[Témoignage] Sophie : « Il m’a battue et étranglée par deux fois. Il m’a fait perdre connaissance et quand je me suis réveillée à coups de gifles, il m’a dit « tu vois ce que tu m’obliges à faire ». » + Être une victime chronique bloque la guérison

Réponse à Sophie à son témoignage initialement laissé en commentaire.

Je vais débuter ma réponse par le plus important. Si vous avez une crise et que vous sentez le passage à l’acte se rapprocher, contactez l’association SUICIDE ECOUTE au 01 45 39 40 00. Cette hotline est ouverte 7 jours/7 et 24h/24. Notez ce numéro dans votre répertoire téléphonique, on ne sait jamais ce qui peut se produire.

Ensuite, pour les éléments de réponse les plus élémentaires concernant le pervers narcissique, je pars du principe que vous avez fait vos devoirs et lu les articles s’y référant. Si ce n’est pas encore le cas, on peut dire que vous êtes au bon endroit pour débuter votre culture 😉

Pourquoi vous ne parvenez pas (et ne parviendrez pas à avancer) même avec tous les spécialistes du monde ? Victimisme chronique, quand tu nous tiens…

Vous êtes une personne dépendante affective globale. Le fait d’être autant collée à un homme qui ne fait aucun cas de vous n’est que la face émergée de l’iceberg pour vous, j’en ai bien peur. Votre dépendance est rampante, c’est devenu votre mode de vie au fil des ans.

Naturellement, comme toute bonne dépendante qui se respecte, au lieu de prendre vos responsabilités (ce qui est la clef de la guérison = vision objective de soi), vous tombez dans le « pendule ». Soit, vous vous culpabilisez à outrance en prenant pour paroles d’Evangile la stratégie (consciente) de votre ex de vous faire porter le blâme ; soit, vous vous cachez derrière le « PN » (le monstre sous le lit) pour justifier votre propre incapacité à le mettre hors de votre vie.

OK… Voyons où vous mènera cette attitude immature ? Nulle part. Dans 10 ans, vous y serez encore. Soit dans une autre relation toxique, soit sous traitement abrutissant. La solution ? Comprendre qu’aucune thérapie de ce monde ne fera le job à votre place. Sans une vraie remise en question, une mise en place de LIMITES (apprendre à dire NON, qui n’est pas un gros mot) et sans sortir de cette posture de victime impuissante, vous ne pourrez pas évoluer. Mettre un pansement sur une jambe de bois n’a jamais permis de recouvrer son membre absent 😉

Vous écrivez une phrase dans votre témoignage qui prouve que vous êtes consciente de vos propres manquements :

Je lui ai redonné cette possibilité d’avoir confiance à nouveau en lui, en son amour et je suis repartie avec lui secrètement, personne ne devait le savoir.

Vous vous êtes plantée. Devez-vous pour autant mourir pour cela ? Il revient vers vous uniquement parce que vous laissez la porte ouverte et un bon repas sur la table. Vous lui offrez encore et toujours le gîte, le couvert, le « cookie » (sexe) mais qui dirait non ? Certainement pas une personne sans empathie, sans amour pour vous. Apprenez à fermer vos portes et elles ne seront plus enfoncées.

Que faire devant le Grand Méchant Loup ?

Eh bien, commencez par relire votre témoignage. Notamment le passage où il vous tabasse et vous réveille à grands coups de gifles en remettant la faute sur vous. Puis, demandez-vous si vous méritez d’être traitée ainsi.

Si la réponse est oui, refermez directement ce blog car il n’est d’aucune utilité aux personnes masochistes qui se complaisent dans la souffrance et c’est leur droit.

Si la réponse est non, que regrettez-vous exactement chez cet homme ? Pourquoi refusez-vous de vous mettre en no contact absolu et de le virer de votre vie ? Si vous faites le ménage chez vous mais conservez dans un coin, un sac poubelle pendant 2 semaines, ça ne va pas sentir la rose donc votre domicile sera dégueulasse par extension. Le no contact signifie faire le ménage dans sa vie. Ce n’est pas à monsieur de faire votre ménage mais bel et bien à vous. A bon entendeur.

Vous devez bloquer définitivement cette personne de votre existence. Comme vous vous en apercevez tout juste, il est en train de colporter des calomnies sur votre compte. Plus vous restez en contact avec lui, plus vous validez ses ragots. Je vous explique. Un manipulateur vous appelle, vous décrochez. Il vous lance sur un sujet sensible pour vous, tout en ayant l’air de rien. Vous vous emportez, vous donnez une émotion intense parce que c’est un sujet délicat. De l’autre côté de la ligne, savez-vous ce qu’il fait ? Soit il enregistre la conversation, soit vous êtes en haut parleur devant d’autres personnes sans le savoir. Il se servira de vos émotions pour valider ses mensonges. Il se sert du moindre de vos contacts pour lancer de nouveaux délires. Ils mentent 100% du temps, ils passent leur temps à détruire des vies, des réputations, vous n’avez pas la moindre idée de ce que le plus simple contact peut engendrer derrière. Bref, je vous aurai donné le seul et unique moyen de stopper cet enfer. A prendre ou à laisser mais il ne faudra pas encore dire que vous êtes victime si vous retombez dans son traquenard chaque fois.

Oui, il s’en sort… avec vous ! Parce que vous laissez faire.

Surmonter votre culpabilité

Grande nouvelle ! Vous seule êtes capable de CHOISIR de dépasser ce sentiment de culpabilité et de honte… en mettant en place un no contact, en maintenant une vie quotidienne aussi normale que possible, en lisant beaucoup de livres de développement personnel, en ayant une hygiène de vie correcte. J’ai bien compris que vous ne pouvez pas parler de tout ça à vos amis alors appelez des lignes spéciales d’écoute gratuite et anonyme, si vous avez besoin de discuter.

La solution vient de vous. Tant que vous considérerez cet homme comme un « monstre » tout-puissant ou comme votre Prince Charmant (délire), ou encore comme le seul responsable de votre malheur, vous lui donnerez une place qu’il n’occupe pas dans la réalité. En fait, tout ce qu’il vous a pris, vous lui avez donné librement, parce que vous n’avez pas utilisé votre discernement. C’est une erreur, une mauvaise expérience qui sera dépassée avec le temps et le no contact.

Vous devez comprendre que sur cette terre, personne n’est là pour vous tenir la main et prendre soin de vous. Si vous êtes incapable de vous protéger, un autre saura vous montrer que vous devez le faire. Les personnes vulnérables sont victimisées. Il en a toujours été ainsi. Heureusement, il existe aussi des personnes bienveillantes mais nous ne pouvons pas agir comme vos Anges Gardiens dans chacune de vos décisions quotidiennes. Vous devez dire NON et vous y tenir surtout. Vous êtes manager alors vous avez l’habitude de prendre des décisions. Là, c’est pareil. Sortez de ce voile d’émotions. Il n’y a aucun sentiment avec cet homme et il n’y en aura jamais. Juste votre exploitation jusqu’à la mort. Fermez les vannes.

Quid de votre fille ?

Ce n’est pas pour vous juger mais franchement votre pauvre enfant que vous êtes prête à laisser orpheline sera bien la seule à verser une larme sur votre tombe. J’espère que vous avez cela en tête avant de sacrifier votre vie pour un pauvre con.

Votre suicide ne fera que valider la théorie de monsieur selon laquelle vous étiez bien dépressive et cinglée. Il se fera plaindre pendant vos funérailles.

En conclusion, pour connaître votre capacité de rebond, il faut passer par la case désintox, Sophie. Plus la drogue va s’estomper dans votre cerveau, plus vos neurones retrouveront un fonctionnement optimal, petit à petit. Et un jour, tout ceci sera loin derrière vous. Du courage !

© SCARLETT – leperversnarcissique.wordpress.com – TOUTE REPRODUCTION INTERDITE SOUS PEINE DE POURSUITES

Bonjour,

Je viens de passer 7 ans de ma vie avec une personne soignée pour bipolarité, en fait, il n’en est rien. L’an dernier au mois de juin il m’a quittée d’un coup d’un seul, j’ai été anéantie. Il a tout de suite eu des d’autres relations (ce que je ne savais pas) puis mi-août, il m’est revenu car il m’avait croisée avec deux hommes qu’il ne connaissait pas. C’était surprenant pour lui car je n’avais plus d’amis, plus de contact avec ma famille, je ne faisais que m’occuper de lui et je le sentais très amoureux de moi, toujours en demande.

Ce n’était pas mon cas au début. Très vite il a voulu qu’on s’installe ensemble, m’a aidée car je venais de me séparer du papa de ma fille après 11 ans de vie commune.

J’étais dans la galère et c’était mon sauveur. Charmant, aimant, aidant, l’homme dont j’avais toujours rêvé.

Puis on s’est installés ensemble au bout d’un an environ, juste quand je venais de perdre mon père et une fois de plus, il était là charmant mais très vite son comportement a changé, agressif, violent et même parfois méchant. Il s’est renseigné sur des sites internet et s’est présenté devant son généraliste en listant ce qu’il avait lu. Donc depuis 5 ans, il est sous médicaments pour bipolarité mais ne voit aucun psy.

Puis nous avions acheté une maison il y a 3 ans (il m’a mis la pression faisant visite sur visite) et en un an, tout a basculé, lorsque que j’ai enfin fait le deuil de mon père, et que j’ai ouvert les yeux sur ses comportements qui ne s’apparentaient pas à de la bipolarité. Il était ou plutôt il est charmant, charmeur et prend soin de lui.

Ses collègues surtout féminines l’adorent, c’est même une bonne copine à qui on se confie mais lorsqu’il rentrait le soir, le masque tombait, j’étais face à une autre personne.

J’étais responsable de tous ses maux, je n’étais jamais assez aidante, assez aimante, selon lui je l’humiliais ou je le rabaissais alors qu’il n’en était rien. Je n’ai jamais pris autant soin et aimé quelqu’un aussi fort que lui. J’ai payé les voyages, les meubles, fait les travaux, je me suis occupée de son fils. Le jour où il m’a quittée, mon monde s’est effondré et j’ai vécu un enfer, je le vis encore.

Quand il est revenu vers moi, on a passé deux jours merveilleux puis il s’est imaginé des choses sur les hommes avec lesquels il m’avait vue.

Très alcoolisé ce soir-là, il m’a battue et étranglée par deux fois. Il m’a fait perdre connaissance et quand je me suis réveillée à coup de gifles, il m’a dit « tu vois ce que tu m’obliges à faire ».

 

Puis il est parti et a fait de ma vie un véritable cauchemar, j’ai du vendre notre maison mais il m’avait déjà pris tout ce que j’avais puisque je gagnais plus que lui. Suite à ce violent incident, il m’a faite passer pour folle aux yeux de tous ses amis. J’ai croisé des gens qui m’ont même dit mais qu’est ce que tu lui as fait pour qu’il se mette dans cet état ? Au yeux de tous ces gens, je suis folle ou dépressive, on m’a même dit que mes bleus autour de mon cou et mon visage, c’était parce que je marquais vite…

J’ai essayé de couper tous les ponts mais avec la maison, nos animaux et le compte commun, le contact était indispensable.

Au mois de septembre, après une conciliation judiciaire où je ne me suis pas rendue suite au conseil de mon avocate, il m’a demandé de le voir pour qu’il puisse me dire pardon et je l’ai fait…

Je lui ai redonné cette possibilité d’avoir confiance à nouveau en lui, en son amour et je suis repartie avec lui secrètement, personne ne devait le savoir.

Nous avions nos enfants un week-end sur deux et passions des moments merveilleux, mais cela n’a pas duré.

Il m’a à nouveau quittée en décembre lorsque que je le couvrais d’amour et le lendemain de la réception du virement du notaire, plus rien.

Il m’a regardé froidement et m’a dit qu’il ne m’aimait plus. Je suis restée seule car ma fille était en vacances et je me suis laissée mourir pendant 4 jours, j’ai perdu 4 kg puis il a frappé à ma porte en me proposant de sortir voir un film. Et puis voilà, c’est reparti, mais j’ai senti sa satisfaction à sentir le poids qu’il avait sur moi, il sait que je suis dépendante de lui et il en joue. Il est devenu arrogant, méchant même parfois et très alcoolisé.

Puis à nouveau un clash est arrivé, je lui ai prêté ma seconde voiture pendant 5 semaines pour qu’il puisse passer des bonnes vacances avec son fils. Quand je l’ai mise à vendre, il m’a promis de la nettoyer et de réparer une poignée cassée. Quand je suis arrivée 5 min avant la vente, la voiture était sale, il s’était soi-disant endormie et je me suis mise en colère en lui disant juste que c’était abusé alors il m’a dit : « Tu cois que tu parles à qui ? A un gamin ? Dégage de chez moi, barre-toi ».

Depuis plus de nouvelles sauf vendredi quand je l’ai vu dans un bar où je regarde les photos (et il le sait) allongé sur une femme, le sourire béat. Cet homme n’a aucune empathie, aucun regret sur qu’il a fait ou pu me faire. Ne mesure pas tout ce que j’ai fait pour lui ou pour son fils. Personne ne sait qu’on est retournés ensemble, je ne peux donc en parler à personne mais je sais que cet homme n’est pas bipolaire, c’est un pervers narcissique qui m’a détruite à un point que la seule option pour m’en défaire se serait de mourir et j’y pense tous les jours.

J’ai été voir 3 psy qui ne m’ont pas convaincue, le quatrième met le doigt sur des choses vraies mais ne m’apporte aucune solution pour combattre cette honte, ce chagrin que j’ai à chaque instant de ma vie. J’ai essayé l’hypnose, j’ai même été voir un irisologue, ce soir je vais voir un kinésiologue et je le prends comme ma dernière chance de m’en sortir. Ma fille va avoir 13 ans dans deux jours, elle mérite mieux que de voir sa mère souffrir.

Je ne suis pas croyante mais j’aimerais prendre la maladie de quelqu’un et qu’il vive pour que ma mort paraisse naturel car je ne veux plus souffrir, je veux que cette douleur s’arrête…

Voilà ce qu’un pervers narcissique peut faire d’une vie et je suis cadre, manager, loin d’être une faible d’esprit, je suis généreuse et douce, pas jalouse (enfin je ne l’étais pas) mais il m’a tout pris, jusqu’à ma dignité et je ne vous parle même pas de ma sexualité…

Je n’ai aucun jugement à apporter sur les lectures que j’ai pu faire, je sens juste à quel point ces personnes sont destructrices et qu’il est si facile pour ces pervers de s’en sortir.

Sophie

© SCARLETT – leperversnarcissique.wordpress.com – TOUTE REPRODUCTION INTERDITE SOUS PEINE DE POURSUITES

Crédit photo

Advertisements

75 réflexions sur “[Témoignage] Sophie : « Il m’a battue et étranglée par deux fois. Il m’a fait perdre connaissance et quand je me suis réveillée à coups de gifles, il m’a dit « tu vois ce que tu m’obliges à faire ». » + Être une victime chronique bloque la guérison

  1. Bonsoir @Sophie , votre témoignage est poignant. En tant qu’ancienne dépendante affective, je comprends votre souffrance, à une exception prêt, étant maman, même au fond du trou , je me suis toujours interdit de priver mes enfants de moi. Je crois que votre propre souffrance vous aveugle au point d’imaginer, que votre fille sera mieux sans vous. C’est faux , j’ai perdu ma mère à 12ans et demi, certes elle était en grande souffrance psychologique , maltraitante mais je peux vous dire que mon monde s’est écroulé, c’est très dur ! Et ce n’était pas un suicide. Je pense que je lui en aurait vraiment voulu si son souhait était de m’abandonner volontairement. Et puis , c’est dur pour un enfant de se construire en se disant que l’on n’était pas suffisamment important pour que sa mère choisisse de se battre pour elle . Ne lui faites pas Ça s’il vous plaît ! Aujourd’hui vous êtes mal mais garder confiance cela peut s’arranger , par contre c’est VOUS MÊME votre dernière chance ! Vous pouvez demander un appui à des professionnels mais tant que dans votre tête, vous n’êtes pas décidée à tourner la page , personne ne pourra rien pour vous. Vous n’avez aucune estime , aucun respect pour vous , c’est terrible… Par exemple vous dites :  » Il était violent , agressif et parfois même méchant  » pourquoi dissociez ces trois adjectifs ? Il n’est pas « parfois méchant  » , vous avez compris qu’il porte un masque , l’homme charmant qu’il vous montre N’EXISTE PAS ! Il vous l’intégrer une fois pour toute. Il vous violente , vous utilise et vous traite comme un paillasson et vous en redemander ! Choisissez vous , pardonnez vous et aimez vous @Sophie ! Afin de ne plus autoriser personne à vous traiter ainsi ! Vous dites qu’il ne mesure pas ce que vous faites pour son fils et lui , détrompez vous ! Il le sait très bien !! Mais tant que vous donnez, il prendra ! Et il ne vous laissera rien ! Tant que vous y retournez il ira plus loin , n’attendez pas de lui le respect que vous ne vous accordez pas , n’attendez plus une quelconque gratitude pour ce que vous faites , vous pourrez finir « à la rue avec votre fille qu’il se frotterait les mains d’avoir eu un tel pouvoir sur vous sans le moindre scrupule ! Voilà qui est cet homme ! Aucun espoir pour vous , il est VITAL de vous « faire violence  » c’est possible , je vous l’assure ! J’étais au fond du trou aussi , et puis j’ai décidé de me battre , je me suis forcée au départ, c’est difficile, on ne parle pas d’addiction au hasard… Il faut s’occuper l’esprit le plus possible , des qu’il vous vient en tête , essayez de faire quelque chose d’autre , lire , sport (qui a l’avantage de vous faire sécréter dès endorphines bénéfiques pour votre moral) où tout loisir qui vous ferait plaisir. Suivez les bons conseils de @Scarlett et comme d’autres et moi même vous remonterez ! Pensez à vous et seulement à vous. Peu importe ce que les autres pensent ! Comme je le dit souvent :  » Les gens pensent penser ce qu’ils veulent, je ne leur dois rien , personne ne payent mes factures !  » C’est cela devenir mâture, ce n’est pas un jugement mais c’est l’un des principals problèmes de la dépendance affective… Tout comme de rêver d’un homme idéal, moi aussi j´en ai rêvé, de ce prince charmant, avant de tomber sur mon fake, quand on est dans l’irréel on ne peut avoir du réel… C’est il travail mais cela vaut le coup accrochez vous @Sophie , la vie peut être belle si vous l’autorisez à l’être, battez vous pour votre fille et vous , battez vous pour continuer de guérir vos blessures, pour vous aimez et seulement après cela , vous aurez une chance de rencontrer quelqu’un de sincère. Je voudrais également vous donnez un autre conseil , vous dites que personne n’est au courant de la reprise de votre relation avec lui , si je comprends bien , vous avez honte de le dire mais n’ayez pas honte. Assumez c’est le début de votre « repentance », pour vous pardonnez , vous devez l’assumer. Les gens bienveillants peuvent entendre que vous étiez sous emprise , si ce n’est pas le cas , c’est le moment de faire un tri dans toutes vos relations. Je pense que d’en faire un secret , ajoute du poids à votre souffrance. C’est à vous de voir @Sophie, vous êtes adulte et libre de vos choix , je vous souhaite défaire les bons, et vous envoie plein de force et de courage ! J’espère que vous nous donnerez des nouvelles plus positives bientôt 😊

