[Question Internaute] Historiacyn : « Est-il possible qu’un narcissique « évolue » en pervers narcissique ? » + La question du dessein

Question d’Historiacyn :

Bonsoir @Scarlett,

j’ai une question, s’il te plait, si tu trouves un petit moment pour me répondre 😊 : Est il possible qu’un narcissique « évolue » en pervers narcissique ? Le narcissique n’ayant pas d’empathie , je me demandais si la frontière était définitivement infranchissable ?

Belle soirée

Ma réponse :

L’empathie n’est pas la principale pièce du puzzle pour cette question. En effet, dans tout le spectre de ce qui est considéré par la psychiatrie comme du narcissisme pathologique, les profils vont du trouble de la personnalité narcissique au psychopathe en passant par le fameux pervers narcissique et le sociopathe. Tu as également des maladies mentales qui influent sur l’empathie comme le trouble bipolaire et le trouble borderline.

Même au sein de la population générale, tu as des personnes cérébralement capables d’empathie mais qui, placées dans un certain contexte, ont la faculté de supprimer cette empathie momentanément pour suivre les ordres d’individus qu’elles considèrent comme l’autorité. Nous pouvons nous baser sur la collaboration massive de certains Français pendant la seconde Guerre mondiale ou encore l’expérience de Milgram effectuée dans les années 60 qui a servi à évaluer le degré d’obéissance d’individus et leur degré de soumission à l’autorité, ou encore les personnes droguées. Et je peux te dire qu’on a eu des surprises choquantes !

Ce qu’il faut regarder chez tout individu est son dessein dans les relations interpersonnelles. Le dessein chez les personnalités toxiques est lié à une question de survie donc inévitable.

Les narcissiques simples, au bas de l’échelle du spectre « narcissique pathologique » ont pour dessein de transformer leur entourage en « fans » grosso modo. Ce sont des personnes immatures, souvent abusées, qui ont développé un besoin vital de validation extérieure. Ces narcissiques n’ont souvent pas l’énergie ou l’intelligence suffisante pour extraire davantage que de la validation/affirmation/admiration simple de la part de leurs followers. Ils sont hyper visibles et on les reconnaît parce qu’ils ne parlent que d’eux et n’ont qu’une très faible capacité d’attention quand il n’est pas question d’eux, de leur vie minable et de leurs intérêts mesquins. Ils ne cherchent pas particulièrement à camoufler leur besoin maladif de se mettre en avant et par conséquent, font souvent l’objet de moqueries de la part des autres, ils sont HYPER ENNUYEUX pour ceux qui toute personne en quête d’un minimum d’échange. Leur caractère auto-centré se repère relativement vite même s’ils sont capables de faire semblant au départ. Mais leur énergie est si basse, de même que leur faculté d’écoute, que le masque tombe très vite. Ils critiquent les autres, les humilient pour forcer leur attention envers eux, ce qui est extrêmement désagréable.

Attention : je ne dis pas que les narcissiques sont « gentils » ou « inoffensifs ». Ce sont des parasites à fuir IMPERATIVEMENT car ils sont autant nuisibles que tous les autres surtout pour les campagnes de dénigrement et de diffamation. Je les classe « au bas de l’échelle » dans le cadre d’une « nomenclature » du moins dangereux au plus dangereux. Il arrive que des narcissiques soient physiquement violents également. Merci de bien lire et de ne pas faire de raccourcis hâtifs. Toute personne saine d’esprit doit se protéger de l’ensemble de ces profils.

Le dessein du pervers narcissique est de vampiriser ses victimes. Bien plus qu’une simple validation, il doit « tuer » l’autre pour survivre. Il doit opérer un transfert de psychisme qui requiert des qualités bien supérieures à celles du simple narcissique et la création d’un lien émotionnel beaucoup plus puissant. Le PN cherche la fusion de l’autre envers lui pour que le mécanisme de la projection soit possible. Cela en fait un prédateur. Tous les PN s’installent dans la durée, d’où l’existence d’un love bombing au départ. Le LB est un investissement sur la vie de la victime, valable littéralement jusqu’à la mort. D’où le harcèlement qui a lieu post-rupture avec un PN et ce, pendant des années. Un narcissique simple peut aussi harceler mais ce sera moins horrible qu’un pervers narcissique, moins dangereux si les mesures de no contact sont bien appliquées.

Les narcissiques simples sont des lâches fondamentalement. Ils ne vont pas batailler longtemps une fois qu’ils ont compris que le pouvoir était entre les mains de l’autre et plus entre les leurs. Poser des limites fermes suffit à éloigner un narcissique, ce qui n’est pas le cas pour un PN avec qui il faut vraiment tenir sur la longueur et s’attendre à un pugilat de taille parce que l’enjeu est autre.

Entre le narcissique de bas étage et le pervers narcissique, il existe effectivement un spectre et pas vraiment une évolution au sens d’une « mutation » comme dans « Dragon Ball Z » ;).

Un narcissique de base ne sait pas qu’il est narcissique parce qu’il n’a pas les facultés cognitives pour se remettre en question. Se remettre en question a quand même deux avantages : être capable d’une introspection ET être capable d’affiner ses techniques d’approche. Cette intelligence est propre aux prédateurs en quête de toujours plus de pouvoir et de proies donc à l’intérieur du profil PN, tu peux avoir des « évolutions » mais dans les méthodes de prédation et pas dans le passage vers un autre profil.

Les narcissiques simples ne font pas d’introspection à cause de leur extrême sensibilité à la moindre « critique ». Se remettre en question serait synonyme d’effondrement intérieur – ils devraient se confronter à tous les abus qu’ils gardent sous clef – et d’acceptation des limites de leur être – ce qu’ils refusent catégoriquement de voir en eux puisqu’ils sont tout-puissants.

Il faut un degré supérieur d’intelligence pour réaliser l’immense possibilité d’évolution inhérente à une introspection. Les psychopathes, par exemple, sont au summum de la chaîne alimentaire humaine parce qu’ils comparent entre eux leurs méthodes criminelles et apprennent de leurs « erreurs » auprès de psychopathes plus « experts ».

Un narcissique, suite à plusieurs crises et effondrements dans sa vie personnelle, pourra se remettre en question et améliorer ses techniques d’approche au contact d’un pervers narcissique éventuellement mais ne deviendra pas PN pour autant. Rappelons bien qu’un profil, c’est 24h/24 et pas par intermittence. Ce n’est pas un bouton on/off. Imiter une personne est à la portée de n’importe qui mais devenir cette personne demande un processus très difficile, surtout pour un narcissique, bien connu pour être une personnalité « fixe », imperméable à la thérapie.

J’espère avoir répondu à ta question 😉

xoxoxo

Advertisements

45 réflexions sur “[Question Internaute] Historiacyn : « Est-il possible qu’un narcissique « évolue » en pervers narcissique ? » + La question du dessein

  1. Bonjour,

    Voilà une démonstration éloquente, qui m’interpelle sur un sujet peu abordé dans le blog – encore que je n’ai pas encore tout lu -. Il s’agit de l’irresponsabilité – déni de la part du PN – qui entraînerait une irresponsabilité judiciaire si ce n’est juridique. Or, les PN sont évalués à + ou – 10 % de la population, leurs victimes sont nombreuses ainsi que révélé dans ce blog, et on a une impression « d’épidémie » en marche.
    Vous avez évoqué l’attitude des obéissants qui perdent toute empathie face au donneur d’ordres en illustrant vos propos par les drogués (?), les « collabos » pendant l’occupation. Mais je m’étais déjà interrogée sur le contexte sociétal qui permet l’expression et l’expansion (s’il y a) de ce type de pathologie nuisible. Cela m’a rapprochée d’Hannah ARENDT et sa notion de « banalisation du mal » qui avait fait polémique.

    En la lisant, je me suis souvenue également de ce prix Goncourt de Jonathan Littell : « Les bienveillantes » qui décrit un état d’âme sans âme d’un tortionnaire revenu dans « la vie civile » après avoir sévi dans les camps nazis.

    Quelque chose dans le besoin et l’action de destruction du PN à l’égard de sa proie me paraît relever directement de cette irresponsabilité que
    j’ose qualifier de condescendante des pouvoirs publics, judiciaires, voire des autorités médicales à leur égard.
    Je vous livre mes réflexions ; il ne s’agit pas d’idées arrêtées de ma part puisque je suis en train de me documenter. Mais la réponse de mon psy, auprès de qui j’ai demandé secours et fait part de ma volonté de comprendre pour accepter de changer (autre notion que j’aimerais partager avec vous), devant qui j’étais exsangue, les bras en croix, détruite, qui m’a dit qu’il s’agissait d’une « déconvenue amoureuse »…

    La notion de banalisation du mal d’ARENDT me paraît appropriée.

    Je prends toute information, documentation qui me sera proposée.

    Merci.

    Aimé par 4 people

    1. Bonsoir LaFister

      « Il s’agit de l’irresponsabilité – déni de la part du PN – qui entraînerait une irresponsabilité judiciaire si ce n’est juridique »

      => En droit français, la notion de « perversion narcissique » n’est pas reconnue. Probablement parce qu’elle n’est pas non plus répertoriée dans le DSM (psychiatrie) au titre des troubles de la personnalité ou des maladies mentales. Autrement dit, un pervers narcissique est un individu reconnu comme responsable. L’organisation de son psychisme n’est ni facteur aggravant, ni un facteur atténuant. D’ailleurs, peu de magistrats connaissent ce profil. Nous agissons pour qu’il en soit autrement mais ça prend du temps.

      Certaines de leurs manœuvres sont punies par la loi, par contre, comme le harcèlement moral dans le couple et dans la sphère professionnelle, la violence psychologique et parfois physique, les abus de faiblesse, sous réserve d’en apporter la preuve évidemment. Ce qui est handicapant dans la question de la reconnaissance légale de ce profil est d’une part, la « moutonisation » de la société et d’autre part, la difficulté à apporter des preuves pour les victimes.

      Celles (victimes H/F) qui sont déterminées à aller jusqu’au bout de l’épreuve n’agissent pas dans le bon ordre, partent sans rassembler les éléments essentiels pour prouver la violence psychologique ou pire, ne pensent pas que la justice fonctionne sur des preuves et se jettent dans la bataille sans préparation, en étant sur un registre émotionnel, sans conseil professionnel (avocat) + l’absence de formation des avocats par rapport au profil PN.

      Et enfin, celles qui décrédibilisent l’ensemble des vraies victimes. Vous avez tout un tas de personnes qui se prétendent « victimes de PN » alors qu’il s’agit de ruptures avec des individus certes peu recommandables mais qui ne correspondent pas du tout au profil. C’est trop facile de parler de « manipulation » quand en réalité, la personne a eu tous les signaux rouges mais s’est acharnée dans une relation qui était vouée à l’échec dès le départ.

      Face à ce déversement de fausses victimes et d’absence de preuves, le travail de la justice n’est pas facilité. J’aime la justice de notre pays et je pense que la plupart des magistrats sont de bonne foi, tout comme nos forces de l’ordre mais il y a trop de « moutons » (c’est dit sans manquer de respect à ces personnes) qui sont OUTRANCIÈREMENT « victimisés » à cause d’eux-mêmes ; des personnes qui sont violentées, sauvées par la police et qui retournent dans les bras de leur pseudo « bourreau ». D’un point de vue psychologique, ça peut se comprendre en étant gentil et patient. D’un point de vue policier et légal, ils ont bien d’autres chats à fouetter que de venir tenir la main à des adultes incapables de prendre les bonnes décisions. Des dossiers plus graves que ça s’empilent et ce n’est pas la priorité, ce qui est tout à fait normal.

      Il faut aussi comprendre leur point de vue et c’est frustrant de devoir intervenir X fois pour terminer le dossier avec une plainte contre un « pervers narcissique », le fourre-tout tendance. La « société » est avant tout composée de vous, de moi, de personnes individuelles qui doivent unir leurs forces pour que les choses avancent mais si c’est pour courir dans un sac… non, on ne peut pas toujours pointer du doigt la « société » si on ne s’aide pas soi-même. Je ne parle pas de vous particulièrement, LaFister, c’est un discours général.

      « La notion de banalisation du mal d’ARENDT me paraît appropriée. »

      => Banalisation du mal… Oui mais du côté des victimes-complices pour commencer. Vous savez, dès l’instant où une personne est suffisamment informée sur le caractère toxique de sa relation mais qu’elle s’acharne à y rester, elle devient complice d’office. Ce que je qualifie de « moutonisation » est cette tendance à attendre un sauvetage miraculeux de l’extérieur quand la personne complice continue à se voiler la face. L’Etat Providence dans toute sa splendeur !

      C’est à ces individus, hommes et femmes, de prendre leur destin en main. A notre époque, tout est à portée de main. L’information est disponible gratuitement. Non, ça ne suffit pas. Il faudrait en plus aller gentiment frapper à la porte de leur domicile, les prendre par la main, leur faire un bon chocolat chaud et les téléporter dans leur nouvelle vie où tout serait enfin parfait et refait à neuf. Ce scénario ne PEUT PAS fonctionner sur cette planète. Déjà parce que les âmes de bonne volonté qui mettent l’info à disposition ont leur propre vie à mener. Ensuite, les « pouvoirs publics » sont limités en termes d’effectifs, de budget et de temps à consacrer à chaque plainte déposée.

      Si chacun n’y met pas un peu du sien, il sera IMPOSSIBLE de faire avancer le débat. Les PN ont TOUJOURS existé. ça ne date pas d’hier. Il y aura TOUJOURS des humains malveillants. D’ailleurs, il ne faut pas faire une fixette sur le PN car il y a bien pire que lui ! Chaque individu est né avec un cerveau, il y a bien une raison à cela. C’est pour que nous l’utilisions, assurant ainsi notre survie. On doit s’informer et accepter d’avoir la responsabilité de nos existences. Comprenne qui pourra. Une fois que la prise de conscience est faite, on peut difficilement continuer à se voiler la face.

      Le mécanisme du PN est connu. Le moyen de le faire capituler est également connu. Entre les deux, il faut un sérieux travail de remise en question sur soi. Accepter que le monde soit peuplé d’individus divers et variés dont certains sont dans des zones où il ne faut pas s’aventurer. Certains humains sont dangereux, hyper dangereux et ils RESSEMBLENT aux autres. Les vrais prédateurs ont appris à se camoufler, ils savent qu’ils sont différents, ils ont des besoins différents, des plaisirs différents. Ils sont sadiques, pervers, cruels, démoniaques. Si vous voulez savoir « pourquoi », adressez-vous à leur créateur qui est aussi le vôtre = Dieu. Aucun humain ne vous dira « pourquoi il y a des prédateurs ». On n’en sait rien. On sait juste qu’il faut appliquer des mesures particulières de haute sécurité grâce au retour d’expériences de leurs anciennes victimes.

      Dites-vous bien que l’humain le plus intelligent utilise un peu plus de 10% de ses capacités cérébrales alors… ne sacralisez pas non plus les connaissances que nous avons. Notre monde est un mystère complet que nous tentons de percer par des THEORIES. Le propre d’une théorie est justement de ne pas être un principe prouvé (et encore, dans les limites de nos connaissances). Par exemple, on parle de « théorie de Darwin » parce que ça n’a jamais été prouvé. Nous ne savons pas expliquer notre origine = cf le « mystère » des origines. Bref, tout ça pour dire que nous devons rester humbles et admettre notre ignorance des causes de certains phénomènes.

      Lectures que je vous conseille pour « découvrir le monde » tel qu’il est réellement et pas comme vous l’imaginez :

      – « The gift of fear » (à traduire en FR)
      – « Le principe de Lucifer »

      Essayez aussi d’avoir un regard critique sur l’actualité de notre monde, ce qui se passe tous les jours. Si nous n’étions pas gouvernés par des PN et des psychopathes, pensez-vous que notre planète serait dans un tel état de dévastation ? Élargissez votre spectre de perception et vous comprendrez mieux certaines dynamiques. Réfléchissez.

      Sur le pervers narcissique : lisez tout ce que vous trouvez sur Racamier, Hurni & Stoll pour commencer.

      Pour terminer, quand je lis certaines réactions (désolée pour la répétition), j’ai la sensation que les personnes pensent que survivre à cet enfer est « facile ». Donc plutôt que de choisir de tourner cette page douloureuse et de remonter la pente, elles CHOISISSENT de rester avec leur bourreau parce qu’elles sont habituées à cette maltraitance. D’où une certaine frustration de la part de certaines qui refusent la réalité et veulent la « petite pilule miracle » qui n’existe pas. Les gens veulent de la facilité, de la guérison en kit là où un vrai effort est demandé. « Forcer » quelqu’un à rompre avec un PN… OK, admettons mais quelques mois plus tard, quand les blessures auront cicatrisé, cette personne y retournera. Pourquoi ? Parce qu’elle n’aura pas compris POURQUOI elle devait SE sauver dans un premier temps.

      A méditer.

      Aimé par 5 people

      1. P’tit bonus par rapport à ton amie : extrait de Paulo Coelho chez Oprah. Il dit que le langage de l’Univers sont les erreurs que nous faisons. Donc… c’est en nous trompant que nous savons que nous sommes sur le « bon » (meilleur pour notre évolution) chemin ou pas. Les erreurs peuvent porter une bénédiction si on ne s’acharne pas évidemment. En elles-mêmes, elles ne sont pas négatives.

        Il est très inspirant comme auteur, très métaphorique par contre donc à lire avec un état d’esprit ouvert et pas mal d’imagination 😉

        Aimé par 4 people

    2. Ah, le « Discours sur le fondement et l’origine des inégalités parmi les hommes »… On s’est tiré les cheveux avec des amis à le comprendre, mais les contradictions logiques avec Rousseau constituent parfois un calvaire. :/

      La philosophie, c’est du « Développement personnel » à l’aune de chacun. En ce moment, je retourne vers Marc-Aurèle ! Et voilà ce qu’on y lit :

      « VI. – Injurie-toi, injurie-toi, mon âme ! Tu n’auras plus l’occasion de t’honorer toi-même. Brève, en effet, est la vie pour chacun. La tienne est presque achevée, et tu n’as pas de respect pour toi-même, car tu mets ton bonheur dans les âmes des autres.

      VII. – Les accidents du dehors te distraient-ils? Donne-toi le loisir d’apprendre quelque bonne vérité, et cesse de te laisser emporter par le tourbillon. Évite aussi désormais cet autre égarement. Insensés, en effet, sont ceux qui, à force d’agir, sont fatigués par la vie, et n’ont pas un but où diriger tout leur élan et, tout à la fois, leur pensée tout entière.

      VIII. – Il n’est pas facile de voir un homme malheureux pour n’avoir point arrêté sa pensée sur ce qui passe dans l’âme d’un autre. Quant à ceux qui ne se rendent pas compte des mouvements de leur âme propre, c’est une nécessité qu’ils soient malheureux.

      IX. – Il faut toujours se souvenir de ceci : quelle est la nature du Tout? Quelle est la mienne? Comment celle-ci se comporte-t-elle à l’égard de celle-là? Quelle partie de quel Tout est-elle? Noter aussi que nul ne peut t’empêcher de toujours faire et de dire ce qui est conforme à la nature dont tu fais partie. »

      Et dire que ce texte a quelques 1900 ans…
      Rien de nouveau sous le Soleil, mais chaque génération humaine semble devoir découvrir ou redécouvrir quelques vérités, à savoir le bénéfice de se recentrer sur soi et celui de l’autodiscipline, avant d’aller vaillamment sauver un autre qui ne peut être que malheureux, tant il s’ignore soi-même.
      Vous ne pouvez aider un être toxique, parce qu’il n’a pas la capacité de se rendre compte des « mouvements de son âme propre » au-delà de la conscience de faire du mal. Le reste serait une introspection qui lui serait inaccessible.

      L’Humanité est la somme des humains qui la composent, et plutôt que de vouloir l’uniformiser, il est intéressant de voir, pour une personne en quête de sagesse et de spiritualité, ce que chaque rencontre peut lui apporter. N’est-ce pas une des seules attitudes valables et en accord avec notre Monde ?

      Aimé par 3 people

      1. Admirables et limpides, ces pensées de Marc Aurèle. Un grand merci à Deborah pour nous les offrir. Tout est à retenir, pour s’en imprégner. ‘Un être toxique n’a pas la capacité de se rendre compte des mouvements de son âme propre au-delà de la conscience de faire du mal’, éclairant. L’introspection, la vraie sans complaisance envers soi-même, est décidément la clé pour sortir de l’incompréhension de soi et de la dangerosité, à divers degrés, de certaines personnalités. Une démarche que, personnellement, je n’aurais probablement pas engagée si un pn ‘de premier choix’ ne m’y avait amenée à son insu une fois les ponts coupés. Je souhaite à ceux de mes proches – adultes et enfants encore sous sa coupe – de bénéficier des mêmes bienfaits, comme aux autres placés dans la même situation. Mais le déclic et la réflexion entreprise sont tellement personnels qu’il semble impossible de transmettre à qui n’est pas mûr ou en capacité pour l’ entendre. Totalement vain, ça se retourne contre vous. Prendre soin de son propre équilibre, avant tout, est une lapalissade que j’ai longtemps ignorée et dont la mise en oeuvre, entre autres par une approche philosophique continue de me transformer. Un processus sans fin, pour un bien-être authentique, au-delà des apparences.

        J'aime

  2. Bonsoir chère @Scarlett, tout d’abord, un grand merci pour ta réponse comme à ton habitude très détaillée. Je connais l’expérience édifiante de Milgram. Ainsi que celle , différente mais toute aussi édifiante de Stanford. Et effectivement quand on se penche sur les agissements pendant la seconde guerre mondiale et dans d’autres événements historiques, on se rend compte que finalement l’humain a des valeurs et des limites plus ou moins changeantes suivant le contexte… Cette question m’est venue car quelqu’un de très proche de moi (DA +++) se trouve dans une situation toxique. Elle tente de s’en défaire mais n’a pas encore choisi de se sauver réellement… Elle est restée 7 ans avec un homme , il y avait dénigrement, des humeurs changeantes, il boit beaucoup et au volant, il est passé par la case prison mais il continue (il ne supporte pas la loi), il ne supportait pas ses fils d’une première union non plus ,pourtant grands , gentils et pas souvent présents puisqu’ils vivent chez leur père (il ne supporte pas les petits garçons particulièrement) pendant des vacances ensemble ,il lui a dit que ses enfants lui gâchaient la vie ! Parfois il restait au lit 48h, quand ses enfants étaient là, à mon avis car il savait qu’elle ne leur dirait pas de ne plus venir , il cherchait à ce que les enfants choisissent eux mêmes de ne plus venir voir leur mère en sa présence. Son plan fonctionnera à moitié, l’aîné cessera de venir , (fort caractère) , le cadet trop jeune , doux et malléable s’y fera. Il est jaloux de ses réussites professionnelles et l’a été quand elle a réussi à acheter son appartement par exemple (il lui répétait souvent qu’elle finirait en HLM…). Il a très mal pris cette étape mais elle ne supportait plus de vivre sous le même toit. Je la cite : « Il m’épuisait ». Elle a décidé de poursuivre chacun chez soi. Il n’a de cesse de lui répéter que tout ce qui arrive est de sa faute, qu’il ne lui pardonnera jamais d’être partie il y a deux ans. Devant les autres il se montre attentionné ,admiratif , elle a toutes les qualités du monde. En privé il est parfois rabaissant. Il était également aux petits soins lorsqu’ils se voyaient. Elle n’avait rien à faire , ni repas, ni corvées. Je la cite : « J’étais sa princesse, j’en jouais , je faisais le bébé : Tu peux m’apporter ci où Ça stp ? « … Il passera même 15 jours à la veiller à l’hôpital sur le fauteuil lorsqu’elle fera une embolie pulmonaire. Ils sont forts quand même !! En décembre il lui annonce qu’il y a quelqu’un d’autre. Qu’il ne sait pas où il en est. Un jour il dit que ses sentiments et même son désir sexuel pour elle ne reviendront pas , un autre qu’il veut recommencer avec elle sans pour autant rien faire. Il lui propose des vacances mais idem , rien à l’horizon concrètement. Si elle ne le contacte pas , il revient à la charge, prétextant s’inquiéter pour elle , vouloir des nouvelles… Elle dit ne pas encore avoir la force de le bloquer, qu’il lui manque… Tout en étant consciente , qu’elle est dépendante, qu’il est néfaste pour elle. Il ment comme un arracheur de dents à l’une et à l’autre (la nouvelle) elle s’est procurée des SMS qui le prouvent. Bref il joue , avec les deux. Elle voit une psy. Diagnostique pour moi pas très clair : « État limite , manipulateur à tendances perverses ». