se-desabuser

Abus affectifs : « Il faut se désabuser soi-même » – Pascale Senk x Gérard Tixier

Un excellent article issu du Figaro!

Le Dr Gérard Tixier, psychiatre et psychanalyste, publie – avec Stéphane Crabié, philosophe – Les Abus affectifs, de l’enfance à la vie amoureuse (Éd. Albin Michel).

LE FIGARO. – Pourquoi avoir eu envie d’explorer cette notion d’abus affectif aujourd’hui ?

Gérard TIXIER. -Les abus affectifs émanent de parents qui s’exercent dès la naissance de leur enfant à une demande d’amour dont les effets sont insoupçonnables. Ainsi, du point de vue clinique, nous avons de plus en plus de plaintes de personnes affirmant souffrir des comportements abusifs de «vampires affectifs», de «pervers narcissiques», qu’on semble dénicher aujourd’hui à tour de bras. Je crois que cette extension s’explique en partie par l’information et la vulgarisation des repérages psychologiques. Dans le couple, il devient fréquent de traiter l’autre de «bipolaire», de «parano».

Mais problème : si les patients repèrent davantage et plus vite un dysfonctionnement relationnel, c’est toujours chez l’autre !

C’est donc dans le couple que ces formes d’abus deviennent plus fréquentes aujourd’hui ?

Même si l’on peut faire le lien entre la souffrance au travail et ces abus, c’est dans la sphère privée que ceux-ci s’expriment davantage, par exemple lors d’une maladie, d’un accident, d’un conflit… Les personnes qui consultent souffrent souvent d’être prises dans des quêtes d’amour impossible à combler. Traumatismes et manques colorent leur histoire personnelle.

La notion d’abus permet d’explorer cette dimension infantile sans s’appesantir dans l’inconscient… Car la demande de ces patients n’est plus de s’engager dans une longue psychanalyse. Ils souhaitent juste aller mieux et modifier des choses dans leur façon d’être, cela afin de ne plus subir l’autre ou eux-mêmes.

C’est la part d’immaturité figée par l’abus qui fait le plus souffrir, car nous y tenons comme à une part de notre identité.

Et dans les familles, qu’on dit davantage «libérées», ces abus sont-ils aussi fréquents ?

Oui, on peut dire qu’ils sont comme un ingrédient qui marque les relations d’une certaine façon. Ainsi dans le dernier film de Xavier Dolan, Juste la fin du monde, nous est montrée la façon dont une famille entière neutralise le besoin d’expression d’un de ses membres, venu justement annoncer sa mort prochaine. L’abus affectif, ici, c’est faire en sorte que l’autre ne soit pas entendu. Dans la vraie vie, emplis de ressentiment envers leurs proches, beaucoup attendent jusqu’au bout une reconnaissance de ces méfaits. Mais ils restent alors pris dans la relation bourreau/victime. Ce qu’il faut, c’est «se désabuser soi-même».

«Se désabuser soi-même?»

Explorant ces notions d’excès, de manipulation, de violence psychique qui renvoient à l’abus, nous avons découvert que celui-ci pouvait s’exercer à trois niveaux différents. D’abord, il y a cette kyrielle d’abus ordinaires auxquels nous sommes tous confrontés (un furieux qui, au volant, vous double à droite…) ; puis viennent les abus affectifs (cet ami qui s’invite à dîner sans que vous lui ayez proposé…) ; enfin, peu perçus comme tels, les abus envers soi-même : on se maltraite, on va dans le même sens que ceux qui nous ont fait du mal, sans le vouloir, pour se créer soi-même un malaise. Ainsi ce cadre à la forte personnalité qui, mis sous pression par son N + 1, et souffrant d’une dangereuse hypertension, ne se fait pas arrêter.

Mais comment cesser de «s’abuser ainsi soi-même» ?

Cela suppose de trouver l’angle d’attaque le plus favorable, comme de s’affranchir, pour se faire du bien, d’une mauvaise habitude: s’abstenir de bouder, ou se plaindre. C’est la part d’immaturité figée par l’abus qui fait le plus souffrir, car nous y tenons comme à une part de notre identité. Une fois que celle-ci est repérée, il s’agit de la moduler en douceur, sans impatience, avec respect, tout en sachant que nous affronterons sans doute des zones de turbulence – retour de la colère, d’un sentiment d’humiliation, d’une vague de tristesse – qui peuvent même, parfois, nécessiter une aide amicale ou professionnelle.

