coparentalite-avec-pn

Lili : Conseils pratiques pour le low contact (no contact personnalisé) dans un contexte de coparentalité avec un(e) pervers narcissique

Amis lecteurs,

Suite à de nombreuses interrogations sur la mise en place du low contact (no contact adapté) en cas de coparentalité avec un pervers narcissique, voici les conseils de notre amie Lili. Des conseils extrêmement pertinents et efficaces, je vous tire mon chapeau. Vous êtes une femme forte et une mère exemplaire. Bravo !

Si vous avez vos propres recettes qui ont fonctionné, merci de les noter en commentaire à cet article.

Merci de votre participation et de votre solidarité ! Ensemble, nous arrivons à nous entraider concrètement et c’est l’objectif. Partagez cet article auprès de ceux qui en ont besoin.

separateur

Le lien vers le témoignage de Lili.

J’aimerais partager avec les survivants nos trucs et astuces pour adapter le no-contact dans le cas de coparentalité avec un PN. J’attends les vôtres avec impatiences en attendant voici les miens :

Mes PNS sont : le père de mon fils et sa mère accessoirement

– J’ai supprimé mon compte Facebook.

– J’ai porté plainte pour Violences conjugales, harcèlement et dénonciations calomnieuses et je me suis portée partie civile. Il y aura donc forcément une enquête. Juridiquement je ne lâche rien.

– J’ai bloqué sa mère sur mon portable et mes e-mails, tout simplement. Lors d’un jugement, son fils – le père du mien – l’a signalé m’accusant de ne pas considérer la grand-mère paternelle de notre fils ! Ma réponse classa « ce dossier » immédiatement : « Il est déjà prioritaire de renouer une communication entre nous, parents, il ne tient qu’à toi d’informer ta mère si tu le souhaites et je ne m’y oppose pas« . Le juge est passé immédiatement à autre chose. Dossier classé, je n’en ai plus jamais entendu parler.

– Je ne déroge jamais du jugement, JAMAIS, je ne lui demande pas de faveur et ne lui en offre aucune.

– Je suis TOUJOURS accompagnée et enregistre tous les passages de bras et je lui ai dit. C’est donc recevable en justice, Ça l’a calmé.

– PN n’appelle pas, puisqu’il faut du courage pour faire face et le mien est très, très lâche. Mais ne décrochez pas et sachez que les messages laissés sur votre répondeur et retranscrits par huissier sont recevables en justice. Ça les calme.

– Il ne m’écrivait que par textos, je n’y répondais que si cela concernait notre fils et uniquement par e-mail sans aucune émotion, j’expose les faits, point. Avec le temps, j’ai appris à le cadrer. Aujourd’hui, il ne m’écrit que par e-mail et toujours concernant mon fils. Par contre, quand il ment dans ses romans, je réponds d’un simple : « Peux-tu le prouver ?« , « Je fais bien d’enregistrer toutes nos rencontres pour me protéger de tes mensonges« , « Tu te trompes« , « C’est ton point de vue, pas le mien« , « Tu as le droit de le penser, je ne suis pas de ton avis« .

– Quand il n’est pas d’accord sur l’interprétation du jugement, je lui conseille de voir avec son avocat, POINT BARRE. Quand il me dit « Je vais porter plainte« , je réponds « Si la loi te l’autorise« . Il en est à sa 4ème, toutes classées sans suite. Il se discrédite de plus en plus. Mais pour cela, il faut TOUT anticiper et se protéger en prouvant ses mensonges.

– Avec le temps, ses attaques diminuent puisqu’elles ne m’atteignent plus. La communication et l’organisation adulte n’existent pas avec lui. C’est comme ça, je dois faire avec, c’est un fait établi.

– Je conserve tous les anciens textos, les e-mails, les enregistrements même quand j’appelle pour avoir des nouvelles de mon fils et qu’il ne décroche pas, je lui écris par LRAR si besoin. Une vraie archiviste, parano et procédurière. S’il ment, je dis calmement sur le même ton de « Tiens, il pleut » : « Tu mens« . Cette démarche de tout conserver m’a permis de faire classer sans suite toutes ses plaintes, fastidieux OUI mais terriblement nécessaire.

J’ai une autre astuce IMPORTANTE, ils sont fort pour vous faire dire/approuver des choses dans l’urgence alors :

– Je me suis imposé de prendre le temps de répondre à ses emails et textos. Je m’explique : je reçois l’information, je la lis immédiatement et je m’offre entre 4h MINIMUM et 6h MAXIMUM pour y répondre.

Cela permet de se calmer déjà, de faire le tri dans l’information, d’anticiper sa manipulation et de faire une réponse efficace sans émotions. Par contre, j’y réponds toujours, même d’un simple « C’est ton point de vue, pas le mien« , au plus tard 6h après, pour passer à autre chose et que le « dossier » soit classé.

– S’il me fait des demandes orales, lors des passages de bras, je lui demande de les faire par écrit et je réponds par ce biais en appliquant la règle des 4/6h.

Au début, ce n’est pas évident d’imposer cette limite (comme toutes avec eux), mais avec de l’entraînement c’est jouissif. Puis la bête grogne, mais après elle retourne dans sa grotte la queue entre les jambes.

Pour protéger mon fils voici mes trucs et astuces :

– Je le RESPECTE en tant qu’être humain. Avant de le voir comme mon fils, je le vois comme une personne à part entière.

– Je reçois ses émotions sans jamais le juger : il pleure quand il revient de chez son père ou avant d’y aller, je lui dis qu’il a le droit que c’est normal et humain que c’est très bien de dire quand on n’est pas content/triste etc… que je le crois et que je le comprends. Je pratique l’écoute active.

– Je fais pareil, quand je suis triste, en colère, etc., je le dis calmement et je n’hésite pas à pleurer devant lui si j’en ressens le besoin sans jamais lui faire porter mon malheur juste : « J’ai le cœur lourd, ça me fait du bien de pleurer mais ce n’est pas de ta faute, tu n’es pas responsable. J’en ai besoin il faut que ça sorte c’est tout.

– Quand je fais une erreur, que je manque de patience : je lui demande pardon sans me trouver d’excuse.

– Quand mon fils me dit « non » : il ne veut pas manger cela ou il ne veut pas que je lui lave les cheveux, etc., je le respecte, je lui explique MON point de vue mais s’il ne veut pas je ne le force pas. Comment lui donner la force de s’opposer ou de se faire respecter si je ne le fais pas d’abord vis à vis de lui !

– Je laisse mon fils vivre sa vie, je le laisse passer du temps avec ses grands-parents, ses oncles, ses tantes, ses cousins, ses amis, mon compagnon et sa fille… LE MONDE ! Mon fils appartient à la vie pas à moi. Je le laisse s’ouvrir, qui suis-je pour me l’approprier ?!

– J’explique qu’il y a un contrat entre son père et moi et que je dois le respecter à la lettre sinon je vais avoir des problèmes et lui aussi par la même occasion. Le jugement est donc pour mon fils un fait établi, c’est comme ça. Il doit faire avec.

– A son retour, il a un grand besoin de proximité (câlin, tendresse jusqu’à tard dans la nuit), j’y réponds. Je n’écoute pas les « Il va te faire le même coup à chaque fois, attention ». C’est faux. Quand mon fils a sa dose d’amour, il reprend son autonomie.

– Je ne parle pas de son père à mon fils.

– Je n’appelle pas son père « papa« , mais « ton père« . Mais je laisse mon fils l’appeler « papa » s’il le veut. Je dis régulièrement à mon fils que s’il souhaite passer un coup de fil à son père, il le peut et quand il le veut. C’est lui qui décide.

– Je laisse mon fils se faire sa propre idée sur son père, je ne peux légalement pas empêcher que PN approche notre fils, mais je peux éduquer mon enfant à faire la part des choses. Je lui rappelle qu’il a le droit de nous aimer tous les deux et surtout de ne pas prendre parti. Qu’il a sa vie à faire et ce que nous sommes, nous ses parents, ne le définit pas, LUI.

– Mon fils m’observe beaucoup, je sais que je suis un exemple pour lui (enfin pour le moment :)) alors je me suis reconstruite en :

o Travaillant, pendant ce temps-là mon fils est à la crèche avec pleins de copains de son âge et d’autres adultes.
o Je vis seule avec mon fils mais je suis en couple et souvent mon compagnon passe la soirée chez nous – avec lui les conflits se règlent en discutant calmement. Bel exemple.
o Je n’accepte aucun manque de respect de qui que ce soit (mon fils, ma famille, mes amis, mon compagnon, mon patron, PN) JAMAIS et je le dis tout de suite, surtout si mon fils est présent, en restant calme et en respectant mon interlocuteur (pas toujours évident :))
o J’ai repris le théâtre amateur et raconte avec toute la passion qui m’anime les représentations à mon fils, si vous pouviez voir ses yeux brillants et son large sourire quand il me voit heureuse.

