l’encadrer
        2) A respecter tes limites quand au départ, tu pouvais te l’encadrer un peu et ensuite plus du tout
        3) A se remettre éventuellement en question

        Un prédateur n’est pas du tout dans cette optique. S’il a décidé que tu devais être sa victime et que tu lui laisses la moindre faille, il se glisse dedans et devient aussi difficile à déloger que les puces sur un chien. Un prédateur ne se remet pas en question et ne lâche pas tant qu’il a un espoir de parvenir à ses fins.

        Un PN ne sera pas toxique pour un autre profil également de type prédateur parce qu’ils sont dans la même perception de la vie. Ce n’est pas un gage d’une entente qui sera toujours harmonieuse mais ils peuvent rester en présence l’un de l’autre sans mal-être émotionnel. Les tensions se feront quand il y a une proie entre les deux comme deux animaux qui se disputent une carcasse en gros.

        Voilà, j’espère avoir répondu à ta question.

        Aimé par 1 personne

    2. Happy Monday@Historiacyn,

      Je te cite “… Dans ce que j’ai pû lire jusqu’à présent, lorsque l’on est issu de parent PN ou plus généralement maltraitant, on a de gros risques de devenir dépendant affectif, sauf que si j’ai bien compris, on se retrouve alors à un « croisement » : On bloque nos émotions pour ne plus souffrir et on reproduit ou bien on devient hypersensible. On devient donc la copie de notre parent ou une victime potentielle. On sait que le toxique et la victime ont à la base les mêmes souffrances, jusque là , je suis…..”

      Tout d’abord évite de généraliser les mécanismes d’auto défenses par le “ON” .
      Souvent je rappelle aux intervenants qui commentent les témoignages et confondent les expériences aux leurs, que le SEUL POINT COMMUN aux victimes du blog demeure la rencontre PN , rien d’autre. Les réactions sont du cas par cas, et sont déterminées par l’histoire personnelle et la personnalité de chacun.

      Je schématise:
      Tu prends 100 patients atteints du même cancer ou autre pathologie nécessitant le même protocole médicale, ou encore je prends 100 clients qui se présentent à mon cabinet pour le même cas juridique, par exemple la « fraude fiscale” , j’aurai beau utiliser les mêmes articles du code les mêmes procédures, tout comme le médecins aura beau établir le même protocole , la singularité de chaque patient ou client provoquera une toute autre réaction au protocole médicale ou à la procédure juridique. A savoir qu’un patient peut guérir ou décéder ou encore qu’un client peut gagner ou perdre. Donc il faut que tu cesses d’analyser de façon exclusivement pragmatique en rapport aux méthodes et solutions proposées, au détriment de la personne de façon intrinsèque. C’est toute la subtilité des thèmes relatifs aux rapports humains et ressources humaines.

      Je te cite « Je me pose des questions , tout de même quant à sa sensibilité, son (manque?) d’empathie, principalement envers ses enfants. Elle ne se remet absolument pas en question et c’est elle qui est allée chasser sur internet. Alors que toutes ici , sommes vraiment détruites après notre histoire, nous CULPABILISONS beaucoup , nous sommes toujours attachées à notre bourreau pour ne pas dire obsédées, et , pour le moins échaudées pour ne pas dire terrorisées à l’idée d’entamer une nouvelle histoire… Kristina, elle , a tourné la page avec T de manière radicale. Il a refait sa vie , donc elle aussi. “

      Personnellement j’ai découvert à travers l’histoire de @Kristina ce que j’aurais pu devenir, avec un géniteur comme le sien et une mère toxique que la sienne, cependant j’ai compris grâce à son témoignage que mon profil HP m’a aussi sauvé de ce formatage encourageant une absence émotionnelle certaine, par auto-défense.
      Et puis il y a aussi l’environnement des victimes à savoir social , économique , éducatif etc… Et ces paramêtres transparaissent énormément dans la qualité de la rédaction.

      Tu ajoutes « Alors que toutes ici , sommes vraiment détruites après notre histoire, nous CULPABILISONS beaucoup , nous sommes toujours attachées à notre bourreau pour ne pas dire obsédées, et , pour le moins échaudées pour ne pas dire terrorisées à l’idée d’entamer une nouvelle histoire… Kristina, elle , a tourné la page avec T de manière radicale.”