Source

Crédit photo : Susan Seddon Boulet

Advertisements

19 réflexions sur “Abus affectifs : « Il faut se désabuser soi-même » – Pascale Senk x Gérard Tixier

  1. Très intéressant! je retiens: « se désabuser de soi-même » = cesser de s’abuser de soi-même ».
    Le plus difficile: y arriver, car « la part d’immaturité figée par l’abus qui fait le plus souffrir, nous y tenons comme à une part de notre identité. »
    Comment y arriver: »Une fois que celle-ci est repérée, il s’agit de la moduler en douceur, sans impatience, avec respect, tout en sachant que nous affronterons sans doute des zones de turbulence »

    Thanks Scarlett

    Aimé par 1 personne

  2. Bonjour à toutes,

    Très bon article merci Scarlett. Les traumatismes et manques qui colorent l’histoire personnelle. Effectivement, notre chemin qui nous a mené vers un pervers narcissique vient nous rappeler une faille béante. Pour retrouver le chemin de la guérison, nous devons accepter de ne plus fonctionner sur le même mode qui relève finalement de l’auto destruction. C’est le même mécanisme qui nous a rendu responsable inconsciemment de notre relation pn bourreau victime. Il faut accepter de lâcher prise sans pour autant perdre notre identité de se donner un autre choix de vie et dépasser le stade de victime. Cela dit mon avis personnel est qu’une longue psychanalyse est plus appropriée qu’une simple visite pour aller mieux. Il faut apprendre à regarder nos traumatismes et abus , les « revisiter » et enfin les accepter mais pas comme une fatalité. Nous pouvons être autrement c’est un chemin long où effectivement la patience est de rigueur. Mais nécessaire pour ne plus « rechercher » inconsciemment une autre relation bourreau victime. Sortir de notre statut de victime pour grandir et s’accepter s’aimer et ne plus se maltraiter.

    Aimé par 2 people

    1. @Dory25
      « nécessaire pour ne plus « rechercher » inconsciemment une autre relation bourreau victime. Sortir de notre statut de victime pour grandir et s’accepter s’aimer et ne plus se maltraiter ». C’est le clou de l’affaire, mais comment le faire? Il parait que j’ai un codage interieur cible « amour » qui fait que quoi je fasse, je tombe toujours sur un manipulateur. Dans la vie professionnelle et ailleurs, je fonctionne normalement, je sais me deffondre, dire non, j’analyse bien les faits, et je ne me laisse pas guider par le bout du nez. D’ailleurs tous mes partnerais « manipulateurs » repetaient qu’ils ne croyaient pas que je vais m’engager tellement, que j’ai l’air d’une fille independate, une forte personnalite quoi? Donc qu’est ce qu’il se passe que je choisi des mecs qui s’averent assez tot soit courreur jupes, soit manipulateur marie qui dit etre devant le divorce et il ment, soit un qui veut faire du sex, mais rien d’autre et me le dit au bout de quelques mois.
      J’ai fait des terapies mais je crois que la prochaine fois se serait le meme coup. Comme je n’etais pas capable de bien verifier le partnaire avant de m’engager.

      Aimé par 1 personne

      1. Etoile de mer

        « Il parait que j’ai un codage interieur cible « amour » qui fait que quoi je fasse, je tombe toujours sur un manipulateur »
        => Le déterminisme n’existe pas chez l’humain à moins que vous choisissiez vous-même de rester un aimant à toxiques… Et heureusement 😉 !
        Si vous avez un cerveau (ce qui est le cas puisque vous êtes capable d’écrire) alors vous possédez la même faculté que tout le monde qui est celle de modifier votre conditionnement.

        Je vous conseille déjà de lire mon article sur les aimants à pervers narcissiques (évidemment, les PN ne sont pas votre seul souci mais mon blog est spécialisé sur ce profil) :
        https://leperversnarcissique.wordpress.com/2015/09/15/qui-attire-un-pn-les-attire-tous-la-cible-favorite-du-pervers-narcissique/

        Vous êtes peut-être dans le cas d’une enfance avec au moins un de vos parents addict au « drama », aux conflits, à une énorme inconsistance dans l’attention prodiguée ? C’est souvent ce qui se produit quand le parent est alcoolique par exemple et/ou souffre d’une maladie mentale. L’enfant apprend que le climat affectif est toujours mouvant, que le parent peut être soit « aimant » (gentil avec des mots d’enfant), soit « abusif » (méchant). Un enfant est incapable de remettre ses parents en cause donc il se dit que c’est forcément de sa faute si le parent est méchant, d’où la création d’une sorte de culpabilité latente chez certaines personnes adultes qui ont servi de défouloir à leurs parents addicts ou malades mentalement.

        « Donc qu’est ce qu’il se passe que je choisi des mecs qui s’averent assez tot soit courreur jupes, soit manipulateur marie qui dit etre devant le divorce et il ment, soit un qui veut faire du sex, mais rien d’autre et me le dit au bout de quelques mois. »
        => Si vous n’êtes tombée que sur des profils toxiques à ce jour, vous devriez vous y connaître bien mieux que moi pour les reconnaître, Etoile… Si ce n’est pas le cas, c’est aussi parce que vous n’utilisez pas votre sens du discernement = apprendre à reconnaître un même mode opératoire / schéma de fonctionnement. Vous écrivez « Assez tôt » donc vous savez au moins reconnaître les lapins crétins… mais savez-vous les envoyer sur les roses ?

