[Témoignage + Livre d’or] Déborah : « Ainsi, je ne vous remercierai jamais assez pour le support qu’a été votre blog – c’est grâce à vos drapeaux rouges que j’ai pu m’en sortir après un mois de « non-relation » à peine !  » + Point sur le harcèlement pervers à l’école

Les amis,

Voici un message adressé par la lectrice Déborah, toute jeune, qui apporte sa pierre à l’édifice en nous confiant ses interactions avec deux hommes pervers narcissiques dont l’un, un professeur. Soyez vigilants avec vos enfants, ils pourraient bien se trouver à la place de notre lectrice.

Une source sur laquelle je suis tombée aujourd’hui en faisant des recherches complémentaires sur les moyens légaux de contrer le harcèlement. Ce site est géré par les équipes gouvernementales et traite plus particulièrement du harcèlement scolaire :

http://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/

Les enfants et ados sont des proies faciles pour tous ces déséquilibrés et il est important que chaque parent s’informe sur les procédures légales pour intervenir le cas échéant.

Je vous envoie mes meilleures pensées, comme toujours, et vous incite à la plus grande prudence avec vos enfants.

Vos commentaires et questions à Déborah ci-dessous, comme d’habitude ❤

Crédit photo : magnifique oeuvre de l’artiste Seth Couture de la série « Catherine La Rose Poesia e Arte ».

© SCARLETT – leperversnarcissique.wordpress.com – TOUTE REPRODUCTION INTERDITE SOUS PEINE DE POURSUITES

separateur

Je vous contacte pour plusieurs raisons : la première est de vous remercier. Pour ce site et la résilience qu’il permet.

La deuxième est peut-être de venir nuancer et compléter les témoignages. Voire de sensibiliser. J’ai beau n’avoir que 22 ans, j’ai eu la malchance de rencontrer 2 pervers narcissiques dans ma vie.

Le premier, de mes 15 à 18 ans : un professeur pervers narcissique, qui a détecté que j’étais une élève « surdouée » qui s’ignorait. Je ne m’imaginais pas l’existence de tels êtres. Et moi, trop heureuse de trouver enfin une personne qui me « comprenait » et qui m’enrichissait intellectuellement, j’ai sauté dans cette relation qui est restée une relation peut-être platonique, mais terriblement sulfureuse, malsaine, et d’emprise. L’abus de pouvoir, la séduction perverse, sur une adolescente… – imaginez l’horreur d’un pervers narcissique sur le psychisme d’un adulte en construction et qui n’a rien demandé à personne.

La manipulation était encore plus abjecte parce qu’elle a eu lieu dans un environnement où j’aurais dû me sentir en sécurité !

Ce PN m’a menée à la dépression, il me semblait à la fin entendre des voix – et lui, tout heureux et à qui je m’étais confiée sur mon mal-être, continuait son travail de sape en me ramenant tous les livres sur la folie qu’il connaissait. Comme pour l’alimenter. Il y a aussi eu brimades, humiliations. Une histoire hallucinante qui m’a menée chez mon proviseur.

Car bien sûr, il me faisait des « avances » tout en prétendant être mon ami. Sacrée confusion qu’il entretenait, n’hésitant pas à me parler de sa sexualité – tout en omettant de dire que sa femme, proie principale, attendait un cinquième enfant (rien de mieux qu’un enfant pour manipuler et la mère, et le petit. Nouveau jouet.)

Oui, quand j’y repense, c’était une situation folle. Comment ces gens peuvent-ils se retrouver dans l’Éducation Nationale ?

À la fin de ces 3 ans horribles, j’ai failli me suicider.

Et ce n’est que grâce à la vigilance de ma famille et d’autres enseignants, qui ont détecté mon mal-être, que j’ai été « sauvée de justesse », et qu’il a du donner sa démission (plutôt est parti en congé maladie pour dépression… Tout en continuant à me relancer, sinon ce n’était pas drôle).

Il a même essayé de manipuler ma psychologue une fois parti du lycée, et une fois que j’étais en thérapie. J’ai appris que j’étais un enfant à Très Haut Potentiel à cette époque, et que cela faisait de moi une « victime » des plus sympathiques, étant donné que j’étais vulnérable et solitaire, et que je me sentais rejetée par beaucoup de camarades.

Nous avons mis en place, avec ma psychologue, un stratagème pour le faire venir. Il y est allé en pensant pouvoir manipuler ma thérapeute, mais il s’est senti démasqué et n’a plus donné signe de vie. Ouf.

Le deuxième sinistre sire (narcissique ? PN ? Je n’ai pas eu le temps de savoir, étant donné que j’ai fui aux premiers drapeaux rouges), je l’ai senti venir.

À vrai dire, je crois que j’ai su, au moment où je l’ai « vu ». Il avait le même regard que l’autre.

On aurait dit des clones – un regard pénétrant, vide, qui vous « scannait ». C’était un être machiavéliquement intelligent et dénué d’empathie. Sauf qu’il s’agit d’une personne très, très en vue, un musicien virtuose de mon âge, une célébrité dans mon pays d’origine. Je lui ai servi d’interprète pour un de ses concerts. Ce qui ressemblait à un simple flirt lors d’une tournée a rapidement viré au harcèlement moral… Mais cette fois-ci, j’ai pu mettre de la distance à temps et me protéger.