      NON , toutes ici ne sommes pas détruites après une histoire, toutes ne culpabilisons pas. Personnellement j’ai eu a écrire et je le réaffirme que je remercie ce PN d’avoir croisé ma vie, parce que ce traumatisme a clarifié énormément de choses de mon passé pour ainsi en faire le deuil définitif. Mon obsession ne fut pas envers le bourreau , quand je l’ai catapulté de ma vie, j’ai adoré ce sentiment de LIBERTE indescriptible, j’étais épuisée certes mais pas obsédée.
      De plus ce n’est pas l’idée d’une nouvelle histoire qui m’échaudait , je n’avais pas cette idée en tête , trop préocupée à jouir de ma LIBERTE retrouvée, et trop fière d’avoir enfin compris qui je suis et ce que je veux et ne veux pas.
      Je me souviens être allée chez le coiffeur, avoir commandé une nouvelle paire de Badgley pour me féliciter d’avoir rompu puis autre paire et un cheesecake pour faiter mon anniversaire cinq mois après la date, j’ai redécoré mon bureau changé mes fournitures. Bonjour la culpabilité , pire il a tenté de me contacter par le biais de sa soeur j’ai bloqué illico et changé toutes mes coordonnées.
      Ma seule obséssion était de comprendre ce qui m’arrivait, une fois que j’avais posé un diagnostique et un nom, GAME OVER.

      Pour ce qui est de @Kristina NON justement elle n’a pas “tourné la page de T de manière radicale” AU CONTRAIRE elle a été ce commander un T potentiel sur internet et livraison direct à domicile!!!!
      Rappelons que T est le copycat de son feu géniteur, donc T a remplacé son géniteur décédé, et aujourd’hui il est remplacé par le “Mon compagnon”.
      @Kristina de toute façon ne peut pas tourner la page T, elle a pris au moins pour 18 ans avec lui d’années légales puisqu’il est le “père » des enfants.
      @Kristina perpétue la “tradition », sauf que là elle est bloquée par la justice ;)….. So wait and see, si la thérapie parvient à détruire ce cercle infernale.

      Take care,

      Aimé par 1 personne

      1. Bonjour Dandoha, 🙂 Merci pour tes exemples sur le cancer où la fraude fiscale, très parlants pour moi. Effectivement, je fais trop de généralités ! J’aime beaucoup le fait que tu aies fêté ton anniversaire 5 mois après ce dernier à ta libération , c’est excellent ! Tu as tout de suite choisit de prendre soin de toi , de te faire plaisir ! C’est ce qu’il y a de mieux à faire sortie d’une telle histoire ! Mais ne penses tu pas que ton profil HP, t’ai empêché de « tourner en rond » , comme il t’a préservé de tes parents ? Je sais que les profils HP sont d’une grande sensibilité, d’une grande intériorité, empathie , elles sont donc des proies de choix pour les PN. Paradoxalement, leur capacité d’analyse accélère peut-être le processus de guérison ? Pour ma part , lorsque j’ai quitté celui dont j’ai parlé ici 1/ j’étais convaincu de quitter l’homme de ma vie (LOL aujourd’hui!!) , l’aimer toujours à la folie (EMPRISE PROFONDE) et des flashbacks tout le temps, de phrases et situations assassines… J’étais donc, même après avoir choisi de le quitter prisonnière… De moi même… Ça je le sais aujourd’hui car à l’époque, je ne savais pas que c’était MOI que je devais comprendre pour guérir… Idem. Lorsque j’ai quitté le père de mon premier enfant, (Je me suis sauvé avec mon bébé de 19 mois sous le bras, deux sacs poubelles d’affaires, après une nuit cauchemardesque de violences extrêmes) ce n’était pas un PN , je pense qu’il était DA, jaloux , parano , violent , fou aussi , non je blague, quoique, il me hurlait :  » MAIS C’EST PARCE QUE JE T’AIME TROP QUE JE SUIS COMME ÇA !!  » en effet son amour m’envahissait 😂 ( on peut, en effet, faire beaucoup ne mal sans être PN ) Je ne l’aimais plus , en me sauvant, d’ailleurs, j’ai cessé de l’aimer à la première gifle qu’il m’a donné lui ! J’étais heureuse de retrouver ma liberté. Mais c’est en le quittant que j’ai réalisé ce que j’avais vécu. S’en est suivi deux ans de dépression. D’autant que tout où presque se passait devant mon fils , il était, lui même traumatisé et violent lui aussi envers moi ,  » comme papa » évidemment… J’avais 22 ans , j’ai eu beaucoup de mal à gérer tout cela, mais, avec le recul , surtout quand je vois mon fils qui a 15 ans aujourd’hui, je trouve que je m’en suis drôlement bien sortie ! 😊 Je ne suis pas HP, j’ai eu besoin de temps pour réaliser ( deux ans pour chacune de mes deux pires histoires ). Have a nice day ! 😉

        Aimé par 1 personne

      2. @Historiacyn,

        MA douce je fête mon anniversaire TOUS LES JOURS , ladate de naissance n’est qu’un rappel pour relancer la fête rien d’autre , un renouvellement tacite de l’abonnement à lajoie de vivre 😂 🤣

        Take care,

        J'aime

  32. Bonsoir à toutes,

    Merci Scarlett pour toutes ces précisions! En tout cas, merci à @Kristina pour son témoignage car une chose est sûre! ça a remué pas mal d’entre nous! Moi, y compris!! Son histoire avec sa mère me parle beaucoup.
    Un peu en vrac, quelques idées…
    Beaucoup de jugements : @Kristina la mère froide, sans empathie, …PN? Je ne vois pas du tout @Kristina en PN! A t elle manipulé son PN? sûrement! Qui ne manipule pas? il y a 3 stades dans le triangle dramatique : nous passons de victimes à persécuteurs…Et, on le voit très bien dans son récit!

    C’est vrai que son récit est glauque! Et, elle nous le présente comme un conte de fée avec un happy ending : j’ai retrouvé l’amour…(je le vois plutôt en conte de la crypte). Une chose est sûre c’est qu’elle ne s’est pas retrouvée…Et, quand on sait que le passage d’un PN dans la vie de quelqu’un lui apprend à qui il donne son pouvoir…La leçon n’est pas complètement intégrée chez @kristina…

    J’ai aussi le sentiment que le placement des enfants est ce qui était le mieux pour eux. Ça aurait du même se faire plus tôt. Je ne juge pas @Kristina, juste que cet environnement toxique qu’elle nous raconte est néfaste pour ses enfants.

    Maintenant, en ce qui concerne sa new story…
    Pas d’accord avec vous @Historyacin : « Alors que toutes ici , sommes vraiment détruites après notre histoire, nous CULPABILISONS beaucoup , nous sommes toujours attachées à notre bourreau pour ne pas dire obsédées, et , pour le moins échaudées pour ne pas dire TERRORISÉES à l’idée d’entamer une nouvelle histoire… « Vous généralisez!
    Non, je ne culpabilise pas et non je ne suis pas « terrorisée » à l’idée d’entamer une nouvelle histoire…Il est juste important pour moi de faire le deuil d’une relation avant d’en entamer une autre (il est aussi question d’énergie).

    Bonne soirée

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Étoile , oui j’ai généralisé , c’est vrai. Je me base sur mon vécu forcément et , sur tout ce que je lis ici… Et excusez moi mais dans AUCUN témoignage je n’ai vu une femme debout et confiante si vite. Mais pourquoi pas. Je ne donnerai plus mon opinion sur Kristina ni sur ses enfants, elle n’est plus là pour commencer. Ensuite, j’ai sûrement un avis qui ne ferait qu’enfler la polémique, ce qui est inutile 😉 Belle journée

      J'aime

      1. Bonjour à toutes,
        Je persiste et signe » cette histoire remue chacune d’entre nous ». La solution n’est pas dans la fuite de ce blog (n’est ce pas @Kristina?) ni dans le rejet…
        Pourquoi? parce qu’il y a une « @kristina » dans chacune d’entre nous (à des degrés différents bien sûr). Il est plus simple de la juger, la rejeter et de dire que cette fille ne mérite même pas son histoire dans ce blog (je ne sais plus qui disait que ce n’était pas elle, la victime).
        Mais il ne faut pas oublier que tout ce que je rejette, je me le reprends en pleine poire!
        (une phrase que j’ai appris lors de mon dernier stage : tout ce avec quoi je ne joue pas, se jouera de moi)…@méditer!
        Ce qui permet à @Kristina d' »être debout et de rester confiante » est son énorme carapace. Une armure de DA!! (on est loin des cuirasses de Wilhem Reich) qu’elle s’est forgée pendant son enfance avec son père PN. Et, on ne se défait pas de sa carapace en claquant des doigts!! Ça ne m’étonne pas qu’elle soit debout après PN, elle l’a toujours été!
        @Kristina parle de migraine à un moment de son récit : migraine (la haine qui migre…migraine, symbolique : non expression de sentiments vécus dans l’enfance, la peur de prendre contact avec ses émotions, peur de leur donner le droit de se manifester ou encore tenter de les contrôler)…
        La MLC (méthode de libération des cuirasses) est une méthode corporelle très puissante pour vous @Kristina. Je l’ai pratiqué quelques années…
        2 bouquins (au cœur de notre corps et vers l’amour vrai (se libérer de la dépendance affective)de Marie Lise Labonté)
        Belle journée à toutes

        J'aime

  33. Bonjour Historiacyn,
    J’ai en effet lâché les chiens dans mon commentaire récent.
    Je reconnais et assume que j’en ai fait une histoire personnelle (même avec tout ce que je sais aujourd’hui ^^^)
    Noël est une période hypersensible et délicate pour moi, mais sûrement pour beaucoup d’entre nous également. Cette histoire remue, et je n’ai pas eu à l’instant où je pianotais sur le clavier le recul qui sied à une réponse adaptée.
    En même temps, tout ceci permet de replacer les choses dans l’ordre, ou en tout cas propose des pistes de réflexion sur ce qui est apaisé et ce qui ne l’est pas.
    Tout est bon dans le cochon parait-il…(mais j’avoue ne plus en manger depuis longtemps)

    Passe de belles fêtes avec tes petits,
    Bises

    Aimé par 1 personne

  34. Bonjour Scarlett,

    Merci Scarlett pour votre réponse ainsi que vos explications fort détaillées.
    Je pense que ma perception du récit de Kristina l’a emporté sur ma raison. C’est pourquoi je me suis donné un peu de temps pour relire la discussion.

    J’ai cherché à mettre Kristina dans une case, celle de la victime, puis celle de la dépendante affective, de la manipulatrice (je n’ai pas dit PN ou toxique). Ne comprenant toujours pas son discours et ses choix, j’ai cherché à mettre son compagnon dans une case victime. Bref, je n’ai pas réussi à caser tout le monde !! Et pour cause, rien n’est figé. Je n’ai pas porté de jugement sur le placement de ses enfants car c’est un acte juridique mis en place pour leur protection.

    Ce n’est pas parce que je fais le choix d’être célibataire pour construire mes nouvelles fondations que toute victime de la prédation doit prendre le même chemin.
    Kristina trouve du confort et de l’épanouissement dans sa relation si rapidement choisie et assumée, et bien oui ça existe et c’est possible.
    Si ce qui me choque c’est la clarté de son discours, c’est sans doute aussi que je ne me sens pas encore suffisement clairvoyante sur mon propre parcours.
    Nous l’avons tous alertée, ce qui a pu être perçu comme une salve de critiques. Son récit courageusement confié, mérite autant d’attention que n’importe quel autre.
    Ce qui m’a troublé et m’a fait porté un jugement aussi rapidement c’est sa constance et l’analyse très factuelle qu’elle laisse transparaitre dans ses réponses. Être factuelle, c’est aussi un détachement émotionnel qui permet de pauser des faits et des actes sans se laisser parasiter. Kristina, dont je n’ai jamais mis en doute son intelligence, à visiblement cette capacité de réflexion qu’elle assume pleinement. Donc acte.

    Votre développement Scarlett sur le comportement manipulateur que peux avoir le dépendant affectif est intéressant. Je n’avais pas encore fait la relation, C’est à priori un schéma dans un couple qui peut fonctionner.

    Aimé par 1 personne

    1. Coucou Stellabat, 🙂 J’ai réfléchi pas mal depuis cette discussion également et il est vrai que l’histoire de Kristina nous a pour le moins déboussolée… Je me suis également emportée , en tant que femme et maman que je suis certainement. Je me rends compte qu’il est très difficile de donner son opinion sans porter de jugement, Dieu sait si j’ai horreur de cela pourtant ! J’ai eu beau le dire dans mes premiers commentaires , j’ai fini par être assez tranchée sur la vie d’une femme que je ne connais pas. Non pas parce que comme vous Stellabat j’ai choisi , pour une période indéterminée de vivre seule avec mes enfants et que Kristina a refait sa vie. D’autres intervenantes l’ont fait sans que cela me fasse réagir. Ce sont les circonstances et la rapidité de sa démarche qui m’ont interpellé. On répète suffisamment ici qu’il est indispensable de prendre le temps de se reconstruire et de chercher en soi ce qui a mené le prédateur à nous, pour ne pas reproduire ce schéma infernal. Je ne voudrais pas que des personnes fragiles viennent chercher des réponses ici et pensent en lisant ce témoignage qu’il est possible de passer outre le travail sur soi recommandé au prix de se retrouver encore dans une relation destructrice… Kristina nous a dressé un tableau idillyque auquel je le répète, je ne crois pas une seconde personnellement. Mais c’est sa vie , ses choix , Je me suis laissé emporté dans des hypothèses plus que douteuses , la vérité est que je n’en sais rien et je n’ai pas à la juger. Le seul conseil que j’émets est qu’il vaut mieux éviter de suivre son exemple. Belle journée 😊

      Aimé par 2 people

  35. @ tous
    J’ai découvert le Blog fin 2016, le suit depuis. Ce témoignage, les com’ des intervenants, et la tournure que « Kristina » apporte à son histoire me donnent envie d’écrire et rejoindre l’échange. Pour avoir lu tous les témoignages, celui-ci sort- à mon avis- du lot dans le sens où j’achève la lecture avec l’impression que Kristina est T. et vice-et-versa. En clair, que la publication est rédigée par le bourreau (nommé T.) avec le statut et le vécu de la victime « Kristina » dans un mélange d’inversions et projections. Du départ jusqu’à la fin, il y a des éléments qui sont de l’ordre d’un PN et non d’une victime. Ou alors, d’un complice. À la fin, les protagonistes: les enfants, ont complètement disparus! ils sont éjectés de l’histoire à l’éviction du couple.
    Bonne année 2017

    J'aime

    1. Bonjour Chocolatine , bienvenue et bonne année 🙂 Comme vous avez pû le constater le récit de Kristina a fait débat. Je ne veux pas la juger mais quelque chose m’a gêné également . Quelque chose sonnait faux selon moi , aussi. Je n’arrive pas du tout à la cerner. Peut-être est ce juste ma perception de son histoire qui reste floue . Je ne sais pas. Je voudrais juste vous dire ceci : Si vous avez lu la réponse que Scarlett m’a faite, vous avez dû comprendre qu’il n’y a personne qui ne soit uniquement victime et personne qui ne soit uniquement bourreau. En ce sens , qu’il dépend , si j’ai bien compris de qui se retrouve en face. Il n’y a pas les gentils d’un côté et les méchants de l’autre. On peut tous être le toxique de quelqu’un. Cela fait réfléchir quand même… 🙂 Kristina peut donc très bien avoir été victime puis avoir fait des erreurs ensuite et n’être malgré tout pas PN. Je ne vois d’ailleurs pas ce qu’elle viendrait faire ici si elle l’était en réfléchissant bien. J’ai pensé comme vous , je l’avoue. J’ai eu du mal à me dire que seule la dépendance affective touchait Kristina. Et peut être que si , après tout. La DA peut en faire des dégâts dans la vie d’une personne… Je ne sais pas qui est Kristina donc dorénavant je m’abstiens. Surtout qu’elle n’est plus là… J’espère que ses enfants et elle seront aidés et heureux. C’est tout ce que je peux lui souhaiter. 😊 Cordialement.

      Aimé par 1 personne

      1. Hello les filles

        Très bonne année 2017 pour commencer, avant de poster les vœux officiels 😉 !

        Kristina fait tout simplement partie des personnes qui passent rapidement d’une relation à une autre. Essayez de discuter un peu plus autour de vous et vous vous rendrez vite compte que la plupart des personnes (hommes et femmes mêlés) font exactement la même chose.

        Avant même de quitter une relation – toxique ou non -, ces personnes trompent leur partenaire pour « tester » l’autre marchandise et voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Même sur le blog, vous avez des personnes qui étaient mariées, ont trompé leur conjoint pour tester l’aventure avec le/la PN puis sont revenues vers le conjoint quand ça n’a pas fonctionné. Ce comportement n’est pas conforme aux valeurs auxquelles je crois mais je ne juge pas car cela n’est guère surprenant.

        Avant de commencer ce blog, j’étais dans la même optique que vous. Je croyais qu’il y avait, d’un côté des « démons » et de l’autre, des « anges ». Depuis, j’ai compris que la vie ne fonctionne pas de façon aussi manichéenne.

        Les êtres humains ne sont pas aussi lisses, honnêtes et bien intentionnés que vous l’imaginez. L’humain est égocentrique et a tendance à voir d’abord son intérêt avant de considérer celui d’autrui. Les prédateurs présentent ces caractéristiques mais poussées dans leurs extrêmes.

        C’est cela que vous avez du mal à voir et à accepter. Je suis désolée, encore des illusions à perdre.

        Vous avez de tout dans ce monde, les prédateurs étant dans l’extrême de la malveillance, c’est tout. Kristina n’a pas le profil de la « victime idéale » parce qu’elle est dans un autre spectre que la plupart des personnes qui ont témoigné sur ce blog mais elle est loin d’être la seule qui pousse à s’interroger sur les mécanismes humains. Comprendre une personne ne signifie pas être d’accord avec elle. Cela signifie qu’on accepte qu’une autre perception de la réalité, du monde émotionnel et de la parentalité – puisque c’est ce point qui a choqué – puisse exister sans se trouver dans l’extrême de la prédation.

        Pour rappel : la personnalité d’un être humain est un spectre de caractéristiques. OK. Donc, les PN ne sont pas des aliens. Ce sont juste des humains qui sont dans les extrêmes de certaines caractéristiques. Cela ne veut pas dire que le reste de l’humanité soit « sympa » et que tous ceux qui font des enfants réfléchissent bien à ce que signifie élever un autre être humain.

        Combien de personnes font des enfants « accidentellement » ou juste pour ne pas « être seuls quand ils seront plus vieux » ? Ils le disent même ouvertement parce que pour eux, c’est normal. Se mettent-ils dans la peau de leur enfant…? Dieu seul le sait.

        Désolée, mais ma vision des êtres humains n’est pas celle de gentils agneaux, parfaits et de bonne volonté. Loin de là ;).

        Aimé par 4 people

  36. Happy Monday My @Scarlett,

    One more time Gorgeous , one MOre TIme: « Pour rappel : la personnalité d’un être humain est un spectre de caractéristiques. OK. Donc, les PN ne sont pas des aliens. Ce sont juste des humains qui sont dans les extrêmes de certaines caractéristiques. Cela ne veut pas dire que le reste de l’humanité soit « sympa » et que tous ceux qui font des enfants réfléchissent bien à ce que signifie élever un autre être humain.

    Combien de personnes font des enfants « accidentellement » ou juste pour ne pas « être seuls quand ils seront plus vieux » ? Ils le disent même ouvertement parce que pour eux, c’est normal. Se mettent-ils dans la peau de leur enfant…? Dieu seul le sait.