    Aimé par 2 people

  2. Bonsoir Sophie,
    votre témoignage me touche …je crois m’entendre il y a quelques années …Je comprends parfaitement ce que vous vivez …J’aurais sacrifié ma vie pour l’homme dont j’étais amoureuse, tellement amoureuse …et qui est devenu mon époux ! j’étais au comble du bonheur …Mais en fait je ne voulais pas voir tous les signes de perversité qu’il donnait …je ne voulais pas y croire …quand le masque tombait , je mettais cela sur le compte de l’alcool (il était également violent à certains moments et à d’autres extrêmement tendre)…l’alcool a bon dos …en fait, il cachait sa perversité derrière l’alcool. Je comprends combien c’est violent quand on est follement amoureuse…Et puis un beau jour , il est parti soi-disant pour une promotion professionnelle, à 900 km ! j’ai appris plus tard qu’il racontait que je l’empêchais de vivre …alors que je lui assurais le gîte et le couvert …Mais c’est normal puisque nous étions mariés !!! Il rentrait de moins en moins souvent …Je passais mon temps à pleurer, à vivre dans une semi-dépression parce qu’évidemment devant tout le monde j’assurai …je travaillais plus que de raison, je faisait du sport , me maintenais …Mes enfants ne savaient rien ( ils sont adultes ). je ne laissais rien paraître alors qu’à l’intérieur de moi , je saignais…Au niveau professionnel, aucun souci . J’assurai malgré que nous sommes passés de 55 personnes à 11 donc 5x plus de travail …ma santé se détériorait insidieusement et puis cette tristesse qui ne me quittait plus …des envies de suicide aussi quelquefois …Jusqu’au jour où je découvris ce blog grâce à Dieu ! Ce fut une révélation ! Je crois que j’étais prête ! j’ai eu la certitude par les explications de Scarlett et les témoignages que j’étais la seule capable de mettre fin à cette lente et terrible agonie. J’étais sous emprise du fait de ma dépendance affective grave …grâce à ce blog, j’ai eu à nouveau l’envie de vivre ! je le valais bien et vous le valez également Sophie ! Coupez avec cet homme qui ne vous aime pas ! Je sais combien vous allez encore pleurer mais faites-le car il ne vous aime pas ! j’ai mis longtemps à le croire mais c’est ainsi …
    Aujourd’hui je me suis acheté un bien , une petite maison pour vivre en paix ( c’est le travail d’une vie ) et lui ne viendra pas (j’ai demandé le divorce)…Je ne lui assurerai plus ni le gîte , ni le couvert (selon les termes de Scarlett qui a entièrement raison)… Lui ne l’a jamais fait pour moi…Mieux vaut être seule qu’avec une personne qui n’est là que pour vous utiliser pour lui …car il ne pense qu’à lui . Alors pensez à vous et à votre fille …Ne vous laissez pas détruire et ne laissez pas détruire votre enfant .Je vous souhaite beaucoup de courage , il m’en a fallu aussi …mais personne n’a le droit de vous anéantir ni vous ni votre fille !
    Scarlett et les personnes comme Historiacyn qui répondent souvent, vous aideront… moi je vous donne simplement mon propre vécu.
    Je vous envoie plein de force et toute ma sympathie …

    Aimé par 4 people

    1. Bonjour Zoedubois

      Eh oui… la triste réalité est que le pervers narcissique créé l’illusion mais elle est ensuite entretenue uniquement par les excuses que la victime lui trouve !

      Alors que chaux peut s’éviter un monde de souffrance en regardant la vérité en face. Un homme vous frappe ? Il faut comprendre ce qu’il y a à comprendre. Il ne vous aime pas et n’a aucun respect pour vous. Des millions de femmes ont eu le courage de parler de ce sujet, de dire qu’il faut partir dès la première gifle mais il y a toujours des récalcitrantes qui ne suivent pas les conseils.

      Il faut se servir de l’expérience de ceux qui sont passés par un chemin précédemment et qui alertent sur le danger.

      Aimé par 5 people

  3. Sophie,
    Je comprends votre douleur et la très grande souffrance dans laquelle vous êtes ! Pourquoi ? j’ai vécu beaucoup des situations similaires à vous et avec un individu manipulateur, menteur qui me culpabilisait et qui a fait également un séjour en psychiatrie. C’est le père de mes deux enfants. Imaginez 23 ans de vie commune. Enfin ! vous allez me dire après toutes ses années de destruction vous vous êtes réveillée. Oui et je remercie l’Univers et mon ange gardien tous les jours, d’avoir enfin dit NON cela ne me convient pas, ce n’est pas cela la vie, je mérite de m’aimer, de m’estimer et de reprendre confiance en moi. Déclic : PROTEGE TOI !!! PROTEGE TES ENFANTS, tu es forte, tu es une belle personne, de belles choses t’attendent. Alors Sophie, je t’en prie ECOUTE MOI tu vas passer et tu passes par des moments très difficiles mais c’est normal (haine, colère, dégoût, dépression, mal être…), ces personnes sont répugnantes et ne méritent pas un regard, une attention, une parole de nous. CELA NE SERT A RIEN… Un jour tu vas avoir un déclic et très vite j’espère ! tu vas te regarder dans un miroir et tu vas te dire OUI JE MéRITE de vivre une belle vie MERCI de m’être REVEILLéE, JE NE REGARDE PLUS LE PASSé et J’AVANCE.
    Tu n’es pas seule.

    Aimé par 4 people

  4. Bonjour Sophie,
    La lecture de votre témoignage, m’a fait sortir de ma bulle, de ma réserve. Un commentaire sur internet, c’est une première pour moi.
    – Vous méritez bien mieux qu’un sac à vin violent et irrespectueux.
    – Vous ne pouvez pas donner, echanger ou partager ce que vous n’avez pas (où est l’amour et le respect dont vous avez besoin VOUS ?). Charité bien ordonnée commence par soi même.  N’oubliez pas de vous aimer vous avant tout. Soyez votre propre nourriture.
    – Personne n’est parfait, des bêtises, des maladresses, des erreurs….on en fait tous. Si on continue sans cesse, par contre, ça devient une faute grave et lourde. Écoutez la manager/cadre qui est en vous. Licenciez  votre boulet sans indemnités. N’essayez même pas d’analyser, de chercher le pourquoi du comment, ni vengeance, ni justice. Classez le dossier, enlevez votre boulet au pied ou dans la tête et passez à autre chose.
    – Le passé c’est fini, hier on en parle plus, on ne peut pas le changer de toute façon.
    – Vous avez encore tout le reste de votre vie à vivre. Croyez en vous même, soyez forte. Faites un pas après l’autre et laissez de côté tout ce qui est négatif (les gens comme les idées).
    – Tracez votre propre route, trouvez votre équilibre, soyez maîtresse de votre vie, responsable de vous, par vous et pour vous.
    – Votre enfant a besoin de vous. Faites qu’elle soit fière de vous. Dans quelques années alors vous en reparlerez et vous pourrez dire : « Tu vois ma fille ta mère elle a eu des couilles. Elle en a chié et elle s’en est bien sortie. Ne sois jamais spectatrice de ta vie, sois le premier rôle, choisis ton destin, pas une victime, une responsable de sa destinée ».
    Portez vous bien, pas de bêtises se serait du gâchis.

    Aimé par 5 people

    1. Bonjour Petitbiscuitsansaromeartificiel

      Déjà un gros big up pour le pseudo, j’adore 😂😂😂

      Ensuite il ne faut pas être timide. Si vous avez quelque chose à dire, sachez que ce sera toujours utile à une autre personne. Parfois il suffit de trouver les bons mots et cela provoque un déclic chez l’autre.

      Merci d’avoir franchi le pas et au plaisir de vous lire de nouveau !

      Aimé par 2 people

  5. Bonjour Sophie,

    A la différence des autres intervenantes, je ne vais ni vous plaindre ni compatir. Je pense que je vous rendrai plus service dans mon retour en vous disant que votre récit transpire le victimisme et je vous invite effectivement à le relire d’un regard neutre si vous le pouvez.

    Il y a beaucoup de « blancs » implicites dans votre histoire. Nous, lecteurs n’avons qu’une version bien vague des faits ; à aucun moment vous ne nous parlez réellement de vous.

    En revanche, vous énumérez abondamment tout que cet homme vous fait subir « après tout ce que vous avez fait fait pour lui ».

    Qu’il boive ou qu’il soit violent est un fait (selon vos dires), et Scarlett vous a donné des infos de base, mais focalisons maintenant sur vous si c’est possible.

    Vous êtes très active dans le lancer de harpon et la meilleure arme que vous ayez pour asseoir votre pouvoir sur lui est de menacer de vous occire.

    Réalisez-vous la pression/chantage que vous imposez à votre entourage avec un comportement aussi extrême ?

    Comment réagiriez-vous si quelqu’un que vous croyez aimer se comportait de la même façon avec vous ? Vous lui décrocheriez la lune pour avoir la paix ou auriez envie de le secouer ?

    Vous avez une enfant encore jeune ; vous exigez d’elle sans vous rendre compte une maturité affective qu’elle est encore loin d’avoir acquis à son âge.

    Sachez que devoir surveiller sa mère comme le lait sur le feu à tout instant est une véritable perversion.

    Alors si je puis me permettre, battez-vous et finissez-en avec le syndrome de Caliméro, d’autant plus si vous êtes cadre, inspirez-vous donc de vos méthodes de travail et commencez par vous cadrer vous.

    Aimé par 4 people

    1. Bonjour Isabel

      Et il n’est pas certain que le suicide soit réellement la fin de tout. S’il y a une suite après la mort, et qu’on peut toujours voir ce qui se passe dans cette dimension, je plains ceux qui sont passés à l’acte et qui ont une conscience.

      Oui, la douleur est bien réelle quand on se rend compte qu’on a été dupée mais tout attendre de l’extérieur sans faire le moindre effort pour sortir de son trou est un choix inopérant.

      Les gens tournent pendant des années chez tous les psys et sont toujours avec les mêmes interrogations parce qu’ils agissent comme des enfants face à leurs parents au lieu de prendre leurs responsabilités d’adultes.

      Chacun a la vie qu’il mérite selon son autorité personnelle. Ceux qui sont comme des enfants sont manipulés et victimisés. C’est la loi de la Nature.

      Aimé par 5 people

      1. Je rebondis sur ce que dis Isabel
        « Sachez que devoir surveiller sa mère comme le lait sur le feu à tout instant est une véritable perversion. »
        C’est exactement ce qui est arrivé à mon beau père PN.
        Il était le dernier de 4 enfants. D’après une voisine, aujourd’hui décédé, mon beau-père (76 ans) a passé son enfance et son adolescence à empêcher sa mère de se suicider. Elle a finit quand même par y arriver alors que mon beau-père avait 20 ans. Il est devenu PN. Son père d’après les éléments que j’ai pu glaner était sans doute PN lui-même , tyran domestique de source certaine.
        Scarlett a écrit « Votre suicide ne fera que valider la théorie de monsieur selon laquelle vous étiez bien dépressive et cinglée. Il se fera plaindre pendant vos funérailles »
        Lors du suicide de la mère de mon beau-père, le médecin de famille a plaint son mari. Il lui a dit qu’il avait eu beaucoup de courage d’avoir supporté aussi longtemps une femme malade, dépressive »
        Qu’elle magnifique victoire pour le PN.

        D’autre part ma belle-mère a pendant de nombreuses années dit qu’elle voulait se suicider. C’est un véritable cauchemar pour les enfants et également pour les enfants adultes. Je me souviens alors qu’on était jeune marié , mon mari et son frère ont passé une nuit entière à chercher leur mère qui s’était enfui de la maison car ils craignaient le suicide. Ils lui en ont beaucoup voulu. C’est leur père PN qui les a averti qu’elle avait quitté la maison, qu’il ne savait pas où elle était partie, et qui évidemment la faisait passer pour folle et responsable du désarroi de ses enfants.
        Aujourd’hui ma belle-mère est toujours sous l’emprise de son mari PN. Elle a perdu ses 2 fils, ses petits enfants. Ses enfants lui en veulent de ne pas avoir ouvert les yeux et de ne pas l’avoir quitté et également d’avoir pris le partie de leur père contre eux.

        Alors Sophie, le suicide n’est pas la solution.
        Le suicide c’est ce que veux le PN, pas votre fille.
        Faites vous aider , quittez le PN et VIVEZ avec votre fille.

        Je vous envois beaucoup de courage.

        Aimé par 4 people

  6. Bonjour Sophie,

    Lorsque j’ai senti monter cette extrême idée noire liée à mon mal être et non a ce Stupide, (car je me suis réattribué tout ce qui m appartenait pour pouvoir exister en tant que personne et non sa chose (objet) que j’étais devenu). Alors c’était MON idée noire pas la sienne.
    Ce soir la, j’ai regardé mes enfants, trouvé la force de leur faire a diner, leur ais demandé le plus de calme possible.
    Puis que maman avait besoin d’un câlin, nous nous sommes endormis blotti devant la télévision. Ce qui était plus drole c’est qu’ils se tous moquaient de moi, et qu’il y avait un énorme décalage entre ma réelle détresse et leur spontanéité d’enfant.
    J’étais mal mais j’ai ressenti la vie, la vie que moi même je leur avais donné.
    Puis le lendemain j ai verbalisé mes maux à des adultes professionnels, et ici, j’étais descendue au plus bas, je n avais plus qu’à remonter…

    Il semble qu un accompagnement te soit nécessaire pour vider ces malles trop lourdes désormais et les remplir à nouveau de meilleures choses.

    Aujourd’hui non seulement mes malles sont presque vides du passé et s emplissent du présent, mais mes placards mes armoires mon frigo, mon porte monnaie… sont dans le même état (laul) et pourtant je dors, je vis, nous vivons tellement mieux ainsi mais surtout sans Lui ! Merci la vie, les odeurs, les senteurs, les couleurs, les colères(saines), les désaccords (saints).
    Ya plus qu a se battre si ok on est avec toi.
    Bien Nous Nini

    Aimé par 5 people

  7. Bonjour Sophie,
    Je suis triste aussi de voir que tu n’as pas eu de « déclic » pour te sauver de la cage dans laquelle tu t’es enfermée avec ta fille. Tu sais que la clef est dans ta poche, mais tu as peur d’ouvrir la porte. Tu as peur de quoi au juste ? As-tu peur de te retrouver face à toi-même ? Tu me fais penser à un esclave qui préfère rester esclave maltraité plutôt que de devoir affronter un monde inconnu et qui se demanderait : « Suis-je capable de me prendre en charge alors que pendant toute ma vie, j’ai cru que j’en étais incapable? »
    Tu sais au fond de toi que tu es capable de reprendre ta vie en main et que la vie sans cet homme sera forcément meilleure. Nous sommes là aussi pour te confirmer que c’est la seule vérité. Ouvre donc cette porte et fuis cette vie médiocre dans laquelle tu embarques ta fille ! Montre à ta fille quelle mère formidable tu es ! Tu décides de te débarrasser du tocard parce que tu vas diriger ton besoin d’aimer et être aimé vers toi-même et par ricochet vers ta fille. Je peux t’assurer que c’est la recette du vrai bonheur. Une fois que tu auras éjecté PN de ta vie, tu vas récupérer ta dignité et tu verras que les idées noires disparaîtront comme par enchantement.
    J’ai une ado de 17 ans et j’ai rougi plusieurs fois de plaisir quand j’ai surpris (involontairement) des conversations avec ses copines. Je sais qu’elle est fière de moi. Et je suis fière de ne jamais avoir choisi PN avant mes enfants. Ils me le rendent bien, je peux te l’assurer.
    Courage et force soient en toi !

    Aimé par 3 people

  8. Bonjour Sophie,
    Que j’ai mis du temps à comprendre  » la réalité  » et  » la loi de la nature » dont parle Scarlett. De quelle réalité parle t-elle? moi qui suis née dans cette triste et dure réalité et qui pensait y être trop (fille d’un PN et de sa complice).
    On m’a construite pour être une parfaite Dépendante Affective (DA). Un enfant maltraité(physiquement ou emotionnellement) n’ a, dans le cas du D.A, pas d’autre choix que d’adopter lui aussi un mode de survie, on sur-vit avec des lunettes déformantes (croyance forte que l’amour absolu existe chez l’autre pour se réparer) .Etat du D.A : quasi aveugle et décentré.
    Je comprends également qu’un DA puisse être tout aussi immuable qu’un PN parce qu’un mode de survie n’est pas forcement qu’un échappatoire, cela peut être une construction en soi.
    Là ou j’ai de l’espoir pour vous Sophie, c’est que vous êtes sur ce site donc pas si aveugle que cela, et que vous souffrez. Vous souffrez parce que ce bulldozer de PN a rasé les fondations de votre maison et que vous en voyez les restes.
    Le PN n’a pas fait dans la dentelle et a décidé de raser une maison un peu bancale avec quelques courants d’air parce que la porte d’entrée reste entrouverte toute l’année. Longtemps je me suis demandée pourquoi la vie ne m’a t-elle pas poussée a faire des travaux dans ma maison de façon beaucoup plus douce.je ne suis pas stupide, j’aurai pu comprendre. Sauf que le maitre de chantier (la vie) attaque aussi fort qu’il y a urgence a réagir et le fait de pleurer sur mon sort provoquait en plus des inondations dans ma bicoque (paralysie, maladie auto immune…) du coup aujourd’hui, avec un peu de recul, je suis moins surprise que le bulldozer soit passé finalement. Un PN, puis un autre et le dernier en date me laissant non seulement sur un champ de ruines, me réclame également le paiement de la taxe d’habitation! Tant qu’à faire il a rasé mon jardin bien fleuri par pur sadisme mais en cherchant bien je vais surement trouver 1 ou 2 graines dans le fond de ma poche et les replanter un jour.

    Et pourtant j’ai un caractère fort , très fort même, j’applique à merveille le principe du chiwuawua : plus je suis petite (vulnerable), plus j’aboie. Mais aboyer n’a rien a voir avec une autorité naturelle, ancrée, solide qui fait foi par elle meme. D’ou l’efficacité du No Contact qui fait figure d’autorité , laissant par la même le PN aboyer de son côté pendant que je me construis, je dis bien « construire » me concernant.

    Je me sens détruite et cela prend tout son sens lorsque la fondation principale est décentrée sur X ou Y. Je ne me tourne pas vers un psy, choix personnel et grande peur qu’un autre individu fouille dans mon cerveau ,trouve une faille et se permette de jouer avec.
    Puisqu’il faut tout réapprendre, j’observe mon chat qui me donne une bonne leçon ( la nature!).C’est un chat domestique depuis sa naissance, une »peluche » vivante qui demandait à vivre un peu dehors. Lorsque je le laisse dans la rue cette peluche se transforme à la seconde en bête sauvage que personne ne peut approcher, pas meme moi,ni ma fille . Lors de sa première expérience à l’extérieur , il a dû affronter un mâle dominant ,qui lui a fait comprendre les lois de la nature. Mon chat a tout compris!