Ainsi, je ne vous remercierai jamais assez pour le support qu’a été votre blog – c’est grâce à vos drapeaux rouges que j’ai pu m’en sortir après un mois de « non-relation » à peine !

drapeau-rougeLes phrases assassines, les blagues cassantes, les phrases à double voire triple sens, l’impression de tourner en bourrique, le flou, le sentiment de malaise, l’emprise, la fatigue physique, les maux de ventre, le love-bombing et les moments de rejet, l’impression que tout va trop vite, les sollicitations sexuelles incessantes, les « suis-moi, je te fuis », l’instinct qui hurle, alerte, les rêves qui s’intensifient, et cette forte intuition que tout est trop beau pour être vrai.

Je suis aujourd’hui en thérapie pour comprendre ce qui m’attire et me révulse dans ces personnages. La psychologue pense que le deuxième manipulateur a été « celui de trop », celui qui m’a permis de régler mon conflit psychique avec le premier. Je dois aujourd’hui reconstruire ma vision de moi en tant que femme adulte. Parce que j’ai été privée de ma « féminité » par un homme qui m’a littéralement « volé » mon adolescence, et m’a fait manquer mon début de vie adulte, m’a privée de relations normales avec des jeunes de mon âge (il m’avait isolée de tous, semblait jaloux de mes amis garçons, me faisait des réflexions sur mon style vestimentaire ou ma coiffure, n’omettant pas de dire qu’il me trouvait très séduisante. À 16 ans, on ne se rend pas forcément compte que l’amour, ce n’est pas ça… Et je culpabilisais énormément de cette « histoire interdite » et impossible).

Pour moi… Le chemin de la « reconstruction » est difficile, mais j’ai la chance d’être très jeune et de ne pas avoir trop souffert d’une vie de couple avec un pervers. Je dois travailler sur mes failles narcissiques pour construire une vie amoureuse épanouissante, et ne pas reproduire ces simulacres de relations qui ne sont que des impasses.

Les jours où je me dis que c’est une fatalité, que je ne vais « que » vers les narcissiques et PN, je lis votre blog, et je me rends compte que c’est lorsque je m’estimerai assez que je rencontrerai, éventuellement, un partenaire. Mais que pour le moment, c’est moi-même que je me dois d’apprivoiser.

Et vous faites un travail hors du commun en martelant à des femmes, dotées d’énormes qualités mais qui l’ignorent (pas de prise en charge de ma douance pour ma part, ni de thérapie après le 1er manipulateur pour m’expliquer ses rouages, ainsi que ma dépendance affective, ma peur du rejet et de l’abandon liée à cette enfance très solitaire), qu’elles peuvent vivre seules et épanouies, et que l’amour d’un autre n’est pas la clé à leurs turpitudes et à leurs manques ! L’amour n’est pas, jamais, une compensation ou un moyen de combler des failles. C’est une liberté ou une dimension de vie supplémentaire, mais en aucun cas forcément nécessaire pour se sentir complet.

Alors encore une fois merci, et j’espère que cette sensibilisation puisse peut-être porter ses fruits…

Déborah

© SCARLETT – leperversnarcissique.wordpress.com – TOUTE REPRODUCTION INTERDITE SOUS PEINE DE POURSUITES

Advertisements

22 réflexions sur “[Témoignage + Livre d’or] Déborah : « Ainsi, je ne vous remercierai jamais assez pour le support qu’a été votre blog – c’est grâce à vos drapeaux rouges que j’ai pu m’en sortir après un mois de « non-relation » à peine !  » + Point sur le harcèlement pervers à l’école

  1. Happy Sunday @Déborah

    Tout simplement magnifique. Et retenez que tout ceci n’a pas de hasard à votre âge, ainsi vous en finirez rapidement après thérapie pour une vie équilibrée saine et libre de FEMME FORTE que vous êtes déjà. Vous renforcez l’armure Bienvenue au club BRAVO!

    Les choses que les femmes fortes ont en commun
    https://amelioretasante.com/choses-femmes-fortes-ont-commun/

    Take care Beautiful 😉

    Aimé par 8 people

  2. Bonjour chère Déborah, tout d’abord , un grand merci de partager avec nous votre histoire. Et merci aussi @Scarlett, de nous appeler à la vigilance au sujet de nos enfants, c’est très important . Votre intervention @Déborah, est très émouvante de par votre jeune âge lors de votre relation avec ce professeur malsain. On dénonce souvent la responsabilité des femmes qui sont en proie à des PN mais votre cas est , je pense différent. Comment auriez vous pû, même avec un haut potentiel, tout juste sortie de l’enfance, vous méfiez de quelqu’un qui , de plus, a autorité sur vous ? Je vous félicite pour votre lucidité, sur vous même , votre volonté à vouloir colmater vos brèches, à aller de l’avant ! 👍🏼 Je souhaiterais vous dire que , certes pendant son adolescence on doit continuer de grandir loin de ces prédateurs mais vous pouvez éprouver une grande gratitude envers la vie d’avoir déjà tant appris. Cette expérience vous servira tout au long de votre existence ! Vous avez 22 ans , vous êtes intelligente , votre seconde expérience vous prouve que vous êtes à même de repérer très vite ces personnes maintenant, alors faites vous confiance, apprenez à vous aimer et tout ira bien pour vous ❤ Force et courage ! 💪🏼😉