        Je ne sais pas quel âge vous avez mais avec les exemples cités ci-dessus, vous avez connus plusieurs partenaires alors essayez de reprendre :

        – Vos critères de sélection de ces individus = qu’est-ce qui vous a attirée vers eux ? Un homme marié est marié et ne devrait même pas faire partie des « possibilités » si vous voulez être respectée. Voyez-vous, c’est aussi tendre le bâton pour se faire battre. S’il est sincère et vous également, pourquoi ne pas attendre qu’il soit divorcé officiellement…? Vous vous mettez vous-même dans des situations toxiques sur ce coup. Respectez-vous davantage avant de demander à être respectée. Là, vous êtes surtout victime de votre manque d’éthique avec ces hommes mariés.

        – Les drapeaux rouges que vous avez laissés passer = il ne répond pas à mes appels/sms sauf le week-end, il ne me voit que de nuit et uniquement à son domicile ou au mien, il ment et je le sais mais je ne dis rien, etc. Vous complétez. Évidemment, un homme qui regarde les autres femmes devant vous, qui vous dit clairement ne chercher que du sexe, qui vous emmène dans sa chambre dès la première fois… n’est pas intéressé par une relation même s’il prétend le contraire pour vous leurrer.

        Apprenez aussi à faire confiance à votre perception de la réalité. Ne cherchez pas d’excuses aux comportements malveillants. Tolérance zéro.

        – La valeur que vous vous accordez = si vous ne dites pas STOP ou encore NON mais que vous êtes « madame Oui Oui », ne vous étonnez pas de tous les attirer. Vous devez vous débarrasser de cette addiction à l’adrénaline négative provoquée par ces relations complètement vides de sens et devenir plus authentique envers vous-même. Vous avez peur d’être dans le vrai, que fuyez-vous chez vous ?

        Ces relations perverses vous aident-elles à détourner votre attention d’une forme de dépression chronique ?

        D’une manière générale, ces hommes mangent à TOUS les râteliers, ils draguent tout ce qui bouge, vous y compris. Votre problème est d’arriver à les repérer puis à leur envoyer un gros NON MERCI avant qu’ils ne construisent leur nid parasitaire dans votre foyer. Il faut d’abord identifier ce qui, CHEZ VOUS, a besoin d’un homme non disponible et surtout, dans l’exploitation de votre personne = je ne mérite pas d’être aimée ; puis prendre l’engagement de vous préserver et de dire NON dès que vous verrez les signes avant-coureurs.

        Les relations toxiques sont comme une mauvaise habitude de vie, une mauvaise hygiène de vie. Si vous y retombez, c’est que vous avancez en pilote automatique dans la vie et qu’il est urgent d’utiliser votre cerveau pour voir la manipulation plus rapidement. Ou alors, vous avouer que vous êtes complètement addict à ces relations et que vous ne souhaitez pas changer de mode de fonctionnement, c’est possible.

        Enfin, on ne peut pas vivre sans valeurs morales. Trouvez les vôtres (les vraies et pas celles pour vous faire passer pour ce que vous n’êtes pas) et tenez-vous à ces valeurs.

        Aimé par 7 people

  3. Bonsoir Etoile,
    Bravo Scarlett pour votre réponse. Vous disfonctionnez (sans jugement) mais vous ne pouvez pas « renoncer » à l’auto destruction. Votre travail en thérapie ne peut aboutir et pourra aboutir seulement si vous avez pris conscience de ces failles d’auto destruction. Vous pouvez choisir un autre mode de fonctionnement c’est comparable à une addiction la volonté suffit pas mais un travail de longue haleine et un gros travail suivi de votre plein gré et surtout de votre « partenariat » réel. ll vous faut à mon propre avis vous acceptez avec vos qualités et vos défauts et vous AIMEZ avec le tout. Vous avez à mon avis des oeillères sur votre moi interne allez regarder sans vous juger vos failles acceptez les regardez les analysez les sans faux semblants quand vous aurez accepter de vivre avec vous même vous pourrez vous respecter et « contrer » ces relations toxiques.

    Aimé par 1 personne

  4. Pour finir Etoile concentrez vous sur pour faire plus simple pourquoi vous avez besoin de vous fouetter pourquoi vous ne pouvez pas être en paix dans une relation « standard » les réponses sont dans vos failles que vous n’avez je pense pas suffisamment explorer. Les réponses nous les avont toutes à nous de les accepter et de les « travailler » pour ne plus accepter l’inacceptable. Ceci sans jugement. Etre forte et indépendante ne signifie nullement qu’on a résolu nos schémas victime bourreau et qu’on accepte une fois pour toute de leur tourner le dos pour une vie libre sereine sans toxiques . Aller plus loin

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour

      J’ai 42 ans passes et aucune relation passée, réussie ou normale, la premiere etant avec un schizophrène poursuivi par la police, qui durait 3 ans – on habitaient ensemle durant mes etudes, moi – j’etais son sauveur..j’avais 23 ans. Apres ce cauchemar, il etait en plus agressif physiquement, j’ai eu quelques relations avec des hommes que j’ai connu par internet ou par travail. Toutes etaient courtes (6 mois c’est le maximum) et les hommes, apparement « normaux », etaient menteurs, calculateurs et manipulateurs, voir PN parmi eux.
      Je sais comment relier en theorie de psychologie des facteurs entre la mere alcoolique par exemple et PN peut etre elle aussi, le pere alcoolique et absent, et le present nefaste, pourtant comment PRECISEMENT y travailler?