    Désolée, mais ma vision des êtres humains n’est pas celle de gentils agneaux, parfaits et de bonne volonté. Loin de là.”.
    And I say :

    Aimé par 2 people

  37. Bonjour Scarlett, meilleurs vœux également et longue vie à ton blog ! 😊 Je pensais aussi qu’il y avait des bons et des mauvais effectivement. Je commence à me rendre compte grâce à tes explications que non. Et tu sais quoi ? J’en suis ravie parce qu’honnetement il y a plus que des illusions à faire tomber quand on pense qu’il y a des demons d’un coté et des anges de l’autre. Il y a encore un déni de ses responsabilités et un besoin de rassurer son cher ego à penser cela. Lui est mauvais, PAS MOI ! Alors que nous sommes aussi toxique pour nous mêmes qu’il l’est… Dans le victimisme , on se pense parfait, Je me suis dit longtemps ne rien avoir fait pour mériter ça , hors c’est faux ! Et merci de m’avoir fait avancer sur ce point , c’est réellement un apaisement ! 😉

    J'aime

    1. Oui !

      « Alors que nous sommes aussi toxique pour nous mêmes qu’il l’est » => Si chacun prenait plus soin de lui, de ses émotions et se respectait davantage, les prédateurs ne se frotteraient pas autant les mains et n’auraient pas autant de succès. Je reprends l’exemple de la couverture bien chaude du victimisme qui consiste à se réfugier derrière un écriteau « victime » et ne plus bouger.

      Certes, nous avons eu à affronter une personne extrêmement malveillante mais il est de notre devoir de colmater nos brèches. La première étape consiste à voir ce qui, chez nous, a permis la colonisation par un tel parasite. Afin qu’il ne revienne jamais, nous devons nous renforcer sur le long terme.

      Ce n’est pas se culpabiliser ou se critiquer mais observer notre propre mode de fonctionnement, comprendre que nous n’étions pas dans la vérité mais dans le mensonge. Nous avons accepté et cautionné une totale fraude mais pourquoi ? Parce qu’une part de nous n’attendait que des chimères.

      Les PN ne sont que malveillance mais quelle malveillance avons-nous eue envers nous-mêmes pour rester avec un tel être…? Quel degré de haine de soi faut-il avoir pour se sacrifier, piétiner ses propres valeurs pour avoir la validation d’un être aussi dénué d’humanité…?

      Pour ce qui est des relations multiples, superposées et autres trahisons… Plus rien ne peut me surprendre honnêtement ;). C’est la peur qui gouverne ce monde et pas l’amour. En partant de ce principe, on comprend qu’il règne une logique individualiste et court terme. Kristina est dans l’air du temps. Je ne dis pas que je suis d’accord mais c’est son fonctionnement.

      Aimé par 3 people

      1. Tout à fait ! Quand on se méprise soi même il ne faut pas s’étonner que l’on nous méprise… Le meilleur bouclier à ce genre de profil est de s’aimer afin de refuser immédiatement la malveillance dont peut faire preuve autrui. Il y a aussi l’idéal à faire tomber , le fait de croire au prince charmant. C’est ce qui nous a fait succombé au love bombing alors qu’il devait nous alerter ! SANS aucune méchanceté, je pense que lorsque l’on est victime on manque de maturité, il me le disait :  » Tu me fais penser à une enfant »… Cest toute une remise en question qu’il faut faire pour grandir. Être autonome, se suffire à soi même c’est cela grandir : C’est aussi préférer la solitude à une relation qui ne nous convient pas. Il n’y a qu’à ce prix que l’on peut espérer une relation d’amour vraie un jour. Basée sur le respect, la sincérité. Mais déjà il faut se respecter , s’aimer et être sincère avec nous mêmes avant d’attendre d’autrui tout cela. Je pense que la dépendance affective est finalement liée à un Blocage dans l’enfance. (Quelque chose qui fait que l’on ne veut pas devenir adulte. Le plus souvent des carences affectives, de la maltraitance qu’elle soit psychologique ou physique, un abandon, un parent abuseur, envahissant et peut être encore autant de raisons qu’il y a d’êtres DA.) Mais on le sait , un enfant reste l’être le plus vulnérable qui soit. On peut abuser facilement d’un enfant, le manipuler à sa guise, lui faire faire n’importe quoi…

        Aimé par 2 people

      2. Effectivement, dans la dépendance affective, tu as cette « nostalgie » (au sens psychiatrique du terme et pas simplement poétique) de l’enfance. Un traumatisme majeur s’est produit et il a stoppé le développement émotionnel de la personne.

        Les pervers narcissiques ont aussi eu un arrêt dans le développement émotionnel sauf qu’ils sont infiniment plus « street smart » / ancrés dans le réel que leurs victimes. C’est compréhensible puisqu’ils ont adopté la position du bourreau initial pour ne pas être victime. Les PN sont dans une logique de « soit tu es victime, soit tu es bourreau ». Ils ne voient pas de juste milieu parce que leur monde intérieur s’est construit dans des abus abominables et sans fin tant qu’ils étaient en position de victimes, enfants et vulnérables comme tu l’écris.