    Aimé par 4 people

  3. Bonjour @Deborah,
    Merci pour votre témoignage qui est très touchant! Vous êtes si jeune et en même temps, quand je vous lis écrire ça « L’amour n’est pas, jamais, une compensation ou un moyen de combler des failles. C’est une liberté ou une dimension de vie supplémentaire, mais en aucun cas forcément nécessaire pour se sentir complet. ». Vous avez tout compris. Continuez à garder votre vibration haute empêchant tout toxique de vous approcher. En tout cas, c’est ce que je vous souhaite pour la suite! Une très belle continuation @vous et plein de belles choses et de belles rencontres.
    Avec toute ma bienveillance, ❤

    Aimé par 4 people

  4. Bonjour Déborah,

    Votre témoignage m’a touchée. Vous faites preuve d’une grande maturité et vous me donnez envie de m’inspirer de vous, étant aussi jeune que vous et ayant beaucoup à apprendre.

    N’en doutez plus, vous êtes une personne magnifique.
    Je vous souhaite beaucoup de bonheur.

    Aimé par 2 people

  5. Bonjour Déborah,

    Merci beaucoup pour ton témoignage, qui fait écho en moi… J’ai été aussi manipulée par un PN prof. Le plus ironique fut que je ne m’en suis rendue compte que 20 ans après… lorsque nous nous sommes revus, et que je suis tombée dans ses bras/son piège.

    Comment ces gens se retrouvent-ils dans l’Education Nationale ? Par méconnaissance du profil, et surtout, absence d’évaluation psycho avant le concours. Pourquoi ils y vont ? Parce qu’avec environ 200 jeunes malléables qui passent entre vos mains chaque année, un tel vivier de proies potentielles, c’est du pain bénit pour un PN. (Je pousserai même le cynisme en ajoutant que l’on forme les nouveaux chefs d’établissement aux techniques de manipulation, mais là n’est pas le sujet…)

    J’avais toujours cru être une ado solitaire, sérieuse, au-dessus des flirts et émois de mes camarades, alors qu’en fait je n’avais de place dans ma tête que pour mon prof. Un « vol d’adolescence », tu l’as très bien formulé. Pour moi, un empoisonnement progressif de ma vie avec ce fantasme qu’il a implanté en moi. Et depuis que je sais QUI il est, l’impression de me découvrir.

    Tu ne le vois peut-être pas encore, mais il y a de positif dans ton parcours. Tu as réagi au 2ème Malsain. Tu as su voir les drapeaux, tu t’es prise en main pour ne plus subir ce genre de personnage. Tu t’es sauvée, et tu le dois à toi seule.
    Ton adolescence ne reviendra pas, malheureusement, mais tu es à l’orée de tes années de jeune femme. Tu es sur le seuil de cette bâtisse que sera ta vie d’adulte : elle est là, elle t’attend, et il n’y a que toi pour la construire, l’aménager comme tu le souhaites.
    Tiens bon. Le chemin de la (re)construction est long, difficile parfois ; gratifiant, toujours.

    Encore merci pour ton témoignage.
    Je te souhaite beaucoup de lumière sur ton parcours. 🙂

    Aimé par 5 people

  6. Bonjour Déborah, vous pouvez être très fière de vous. Votre témoignage est d’une grande lucidité pour votre âge. Vous avez eu du courage comme le dit justement Historicyn malgré l’autorité que ce professeur représentait pour sauver votre peau. Et comme vous avez pu lire en parcourant le blog je ne suis pas étonnée que PN a choisi une voix où il pouvait asseoir son emprise…ils choisissent souvent des postes stratégiques. Vous vous ouvrez vers une vie sereine. Je vous souhaite beaucoup de bonheur jeune Déborah.Bravo !!

    Aimé par 3 people

  7. @Deborah et @Thelxinoë

    je vous cite : “Comment ces gens se retrouvent-ils dans l’Education Nationale ? Par méconnaissance du profil, et surtout, absence d’évaluation psycho avant le concours.”

    Je sais que my @Scarlett n’aime pas l’association de PN a sociopath ( ce que je comprends parfaitement dans le jargon psy) , cependant sur le plan légal c’est effectivement le cas, voire dans certains établissements psychiatriques.
    Je vais tenter de démontrer mon affirmation de la façon suivante, comme si j’avais eu à défendre le cas de Déborah:

    Les PN ont une image sociale très attractive qu’ils chérissent , on dira une Face Dr Jekyll soit l’image vitrine qui se doit de se fondre dans un statut “notable » insoupçonnable et en privé s’expose Mr Hyde le monstre froid aux comportements psychopathiques puis “ sociopathiques” in extend, que nous avons exposés dans ce blog sur tout ses aspects dont le plus marquant est celui de la rage narcissique:
    https://leperversnarcissique.wordpress.com/category/rage-narcissique/

    Sur ce type de questionnement le lien avec l’attrait pour les pédophiles autres sociopathes reconnus, pour l’éducation nationale est liée.