      Mes failles sont la: manque d’amour et d’attention dans l’enfance et l’adolescence, chaud et froid a la maison bien connus, manipulations, mensonge et agression physique de ma mere, manque de respect et de limites, indifférence de mon père pour la vie de famille, je devais coucher avec ma mere tard, meme a l’age de 20 ans cela est arrive. Comme mon pere venait soul a la maison. Et dans l’enfance j’etait oblige de dormir avec ma mere car il ne couchaient jamais ensemble, c’etait une relation toxique entre eux.
      J’ai repere ces failles et maintenant? je ne me sens pas mieux, au contraire, apres ma derniere relation, apres la repere des failles, je m’isole dans la sphere privee de gens, je n’est pas envie de connaitre ni s’approcher aux gens , je ne leur fais pas confiance. Je ne peux pas, j’ai peur et manque de confiance en ce que je suis apte a fonctionner normalement dans la societe, je me sens « differente », plus vulnerable et sensible.

      J'aime

      1. Etoile de mer,

        « et les hommes, apparement « normaux », etaient menteurs, calculateurs et manipulateurs, voir PN parmi eux »
        => Je sais que le mot « normal » est vide de sens mais si pour vous, la normalité correspond à ces traits de personnalité (mensonge, calcul, manipulation, perversion narcissique), il me semble urgent que vous compreniez qu’il existe AUSSI des personnes sympas, empathiques (capables de ne pas vous faire du mal volontairement) et qui veulent juste vivre leur vie sereinement. Le monde n’est pas peuplé uniquement de pourritures et heureusement ! Seulement, pour voir la beauté de ces personnes, il faut déjà accepter que votre regard soit corrompu et faire l’effort de changer vos habitudes de sélection.

        Rappel : si vous vous attendez à recevoir un manuel en 3 étapes pour une « vie heureuse », ce n’est pas ici que vous le trouverez ;). Nous avançons en étant plus sincères envers nous-mêmes et en reconnaissant que les CRITÈRES selon lesquels nous CHOISISSONS notre entourage ne sont pas opérationnels.

        Quels sont VOS critères de sélection ? Je vous ai déjà posé cette question dans un autre commentaire et vous n’y avez pas répondu. Avez-vous au moins pris le temps de vous poser cette question ? Si vous ne faites pas d’effort pour vous comprendre, je ne vois pas qui d’autre le fera à votre place.

        Quand je vous lis, il est clair que vous espérez un miracle à l’extérieur de vous mais Etoile, c’est vous qui êtes dans votre peau donc c’est à vous de déterminer honnêtement et dans le silence de votre cœur, ce que vous voulez exactement comme relations. A 42 ans, avec autant de lucidité (puisque vous affirmez connaître intimement vos failles ET avoir travaillé dessus), quel est le résultat de votre introspection…?

        « Je ne peux pas, j’ai peur et manque de confiance en ce que je suis apte a fonctionner normalement dans la societe, je me sens « differente », plus vulnerable et sensible. »
        => Vous avez peur de vous-même et c’est le plus dramatique. Vous avez peur des « mauvais » choix que vous pourriez faire parce que vous vous focalisez sur l’autre. En réalité, le problème ne vient pas uniquement du choix du partenaire mais des mensonges que vous vous faites pour maintenir une fausse « relation ». Et on n’a même pas besoin d’aller chercher l’explication en thérapie.

        Vous dites que la dernière relation était avec un homme marié.

        Rien ne vous alerte dans la phrase ci-dessus…? On en revient au même commentaire que précédemment donc je ne vais pas m’attarder là-dessus. Si vous ne pouvez pas voir où est le piège dans le fait d’avoir une « relation » avec un homme marié, c’est que vous creusez vous-même votre tombe tout en refusant de prendre vos responsabilités, ma chère. Il n’existe aucun remède contre cela.

        1) Que signifie « être en relation avec un homme marié » ? Cela signifie qu’il est déjà engagé ailleurs et que vous ne vous aimez pas suffisamment pour poser une limite = attendre que cet homme soit effectivement célibataire AVANT de vous jeter dans ses bras.

        2) Quelles sont les CONSÉQUENCES de votre comportement envers cet homme ? Il y a toutes les chances pour que vous soyez le dindon de la farce, qu’il ne quitte jamais sa femme pour une personne qu’il a eue tout en étant marié ET que ce soit un gros manipulateur en quête de plaisir facile et rapide.

        3) Quelles sont les CONSÉQUENCES de votre comportement sur vous-même ?
        – Victimisme = vous ne voyez pas le lien de cause à effet entre votre choix de « partenaire », sa manipulation outrancière (je vais publier votre autre commentaire pour tous les lecteurs) et l’inévitable chute finale pour vous. Vous vous voyez comme la victime alors que vous avez été complice dans votre propre destruction.

        – Immaturité = votre vision de la vie du type « Je mérite une relation » n’est pas adaptée à la réalité. La relation n’est pas un du mais le résultat de l’amour que nous nous donnons déjà à nous-mêmes et des choix que nous faisons ou pas. Ce n’est pas parce que le premier idiot venu vous baratine à longueur de journée avec des belles paroles et des fausses promesses… qu’il est sincère.