        La vérité de soi, l’acceptation de sa part d’ombre et l’amour de ce que nous sommes (et pas d’un idéal qu’on projette à l’extérieur) sont les meilleures protections du monde.

        Aimé par 3 people

  38. Merci de votre accueil Historiacyn 😉
    Je partage pleinement vos points de vue Scarlett. Et, j’adore votre analyse du Pervers Narcissique. Il vas de soi que l’humanité ne se divise pas en deux catégories: les bons et les mauvais- les coupables et les victimes foncièrement bonnes et innocentes. Je voulais exprimer plusieurs choses. Tout d’abord, que ce témoignage se démarque de tous les autres. Également, que Kristina rejoint ce blog pour témoigner de son statut de victime d’un PN. N’est-ce pas le sujet! Or, tout au long de son récit, des éléments donnent à voir un tout autre rôle: celui d’un complice ou participant actif. Cela change tout de même complètement la donne. Peut-on prétendre au statut de victime (cible puis proie) d’un PN alors que notre fonctionnement rejoint en certains points celui du PN? Que l’on retient délibérément le PN? Que l’on démontre un désintérêt avéré pour les victimes sans aucune défense (enfants mineurs)? Pour être plus claire, je voit dans ce témoignage deux bourreaux! La victime est: les deux enfants. Ils ne témoignent pas, sont tenus à l’écart, à distance, et ignorés. Il y a en effet, un rôle PN conforme au portrait robot, une victime absolue, et un complice qui semble « gérer » fort bien ses intérêts au détriment de la victime: ses enfants.

    J'aime

    1. @Chocolatine, je pense que nous devons nous garder de tout jugement à l’égard de Kristina. Elle est venue ici SE raconter. Peut être est ce pour cela qu’elle évoque peu ses enfants. Peut être est ce aussi parce que cela la touche bien plus que ce qu’elle a voulu laisser paraître. Peut-être que ce que nous avons pris pour de la froideur est en réalité de la pudeur… Je sais , cela fait beaucoup de peut-être mais c’est normal puisque nous ne connaissons pas Kristina, nous ne savons qu’un bref résumé de sa vie qu’elle nous a fait et nous interprétons peut être mal… Cette femme est en thérapie aujourd’hui c’est qu’elle a encore besoin de régler des choses en elle… J’ai été tranchée comme vous mais je le regrette, Je n’aurais pas dû. Dans tous les cas , elle a droit au bénéfice du doute. J’ajouterai que si Kristina avait été la complice de T, je ne suis pas certaine qu’au moment où on lui a retiré ses enfants elle aurait réagi… J’entends par là complice VOLONTAIRE puisque sous emprise , nous devenons toutes complices involontaires… Cordialement.

      Aimé par 1 personne

      1. A titre personnel , je pense comme Historyacin que la mise à mort de Kristina a suffisamment duré . Elle a eu le courage de venir témoigner , ne s’est pas spécialement donné le beau rôle , Scarlett, arrête moi si je dis une bêtise mais il me semble qu’il est bon qu’on puisse venir sur le blog sans avoir peur de se faire allumer , traiter de mauvaise mère , de victime chronique et de dépendante affective . Après , moi aussi , j’ai tiqué en voyant ce compagnon arriver si vite dans sa vie et être même aux premières loges quand le fils de Kristina était hospitalisé .
        Clairement , notre société laisse croire aux femmes dés leur plus jeune âge que sans un homme elle ne sont rien . Il faut beaucoup de force pour dire merde à cette théorie de la femme  » incomplète » sans un homme . On l’acquiert avec le temps et l’expérience , mais pas toujours . Et oui , combien de femmes obnubilées par l’idée d’être en couple à n’importe quel prix laisse un homme maltraiter leurs enfants , par exemple … Ca fait peur . Mais ça ne fait pas du nouveau compagnon de Kristina un horrible pervers . Nous n’en savons rien . Il faut rester humble , quelques mots jetés sur un blog ne disent pas tout de la vie d’un être humain et de sa famille ….
        Bonne Année à toutes et tous, sans toxiques dans nos vies en 2017 et pour toujours !