    L’éducation nationale est un service publique, un statut relevant de la notion de service publique qui se veut dans sa philosophie une activité « noble » de don de soi sur tous ses aspects et de reconnaissance aussi. Le prestige apporté par cette profession et ses avantages dont le premier est celui de l’autorité “acquise” permet à ce genre de profils sociopathiques que sont les PN et pédophiles d’assoir leur pouvoir donc emprise et domination machiavélique en toute légitimité et de la façon la plus sournoise que possible, soit le parfait compromis pour Dr Jekyll et Mr Hyde.
    Il faut se rappeler que la parole de l’enfant n’a été reconnue et entendue que très recèment sur le plan légale avec l’avènement du divorce et de la garde alternée surtout et seulement à artir de 13 ans ( c’est bien connu l’enfant ne sait pas ce qu’il veut 😉 , mais il n’oublie jamais 😉 ), l’étendue des droits accordées aux enfants mineurs en matières de protection est très récente comparée à l’histoire du Code Civil en France.
    Sur le plan international il est encore difficile d’obtenir la ratification de la Chartre de Droits de l’enfant, par exemple aux Etats-Unis.
    Mais aussi se rappeler de l’envergure d’un éducateur du peuple dans la société il n’ y a pas si longtemps.
    Où enseignant et magistrat relevaient du même prestige, donc plus encore quand vous avez l’agrégation et donc le professorat.
    Donc il ne faut pas s’étonner que les PN s’engouffrent dans ses professions de service publique ( totallement et volontairement aveugle pour ne pas faire de vagues bien souvent) comme ils s’engouffrent aujourd’hui dans les sites de rencontre, du fait de l’opportunité d’accès aux proies multiples.
    Pourquoi une démonstration faite en parallèle à celle des pédophiles en milieu scolaire??!!
    Tout simplement parce qu’un pédophile est aussi un PN inévitablement ( en effet légalement il est trsè facile de démontrer la confusion des genres sur le plan manipulatoire et violent), même si tous les PN ne sont pas forcément pédophiles, Attention!!!.
    Les deux profils sont des profils aux points communs nombreux dont la limite chez les PN demeure contrairement au pédophile dans le passage à l’acte d’abus sexuel sur mineur par ascendance.
    Donc trouver un professeur PN dans le milieu éducatif ou tout autre environnement similaire n’est en réalité pas du tout une surprise et ne soyez pas étonnés que sur le plan pédagogiques ils excellent , une autre façon de brouiller les pistes…

    Et rappeler vous que être pédophile est un crime reconnu par le Code Pénal, mais être PN non.

    Peace,

    Aimé par 3 people

    1. Bonsoir Dandoha,

      Ah, mais je ne suis plus étonnée, je suis plutôt dans le constat, désormais (et dans l’EN incidemment). 😉

      Etre PN n’est pas (encore ? Fol espoir) un crime, j’en suis bien consciente. Ce que je voulais faire passer à Déborah, c’est qu’avec seulement un extrait de casier judiciaire et un examen médical (et un seul !!) en tout début de carrière, il existe un certain nombre de personnes instables / malsaines (littéralement comme figurativement) qui exercent malgré tout dans l’EN, hélas. Je te rejoins par contre sur l’abjecte insistance du ministère à ne pas vouloir faire de vagues (re-hélas).

      Toutefois, j’avais oublié dans ma réponse un élément que tu soulignes très bien : l’image sociale / le prestige / les bénéfices corollaires (job with benefits? Yuk!) qui découlent de la position d’enseignant (prof, maître, etc). Le « mien » a tellement le prestige a coeur qu’il est devenu chef d’établissement, d’ailleurs… ^^

      Bref, encore une fois, comme tu nous le rappelles, ils flairent la chair fraîche facilement disponible comme d’autres achètent leur steak au supermarché… x)

      Aimé par 2 people

  8. Ce qui me fait plaisir pour vous Déborah c’est que vous êtes déjà armée pour repérer les PN , vous l’avez prouvé en croisant le deuxième !
    Je vous souhaite une belle vie remplie de bonheur