        – Absence totale d’éthique = si vous voulez une relation basée sur le respect, la bienveillance et l’amour, commencez par choisir des personnes célibataires et à observer leur comportement dans le détail. Les menteurs se repèrent vite. Le bonhomme marié qui vous berce de châteaux en Espagne peut être repéré facilement mais encore faut-il exiger des preuves de ses affirmations et ne pas gober ses MOTS.

        Votre vie est le résultat direct de vos choix. Vous pouvez vivre dans la peur de vous-même… Ou apprendre à dompter la bête qui vit en vous. Ne vous laissez pas dominer par vos instincts et ne tolérez pas le mensonge pour commencer. Si vous parvenez à avoir cette hygiène de vie, vous sélectionnerez d’autres personnes et la peur sera apaisée automatiquement. Ce n’est pas vous qui menez votre barque mais chacun des hommes que vous laissez entrer en vous et chez vous qui vous impose sa volonté. Ce n’est pas bon du tout.

        Dans votre vie personnelle, vous devez avoir autour de vous au moins une femme qui ne se laisse pas mener à la baguette par les hommes et qui a une éthique de vie. C’est auprès de cette femme qu’il faut vous confier. Si vous avez d’autres amies complètement dominées par les hommes, prêtes à tout pour ne pas être seules et qui fréquentent des hommes mariés, fuyez-les. Ceci est un conseil à ne pas prendre à la légère. Déjà, ces femmes ne vous donneront que des avis basés sur leur propre faiblesse, puis quand vous serez enfin dans une relation stable, ce sont elles qui détourneront votre conjoint.

        Faites bien attention à votre entourage.

        Aimé par 2 people

  5. Bonjour Etoile des mers,

    Très bonne réponse de Scarlett comme toujours très bien développé.

    Certes vous avez eu des traumatismes qui vous ont rendu vulnérable. Mais vous ne pouvez pas à votre propre égard le voir comme une fatalité de victime à vie.(c’est un piège!) La question de Scarlett est très pertinente , quel est le choix dans vos relations ? Qu’est ce qui vous guide ? (mise à part une auto destruction évidente je pense mais sans jugement)

    Il est évident qu’une relation avec un homme marié indique clairement que vous vous sous estimez et que vous choisissez la relation bourreau victime…parce que même si cet homme marié n’est pas un pervers vous finirez par boire la tasse…Et le respect est où ??? Pour sa femme ses enfants peut être…il comble votre besoin de vous dénigrer et d’être dans le NO LIMIT exactement sur le terrain que vous emmènes un PN……PAS DE LIMITES.. Pourquoi ?? Pourquoi ne pas accepter un autre changement de vie ?? Qu’est ce que cela vous apporte ? Quel renoncement vous n’êtes pas en mesure de faire içi là aujourd’hui ? Vous ne vous faites pas confiance, regarder ces failles c’est se comprendre comprendre nos choix.

    Ça ne veut pas dire ne plus avoir confiance en personne ça veut dire avoir appris ce que la vie vous a donné comme leçons et reconnaitre une relation toxique pour pouvoir vous en échapper. Mais une fois qu’on a bien regardé à l’intérieur de nous (personne ne peut le faire pour nous) on a des relations avec les autres plus fortes de notre connaissance de nous et de ce qui n’est pas sain pour nous.
    Qu’est ce qui fait que vous avez besoin de vous lancer une quête de relations (sur internet au travail) avez vous peur de la solitude de vous même ?

    Il est certain que toutes celles et ceux qui ont vécu des traumatismes sont « différents » mais pourquoi ne pas le voir comme une force comme quelque chose de précieux qui guiderait vos pas ?

    J'aime

    1. Hello Dory et Etoile des mers

      Il est certain qu’avant de regarder la paille dans l’oeil du voisin, il faut d’abord regarder la poutre que l’on a dans le sien.

      Autrement dit, faire un bilan total, sans fard et sans complaisance de soi. Si une personne vit sans éthique et sans valeur, elle ne peut attirer à elle que des personnes à son image. Il ne faut pas se mentir à soi-même. Fréquenter un homme marié en dit autant sur la valeur morale de la maîtresse que de l’homme qui trompe, les deux sont à mettre dans le même panier de crabes.

      Maintenant, admettre que l’on s’est trompée est un premier pas, essentiel pour changer. Tant que l’on se dit « Tout est OK avec moi, c’est l’autre qui m’a menti », on n’avance pas. Il est important de se remettre aussi en question.

      Zéro principe de vie = zéro hygiène de vie = zéro relation de qualité. La clef est vraiment l’hygiène de vie, savoir développer une vie spirituelle saine, savoir donc dire NON quand on vous propose un deal breaker.

      Un homme marié se présente à vous ? Répondez « NON MERCI ».

      Mesdames, ce n’est pas parce que vous êtes désespérées d’entrer dans une relation que vous devez boire dans chacune des mains qui se présente à vous. C’est ainsi que l’on meurt empoisonnée 🙂 !

      Apprenez à déterminer s’il s’agit bien d’une eau pure ou d’une eau frelatée. Si c’est pourri au départ, ce sera pourri à l’arrivée. La seule et unique solution est d’apprendre sur soi, d’agir en conscience et pas en pilote automatique. Les trucs et astuces employés par l’individu nommé par Etoile sont plutôt basiques et c’est souvent ce mode opératoire pour les hommes mariés.

      Je ne vais pas faire de sexisme mais quand un homme a besoin de se soulager, il est capable de vous dire tout et n’importe quoi, de vous promettre la Lune, monts et merveilles. Les femmes ont un autre mode opératoire mais les hommes sont très persuasifs et baratineurs de nature quand il n’est question que de sexe. Il faut redoubler de prudence et voir clair dans les bêtises qu’ils promettent juste pour vous mettre dans leur lit.

      Bien entendu, tous les hommes ne sont pas ainsi ! Mais quand on est déjà fragilisée par sa solitude, qu’on a peur de ne pas trouver, etc., le niveau de discernement a aussi tendance à chuter.

      Aimé par 3 people

  6. Bonjour Scarlett,
    j’assume ce que vous dites, je ne sais pas pourquoi j’accepte que l’homme mente ou presente des faits de facon peu veridique ou pas claire; je me dis que cette fois-ci ce n’est pas tellement important, que c’est un detail peu important, pourtant de moi-meme j’exige de dire la verite meme la plus difficile ou intime. J’essaie de se montrer envers les hommes peu exigeante et cool, je peur d’etre jugee chiante, de poser trop de questions, de ne pas montrer la manque de confiance. J’ai peur d’etre rejetee donc j’accepte « des petits details » comme « de petits mensonges » qui s’averent des gros mensonges apres.

    « Quels sont VOS critères de sélection ? » je ne sais pas, je ne sais plus rien, ca se passe tellement vite. Je n’en ai pas, je crois. Ce dernier cas c’etait le fait que l’homme tenait beacoup a moi, il s’interessait a ma vie, affirmait mille fois que ce qu’il dit est vrai – meme il a dit que la preuve est que nous travaillons ensemble donc il ne pouvait pas me mentir car nous sommes toujours en contact. Ma naivete correspond avec mon grand besoin d’attention, d’amour et j’en ai marre d’etre seule.

    Ma relation avec lui s’est engagee quand il a dit qu’il divorce et m’a repete durant quelques semaines que c’est vrai. J’ai fini par lui croire surtout quand il a demanage de chez lui – c’est avec mes distances d’aujourd’hui que je sais que ce n’etait pas vrai qu’il dormait dans les hotels.
    Il a tout calcule, meme l’idee de divorce et sa situationa a la maison, pour que je sorte avec lui. Maintenent je sais qu’il est malade et perverti a fond, malgre qu’il disait contraire.

    Zero contact avec lui, bien sur. C’est tellement nulle ce qu’il a fait, il a ose de mentir malgre que nous travaillons ensemble, meme cela ne l’a pas retenu..de risquer les histoires sales au travail, de risquer son poste, sa position et le respect envers sa personne dans le lieu de travail.

    Je n’ai pas depuis cette histoire des amies (j’ai fait le nettoyage complet parmi les gens qui m’entourraient), j’habite depuis peu de temps dans cette ville ou je suis, j’ai beacoup demanage pour le boulot, je suis depaysee si vous voulez, j’ai rempu avec ma famille. Je crois que j’etait dans le nid de pervers: ma mere, ma cousine – toutes deux manipulatrices, qui n’ont pas de probleme de tromper qqn dans son interait.
    Pour les amies que j’avais, c’etait de femmes pretes a tout pour ne pas etre seules,comme vous dites, j’ai rompu avec eux depuis quelques mois.
    La, je suis vraiment seule depuis le mois d’avril: a part le travail, je ne parle avec personne. Je vais seule au cinema, je lis beacoup, je fais du fitness, je m’en occuppe, pourtant je ressens une grand solitude.

    Je repars a zero? il parait.
    Merci de votre commentaire, je suis tres contente d’avoir votre sincere point de vue.

    J'aime

    1. Ma chère,

      « Ce dernier cas c’etait le fait que l’homme tenait beacoup a moi, il s’interessait a ma vie, affirmait mille fois que ce qu’il dit est vrai »
      => Justement, le truc est d’arrêter de croire aux belles PAROLES et d’exiger des ACTIONS. Le bonhomme peut bien vous offrir tout ce que vous voulez en PAROLES mais qu’obtenez-vous au final, physiquement, concrètement ? NADA parce que les mots ne sont que du vent. Ne vous laissez pas bercer d’illusions.

      => Tenir à quelqu’un n’est PAS synonyme de flatter la personne. N’importe qui peut s’arrêter devant vous et vous baratiner. Très peu de personnes par contre, prendront le temps de vous complimenter sur vos accomplissements réels tout simplement parce que ces gens se donnent aussi la peine d’apprendre à vous connaître en tant qu’être humain. Tenir à quelqu’un ne signifie pas non plus lui parler au téléphone pendant des heures chaque jour si vous êtes dans la même ville. Dans votre cas de figure, s’il avait réellement tenu à vous, il aurait commencé par ne pas vous mettre dans une triangulation avec sa femme.