Avec toute ma bienveillance

Lili

Crédit photo

Advertisements

59 réflexions sur “Lili : Conseils pratiques pour le low contact (no contact personnalisé) dans un contexte de coparentalité avec un(e) pervers narcissique

  1. Merci pour tes conseills, j’ai cependant quelques questions par rapport au juridique. Le père des enfants a réussi à leur faire croire que tout avait été mis en place pour le faire chier et que si on retourne en justice pour appliquer le jugement, il se tuera ou dépriemera et ne voudra plus les voir. Du coup, les enfants refusent qu’on retourne au tribunal malgré de multiples abus (pension alimentaire non payé depuis 4 ans, nous devons les amener un week end sur deux quand c’est son tour de garde alors que sur le jugement, c’est à lui de faire le déplacement, gruge 2 jours sur les vacances en prétextant qu’il s’est trompé de date) Sue dois je faire, sachant que les enfants nous en voudront si on retourne au tribunal ?

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,
      Je te conseille d’expliquer a tes enfants par des truismes (Vérité banale, si évidente qu’elle ne mériterait pas d’être énoncée) sauf quand on est face à un PN :

      – Que la loi est faite pour être respectée et que PERSONNE n’est au-dessus de la loi. Que ce que pense leur père est faux, que la justice n’est pas là pour faire « chier » mais pour protéger les gens. Aussi bien eux, que leur père et que toi.
      – Que tu as besoin de te protéger des abus ! La justice est la seule à pouvoir t’aider elle est faite pour cela et tu as besoin d’elle.
      – Qu’ils ne sont pas responsables de la santé mentale et physique de leur père, qu’ils doivent prendre soin d’eux. Que toi tu dois prendre soin de toi et que c’est à leur père de prendre soin de lui. Que si leur père est malade c’est le médecin qui peut le soigner pas vous. Vous n’êtes pas médecin vous ne pouvez pas le faire.
      – Que le chantage est quelque chose de mal et que cela ne se fait pas encore moins d’un parent vers ses enfants et que tu n’accepte pas cela.
      – Que l’avis de leur père n’est qu’UN avis et qu’ils peuvent avoir le leur qu’ils ont un cerveau, un cœur et un instinct et qu’ils sont capable de s’en servirent.

      Redonne à tes enfants le droit de ne pas prendre parti et de ne pas se mêler des affaires de justice qui ne concernent que les adultes/parents.
      Oui ils vont avoir peur, rappelle toi quand tu as quitté leur père la peur que tu avais avant de te libérer.

      Je te conseille de lire tous les livres possibles et imaginables ça m’a tellement aidée.

      Aimé par 2 people

  2. Bravo Lili, merci Lili. Formidable me vient à l’esprit. Un sourire ému m’emplit. Une force sereine me pousse à ce défi que je vous vois relever. Je l’attendais votre témoignage. Il répond à des questions toujours en suspension, dont les réponses sont en toujours en construction. Je plongerai dans votre contribution, pour construire les miennes. Je vous en remercie et partage votre réalisation au quotidien de savoir vous sauver et accompagner votre enfant. Votre action, est un exemple de ce qui est possible bienveillament ; votre témoignage est une belle pierre, bien précieuse pour moi et tous ceux et celles qui sont face au défi de la construction non toxique de leurs enfants.

    Aimé par 1 personne

  3. Bravo à Lili. J’avais un pn comme géniteur. Vu kil n’a pas reconnu l’enfant et ne voulais pas jouer de rôle dans sa vie, g coupé tout lien. Ça aussi, c possible si l’homme se désinvestit de son rôle totalement. Je précise kil a laissé de lourdes dettes, en mon nom mais ke faute de preuve, je ne l’ai jamais poursuivi, ni suivi dans sa bêtise humaine. Et j’en suis très satisfaite. Tant pis pour lui! 🤗

    Aimé par 1 personne

  4. Magnifique! Merci Lili!
    Je vais garder ces conseils précieusement….. et les relire chaque jour pour être au top et être complètement détaché! J’adore le « tu mens » sur l’air de « il pleut »

    Aimé par 2 people

  5. Merci beaucoup à toutes les 2. C’est vraiment l’article qui me manquait surtout par rapport à ton fils et pour moi mes filles.
    Le père de mes filles a souhaité divorcer. Il manigançait cela depuis longtemps et je le savais ce qui m’a permis de me préparer à cette éventualité. Malgré 2 menaces de déposer la requête, c’est moi qui l’ai finalement fait. C’est aussi moi qui ai voulu passer devant un médiateur à la rentrée scolaire. J’avais besoin d’un contre-poids extérieur à ses agissements subis tout l’été précédent. Il mettra 5 mois pour avoir son 1er RDV. C’est toujours le médiateur qui ne peut pas le recevoir. Il explique n’avoir pas voulu déposer la requête pour donner une chance à la médiation. Derrière cela pour moi se cache son souhait d’agir à sa guise et que la loi le laisse faire en toute tranquillité.
    Mais la roue tourne : j’ai fait déposer une requête en contributions aux charges du mariage (les budget qu’il donne sont faux… et je le prouve). J’attends aussi l’audience de conciliation.
    Mais, au milieu de tout ça il y a des enfants. A la demande du père, j’ai accepté la garde alternée. J’étais contre dès le départ car avant la séparation j’estime qu’ il ne s’est pas occupé des enfants. Ca a duré un an, un an où il a fallu échanger, des mails interminables avec des mensonges, des pinaillages, énergivores. Un an pendant lequel j’ai rattrapé ses erreurs pour le bien de nos enfants. Je n’aurai pas dû car aujourd’hui nos enfants ne sont pas conscients de ce qu’est réellement leur père, de ses failles (erreur dans les inscriptions pour les études, les prises de RDV médicaux, …les concernant directement donc et qui, sans ces rattrapages, aurait pu être fort dommageable pour elles). Un an qui m’ont permis de voir et découvrir qui il était vraiment.
    Il est parti en mission loin, très loin et ai pu avoir une de mes filles en garde exclusive, l’autre étant parti faire des études ailleurs. Au départ, il voulait que ses parents fassent 600 km pour la garder sur son temps de garde. J’ai refusé, ne voulant pas que ma fille soit élevée par des gens… Je m’interroge beaucoup sur cette décision.
    Il vient de revenir et a fait le forcing pour remettre la garde alternée en place contre mon souhait. Je lui ai laissé notre fille pour le week-end, il la garde pour la semaine ! Il lui a donné un préavis de 48 h pour ramener ses affaires chez lui (les retours se font le vendredi soir) alors que la date de son retour, pour moi, n’a jamais été sûre et, pour moi, son planning établi sur la garde alternée n’était donc pas valide tant qu’il ne nous avait pas confirmé son retour. Je n’ai été prévenu que mercredi dernier qu’il était revenu. Quant à moi, je lui avait proposé un planning avec un droit de visite tous les week-ends. Il a pinaillé dessus me demandant pourquoi je ne voulais pas des enfants tous les week-ends. J’en ai déduis qu’il ne la voulait pas tous les WE, l’ai refondu en faisant coïncider le 1er WE de garde avec le retour de notre aînée. Lui dit que je suis revenue sur ce que je lui ai dit en lui laissant un préavis de 48 H. Il a vraiment le chic pour retourner tout à son avantage et pour me faire passer pour l’inconstante.
    Pour autant, il ne m’a demandé à voir notre 2ème avant alors qu’il était disponible pour voir le médiateur dès le 16 Janvier ! Croit-il vraiment que je ne lui aurait pas permis de voir sa fille pendant une soirée après 5 mois de séparation ?
    Après, pour la garde, je ne sais pas. Je pense proposer à notre fille de venir ce week-end et de passer la semaine chez son père.
    A la lecture de ses mails, je considère qu’il la prend pour un pion, un objet de lutte contre moi où il aurait gagné une bataille ! Mais ce n’est pas fini.
    Cette période de 5 mois m’a permis de voir que ma fille était mal et que ça avait une répercussion sur ses études. Je lui ai fait commencer un travail avec une psychopédagogue, mais ça va être long. J’ai essayé de la reprendre dans ses études.
    J’espère que la justice va mettre fin à cette garde alternée.
    Aujourd’hui, je refuse de continuer à rattraper ses erreurs. J’ai été trop gentille jusque-là. Je ne suis plus prête à être sa secrétaire qui lui rappellerait les heures de RDV alors qu’ils ont été énoncés à plusieurs reprises.
    Mais la justice prend aussi en compte le souhait de l’enfant, souhait qui n’est basé que sur une partie de la vérité et qui n’est donc pas, à mon sens, objectif. C’est comme cela qu’il m’a maintenu pendant un an pour la garde alternée en sachant que j’ai perdu mon père quand j’étais ado et que je suis consciente que les enfants ont besoin de leur père. Il le sait et joue dessus.
    Comme toi, j’ai sorti tous ses mails sur papier, les ai classé et m’en sert de preuves pour mon avocate. Je passe de longues heures à cela. Lui ne prouve jamais rien dans les courriers de son avocate et laisse ainsi passer des mensonges tellement gros que ça en devient pathétique.
    J’ai plus de mal par rapport à ma fille. Son retour à la maison hier pour reprendre ses affaires manquantes d’écoles (je ne pouvais pas m’y opposer) a été compliqué car j’étais très en colère contre son père et que je n’ai as été très agréable avec elle. Je m’en suis excusée auprès d’elle d’ailleurs et heureusement. Nous sommes des êtres blessés, en passe d’une reconstruction.
    Heureusement, j’ai mon travail. J’étais mère au foyer. J’ai fait une formation et ai trouvé du travail ensuite. J’aide les autres… Mes personnes aidées m’aident par ce qu’elles me font travailler, ce qu’elles me disent (sans en avoir conscience d’ailleurs). Heureusement, ce travail me permet de continuer à être debout et fière de ce que je suis aujourd’hui et du courage dont je fais preuve.
    Car je sais que ce n’est qu’un mauvais moment à passer et que tout va se remettre dans l’ordre avec un peu de patience toutefois et beaucoup de courage.
    Mes larmes coulent sur mon visage.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Marie-Emmanuelle

      J’attends que notre super @Dandoha passe par là pour vous donner son avis éclairé de juriste.