    Aimé par 1 personne

  9. Bravo Deborah pour votre témoignage, vous êtes jeune et ca c’est précieux !!!! et vous avez su cibler à qui vous aviez affaire, c’est vraiment important.
    Vous allez vous reconstruire car vous avez tout compris! Les PN choisissent de belles personnes, ils savent les repérer, les cibler, votre premier PN a compris votre intelligence et il a essayé d’en tirer profit.
    Je confirme ce qui est écrit dans les post précédents, les PN ont très souvent des postes « stratégiques », ils sont très appréciés dans leur milieu professionnel et en société aussi d’ailleurs et laissent paraître leur bon coté qui n’est qu’une façade derrière laquelle se cache des « montres et pourritures » en puissance. Je reviens de loin, j’en suis consciente et c’est grâce à ce blog, et toutes les personnes qui y participent que j’ai pu ouvrir les yeux, ca a mis un peu de temps on va dire, je n’ai pas eu le déclic aussi rapidement que vous et à votre jeune âge, mais l’essentiel c’est de s’en sortir.
    je vous souhaite une belle vie remplie de joie, amour et bonheur… vous avez toute la vie devant vous…
    bien à vous…
    Liliane

    Aimé par 2 people

  10. Je vous remercie pour tous ces messages, ils me font chaud au cœur… Et me permettent de ne pas « replonger » avec le 2ème.
    C’est très difficile, puisqu’étant une personnalité publique, je vois sa tête partout dans les médias.
    Mais je m’accroche à vous, no contact, blocage téléphonique et réseaux sociaux. Le premier mois a été très difficile, je ne voulais pas croire que j’étais retombée sur le même genre de personne, mais force est de constater que si. Avec le recul et la sortie progressive de l’emprise – si, c’est un PN carabiné.

    Le problème avec nos amis les PN, c’est que ce sont de véritables professionnels du « gas lighting » et de la culpabilisation. Mais aussi, du contrôle et du renforcement narcissique.
    L’EN est donc une estrade, les cours étaient un véritable « théâtre », un espace où le PN prof se mettait en spectacle. Les élèves adoraient son « humeur jeune et contestataire », mais certains sentaient qu’il y avait quelque chose qui ne tournait pas rond. Les PN vivent pour manipuler, et manipuler une classe c’est énorme : imaginez sa jouissance de passer 1/4h d’heure à disgresser sur sa vie privée, rire avec nous; avant de décréter que nous étions infernaux et nous coller une interro collective le reste de l’heure. Quand on osait protester : « Montrez-moi que c’est punitif, et que je ne l’avais pas prévu avant cette heure ». Des pros du baratin, tout toujours de notre faute.
    Pour en revenir aux drapeaux, il y a encore des éléments – objectifs cette fois-ci – qui peuvent sauver. Si vous avez tendance à brider votre instinct ou intellectualiser, raccrochez-vous à ces éléments, ce sont des FAITS OBJECTIFS qui resteront à votre disposition même si vous succombez un peu au chant des sirènes.

    1/ Les addictions.
    Les 2 PNs que j’ai connus étaient de grands consommateurs de café et de cigarettes. L’origine est facile à expliquer : du fait de leur structure psychique qui ne laisse pas de place au sentiment, ils ressentent une intense sensation de vide et d’ennui. Ce sont des « rois sans divertissement », qui n’osent pas contempler l’abîme – que dis-je, le néant ! – de leur existence (merci Blaise Pascal, comme quoi, rien de nouveau sous les soleil). Les PN doivent obligatoirement se stimuler. S’échapper. « S’inspirer », comme le dit le 2ème PN. Ce dernier m’a avoué, de but en blanc, qu’il prenait des drogues, buvait seul ou accompagné et ce depuis sa prime adolescence, qu’il se promenait la nuit dans des bâtiments abandonnés, qu’il adorait les jeux d’argent ou les jeux érotiques (le strip tease, cette forme de frustration et de contrôle). Ils se vantent parfois d’avoir été délinquants juvéniles, amateurs de rêve parties. Et – est-il besoin de le dire – leur sexualité est consommatrice. PN2 m’a balancé de but en blanc alors que nous nous connaissions depuis seulement quelques heures : « en ce qui concerne les « affaires séculaires », c’est jamais deux sans trois. Cela dépend quand même des délais. Mais ce ne sont « QUE trois femmes » (sic !!), je ne suis pas particulièrement fier de moi ». Oui, vous avez lu entre les lignes : la triangulation, le malsain, l’hyper consommation… Et ce vieux fantasme du « elles se battent pour moi ! », c’est d’un pathétique.

    2/ Le téléphone. Aaaaah, le téléphone et les PN. Les 2 que j’ai connus adoraient les SMS. Ils pouvaient répondre quand ça leur chantait. Et jouer sur la dépendance affective et l’effet d’addiction. « J’ai besoin de réflexion pour répondre à tes messages, cela pourrait être insultant autrement. » Mouais – pas plus insultant que mettre 5 jours à répondre.
    Les mails aussi, où ils laissent libre cours à leur incroyable blabla. Et ce sont de très beaux-parleurs. En revanche, ils détestent parler de vive voix, souvent. Et ils font passer leurs messages par autrui (je me suis retrouvée à appeler le consulat avec le portable du PN2 , pour m’exprimer en son nom – et dans sa propre langue. Quand on dit que vous êtes leur mégaphone…)