      Il n’aime ni l’une, ni l’autre mais s’est bien servi de vous deux. Vous avez eu plus de chance que sa pauvre épouse. Dites Dieu merci.

      « Maintenent je sais qu’il est malade et perverti a fond, malgre qu’il disait contraire »
      => On n’a jamais vu un criminel envoyer un préavis à sa victime… Un malhonnête vous dira toujours qu’il est honnête, même le plus demeuré de tous. Le message est le même : croyez moins aux belles paroles.

      « il a ose de mentir malgre que nous travaillons ensemble, meme cela ne l’a pas retenu. »
      => No shame, no guilt, no remorse. Ne vous attendez pas à un acte de contrition de la part d’un menteur pathologique. Pour ressentir de la honte, il faut déjà avoir ce qu’on appelle de la « considération pour autrui ». Pas de considération, pas de honte.

      « Pour les amies que j’avais, c’etait de femmes pretes a tout pour ne pas etre seules, »
      => Ah la la… Ceci est la bonne nouvelle. Pour vos prochaines amitiés, évitez à tout prix toutes ces femmes vampires qui vous égorgeront à la première occasion pour un pauvre homme. Choisissez des femmes fortes, avec des principes de vie. Elles sont d’un double soutien : non seulement, elles ne vous trahiront pas pour le premier crétin venu mais en plus, elles ont une meilleure perception de la vie.

      Inscrivez-vous sur des sites de sorties en ligne (et pas des sites de rencontres) et faites des activités en groupe. Chacun de nous a besoin d’un petit cercle social, de quelques connaissances pour se changer les idées mais les vraies amitiés se construisent avec le temps. Analysez bien tout ce que les gens vous disent sur eux-mêmes, laissez-les parler.

      – Quelqu’un qui a trahi par le passé et qui vous raconte cela en mode « exploit », sans exprimer de remords pour ses victimes = à fuir. Demain, c’est vous qu’il/elle trahira.

      – Quelqu’un qui gossip sur les autres devant vous, gossipera aussi sur vous une fois que vous aurez tourné les talons.

      – Quelqu’un qui ment devant vous (BIG RED FLAG), vous mentira demain. Mon ex avait pour habitude de mentir devant moi (au début) pour des broutilles. Dire par exemple qu’il était à un anniversaire alors que nous étions en train de prendre un verre et devinez la suite : évidemment, c’est à moi qu’il s’est mis à mentir ensuite de façon pathologique.

      – Quelqu’un qui trompe avec vous, vous trompera demain.

      – Un « ami » qui fait tout pour être dans votre vie, est super sympa, toujours disponible, qui en fait beaucoup trop pour vous plaire… Méfiance. Il arrivera un moment où cette personne disparaîtra de votre vie soudainement. Le but est de tester votre lien et de vous rendre dépendante. Donc, là, c’est CIAO direct.

      – Fool me once, shame on you. Fool me twice, shame on me. Ne reprenez jamais un « ami » qui vous a fait du mal au même niveau de confiance que précédemment. Il faut pardonner mais ne jamais oublier qui vous a mise en difficulté ou vous a carrément brisée.

      Voilà quelques conseils de base ;).

      Aimé par 2 people

      1. Merci Scarlett, grand merci pour ta reponse, il me faut du discours raisonable et logique comme le votre, vos paroles me soutiennent et aident a raisonner beacoup mieux que mes derniers rencontres en groupe therapeutique ou tout etait permis, correct et il n’y avait aucun jugement de la part des psy sur les comportements normalement juges malsains. Tout etait comprehensible, tout etait bon. C’etait le groupe pour des adultes/enfants issus des familles au dysfonctionnement.

        J’appercois, trop tard helas, que je permettais a beacoup de comportements anormaux pour une relation intime, amoureuse ou amicale. Je permettais a ne pas me respecter (triangulation outranciere, presque harcelement chaque jour, a en prendre des calments), mensonges de toutes les gammes, jai pris une simple et stupide presque flatterie pour l’amour unique et attendu depuis toujours, et premieremet j’ai accepte de se voir avec quelqu’un de marie. En plus sa situation etait inverifiable – il habitait 100 km de ma ville, faisait la route chaque jour et partait chaque jour. Il pouvait me raconter tout ce qu’il voulait. Il me disait « laisse-moi de divorcer comme je veux et a ma facon, ne me presse pas, j’ai un truc a finir, je ne peux pas te dire maintenant quoi exactement mais dans peu de temps, ca va etre regle ». Et tout le temps comme ca. Degoutant, une fois j’ai pleure, je lui dit que je ne peux plus attendre comme ca, il part apres le travail chez lui et je ne peux pas rentrer chez moi et attendre. Il m’a dit tout tendrement qu’il m’aime beaucoup et il m’a prie de patienter encore. Il faut etre un abruti complet, un sale.

        Toute cette connerie immense, tellement de peine et de temps gasspille et sinistre en plus. Ca, c’etait au moins une bonne, grosse lecon, peut etre il me fallait une comme ca pour comprendre le mal que je me fais. Il ne jamais trop tard pour se reveiller.