        J'aime

      2. Bonjour Pittypat, meilleurs vœux également 🙂 Je me permets de donner mon avis sur le victimisme chronique ou la dépendance affective. Ce ne sont pas des insultes ! Ce sont des troubles , des failles. De gros problèmes ! J’ai été DA jusqu’à mon toxique et victime chronique, durant un peu plus de deux ans, en prendre conscience, c’est se donner une chance de trouver les raisons de ces troubles. Trouver les raisons c’est trouver les moyens de les guérir , prendre des résolutions, faire un travail sur soi pour en sortir. Il n’est aucunement question d’insultes. 😉 Concernant Kristina, il n’a pas été question de victimisme chronique. Si l’on peut douter de plein de choses, il est clair , par contre, dans son discours , que l’on repère clairement qu’elle est dépendante affective. Ce n’est pas méchant, c’est réaliste. Ne pas lyncher Kristina ni établir de profil psy la concernant est une chose. Car effectivement nous ne la connaissons pas et ce n’est pas de notre ressort. Dire que tout va bien pour elle , qu’on ne sait pas si elle va mal ou pas , c’est s’éloigner de la réalité. Nous connaissons les dégâts de ce qu’elle a vécu, les failles qui l’ont conduite là , et nous pouvons donc , à ce titre , en repérer certaines, l’inviter à des pistes de réflexion pour y être passées nous mêmes. Rétrograder entièrement et dire : « On ne sait pas , si ça se trouve tout est super dans sa vie « , je ne suis pas pour. C’est valider ses illusions… Du moins c’est ce que que Je pense. Si tout allait si bien que cela dans sa vie, pourquoi venir se raconter ici ? Bref, il est selon moi, préférable de garder le juste milieu , comme nous le faisons pour chaque intervenant. Je ne sais pas si je suis claire dans ce que je souhaite exprimer, 😊: Nous devons respecter ses choix , qui elle est et qui elle choisit de nous montrer… Garder la tête froide et ne tomber ni dans un extrême ; le jugement, ni dans l’autre ; l’approbation … C’est mon avis en tous cas. Cordialement. 😉

        Aimé par 1 personne

  39. Happy Tuesday @Pittypat

    Il va falloir gérer et calmer les émotions exacerbées et mettre les choses au clair une bonne fois pour toute à propos du témoignage de @Kristina.

    Je cite :  » Scarlett, arrête moi si je dis une bêtise mais il me semble qu’il est bon qu’on puisse venir sur le blog sans avoir peur de se faire allumer , traiter de mauvaise mère , de victime chronique et de dépendante affective . “.

    1°) Que @Kristina soit une DEPENDANTE AFFECTIVE CHRONIQUE , le dire n’est pas un jugement mais un constat sur un ETAT DE FAIT avéré et démontré dans TOUS SES TEMOIGNAGES.
    Et OUI OUI OUI les dépendants affectifs sont des toxiques surtout ceux du profil de @Kristina. La notion de DEPENDANCE n’est pas une notion positive en SOI.
    Cf: https://amelioretasante.com/?s=dépendance+affective

    2°) Dire de @Kristina qu’elle est ou serait “une mauvaise mère” c’est une appréciation subjective qui incombe à ceux qui l’affirment .
    Légalement il n’existe pas de diplome ni certificat qui vous attribut le statut de bonne mère.
    Seul un livret d’Etat Civil pour les français vous reconnait le titre de parent.
    Maintenant au regard de la situation factuelle de @Kristina : son STATUT DE PARENT DONC DE MERE a EFFECTIVEMENT été LEGALEMENT remis en question par RETRAIT IMMEDIAT de LA GARDE de ses enfants et pour raison de son INCAPACITE LEGALE à démontrer toute viabilité à assurer leurs PROTECTIONS psychologiques et physiques .
    Ce n’est pas une invention, c’est son PROPRE TEMOIGNAGE qui le stipule.
    Voilà en résumé les seuls éléments de FAITS qui mettent en péril sa viabilité maternelle à ce jour par décision d’un JUGE.

    3°) Quelle soit une VICTIME CHRONIQUE est aussi un état de fait puisque depuis son âge adulte ses décisions l’ont mise elle et ses enfants en DANGER de vie et de mort (concubin aux comportements sociopathiques et PN copycat d’un géniteur PN, avec nouveau compagnon très récent choisit depuis les réseaux sociaux niches à toxiques en tous genres et mère enabler suicidaire dépressive incapable de respecter les règles légales aujourd’hui par absence de connaissances).

    Donc le “bashing” @Kristina n’en est pas un au vue de la plus part des témoignages dans leurs majorités, mais surtout une situation de CHOC narrée sur un blog aux intervenants pour certains guéris et d’autres encore très voire extrêment vulnérables et parents. La méconnaissance de l’impacte du FORMATAGE de @Kristina a en effet enclenchée des posts plus attraits à l’ignorance qu’à une volonté de nuire ou encore déterminés à donner l’alerte à une génitrice qui ne peut actuellement répondre au prérogatives de mère à proprement parler parce qu’elle ne sait pas et n’a jamais su ce qu’était un PARENT donc une mère équilibrée et pour cause enfance traumatisante maltraitance et abus.
    Ainsi la justice à fortement et immédiatement recommandé une prise en charge, un contrôle.

    Pour ma part j’ai choisi de ne plus solliciter directement @Kristina d’une part parce que ,il est important qu’elle prenne le temps d’ingurgiter les réactions depuis son témoignage sur le blog mais surtout en respect à la démarche privé de @Scarlett pour lui apporter des pistes d’analyses et de travail personnel avec l’équipe qui la suit.

    Peace,

    Aimé par 2 people

Partagez votre opinion !

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s