    Comme le répète inlassablement Scarlett, se protéger est une loi de la nature, et si l’on a pas les griffes d’un chat pour se défendre, je pense alors au Gecko de Madagascar, ce petit lézard très coloré qui attire de nombreux prédateurs. Sa seule option pour se protéger est de se débarrasser intégralement de sa peau écaillée, pour finir nu comme un ver , et ce au prix d’une très grande douleur. Sa peau repoussera plus tard. La nature étant bien faite, cela fonctionne et les prédateurs ne le voient pas. Aujourd’hui je me sens comme un petit Gecko,je comprends la douleur, je comprends que la nature dont nous faisons partie( meme si on l’a oublié) n’est pas juste et n’a pas à être juste, elle est logique..

    Aimé par 11 people

    1. Bonjour A.

      Il y a un proverbe oriental qui dit « Ne t’épouvante pas du bruit : le chien qui aboie ne mord pas. »

      Un chien qui peut passer à l’attaque ne donne aucun préavis à d’éventuels agresseurs. Il défend son territoire directement, sans négociations quand il est agressé.

      Une personne dont les fondations sont solides n’a pas besoin d’afficher « J’ai un caractère fort ». Elle VIT son caractère fort en dégageant rapidement tous les parasites qui s’approchent d’elle.

      Les personnes authentiques VIVENT. Les personnes apeurées et fausses DISENT. Soyez donc qui vous voulez être en AGISSANT et non en PARLANT de qui vous êtes. Vous voyez la différence ?

      Au-delà de la Nature qui est ce qu’elle est, soit dans son propre équilibre qui est un mystère pour nous, ses enfants, nous vivons dans une société qui tend à infantiliser et à « débiliser » (le terme n’est peut-être pas adéquat) les êtres humains. C’est une société qui vous fait croire que vous n’avez aucun contrôle, aucune capacité de décision sur votre vie et que vous devez laisser vos portes bien ouvertes pour que chacun puisse venir vous piller en toute quiétude. En même temps, vous croyez qu’une « justice » extérieure doit intervenir pour faire le minimum pour vous, qui est de poser un loquet aux portes de votre habitation.

      De la même façon que vous travaillez pour payer vos factures et vous nourrir, vous devez apprendre à vous faire respecter. Personne ne fera ce travail à votre place. Vous aurez beau pleurer des torrents de larmes, cela n’empêchera jamais le premier prédateur venu de tirer avantage de vous et de vous laisser au suivant. Ceux qui ne reposent pas sur des fondations solides ne savent pas que c’est à eux de dire « NON » et de savoir FAIRE APPLIQUER leurs décisions. Alors, ils se laissent porter au vent et finissent invariablement victimisés de façon chronique.

      Ce que vous refusez d’apprendre par la sagesse, vous sera imposé par la souffrance. Mais la bonne nouvelle est que vous avez ouvert les yeux et réalisé l’importance d’une mise à jour de votre conditionnement.

      Restez bien sur cette lancée ! Parlez moins aux inconnus, analysez plus leur comportement et soyez l’autorité dans votre vie.

      Aimé par 5 people

      1. C’est ça Scarlett,

        Cette phrase qui revient souvent pour la plupart d’entre nous:  »mais tu avais l’air si forte pourtant, et d’avoir du caractère… » ouais l’air. Fallait que je montre les crocs pour paraître super dangereuse, et lorsque tu t approchais de plus prêt tu t apercevais qu en faite c’était des dents de lait… euh je rigole toute seule en écrivant !!! Xxxxxptdr

        Non mais attends c’était quoi cette vie !!!

        Aujourd’hui, j ai mes dents définitives que je ne montre que pour sourire, sourire très svt… et quand mon sourire se fige, je tourne les talons, ne perds plus de temps ni d énergie, sauf si j’ai la conviction qu il y a abus pour moi ou mes enfants, et la je mords direct car c’était crevant de montrer mes chicots pour faire fuir, et le sourire pour le PN.
        Cette nouvelle moi, déplait à certains, ils voient un certain abandon, égoïsme, alors qu au contraire je me suis enfin trouvée et je n ai jamais été aussi généreuse avec moi en tout cas, Ya encore du boulot, mais le plus dure est derrière.
        Et un grand Merci Scarlett et tous les intervenants car ce blog m a énormément aidé entre autre.
        Je souhaite le meilleur à tous sur musique de fond d’Aretha FRANKLIN.

        Bien à nous Nini

        Aimé par 1 personne

  9. Bonsoir Sophie.
    Mon Pn a changé de visage sensiblement à la même époque que vous. De mémoire mai ou juin. Lui si prévenant se montrait parfois très distant, puis absent ( nous ne vivons pas ensemble). Ce petit jeu à duré jusqu’au mois de janvier. Souffler le chaud, puis le froid..
    J’ai fini par rompre, épuisée. Sans trop y croire d’ailleurs. Je me disais qu’il allait redevenir comme avant, comme au début.
    Vu qu’il était en train de me perdre, il allait réagir… Illusions… Il s’en fout! Juste frustré d’avoir perdu son jouet.
    J’ai cru devenir folle. J’ai beaucoup beaucoup pleuré. J’en avais mal physiquement : nausées, angoisses. J’ai cru que je ne réussirai pas à l’oublier.
    Je ne dis pas que je l’ai oublié. Mais je me rend compte au bout de presque 2 mois ( dont 15 jours de total no contact) que la douleur s’estompe. J’ai moins mal.
    Le no contact aide beaucoup. Il ne me retourne plus le cerveau en me faisant croire que tout est de ma faute si on en est arrivé là.
    Je vois un psy. Il m’aide à comprendre.
    Au tout début, je pensais que c’était inutile. Avec un peu de recul, je sais que cela m’a fait du bien d’en parler.
    Je vous encourage à vous faire aider. Une thérapie ne guérit pas en un jour. Il faut du temps.
    Le temps est notre meilleur allié. Il faut vous laisser du temps. Cela va se résoudre. En attendant les enfants sont là. Il faut s’en occuper. J’ai eu la bizarre impression de les retrouver après la rupture. Ce qui est étrange car je ne les ai jamais perdu réellement… Sauf que ces pervers attirent tellement l’attention sur eux, que l’on en oublie les autres, y compris ses propres enfants. C’est horrible à dire…
    Aujourd’hui je me consacre pleinement à eux. Du bonheur qu’ils me procurent aussi. J’essaie aussi de me rattraper d.avoir été une mère si absente de part la dépression que j’ai traversé.
    Ayez confiance en vous.

    Aimé par 7 people

    1. Bonsoir J.

      Il faut bien comprendre une chose qui n’est pas claire pour tout le monde. Quelqu’un qui tient à vous ne fait pas de chaud/froid. Il faut que cela fasse tilt pour ceux qui sont dans cette situation.

      Le chaud et froid correspond au début de la dévalorisation. C’est mort de chez mort dans tous les cas. Plutôt que de vous accrocher et chercher à ranimer une flamme qui n’a jamais existé, il faut complètement lâcher prise sur la personne.

      Quand vous restez, vous validez le toxique et ce sera de pire en pire. Dans l’esprit d’une personne toxique, vous valez moins que zéro dès le départ. Cette personne créé une illusion pour tirer son profit et ensuite c’est son vrai visage qui apparaît parce que votre fonction a été achevée. Pendant que vous êtes tenue à distance puis sifflée comme un toutou, une autre cible est en love bombing.

      Partez dès que vous voyez un changement de ce type. Comprenez que c’est une arnaque. Si vous restez, l’autre va vous humilier jusqu’à ce que le dégoût s’installe définitivement. Vous devez vous mettre en no contact parce que le but ultime pour les PN en l’occurrence est de jouer, de voir à quel point vous êtes stupides. Je vous assure qu’il n’y a rien de bon à vous maintenir là dedans.

      Ce n’est pas une relation. Vous ressortirez sans aucune dignité et sans aucune estime de vous. A la base, ces profils ont déjà un profond mépris pour vous et ils mettent en scène des situations pour confirmer que vous ne valez effectivement rien et qu’ils sont les plus forts. Ça ne sert à rien de s’acharner.

      Aimé par 11 people

      1. Bonsoir Scarlet.
        Je suis bien d’accord. Le chaud et le froid à duré au final 1 mois, même si j’ai aussi constaté de nombreux changements les mois précédents.
        Pire moment de ma vie… C’est là où j’ai cru devenir folle. Je l’aimais et je ne comprenais pas comment cet être qui a été si présent dans ma vie pouvait me zapper pendant des jours.
        Je ne supportais plus d’être traitée comme ça, raison pour laquelle j’ai rompu. Mais aussi parce que je savais au fond de moi que tout cela n’était pas normal, même s’il me disait que son comportement était lié à une mauvaise passe.
        Ça a été dur, très dur.
        Maintenant, et bien je suis soulagée de ne plus subir ça. Ne plus avoir peur de ses humeurs, de redouter de le voir ne sachant pas si il était de bonne humeur ou non…
        Je ne suis pas guérie, mais je vais mieux.
        Ce qui est le plus compliqué avec les pervers narcissiques c’est de se détacher de l’image du début, de la période d’etat de grâce. On pense avoir trouvé l’homme de sa vie. Puis d’un coup, un être froid apparait. On tombe de haut.
        On a l’impression de n’avoir jamais connu l’homme que l’on aime.
        Très déstabilisant…

        Aimé par 5 people

      2. bonsoir Jyliann,
        je voudrais rebondir à votre commentaire qui a ravivé en moi des souvenirs . Cela me fait du bien de lire votre témoignage … même si cela est triste … Au moins je ne suis pas la seule à avoir connu ces tourments .Le chaud, le froid , c’est terrible . Pour ma part cela a commencé un an après mon mariage … « Pire moment de ma vie » comme vous dites … J’ai aussi cru devenir folle. Les larmes coulaient sans avoir besoin de pleurer, tant j’étais triste… Je l’aimais, je l’avais épousée par amour et lui s’éloignait . Je ne comprenais pas pourquoi je méritais un tel traitement ( son excuse était d’avoir trouvé un emploi …à 900 km !!!) 5 ans, j’ai pleuré!!! (il ne rentrait qu’épisodiquement)…Je me rends compte que je suis grave , très dépendante affective pour avoir accepté cela aussi longtemps …Je ne supportais plus d’être traitée ainsi !!! Toutes ses excuses, terminé ! Le divorce est entamé pour que je retrouve ma dignité ! Et c’est vrai que le plus dur est de se détacher de l’état de grâce du début , des moments où l’on était heureux …du moins on le croyait …. A présent, je suis comme le chat d’Ambelline, sans devenir agressive toutefois, je reste vraiment sur mes gardes…et ne me laisse pas approcher de trop près…

        Aimé par 1 personne

      3. Bonjour Z.

        J’ai essayé de répondre à votre dernier mail mais il n’a pas été livré. Un souci avec la boîte mail peut-être.

        Déjà techniquement et physiquement, je ne sais pas comment vous avez pu tenir 5 ans en voyant celui que vous appelez « mari » aussi peu alors que vous étiez sur le même territoire 😨

        Justement quand deux personnes sont mariées, elles sont censées faire des projets ensemble. Or si votre mari peut concevoir de vivre à quelques heures à peine d’avion sans vous… avec qui fait-il ses projets de vie et avec qui faites-vous les vôtres ???

        OK pour rester éloignés quelques mois, le temps de l’installation mais 5 ans…

        Heureusement pour vous que vous avez finalement ouvert les yeux. Quelqu’un qui vit sa vie et ne cherche pas à voir physiquement sa femme a forcément une autre personne dans sa vie. C’est mathématique.

        Si d’autres lecteurs sont dans ce cas, de grâce, réveillez-vous 😜

        Aimé par 1 personne

      4. bonsoir Scarlett,
        merci pour votre réponse !
        Comment j’ai tenu 5 ans ? Parce que je l’aimais … aussi parce que je tiens mes engagements. Je me suis mariée …pour moi c’est un sacrement …Je ne me sentais pas le droit de lui interdire d’évoluer professionnellement …
        Comment j’ai fait pour tenir ? parce que je ne pouvais imaginer que mon époux ne serait pas honnête…on juge les autres d’après soi-même à ce qu’il paraît ? J’ai donc transposé mon attitude sur lui !
        Aussi parce que j’ai eu un père bon ,très bon , intègre …Les femmes se retournaient sur lui ( il avait un très beau physique) mais jamais je ne l’ai vu porter un regard sur une femme. Il aimait ma mère sincèrement, profondément .
        Ma mère était d’ailleurs amoureuse de lui depuis l’âge de 6 ans ! Ils étaient de bons amis amis durant l’enfance puis se sont mariés….J’ai j’ai assisté à leurs noces d’or! Mon papa m’a dit ce jour-là ( j’étais très proche de lui) : « maintenant je peux mourir, j’ai accompli ma vie.. » Il est parti 2 ans après …Il n’y a pas un jour où je ne pense à lui …Mes enfants parlent de lui comme d’un grand-père extraordinaire…il ne se mettait jamais en avant mais avait cette bonté d’âme…
        Comment je tiens ? grâce à l’amour , à l’intégrité de mon père …j’ai peut-être fait trop confiance aux hommes car j’ai cru qu’ils étaient tous comme mon père . J’ai beaucoup souffert du décès de Papa …je l’ai cherché partout …Et j’ai cru l’avoir retrouvé en mon époux …à part que mon père ne m’aurai jamais traitée de cette manière…La douleur de sa perte m’a peut-être égarée…
        Par contre avec ma mère , cela a été compliquée . Elle m’a toujours considérée comme une rivale ( et encore aujourd’hui à 88 ans!). Je n’ai jamais été sa rivale! Elle voulait un garçon, j’ai été une fille ! ce fut sa 1ère déception …Nous n’avons pas le même caractère, peu de goûts en commun. Elle m’a élevée dans des règles strictes …je lui en suis reconnaissante …A l’adolescence, les relations se sont corsées. Je devenais jolie …elle n’a pas supporté …Je n’en pouvais rien …Je ressemblais à mon père…J’avais l’impression que ma mère qui aurait dû être aimante, devenait ma belle-mère (comme dans Blanche-Neige )! ma fille ainée de 31 ans me reprochera encore mes contes de fées/Walt Disney !! mais bon…c’est ma génération …
        Je suis en no contact avec ma mère depuis le décès de Papa…elle m’a fait beaucoup de mal …j’ai jugé utile de me protéger…
        Ma mère va bien . Elle a écrit un livre où elle relate l’histoire et les évènements de son village, à 88 ans ! et a reçu les félicitations de la mairie! Elle maîtrise l’informatique peut-être mieux que moi !!! ( grâce à un de mes fils qui est proche d’elle )… Ce livre , elle a eut la force de l’écrire du fait de l’amour qu’elle portait à mon père…Comment n’aurai-je pu croire en l’amour moi aussi ? Malheureusement , je suis dépendante affective et j’attire les prédateurs…Peut-être ma manque d’amour maternel ???…

        Je vous donne tous ces détails pour vous éclairer sur ma vie ..désolée d’avoir été un peu longue …

        Et une dernière chose : Comment j’ai pu ouvrir les yeux ? C’est grâce à votre blog? Scarlett et à vos commentaires … MERCI à vous ….
        et à toutes les personnes qui témoignent !

        Aimé par 2 people

      5. C’est drôle. Vous employez le terme de toutou qu’on siffle:
        Il y a un mois je parlais de la fin de l’histoire avec mon PN à mon psy. Je lui disais qu’il était hors de question de continuer la relation dans ces conditions car je n’étais pas un chien qu’on siffle… Il n’en était pas question… Je souffrais mais je refusais d’être traitée comme ça.
        Comme quoi… Les On se comportent tous de la même façon…

        Aimé par 3 people

      6. Oui oui. La victime n’est ni plus, ni moins qu’un objet laissé au bon vouloir du PN quand elle cautionne ses agissements.

        Pas très sympa pour nos amis les animaux (j’ai moi même un toutou qui est comme mon bébé) mais c’est le même principe.

        Le PN « envoie à la niche » et récompense avec une friandise quand l’autre se comporte comme il veut. C’est quoi ça ? 😨😨😨

        Aimé par 3 people

  10. Bonsoir Jyllian, bonsoir Scarlett,

    Quand j’ai lu votre commentaire, j’ai été frappée car j’aurais pu écrire le même, mot pour mot, à la virgule près. J’ai beau lire les témoignages sur ce site depuis quelques mois, je reste toujours sans voix quand je vois le mode opératoire quasi similaire à chaque fois.
    Ce fameux chaud et froid, le pn que j’ai connu en a usé et abusé durant les quelques mois de notre relation. Pas au début bien sûr.. Au début j’étais différente, voire exceptionnelle,il avait beaucoup voyagé mais n’avait jamais rencontré quelqu’un comme moi, blablabla, vous savez toutes de quoi je parle, je pense que nous avons toutes eu droit au même discours bien formaté finalement. A croire qu’il existe un guide du PN, genre « Le PN pour les Nuls » quelque part ;-).
    Bref, au début c’était l’inverse, il a instauré une relation d’omniprésence, par téléphone, par sms, des centaines par jour, par skype des heures le soir (je trouvais même çà bizarre, je trouvais que c’était trop, je me sentais envahie parfois). Et puis une fois que l’habitude a été instauré, il a opéré une réduction drastique du jour au lendemain, et quand je dis du jour au lendemain, ce n’est même pas une expression, c’est un fait. Ensuite, çà a été carrément des disparitions de quelques jours et puis d’une semaine. Cette fois là, quand je lui ai reproché son comportement immature, quand je lui ai demandé les raisons et quand j’ai fini par lui dire que c’était mieux qu’on en reste là, le seul retour que j’ai eu c’est que je cite « mon sms ne lui plaisait pas car je lui disais des choses méchantes »(la tournure de la phrase est quasiment enfantine..). C’est lui qui disparaît et quand on lui demande légitimement il me semble, les raisons d’un revirement si soudain, non seulement il n’en donne aucune mais en plus se pose en victime. On croit rêver… A ce moment là, je n’avais pas encore compris ce qu’il était, donc en bonne empathique lambda, je me suis trituré le cerveau pendant des semaines pour essayer de comprendre.
    Maintenant, je sais qu’il n’y a rien à comprendre et que ce comportement anarchique pour les autres mais très construit pour lui, n’est qu’un des nombreux rouages grippés de son cerveau malade.
    Scarlett a raison, une personne qui vous aime ne joue pas avec vous, ne vous manipule pas, ne pratique pas le chaud et le froid. Le PN joue avec nos sentiments, fait des tests sur nos capacités de résistance, comme des chercheurs font des tests sur des souris de laboratoire. Nous ne sommes que des expériences qui leur servent à affiner leur technique pour les prochaines.
    Je voulais profiter de ce commentaire pour vous remercier Scarlett, pour ce blog et vos analyses si justes. J’ai connu ce blog après avoir définitivement rompu avec cet être abject au mois d’août dernier. Vous m’avez aidé à comprendre l’incompréhensible, vous m’avez ouvert les yeux, et permis de lâcher prise et d’avancer.
    Et cela n’a pas de prix 🙂

    Aimé par 4 people

    1. Bonjour @Barbouile ! Le même mode opératoire effectivement ! Au départ je lui avais dit qu’il ne fallait pas me harceler tellement je le trouvais envahissant. Puis , pour ma part , la distance et l’absence se sont installées même pas d’un jour à l’autre mais à la minute même où je lui ai fait part de mes sentiments et qu’il a franchit le seuil de ma porte… À cette minute même le masque est tombé. Je pense que c’est tout ce qu’il voulait puisqu’il ne me plaisait pas au début. Pour d’autre , Il montre son vrai lui, après la cohabitation, le mariage , après bébé, après l’achat d’une maison , tout ce qui peut faire que l’on s’attache à lui , que ce soit financièrement ou affectivement, tout dépend, de ce que le PN a pour projet pour nous. Ce qui est sûr c’est que ce n’est JAMAIS une happy end ! @Sophie, Aliénor l’explique bien , si vous passez à l’acte, vous accomplissez sa volonté et ce sera lui la victime ! J’espère que depuis votre témoignage , vous avez revu vos projets de manière plus positive ! Courage @Sophie, je vous promets qu’on s’en remet , tout cela n’est pas une condamnation à perpétuité, c’est une chance que vous offre la vie de reconstruire sainement votre être qui n’était que ruines déjà avant ce PN… C’est ainsi qu’il faut le prendre ! Courage ! 🙂

      Aimé par 4 people

      1. Bonjour H.

        C’est chacun qui indique involontairement au PN à quel moment il peut relâcher ses efforts. Il pose la question de façon subtile et c’est la victime qui lui dit comment il va reconnaître qu’elle est attachée ou pas.

        Dès l’instant où cela se manifeste, inutile de poursuivre la charade du love bombing.

        En réalité, un pervers narcissique préférerait crever plutôt que faire une seule bonne action pour qui que ce soit 😂😂😂. Alors… vous vous doutez bien que le LB n’est pas gratuit et pas fait de bon coeur non plus.

        Il y a des gens qui ont un sursaut de dignité quand ils voient les premiers signes de la phase 2 et d’autres qui vont s’accrocher par un effet de psychologie inversée = suis-moi, je te fuis. Fuis-moi, je te suis. Vieux comme le monde.

        Leur vraie force est que les gens s’imaginent qu’un adulte qui agit ainsi…ne le fait pas exprès 😈. Aurait il vécu sur une autre planète tout ce temps où il ne sait pas comment agir en société, le pauvre être si délicat ? Et là, le mécanisme du Sauveur entre en jeu.

        Personne d’honnête ne change de visage d’une minute à l’autre et surtout, sans raisons valables et sans accepter de rupture dans le même temps. C’est la signature d’une personne qui vous a manipulée et qui installe tranquillement son emprise.

        C’est un processus conscient et qui porte ses fruits. 👯

        Il arrive qu’on se désintéresse d’une personne, qu’elle nous ennuie finalement mais dans ce cas, la moindre des choses est de rompre avec elle. Quand il n’y a pas de rupture franche, l’autre vous balade outrageusement !!!

        Le prochain témoignage du blog parle justement d’une femme qui a perdu 10 ans de sa vie, à attendre le PN parce qu’elle n’avait pas compris que c’est à elle de faire le ménage chez elle 😜. Ce n’est pas le toxique qui va vous laisser puisque son rôle est de vous exploiter. Triste de remettre son sort entre les mains d’une tierce personne et au service d’une totale arnaque ❌

        Aimé par 5 people

      2. Bonjour chère @Scarlett , c’est exactement cela ! Avec le recul , cette phase a été très claire ! Comme on dit :  » Il n’y a de fromage gratuit, que dans les pièges à souris 🐭  » !! Ce qu’il a investi durant le love bombing nous sera repris X fois ! Si j’avais eu confiance en moi , juste ça, même sans connaître l’existence des PN , je serais partie , c’est cela qui m’a perdu, avec le côté sauveur de dépendante affective que j’étais. En écrivant ce com je pense à une phrase qu’il m’a dit :  » Tu ne me feras pas changer, les gens changent que si ils le veulent eux mêmes, moi je ne le veux pas, Je m’aime MOI , j’ai confiance en moi MOI et je pense à MOI avant tout le monde MOI  » les messages étaient clairs ! Mais je préférais ses mensonges ! C’est cela qu’il faut comprendre, face à eux on devient notre pire ennemie. Mais à nous ensuite de devenir notre meilleure ami(e), Je le souhaite à tous et toutes ! Belle journée !

        Aimé par 2 people

      3. Oui, au-delà de l’étiquette « PN », il faut surtout se demander si le COMPORTEMENT de la personne est adéquat ou non.

        Je suis désolée mais en phase 2, je défie quiconque de me dire que le comportement du « PN » était « respectueux ». Quand le PN tombe le masque, il n’est plus possible de se dire que la « relation » est normale, à moins d’être soi-même dans un degré inférieur à zéro sur l’échelle de l’estime de soi. Donc, plutôt que de chercher des excuses ou de se mettre en quête d’une thérapie pour autrui, les personnes devraient réaliser qu’elles sont face à un individu qui ne les respecte pas.

        Pour moi, le facteur numéro 1 pour repérer un toxique est ce manque de respect total pour les autres. ça se repère facilement pour des personnes « standard ». Même les DA le voient.

        Pour sa citation :

        « Tu ne me feras pas changer, les gens changent que si ils le veulent eux mêmes, moi je ne le veux pas, Je m’aime MOI , j’ai confiance en moi MOI et je pense à MOI avant tout le monde MOI »

        Oui, il a totalement raison. Et il t’a dit une vérité que tu n’as pas voulu entendre. Combien d’autres personnes sont tellement focalisées sur elles-mêmes et sur leur illusion de pacotille qu’elles n’entendent pas ce genre de paroles de vérité ? Tout est dit. Personne ne change par une action extérieure et les PN ne veulent pas changer.

        Ils ont raison de ne pas chercher à changer quand ils voient que la personne qui demande ce changement est elle-même incapable de réaliser que l’autre est son ennemi.

        Aimé par 5 people

      4. Oui ma Scarlett, c’est vrai , il avait raison sur ce point et sur d’autres… Mais je montrais les crocs à chaque vérité et buvait ses mensonges. C’est ce que j’ai appelé ma double peine , d’en prendre conscience. Je me suis sentie trompée et trahie par lui mais surtout par moi même, ce qui est extrêmement violent et dévalorisant. Mais il faut se pardonner et DÉCIDER de ne plus jamais se traiter ainsi. Et je dis volontairement « se traiter » et non « se laisser traiter ainsi » parce que nous avons le pouvoir ! Plus jamais je ne laisserais qui que ce soit faire de moi son jouet, me faire douter , l’illusionner, parce que je sais qui je suis maintenant et surtout ce que je ne veux pas ! Dernier point important , je n’attends plus que quelqu’un comble mes carences affectives, je les ai comblé moi même, si quelqu’un vient ce sera un plus et non une bouée de sauvetage. Il faut bien comprendre que pour espérer une relation saine , il faut avoir soi même des bases saines. C’est le prix du bonheur ! ❤

        Aimé par 1 personne

    2. Bonjour B.

      Non, il n’y a rien à comprendre mais tout à interpréter ✌

      Il ne va pas vous expliquer les grands principes de la manipulation mais il sait ce qu’il est en train de faire. Je vous garantis que si vous mettez 2 manipulateurs dans la même pièce, ils vont se flairer mutuellement et ne pas appliquer leurs méthodes de tromperie l’un sur l’autre. 😂

      Magie ? Non. Stratégie. Ils savent qu’il y a des gens sur qui ça marche et d’autres sur qui ça ne marche pas, dont leurs propres congénères.

      Ne vous laissez plus duper par une overdose d’attention. Ceci doit d’ailleurs vous servir de drapeau rouge à l’avenir. Comment quelqu’un de sain d’esprit peut passer ses journées à discuter avec vous ??? Il n’a pas de vie ? Vous n’avez pas de vie non plus ? Il faut poser des limites et ce n’est pas parce qu’on vous écrit que vous êtes obligée de répondre.

      Merci pour vos encouragements et votre participation 💯

      Aimé par 6 people

    3. Bonsoir Barbouille.
      Effectivement, en lisant les témoignages on voit les mêmes modes opératoires. C’est étrange je trouve: ces hommes ne se connaissent pas mais usent des mêmes techniques, le plus bizarre étant qu’ils ont les mêmes expressions !
      On pourrait faire un recueil « phrases de PN »! 😉

      Aimé par 2 people

      1. On avait déjà écrit ça quelque part sur le blog pour le best of des répliques des PN 😂😂😂

        Oui ce sont tous les mêmes. Hallucinant. Ils ont tous le même mode opératoire.

        Aimé par 3 people

  11. Bonjour Historiacyn, bonjour Scarlett,

    Historiacyn, Le PN que j’ai connu son discours était similaire au votre. Une des ses phrases fétiches était : « je m’en fous de tout, on vit beaucoup mieux comme çà ». Dans tout, il faut inclure les gens y compris moi et même ses enfants. Bien sûr, avec le recul on se dit qu’est ce qu’on peut attendre de quelqu’un qui tient un tel discours ? Ben rien du tout évidemment… Mais quand il vous dit çà et qu’après il arrive avec des fleurs, vous vous dites que vous serez l’exception qui confirme la règle…
    Scarlett, vous avez tout à fait raison concernant l’overdose d’attention. Comme beaucoup de personnes ici, et comme tout bonne DA qui se respecte, j’étais grisée par l’intérêt qu’il me portait, je me sentais aimée et valorisée comme çà ne m’était jamais arrivée. Et lui avait senti ce vide à combler en moi, aussi sûrement que le porc flaire la truffe 🙂
    Non, il n’avait pas de vie, il envahissait la mienne pour se l’approprier. Mais il faut dire les choses telles qu’elles sont, je l’ai laissé faire, j’étais une victime consentante.
    Lui quand il ne travaillait pas, il ne faisait pas grand chose de ses journées à part du sport, monsieur est très soucieux de son physique.
    Pour le reste rien ne l’intéressait. Alors évidemment, moi qui m’intéresse à plein de choses, qui ne me contente pas de dire « tiens j’aimerais bien faire çà un jour » mais qui me lance, quitte à me planter pour ne pas avoir le regret de ne pas avoir essayé, j’étais un objet de curiosité pour lui qui ne s’intéresse à rien. Une fois où je lui expliquais que j’avais appris une chanson en roumain, juste pour délirer avec mes enfants, je lui avais dit « je sais que çà peut paraitre bizarre » et il m’avait répondu avec une pointe d’envie « non tu vis toi au moins ». Lorsqu’il m’avait dit çà, je pensais qu’il faisait référence à son ex, qui comme tout bonne ex de pn, était la dernière des ratées à l’entendre évidemment. Je sais maintenant qu’il parlait de lui.
    En ce qui concerne la manipulation, il avait une sacré expérience dans ce domaine : monsieur est dans la police. A une époque, il menait des interrogatoires où il devait amener des personnes à avouer des choses inavouables… Il m’expliquait donc qu’il devait faire semblant de sympathiser avec ces personnes qu’il haissait pour les amener à parler. C’était donc extremement facile pour lui de transposer çà à sa vie personnelle, il était un expert en la matière.
    Un jour où j’étais avec lui au bord de l’eau (c’était en période de LB donc il était en mode prince charmant), nous étions sous un arbre sur lequel il y avait du gui. Je lui expliquais que, loin de l’image du joli gui sous lequel on s’embrasse à Noël, cette plante était en fait un parasite, qui se nourrissait de la sève de son hôte et qui l’affaiblissait, hôte sans lequel cette plante ne serait rien et ne pourrait vivre.
    Voilà comment je le perçois à présent, voila ce que sont les PN, des jolies plantes qui cachent en fait des parasites au sens scientifique du terme. Incapables de grandir seuls, qui s’attache à quelqu’un de plus fort qu’eux et qui se nourrissent de la sève qu’ils volent aux autres, quitte à les vider de leur substance.

    Aimé par 2 people

    1. Juste une clarification : si cet homme est un PN, il n’y a pas de « transposition » de son savoir faire professionnel à sa vie privée. Attention.

      Il est possible pour toute personne d’apprendre la manipulation MAIS le pervers narcissique est un profil psychologique. Ne pas faire l’amalgame entre les deux.

      Certaines personnes utilisent des techniques de manipulation favorisées par une empathie peu marquée sans pour autant être des prédateurs.

      Il n’y a pas de bouton on/off pour la perversion narcissique. S’il s’agit de l’un d’eux, c’est dans l’autre sens que cela s’est passé. Il a choisi cette profession parce qu’il a un talent pour la manipulation du à son organisation psychique. Un adulte qui apprend à manipuler n’est pas un PN sinon il serait déjà maître en la matière.

      Les vrais sont rares.

      Aimé par 3 people

      1. Tu as raison de le préciser, @Scarlett, d’ailleurs je ne suis même pas certaine qu’il soit PN. Manipulateur oui, narcissique, quelques tendances perverses oui , avec certitude. Mais cela , à mon sens , fait de lui surtout quelqu’un de malsain mais pas forcément PN. Du moins je n’en ai pas la certitude . Et je ne me voile pas la face en disant cela, cela n’atténue où n’empire rien qu’il soit où non PN. À vrai dire cela m’est égal. Il était néfaste pour moi, point. Je reviens juste, sur la phase 2 dont tu parlais toute à l’heure , @Scarlett, où il devient irrespectueux . C’est vrai. Pour ma part , jamais ouvertement mais dans ses actes et ses non actes également d’ailleurs, cela dépendait. Je le lui ai dit X fois : « Tu n’as aucun respect pour moi , aucune considération « , quand j’y repense je me dit que j’étais stupide de rester , de vouloir à tout prix faire la différence, j’étais tellement convaincu que « notre » amour était unique (interdiction de rire @Scarlett ! 😜) que moi j’y arriverai… lol ! Il faut juste comprendre qu’il n’y a rien d’unique, rien d’exceptionnel, qu’il y a eu des dizaines de cadavres avant le notre et que l’on n’a rien de supérieur aux précédentes, ni l’amour , plutôt la dépendance qu’on lui porte, ni la capacité de changer un adulte construit de cette manière là ! On s’en va et c’est tout ce que l’on a de mieux à faire ! 😊

        Aimé par 2 people

      2. OK je respecte l’interdiction de rigoler mais je te tire la langue 😜😜😜

        Blague à part, j’ai moi aussi eu cette réflexion « Cette personne n’a aucun respect pour moi » et ça fait un sacré électrochoc quand tu ouvres les yeux sur la réalité de cette mascarade.

        Oui, il faut fuir, loin, vers la vraie vie, sortir de cette puanteur toxique. Punaise, je ne revivrais ce cauchemar pour rien au monde. No regret 🚫

        Le réflexe des personnes qui ont peu confiance en elles est de se questionner sur elles mêmes quand l’autre change. Comme si l’attitude de l’autre était conditionnée par un manquement de leur part. Les PN le savent bien et ils en jouent. Ils savent qu’en jouant sur la distance et le côté imprévisible, c’est l’autre qui sera déstabilisé et cherchera d’autant plus à prouver sa valeur pour leur plaire.

        Aimé par 5 people

      3. Mais c’est clair ! C’est quand même une leçon dont on se passerait bien 😊 Mais quand on sait qu’on arrive au PN lorsque l’on a dysfonctionné toute sa vie, on arrête de chercher à comprendre autre chose que : Il est PN et il nous a choisi uniquement pour nos failles ! Partant de là on fait quoi ? On se tue pour un cretin qui n’en sera que plus heureux où on se bat pour tout détruire et tout reconstruire à l’image de l’excellente métaphore citée plus haut ? Scarlett, Isabel , Dandoha, Stellabat et plein d’autres on a fait le choix de VIVRE , j’espère que Sophie le fera aussi, au moins pour son enfant dans un premier temps. Elle n’a pas à payer l’addition du PN , la pauvre, elle n’a rien choisi elle…

        Aimé par 2 people

  12. @Historyacin

    Tu as parfaitement raison bien sûr :

    « Dernier point important , je n’attends plus que quelqu’un comble mes carences affectives, je les ai comblé moi même, si quelqu’un vient ce sera un plus et non une bouée de sauvetage. Il faut bien comprendre que pour espérer une relation saine , il faut avoir soi même des bases saines. C’est le prix du bonheur ! ❤ »

    Quand on a enfin réussi à tordre le cou à la dépendance affective et retrouvé ses propres limites, il est bien naturel d’avoir ce discours.

    Ceci dit, l’amour est tout sauf prévisible ;-). Ce qui veut dire que le jour où Cupidon viendra toquer à ta porte ma belle, attends-toi à tout sauf ce à quoi tu penses t’attendre.

    Je ne doute pas une seconde de ton intégrité retrouvée, je te lis assez pour le savoir 😉 ; mais tu sais maintenant comme nous toutes ici qu’une relation est toujours force de bouleversements, même la plus saine d’entre toutes, personne n’est jamais totalement vierge d’ombres et de petits démons planqués.

    Si nous étions parfaits, nous serions…morts !

    Et c’est ce qui fait la richesse d’une vraie histoire d’amour, parce qu’elle fait progresser quel qu’en soit le prix. On n’est jamais à l’abri de difficultés de compréhension, de communication, voire de « suppositions » (cf. nos chers accords toltèques ;-))

    Et aussi parce que si tout était rose systématiquement, ce serait bien ennuyeux…et profondément suspect !

    L’amour, le vrai, nous demande de nous remettre en question en permanence. J’ajoute une chose : un couple, un vrai, ça s’entretient.

    Rien n’est jamais acquis.

    Heureusement ! 🙂

    Aimé par 4 people

    1. Bonjour chère @Isabel, tu as raison, je ne peux prétendre être à l’abri définitivement, je suis aujourd’hui, simplement dans un fonctionnement à l’opposé de qui j’étais, je ne suis pas parfaite mais je m’aime comme ça, je sais que je suis quelqu’un de bien et que je mérite quelqu’un avec les mêmes valeurs que les miennes sinon rien et j’espère de tout mon cœur que ces bagages me rendront suffisamment forte et me permettront de garder la tête froide si Cupidon me vise un jour 😬 Je suis déterminée à ne plus être la maman de substitution ou le paillasson de qui que ce soit. À mon niveau, je pense que je peux difficilement faire mieux. La vie , si elle estime que kaï d’autres choses à régler m’éprouvera à nouveau, Je le sais, so wait and see in peace and love but always stay strong … ❤️💪🏼 😉

      Aimé par 5 people

  13. C’est effectivement ce qu’il m’avait dit concernant le choix de sa profession, qu’il ne serait pas vu faire autre chose, que c’était évident pour lui qu’il devait faire çà. De là à penser que cette profession lui permettait à la fois de jouer de ces talents de manipulation pour la bonne cause, et aussi lui permettre d’avoir un certain ascendant sur les gens…
    Maintenant, j’ai bien conscience que les sentiments négatifs que m’inspire cette personne à présent fausse peut être mon jugement.