        Pour de sites de rencontres je ne fais pas confiance non plus, surtout pour de personnes de mon profil c’est pas bon, il faut etre beaucoup plus prudente, je suis la proie faciles pour des chasseurs de femmes sur internet, ils n’attendent que de personnes comme moi..j’ai deja verifie il y a quelques ans.
        Mais peut etre pour des sites recontres en ligne.

        J'aime

      2. Bonjour Etoile de mer,

        Il n’est effectivement jamais trop tard pour se réveiller.

        Le piège est de placer toute la responsabilité de ce qui vous arrive sur l’autre personne et de ne pas regarder ce qui, chez vous, ne vous a pas permis de vous protéger efficacement. Un abuseur joue son rôle = il profite de la vulnérabilité des cibles et exploite leurs failles. A partir de ce jour, vous ne serez même plus dans le lot des proies parce que vous verrez beaucoup plus clair et serez capable de poser des limites fermes.

        La clef est vraiment à l’intérieur de vous. ça ressemble à une phrase sortie d’un bouquin de développement personnel mais rien n’est plus vrai, je vous assure 😉 ! Plus vous vous respectez, plus vous êtes en mesure de voir les expériences dans lesquelles le respect est absent. C’est un processus qui ne s’effectue pas en une nuit mais se renforce avec le temps.

        Oui, je vous comprends pour les sites de rencontres « amoureuses » qui ne sont vraiment pas l’idéal. Je parlais de sites de sorties en ligne. Des personnes postent des activités, des sorties et vous vous inscrivez ou non. Ce sont des activités « normales » de type cinéma, expos, marche, sport, etc. Cela vous aidera à vous refaire un cercle social. Je parle bien de rencontres AMICALES et pas amoureuses ;).

        Take care ❤

        Aimé par 1 personne

  7. Dory25,

    merci pour ta reponse.
    « Il est certain que toutes celles et ceux qui ont vécu des traumatismes sont « différents » mais pourquoi ne pas le voir comme une force comme quelque chose de précieux qui guiderait vos pas ? »
    je ne vois pas de force qui decoule de cette situation, j’ai honte de ne pas avoir une famille normale, de mon pied a terre.
    Jamais je ne pouvais pas compter sur mes parents. J’ai passe Noel seule, comme d’habitude, mais cette annee c’etait vraiment dure pour moi. La fin d’annee aussi.

    J'aime

    1. Le traumatisme se transforme en force quand on ne le considère plus comme un handicap.

      Il est clair que ne pas avoir eu une enfance dans la bienveillance, l’amour parental et un minimum d’humanité expose à un risque plus accru d’être victimisée mais ce n’est pas une fatalité, chère Etoile de mer. Comme je vous l’écrivais, vous ne serez vouée à rester dans l’échec que si vous acceptez cela.

      Tout être humain a la possibilité de changer, de modifier son comportement et de croître. Vous avez du mal à voir aussi cet aspect de la réalité et le jour où vous le comprendrez sera aussi celui de votre guérison.

      J'aime

  8. Bonjour Scarlett,
    Je ne me sens absolument pas concerner pas le message que vous avez envoyer sur nos 2 noms à moi même et Etoile des mers mais je pense qu’il est plutôt adresser à étoile des mers. Pour ma part je suis CELIBATAIRE et pas du tout envie qu’un homme entre dans ma vie pour le moment. Je préfère être seule que de chercher à tout prix la compagnie d’un homme (encore pire marié) J’ai besoin de ce temps pour me reconstruire. Ni homme marié ni homme du tout et je le vis très bien comme ça. Je suis en pleine thérapie j’avance j’accepte mes failles je les berce je les dompte seule. C’est ce que j’ai dit à Etoile des mers, nos traumatismes doivent pas nous laisser dans le rôle de victime mais plutôt le prendre comme une force pour ne plus jamais tomber dans une relation bourreau victime. On peut choisir de vivre autrement, c’est un travail de longue haleine mais on en ressort plus forte grandit. Voilà voiloù c’était pour éviter la confusion en tout cas je ne me sens pas du tout concerner par les propos d’Etoile des mers (sans jugement nous sommes d’accord) je pense en être à un autre stade par rapport à ma reconstruction. J’évolue grâce mon travail de thérapie grâce à l’énergie que j’y mets et enfin grâce au blog qui est un outil précieux…donc merci Scarlett. Mais j’apprends à m’aimer et je suis fière de pouvoir aujourd’hui fonctionner autrement, ne plus avoir peur de la solitude et de cette rencontre avec moi même. Je tente de me comprendre de m’accepter et de ne plus avoir peur..le travail le plus long la peur. Mais j’y mets suffisamment d’énergie pour avoir le droit d’y croire.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Dory

      Le « Vous » est général pour tous les lecteurs.

      Je vous ai citée avec Etoile des Mers parce que la conversation s’axait sur vous deux. J’ai bien lu votre témoignage puisque c’est moi-même qui l’ai relu et publié (!) et je sais que votre cas de figure n’est pas le même que celui d’EDM ;).

      J'aime

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s