      Sur un plan stratégique, vous devriez vous baser davantage sur les textes de lois et sur les conseils de votre avocat que sur les délires du déséquilibré qui a été votre compagnon. Écouter un pervers narcissique et tenir compte de ses exigences est comme demander à un enfant de 3 ans de gérer votre foyer. Nous savons bien où cela va vous mener 😉

      C’est à vous d’être l’adulte dans l’équation car celui que vous avez en face de vous ne pense qu’à lui et qu’à avoir le dernier mot sur vous. Prendre en considération le bien-être de vos enfants passe bien après son ego démesuré. Réunissez plutôt des preuves pour réduire au maximum son droit de garde des enfants, ce sera bien mieux. On ne discute pas avec un déséquilibré animé par l’esprit du Mal. On le laisse dans son trou et on protège ses enfants et soi-même de ses actions néfastes.

      Ce qu’il vous écrit n’est intéressant que pour préparer votre défense. On s’en fiche de ce qu’il veut ou ne veut pas. Ne soyez pas arrangeante envers cet énergumène au péril de vos enfants. Il n’est rien pour vous. Vos enfants sont tout.

      Bon courage !

      Aimé par 1 personne

    2. Bonsoir Marie Emmanuelle, moi je voudrais juste dire , afin de ne pas decridibiliser les personnes en proie aux PN que quelqu’un qui ment, qui est infidèle, irresponsable et/ou qui fait « des coups de crasse » à son ex en utilisant les enfants n’est pas forcément PN… C’est très courant, hélas… Je ne certifie pas que le votre ne l’est pas , vous avez bien raison de vous protéger en gardant chaque preuve de sa mauvaise foi. Mais dans votre commentaire, je vois une séparation conflictuelle comme il en existe beaucoup , pas de la PN. Je vous souhaite bon courage, Dandoha saura vous conseiller juridiquement. Cordialement

      Aimé par 2 people

      1. Quelqu’un qui vous cache qu’il prend une après-midi de Rtt pour aller entraîner des jeunes à faire du sport et qui vous dit ensuite qu’il la fait exprès de ne pas vous en parler parce qu’il savait que ça allait vous mettre en colère (parce qu’il ne prenait pas bien sûr de rtt quand vous aviez besoin de sa présence à la maison) mais qu’il voulait voir quand même si vous alliez vous mettre en colère ou qui ne verse plus l’intégralité de son salaire sur le compte-joint sans vous le dire au prétexte que vous vous voyez peu alors qu’au moment où il l’a fait, vous aviez passé 6 heures de route seuls dans votre voiture et pris le temps de discuter d’une proposition pour un prochain travail est pour moi un PN. Ce sont 2 exemples parmi d’autres basés sur le mensonge, le vol, la lâcheté et que vous apercevez que, pendant 20 ans, vous avez été utilisée comme un objet avec votre consentement et que son système a commencé à se fissurer à partir du moment où vous êtes réveillée en vous positionnant face à ces agissements, préférant prendre alors la fuite du divorce.
        Mais c’est vrai, je peux me tromper ! C’est vrai que c’est un divorce conflictuel car je ne veux et ne peux pas le laisser faire et dire quand il réinvente,à sa guise, ces 20 ans de vie commune devant la Justice, en particulier sur mon rôle de mère au foyer et le fait que je n’ai pu que peu travailler et sur ma participation financière au sein du couple

        Aimé par 2 people

      2. @Marie Emmanuelle , quelqu’un qui vous cache qu’il prend un après midi de rtt pour aller entraîner des jeunes à faire du sport parce qu’il savait que Ça vous mettrait en colère n’est pas forcément PN. J’irai même plus loin : Quelqu’un qui cherche à vous manipuler n’est pas forcément PN… Lisez le blog et vous constaterez par vous même que le pervers narcissique agit d’une manière bien particulière dès le commencement de la relation. Quoiqu’il en soit , je comprends qu’un divorce dans les conditions conflictuelles que vous évoquez soit compliqué à gérer. Bonne continuation et bon courage à vous pour la suite

        Aimé par 2 people

    1. Bonjour,
      Bravo Lili,
      Je vous félicite pour tous ces bons conseils et je vous admire pour la qualité de la relation avec votre petit. Je souhaite partager le comportement que j’ai adopté face au PN père de mes deux enfants. Après une procédure de divorce acharné qui a duré 7 ans. Le PN a décidé de me dénoncé auprès du service de l’enfance, motif je l’empêchais de voir ses enfants. Comme nous le savons, le PN aime bien la triangulation. Je pratiquais le no-contact absolue. Je suis resté fidèle au no-contact. J’ai toujours été très ferme sur ce point. Je l’ai expliqué à mes enfants. Je collaborais à fond avec le service de l’enfance et avec mon avocat. Le PN pouvait m’attaquer mais plus m’utiliser. J’ai continué à protéger mes enfants du PN. J’ai toujours dit à mes enfants ce que doit être un parent sécurisant. J’ai aussi toujours dit quand leur père ne l’était pas. Et surtout je n’ai rien fait pour eux sans leur avis et leur accord. Nous sommes resté 3 ans au service de l’enfance. J’ai appris à être vraie avec ses enfant. Nous sommes passé à travers. Aujourd’hui je vois mes enfants jeunes adultes libre de leurs parents. Ils ont appris à faire des choix pour eux.
      Je souhaite à toutes le mamans et tous les papas, qui sont en plein dedans, bon courage et surtout de la persévérance pour affronter ce passage difficile.
      Prenez soin de vous
      Bisous

      Aimé par 2 people

      1. Merci beaucoup pour votre partage 🙂
        J’en prends bonne note car je sais que PN me fera passer par les services de l’enfance.
        Et bravo quelle magnifique réussite de voir ses enfants libres

        Aimé par 3 people

  6. Merci Scarlett,
    L’écriture de mon commentaire ce midi m’a permis de conscientiser une chose.
    J’ai voulu protéger en mère poule mes filles.
    La 2ème a 15 ans. C’est très dur de laisser s’envoler ses enfants, mais ainsi va la vie, les enfants ne nous appartiennent pas.
    Elle est assez grande aujourd’hui pour faire ses choix et en assumer la responsabilité. Elle l’a d’ailleurs fait en choisissant son lycée. En fait, je m’aperçois que je n’étais pas prête à lui laisser prendre cette responsabilité et surtout à endosser les conséquences de cela sur sa vie car je sais d’avance que cela lui sera préjudiciable.
    En souhaitant la garde alternée, il faut qu’elle accepte de subir les défaillances de son père et les répercussions sur sa vie. Et moi, il faut que j’accepte que cela puisse être dommageable pour elle.
    Je ne serai plus là pour réparer les manquements de son père.
    Mais je serai toujours là pour la soutenir, l’aider à avancer dans sa vie. Je serai toujours là si elle veut revivre chez moi et arrêter cette garde alternée.

    Aimé par 1 personne

    1. Les enfants ne nous appartiennent pas ils appartiennent à la vie. Ils ne font que passer à travers nous. Ce n’est pas évident de se le rappeler à chaque instant, faite vous et faite leurs confiance.
      Et ne vous en voulez pas, on fait ce que l’on peut.