    Aimé par 1 personne

  14. Merci @Douce @Isabel 😊 Maintenant je le sais que je ne suis pas un paillasson 😁 Le meilleur je le vis chaque minute ,depuis que je suis libérée de mes chaînes, dans mon indépendance affective , auprès des miens 😉 Nul ne connaît l’avenir, on verra bien ce qu’il me réserve. J’ai confiance 💕

    Aimé par 1 personne

  15. Bonjour Sophie et bonjour à tous,

    J’ai eu la gorge serrée en vous lisant @Sophie.

    Si il y a bien une personne qui ne se relèvera pas de votre mort c’est bien votre fille. Elle mérite une maman généreuse et douce, tout ce que vous êtes et se sont vos propres mots. Surtout ne vous dévalorisez plus, vous êtes cette femme intelligente et cadrante; à cela vous allez désormais pouvoir rajouter »combative et libre ».
    Certes vous avez donné malgré vous au PN les ficelles pour vous manipuler mais désormais vous êtes en mesure de reprendre les rênes de votre vie parce que vous savez qu’il n’est qu’un objet de destruction, voué à finir à la déchetterie, son habitat naturel.

    Votre fille vous remerciera d’avoir pris conscience de la situation hautement toxique dans laquelle vous avez failli y laisser votre peau, de vous en être libérée et de l’en avoir libéré. Vous lui offrez une issue et ce n’est pas la maman en souffrance qu’elle va observer, mais la maman courageuse, volontaire qui malgré sa douleur réussit à reconstruire sur des ruines, à rebâtir du neuf, du solide. Le meilleure modèle dont elle puisse s’inspirer.

    Vous avez laissé exploser votre douleur, il le fallait sans doute pour vous en débarrasser. L’étape suivante est de vous concentrer sur vous, sur ce que vous ne voulez plus, ce sur quoi vous ne transigerez plus jamais et vous découvrir bien pus forte que vous ne pouvez l’imaginer, pleine de ressources. Il faut de l’énergie pour cela, ne la retournez plus contre vous avec des idées sombres mais pour vous. Chaque pas en avant vous donnera la force d’en poser un autre, et puis plusieurs jusqu’à ce que cela devienne naturel. Aidez vous, tentez d’autres approches comme par exemple la sophrologie, il y a forcément une technique qui vous conviendra à l’instant T.

    Vous avez un poste de manager, sans doute un peu de pression de par vos responsabilités. Si vous avez besoin de vous posez pour souffler, peut être pouvez vous vous confier à votre médecin ?
    Ne culpabilisez pas, vous avez besoin de vous détendre, une absence de quelques semaines, le cas échéant, ne fera pas de vous une tire au flan, juste une personne responsable qui sait dire NON quand il y va de sa propre santé. Pas besoin de raconter pourquoi à votre employeur, juste que vous avez des problèmes de santé à régler. Il faut prendre du temps pour soi quand on ne va pas bien et du temps également pour régler les difficultés de tout ordre liées à une séparation, du temps aussi pour être avec son enfant.

    Je vous assure comme d’autres pourront vous l’assurez ici que l’on peut renaitre après un choc aussi redoutable. Certaines y parviennent rapidement, d’autres comme moi, avancent pas à pas, doucement mais surement.
    Ayez confiance en vous 🙂

    Aimé par 2 people

  16. Haha ! @Barbouille , la profession ! Je pense qu’il pourrait être intéressant d’étudier de près les choix de ces « charmants » fake ! Mon ex cumulait deux boulots très différents. L’un qu’il n’a pas vraiment choisi , dans la maintenance histoire « d’assurer ses arrières » car son deuxième métier ne serait pas at vitam eternam. Enfin , en théorie , je ne sais pas si il continue ou pas et je m’en moque. Il était Disc Jockey . Au début il m’a dit cela , bon j’imaginais le petit dJ qui anime vite fait deux trois événements par ci par là et sans plus. Mais pas du tout. Il vit pour Ça. Ce qui est intéressant, c’est de le voir « travailler » , car honnêtement son profil est une force dans ce domaine. Il excelle. Je l’ai déjà accompagné et en entrant il s’imprègne immédiatement de l’ambiance, des personnes, il sait ce qu’on attend de lui… Il met le feu, il est chaque fois flatté, grassement remercié souvent et pas que verbalement . Il est dans des agences très prestigieuses mais il peut aussi animer des fêtes de CE ou d’autres événements. Il est antillais mais il excelle dans l’orientale (choix purement lucratif) c’est un caméléon. J’étais très impressionnée par ce « truc »impalpable , qu’il a, des rayons X lol… Il m’a déjà montré deux trois fois des femmes en me disant des trucs du genre : « Tu vois cette femme ?! On voit qu’elle a des problèmes et que ce soir elle est là pour tout oublier… ». Sur le coup je ne comprenais pas , je regardais ces femmes et effectivement, ce n’était pas des femmes épanouies ou qui avait l’air heureuses mais je voyais qu’il cernait quelque chose que je ne comprenais pas. Plus tard j’ai compris qu’il me montrait la proie de la soirée si je n’avais pas été là… C’est bien pratique ce boulot pour lui ! En revanche il recale les filles qui le draguent ! (Forcément, elles ont confiance en elles celles ci… ) Il continue malgré un âge assez avancé pour cette profession , il faut voir sa joie , quand les gens se déchaîne si il lance un son… Il est littéralement, le Dieu de la soirée… Et puis cette drague partout, l’ivresse omniprésente et ses déviances, c’est bien pour lui , c’est son monde. Parfois il m’a proposé de le rejoindre dans dès soirées très (trop à mon goût) huppée. J’ai refusé. Je lui ai dit que ce n’était pas mon monde toute cette superficialité, ce paraître, que je m’y sentirai mal à l’aise. Lui le paraître et la superficialité, il maîtrise… 😬 Je lui disais souvent en plaisantant qu’il continuerait en déambulateur, je ne le vois pas abdiquer… 😉

    Aimé par 2 people

  17. @Historiacyn,

    Oui le paraitre, l’image, c’est tellement eux, c’est tout ce qui compte… le « mien » jouait les faussement humbles genre je ne m’attache pas à des choses aussi superficielles que le physique. Pourtant il était très soucieux de sa personne, à faire au moins 2 heures de sport par jour.
    Et puis l’image sociale aussi, surtout, celle du gendre idéal, toujours prêt à rendre service, celui qui est décrit par ses amis comme étant le gentil victime de femmes déséquilibrées…
    La façon dont il parlait de son ex a toujours été un problème pour moi, c’est quand même quelqu’un avec qui il était resté 10 ans et avec qui il avait eu une fille. Il en parlait comme d’une folle, d’une hystérique immature, l’insultait y compris devant sa fille, il cherchait à monter subtilement la petite contre sa mère. A l’entendre elle avait tous les travers possibles et imaginables, mais pourtant c’est elle qui l’a quitté… quand je lui demandais mais si elle était si terrible que çà, pourquoi ce n’est pas toi qui est parti ? Il éludait et pour cause, je doute à présent de ce qu’il a pu me dire sur elle
    Un jour qu’il était furieux contre elle car il disait qu’elle racontait des choses fausses sur lui, comme quoi il était violent, un peu plus tard dans la soirée, un peu alcoolisé, il avait lâché un : elle a peur parce qu’elle sait que je suis capable de lui en coller une… Il n’a jamais été violent physiquement avec moi, « juste » verbalement et çà s’est fait graduellement. Donc a l’époque je n’avais pas pris çà au 1er degré mais je ne l’ai connu que quelques mois et elle 10 ans, alors allez savoir si çà n’était pas vrai…
    C’est aussi l’homme qui me disait, alors que nous avions rompu quelques jours (ma première tentative d’arrêt que j’ai évidemment regretté à ce moment là, si j’avais su…), que mes excuses, mes supplications sur skype l’avait fait rire, que c’était amusant de m’avoir laissé marner quelques jours à me morfondre et qu’il savait que de toute façon on se remettrait ensemble. Comme j’avais été choqué par ses propos, il avait opéré un magnifique rétropédalage en disant que c’était de l’humour et que je n’avais pas compris…
    C’est aussi l’homme qui m’a expliqué en riant toujours que son père était devenu alcoolique à cause de lui : il était parti de chez ses parents a 17 ans du jour au lendemain, sans donner de nouvelles et sans réels motifs pouvant expliquer un départ soudain. Quand il a repris contact avec ses parents quelques années après, sa mère lui a expliqué que son père s’était mis à boire après son départ. Et lui ca le faisait juste rire… Il méprise ses parents, sa mère en particulier, qu’il trouve banale et chiante.
    C’est aussi l’homme qui est très soucieux de son physique mais qui laisse sa fille de 7 ans devenir obèse, qui la bourre de sucreries et qui me dit qu’il sait que c’est sa faute si elle est comme çà et qui continue pour autant. On voit que la petite n’est pas bien dans sa peau, d’ailleurs, il disait lui même qu’elle était isolée à l’école (on sait que les enfants sont cruels à cet âge…). Il n’a jamais cherché à comprendre pourquoi. Simplement, un jour, il l’a regardé et lui a dit avec mépris, cette année tu as des amis car tu les achètes avec des cartes pokemon…
    Il a 3 autres enfants plus agés d’une première union, qu’il ne voit que rarement. Evidemment à l’entendre c’est de leurs fautes bien sûr. Je suis restée quelques mois avec lui et je ne connais le prénom que d’un seul. Car, les rares fois où il en parlait c’était pour en dire du mal et alors il les appelait les cassos… Il disait que si c’était à refaire, il n’aurait pas d’enfant, il disait çà a coté de la petite..
    et des phrases comme çà, il y en a tant d’autres, en si peu de temps. Voilà ce qui se cache derrière le masque socialement correct. Quand je relis tout çà je me dis : comment ai-je pu ne pas voir un tel manque d’empathie et un tel mépris y compris envers ses parents et ses propres enfants??? Je pense qu’au fond je le voyais, mais je pensais qu’avec moi il serait différent. Mais pourquoi l’aurait-il été…

    Aimé par 4 people

    1. Barbouille, je te comprends tellement… A entendre mon PN, son ex était une femme qui n’aimait que l’argent, qu’elle avait deux visages, femme très classe et aimante devant les gens et une mauvaise mère qui ne s’occupait jamais de lui et de son fils une fois rentrée. Moi je l’ai cru et je pense qu’elle ne s’est jamais aperçu qu’elle avait été victime d’un PN. Sa version à lui était qu’elle l’avait trompé avec son collègue (qu’elle a épousée depuis) et lui était parti en lui laissant tout… C’est marrant c’est aussi ce qu’il dit aux autres, qu’il m’a tout laissé, comme le prince charmant qu’il est … Ce qu’il oublie de dire, c’est qu’il n’y a que moi qui est tout acheté, il oublie aussi de dire que le lendemain ou il m’a frappé, il s’est pointé chez nous avec un huissier de justice et 10 amis qu’il avait convaincu de lui venir en aide car comme je l’avais frappé puis j’avais porté plainte contre lui (3 heures de garde à vu contre 12 h aux urgences !) je pouvais aussi tout aussi bien détruire toutes ses affaires. Quand les gens sont arrivés et on vu l’hématome sur mon visage et les traces jaunes laissés sur mon cou, ça ne les a même pas convaincu, 50kg pour 1m70 contre 1m85 de ceinture noir de judo mais il faut croire qu’il a un pouvoir bien diabolique pour convaincre les gens. Il passe aussi 1 heure par jour dans une salle de sport, et son fils de 14 ans est lui aussi obèse.
      Je pensais aussi pouvoir l’aider, la liste de tout ce que j’ai fait pour lui est tellement longue qu’elle pourrait prendre tout un blog: je lui ai fait récupérer la garde alterné de son fils, réconcilier avec son frère puis ses parents, couvert de cadeaux etc etc etc
      L’hypnothérapeute m’a demandé pourquoi je n’allais pas retourné avec lui cette fois car après les coups j’étais bien décidé à ne plus le voir ? Je lui ai répondu que la dernière fois je me sentais coupable de ne pas l’avoir « sauvé » ou « aidé » davantage, que j’avais ma part de responsabilité dans notre rupture mais depuis le mois de septembre ou j’ai repris ma « liaison » avec lui, j’ai tout fait, on a été voir plusieurs fois notre généraliste car il ne voulait pas voir de psy, modifié son traitement, promis d’arrêter de boire (ce qui n’a pas duré !)… j’ai été la femme la plus câline, la plus attentionnée, la plus dévouée et comme il me l’a toujours dit et répété, j’étais à nouveau à lui et rien qu’à lui. Mais comme tu peux le voir, ça n’a servi à rien sauf à me faire du mal. Ce manque d’empathie je le ressens vraiment depuis le mois de décembre et c’est ce qui me prouve chaque jour un peu plus que je n’aime plus cet homme, j’aime toujours l’autre, j’en suis consciente mais après ce qu’il m’a fait subir ces derniers mois, il ne redeviendra jamais mon prince charmant. Vous allez tous me trouver stupide mais je ne veux pas croire que cet homme ne m’a pas aimé. Par contre, une fois qu’il a obtenu la garantie de mon amour, il me l’a pris avec un plaisir certains, mais en attendant, j’ai passé presque 6 ans à être traité comme une princesse et c’est cet homme là que j’ai aimé pas celui qu’il est actuellement. Car cet homme est monstrueux, abjecte, méchant, menteur, manipulateur, odieux, et alcoolique et personne ne pourra jamais le soigner…

      Aimé par 2 people

      1. Bonjour @Sophie, je sais que c’est difficile à admettre mais il faut intégrer qu’il ne vous a jamais aimé et arrêter de dissocier l’homme du love bombing , de celui qui a tombé le masque… Sinon vous resterez bloquée à cette étape de victime blessée. Il faut bien comprendre que cela n’a rien à voir avec la personne que vous êtes, que cela ne veut pas dire que vous n’êtes pas aimable mais que simplement vous avez fait une mauvaise rencontre. Je ne trouve pas votre vision stupide , j’avais la même mais il faut également reconnaître que le prince charmant n’existe pas ! Si c’est trop beau pour être vrai c’est que Ça l’est ! Je vous dit cela pour l’avenir, parce que c’est important. Vous dites aussi :  » Je sais que j’ai ma responsabilité dans notre rupture  » , pardonnez moi mais je comprends que vous n’avanciez pas , vous avez VOTRE PART DE RESPONSABILITÉ AU COMMENCEMENT DE LA RELATION MAIS ÉGALEMENT DANS LA POURSUITE ET LA REPRISE DE CELLE CI MALGRÉ LE MAL QU’IL VOUS A FAIT. VOUS ne vous aimiez pas suffisamment pour vous sauver vous , vous avez préféré essayer de vous épuiser à le sauver lui. N’ayez aucun regret @Sophie, vous ne pouviez pas le sauver et personne ne le peut ! Par contre , vous DEVEZ VOUS SAUVER VOUS car personne d’autre que vous ne le pourra et c’est bien plus constructif pour votre avenir. Force et courage à vous 😉

        Aimé par 2 people

      2. Bonjour Sophie,

        Je réagis juste sur cette phrase :

        « Vous allez tous me trouver stupide mais je ne veux pas croire que cet homme ne m’a pas aimé »

        Nous n’avons pas de jugement à poser sur votre vie car vous êtes une femme adulte. Néanmoins, vos propos comportent un bon nombre d’incohérences.

        Si, pour vous, un homme qui vous aime est aussi autorisé à vous battre et à vous étrangler, soit. Chacun sur cette terre a sa définition du mot « amour ». Seulement, si vous êtes dans cette logique, vous vous dupez vous-même et vous vous manipulez vous-même. La responsabilité de cet homme est exclue d’office. Comprenez-vous ce que je veux dire ?

        Il y a un principe d’honnêteté intellectuelle à avoir envers soi-même, à défaut d’avoir de l’amour pour soi et de l’estime. Vous vous mentez à vous-même, en prétendant d’une part « je ne veux pas croire que cet homme ne m’a pas aimée » puis dans la phrase juste après « j’ai passé 6 ans à être traitée comme une princesse« . Vous pouvez croire tout ce que vous voulez mais ne vous faites plus passer pour une victime !

        Je précise aussi l’incohérence écrite noir sur blanc dans votre témoignage :
        « Puis on s’est installés ensemble au bout d’un an environ, juste quand je venais de perdre mon père et une fois de plus, il était là charmant mais très vite son comportement a changé, agressif, violent et même parfois méchant.  »

        Bref, comme de nombreuses personnes dans le victimisme chronique (ce n’est pas une critique, vous faites ce que vous voulez sincèrement) qui vous pousse à vous créer une nouvelle réalité pour nourrir vos illusions perdues.

        Donc, pour vous, vous avez été traitée comme une princesse PENDANT 6 ANS alors qu’au bout d’un an, IL AVAIT DÉJÀ CHANGE DE COMPORTEMENT EN PIRE ?

        Je comprends mieux pourquoi vous tournez en rond. Contre le mensonge que l’on se fait à soi, il n’y a aucun remède. Oui, parce que la violence est normale chez vous et rationalisée. Vous vous trouvez des excuses pour valider vos propres mensonges. ça ne vous mènera nulle part mais c’est votre mode de fonctionnement. Il est totalement inopérant à moyen et long terme, et vous condamne à replonger dans une nouvelle relation toxique.

        Vos contradictions sont le reflet de votre refus de la réalité. Dans votre esprit, c’est le chaos où tout est permis pour un homme, du moment qu’il vous berne avec quelques miettes « d’amour ». De l’amour en sachet et pas de l’authentique respect de soi. N’importe quel manipulateur est capable de voir que vous n’avez pas de limite. Quand un homme parvient à trouver votre clef, vous êtes prête à le laisser tout faire. Faites bien attention à vous pour la suite car vous êtes du caviar pour tout manipulateur.

        Idem pour tous ceux qui me lisent. Vous êtes victimes de violence = EST-CE OK POUR VOUS OU PAS OK ?

        Arrêtez de VOUS baratiner ! Vous ne trompez personne si ce n’est vous, au final. Ceux qui ont les idées claires avancent sur leur vie avec force et dignité. Ceux qui se mentent n’avancent pas et reculent dans leurs propres mensonges. Si vous-même êtes dans le mensonge, ne cherchez pas à faire reposer le poids de VOS illusions sur un manipulateur qui n’a fait qu’exploiter un sacré terreau d’absence d’authenticité.

        Sophie, comment une femme qui a été battue, étranglée, réveillée à coups de gifles, poussée au suicide (selon vos dires) peut-elle croire que cet homme l’a un seul jour aimée ? Cela signifie que la donnée « violence/manipulation/exploitation » est normale, tant qu’il vous dit en même temps « Je t’aime » ou je ne sais quel autre bla bla. Mensonges, incohérences, auto-duperie… C’est triste pour vous. Pour personne d’autre.

        J’insiste autant parce qu’il y a des personnes qui veulent réellement s’en sortir et SONT DANS L’AUTHENTICITÉ, quand d’autres préfèrent rester sous la couette de la victime, alors qu’elles ne peuvent même pas regarder la réalité en face, confronter leurs contradictions, prendre conscience de leurs incohérences. Ce qui libère, c’est de se voir tel que l’on est et de créer une sincérité au moins de vous à vous, à défaut de l’être avec ceux qui essayent de vous aider. On ne peut pas construire une guérison sur un tas de mensonges.

        Je vous souhaite une très belle route et le cadeau de la vérité.

        Aimé par 3 people

      3. Bonjour Sophie,
        Tu dis avoir été traitée 6 ans comme une princesse, te rappelle tu l’évènement qui a stoppé le conte de fée?
        Pour avoir eu cette même réflexion au début par manque d honnêteté envers moi et à cause de mon cerveau enfumé, la dissociation que j avais mise en place, je ne dirais pas que tu es stupide, juste que tu lui trouve encore des excuses. Moi c’est quand j ai tout quitté pour vivre près des siens après 5 ans de( haut) de ( bas). Durant ces 6 ans, il y a forcément eu des violences, même vis à vis de ta fille, et un jour elle te dira ce qu elle voyait, ce qui l interpellait…
        A ce sujet, je prépare un témoignage sur les dégâts et violences invisibles et visibles subient par mes enfts, fait consciemment par le Pn, en mon absence principalement, sur eux, occulté par moi ou non parlé par les enfts par épuisement des conflits qui en découlaient et qui surtout ne réglaient jamais rien mais, poussé le pn a les torturer toujours un peu plus insidieusement bien sur. J étais devenue sa complice.
        Les enfts ont dc témoigné en thérapie familiale, la police décrétait qu’ils ne ressemblaient pas à des enfts maltraités l an passé, 7 mois après son départ suite a ma première plainte.
        Police qui les a auditionné suite au signalement de la psy, car mes plaintes et umj n avaient jamais été reçu au parquet, Mr et sa famille avaient mis tout un commissariat dans leur poche, pour me dissuader, d ou l’efficacité de l isolement, j’ai du user de stratégies pour que mes plaintes soient prises, j’ai marché a en user mes chaussures, revenais tôt le matin,ils me faisaient attendre des journées entières après chaque faits, dans le but que j abandonne, des calomnies des agents a leurs collègues, l intervention des urgences pédiatrique , des Umj, auprès d’eux, en ma faveur…

        6 mois plus j’ai accumulé des preuves, saisi le procureur qui a reouvert l enquête ce mois ci… a suivre.

        Non il ne m aimait, n aimait pas mes enfants, n aime pas notre fils, et ce des la première minute, qui te reviendra en mémoire, et après son départ j ai encore espéré un changement envers son fils, quand j ai constaté qu en faite il le détruisait d autant plus qu’il n’y avait plus de garde fou(moi), cette enft était devenu le seul jouet qui lui restait parmis, seul la justice pouvait mettre du cadre.

        Bien à nous à nos enfants victimes collatérales de nos failles.

        Nini

        Aimé par 1 personne

    2. Bonjour @Barbouille, quel être charmant ! Ce qui me frappe dans votre commentaire c’est avant tout la manière dont il se comporte avec sa fille… Je trouve cela terrible , j’ose espérer que cette enfant est correctement prise en charge du côté de sa mère parce qu’elle a une chance sur deux d’être à son tour bourreau ou proie , une fois adulte… Je voudrais également vous dire que je pense que sa phrase :  » Elle sait que je suis capable de lui en coller une  » est vrai ! Et que OUI en dix ans elle s’est probablement vérifiée… Dans tous les cas , à l’avenir, fuyez devant ce genre de propos ! Une personne qui n’a rien à se reprocher ne tient pas ce genre de discours… Pour ce qui est de ses parents, il faut savoir que si il est PN , il n’est certainement pas le seul à l’être dans sa famille. Et… Dans ce que vous décrivez je pencherais plus pour le père. Vous trouvez cela normal d’accuser son enfant d’être responsable de son alcoolisme ? Moi pas ! Même si je peux entendre l’inquiétude d’un parent dont l’enfant de 17 ans est parti sans donner de nouvelles , personne d’autre que LUI n’a acheté et bu l’alcool… Le « mien » était très subtil , il est toujours resté très mystérieux sur son passé, en presque quatre ans de relation je n’en ai pas sû grand chose. À l’écouter tout avait été très bien dans sa vie. Un jour , face à ce que je pensais être une peur de l’engagement, je lui ai demandé si il avait eu des histoires difficiles et il m’a dit :  » Tu veux le pédigrée de chacune de mes ex ? Non ! De toute façons, je ne crache pas dans la soupe que j’ai mangé !  » et il était pro pour passer du coq à l’âne sans que je ne m’en rende compte ! Vous voyez la subtilité , j’aurais dû prendre cela pour un drapeau rouge encore une fois , le pédigrée c’est pour les chiens et comparer les femmes à de la soupe c’est quand même discutable lol ! Mais quand on n’est pas sur nos gardes et que l’on a aucune estime personnelle , on ne se positionne pas , on laisse couler et on préfère effacer ces drapeaux rouge au profit, des compliments qui arrivent derrière… C’est pareil , quand il me dénigrait ce n’était jamais franc , et , toujours sur fond de vérité. Si je m’énervais, je n’avais également jamais compris ce qu’il voulait dire , j’étais excessive, j’aimais le conflit , je me prenais trop la tête  » etc etc… Tout cela pour dire que oui il y a des similitudes mais également des différences et des degrés, certains sont beaucoup plus cruels que d’autres , il faut donc savoir qui l’on est , qu’elle est notre valeurs et avoir des limites INFRANCHISSABLES et NON NÉGOCIABLES afin d’avoir notre esprit critique et que notre avis ne varie pas. Si l’on se fait confiance, que l’on s’en tient aux faits avec pragmatisme, les manipulateurs ne peuvent plus nous faire accepter l’inacceptable… Bien à vous

      Aimé par 3 people

  18. bonsoir à toutes,
    Et puis il ya aussi le fait d’écouter son corps…pas seulement lorsque le fameux malaise apparaît à l’arrivée d’un drapeau rouge.
    Je serai plutôt convaincue que nous sommes un tout et que notre corps parle,( d’ailleurs le PN comprend très bien ce langage). Pour ma part je vis avec une maladie ou « mal-a -dit » qui touche le systeme nerveux, musculaire, articulaire etc…bref mon corps entier suréagit à la moindre émotion positive ou négative. Je lui ai longtemps demandé par méconnaissance , de se taire, d’obéir à mes ordres pour cacher cet affreux vide et avancer avec un masque approprié à la société. Maintenant que le dernier PN en date me l’a bien fait explosé en plein visage, que vais-je faire?
    -Tout remettre sous cloche et peaufiner mon masque (tiens ca me rappelle quelqu’un…) ou
    -écouter mon corps, mon cœur, mes peurs immenses d’être presque un nouveau-né.

    Si je continue mes habitudes, je me dirige vers une montagne de douleurs (et la douleur ca me connaît), si je prends la 2eme option je me dirige vers l’inconnu et une montagne de peurs. Bon! comme j’ai déjà vu le film des 40 premières années de ma vie et que la fin est pas terrible, autant choisir l’option inconnue.

    Donc acte! et là c’est la trouille, la vraie de vraie,24h sur 24h ,j’oublie de suite le reflexe de demander à un quelconque « support » de la calmer, tiens je vais commencer par la regarder mais pas en mode combat, plutôt en mode je sais que tu es là, je t’ai vue. Peut être qu’à la longue de jouer a cache cache on va devenir complices toutes les 2…et cà pour moi, c’est se donner une forme de douceur, la douceur qui m’a tant manquée, de l’attention et peut être plus si affinité!
    Il y a peut être des choses très simples à faire, petit à petit. De toutes façons: ruer dans les brancards par réaction en devenant un guerrière invincible en un déclic, et finir par pleurer devant une pub de lessive parce qu’il ya un nounours qui fait des bisous: je l’ai vécu,le corps m’a rappellé qui je suis.
    Mais comme j’ai toute une partie (la partie affective) à reconditionner , maintenant que le PN est à l’écart, alors j’ai le droit de choisir qui m’inspire au gré de mes envies, de ma progression. Je ne sais pas si j’ai le droit de citer mes inspirations mais je souhaiterai les partager si cela peut aider:
    – Lise Bourbeau (ses nombreux ouvrages sur les blessures émotionnelles et les masques )
    – Mike Horn ( le célèbre explorateur, pour le dépassement de ses limites )
    – Trent Shelton ( ma vitamine C américaine pour le recentrage sur soi)
    – Scarlett et son blog (chirurgienne oculaire, vous retrouvez la vue!) puisque je vous cite Scarlett, mon corps S’APAISE à la lecture de vos commentaires, il n’y a pas de doute, il vous dit MERCI

    Aimé par 5 people

    1. Bonjour @Ambeline , tout d’abord , je voudrais vous féliciter , vous êtes une battante et je crois que chercher à apprivoiser cette « mal à dit » plutôt que d’en faire une ennemie est une option plus sage, en effet , puisqu’elle fait partie de vous , c’est à vous que vous ajouterez du mal si vous ne l’acceptez pas. Je vous félicite, pour cette piste de réflexion que je trouve admirable ! Je vous souhaite un apaisement de vos douleurs et que la vie vous soit douce à l’avenir ❤️ ( J’adore :  » Scarlett, chirurgienne des yeux  » ! 😂)

      Aimé par 2 people

    2. Bonjour Ambeline

      Ha ha, merci pour ce titre ^^!

      Si seulement plus de personnes recouvraient enfin la vue et arrêtaient d’être des mendiantes de l’amour fast food pour devenir des apôtres de l’amour authentique, les pervers narcissiques auraient moins de facilité à prospérer 😉

      Vous avez pris le bon tournant. Certes inconnu mais ô combien digne donc humain.

      Have a good day ❤

      Aimé par 3 people

      1. « Si seulement plus de personnes recouvraient enfin la vue et arrêtaient d’être des mendiantes de l’amour fast food pour devenir des apôtres de l’amour authentique, les pervers narcissiques auraient moins de facilité à prospérer »

        Magnifique phrase ❤ J'adore…A inscrire en lettres de feu ! ❤

        Aimé par 2 people

  19. Bonjour tout le monde,
    Avant tout merci pour vos commentaires, vos conseils et le partage de vos expériences. En effet, le mode opératoire est vraiment le même…
    Excuse moi Scarlette mais je découvre ton blog et je viens à peine de prendre réellement conscience de ce que j’ai pu vivre et que mon ex n’était pas réellement bi-polaire (quoi que ce débile l’est peut-être aussi !). Donc j’ai lu énormément sur la bi-polarité mais pas beaucoup sur les pervers narcissique. Depuis ce fameux samedi du 25 février ou cet être abjecte m’a dit de me casser de chez lui, je n’ai plus de contact avec lui. J’avais pris déjà conscience que cette vie ne me convenait plus et au vu de sa consommation d’alcool, je savais qu’il y aurait prochainement un clache. J’ai commencé à voir un psy 15 jours avant. Cela me fait du bien mais n’enlève pas la douleur, la blessure car la plaie est profonde.
    J’avais déjà aussi commencé à parler à des collègues et amis que j’étais retourné avec lui, même si la plupart d’entre eux ne comprennent pas, ils ne m’ont pas jugé, juste sentie à quelle point j’étais dépendante. Je leur ai aussi parlé de mes envies suicidaires, et ils m’ont mis une bonne claque au cul.
    Pour le non contact, j’ai une astuce, j’ai mis sur un post-it les pires choses qu’il m’a fait subir, et si j’ai de prés ou de loin envie de lui écrire pour l’injurier (et pas pour le supplier de revenir !) je ne le fais pas ! Car vous avez tous raisons, cette homme ne mérite pas mon attention, mon amour (et même mon c… !).
    Je suis retournée voir une femme qui fait de l’hypnose, celle qui m’avait fait de nombreuses séances après les coups… C’est comme magique pour moi, ça me permet de retrouver ma lucidité, mon calme, une paix intérieur. Avant la séance j’avais réellement l’impression que des grosses mains serraient mon coeur et le compressait en permanence mais dès que je suis sortie de ma séance je me suis sentie plus libre de mes choix, de mes pensées, qu’elles m’étaient propres. Donc non, je ne vais pas me suicider ! Elle m’a dit la même chose, si vous faites ça, vous le laissez gagner, idem pour ma fille.
    Je tenais à vous rassurer sur ma relation avec ma fille, autant je peux craquer au boulot ou le soir une fois qu’elle est couchée mais quand je suis avec elle, nous apprécions nos moments. Je loue une petite maison où elle s’y sent bien. Nous avons retrouvé le plaisir de rire et de chanter, manucure, jeux de société, séries TV. Cela fait du bien de se retrouver à nouveau en paix. Se sont les semaines chez son père qui sont difficiles mais je ne me laisse pas abattre, je me suis faite masser, j’ai était faire un psa au autre jour, j’ai fait il y a 15 jours une sortie en catamaran avec un groupe inconnu, je sors et je fais la fête par contre quand je rentre, je me retrouve seule et le vide s’installe, j’avais une maison de 200 m2 et je me retrouve dans une petite maison en location alors que j’étais propriétaire depuis de nombreuses années. Je pense à tout ce que j’ai perdu, à tout ce qu’il m’a pris, ou comme vous dites ce que je lui ai laisser prendre.
    Avez-je le choix ? Oui bien sure, mais je faisais les choses naturellement et généreusement, qu’il en est conscience ou pas, peut m’importe désormais, car si on demande aux gens qu’elle est ma plus grande qualité tous vous dirons la générosité et ça, il ne me l’a pas pris !
    Je sais en écrivant que je lui donne encore une place importante dans ma vie, j’en suis consciente, j’y travaille donc un peu d’indulgence avec moi… Je ne suis pas immature Scarlette, je suis une femme qui s’est faite manipulée, humiliée, et je ne veux pas être dans une position de victime. Mais quoi qu’il en soit, il m’a donné envie de mourir il a donc déjà gagné et fait de moi l’une de ses victimes comme surement son ex femme et d’autres avant elle. Comme vous pouvez le lire, je suis désormais + dans la colère (la mauvaise), des idées de vengeances me viennent aussi à l’esprit mais je n’en ferais rien, ça alimenterait encore plus l’image de dépressives qu’il l’a humilié pendant 7 ans qu’il colporte autour de lui. C’est une victime et ça le restera toute sa vie ! Je ne suis pas une femme méchante, je ne vais pas non plus lui faire ce plaisir.
    Comme je vis sur une petite île, je vais vite me retrouver face à lui et surement face à sa nouvelle conquête, il y a peu d’endroit pour sortir le week-end et comme notre rupture est récente, j’appréhende un peu mais je ne me refuse pas de sortir pour autant. A moi la st Patrick !!
    Voilà, il y aura surement des hauts et des bas je le sais mais je m’entoure de belles personnes, je vois un psy, un Kinésiologue, une hypnothérapeute, je sors et je prend soin de moi. Je fais ce que je peux mais j’ai pris conscience cette semaine que tout ça ne sert à rien si je ne trouve pas en moi la force de guérir moralement mes blessures.
    Est ce que quelqu’un pourrait me dire, puisque ça fait trois semaines qu’il ne m’a pas contacté et qu’il s’affiche tout heureux surement avec sa nouvelle futur victime, s’il je dois craindre qu’il revienne à nouveau toquer à ma porte (ou la défoncer) ? J’ai une amie qui a vécu les pires choses avec un PN et il ne l’a jamais lâché et fait encore tout pour la faire chier. Moi je n’ai plus de rien en commun avec lui, j’attends juste la fermeture du compte commun mais il connait ma nouvelle adresse donc, même si je n’ai pas peur de lui, je reste sur mes gardes…
    Voilà pour les informations, j’avance (lentement mais surement) et en lisant tous vos messages, je suis plus confiante car si vous vous en êtes sortie alors moi aussi je le peux et je le veux. Il faut encore que je travaille sur le sentiment d’injustice car j’ai l’impression qu’il s’en sort vainqueur (Scarlette pourra peut-être m’en parler un peu plus) mais je sens que des jours meilleurs sont à venir…
    Je vous souhaite un très bon week-end.

    J'aime

    1. Pour le côté immature de votre raisonnement (je précise que je vous écris cela sans aucune émotion particulière mais avec une réelle bienveillance pour vous et tous ceux qui se mentent à eux-mêmes) :

      Si vous ne saviez pas au fond de votre âme, que cet homme ne vous a jamais aimée, qu’il s’est juste servi de vous (relisez votre propre témoignage et surtout, le timing intéressant des apparitions/disparitions de l’homme de votre vie), vous ne seriez pas sur mon blog. Tout simplement.

      Ce n’est pas parce qu’on n’a pas envie de voir la réalité qu’elle se transforme. C’est en cela que vous raisonnez comme un enfant. On a passé l’âge où il suffisait de cacher notre tête sous l’oreiller pour « oublier » la réalité. Adultes, on affronte ce qui se présente même si ça fait mal.

      Oui, je le réécris car vous n’avez peut-être pas lu l’introduction.

      Votre ex s’en sort haut-la-main avec VOUS parce que vous lui fournissez licence de vous abuser librement. C’est un free pass qu’il ne va pas se gêner d’utiliser et qui l’en blâmerait ? Vous vivez déjà dans le mensonge, vous lui donnez des excuses, vous dites que vous ne voyez pas qu’il ne vous aime pas et ne vous a jamais aimée. C’est avec Sophie que j’échange, et la Sophie ne veut pas accepter la réalité, comprendre qu’il n’y avait pas de respect dans cette interaction. Or, là où on ne vous respecte pas, on ne vous traitera pas non plus avec « amour ».

      Donc, ne généralisez pas, Sophie. D’autres PN ont été mis en échec par des personnes sur ce blog. Ils gagnent quand on se couche en face et qu’on se voile la face.

      Tant que vous ne redéfinissez pas des notions simples comme :

      – amour de soi
      – respect de soi
      – création de limites personnelles
      – savoir dire « non »

      Comment voulez-vous qu’une tierce personne vous donne tout cela ?

      L’autre vous violente et vous voyez encore et toujours de « l’amour ». Le suivant vous battra et vous serez de nouveau incapable d’ouvrir les yeux sur sa violence. La violence N’EST PAS de l’amour. Point. Il n’y a pas à tergiverser.

      Tant que vous ne voyez pas clairement que vous avez laissé faire et que vous ne décidez pas que VOUS allez changer, il pourra revenir vous baratiner. OK, ça lui prendra 2 semaines au lieu de 24h la prochaine fois mais comme il vous a eue par le mensonge, il vous persuadera encore par ce biais. Alors que si vous acceptez la vérité, vous verrez clair dans sa manipulation et il sera vaincu. Au lieu de réfléchir ainsi, vous vous dites « Je suis une victime perpétuelle ». Soit.

      Très bon w-e à vous aussi. Apprenez à mieux vous traiter et on vous traitera mieux.

      Aimé par 4 people

    2. Sur le sentiment d’injustice et sur l’absence de courage

      Extrait du dernier commentaire de Sophie :

      « Il faut encore que je travaille sur le sentiment d’injustice car j’ai l’impression qu’il s’en sort vainqueur (Scarlett pourra peut-être m’en parler un peu plus) mais je sens que des jours meilleurs sont à venir… »

      Je serais bien curieuse de lire quelle est, selon vous Sophie, la définition de la « justice », dans votre cas.

      1) Quelle « justice » attendez-vous exactement ?

      2) De la part de qui ?

      3) Dans quelles proportions ?

      Parenthèse sur une autre de vos questions que je n’avais pas lue.

      Question :
      « Est ce que quelqu’un pourrait me dire, puisque ça fait trois semaines qu’il ne m’a pas contacté et qu’il s’affiche tout heureux surement avec sa nouvelle futur victime, s’il je dois craindre qu’il revienne à nouveau toquer à ma porte (ou la défoncer) ? »

      Réponse :
      Si vous voulez savoir quel jour, à quelle heure et dans quelles conditions il ressurgira dans votre vie => consultez un(e) voyant(e).

      Si vous voulez apprendre à être une femme autonome, forte, qui ne craint aucun obstacle et qui ne vit pas avec une épée de Damoclès au-dessus de sa tête => Mes articles + No Contact + Prenez-vous en main (achetez-vous du courage et de la détermination pour ne plus avoir peur d’un simple être humain comme vous) 😉

      A tous ceux qui tremblent devant des pervers narcissiques à cette heure, souvenez-vous que ce n’est pas parce que vous avez été victime de l’un d’eux… qu’il ne peut pas vous arriver pire dans la vie, comme une maladie incurable, le décès d’un de vos proches, une agression violente ou autre. La morale de l’histoire = prenez du recul ! N’avez-vous donc jamais connu d’épreuves dans votre existence pour passer chacune de vos journées dans la « peur du retour du parasite » ?

      Mais enfin, appliquez les mesures de sécurité et vous vivrez en paix ! Donc, si je vous suis, vous flippez tous les jours d’être cambriolée mais vous laissez votre porte ouverte ? Allô, on redescend sur terre. Verrouillez votre porte, mettez-vous en no contact et appelez la police chaque fois que ce sera nécessaire si le besoin s’en fait ressentir. Vous croyez que la police est là pour quoi exactement ?

      Ce n’est pas en entretenant le souvenir de votre ex que vous l’empêcherez de refaire surface s’il en a envie. Par contre, vous devez le stopper dans son élan et lui faire comprendre qu’il n’est pas votre Maître. Ou est-il votre Maître ? Faites un choix clair, Sophie, une bonne fois pour toutes. S’il est votre Maître, vous n’avez aucune aide à rechercher. S’il ne l’est pas, montrez-lui qui commande dans votre vie = VOUS.

      Vous n’avez pas de détermination, pas de direction dans votre vie relationnelle et ça se ressent dans chacun de vos mots. Ayez le courage de vos opinions !

      Aimé par 2 people

  20. Bonjour Sophie,

    Scarlett a raison, changez votre regard sur votre expérience et vous verrez que vous vous en porterez que mieux.
    Durant les quelques mois avec le PN, j’ai essayé d’arrêter plusieurs fois, 3 fois pour être exacte. Mais çà ne fonctionnait pas parce que je trouvais des excuses à son comportement : le pauvre petit bichon mal aimé par son ex, qui a tellement souffert qu’il a peur de ressoufrir et s’est blindé contre les sentiments, il faut que je sois patiente et que je le comprenne pour l’aider, etc etc.
    Il avait bien préparé le terrain aussi. Au début de notre rencontre, il m’avait dit : « tu sais parfois je dis des choses blessantes mais je ne m’en rends pas forcément compte ».
    L’air de rien, ce postulat qu’il avait bien mis dans mon crâne, a été une des raisons pour lesquelles j’excusais ses comportements ou ses paroles. Ben oui il ne se rend pas compte petit bonhomme…
    Sophie, prenez conscience que c’est faux. Ils savent très bien ce qu’ils font du début à la fin.
    J’étais comme vous au début, je me repassais en boucle les bons moments : nos balades dans la forêt, en moto, main dans la main dans les rues parisiennes, la façon dont il me prenait dans ses bras quand il faisait froid, ou quand on s’endormait, lorsqu’il me caressait les cheveux sur le canapé, les choses gentilles qu’il me disait (au début surtout). J’étais submergée par la tristesse et la nostalgie et je me disais, je ne peux pas croire qu’il ne ressentait rien à ce moment là.
    C’est pourtant la triste vérité. Si vous analysez bien, vous verrez que même dans ces moments là, il y avait des zones d’ombres.
    Ne vous voilez pas la face sur ce qui s’est passé par la suite, il a été violent avec vous, odieux, méchant. Une personne qui vous aime et vous respecte n’agit pas comme çà, quel que soit son passé et son passif.
    Lorsque vous faites de la peine à quelqu’un que vous aimez, çà peut arriver mais vous êtes malheureux, vous regrettez, çà vous fait mal à vous aussi.
    Le PN s’en fout : si vous souffrez à cause de lui c’est que vous êtes faible. Voila ce qu’il pense. Il n’a aucun remord, aucun regret, a la faculté de remise en question d’une huître donc il répète les mêmes situations à l’infini. Et puis les conflits, ca l’amuse. Il ne changera jamais,ni pour vous ni pour personne. Il est enfermé dans un cercle vicieux qui lui va très bien et dont il n’a aucune envie de sortir.
    La dernière fois que je l’ai vu, au mois d’août, il m’est apparu dans toute sa mocheté, comme si une glace s’était brisée. Je l’ai regardé froidement dans les yeux et je lui ai dit : « en fait, je ne te connais pas, je ne sais pas qui tu es ». Autant vous dire qu’il n’a pas aimé.
    Mais cette séparation que je savais cette fois être définitive a été curieusement beaucoup plus facile que les autres. Je n’avais pas perdu l’homme de ma vie, mais juste un sombre connard égocentrique.
    Finalement, je le remercierais presque parce que grâce à lui, j’ai pris conscience de mes failles. Grâce à lui, je me suis lancée dans de nouvelles activités, de nouveaux défis. J’adorais faire de la moto avec lui, chose que j’avais toujours revé de faire et qu’il m’avait fait découvrir. Ca faisait partie de ce qui me manquait lors de nos séparations. Cette fois là, j’ai eu le déclic : pourquoi attendre quelqu’un pour faire quelque chose qui te plait ? C’est idiot. Donc je me suis lancée à passer mon permis moto. Et maintenant je fais des balades toute seule et je m’éclate ;-). Lancez vous et faites ce que vous avez toujours eu envie de faire, et que vous n’avez jamais osé, la vie est courte, trop courte pour se morfondre en pensant à un crétin qui ne le mérite pas.
    Dites vous que contrairement à vous, il ne sera jamais heureux. Il en est incapable. Il est incapable de profiter, de se réjouir des bonheurs simples de la vie.Un jour je lui ai dit « j’espère qu’un jour tu comprendras pourquoi tous les gens qui t’aiment finissent par te fuir ». Je pense qu’il a ri en lisant cette phrase, non il ne comprendra jamais car ce n’est même pas à sa portée. Je sais que le mien finira sa vie tout seul, comme un con, ou qu’il se trouvera une esclave qui acceptera tout mais même çà, çà ne le rendra pas heureux. Ces 3 aînés le fuient (évidemment il ne voit pas les choses comme çà) et çà ne s’arrangera pas avec le temps, et sa fille fera pareil dès qu’elle le pourra. Il fera peut être d’autres enfants : il n’en a aucune envie mais m’a dit qu’il en referait si la femme qu’il rencontrait le voulait. Belle mentalité. Il se sert des enfants pour lier les personnes à lui…
    Ouvrez les yeux sur ce qu’il est vraiment, le type qui a essayé de vous étrangler pendant votre sommeil, et vous comprendrez qu’il faudrait être folle pour regretter un mec pareil, et que le jour où il a disparu de votre vie doit être célébré comme une bénédiction.

    Aimé par 5 people

  21. Scarlett est parfois dure, mais à la lecture de ce message, je comprends mieux. 😱

    Il y a un monde entre l’incertitude face aux premiers abus verbaux d’un PN (les gens avec une faiblesse passagère, mais avec un reste d’estime de soi, fuient en général dès que la phase « dévalorisation » commence), et l’inaction quand un homme vous FRAPPE!!

    @Sophie, il y a une règle simple dans la vie d’un couple (autre que masochiste et déstructeur) : VOUS PARTEZ À LA 1ère GIFFLE.

    L’homme que vous regrettez est celui qui étrangle celle qu’il dit aimer! celle qu’il devrait – en vertu de son amour – chérir et choyer (dans le sens de respecter, hein, pas dans le sens « appeller sa princesse pour mieux la traiter comme un chien »)… !

    Oui, si ce type n’est pas un de ceux que l’on appellerait « un salaud »… Mais qui l’est ??!

    Les paroles, le doute…, je veux bien comprendre qu’une femme veuille « sauver » un être qui lui donne l’impression d’être paumé (et encore, 5 minutes pas plus). Mais les coups, non ! Là, pour rester avec un homme pareil, un homme VIOLENT, il devait y avoir en vous une faille. Que dis-je… Une béance !! Parce que maintenant qu’il n’est plus là, donc que vous êtes – objectivement – en bien meilleure posture que lorsqu’il faisait partie de votre vie, vous souhaitez vous annihiler.

    Halte-là ! Ce PN n’est qu’un reflet. Un reflet de votre estime de vous pour vous-même, et du prix que vous accordiez à votre vie. Terriblement peu, et vous le confirmez par votre attitude !

    Si vous voulez en finir avec cet homme, demandez-vous en quoi il vous fascinait. Par ses activités ? Ses connaissances ? Vous pouvez avoir les mêmes, les pratiquer vous. Si c’était par son physique, il y a des êtres bien plus beaux sur Terre. Si c’était pour son esprit, il y a pléthore de beaux esprits, de personnes avec une vie palpitante, qui peuvent vous offrir plus.
    À commencer par… Vous-même. Vous avez le pouvoir de changer votre vie ! À vrai dire, vous SEULE êtes capable de vous assurer la VIE DE VOS RÊVES ! Vous êtes la SEULE ET UNIQUE PERSONNE capable de rendre votre vie satisfaisante POUR VOUS ! Vous avez toutes les clés en main. Mais pour cela, il faut vous reconnecter à vous, et non pas essayer de sauver une personne qui vous donne simplement une illusion de Caliméro pour mieux vous éloigner de vous-même, jusqu’à vous laisser exploser en plein vol !

    Le RENOUVEAU est possible. Mais ce renouveau se fera À LA SEULE CONDITION DE SORTIR DU VICTIMISME ET DE SE BATTRE POUR SA PROPRE VIE.

    Merde à la fin. Vous êtes une femme, une mère. Vous êtes ADULTE. Vous DÉCIDEZ, vous prenez vos RESPONSABILITÉS face à vos rêves et vos proches, face à vous-même. La seule enfant de votre vie, c’est la vôtre – votre fille ! Si vous ne savez pas vivre pour vous pour le moment, au moins vivez (pendant les premières semaines de la désintoxication) pour elle. Ensuite, l’appétit viendra en mangeant, la vie et sa liberté on un goût si merveilleux qu’il vous reviendra.

    Dammit… Le jour où les « proies » comprennent qu’elles se sont laissées entrainer dans une relation toxique parce que cette toxicité reflétait LEURS FAILLES autant que celles du toxique, elles font un énorme pas vers la guérison.

    Le reste, dans la vie, se résume à un principe : #Karma. La vie vous rend en amour l’amour que vous vous donnez, en premier lieu, à vous-même. Alors : « If you want to make the world a better place, Take a look at yourself and make a CHANGE ! »

    J'aime

    1. Bonsoir Déborah,

      Merci pour ce commentaire.

      Je veux bien défendre une cause mais pas avec des « Je ne veux pas croire qu’il ne m’a jamais aimée ». Avec un tel discours, tout un chacun comprendra aisément que nous ne serons JAMAIS crédibles en portant la cause des vraies victimes de pervers narcissiques devant le grand public et devant la justice.

      Il est évident que chacun doit faire des efforts de lucidité, s’acheter un sens du discernement et se prendre en main, un minimum. On ne peut pas, d’un côté se dire « victime d’un être infâme » (éventuellement attaquer aussi pour abus de faiblesse et de confiance) puis retomber dans des sentimentalités illusoires. C’est incohérent et nous passerons, hommes et femmes victimes, pour des hystériques en manque de reconnaissance. Or, nous avons bel et bien souffert mais je demande juste une honnêteté intellectuelle basique. Il me détruit = Il n’est absolument pas question d’amour. Sans ce raisonnement, impossible de penser à une possible reconstruction.

      Comme vous le soulignez, dans le cas de Sophie, parler de « sentiments » relève du déni absolu tant cet individu a démontré (actes à l’appui) qu’il n’avait que faire du bien-être de cette femme et de sa fille. En étranglant Sophie, il aurait pu la tuer. Toute violence doit être condamnée.

      J'aime

      1. Informer sur ce qu’est le fléau de la manipulation mentale, c’est salvateur – et vous le faites admirablement ! Manipulateurs, narcissiques, PN, sociopathe, psychopathe… Tout ce petit monde, si guilleret et sympathique – savamment analysé ! 😉

        Mais quand on se retrouve avec des cas si concrets et si tangibles de violence conjugale, la notion de PN s’efface au profit du BON SENS. Chacun doit prendre ses propres décisions pour soi. Parler de « sentiments » et non plus d' »emprise » dans ce cas de figure, c’est se condamner d’avance à une vie d’abus. Et retarder sa guérison, pour @Sophie.

        Mais la posture est dangereuse, et surtout, peut entretenir d’autres personnes dans l’idée que ce type de relation hautement destructrice est un « amour passionnel » 🙄.
        (Discours d’ailleurs entendu lors de la promotion du film Mon roi de Maïwenn, avec ce discours de l’interprète principal : « Giorgio est amoureux, il aime cette femme… ». J’ai failli bondir de ma chaise devant l’énormité de l’affirmation. 😨)

        Non. Un homme qui ne respecte pas sa femme, qui frappe, n’aime pas – c’est antithétique. Il faut apprendre à ôter ses œillères un jour ou l’autre pour grandir : les salauds existent, et charge à chacun de s’en protéger.

        J'aime

      2. Exactement ! On a juste oublié que frapper n’est pas normal. Ce n’est pas permis et ne devrait pas être considéré comme acceptable quels que soient les bobards associés à ce comportement.

        Je pense que ce qui choque certaines personnes battues est de se rendre compte que ça n’arrive pas qu’aux autres et pas que dans les films. C’est leur réalité et ça doit leur sembler étrange 😨

        J'aime

  22. bonsoir,
    Je voudrai également rebondir sur les violences puisque j’ai dû y faire face, en précisant que si l’intention réelle de se protéger n’y est pas, rien ne fonctionne ensuite.

    J’ai porté plainte pour violence dès le 1er coup et l’ait par la même ejecté de mon appartement.J’idéalisais beaucoup la justice (j’idéalisais beaucoup de choses de toute façon),en pensant sincèrement que là, il allait trouvé son maître. Je suis tombée sur une gendarmerie avec Gerber et Cruchot (dans les gendarmes de saint tropez) qui étaient certainement moins efficaces que Galabru et de Funès, j’en rigole aujourd’hui mais c est veridique.
    La plainte n’a pas porté ses fruits, le Pn a donc détruit ma voiture: 2 eme plainte, détruit les portes d’entrée de mon appartement m’a redonné des coups par la même occasion :3 eme plainte sans qu’il ne soit plus inquiété que cela: »Vous savez Madame, la justice est longue ».Je vous passe l’alternance de ses attaques en love bombing et en menaces de mort entre temps (ca a duré 2 ans). Jusqu’au jour ou j’ai déposée cette fameuse 3 eme plainte. Pour faire court je suis rentrée dans la gendarmerie bien abimée et persuadée que ma mort était programmée: -« asseyez vous Madame nous allons prendre votre plainte »
    -« Vous n’allez rien prendre du tout, je ne suis pas à la CAF pour une demande d’APL, je suis venue vous dire que je vais le buter ! Je vais trouver un flingue et je vais le buter (je le pensais et je crois que j’en étais capable)parce que visiblement vous n’avez pas compris! ».
    -« Vous n’avez pas le droit d’avoir une arme Madame »,
    – » Il n’a pas le droit de me tuer Monsieur et vous avez l’obligation de bouger vos fesses « .
    Je me suis donc retrouvée devant 10 gendarmes en rang d’oignon et une salle d’attente pleine à craquer, en train de réciter (plutôt hurler) point par point tous leurs manquements, pour ne pas dire leurs fautes professionnelles. Cela a duré une 20taine de minutes,et logiquement je m ‘attendais à ce qu’ils m’isolent pour ne pas faire de vagues dans leur boutique.Ils m’ont tous écoutés presque religieusement sans bouger parce que tout était vrai. Il était hors de question que je passe une minute de plus de ma vie a vivre cela, s’il fallait contacter la presse ou la télé puisqu’eux ne bougeaient pas, je le fais et tout de suite, et de toutes façons il y aurait un mort ce soir : LUI ou MOI, point barre!

    Ils ont appelé de suite le procureur ,qui a porté plainte à ma place, m’a attribuée une ordonnance de protection, et un interdiction de territoire pour lui. Ils ont placé le PN en garde à vue le jour meme pendant 24 h et me tenaient informée du déroulement des opérations heure par heure!!!
    Qu’est ce qui m’avait manqué pendant les précédentes plaintes pour qu’elles aboutissent pas??? J’avoue qu’il y avait le choc des coups, je me sentais sonnée à tous les niveaux, la fatigue , la peur etc…. Mais les attaques suivantes étaient pires encore…il m’avait manqué qu’une seule chose: la détermination, le coûte que coûte.
    La première plainte m’avait positionnée comme victime et on vous le dit 15 fois pendant la deposition ( vous êtes victime, il y a des assos de victimes…) , je n’exprimais pas ma colère non plus, mon ras le bol très certainement, mais en aucun cas ils ne sentaient ma conviction, ma position ou l’on ne transige pas et c’est cela qui a fait la différence, je n’avais plus rien a perdre sauf ma vie.
    Je ne dis pas que c’est une attitude à adopter dans une gendarmerie, parce qu’avec le recul j’y suis allée très fort, le plus spontanément du monde et sous le coup de la rage. Si j’avais été solide ( ce n’est pas un dénigrement , je suis ce que je suis) je n’aurai meme pas eu besoin de lever le ton je pense.

    (PS: le PN par la suite, n’a jamais respecté aucune des interdictions)

    Aimé par 2 people

    1. Exactement A.

      Tout est une question de positionnement. Si vous ne parvenez pas à faire comprendre aux forces de l’ordre que vous êtes en danger, votre plainte n’est pas prise ou pas traitée en priorité.

      Je suis allée porter plainte pour harcèlement téléphonique et aussitôt, ils ont appelé eux-mêmes la personne en question devant moi et tout a été réglé. Ça dépend de l’attitude de chacun. En gros, si vous montrez que c’est une nuisance mais que vous pouvez supporter sans trop de mal… vous n’êtes pas une priorité.

      Si l’autre partie ne respecte pas les injonctions, il faut insister auprès du commissariat ET faire remonter le cas au niveau du Procureur. N’hésitez jamais à utiliser la justice à votre avantage car c’est toujours payant tôt ou tard. 💯

      Les forces de l’ordre sont plutôt bienveillantes et à l’écoute, selon mon expérience personnelle.

      Aimé par 1 personne

    2. Bonjour @Ambeline, quelle histoire ! Il est vrai que quoique l’on entreprenne il faut se montrer déterminé ! Il faut également s’adapter. Je m’explique : Les policiers et gendarmes sont des êtres humains avant tout, pour autant certains sont plus consciencieux et font preuve de plus de compassion que d’autres il faut le dire ! Pour ma part , lorsque j’ai porté plainte pour violence pour la première et seule fois de ma vie , Je suis tombée sur une équipe très humaine et à l’écoute. Ils ont même fait en sorte de me faire enregistrer ma plainte par une femme pour que je sois plus à l’aise. Le lendemain ils m’ont rappelé pour que je rencontre l’officier de police judiciaire qui a également été très humain. Ils n’ont fait aucun cadeau à mon ex. Tout s’est mis en route « tout seul » et je leur en suis vraiment reconnaissante parce qu’à 21 ans , sonnée également et faible comme j’étais, Je Serais (à l’époque) partie en les remerciant poliment… J’étais comme ça. Maintenant j’ai appris à dire où que ce soit , si je suis dans mon droit :  » Je ne bougerais pas d’ici tant que… » et Ça fonctionne. Il vous a fallu « taper fort » et vous avez bien fait ! Même si le PN n’a respecté aucune interdiction malheureusement ! Toujours se battre pour ce que l’on pense juste. De plus en plus , certains policiers refusent d’enregistrer des plaintes, au profit des mains courantes, il faut insister ! Ils ont l’obligation de le faire ! Ne pas se laisser impressionner par l’excès de zèle de certains ! Sinon on peut aussi déposer plainte nous mêmes par courrier, au procureur de la république, c’est à savoir… 😊 Belle journée à tous et toutes 😉

      Aimé par 1 personne

      1. Bonjour @Ambeline, @ Historiacyn, @Scarlett

        Je vous admire toutes les trois pour le courage dont il a fallu vous munir pour déposer plainte. Pas simple de devoir livrer la partie la plus sombre de sa vie à des inconnus avec la crainte de ne pas être prise au sérieux.

        Votre cri d’alarme @ Ambeline a été impressionnant, il y allait de votre survie, vous avez eu la bonne attitude. Malgré déjà 2 plaintes, vous ne vous êtes pas désarmée, bien au contraire. C’est tout de même désolant qu’il ait fallu ce coup de gueule enragé pour qu’ils prennent la mesure de la gravité des faits.

        Vous avez raison Mesdames quant à ce que l’on pourrait appeler l’attitude, le positionnement. Ils en voient des rigolos toute la journée venir déposer plainte pour la haie du voisin qui dépasse, la voiture stationnée 1 m trop près de son portail, la poubelle volée… Dans la masse, il y a des personnes qui sont en danger et qu’on laisse repartir dans la nature, sans protection parce qu’elles sont traitées comme un dossier, hop dans le tiroir.
        Quand vous savez qu’il n’y a pas encore si longtemps, une femme battue devait quitter le domicile avec ses enfants et que le criminel lui restait pépère pénard au domicile devant la TV ! J’espère que cela a réellement changé.
        Grrrrr, il y a de quoi péter les plombs !!!

        J'aime

      2. Bonjour Stellabat

        Je pense qu’il faut aller porter plainte avec le bon état d’esprit et en étant positive.

        La justice est là pour tous les citoyens et c’est un outil à la portée de tous pour faire valoir ses droits.

        Quand on sait qu’on est justement dans son bon droit et qu’en face, les personnes sont bienveillantes, c’est plutôt une démarche rassurante. En tout cas, je ne me suis jamais sentie gênée de dire que j’avais été victime ! La preuve avec ce blog. La honte ne devrait pas être du côté de la personne qui veut simplement mener une vie sereine et qui est harcelée par des volontés malveillantes. Tout méfait doit être signalé rien que pour le geste.

        Aimé par 1 personne

  23. @Sophie, si nous nous connaissions et que je venais me confier à vous en vous décrivant l’homme « charmant » dont j’ai partagé la vie en ces termes, je pense que vous seriez tout d’abord consternée et sans doute très effrayée :

    « Il m’a quittée d’un coup d’un seul
    Il a tout de suite eu d’autres relations
    agressif, violent et même parfois méchant.
    Très alcoolisé
    il m’a battue, étranglée par deux fois
    Il m’a fait perdre connaissance
    je me suis réveillée à coup de gifles
    « tu vois ce que tu m’obliges à faire ».
    Puis il est parti
    il m’a faite passer pour folle aux yeux de tous ses amis
    il m’a demandé de le voir pour qu’il puisse me dire pardon et je l’ai fait
    Il m’a à nouveau quittée
    Il m’a regardé froidement et m’a dit qu’il ne m’aimait plus.
    Il est devenu arrogant, méchant même parfois et très alcoolisé.
    « Tu crois que tu parles à qui ? A un gamin ? Dégage de chez moi, barre-toi ».
    je l’ai vu dans un bar où je regarde les photos (et il le sait)
    allongé sur une femme, le sourire béat.
    il m’a tout pris »

    Je vous raconte alors@ Sophie, les circonstances dans lesquelles je me trouvais quand je l’ai connu, ceci pouvant aussi expliquer mon aveuglement:

    « je venais de me séparer du papa de ma fille
    J’étais dans la galère et c’était mon sauveur.
    l’homme dont j’avais toujours rêvé.
    je venais de perdre mon père  »

    Puis @Sophie, je vous délivre mon analyse lucide et pertinente de cet homme. Vous me féliciteriez sans doute d’avoir fait preuve d’autant de clairvoyance :

    « il est sous médicaments pour bipolarité
    Ne voit aucun psy.
    je sais que cet homme n’est pas bipolaire,
    c’est un pervers narcissique
    Cet homme n’a aucune empathie, aucun regret sur qu’il a fait ou pu me faire.
    Ne mesure pas tout ce que j’ai fait pour lui ou pour son fils.
    je sens juste à quel point ces personnes sont destructrices
    il est si facile pour ces pervers de s’en sortir. »

    @Sophie, voici la réalité, voici ce que vous avez vécu et compris.
    Pensez -vous encore qu’il s’agit d’un homme sain qui mérite d’être pardonné ?
    Pensez-vous encore honnêtement que cet homme a partagé votre amour ?
    Qualifieriez vous de « normale » la situation où un homme vous quitte, vous trompe, reviens comme si de rien n’était ?
    Trouvez-vous acceptable, d’être frappée, étranglée par son conjoint ?

    L’amie que vous auriez été si je vous avais raconté cette histoire m’aurait certainement dit :
    Il t’a vampirisée, utilisée, dégradée, ruinée et t’a battue. Pas une « petite bousculade », il a essayé de te tuer !!! Fuis, c’est toi qui le quitte et non l’inverse. Bloque le par tous les moyens, porte plainte s’il réapparait.

    A votre question: « Est ce que quelqu’un pourrait me dire, puisque ça fait trois semaines qu’il ne m’a pas contacté et qu’il s’affiche tout heureux surement avec sa nouvelle futur victime, s’il je dois craindre qu’il revienne à nouveau toquer à ma porte (ou la défoncer) ? »
    OUI, il va revenir et sans fracturer la porte, sous un prétexte fallacieux pour vérifier que vous être bien au fond du trou dans lequel il vous a jeté puis tester votre degré de soumission. Il est déjà parti puis revenu, donc pourquoi ne le ferait t’il pas à nouveau ? Ce n’est pas garantit mais fort probable vu qu’il s’attend à trouver à nouveau la porte ouverte.

    Nous parlons de quelqu’un qui n’a ni empathie, ni remords, ni sentiment, ni respect, ni considération pour vous.
    3 semaines sans qu’il ne vous contacte ce n’est rien. Il ne pense même pas à vous. Là il est juste un peu occupée par la mise en place de son love bombing auprès de sa nouvelle proie.
    Le No-Contact ne signifie pas seulement que vous le bloquez sur votre téléphone et réseaux sociaux cela veut dire aussi que vous cessez de vouloir savoir où il se trouve et avec qui. Il sait très bien que vous voyez ces photos sur le site du bar, à votre avis, il s’y ‘expose avec quelles intentions ?

    @Sophie, acceptez la vérité, aussi pénible soit-elle, ce n’était pas de l’amour et cet homme est irrécupérable.

    Bon courage à vous

    Aimé par 3 people

  24. Tout a fait Historiacyn et Scarlett, la justice est faite par des humains et pour des humains,et elle fonctionne si vous lui faites réellement comprendre votre intention, votre positionnement.

    Parce qu’il n’y a absolument rien de bon dans quelque domaine que ce soit à être dans la case victime.C’est juste l’étiquette que l’on vous colle,puis que l’on se colle ensuite (parfois de façon aveugle) lorsque vous êtes dans un cercle vicieux.

    Ma pensée profonde :Je me suis farouchement battue chaque jour contre l’étiquette de victime, parce que ce mot signifie faiblesse pour moi ». Pfff … effet de bluff total de mon cerveau: je transpirais de victimisation bien visible à 100 m à la ronde, j’en dégoulinais presque:
    -victime de mon état de santé
    -victime de mon statut social ( ne pouvant travailler, j’ai « fini » au RSA)
    -victime du PN
    – victime mère célibataire, victime du regard des autres……victime, victime victime

    Et plus vous descendez , plus on vous regarde de haut, moins le respect est présent et moins vous nourrissez le vôtre et moins vous nourrissez le vôtre moins on vous respecte: c un cercle vicieux. Et vous vous réveillez un matin en étant certaine que la terre entière est contre vous tellement il ya de combats réels à gérer en même temps.
    Il y a de quoi baisser les bras, les jambes et la tête alouette!

    Pour rejoindre un propos de Scarlett qui disait que la société a quand même tendance à nous débilitiser un peu et que si l’on trouve pas la clairvoyance notamment ici pour arrêter de tourner en rond dans une case, et bien on ne s’en sort pas. La clairvoyance on ne nous la donnera pas si nous ne l’avons pas suffisement en nous , il faut aller la chercher.
    Une infirmiere m’a dit un jour en voyant ma tête abimée, « vous savez ce que vous vivez , je l’ai vécu, pensez à vous changer VOUS, il n’y a pas de hasard »
    J’ai cherché plus tard sur le net parmi les nombreux sites de violences, de PN ( dont beaucoup sont marketing) et je suis tombée sur le blog de Scarlett non infantilisant qui posait le doigt sur le vrai problème .J’ai lu, j’ai tenté, j’ai lâché, j’y suis retournée, j’ai réexperimenté, je me suis planté , j’ai compris mais pas assez , j’y suis retourné etc….

    Mais j’ai bon espoir, si j’ai tous les codes pour être dans un cercle vicieux, j’ai donc tous les codes pour entrer dans un cercle vertueux finalement

    J'aime

  25. Ce qui frappe vraiment dans la plupart des sites internet sur les PN, c’est le manichéisme « PN mauvais, victime innocente ». Non – les choses sont plus complexes, vraiment, et même si le PN est un être profondément vicieux, même si la victime souffre plus et n’est pas une sadique dans l’âme, elle est coupable d’être… son propre bourreau.

    J’ai moi-même connu un PN alors que j’avais 15 ans, il était en position d’autorité, ce n’était pas une relation « amoureuse » (mais très ambiguë, hein, un PN synthèse toujours dans la séduction). Sursaut à 18 ans, fini, done, stop – parce que j’ai eu le courage de hausser le ton et de dire NON. Au moment de la rupture, j’ai trouvé une oreille attentive et compréhensive du corps médical… Ce qui a été un déclic. Je me pardonne, j’étais une ado, je n’ai RIEN vu venir et RIEN compris du schmilblick. Mon attitude était encore celle d’une enfant (normal, un ado est un enfant en transition, un adulte en devenir, et possède parfois encore une forme de naïveté infantile). Mais si j’avais eu le même comportement aujourd’hui, je crois que je pourrais me poser des questions… Et surtout ME remettre en question.

    Parce que oui – être adulte, c’est autre chose. C’est un chemin de vie AUTONOME et PERSONNEL. Les sites de marketing, de psychothérapie, font souvent croire que la réponse face aux PN se trouve dans un produit : un coaching, un autre être humain. Le Blog de Scarlett a ceci de particulier : il pose une question et remet les responsabilités en perspective. Et rappelle une vérité que notre société de consommation occulte, parce qu’il est plus facile de faire croire à une « foule sentimentale » 😉 que son idéal s’achète avec de la monnaie sonnante et trébuchante que de lui expliquer une vérité simple (et GRATUITE) : on naît seul, on meurt seul, et on se forme de l’intérieur et par soi-même tout au long de sa vie. Dire aux gens VOUS ÊTES VOS PROPRES MAÎTRES, VOUS FABRIQUEZ VOTRE BONHEUR reviendrait à ébranler tout un système tourné vers l’achat, la dépendance aux substances et aux plaisirs, à l’hédonisme feint et aux paradis artificiels qui doivent amener un faux sentiment de perfection. Nous sommes devenus des Rois et reines, mais des rois et reines sans Divertissement (merci Pascal) qui deviennent souvent vides et sonnent creux face à des rêves qu’ils n’ont pas le courage de réaliser, et qu’ils attendent sur un plateau d’argent – apportés par un autre. C’est se condamner à une vie de malheur. À moins de gagner une autre forme de richesse, qui ne dépend que de nous : la richesse intérieure.

    Oui, Mesdames et Messieurs, on nous apprend à être de bons moutons consommateurs et dépendants de quelque chose, dans une manipulation à grande échelle. À être assistés comme des enfants. À anesthésier le bon sens, à renier son jugement, alors que le bon sens est la chose du monde la mieux partagée. @Scarlett et @Dandoha font parfois hurler parce qu’elles secouent un peu tout ça – elles parlent aux « proies » avec bienveillance, mais non comme à des gamins de 5 ans – à des adultes.

    Quand on ne connaît pas la manipulation en amour, on peut se faire avoir par une phase de Love Bombing, bien sûr. Mais rester dans les griffes d’un PN ensuite, avec la dévalorisation, dénote VRAIMENT un syndrome victimiste, une grosse dépendance affective, un syndrome du sauveur – qui révèlent, eux, des croyances limitantes ou des failles psychologiques, des blessures non cicatrisées. Oui, un cerveau amoureux abrutit parfois. Bien sûr, oui, il s’agit d’un processus en partie inconscient, je veux bien. Mais nous avons une liberté de penser et il y a forcément un moment où on doit se dire « STOP ». Et ce moment doit intervenir aussitôt venu le premier ABUS, si on ne détecte pas les PN. Si on reste… Si on reste, cela donne forcément des drames.

    Ensuite, il s’agit de travailler sur soi. Lire des livres de développement personnel. Commencer une thérapie. Mais une fois que des clés sont mises à jour, ne pas les ranger dans ses poches ! Il faut arrêter d’attendre que la vie devienne BELLE. Il faut la rendre belle, il faut s’occuper, se cultiver, se travailler, travailler à bras le corps et l’esprit. Il faut les METTRE EN PRATIQUE, ET CHERCHER LES SERRURES que ces clés du Soi OUVRENT DANS L’EXISTENCE. Apprendre à choisir. Ça ne sert à rien d’attendre qu’un autre le fasse pour vous, ce serait contre-productif. Il faut aussi apprendre à faire, quitte à se tromper, à se sentir gauche et ridicule.

    Je vous garantis que des que vous commencez à regarder la vie de cette manière, des gens et des situations totalement nouvelles apparaissent dans votre quotidien, au point que vous vous demandiez comment il est possible que tant de positif vous enrichisse d’un coup. Il n’y a pas de secret – vous avez changé, et votre vie change par voie de conséquence. #Karma.

    Et c’est bien pour cela que ce blog est unique – c’est une piqûre de rappel contre le VICTIMISME, fléau du XXIe siècle. Et une voie vers LE BONHEUR D’ÊTRE SOI, LIBRE ET HEUREUX. ☺️

    Aimé par 2 people

  26. Bonjour à toutes et tous

    Sophie. Vous êtes dans une spirale infernale car à mon avis vous êtes en « sidération » dans l’impossibilité de « digérer » cette « non »relation macabre. Un pervers narcissique a la grande jouissance de mort ou de vie sur autrui. Mourir reviendrait à lui donner un dernier shoot qui le comblerait non pas de chagrins ou de remords mais d’une jouissance hors pair de sa toute puissance. Faite le deuil qu’un jour vous pourrez avoir une « reconnaissance » de votre douleur de ce qu’il vous a fait, un PN EN EST INCAPABLE. Jolie Phrase de Boris Cyrulnik  » Les pervers narcissiques n’ont jamais honte car pour lui l’autre n’existe pas il n’est qu’un pantin là pour son propre plaisir ».
    Sans aucun jugement de ma part, mais ne croyez vous pas que votre fille a certainement déjà suffisamment souffert de cette relation et elle ne mérite pas de ne plus avoir de mère !!
    Je comprends très bien ce que vous vivez (mon témoignage en novembre) j’ai moi même foncé dans un arbre de désespoir moi aussi j’ai eu comme vous envie que la douleur s’arrête. Mais croyez moi, se battre vaut la peine, vraiment ! Je ne vous dis pas que tout sera simple, mais vous pouvez voir tous les thérapeutes que vous voulez si vous n’êtes pas prête à sortir du victimisme et à changer pour vous personne ne pourra faire ce travail pour vous. Un travail de thérapie est un engagement, vouloir sortir des ténèbres, s’y donner à fond. Qu’est ce qui vous bloque ? Posez vous les bonnes questions. Il y a certainement une faille en vous qui a attiré PN (comme nous toutes et tous) vous paraissez dans une impossibilité de pouvoir la regarder la prendre l’analyser. Cette envie de mort vous lâchera croyez moi mais il faut le vouloir. Regardez ce qu’il vous reste VOTRE FILLE un travail, un toit. Le chemin est long mais il faut s’accrocher. Personnellement je suis restée de longs mois en maladie..plusieurs hospitalisations. Aujourd’hui , j’ai repris mon boulot à mi temps thérapeutique, j’ai pris le temps de me reconstruire. J’ai vendu ma maison qui était si symbolique pour moi (il m’a ruiné au passage) j’ai sauté le pas. L’énergie d’un humain est inconsidérable. Aujourd’hui j’attends la vente officiel (compromis fait) et je suis en train de racheter un autre chez moi. Je laisse derrière moi également tous les souvenirs que j’avais ici avec pourri. J’ai choisi de partir sur un nouveau départ. Je me bats, j’avance, vous le pourrez aussi.
    Accrochez vous et NO CONTACT est la seule issue!
    Courage

    J'aime

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s