    3/ « Le private joke ».
    Je me souviens d’une chose, une et une seule, que m’a dite le professeur : « Je me fais des blagues à moi-même ».
    Des blagues incompréhensibles qui les font se tordre de rire.
    PN 1 : il s’amusait à coller des bouts de papier sur mes notes lorsqu’il me rendait des DS. Si je voulais voir la note, je devais essayer d’arracher le papier, et bien sûr, je détruisais toute ma copie en même temps (sans réussir à voir la note, oh superbe ironie !). Une autre fois, il m’a rendu une copie entière avec des « tampons » dessus, des tampons pour maternelles. Un torchon. Tout ça parce que j’avais osé lui dire que que tamponner prenait 2 n… C’était sa façon de se payer ma tête.
    PN 2 : « L’inspiration ». Le PN est un vampire. Il le sait, il l’assume, et il aime de foutre de la gueule du monde. Quand un PN a du pouvoir et une exposition médiatique, il l’utilise pour menacer et faire passer des messages. Le mien m’a larguée en me souhaitant « Le plus d’inspiration possible pour cette année 2017… oh ! seigneur, ce n’est pas ce que je voulais écrire 😀 ». J’ai compris la blague en lisant son interview, donnée 2 jours avant : « Dans la vie, je ne cherche pas à être heureux. Je veux vivre le maximum de choses. Je n’aimerais pas être juste une machine à jouer. Sans passer pour hypocrite, j’aimerais dire que ma plus grande inspiration, c’est l’amour et le rejet. Oui, avoir un cœur brisé, tout le monde en a fait l’expérience ». Hum… Omettons juste de préciser qu’il ne s’agit pas de son cœur, mais du cœur de ses proies. Il se nourrit de son sadisme, et se fait passer ensuite pour un pauvre artiste malheureux et maudit, ce qui est vrai dans son esprit de malade mental. Un refus de rapport sexuel, un rejet, un affront – et le voilà privé d’amour. Pauvre chose.
    Mais ne vous y fiez jamais : dans une autre interview toujours : « Je n’ai pas un contact facile avec les gens. Mais si je noue une relation plus proche, cela peut devenir… Très distrayant pour moi (rires). »
    . Les PN sont des sadiques purs, et ils en jouissent- comme ils jouissent de l’humiliation et de leur impunité. N’ayez pas de pitié pour eux, ils n’en auront pas, jamais, pour vous.

    4/ Internet et le PN
    « Ajoute-moi sur FB ! … Ah mais il n’y a presque rien comme infos sur toi sur ton profil. Si tu vas sur ma page pro, elle est alimentée régulièrement, n’hésite pas ! ».
    Aaaaah. Les PN et internet. Souvent, ils sont excellents pour y entretenir leur image et pour gérer leur réseau social. Polis, courtois, adeptes des selfie et des images prestigieuses. (Et ils abusent aussi des émoticones, sans doute pour rehausser ou jouer des ressentis qu’ils n’ont pas, ce dont ils ont conscience, et ce qu’ils compensent virtuellement).
    Le PN se met en valeur, certes, mais le PN est aussi un stalker. Il réseaute ses amis, les connaissances professionnelles, mais aussi les proies. Toute information qui est sur votre page, et qui n’est pas protégée, est susceptible d’être utilisée contre vous ou afin de vous manipuler. Il est essentiel de les bloquer des réseaux sociaux. D’abord, pour vous protéger émotionnellement et ériger une barrière. Mais aussi parce que le PN, en bon maniaque du contrôle, viendra « checker » vos faits et gestes. 5 jours après la « rupture », PN2 a pris la peine de revenir sur FB et relire les messages échangés. Voyant que je ne le relançais et le harcelais pas, il a pris la mouche et m’a mise sur liste rouge. Je peux lui envoyer des messages, mais je ne peux pas savoir quand et s’il se connecte. C’est un moyen de déséquilibrer la relation, introduire un rapport de force.
    Mais PN2 ne m’a jamais, jamais bloquée ! Parce que pour eux, c’est garder un œil sur leur harem virtuel. J’ai dû le faire moi-même. Un comble, alors que c’est soit-disant lui l’instigateur de la rupture.
    Donc le PN stalke. Il aimerait vous voir vous enfoncer dans un abîme de desespoir, parce qu’il est sorti de votre vie, parce qu’il n’est pas là. S’il vous voit heureuse, il reviendra. S’il a une page FB, il l’utilisera pour faire passer des messages, tout en subtilité. Et il espère que vous le flatterez en le likant. Il reste en contact avec toutes ses ex. Il ajoute des gens régulièrement aussi, parce qu’il sait qu’avec l’effet d’addiction créé, une proie se sentira blessée par la nouvelle. Tenez bon et n’entrez jamais dans le Jeu du Je.
    No contact, mes amies. No contact, sinon – la vengeance sera terrible, je vous le garantis.
    Et croyez-moi : ces faits sont si énormes que même la tête dans le guidon, ils sont des drapeaux rouges TELLEMENT PUISSANTS que vous aurez toujours un moyen pour les détecter. Raccrochez-vous à eux.