      Aimé par 3 people

  7. Bonjour,
    Ca fait plus de 4 ans que je suis en cour avec Mon ex Mari MPN et rien avance. il trouve toujours un moyen de reporter les RV à la cour. il n’amène jamais les documents demandés par mon avocat.Financièrement il m’A tout pris. Nous n’habitions pas dans la même ville, il habitait à plus de 500KM de chez moi. Un jour j’ai fait l’erreur d’ecrire dans un affidavit qu’un psy m’avait recommandé de rester loin de lui afin de me protéger et protéger mes enfants. Pendant toute notre séparation il a toujours cru que c’est lui qui m’avait fait du mal en m’abandonnant étant enceinte. En constatant le contraire, il est venu habiter dans la même ville que moi et me menace maintenant de demander la garde de ma fille de 4 ans. dès qu’il a emménagé près de chez moi il a fait appel à la protection de l’enfance pour moi prétendant que j’avais frappé ma fille de 4 ans. ils ont pris la plainte mais fermer le dossier pour plainte non-fondée. Par conséquent, j’étais en pleine évaluation pour devenir famille d’acceuil et je n’ai pas été accépté. Tout porte à croire que c’est à cause de cette plainte non-fondée. Je me demande quel autre mauvais coup qu’il prépare pour moi. Il la voit qu’une fois par mois, mais il fait tout pour lui faire un lavage de cerveau. Avez-vous des conseils à me donner, comment me comporter face à tout cela? Je suis à bout. Et si le juge lui donnait une garde alternée. Il y a t-il une chance que cela arrive même s’il n’etait pas dans la vie de l’enfant pendant près de 4 ans. Comment me préparer face à cette éventualité? Comment ne pas parler à ma fille de 4 ans que son père ment afin qu’elle ne se laisse pas influencer par ses mensonges, quand je sais très bien qu’il lui fait un lavage de cerveau contre moi? Comment faire comprendre à la justice que cet homme est pret à tout pour m’atteindre mais que cet enfant qu’il prétend aimer et déménager à plus de 500km pour la voir plus souvent n’est qu’en fait un objet qu’il se sert pour me faire du mal? Je suis désespérée. Devrait-on dire à la cour que qu’il est PN ou il est déconseiller d’en parler et de juste se tenir aux faits?

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir @Mosi, Dandoha sera une fois encore mieux placée pour vous répondre mais très sincèrement, à votre place , je me contenterais de relater les faits aux magistrats uniquement, avec les preuves. A aucun moment je ne prononcerai le mot « pervers narcissique  » qui a mon avis rend les juges un peu « frileux » si je peux m’exprimer ainsi .., Je me dis qu’ils doivent entendre ce mot tous les jours , très souvent à tort , comme par le passé , ils ont entendu des histoires d’inceste inventées , des syndromes d’aliénation parentales à outrance etc… La problématique de crier au pn « pour un Oui , pour un non  » decridibilise plus qu’il n’aide. C’est « tendance » malheureusement… Mais ce conseil n’engage que moi. Force et courage à vous 🙂

      Aimé par 2 people

      1. Bonjour Historiacyn,

        Merci beaucoup pour votre réponse. Malheureusement dès faits il y en a plein, mais les preuves, très peu vu qu’il est extrêmement futé. Nous ne nous parlons pas au téléphone, mais uniquement par emails ou message texte et il est très courtois lorsqu’il m’écrit. Il ne fera pas cette erreur. Les seules preuves que j’ai sont ces mensonges à la protection de l’enfance. Il a indiqué que l’enfant avait un œil enflé et c’était faux. il y avait bel et bien une petite égratignure qui aurait pu être causé par une feuille de papier ou même l’ongle de ma fille, mais rien de grave. d’autre en plus qu’elle était avec lui durant la fin de semaine. cela prouve qu’il veut uniquement me faire du tort. Autre chose qui pourrait me servir contre lui, est qu’il a abandonné ma fille plus âgée qu’il avait adopté sous prétexté qu’elle avait écrit qu’elle ne l’aimait pas et il prétend qu’elle appelle un autre homme père, ce qui est faux. Il a fait une demande pour enlever l’adoption. Je me dis que n’importe quel juge devrait voir ça d’un mauvais œil, car on n’abandonne pas un enfant puisqu’on est plus avec sa mère. d’autre en plus qu’il lui avait demande de pleurer afin que je retourne avec lui. Dans le cas contraire, il allait l’abandonner et prendre soin uniquement de sa soeur qui est sa fille biologique. Il lui a carrément mis notre divorce sur son dos afin de la culpabiliser. Encore une fois je n’ai pas de preuve de ses dires, mais toutefois j’imagine qu’elle peut témoigner. Aujourd’hui elle a 18 ans mais elle avait que 14 ans quand ça s’est passé. Durant les 4 premières années de notre fille, il n’a jamais essayé de la voir, par conséquent m’envoyait toujours des mails me disant que je l’empêchait de voir sa fille, ce qui est faux, et ca je peux le prouver. Quand nous étions mariés il avait un salaire de 100 000$ /année. Depuis notre séparation il a laissé son travail, retourné à l’école et vivre des économies afin de pas payer de pension alimentaire. Bref, il y en a tellement à dire, j’espère juste que je tomberai sur un bon juge qui voit bien dans son jeu et ne l’accorde pas une garde alternée. J’ai oublié de mentionner que j’ai une vidéo dans laquelle ma fille me mentionne que son papa l’a frappé à l’oeil en lui montrant comment frapper comme il faut, suite à la plainte qu’il avait portée contre moi.

        Aimé par 1 personne

      2. Bonjour @Mosi, je pense qu’un conseiller juridique saura mieux vous conseiller que moi. Je ne voudrais pas vous dire de bêtises. Tout ce que mon cœur de maman peut vous conseiller c’est de suivre ce que vous dit le votre et de toujours vous exprimez calmement en mettant en avant, indépendamment de vos griefs avec leur père, l’intérêt de vos enfants. C’est ce que je ferais si j’étais dans votre situation. Mais c’est à vous de voir avec des personnes plus qualifiées que moi . Je vous souhaite bon courage 🙂

        Aimé par 1 personne

  8. Bonsoir à tous,

    Merci beaucoup lili pour votre témoignage. Vous faites preuve d’une grande force et de beaucoup de persévérance pour vous défendre comme une tigresse je dirais et surtout vous affirmer et vous faire respecter ;)).
    Merci car au travers de vos écrits j’ai pris conscience de l’importance de se baser sur la justice, rien que la justice , de ne laisser place à aucune émotion et de ne se baser que sur les faits .
    Je suis séparée d’un PN depuis bientôt 2 ans et nous sommes passée devant le juge il y a un an. Le Pn ne supporte pas de devoir se plier à la convention (lui même étant un homme de justice…) ; dès le lendemain du jugement il m’a fait des demandes verbales pour en modifier les conditions …j’ai faillie me faire avoir et accepter (j’ai honte de l’écrire) je suis vite revenue à la raison .
    Il essaie très régulièrement de contourner la convention par des demandes plus farfelues les unes que les autres n’hésitant pas à obtenir la validation de ces demandes auprès des membre de sa famille, l’enseignante, ma famille … et à trianguler l’enfant
    Je reste sourde et muette et je transmets ses mails à l’avocate.
    Cela ne veut pas dire que ça ne m’atteind pas , régulièrement je me sents harcelée , piégée, j’ai peur, je doute ( et si j’avais fait une faute) de moi-même et retombe dans un état émotionnel très troublé.
    C’est ce lien émotionnel qui m’est le plus difficile à guérir , à couper définitivement et qui me fait retomber trop régulièrement.

    Si cela peut aider je me protège ainsi :
    -je l’ai bloqué de mon portable (il me harcelait nuit et jour)
    – j’ai conservé une messagerie rien que pour lui que je consulte que très occasionnellement et quand cela me pèse une personne de confiance le fait pour moi
    -j’ai sécurisé au maximum mon compte face book dont lui et tous ses amis et sa famille sont exclus
    – j’ai sécurisé au maximum mes autres boites mails et je suis très prudente sur le net ( je sais qu’il me recherche là aussi )
    -je ne lis jamais ses lettres postales que je déchire immédiatement
    -j’ai enlevé son nom de ma boîte aux lettres (c’est aussi le nom de mon fils mais il m’inscrit régulièrement à des magazine ou autre sous ce nom)
    -je ne vais pas chercher ses recommandés (ce n’est que du blabla)
    -j’enregistre moi aussi les tours de bras ( ça me permets aussi d’analyser ce qui se dit)
    -je ne lui parle presque pas même le bonjour a du mal à sortir
    -je ne réponds pas immédiatement si il a une demande et laisse passer plusieurs jours pour répondre et toujours par écrit
    -je ne lui parle pas au téléphone
    _ Il ne peut appeler son fils que sur mon fixe( l’avocate est au courant ) et là je rencontre une difficulté ; il l’appel tous les soir à 20h (si je ne décroche pas il peut appeler sans discontinue) , mon fils accepte très rarement de lui parler et moi rien que la sonnerie m’angoisse et me paralyse. J’ai compris que ses appels n’étaient en rien pour prendre des nouvelles de son fils mais bien une forme de harcèlement. Si mon fils lui dit  » je ne veux pas te parler » il insiste et ne respecte pas le choix de l’enfant. Régulièrement je décroche et si mon fils dit non soit je raccroche net soit je le laisse parler en off . C’est nul je sais car je crains ses appels, n’arrive pas à prendre de la hauteur avec cette situation par peur que la justice se retourne contre moi et me reproche de ne pas laisser une libre communication entre l’enfant et son père vu qu il n’y a que le fixe.
    Par contre si mon fils souhaite lui parler je l’appel et les laisse échanger.
    – J’informe régulièrement l’avocate de tout ce qui ne va pas , lui transmettant les mails du PN . En un an j’ai du l’informer d’un dysfonctionnement au moins tous les mois.

