[Témoignage] Birgit : « Il m’a demandée en mariage et j’ai su, il y a peu de temps, non pas par amour mais parce que je suis restée là après son séjour en hôpital psychiatrique » + Faut-il faire passer le mariage avant le bien-être des enfants ?

Amis lecteurs,

Voici le témoignage de Birgit qui a déjà fait couler beaucoup d’encre dans les commentaires précédents. Je vous laisse en prendre connaissance et lui faire les retours qui vous semblent pertinents.

Dans tout ce témoignage, ce qui me choque le plus n’est pas l’action de votre mari, le narcissique – et pas un pervers narcissique car je ne vois pas du tout de projection identificatrice -. Il apparaît une profonde immaturité couplée à une violence laissée sans limites au moment des faits – mais votre inaction complète et cette absence d’empathie envers votre fille aînée. Je cite le passage qui m’a vraiment interpellée :

Mon aînée lui répondait – crise ado – mais il a tapé dessus à coups de poings. J’ai du m’interposer à plusieurs reprises, après il l’a insultée. A chaque fois, je lui ai dit que ça ne se faisait pas sur une femme, je pense qu’il a fait un transfert sur elle car il dit qu’elle me ressemble.

Ce qui vous choque, ce n’est pas qu’il batte un de vos enfants à coups de poings mais qu’il l’insulte « parce que ça ne se fait pas sur une femme ».

Quand j’ai lu ce passage, cela m’a fait penser à de la complicité pure et simple. Réalisez-vous que ce n’est juste pas normal de frapper une autre personne, à plus forte raison, une enfant ? Les parents narcissiques sont eux-mêmes très immatures et quand ils commettent des abus sexuels sur leurs enfants, ils se placent sur le même plan émotionnel que ces enfants. Ce passage est dérangeant, troublant parce que c’est exactement la même chose.

On ne sent pas un regard maternel sur votre fille qui se fait frapper violemment « parce qu’elle vous ressemble ». Psychologiquement, c’est surtout révélateur d’un dysfonctionnement chez vous. Faites-vous accompagner par un psychiatre qui saura vous orienter. Il y a un réel souci. Finalement, le déclencheur du divorce est l’infidélité de cet homme alors que cela aurait peut-être du être la violence envers vos enfants (?). Ce n’est pas pour vous dire quoi faire mais votre priorité était peut-être plus du côté de votre vie intime que du bien-être des enfants. C’est un fait et non un jugement.

Idem pour la scène où vous « trouvez des preuves » dont le fameux « Je vais te défourailler comme un comanche » et où vous demandez « si c’est normal » (?).

Tout comme pour les « godes » avec la mention d’un enfant mineur dans la même phrase. Cela me fait penser au commentaire qu’une autre lectrice avait laissé et avec lequel un conflit avait éclaté. Je trouve que l’attitude de la mère devrait être de réaliser que la vie intime des parents ne doit pas être mêlée à celle des enfants. C’est une chose de s’offusquer du fait que votre ex-mari ait abordé le sujet de ses sex toys et de la stimulation de sa prostate avec un enfant… Et c’est autre chose de le cautionner. En principe, ceci est une attitude de pédophile, n’ayons pas peur des mots. Une fois de plus, c’est traité de façon extrêmement légère alors que c’est le signe d’un homme profondément immature, peut-être capable de franchir une limite dévastatrice un jour. Les bases sont posées.

Pour moi, cet homme n’est pas un pervers narcissique mais un narcissique simple mis dans une situation absolument sans aucun contre-pouvoir. En gros, il n’avait aucune limite, personne ne lui a opposé un véto, personne ne lui a dit « stop ». Sa manipulation est assez évidente dès le début du témoignage. Ensuite, il se contente… de mentir. La base du narcissisme pathologique. Il n’y a rien de très élaboré dans sa démarche. Je vous conseille le témoignage de Wendy, même profil que vous, même tranche d’âge et même vision du couple « malgré tout ». Profil narcissique aussi pour le mari et même issue que vous.

Votre dépendance affective, votre incapacité à reconnaître le « danger » que cet homme représentait ont été les clefs qui lui ont permis de s’étendre. Ce n’est pas un herpès mais une cystite non traitée qui se développe en infection urinaire. Néanmoins, il est dangereux pour l’intégrité psychique et physique des enfants placés en sa présence.

Pour la suite, je vous souhaite beaucoup de courage ainsi qu’à vos enfants. Le processus de deuil doit se faire. Demander le divorce est la meilleure décision que vous ayez prise, dans votre propre intérêt.

Crédit photo : « Pipe Painting – Tribute To Magritte » by Ric Nagualero

Pourquoi je n’ai pas écouté mes intuitions ? Pourquoi je n’ai pas écouté mon corps ?

Il y a 23 ans, j’ai rencontré un homme. Pour moi, c’était l’homme de ma vie, j’ai vite lâché mon appartement au grand désespoir de mes proches, car lui me disait : « Je ne lâcherai pas le mien« . Nous sommes partis en vacances peu de temps après et il y a eu une dispute. A l’issue de celle-ci, il m’a dit : « On s’arrangera si on se quitte pour te retrouver un appartement« . Comme j’avais du caractère, je me suis dit : « Sois plus cool ! »

On avait envie de fonder une famille et arrêter notre vie de célibataires à 29 ans. Nous avions tous les deux eu des expériences de vie de couple. Son père était un alcoolique et il avait vécu une enfance spéciale et moi j’ai eu la chance d’avoir des parents « adoptifs » formidables mais j’avais gardé quelques moments tragiques de mon enfance surtout quand j’ai su que mes parents n’étaient pas mes parents biologiques.

On voulait un enfant du moins c’est ce que je pensais car quand je lui ai montré le test grossesse, il n’était pas si heureux que cela quand j’y pense. Nous avons eu notre premier enfant à 31 ans. J’étais tellement heureuse et lui, angoissé. Très peu de temps après la naissance il a pété « les plombs » !

Il a disparu avec notre bébé et la crèche m’a alertée car il avait un comportement bizarre lorsqu’il est allé le chercher.

Du coup, il a fini en hôpital psychiatrique : il se prenait pour Jésus et il était complètement paranoïaque. Le monde n’était qu’un complot contre lui et il recevait des messages par la télé. J’ai découvert qu’il fumait plus que je pensais des joints. Moi, je ne comprenais pas car ce n’est pas mon truc… et je pensais que c’était à cause de cela !

Diagnostic : État maniaco-dépressif.

Il n’a pas voulu continuer les cachets et se faire suivre… Après un séjour chez ses parents – car je devais protéger notre bébé – il est revenu chez nous au bout d’un certain temps mais moi j’avais peur qu’il rechute ! Il a continué à fumer des joints.

Il m’a demandée en mariage et j’ai su, il y a peu de temps, non pas par amour mais parce que je suis restée là après son séjour en hôpital psychiatrique. Il m’a dit : « Tu n’es pas une déesse de l’amour, je ne t’ai pas épousée pour ça !« . Contrairement à son ex qui, il me disait, « était une plaie dans la vie mais une super salope au lit« .

Pour le mariage, il était en état de stress et j’avais peur qu’il rechute. Ils avaient tourné des sex tapes. Il me l’a aussi proposé en me disant : « C’est pour quand je serais vieux et que je ne pourrais plus, au moins j’aurai mes films« .

Il ne s’est jamais adapté à ses clubs de sport, il changeait chaque année, il n’évoluait pas au travail, toujours la victime, il n’a pas vraiment d’amis, il insulte tout le monde. Un jour, je lui ai dit : « Tu entends comment tu parles de tout le monde ?« . Il m’a dit : « Oui, je deviens con« .

Grosse erreur le déménagement !

On voulait un appartement plus grand à Paris, car on envisageait de faire un autre enfant. Il m’a dit : « On ne va pas payer un loyer à Paris on va chercher une maison en banlieue à acheter ». Le hasard, on a trouvé et où ? A l’endroit où les parents de son ex habitaient et loin de mes amis. Je ne voulais pas acheter car moi j’ai du faire des crédits pour payer d’autres crédits, j’étais coincée.

Nous avons eu un deuxième enfant à 36 ans. J’avais hésité étant donné le passif et en plus, j’ai eu entre deux un cancer du col de l’utérus et je me demande toujours comment j’ai eu ce virus aux deux ans de mon premier enfant. Je me rappelle encore, enceinte du deuxième, je l’avais surpris mater les femmes et il ne m’accompagnait pas à l’hôpital même pas pour l’amniocentèse.

Comme tous les couples, il y a eu des hauts et des bas et je ne me rendais pas compte de ce qui était convenable ou pas. Moi j’avais signé pour la vie.

Une thérapeute m’a dit que je n’avais pas eu ma place enfant et ni dans mon couple. Moi, je pensais à éduquer et protéger mes enfants avant tout.

DÉNI ?

Il a vraiment basculé à 40 ans, il me harcelait sur le sexe moi j’étais fatiguée, le travail, la maison, les deux enfants. Lui allait faire son sport et moi je devais m’organiser pour faire du sport en gérant les enfants en même temps. J’ai passé mon BTS à 40 ans, lui disait : « Cela ne sert à rien, il fallait faire des études comme moi ». Il acheté des gadgets sexuels, moi je n’en voulais pas, je préfère le naturel, alors là bien sûr, je suis une coincée du c** et il fallait de l’originalité tout le temps.

Mon deuxième enfant avait une sortie à faire sur plusieurs jours et il fallait des accompagnateurs. Moi, je venais de prendre un nouveau job pour me rapprocher de la maison, je ne pouvais pas y est aller. Alors il est parti. Bizarre, pas de sexe avant de partir avec moi, pas son genre ! Normal il était parti, m’a-t-il dit, car la fille avec qui il gardait les enfants était une belle blonde à gros seins !

Erreur fatidique !

J’ai avalé des cachets je souffrais trop en plus il continuait à fumer des joints. On l’a surpris avec les enfants à la maison, en vacances et même au sport. Il est addict ! Il me mentait, il me rabaissait et me culpabilisait. Du chantage aux sentiments, au matériel, au sexe… Un jour, je lui faisais un câlin et il m’a dit : « Bon ça fait cinq minutes, quand est-ce que tu me suces maintenant ? ». Il venait de me bloquer pour longtemps. Après il se plaignait que je n’avais pas assez d’entrain mais le verbal bloque !

Il a vraiment basculé !

Mon aînée lui répondait – crise ado – mais il a tapé dessus à coups de poings. J’ai du m’interposer à plusieurs reprises. Après, il l’a insultée. A chaque fois, je lui ai dit que ça ne se faisait pas sur une femme, je pense qu’il a fait un transfert sur elle car il dit qu’elle me ressemble. Elle a tout de suite compris qu’il n’était pas normal et elle en a souffert et je souffre aujourd’hui pour elle. Ma deuxième fille s’est interposée aussi entre les deux et m’a dit : « C’est mon père, je l’aime mais c’est un malade ».

J’ai eu des doutes sur son comportement et j’ai commencé à fouillé dans son portable et j’ai compris. Je lui ai demandé si c’est normal de dire à une femme : « Je passe après le sport dimanche après-midi. Je vais te défourailler comme un comanche« . Il m’a dit : « Tu n’as pas à regarder dans mon téléphone. Tu interprètes tout mal« . Après, j’ai dit : « Mais je ne t’ai jamais trompé » alors il ne m’a rien répondu et j’ai vu sa tête. J’ai compris et il m’a dit : « Moi non plus » et là en septembre dernier, ma vie a basculé dans l’enfer. Il était démasqué, des sms horribles : « Ma femme est imbaisable, il y a que le sexe et l’alcool. La famille de ma famille sont des nazes, je l’ai trahie, elle ne voit que ça » à un copain en rupture, « On va manger des minous« …. Et j’en passe.

Il avait même contacté son ex, j’ai retrouvé l’adresse email. Il est devenu odieux, il était démasqué et je savais tout car j’ai eu de la chance d’avoir consulté une médium qui m’a tout dit et j’avoue j’ai eu du mal à y croire mais c’était vrai et encore elle a modéré vu ma souffrance.

Je ne m’alimentais presque plus et je pleurais, j’ai dépéri et il restait là sans avouer, à me laisser et à me culpabiliser et à revenir sans arrêt sur ce qu’il disait ou dire que je n’interprétais pas bien. A dire : « Je n’avouerai pas (peur du divorce pour faute) ». Un thérapeute m’a dit : « Madame, appelez un avocat et protégez-vous« .

… Il m’a dit un jour : « Ce que je fais à côté me regarde. Le principal, c’est qu’on baise et qu’on s’aime et toi si tu veux voir ailleurs, du moment que je ne le sais pas, tu as le droit de te venger« …

Un jour, on m’a confirmé qu’il avait raconté à son pote ses infidélités et une liaison mais qu’il n’a pas osé partir, il ne la connaissait pas assez. Je comprends toutes les fois où il disait : « Je vais me casser« . Alors je suis rentrée et j’ai pété les plombs, il m’a répondu, perdu : « Je n’allais pas te quitter car j’ai de l’amour pour toi et je n’arrivais pas à te le dire, c’était trop dur« . Mais comme j’ai demandé le divorce, il est revenu sur tout sauf que ma fille a entendu, et sa sœur lui a conseillé de ne rien avouer elle sortait d’un divorce (famille de PN ?). Il a raconté n’importe quoi autour de nous pour le divorce mais certains ont bien compris, fort heureusement pour moi car ils étaient manipulés.

J’ai entendu ses discussions horribles avec son pote sur les femmes rencontrées sur Meetic : « Ah, ma nouvelle conquête, je vais la niquer le premier soir, je vais la déglinguer » et quand il a su que j’avais tout entendu, il me disait : « Mais c’est des discussions de mecs« .

Il a fait des analyses complètes VIH, Syphilis etc… en novembre 2015 par un médecin inconnu, j’ai du faire une batterie d’examens, j’étais verte… J’ai contacté deux de ces fameuses nanas et aucune ne m’a rappelée, il n’y a pas même pas de solidarité entre femmes, c’est pitoyable ! Il est addict aux joints, il est addict au PMU et maintenant addict au sexe.

Je lui ai dit : « Tu es un PN, tu n’as aucune empathie pour personne, il faut te faire aider ! ». En fait, j’ai découvert que c’est lui qui se sert des godes pour titiller sa prostate et explorer de nouveaux endroits comme il dit, sauf qu’il en a parlé à son enfant mineur, le même enfant mineur qu’il a essayé d’acheter à la sortie du lycée.

J’ai demandé le divorce par consentement mutuel pour faire vite en décembre 2016 pour passer devant un juge car si cela se passe mal entre temps, je serais dans l’obligation de me protéger et mes enfants en parlant au juge. En tous les cas, il s’est mis en retraite rapidement pour partir au soleil et donner moins en pensions alimentaires.

Heureusement que je sais des choses sur lui et des proches à lui afin de me protéger, il m’a dit que j’étais une ingrate. Honte à lui…. J’attends la vente de la maison pour partir et me reconstruire avec mes enfants.
J’espère trouver rapidement un appartement et VIVRE.

Advertisements

48 réflexions sur “[Témoignage] Birgit : « Il m’a demandée en mariage et j’ai su, il y a peu de temps, non pas par amour mais parce que je suis restée là après son séjour en hôpital psychiatrique » + Faut-il faire passer le mariage avant le bien-être des enfants ?

  1. Bonjour Scarlett,
    J’ignore si vous recevez mes messages via votre mail : je vous ai envoyé mon témoignage ainsi que demandé des mots de passe pour lire certains articles qui sont tous restés sans réponse.
    Bonne journée.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour

      J’ai certainement reçu vos mails mais je ne les ai pas encore consultés. J’ai bien précisé qu’il y a un délai dans les réponses car j’en reçois énormément.

      Les articles sous mot de passe sont en actualisation.

      💯

      Aimé par 1 personne

  2. Bonjour @Birgit, c’est du lourd votre ex mari ! Je vous souhaite de réussir ce que vous entreprenez pour un avenir plus harmonieux. Que vos filles surtout soient suivies ! Et vous , apprenez à vous aimer et à ne jamais plus laisser un homme , tout se permettre au nom d’une promesse dont vous êtes finalement la seule à vous soucier… Respectez vous et on vous respectera. Bien à vous

    Aimé par 1 personne

  3. Happy Tuesday @Birgit,

    Et je vous le souhaite rapidement de finaliser ce divorce dans tous ces aspects . J’ai déjà écrit à propos de vos précédents post , je ne vais pas me répéter.
    Maintenant vous savez malheureusement suite à ce drame de violence conjugale que votre dévotion au mariage était un leurre.
    La thérapie familiale avec vos enfants et vous est fondamentale. Maintenez surtout votre volonté de vous sauver vous et vos enfants vous êtes aujourd’hui sur la bonne voie , ce n’est pas facile c’est normal puisque le passé est lourd, mais continuez à avancer.

    Peace,

    Aimé par 2 people

  4. Bonjour à toutes et à tous,
    Brigit je suis VERTE moi aussi. Cette relation était un leurre dés le départ, relation destructrice toxique et si malsaine pour vous et vos enfants. Ceci n’est pas un jugement de ma part, mais je constate. Vous avez effectivement de sérieux problèmes en vous à résoudre et vu le degré de la dépendance au sexe de votre mari, il y a de quoi se poser des questions. Quand MR parle de « godes » avec votre enfant, j’en vomirais de l’autre côté de mon ordinateur, MR a un penchant pédophile, il a déjà franchi une limite en parlant de sexe à son propre enfant !!!!!!!! C’est une excellente chose que vous ayez fait de fuir mais les dégâts collatéraux sont là. Je vous souhaite de vous accrocher, d’effectuer un bon suivi, un long travail sur vous et d’être attentive à ce qui va suivre avec vos enfants. Je vous conseille néammoins qu’ils consultent également.
    Vous avez pris LA Décision à prendre. Prenez soin de vous, apprenez à vous aimer.

    Aimé par 1 personne

  5. Je rajouterais il n’a rien d’un pervers narcissique, c’est un homme juste minable certainement narcissique parmi tant d’autres.
    Je reste relativement choquée « ça ne se fait pas sur une femme »…qu’avez vous à régler de votre propre histoire ? Ca ne se fait pas de taper tout court, la violence est un crime répréhensible et démontre une immaturité complète de Mr suivi d’aucune limite ni règle. Toucher un enfant est abject. Je vous souhaite de vite trouver un appartement et de garder vos enfants près de vous.

    Aimé par 1 personne

  6. Bonjour Birgit,

    Votre récit est consternant. Je vous souhaite de retrouver votre place, que ce soit dans votre lignée, votre famille, votre statut, vous par rapport à vous…

    Mais surtout…je vous souhaite de réussir à nettoyer toutes ces représentations et conditionnements malsains dans lesquelles vous baignez depuis si longtemps. Un bon psy devrait vous y aider assurément.

    Des relations saines, ça existe, même si le monde dans lequel on vit nous en fait douter en permanence. Ca commence par soi.

    Accrochez-vous, et le ciel ne vous lâchera pas.

    Aimé par 3 people

  7. Le divorce est en cours, la maison est vendue et j’ai trouvé un appartement (dur à trouver mais c’est bon) en fonction du goût et du lieu par rapport à mes filles.
    Je vous remercie pour votre soutien. Il s’est excusé auprès de ses filles j’espère que c’était sincère, en tous les cas je pense qu’il ne s’en sortira jamais s’il ne se fait pas suivre. Mes filles sont fortes et on parle beaucoup ensemble mais on veut regarder devant et profiter du présent et rassurez-vous je ferais tout ce qu’il faut pour elles.

    Aimé par 1 personne

    1. Faites attention à ne pas retomber dans le même panneau qu’il y a 23 ans et d’y entraîner encore une fois vos enfants.

      Cet homme est en train de vous manipuler pour que vous prêchiez pour sa paroisse et ça peut marcher. Après tout « faute avouée, à moitié pardonnée » 😨. Bref le but de la manoeuvre est de préparer le terrain pour que vos filles disent qu’il a juste « fait une erreur » là où on constate des années d’abus et de promiscuité.

      C’est le silence de tous sur les agissements malsains qui permet leur propagation. Cet homme a maltraité femme et enfants et prétend aujourd’hui tout faire oublier avec une pseudo « excuse ». Mais il a raison de tenter. Plus c’est gros, plus ça passe.

      Vous devez comprendre que c’est un menteur pathologique qui essaye de racheter son image.

      Bon courage, ma chère.

      Aimé par 5 people

  8. Bonjour @Birgit,

    Beaucoup de choses ont été dites dans les commentaires du précédent témoignage effectivement. Il ne s’agit pas d’un PN, infidélité=PN est un raccourci simpliste qui selon moi discrédite ceux qui interpellent sur ce qu’est véritablement un PN justement. Votre récit intégral est glaçant. Je prends le parti de me concentrer sur ce qui peut être « sauvé ».

    Vous semblez avoir pris des dispositions pour votre futur à vous et votre fille, poursuivez en ce sens, un énorme travail personnel vous attend, un bon psychiatre vous est nécessaire effectivement ainsi qu’à vos filles, bon courage.

    Cependant, un passage m’interpelle: « En fait, j’ai découvert que c’est lui qui se sert des godes pour titiller sa prostate et explorer de nouveaux endroits comme il dit, sauf qu’il en a parlé à son enfant mineur, le même enfant mineur qu’il a essayé d’acheter à la sortie du lycée ».

    Si je comprends bien, votre mari a un enfant d’une précédente union qui n’est donc pas le vôtre, est-ce qu’il vit sous votre toit? Est-ce que sa garde est partagée?
    Quel devenir pour cet enfant mineur en situation de danger avec un père aux tendances pédophiles, une fois que vous serez partie vous et vos filles?

    Aimé par 4 people

    1. Effectivement c’est inquiétant pour l’enfant, mais Birgit est dans un tel marasme que pour le moment elle ne doit se soucier que d’elle, le reste suivra ensuite. Elle reste confuse, espérant que cet irrécupérable individu s’améliore avec le bon suivi, ce dont ce type se fout éperdument, ayant la maturité d’un bulot cuit et la violence chevillée à son ADN.

      Aimé par 3 people

      1. Justement, elle est confuse et demande de l’aide sur ce blog, du coup comme elle a écrit « son enfant mineur » en parlant de son mari, cela faisait penser à la présence d’un 3ème enfant dans cette histoire, et si c’était le cas je n’aurais pas pu considérer cela personnellement comme un détail, au contraire mes 1ers conseils auraient été pour cela, voilà pourquoi je posais ces questions, non pas pour rentrer dans sa vie personnelle qui ne m’intéresse pas, mais pour avoir des informations pour éclaircir sa situation, mais après précision de la concernée soit @birgit, il n’y a dans cette situation que ses 2 filles donc cette question ne se pose plus 😉

        Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir @Eveiloriental, si la projection identificatrice est la même chose que l’identification projective c’est le mécanisme qu’utilise le PN pour attribuer à sa proie ses propres défauts et aberrations afin de lui même les évacuer. Bien à vous

      Aimé par 1 personne

  9. Bonjour Birgit

    « Il s’est excusé auprès de ses filles j’espère que c’était sincère, en tous les cas je pense qu’il ne s’en sortira jamais s’il ne se fait pas suivre »

    Comment pouvez vous pensez cela, il s’est excusé, je suis horrifiée quant je vous lis, excusez moi Birgit, mais je suis « horrifiée » je préfère être sincère. Vous pensez vraiment qu’il s’excuse, mais vous rêvez ou quoi, il veut tout simplement essayer de vous manipuler à nouveau, car il sait très bien ce qu’il a fait et ce qu’il risque .
    Vous l’avez quitté, tant mieux!!! mais cela n’excusera pas tout ce qui s’est passé et ce que VOUS AVEZ LAISSEZ FAIRE A VOS ENFANTS!!!!!!
    Comment avez vous pu laisser vos enfants vivre avec un tel malade, une mère qui aime ses enfants n’aurait jamais accepté tout cela, je n’arrive même pas à imaginer.
    Je reviens sur un post précédent Birgit, vous êtes une deuxième Jacqueline SAUVAGE.
    On peut être sous emprise, mais pas quant les enfants sont victimes!!!
    Laissez frapper ses enfants « à coup de poings » non et non…
    je vous assure Birgit que si j’etais un ou une de vos proches et que j’avais été témoin ou au courant de tout cela, je vous aurais dénoncé …
    Maintenant il faut faire suivre vos enfants pour tout ce qu’ils ont subi et vous aussi, car quelque part , vous avez été complice de toute cette maltraitance et vous risquez gros?.
    Je suis dure peut être, mais votre témoignage est encore pire que le premier.
    Moi aussi j’ai été sous emprise d’un malade, mais jamais vous m’entendez jamais , je n’aurais accepté qu’un enfant soit mêlé à tout cela. Je l’ai été mais en tant qu’adulte consentante et personne ne m’a forcée.
    Peut etre que je suis la seule à penser de cette façon mais je préfère m’exprimer, mais je préfère être sincère dans ma façon de percevoir ce que vous avez écrit.
    Alors que puis je vous dire, allez de l’avant, mais faites vous soigner également car vous en avez autant besoin que le père de vos enfants, car ce que vous avez laissé vivre à vos enfants n’est pas digne d’une mère aimant ses enfants.
    Liliane

    Aimé par 2 people

  10. Propos durs de Liliane, mais pour réveiller les consciences, c’est parfois bien nécessaire. Pour continuer à sortir de ce marasme, surtout ne plus trouver de fausses excuses, ni d’apitoiement sur lui ni sur soi-même, et une thérapie familiale déterminée sans faux fuyants. C’est ce que j’ai appris de ce blog, entre autres très bons conseils.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Martina

      Des propos véridiques et toujours moins durs que les 23 ans acceptés par Birgit sans aucun respect d’elle-même. Il faut toujours aimer la vérité. Elle est moins horrible que les souffrances que s’infligent ceux qui sont dans des relations toxiques.

      Sur ce blog, c’est l’esprit du discernement qui règne et pas celui de la complaisance 💯💯💯

      Aimé par 5 people

      1. bonjour Scarlett
        c’est vrai j’ai peut être été un peu dure… mais dès que les enfants sont concernés , pour moi c’est inadmissible.
        J espère que Birgit en a conscience, c’est vrai comme dit Martina, on essaie toujours , dans tous les cas , de se trouver des excuses, certes, mais pas quant la sécurité d’enfants est en jeu.
        je souhaite néanmoins à Birgit d’arriver à se sortir de cet enfer et surtout à faire le mieux possible pour ses enfants.
        Bien à vous toutes et tous
        Liliane

        Aimé par 1 personne

      2. Bonjour Liliane

        Dire la vérité à une personne n’est pas synonyme de lui vouloir du mal, bien au contraire.

        Je l’ai déjà écrit mais les habitudes ont la tête dure, il faut croire 😂

        C’est à Birgit de vous signaler si elle trouve vos propos durs. Nous sommes entre adultes alors chacun est libre de s’exprimer dans le respect de la sensibilité de la principale intéressée.

        Très belle journée à vous aussi 🌟

        Aimé par 3 people

  11. Bonjour Brigit,
    Je vous souhaite de vous reconstruire et surtout de protéger vos enfants et de voir clair sur votre histoire. poursuivez votre route : fuyez loin, vite et ne vous retournez pas, ne revenez jamais vers cet homme, ne l’excusez en rien et restez sourde à ses pseudo excuses. votre histoire n’est pas excusable, la violence ne s’excuse pas.
    Soyez tout autant sincère et transparente sur votre passé avec l’avocat qui va suivre votre dossier que vous l’êtes sur ce site. C’est très important que vous lui relatez tout ce qui s’est passé dans les détails pour que des mesures juridiques soient prises rapidement afin de protéger vos filles. Parce que vous racontez ce qui s’est passé avec beaucoup de détachement comme si vous n’aviez pas intégré le normal de l’anormal , le pathologique d’une relation saine. Néanmoins vous prenez le risque de mettre a jour votre histoire, pour moi vous savez au fond de vous ce qu’il en est de votre passé. Tous vos repères sont dilués.
    Car de mon point de vue emprise + passé familiale baignant dans l’alcool font que vous ne voyez plus la réalité des choses.
    attention je n’excuse en rien la violence et le faite que se soit voter fille ainée qui ait trinqué.
    Continuez dans votre direction, partez, éloignez vous le plus de cet homme, et surtout éloignez en vos enfants. Faites vous aider vous et vos filles.
    je vous souhaite beaucoup de courage

    Aimé par 2 people

  12. Bonjour à tous,

    Quelques extraits d’un article intéressant sur l’apitoiement:

    « Il sert souvent de refuge à celui qui ne veut pas prendre ses responsabilités, tout en désirant attirer l’attention et la pitié d’autrui. »

    « Malheureusement, lorsqu’on prend les autres en pitié on leur envoie le message qu’ils sont faibles et impuissants à changer leur vie. Pour certains, cela va contribuer à consolider leur rôle de victime impuissante (voir victimite), une habitude qui ne peut que leur faire du tort et les maintenir dans le malheur. »

    L’intégralité de l’article au lien suivant: https://www.dianeborgia.com/2012/06/28/apitoiement-tir%C3%A9-du-petit-dictionnaire-du-bonheur/

    Aimé par 3 people

  13. Merci Hellosunshine pour le lien !
    Pour les différents commentaires je tiens quand même à vous rassurer que je me suis toujours mise entre lui et ma fille lorsqu’il voulait la frapper ou l’insulter suite à des conflits entre eux et je n’ai jamais adhéré ce qu’il faisait et sachez que mes filles ont toujours été ma priorité et elles sont toujours passées avant lui. Je pense que je n’ai pas toujours été explicite dans ma rédaction.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour @Birgit, si, vous aviez précisé dans vos précédents commentaires que vous vous interposiez « en votre présence ». Encore une fois , fillez voir quelqu’un qui vous aidera à y voir clair. Vous avez une vision complètement faussée des faits ! Vous parlez de conflit entre une enfant (qui se prend des coups de poing !) et son père ? Il s’agit d’AGRESSION @Birgit. PAS de conflit. Je sais qu’il est difficile parfois de regarder la réalité en face mais il le faut pour avancer ! Force et courage à vous

      Aimé par 5 people

    2. bonjour Birgit
      non vos filles ne sont pas votre priorité, et vous avez fait passer leur père avant elles contrairement a ce que vous affirmez.
      je suis désolée de vous le dire, mais c’est une bien triste réalité…
      votre récit me donne la chair de poule, vous avez livré vos filles à ce malade, parce que je pense que vous ne racontez pas tout….
      en effet, comme les poste de dory25 et historiacyn, soit vous vous voilez complètement la face et vous avez vraiment une vision faussée, ou alors vous êtes tout simplement complice, et vous devez vous faire soigner.
      Mais pour moi le mal est fait!!
      Liliane

      Aimé par 1 personne

      1. A la longue de fixer des yeux la mouche posée sur un verre, on ne voit pas l’éléphant dans le magasin de vaisselle, c’est à peu près tout ce que m’inspire le témoignage de Birgit.
        J’ai le sentiment d’être roulée dans la farine depuis le début et j’ai décidé de croire en mon intuition. A la lecture des posts de Birgit ( voyez, je n’ai meme plus envie de m’adresser directement à elle, c’est triste), je ne sens que du vide.

        Désolée si cela choque , je ne vois aucune émotion , aucun sentiment (alors certes il n’ya pas de « mais j’aime mon mari !!! », mais il n’ya pas de j’aime mes enfants non plus). Je crois que je préférerais de loin, avoir une écoute attentive envers une femme embourbée par des sentiments « irréels » avec un Pn, signe pour moi qu’il ya de la vie en elle.
        Je ne crois ni au « marasme psychologique  » ni au « hors de portée intellectuel » au vu du détachement emotionnel, du pouvoir qu’elle cherche à avoir sur « Mister », et de la lucidité de certains passages du récit, avec en prime 70% du témoignage porté sur les pratiques sexuels, (j’en viens même à me demander qui est le plus porté sur la chose, limite lourd à la fin) et qui plus est unique déclencheur de la séparation.

        On pourrait penser que je la juge devant un tribunal, ce qui n’est pas mon intention je me permets de dire ce que je ressens ce qui n’a pas lieu d’être une vérité.

        Je ressens les memes attitudes Fake et la meme personnalité vide que les énergumènes que nous avons toutes connues .Non je ne vois pas des PN partout, non je ne l’accuse pas d’en être une, mais pour moi il y a trop de
        – « faire semblant de »
        – froideur émotionnelle
        – de focus sur intérêt personnel
        pour que je puisse être en empathie envers elle. Il est peut être possible d’être émotionnellement vide sans être DA ou PN, je n’en sais rien je ne suis pas psychologue et à la limite peu importe. Ce qui m’importe dans le fond (comme je l’ai déjà posté précédemment) c’est son rôle dans la vie de ses enfants et je ne pense pas que ce soit hors de son champ de conscience, cela dépend de l’intérêt qu’une mère y porte.

        J'aime

      2. Bonjour Ambelline

        Je vois parfaitement de quoi vous parlez et c’est un aspect de la personnalité des dépendants affectifs qui revient souvent.

        Je me répète mais les DA sont autant néfastes que les PN pour des personnes équilibrées. Là, Birgit juge « normal » de simplement s’être placée en tampon entre sa fille battue et le prédateur laissé sans limite dans sa violence et sa promiscuité sexuelle avec des enfants. Pourquoi ?

        Seule l’intéressée a la réponse au fond de sa conscience mais il est clair qu’elle ne comprend pas que le souci n’est pas de s’interposer mais bien de tolérer – et même regretter – un homme qui a des penchants pédophiles et de nettes tendances à la violence envers des enfants. Les siens, s’il est besoin de le rappeler.

        Chacun a vraiment sa définition du rôle de parent et surtout des limites à placer entre un adulte et un enfant pour le bon développement de ce dernier.

        Je ressens aussi beaucoup plus de compassion pour les enfants que pour Birgit. Il sera beaucoup plus compliqué pour eux de trouver un sens à ce climat malsain car ils étaient enfants donc à protéger. Or, leur bien être n’occupe que moins de 10% des aventures du narcissique : coucheries, infidélités, chassés croisés sexuels, etc.

        Certains se retrouveront dans ce récit, notamment les pro-dependance qui valorisent le « couple », fut-il en carton pâte. D’autres ont une sensibilité qui se porte sur les dommages collatéraux beaucoup plus choquants.

        La bonne nouvelle est que ces enfants sont à présent éloignés de leur bourreau et qu’ils peuvent choisir leur destin sans vivre la peur au ventre. La vérité dérangeante est que les humains déviants sont encouragés et protégés. Beaucoup plus que les enfants issus de ces unions. C’est le triste constat qui peut être fait.

        On a la société qu’on mérite et surtout, qu’on tolère.

        Aimé par 3 people

      3. Bonsoir @Ambeline et @Scarlett, je vous rejoins , les filles de @Birgit ont toute ma compassion, je suis de celles qui font passer les enfants en priorité. Il me paraît surréaliste de les laisser grandir dans une telle ambiance. J’ai quitté le père de ma fille pour les sortir d’une ambiance conflictuelle et pourtant ils n’étaient pas maltraités , alors comprendre que l’on reste quand on l’est même si on est marié Ça me dépasse également. Pour autant, il est évident que @Birgit n’a pas encore réalisé que ce climat était hyper violent. Lorsqu’elle le fera , il faut qu’elle soit accompagnée car cela risque d’être très violent pour elle… Je ne suis pas dans sa tête mais on dirait qu’elle pense qu’en s’interposant , elle protégeait ses filles. Hors il est évident que dans un cas comme cela , il faut éloigner les enfants de leur père. Je ne la défends pas mais son témoignage ainsi que @Dandoha m’ont fait réfléchir, j’ai essayé de comprendre pourquoi une femme peut accepter l’inacceptable sur ses enfants. On voit bien que @Birgit est « sonnée « , elle est confuse. Certes elle fait partie d’une époque où le sacro-saint mariage était justement sacré mais quand même. Certes elle est dépendante affective mais je l’étais aussi et j’ai accepté sur moi la violence mais jamais je n’aurais supporté que l’on touche un cheveu d’un de mes enfants. Mais pour cela, encore faut-il savoir ce qui est normal et ce qui est violent… @Birgit doit comprendre, dans son passé pourquoi elle n’est pas alerté par la violence, pourquoi elle l’accepte. Peur panique de l’abandon peut-être ? Je crois que @Birgit ne fait preuve d’aucune mauvaise foi, elle ne sait vraiment pas… L’autre raison je pense , ce sont les fameuses œillères, l’accessoire préférée du DA… En se mentant à soi même , on se protège. En n’acceptant pas la réalité, elle n’existe pas ! Bien sûr c’est fantasmatique mais Ça rend la situation plus supportable. Malgré tout , je pense que @Birgit aime ses filles. Mais elle est perdue et son discernement est altérée par sa DA. Elle est encore prête à croire en ses excuses… C’est dire ! Elle pense nous rassurer en nous disant qu’elle s’interposait… C’est dire Bis ! Personnellement, @Birgit, je salue votre courage pour être venue raconter votre histoire et tenter de trouver de l’aide pour vos filles et vous. Même si elle fait réagir, parfois de manière brusque, c’est tout à votre honneur. On a tenté de vous éclairer sur votre futur ex mari mais pour une aide véritablement bénéfique , pour le travail de lucidité, d’acceptation et de pardon (envers VOUS même avant de vouloir pardonner le tortionnaire de votre fille) adressez vous à un professionnel. Je vous souhaite avec vos filles , une vie sereine ! Belle soirée à tout le monde ! 😊

        Aimé par 3 people

      4. Bonsoir Ambeline et Scarlett,

        C’est vrai @Ambeline que ce témoignage pousse à se poser des questions sur la personnalité de Birgit et comme dit Scarlett c’est en partie un comportement de DA, je dis en partie car on sent qu’il y a un autre problème et comme vous je ne suis pas psy donc je n’irai pas plus loin à ce propos. Elle parle beaucoup de pratiques sexuelles car ça a l’air d’être la base de leur relation, le mari lui a dit: «Ce que je fais à côté me regarde. Le principal, c’est qu’on baise et qu’on s’aime ». On sait qu’il n’y avait pas d’amour entre eux car @birgit dit qu’il l’a épousée « non pas par amour » donc il reste un seul verbe.

        @Scarlett je cite: « La vérité dérangeante est que les humains déviants sont encouragés et protégés », « On a la société qu’on mérite et surtout, qu’on tolère »
        C’est bien réel ce que vous dites, souvent certaines personnes de l’entourage proche sont informés de la situation mais personne ne la dénonce et la situation perdure, véritable complicité pour éviter des poursuites judiciaires à l’abuseur qui est au choix un mari, un ami, un oncle, un voisin et j’en passe.

        L’abuseur est protégé et conforté dans son rôle et ses soutiens sont ce qu’on appelle des complices encore une fois, c’est ce que @birgit devra comprendre si elle souhaite avancer, se remettre en question pour réaliser la complicité dont elle a fait preuve et le rôle qu’elle a joué car tout adulte joue un rôle dans sa relation de couple et son foyer.

        Cependant comme dit dans l’intro de @Scarlett, c’est la découverte de l’infidélité du mari qui est à l’origine de la prise de décision du divorce de @birgit et non pas les violences et abus commis sur ses enfants, donc son discours va dans le sens d’une épouse trahie car pour elle c’est son problème principal cette trahison, c’est un fait et non un jugement et c’est ce qui est difficilement acceptable pour beaucoup à mon avis.

        Aimé par 1 personne

      5. Bonjour @Hellosunshine, il est vrai que c’est un grand mystère, la raison du divorce… Pourquoi une infidélité plus que la maltraitance de sa fille ? Seule @Birgit pourra trouver en quoi cette trahison de plus (puisque monsieur a toujours été voir ailleurs) a fait écho en elle. Et pourquoi alors qu’elle dit avoir eu « des parents formidables « , donc un modèle familial apparemment pas maltraitant ni abuseur , (c’est du moins ce que je comprends quand on parle de parents formidables) elle a accepté cela ? Il faut qu’elle se réponde honnêtement pour avancer et qu’elle apprenne à s’aimer ! Ce témoignage est bouleversant quoiqu’il en soit, pour les filles et la mère… Puissent elles construire le bonheur auquel elles ont droit 😉

        Aimé par 1 personne

      6. Bonjour, Bonjour

        Pour le fait de privilégier le mari au détriment des enfants, cela n’a rien de nouveau. J’ai déjà eu le cas d’une femme qui m’a contactée, dont le mari a violé leur fille mais elle appelle cet acte abominable « ma fille a couché avec son père ».

        OK… typiquement le genre de mails que je ne peux pas traiter en gardant le sourire et toute personne empathique comprendra aisément pourquoi 😨😨😨

        Cette femme n’avait pas envie de reconnaître l’inceste et la pédophilie de son mari et a choisi d’ostraciser son propre enfant plutôt que de dénoncer un bourreau. Et combien de « mères » referment doucement les portes quand elles savent que les enfants sont abusés sous leurs yeux ???

        Bref, tout ceci est un système qui se tient et qui perdure parce que c’est une réalité qui dérange. On trouve des excuses et on reporte la « faute » sur des aspects secondaires comparés à l’horreur de la violence envers ces enfants.

        Mais il en est ainsi et il en sera toujours ainsi. Au moins, certaines personnes ont encore la conscience de s’offusquer et de ne pas trouver « normal » de voir un parent parler de « godes » et de « stimulation de la prostate » à un mineur. Pffff

        Aimé par 6 people

      7. Hello @Scarlett, horrible, ce genre de mail ! 😱 Pauvres enfants ! Je suis toujours de leur coté parce qu’eux n’ont rien demandé, rien choisi , ils sont les VRAIS victimes quoiqu’on en dise. On comprend aisément qu’il y ait tant d’adultes « détraqués » quand on voit certaines enfances… Je n’excuse personne qui fait où laisse faire le mal , qui plus est, sur un enfant même quand l’enfance du bourreau et/ou de son complice a été chaotique. Mais le lien est inextricable. Les serial killers eux mêmes ont souvent eu des enfances horribles, pour autant, leurs actes restent inexcusables. J’aime bien , creuser, comprendre ce qu’il est possible de comprendre , il y a toujours des actes et des décisions inexplicables, ceci dit, on ne peut que l’accepter. L’humain est capable du meilleur comme du pire, il en sera ainsi jusqu’à la fin des temps… Voilà pourquoi nous devons rester vigilants constamment et savoir dire « STOP » avant que les choses ne dégénèrent car il y a TOUJOURS des signes… Même @Birgit en a eu. Les conséquences sont désastreuses quand il y a des enfants innocents dans tout cela… Heureusement l’humain a aussi la capacité de se remettre de TOUT, à condition de le vouloir vraiment et de se faire psychologiquement aidé. Belle journée à tous ! 😊

        Aimé par 1 personne

      8. Bonsoir Scarlett,

        OMG je ne sais pas comment vous faites pour gérer ce genre de mails , vraiment chapeau! Effectivement là où beaucoup iraient à la police d’autres demandent conseil sur un blog, waw! Merci pour tout le travail que vous faites sur ce blog, je ne sais pas si j’ai déjà eu l’occasion de vous le dire alors j’en profite.

        Sans vouloir blesser qui que se soit, il y a des parturientes (au sens femmes qui accouchent) et il y a être mère (et là chacun a sa définition), en tout cas je ne retrouve pas ma définition d’être mère ici, mais c’est uniquement selon ma propre opinion et je ne cherche pas d’adhésion.

        Quand on ne s’offusque plus c’est qu’on est mort,

        Belle soirée à tous 😉

        J'aime

  14. Brigit,
    En dehors des coups horribles portés il y a une phrase qui me donne l’impression que vous ne mesurez pas l’ampleur des dégâts : « En fait, j’ai découvert que c’est lui qui se sert des godes pour titiller sa prostate et explorer de nouveaux endroits comme il dit, sauf qu’il en a parlé à son enfant mineur, le même enfant mineur qu’il a essayé d’acheter à la sortie du lycée.
    On est d’accord vous parlez de votre fille mineur ?????????
    Je réitère cet homme a des penchants pédophiles ou je n’ai pas compris vos écrits !!

    Aimé par 3 people

  15. Bon, j’ai relu le témoignage de Birgit parce que quelque chose me chiffonne. J’ai commenté cet article, mais j’avais quand même laissé filer quelques points. En fait, 4 gros points. Sans juger, je tiens quand même à les relever car ils sont consternants.

    1) même pour démasquer son « narcissique » de Mari, Birgit recourt à… Une médium. Soit un Tiers doté de pouvoirs surnaturels. Pas à sa propre logique et à son raisonnement, comme une adulte sensée et compétente (!).
    2) Birgit semble presque rassurée que le narcissique frappe sa fille parce qu’elle lui ressemble. Parce qu’elle croit qu’il l’a frappée ELLE. Elle veut etre l’objet exclusif de son amour – ou à defaut de sa haine. Ce n’est pas du conflit de génération, c’est un besoin maladif d’être la seule désirée. Sacré imbroglio.
    3) Le conjoint est objectivement à fortes tendances pédophiles. Mais Birgit atteint que NOUS le lui disions ; peut-être étant elle-même enfant dans sa tête, elle a du mal à voir où est le mal. Mais il est MONSTRUEUX, et il est CRIMINEL de ne pas s’y soustraire quand on est adulte.
    4) Birgit évoque sa sexualité non pas avec voyeurisme et exhibissionisme (même si je rejoins le malaise d’Ambeline à ce sujet), mais presque comme une succession de parties de « touche-pipi ». On dirait vraiment un enfant qui se confie sur ses pulsions débutantes, pas une femme qui cherche la maîtrise de sa sexualité, dans un respect de ses propres limites (parce que des limites, il n’y en a pas eu depuis longtemps).

    Si Monsieur est immature, Madame l’est également – et peut-être dans une proportion bien pire. Il faut chercher une aide professionnelle qui aidera Birgit à « grandir dans sa tête ». Et si l’expression infantilise, pardonnez-moi, mais cette DA de l’extrême me fait penser à un petit enfant.

    J’espère que ses jeunes filles, qui ont l’air lucide, elles, sauront trouver un jour la force pour ne pas sombrer dans un schéma de répétition.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour @Deborah, l’immaturité va avec le dépendant affectif. Les carences et/ou maltraitances ont empêché de grandir. Lorsque je me souviens de mon état d’esprit lorsque j’étais DA , j’ai eu mon fils jeune et il a toujours été ma priorité, trop même, puisque j’ai rectifié le tire plus tard mais la fusion faisait aussi partie de mon rôle de maman. C’était excessif. Bref, j’étais une enfant dans un corps d’adulte. Mon PN me dira :  » Tu me fais penser à une petite fille », il avait raison. Je l’étais toujours à trente ans passés. La plupart des DA ont , de par leur histoire, une peur , que dis je une phobie de l’abandon ! Et @Birgit , a été abandonné puisqu’elle a eu des parents adoptifs ! Je crois que le tout petit bébé enregistre déjà pour la vie . Peut-être n’a t elle pas eu le courage « d’abandonner » son mari malgré l’horreur du personnage. La dépendance affective altère énormément le discernement. Nous sommes là à débattre , les idées claires mais je vous assure que l’on est dans un brouillard épais quand on est DA et que le raisonnement que nous avons là est difficilement accessible au DA. Déjà parce que le da ne se voit que comme une victime, il n’a pas conscience qu’il est maître de sa vie , il croit qu’il ne fait que subir… On peut toutes se dire : « Oui mais voir mon enfant de faire battre m’aurait réveillé.  » C’est sans doute vrai pour celles qui le pensent mais nous ne sommes pas @Birgit ! Si en plus de la DA, il y a manipulation , donc emprise, il en est fini de la raison. Elle dit d’ailleurs : « Je ne savais pas ce qui était convenable ». Il y a dans la dépendance affective , des « degrés « . Ici c’est +++. Il est évident que @Birgit ne s’aime pas , se trouve t elle , inconsciemment indigne d’amour de par son abandon ? Je ne sais pas c’est à elle de trouver mais si elle s’était aimée, elle n’aurait pas épousé un homme dont elle savait qu’il ne l’aimait pas pour commencer ! Elle n’est pas née au 17ème siècle non plus… Pire, elle s’est dit qu’un homme qui ne l’aime pas pouvait être l’homme de sa vie ! C’est effrayant et incohérent… Ajoutons à cela la terreur quotidienne , des années durant, les chocs à répétition, elle ne s’est même pas alertée plus que cela des penchants pedophiles de son mari… @Birgit s’est perdue elle même et s’est faite complice inconsciente de cet odieux personnage, et il faut qu’elle se (re ?)trouve. Elle a besoin de soins. Je ne sais pas comment ont évolué ses filles mais il faut absolument les faire suivre aussi, pour qu’en effet , elles ne répètent pas un schéma violent et destructeur dans leur vie future. Bien à vous

      Aimé par 4 people

      1. @Historiacyn, je vous remercie de votre intervention.

        En plus d’être plaisante à lire, elle est très éclairante sur le raisonnement des DA et les origines de cette posture de vie. Plus j’avance dans la lecture de ce blog, véritable mine d’or, plus je me dis que le ressort de toute éducation devrait être de donner à une personne son autonomie.
        L’étymologie du mot est belle : « Auto » et « nomos », se donner à soi ses propres limites et règles de vie. Une éducation parentale qui n’a pas ces éléments en tête, ou un sujet qui ne prend pas conscience de ce fait, sera un jour forcément défaillant dans un plan de sa vie…

        Bonne journée à vous ! 😀

        Aimé par 1 personne

      2. Bonjour @Déborah, je précise que je ne mets pas tout le monde dans le même panier, tout comme il y a autant de différences que de similitudes chez chaque PN , il y a autant de différences que de similitudes chez chaque DA. J’essaye d’expliquer mon vécu, mon ressenti et mon analyse « à froid », en poussant parfois plus loin que ce que j’étais moi même afin de comprendre. La dépendance affective est pour moi, un état limite, la frontière avec la folie est parfois bien mince, on est son pire ennemi . Pour rien au monde j’aimerais revivre cette souffrance. Berceau de nombreux maux… Je rejoins @Scarlett, quand elle dit qu’ils sont toxiques pour des personnes équilibrées. Ils le sont également pour eux mêmes. Et mon message est surtout un message d’espoir : Il est possible de trouver la paix intérieure, » de guérir » de cette dépendance. Je mets des guillemets car sauf erreur de ma part ce n’est pas une pathologie mais plutôt un trouble. Si cela peut éclairer quelques personnes et les aider à avancer, j’en suis ravie. 😊Belle journée à vous également 😉🌞

        Aimé par 1 personne

    2. Deborah, votre commentaire me parle (tout comme les autres) et met en avant des points évidents qui m’auraient échappé. Si Birgit pouvait accéder à vos arguments, elle en retirerait le plus grand bénéfice. J’espère bien sûr qu’elle s’en sorte après avoir pris la vraie mesure de ses responsabilités envers ses filles. Ça ne semble pas encore gagné, malgré son courage à exposer sa situation. Et démonstration supplémentaire que, comme le rappelle Scarlett, la DA est aussi néfaste que la perversion narcissique ; a fortiori quand des enfants se trouvent impliqués. Vrai fléau que la dépendance affective. Mais on en est bien conscientes en participant à ce blog.

      Aimé par 1 personne

  16. Merci Scarlett, merci à toutes pour vos éclairages sur la situation de Birgit je finis bon an ,mal an par mieux comprendre grace à vous.
    Ayant le curseur émotionnel collé au plafond concernant la maltraitance des enfants, et enfoncée dans des convictions d’injustice qui m’ont permis de tenir debout jusqu’ici, je peux vous assurer que cela fait très mal de simplement regarder objectivement comme vous le faites.
    Cela me permet de mettre également le doigt sur ma propre colère nourriciere ( par défaut) face à une mère qui s’est totalement ralliée à son bourreau. Mon dieu que c’est dur de se positionner en simple observateur lorsque l’on ressent encore la fameuse double peine d’un enfant maltraité. Aller au fond du fond du fond n’est pas accessible à tout le monde ,et pour cause c ‘est une souffrance terrible!
    Si effectivement Birgit est prête à faire face à cela, il lui faudra beaucoup de courage

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour @Ambeline, tout comme vous , je me suis d’abord laissé emporté par mes émotions, en lisant les premiers posts de @Birgit. J’ai écrit avec mon passé d’enfant maltraité. J’ai cicatrisé, mais parfois la cicatrice peut  » gratouiller » un peu, à la lecture de certains témoignages. Comme un vieux réflexe. Mais je crois qu’en tant que personne empathique, c’est humain et sain. J’ai également projeté sur @Birgit, ma propre conception des devoirs que je pense avoir en tant que mère . Et puis, j’ai mis tout cela de côté , parce que les émotions ne permettent pas de comprendre. Il est vrai que ce blog est une mine d’or , il apporte énormément, en tant que rescapés de PN d’abord mais également après, humainement parlant, spirituellement et personnellement. Je n’étais pas capable de cela à mon arrivée, je généralisais, je portais des jugements et je travaille dessus, car j’ai la volonté d’aider à mon niveau autant que je le peux, ainsi que de comprendre l’Humain sous toutes ses facettes. La méditation m’apporte également énormément, je la conseille. Je pense que c’est à la portée de toutes et tous de porter un regard extérieur objectif et impartial si on s’y exerce, cela vient avec le temps, j’y travaille encore personnellement 😊 Si vous le souhaitez, vous le pouvez ! 😉 Cela ne veut pas dire que l’on n’est plus touché par rien , que l’on cautionne, juste qu’on cherche à savoir. Cependant, vous avez le droit d’avoir votre propre avis, de vous indignez , de vous exprimez même si votre avis est différent de tous les autres ! Ce que je veux vous dire c’est de ne jamais vous laisser influencer par les arguments d’autrui, nul n’a la science infuse, écouter les avis est enrichissant mais toujours réfléchir par vous même et tirer vos propres conclusions. C’est ce que je fais et parfois je change d’avis, parfois pas mais c’est mon propre avis. C’est un droit que nous avons tous 😊 Belle journée

      Aimé par 2 people

  17. Bonjour à tous,

    Une réflexion

    Je n’ai pas connu de violence physique de la part de mes parents, et pourtant je suis également très sensible à la maltraitance des enfants et j’ai du mal à accepter les comportements passifs face à cette attitude car je suis entourée de mères que j’appelle les mamans lionnes, ces mères qui ont une force monstre, qui déploient de l’énergie pour 25 quand elles-mêmes ont passé leurs vies dans un gouffre, un exemple je connais une femme orpheline, qui a subi tout type de sévices en familles d’accueil, qui a eu 3 enfants avec un homme violent et lorsque cet homme a essayé de violenter un de ses enfants elle a immédiatement quitté le domicile conjugal malgré le fait qu’elle dépendait entièrement de cet homme et qu’elle ne soit pas issue d’un milieu favorisé, pourtant elle n’a rien de plus que d’autres personnes de ce contexte si ce n’est la VOLONTE.

    OK il y a des explications de contextes familiaux castastrophiques etc mais la vie ne sera jamais parfaite, la construction d’un enfant ne sera jamais parfaite à 100% en tout cas je ne connais personne qui n’a pas un manque dans sa vie, et aussi bien des victimes dans l’enfance que des enfants qui ont l’air d’avoir eu une tendre enfance, est-ce pour autant une raison de reproduire des choses inacceptables, d’être complice d’actes innaceptables, je ne crois pas, d’ailleurs je connais également un homme qui a été battu toute son enfance par ses parents et il n’est pas du tout violent avec ses enfants, c’est bien d’expliquer, de chercher à comprendre, ce qui doit vraiment être le travail de la personne concernée d’ailleurs, mais un abuseur, un complice d’un abuseur ne doit pas se cacher derrière ses explications, son enfance, cela peut empêcher de prendre ses responsabilités, voir même de se dédouaner et c’est trop facile, comprendre pour avancer OUI comprendre pour se conforter dans sa position NON.

    Les DA tant qu’ils n’ont pas compris leur propre fonctionnement sont en stagnation permanente car ils sont incapables de se remettre en question, et un DA pioche seulement les éléments de la réalité qui lui convient dans sa propre vision de sa conception de la relation. Dire à un DA vous avez agi ainsi parce que vous avez subi ça dans votre enfance (je caricature) va lui confirmer que le problème vient des autres et ne va pas pousser à la remise en question. Pour moi c’est encore une fois la VOLONTE de ne plus souffrir dans des relations toxiques à courir derrière un train et de plus en étant sur le mauvais quai qui va pousser à la remise en question, c’est entre les mains de @birgit.

    J’ai des convictions qui ont participé à la construction de mon identité que je ne souhaite pas faire disparaître car elles me paraissent saines, et la compréhension a pour moi ses limites car il y a des choses condamnables d’office. Reconnaître mes propres limites a été pour moi libérateur et là je n’ai plus envie d’aller plus loin concernant @birgit tout simplement car c’est à elle de faire son chemin maintenant.
    Dans ma profession on dit que se mettre à la place de l’autre c’est prendre sa place, à méditer.

    Belle journée à tous 🙂 😉

    J'aime

  18. La lecture de la vie de @Birgit donne la nausée. Ces descriptions porno de ses relations sexuelles avec son mari, avec les maîtresses du mari. C est malsain au possible. Révoltant en lisant qu il y a deux filles majeure et mineure qui ont vécu dans cet environnement familial odieux et malsain. Les coups de poing a sa fille! L horreur Est ce possible de n avoir pas signalé ces agressions, cette violences a la police. Je ressens bien que @Birgit n est pas complètement présente a la vie. Son cerveau doit être embrouillé et son psychisme détruit en partie. Ses repères sont viciés et vicieux. Elle y est embourbée, elle les alimente même certainement tout en ayant des sursauts de compréhension a défaut de conscience. Elle me fait penser a ces femmes maltraitées, non reconnues en tant qu êtres humains, rabaissées qui reproduisent ces mêmes schémas sur leurs filles. Besoin que l autre souffre comme elles-mêmes souffrent. Sinon leur souffrance n aurait pas de sens, n aurait servie a rien. Cette violence des mots crus employés par @Birgit dépeint parfaitement son contexte de vie. Elle ne s en aperçoit plus. Ce qui me révolte le plus c est de constater une fois de plus comment on peut détruire l enfance d un être en devenir. La lecture donne envie de vomir, de hurler et de la secouer. Cette narration est tellement sidérante dans sa formulation. @Birgit décrit l insupportable avec une telle absence d implication qu on se rend compte que quelque chose s est brise en elle ou qu elle s est réfugiée dans un déni protecteur pour ne pas affronter la réalité de la vie de ses filles et d elle même Quel ordure ce type Et il arrive malgré tout a avoir une femme qui accepte de rester avec lui 23 ans avec deux enfants. 23 ans : le quart d une vie. Quelle a été l enfance de @Birgit? Que dire @Birgit: vous avez réussi a exprimer l innommable. C est beaucoup déjà. Si vous voulez sauver vos filles vous n avez pas d autres choix que de vous sauvez vous même.

    J'aime

  19. Je réagis en tant que fille de DA et PN (mélange explosif s’il en est un !). Les dégâts que font ces unions sont immensurables, surtout quand il y a des enfants -et à la plus grande raison s’il s’agit d’enfants uniques et filles de surcroît. Donc, pardonnez-moi si je m’enflamme, mais les choses doivent être nommées -et vues avec les yeux des autres.

    Ma question est la suivante : Quelle image de l’amour avez-vous enseignée à votre fille ? Que pour être aimée il faut subir ? Qu’il faut accepter d’être traitée comme la poubelle du mois précédent ? Qu’il faut être exploitée ? Qu’il faut se jeter tête baissée dans la gueule du loup et dire merci ? Quelle dignité, quel RESPECT, essentiel pour se protéger des ces gens-là, avez-vous offert à votre fille ? Rappelez-vous que nous, les enfants, nous nous identifions au parent du même sexe, à la mère dans mon cas. Imaginez les dégâts.

    La maltraitance ce n’est pas de l’amour, c’est de la haine, c’est mortifère !

    Quelle image du sexe/amour transmettez-vous ? Faire partager, sous quelque forme que ce soit, la vie sexuelle des parents, est d’une violence gravissime qui risque d’handicaper, à vie, la vie intime de votre fille.

    Accepter qu’un enfant soit témoin de violences, c’est AGIR la violence sur l’enfant.

    Avez-vous essayé, pour une seule seconde, de vous mettre dans les chaussures de votre fille ? Peut-être pas. Ma mère, DA, 86 ans et 54 années de mariage, est encore tellement concentrée su SA souffrance, qu’elle n’a jamais su, ou pu, voir la souffrance de son enfant. Résultat : elle a créé une victime. En avalisant la maltraitance, elle l’a pérennisée. En traitant sa fille de sale égoïste quand j’essayais de faire respecter mon espace vital, ou je disais  »non’ aux demandes que je trouvais (enfant déjà) exagérées elle à violenté mon espace et brisé ma volonté. Elle a rendu acceptable ce qui ne l’est pas !

    Vous dites que vous avez parlé à votre fille. Avez-vous parlé À elle ou AVEC elle ? Avez-vous écouté SA souffrance ou lui avez-vous parlé de la vôtre ? L’avez-vous vue comme un être à part ?

    Si vous voulez sauver votre fille, libérez-la de ce concept distordu de l’amour. Apprenez-lui à s’aimer et que permettant aux autres de nous faire du mal, ce n’est pas s’aimer. Et que si on dit non on n’est ni égoïste ni méchant avec l’autre, mais SI ON NE SE PERMET PAS CE »NON », on l’est avec soi-même. Ce qui est malsain.

    Ce n’est pas mon intention de vous culpabiliser, vous n’en avez pas besoin, surtout si vous avez épousé un PN, mais je voudrais que vous réfléchissiez aux conséquences, car nous sommes responsables de nos actes et de leurs conséquences.

    J'aime

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s