    Dernier message que Scarlett répète, répète encore – et que je confirme : ces gens vous ont détesté(e)s parce que, en dépit de tout leur brillant, vous possédez quelque chose qu’eux n’auront jamais. Vous êtes souvent tout aussi, voire plus brillante qu’eux. Vous pouvez avoir un statut hiérarchique inférieur, ou une moindre reconnaissance sociale (en apparence). En réalité : vous êtes souvent aussi doué(e) qu’eux, très souvent plus. Vous excellez dans des domaines qu’ils envient, affectionnent, que leurs parents aimaient et désiraient pour eux (petit PN qui n’est jamais devenu ingénieur détestera une femme ingénieur qui a réussi là où il a échoué par exemple). Vous avez des talents artistiques. Vous parlez plusieurs langues. Vous avez des activités épanouissantes. Vous voulez voyager. Vous avez une joie de vivre communicative, et c’est pour ça que l’entourage vous apprécie. Vous avez un cercle d’amis divers, parfois un très bon réseau, que vous avez construit par vos compétences mais aussi votre personnalité – et ça, PN ne le supporte pas, car lui a besoin de manipuler pour obtenir ce résultat. Vous réussissez en réalité naturellement là où son aspect « asocial » lui fait faire des efforts. Vous communiquez aisément et avec sincérité (parfois, souvent, trop). Seulement voilà – il y a un moment de vie où vous vous sentez faibles, ou alors, une de vos blessures d’enfance vous appelle. Et c’est le drame.
    Pour mon cas, PN2 a tiré la tronche car, bien qu’étant une star, c’est vers moi que les officiels étrangers venaient – parce qu’ils étaient impressionnés par le fait que je sois polyglotte, et aussi parce que je m’intéressais à leur vie, à leurs ressentis, ce qui n’était pas le cas du PN dénué d’empathie. J’étais son interprète, mais je lui ai volé la vedette – à force de se désintéresser des autres, de leur faire comprendre qu’il n’en avait rien à faire d’eux, il a fini seul dans son coin. Et ça, les PN DÉTESTENT. S’ils ne sont pas le centre de l’attention, ils s’isolent. Et lorsqu’ils reviennent vers la proie qu’ils jugent responsables de ce « rejet social », ils lui feront payer cet « affront ». Rendez-vous compte : quelques heures d’affront pour un mois entier de gas lighting. Si ce n’est pas démesuré…
    Et moi, je suis entrée dans le piège parce qu’il m’était intellectuellement inconcevable qu’un artiste prodige soit en réalité un être si complexé et mal dans sa peau, alors qu’il a en théorie tout pour être heureux !!! Attention, ces êtres sont incapables de voir la beauté, et la leur en premier. Ils attendent de vous que vous les confirmiez dans la légitimité de leur existence, ils sont en réalité très faibles sans vous.

    Alors… Tenez bon. Gardez le cap.
    Aimez-vous. Dites-vous que paradoxalement, ce sont vos immenses qualités qui ont attiré le PN, mais que ce sont aussi vos incroyables failles qui vous ont entraîné(e)s à le laisser venir à vous.

    Vous pouvez devenir la meilleure version de vous-même. Gardez vos qualités, mais suivez une thérapie pour vous comprendre et apprendre à poser vos limites, à vous estimer.
    Vous êtes votre plus grand trésor, et aucun vampire ou autre triste sire n’a le droit de venir violer ce sanctuaire.

    Aimé par 6 people

    1. Bonjour chère Deborah

      Merci pour ce commentaire complet.

      Les PN prospèrent vraiment sur des personnes qui accordent finalement beaucoup plus d’attention et d’intérêt aux autres qu’à elles-mêmes. Ceci est une constante et je pense que c’est au cœur de la capacité à tourner la page ou à demeurer dans le fanatisme pro-PN. Dans le sens populaire du mot « fan », qui n’est pas très sain finalement quand on détaille ce profil.

      Honnêtement, aller sur la page Facebook d’une tierce personne pour vérifier son profil, voir si la personne vous met sur liste rouge ou si vous pouvez voir s’il y a eu connexion, quand, comment, où… Est un mode de fonctionnement que je ne comprendrai jamais. Quel est l’intérêt ? C’est très étrange mais colle bien encore au fait de donner plus d’attention aux autres qu’à soi.

      L’addiction est un mécanisme auto-entretenu qui ne marche que quand on ne s’accorde aucune valeur. Par exemple, c’est étrange d’aller surveiller qui a été rajouté, qui commente, qui est la « nouvelle ». Une fois que votre décision est prise, vous devez vous y tenir. Ce qui sous-entend couper tout lien émotionnel avec cette tierce personne qui n’est qu’un être humain parmi d’autres. Le détachement est une vertu à cultiver impérativement afin de ne pas tomber dans ce genre de panneau. Tout comme la notion d’altérité = l’autre est autre et n’est pas moi donc lâchez prise.

      Les personnes qui s’accrochent aux PN, qui ont du mal à lâcher prise sont dans une fusion avec l’autre. A mon avis, elles ne fusionnent d’ailleurs pas qu’avec le PN mais avec tout le monde. Elles n’ont pas de sens de la limite, à la fois physique et psychique, entre autrui et elles-mêmes. Dangereux comme raisonnement et très étrange là aussi.