    Je vous souhaite à tous beaucoup de courage et de force pour vivre au mieux ces situation.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour,

      Vous êtes encore sous emprise avec ses coups de fils, vous savez déjà ce que vous devez faire puisque vous avez quitté ce PN, vous battre pour votre liberté et votre droit au respect. Oui c’est dure, oui cela fait peur, oui vous allez réveiller sa haine. Et oui, plus vous attendrez plus ce sera dure.Voici ce que je ferais, faite le tri :

      – Quand il appelle, enregistrez et décrocher AVEC LE SOURIRE (forcez vous), indiqué lui, si c’est le cas, que votre enfant va bien mais qu’il est occupé ou ne veux pas lui parler et que votre enfant le rappellera si il le souhaite. Il va forcément râler. IMPOSEZ VOUS calmement même entrainez vous avant : Je ne te permet pas de me parler comme cela, je suis chez moi et chez moi ce sont mes règles. Notre enfant te rappellera dès qu’il le souhaite. Il continuera à râler. Recommencez une seule fois : « Je ne te permet pas de me parler comme cela et te signifie que j’ai enregistré la conversation » et raccrocher.

      Il rappellera le lendemain recommencez, recommencez, recommencez.

      – faire constater grâce à vos factures du nombre d’appel et si cela est vraiment conséquent une plainte pour harcèlement avec les enregistrements retranscrit par huissiers sinon une main courante et surtout indiquant que vous allez changer de numéro pour faire cesser cela. Changer de numéro et mettez vous sur liste rouge. Indiquer si l’occasion se présente à PN sur le ton de « tient il pleut « ah oui j’ai changé de numéro » sans vous justifier. Il vous demandera le nouveau, faite l’idiote : « Je ne le connais pas par cœur, mais j’ai mis ton numéro en raccourcit notre enfant n’as qu’une touche pour t’appeler je lui est montré hier c’est hyper pratique ce truc ». Bien sur tout cela enregistrez si possible.

      Mais surtout, surtout, offrez vraiment à votre enfant la possibilité d’appeler son père dès que lui le souhaite. Si vous avez une enquête sociale ou que votre enfant doit être entendu par le JAF, il dira qu’il a entièrement le droit d’appeler son père puisque c’est la vérité.

      Vous et votre enfant méritez tous le respect qui vous est dû.

      Aimé par 2 people

  9. Bonsoir à tous!

    Merci Scarlett de traiter le sujet du « no contact » en version « low contact » en cas de co-parentalité en éditant le témoignage de Lili.

    Je ne suis pas au même stade que Lili et pour le moment ça reste ma décision.

    Je fais donc du « low contact » tout en cohabitant avec mon mari PN et mes enfants dont 2 sont mineurs.

    Aujourd’hui, je ne me sens pas prête pour entamer une procédure de divorce pour nombreuses raisons. Et je souhaite ne pas être jugée de « faible ». Comme je l’ai déjà dit auparavant, je n’ai pas les moyens de me louer un appart pour vivre avec 2 des 3 enfants. Le salaire fort à la maison, vient de mon PN. (j’ai bien pris note de toutes les démarches que certains des intervenants m’ont conseillée de suivre pour obtenir un logement). Mais, je mets dans ma balance ce que je peux obtenir avec un « low contact »+ un détachement psychologique de mon mari PN et un « no contact » en partant de la maison et affronter une procédure qui sera sûrement remplie de crasses venant sa part. Oui et oui, je sais que ça va être comme ça! Et je n’ai pas les « ovaires » en ce moment pour affronter tout cela. Je ne sais pas mentir, je ne sais pas attaquer, je ne sais pas préparer une paperasse qui pourrait contre-carrer toutes les magouilles qu’il sera capable de produire.

    Donc, je dis oui au « low contact » dans mon cas. Et je pense que chacun connaît ce qui lui convient. Chacun sait jusqu’où aller et quand le moment sera opportun pour faire autrement.

    Si vous voulez mes tuyaux, voici les miens, mais qui concernent les personnes qui vivent encore sous le même toit avec leur PN.

    – je l’ai enlevé de mes « amis » FB
    – les échanges sont purement logistiques. Et j’ai la chance de ne pas acheter la baguette de pain pour le dîner, sinon, il y aurait le fameux sms « tu prends une baguette? » 🙂
    – face à ses remarques insidieuses, je reste de marbre (et ce de plus en plus) je connais son jeu pervers, donc je l’anticipe. Je déploie de moins en moins d’énergie à trouver la réponse qui finira toujours par un « oui » ou « non ».
    – j’ai déjà organisé mes vacances d’été sans lui
    – je fais ma vie le we, je sors de mon côté…

    Et c’est sur ce dernier point que je dois vous soumettre une question purement juridique.
    En effet, Mr doit sûrement avoir une vie sexuelle hors mariage mais pas moi. J’ai lu que même en cas de séparation de corps, la fidélité est un devoir. Je pensais commencer par cette procédure puisque Mr ne veut pas divorcer. Et moi je ne veux pas entamer une procédure de divorce sans son consentement car elle risque d’être longue et pénible. Donc, je pensais qu’en obtenant une séparation de corsp, je pouvais faire ma life sexuelle, mettre ma photo sur les sites de rencontre etc, me balader main dans la main tranquillement dans les rues avec un amant, une aventure, un amoureux. Mais niet! L’infidélité peut être une circonstance agravante en cas de divorce, et Mr ne se priverait pas.

    Voici le mail que je lui ai envoyé:
    « Compte tenu d’un devoir conjugal non respecté suite à ta relation extra-conjugale, restant notre cohabitation « nécessaire » pour la co-parentalité, je souhaite te proposer un « gentleman agreement » en attendant que tu acceptes un jour de divorcer.

    Il s’agirait d’un accord afin de nous octroyer une vie sexuelle en dehors du mariage, (liberté que tu as déjà prise) en nous engageant dans une vie commune purement sociale, et en nous autorisant l’adultère, sans que que ce dernier devienne une circonstance agravante lors d’une éventuelle procédure de divorce.

    Ainsi, nous nous déchargeons mutuellement de l’obligation de fidélité à compter de cet accord. »

    Bien évidemment, pas de réponse à part « t’as toujours pas changé d’avis? » et non par écrit mais à l’oral.
    Ce à quoi j’ai répondu « à propos de quoi? »

    J’attends vos remarques et vous souhaite une douce soirée

    J'aime

    1. Bonsoir @Cookie, je me lance pour « les remarques »… 🙂 Si je suis bien , vous souhaitez que monsieur qui , d’après vos dire est PN , accepte de divorcer, qu’il n’y ait pas de conflit, qu’il ait le sourire accessoirement, non , j’exagère, pardon… Quoique , à peine… Chère Cookie, j’ai le regret de vous dire que si votre colocataire est bien PN, les choses ne se finiront pas bien et que soit vous réussissez à retrouver vos ovaires, soit vous restez at vitam eternam avec cet individu… Tout le monde souhaiterait une séparation cordiale mais ce n’est pas toujours le cas et, CE N’EST JAMAIS LE CAS AVEC UN PN , Si ce n’est pas lui qui le souhaite, ce qui ne semble pas être le cas. Je n’ai rien compris à votre mail… Vous voulez son accord pour avoir une relation extra conjugale ?? Je ne vous comprends vraiment pas… Tout n’est que choix Cookie, à notre dernier échange, vous l’avez reconnu que Si vous LE VOULIEZ vous réussiriez à soulever des montagnes ! Alors choisissez mais vous n’aurez jamais le beurre et l’argent du beurre… Il faut trancher… Vous vous libérez et vous vous épanouissez, où vous cohabitez par « confort illusoire » et vous vous donnez l’illusion de gérez la situation alors que vous vous perdez petit à petit… À vous de voir, vous êtes adulte. Mais de grâce, ne donnez pas « des tuyaux » aux autres pour vivre ce que vous vivez… Si vous souhaitez sombrer , sans méchanceté aucune, n’entraînez personne dans votre chute… Je vous souhaite beaucoup de courage !

      Aimé par 1 personne

      1. Bonjour Historiacyn,

        Tout d’abord, je vous remercie d’avoir pris le temps de me répondre. J’ai l’impression de naviguer à contre courant sur ce blog qui est de loin le meilleur pour aider les victimes de PN. Cependant, je ne sais pas si je suis une incomprise ou je m’explique mal.

        Les différents témoignages et le livre que j’ai lu « comment divorcer d’un PN » me paralysent en ce « moment » et je mets « moment » entre guillemets, car tout peut se déclencher dans ma tête du jour au lendemain.

        J’ai peut-être commencé par me reconstruire, me retrouver, reprendre ma joie de vivre, après avoir compris comment mon mari fonctionnait, et petit à petit, je sors de son emprise. Je pense avoir avancé, et ma souffrance diminue petit à petit. Je suis plus lucide: il ne changera pas, il ne m’aime pas, je suis son faire valoir et je ne serai jamais heureuse avec lui.

        Je pense sincèrement qu’une rupture psychologique avec un PN est primordiale et dans mon cas, indépendante de la rupture géographique. Le fait de vivre sous le même toit reste géographique si dans ma tête, je commence à me sentir mieux avec moi-même. Et ma conception actuelle du no contact avec le père de mes enfants est exactement la même que toutes les personnes qui sont parties vivre ailleurs.

        Vous dites que si je continue à cohabiter avec mon PN les choses se finiront mal. J’avoue que sur ce point, je sèche…

        J'aime

      2. Hystoriacin,

        Et sachez, que c’est parce que je vous « écoute » que je vous réponds. Faut juste me laisser le temps de digérer les diverses informations.

        J'aime

    2. Bonjour @Cookie,

      Pour commencer, vous n’êtes ni en no contact, ni en low contact! Vous êtes en contact absolu avec votre PN. C’est votre choix et vous en assumerez les conséquences.

      Ce qui me gêne dans votre commentaire est votre « PN « intérieur » », celui qui vous a fait rédiger ce commentaire et celui qui vous a fait rédiger ce message à votre mari, lui demandant son autorisation pour aller « fricoter » ailleurs!
      Vous dites que vous n’êtes pas prête pour entamer une procédure de divorce : « Et je n’ai pas les « ovaires » en ce moment pour affronter tout cela. »
      Par contre, les ovaires sont open pour « Donc, je pensais qu’en obtenant une séparation de corps, je pouvais faire ma life sexuelle, mettre ma photo sur les sites de rencontre etc, me balader main dans la main tranquillement dans les rues avec un amant, une aventure, un amoureux. »

      Et, pour finir : « Je ne sais pas mentir, je ne sais pas attaquer, je ne sais pas préparer une paperasse qui pourrait contre-carrer toutes les magouilles qu’il sera capable de produire. »
      Vous savez mentir puisque vous vous mentez à vous même, voila le problème!! Le toxique n’est pas à l’extérieur mais à l’intérieur de vous. Préparer une paperasse c’est pareil qu’ organiser ses vacances d’été. On n’a rien sans rien!
      Il y a des sacrifices à faire dans la vie, des deuils. Lisez les commentaires de @gribouille , que je salue au passage! Il n’y a pas de coparentalité, je vous l’accorde, mais quand on veut s’en sortir, il y a toujours une issue. On remet tout à plat et on repart à zéro! La vie est un éternel recommencement! Il faut accepter de mourir pour renaître!

      Vous pouvez commencer à pratiquer le NO contact avec votre toxique intérieur, vous verrez le changement. (vous trouverez toutes les infos sur le no contact sur ce blog)
      Belle journée à vous ❤

      Aimé par 1 personne

      1. Bonjour Étoile, hors mis le « PN intérieur , je suis absolument d’accord avec vous ! Cookie se ment à elle même et se trouve des excuses ! Elle pense que son mail est pertinent, qu’elle contre manipule mais mince quoi , Ça n’a aucun sens pour m’exprimer sans jugement … Je me demande ce qu’elle attend de nous à part être encouragée et validée dans sa déchéance… Perso, je ne répondrai plus à Cookie, je souhaite aider mais là elle va look et les conseils, elle n’en a rien à faire de toutes manières…

        Aimé par 1 personne

      2. Bonsoir @Historyacin,
        Par PN, entendez plutôt « saboteur intérieur », ça vous parlera peut être plus?
        On a tous en nous un saboteur intérieur.
        @Scarlett a mis un terme aux échanges sur le sujet lancé par @Cookie et elle a raison car c’est hors sujet. Je respecte sa décision.
        Belle soirée à vous ❤

        Aimé par 1 personne

      3. Bonsoir @Etoile, le « saboteur » intérieur me parle plus oui 🙂 J’ai vu la réponse de Scarlett après celle que je vous ai faite, je respecte bien évidemment sa décision également. Bonne soirée

        J'aime

    3. Bonjour Cookie

      Votre commentaire est hors sujet et votre question n’a rien à voir avec la perversion narcissique.

      Adressez-vous à un avocat sur la question de la « fidélité sexuelle ». D’ailleurs, je ne vois pas à quel niveau se situe véritablement votre problème si ce n’est une simple affaire conjugale, classique comme des milliards d’autres.

      Un blog ou forum général sur la relation de couple est plus adapté. Ici, nous aidons des personnes qui ont un traumatisme. Je ne souhaite pas que cela dérive dans des discussions badines sur « est-il légal d’avoir une vie sexuelle en dehors de mon mariage ? » ou autres du même genre. J’ai validé votre commentaire pour éclaircir ce point.

      Ce blog a pour vocation de fournir des infos de qualité liées à une souffrance.

      Ceci étant dit, je vous souhaite le meilleur pour votre vie intime.

      Aimé par 3 people

      1. Bonjour Scarlett,

        Loin de moi vouloir partir sur un débat de l’infidélité sexuelle. C’est juste, que parmi les choses qui me font encore souffrir, c’est de ne pas avoir de relations sexuelles. Mon PN sait bien à quel point j’attache de l’importance à cela et comment j’ai souffert dans le passé de ses « punitions ». Pour tout vous dire, c’était son excuse quand j’avais pris du poids « je b… pas les grosses ». C’est seulement quand j’ai réalisé que c’était une excuse comme une autre pour me maintenir sous son contrôle que je me suis dit que ça faisait partie de sa perversion. Et j’ai de nombreuses preuves, ayant fait un 34, un 36, un 38 auparavant, qu’il me tenait par ça. J’ai beaucoup lu à ce sujet, et je confirme qu’il connaît mes failles. Je n’arrive pas à trouver l’article d’une psychiatre qui disait: si le PN sait que la victime prend soin d’elle, il ne lui dira jamais « oh tu es belle! » . Et que beaucoup de PN practiquent l’abstinence sexuelle juste pour se procurer la satisfaction de faire souffrir sa victime.

        En envoyant ce message à mon mari PN, je voulais laisser un constat de son infidélité pour plus tard (une éventuelle procédure de divorce), ça fait partie des « preuves » comme toute autre, qui pourra démontrer qu’il y avait juste une cohabitation co-parentale.

        Ce n’est pas parce que je ne viens plus pleurer dans ce blog, que cela veut dire que je ne suis pas en souffrance. Je le suis moins parce que j’avance, et je ne pense pas être un mauvais exemple de résilience.

        J'aime

      2. @Cookie,

        Plus je vous lis moins j’aide sympathie pour votre CAUSE FRAUDULEUSE et plus je suis INQUIETE pour l’équilibre de vos enfants.
        Je vous cite: “ Loin de moi vouloir partir sur un débat de l’infidélité sexuelle. C’est juste, que parmi les choses qui me font encore souffrir, c’est de ne pas avoir de relations sexuelles. Mon PN sait bien à quel point j’attache de l’importance à cela et comment j’ai souffert dans le passé de ses « punitions ». Pour tout vous dire, c’était son excuse quand j’avais pris du poids « je b… pas les grosses ».” .

        La DIGNITE HUMAINE ça vous parle?😳
        “ YOU TEACH PEOPLE HOW TO TREAT YOU” Dr Phil McGraw

        Vous avez donc enseigné à votre époux comment vous traiter sans aucun respect , et puis vous attérissez comme un satellite en perdition sur cette page, pour en plus vous auto proclamer VICTIME en grande souffrance de ce que vous autorisez via votre je cite “ Low contact”.
        Vous êtes HORS SUJET sur TOUTE LA LIGNE et dans votre vie et sous ce témoignage

        Woman this is how low you put your ownself .

        Ne pas prendre de décisions est pire que de commettre des erreurs
        Si nous ne prenons pas de décisions, il y aura des gens pour les prendre à notre place et nous perdrons le contrôle de notre propre vie. Nous devons être le gouvernail de notre bonheur.
        https://amelioretasante.com/ne-pas-prendre-de-decisions-est-pire-que-de-commettre-des-erreurs/

        THINK HARDER if you can …..

        Aimé par 2 people

      3. My@Scarlett,

        @Cookie est venue faire du syndicalisme et dénoncer la “ grêve du pénis » dont elle souffre, elle a tenté de poser son “ low contact” sur la table des négociations, cependant elle est seul à la table , voilà le cas @Cookie , du déjà lu du déjà vu en matière d’enfants otages.
        Ma question à quand un article sur les godemichets et je suis très sérieuse ?

        Xoxoxo

        Aimé par 3 people

      4. « Ma question à quand un article sur les godemichets et je suis très sérieuse ? »

        => Très bon sujet d’article, ma Dandoha !

        Je te laisse l’écrire et me le proposer 😉

        Perso, je vous avais déjà écrit à toutes – y compris Cookie – qu’elle ne cherche pas de conseils ici mais une validation de son choix de couple/sexualité. Je ne vois même pas pourquoi vous en avez rajouté à la suite de mon commentaire. Quelqu’un qui veut une validation a déjà fait son choix et vous utilise comme miroir « valorisant » pour forcer le raisonnement à aller dans son sens. Je ne dis pas que c’est bien ou pas, mais je ne donne pas dans ce procédé.

        Sa question est de l’ordre privé, elle vit bien son couple avec cet homme – PN ou pas d’ailleurs. Je ne suis pas intéressée par l’intimité des gens satisfaits de leur mariage et qui cherchent des alternatives d’ouverture. Je l’ai écrit très tôt dans la discussion et je le maintiens.

        Libertinage, relation libre, et même polyandrie… Franchement, Cookie, vous faites comme vous voulez !

        Next.

        Aimé par 3 people

      5. Morning My@Scarlett,

        Oh okay , j’ai pas vu ta réponse à @Cookie sur la question. My bad….Sorry!
        Sinon je n’aurai pas perdu mon temps à lui répondre.

        Xoxo

        J'aime

  10. Bonjour,
    Bravo, j’ai moi aussi adopté cette attitude a peu de choses près. cela fait 12 ans et dix jugements. Seul moyen de s’en sortir le collé au jugement, aucune exception, pour les transferts d’enfant j’étais toujours accompagnée de quelqu’un ( témoin) et enregistrement au besoin. j’ai aussi tout archivé et appris a laisser un délais pour mes réponses toujours factuelles. Une vraie partie d’échec ( ce n’est pas de la manipulation c’est de la contre-manipulation donc un besoin pour se défendre).Pour mon enfant je le laisse libre de ces sentiments vis a vis de son père, lorsqu’il reviens en pleurant je l’écoute et même si j’ai envie de lui crier que son père est un ……voila ma solution, je me dis que c’est pour le bien de mon enfant qui va apprendre a faire la part des choses, il se vaccine de son père. Aujourd’hui mon enfant ayant 12 ans je n’échange plus que par mail qu’une ou deux fois par an et c’est toujours encore trop.
    Bon courage aux parents courage.

    Aimé par 1 personne

      1. Happy Thursday @Cookie

        “ Je fais donc du « low contact » tout en cohabitant avec mon mari PN et mes enfants dont 2 sont mineurs.

        Aujourd’hui, je ne me sens pas prête pour entamer une procédure de divorce pour nombreuses raisons” .

        Votre témoignage est un TROLL d’absurdité morale envers vos enfants avant tout et une malhonnêteté intellectuelle vis à vis de vous même.
        Vous patogez dans vos incohérences comme Michael Phelps tenterait de fait un 100m papillon dans les maréquages de l’hamazonie en 9,32 sec.
        La dernière fois que j’ai lu un discours comme le votre c’était au tribunal de la part d’un défendeur qui avait arnaqué pas mal de clients . Il a été condamné pour FRAUDE et expulsé avec femme et enfants manu militari du territoire après avoir été obligé de restituer tout ce qu’il devait , plus saisies.
        Votre “ Low contact” est une IMMENSE FRAUDE .
        Donc j’invite les lecteurs de ce blog à ne surtout pas adhérer ( avec 100 “ h” ) à ce genre d’énormité quasi pornographique après un telle témoignage de la part de @LILI.

        Les grandes erreurs des personnes dépendantes
        https://amelioretasante.com/grandes-erreurs-personnes-dependantes/

        Next please,

        Aimé par 4 people

  11. Happy Thursday @Lili

    J’ai enfin trouvé le temps de vous lire et boire chacun de vos mots comme le meilleur Karak de ma journée!!!!!
    Yes Pretty Mama’ yes ☕️

    That wad Lit and Clean 👑

    TOUT D’ABORD JE VOUDRAIS VOUS DIRE CECI :

    JE VOUS ADORE.COM

    Et puis la juriste que je suis veut vous affirmez ceci:

    JE VOUS ADORE.COM

    Merci de confirmez ce que j’ai affirmer il n’ ya pas si longtemps :
    “ Qu’il a sa vie à faire et ce que nous sommes, nous ses parents, ne le définit pas, LUI.”
    AMEEEEEEEEEENNNNNNNNNNN Yallah!!!!!!

    Pour ce qui est de votre méthode :

    ELLE EST AUSSI SIMPLE ET LOGIQUE ET INTELLIGENTE ET PRECIEUSE ET SAINE que n’importe qu’elle recette de cuisine facile à exécuter.

    Merci de démontrer par votre témoignage que TOUT PARENT qui vient ici sur ce blog se “ plaindre” de ne soit disant pas être en mesure légale et morale d’appliquer ce foutu NO CONTACT est surtout victime deson absence de volonté, détermination et objectivité.

    @Lili Darling ,
    Je vous embrasse Honey sur les deux joues, et si toutefois une mouche venait à se poser sur vous CALL ME GIRL !!!!!

    En ces temps d’aveuglements volontaires et de lamentations indécentes , votre témoignage est Bain d’humanité et de jouvance.
    Ce blog n’est définitivement pas vain. 😉

    Affectueuses pensées, 👑 👑

    She named it for real

    Aimé par 3 people

    1. Hello @Dandoha, Je me suis rendue compte que j’échangeais dans le vide, je trouve cela malheureux pour les enfants de Cookie mais je crois qu’on ne peut rien pour eux. Je suis choquée sincèrement par ses propos… Je peux être compréhensive et ouverte sur des tas de sujet mais là c’est du costaud je trouve… Mais bon , c’est ainsi… 🙂 D’autres ont réellement besoin et envie d’être aidée, ET DE S’EN SORTIR, mieux vaut se concentrer sur elles… 😊

      J'aime

  12. @Scarlett, @Historiacyn, @Etoile230

    “ qui me font encore souffrir, c’est de ne pas avoir de relations sexuelles. Mon PN sait bien à quel point j’attache de l’importance à cela et comment j’ai souffert dans le passé de ses « punitions ». Pour tout vous dire,”

    @Cookie est une dépendante sexuelle, en etat de manque donc il me semble que vous échangez dans le vide.
    Elle est en pleine victimisation.Ce sont les autres qui ne la comprennent pas , ses enfants passent en arriere plan de son ……

    4 situations dans lesquelles le sexe n’est pas la solution
    A partir du moment où le sexe devient compulsif, tout le plaisir qu’il procure disparaît et cela peut rapidement devenir un problème.
    https://amelioretasante.com/4-situations-dans-lesquelles-le-sexe-nest-pas-la-solution/

    Peace,

    Aimé par 3 people

  13. Hello @Dandoha,
    Je suis pliée en 4! Merci pour ce fou rire!

    My@Scarlett,

    @Cookie est venue faire du syndicalisme et dénoncer la “ grêve du pénis » dont elle souffre, elle a tenté de poser son “ low contact” sur la table des négociations, cependant elle est seul à la table , voilà le cas @Cookie , du déjà lu du déjà vu en matière d’enfants otages.
    Ma question à quand un article sur les godemichets et je suis très sérieuse ?

    Ayant côtoyé des boites a fort syndicalisme, j imaginais la scene!! lol!

    @Scarlett, je suis aussi demandeuse d un article sur les godemichets!!
    Belle soirée belles d’âme ❤

    J'aime

    1. @Etoile230,

      Malheureusement mon post n’était pas du tout de l’humour ( sinon j’urai mis les émojis comme d’habitude , mais je comprends taposition 😉 ) mais la schématisation première qui est venue à ma pensée sachant que la France est connue pour ses grêves très démonstratives donc j’ai voulu imager tout le caractère désastreux d’un autre cas de dépendance sexuelle sous couvert d’infidélité.
      Ainsi j’en ai déduis que sur un tel blog relatif à la “ dérive des sentiments” par le PN et sa victime , la question de la sexualité dans le couple devra être abordée à un moment ou à un autre sous forme d’article parce que les cas comme @Cookie confondent pornograhie où la quête de la jouissance fait Loi et désir amoureux dans le couple l’un est de la pure consommation l’autre est un moyen de communication.
      Mais là aussi on voit que chez ces addict du pénis , elle utilisent le sexe du PN comme masturbateur tout comme le PN se masturbe grâce à leur vagin et tout ça sans aucun sentiment affectif , un bal de chairs sans instinct de conservation juste de la consommation de bazar.
      Sauf que là @Cookie est dans un monologue relationnel et aussi un monologue du vagin pour ne pas emprunter le titre de la célèbre pièce de théatre.
      Un autre exemple typique de femme totallement ignarde et ignorante de leur intimité sinon , elle n’en serait pas à une telle déchéance d’elle même et abscence d’estime de Soi.

      L’amour qui se mendie n’est pas de l’amour
      Quand on mendie l’amour, il est très facile de tomber dans le chantage ou la manipulation, et s’oublier soi-même. Il ne faut pas se faire avoir par de faux espoirs, il faut accepter la fin de la relation et faire face au futur.
      https://amelioretasante.com/lamour-qui-se-mendie-nest-pas-de-lamour/Peace,

      Peace,

      Aimé par 2 people

  14. Bonjour,d abord merci scarlett pour votre blog je vous lis depuis un moment et on en apprend toujours. Bravo lili. Je m adresserai plutôt aux enfants et conjoint qui ont des parents toxique le low contact marche aussi si vous êtes victime de diffamation au près de votre famille lettre rar à vos parents à leurs exposant les fait ce qu’il ont dit sa les calme pendant un long moment certes il ne vous laisse jamais tranquille il revienne avec la loi des enfants moi ça a marché lettre rar je respecterait le choix de mes enfants si ils demandent à vous voir ou parler dans mon cas mes enfants ne le demande pas mais elles savent que si elles veulent elles peuvent certes ils essayent de les manipuler en leur écrivant tous les deux ans on laisse répondre nos enfants ensuite il les ignore mais on a la paix pour les frères et soeurs qui essaye de revenir no contact absolu leur provocation ou leur retour s espace. Tenez bon courage

    J'aime

  15. Bonjour et milles mercis pour ce témoignage que je regrette de ne pas avoir lu avant.
    Je suis séparée du PN (père de mon fils) depuis 13 ans mon fils avait un an et je galère depuis j’aurai tellement préférer couper les ponds.
    Bref je vais m’inspirer de ta façon de faire… Toitefois lorsqu’il insiste pour décaler son jour de garde et en profiter pour me verser un retard de pension (pour lequel nous sommes en médiation familiale depuis 6 mois) je refuse mais face à ses sms je serai prête à céder je réponds non car … Il te réponds ou mais…. Et ca n’en fini pas j’ai bcp de mal à ne pas céder… Quelqu’un aurait il trouver un truc pour gérer ca et stopper l’abondance d’arguments …
    Merci par avance

    J'aime

    1. Bonjour,

      Arrêtez de lui parler par texto, s’il le fait, répondez-lui uniquement par e-mail.
      Apprenez à ne plus vous justifier et faites le disque rayé :
      PN : j’aimerais récupérer notre enfant le … au lieu du …
      VOUS : Bonjour, nous avons pris nos dispositions, ce ne sera pas possible.
      PN : Quelles dispositions ? J’ai besoin de le récupérer plus tôt/tard
      VOUS : Tu pourras récupérer notre enfant comme prévu le …
      PN : Je te donnerai une partie de la pension alimentaire mais je dois le récupérer plus tôt/tard
      VOUS : Comme je viens de le dire tu pourra récupérer notre enfant telle date à telle heure. Le « décalage » ne sera pas possible, nous avons pris nos disposition. Bonne journée.
      PN : Dans ce cas la je ne te donne pas la pension alimentaire
      VOUS : Si la loi te l’autorise.

      L’argent ne doit pas être un argument recevable dans votre esprit pour céder à ses pressions, détachez vous de lui et de la Pension Alimentaire. Vous n’avez pas besoin de lui pour faire vivre votre famille, au contraire mais cette pension la loi l’oblige à vous la payer, alors tirer les ficelles de la justice, sans jamais avertir PN bien sur, pour que le jugement sois appliqué à défaut vous avez plus de preuves pour votre défense.

      La manipulation est un jeu qui se joue à deux. Il y a un manipulateur car il y a un manipulé. Si l’un d’entre eux ne joue plus, la partie s’arrête.

      Poser les cartes sur la table, lever vous, tournez les talons, pas besoin de se retourner pour voir sa tête déconfite – VIVEZ

      Aimé par 2 people

      1. Bonjour Lili, encore un mot pour vous redire mon adminiration , vous êtes très forte ! Plein de belles choses à vous 😉

        J'aime

  16. Merci beaucoup, je suis un peu gêné :).

    Ma seule vrai force est d’avoir choisie ! Quand on est face à ce genre d’épreuve il y a deux solutions :
    1 – tomber et pleurer
    2 – tomber, pleurer, apprendre et se relever
    J’ai choisie la deuxième solution.

    Pour apprendre, je me suis servie des livres/site/blogs j’ai tout lu, même les pires sur :
    – Les PN
    – Les victimes de PN
    – La manipulation
    – Le triangle dramatique
    – Les blessures d’enfance
    – La dépendance affective
    – Les étapes du deuil
    – La méditation
    – L’Éducation de nos enfants
    – L’intelligence émotionnelle
    – …

    Pensez-vous qu’un pompier n’apprends pas tout sur le feu avant d’aller l’éteindre ? Si il ne le fait pas il pourrait brûler vif.

    Chaque lecture m’emmenais sur une autre piste, ça à été ma psychanalyse, ensuite j’ai mis les conseils lus en pratiques en essayant auprès de PN mais aussi de mes collègues, des inconnus rencontrés ci et la, tâtonnant, me trompant, ressayant et un jour en y arrivant.

    J’ai fais des séances d’ostéopathie pour libérer le stress, de la méditation assidue dans les moments d’angoisse

    Comme toutes victimes je suis tombée bas très bas, mais nos erreurs sont là pour nous faire avancer. C’est comme le vélo il faut avancer pour garder l’équilibre.

    Oui c’est vrai aujourd’hui je suis debout et forte, parce que j’ai choisie d’apprendre.

    DONNER UN POISSON A UN PAUVRE ET VOUS LE NOURRISSEZ POUR UN REPAS.
    APPRENEZ LUI A PÉCHER VOUS LE NOURRISSEZ POUR LA VIE

    Sur ses belles paroles philosophiques je vous souhaite une supeeeeeeer journée pleine de fun.

    Aimé par 1 personne

    1. Je suis fière de vous, Lili !

      C’est une excellente réussite et je ne sais pas si vous vous intéressez un peu aux philosophies spirituelles mais quand vous m’avez parlé de votre robe jaune, ça a résonné avec les couleurs de la déesse africaine Oshun qui est invoquée pour les questions liées à la fertilité, aux finances et à l’abondance. C’est la mère de la vie, des océans et de l’eau. Un très beau présage pour la suite 🌞

      Permettez-moi de vous remettre votre diplôme de l’Université de la Vie avec mes félicitations ✉🎉 !

      Aimé par 1 personne

    2. @Lili , pour choisir l’option 2 , il faut une grande force ! Certaines restent, hélas, dans la 1. Vous êtes une battante, et vous n’avez pas à être gênée, vous pouvez être très fière de vous ! 😉

      J'aime

  17. Félicitations Lili
    Belle exemple à suivre. Cela montre à celles et ceux qui en doutent que c’est possible de quitter PN, de se relever et de gérer la co-parentalité avec un PN.

    Belle journée sous le signe de l’Amour Universel

    Aimé par 1 personne

  18. Félicitations Lili pour votre témoignage et vos conseils , je vais essayer de les suivre , l emprise est grande , même après 4 ans , je commence seulement une thérapie , si j’avais su je l aurai faite plus tôt , je pensais naïvement m en sortir seule , avec de l auto persuasion …. Vraiment naïve…..
    Un nouveau jugement me pend au nez , je suis scrupuleusement le premier jugement et ne demande Jamais rien au père de mon fils, il a déjà obtenu beaucoup , que veut il de plus …. Me détruire …
    Je suis encore trop impulsive dans mes réponses , souvent dans l émotion , je vais arrêter car c est alimenter son moulin .
    Mais les mails , c est odieux mails d un km de long , accablants, menaçants mais toujours tournés de manière à ne jamais se compromettre , des crises d’angoisses surviennent après leur lecture .
    Dans l idéal , plus de contact du tout , mais avec un enfant il utilise la fibre paternelle , maternelle pour m atteindre .
    Mon avocate me conseil de « lâché l affaire  » facile à dire , j ai aussi envie d affirmer ma posture face à lui , j ai donc décidé de changer d avocat .
    Je déteste les conflits mais ne supporte plus qu’il surf sur les zones d’ombres du jugement très mal rédige à son exclusif avantage , et je dois laisser faire sans rien dire ? Cela m est impossible et me révolte.
    J éprouve de haine , oui une haine profonde contre cet »être humain » qui conceptualise les sentiments mais qui est incapable d empathie et me fait passer pour un monstre .
    Donc Lili , je réitère , Merci pour vos conseils , je me sens moins seule et je sais maintenant que je dois sortir cet individu de ma vie de femme mais pas celle de mon fils , c est son père et il l aime .
    Délicat équilibre à trouver …

    J'aime

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s