      Voilà les petites réflexions de début de semaine.

      Merci encore de votre participation ❤

      Aimé par 5 people

      1. Merci pour vos réflexions.

        Je pense que plus que de la fascination, il y avait chez moi l’envie de résoudre une énigme humaine ». Comme quoi, ce qui fascine au-delà des statuts, c’est parfois… l’envie de comprendre, le défi que pose à la raison l’existence de ce genre d’êtres.

        Mais fort heureusement, cela fait un mois que je suis en « détox complète ». Les rares rechutes sont celles quand un colocataire allume la TV et que par hasard, au détour d’un zapping… 😉 mais je ne cherche pas à en savoir plus, et je demande juste à zapper. Ma vie suit son cours.

        Parce que la vraie liberté est aussi celle de ne pas chercher à tout prix à comprendre ;).

        Lumineuse semaine à vous !

        Aimé par 5 people

    2. Happy Sunday @Déborah

      Je vous cite : “Je vous remercie pour tous ces messages, ils me font chaud au cœur… Et me permettent de ne pas « replonger » avec le 2ème.
      C’est très difficile, puisqu’étant une personnalité publique, je vois sa tête partout dans les médias.”

      Vous êtes me semble -t il vulnérable parce que fascinée par le personnage plus que par l’homme, puisqu’il n’ a pas d’homme , vous êtes fascinée par un artiste enfermé dans un cerveau d’ado en crise perpétuelle incapable de grandir , la jalousie qu’il vous manifeste est quasiment celle d’un frère jalox de sa petite soeur.
      Donc cette tête que vous voyez partout dans les médias , n’a plus de secret pour vous et rappelez vous que les médias français sont conçus par et pour les narcissiques. Le monde artistique français comme sont establishment refuse de se renouveler, la diversité n’a pas sa place sauf si elle s’impose par l’audimat. Et pour preuve ils csortent tous entre eux et couchent tous entre eux, le cercle est très fermé et les microbes aussi. Vous rencontrerez toujours les mêmes au mêmes dîner mondains ou sur papier glacé. Prenez donc énormément de recul pour bien apprécier la réalité qui se dégage de votre tube cathodique.

      Si vous faites sauter le NO CONTACT une seule fois, vous signerez alors votre arrêt de mort 😉

      Peace,

      Aimé par 2 people

  11. Que j’aime la douceur du terme « douance », vraiment un réel bonheur de lire ce mot…
    Il paraît que pour un HP, il y a toujours UN PN, un mais un seul, et pas deux.
    Découverte plus tardive pour moi, mais véritable renaissance.
    Je lis votre témoignage et je reconnais que je n’avais pas envisagé que l’emprise PN puisse aussi exister dans le milieu éducatif. Et pourtant, il semble n’y avoir aucune frontière.

    J'aime

    1. oui Alexandre, Les PN sont partout !
      les dépendants affectifs (DA) aussi. Ainsi que les parano, les mytho, les maniaco… C’est ce qui fait qu’on classe la perversion narcissique dans les troubles de la personnalités et non dans les maladies. La perversion narcissique, d’après les psy, n’est pas une maladie. Les PN vivent comme des parasites émotionnels au dépend des personnalités dépendantes affectives dont je faisais partie. En plus, pour bien brouiller les repères, ils n’ont pas forcément un haut niveau intellectuel. Ils sont tous forts pour manipuler, ça c’est sûr. Mais, chaque manipulateur aura son propre niveau de manipulation et donc son type de victime.
      Maintenant, parmi les victimes, il y a des HP. C’est vrai qu’elles seront la plupart du temps éblouies par un PN surdoué … en manipulation.
      Mon ex PN est prof. C’est un prof parfaitement intégré dans son milieu. Reconnu par ses pairs (enfin,presque tous) et apprécié de la plupart des élèves et des parents. J’ose espérer qu’il n’a harcelé aucun élève. Je pense que son pouvoir de manipulation, il l’utilise surtout sur ses collègues. Il repend des rumeurs et n’hésite pas à les humilier « mine de rien » lors de repas. Il a évidemment sa cour de collègues admiratrices.
      A mon avis, un HP n’a pas qu’un PN. Je ne vois pas pourquoi… c’est juste que le nombre de PN capable de manipuler un HP est plus limité.

      J'aime

  12. Encore merci Déborah! je vous cite: ‘…la vraie liberté est aussi celle de ne pas chercher à tout prix à comprendre.’ Triste vérité. C’est paradoxal: pour être libre il faut apprendre à se limiter.

    Aimé par 1 personne

    1. @Ter60

      Il faut surtout apprendre qu’il y a une nette limite entre soi et autrui et c’est ce qu’on appelle le RESPECT.

      Reconnaître que l’autre personne est « autre » et pas une extension de soi (comme pensent l’ensemble des toxiques) est essentiel pour respecter cet autre et la même règle doit être appliquée à soi-même.

      Respect de soi = respect d’autrui. Respect des limites de l’un et de l’autre.

      Aimé par 3 people

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s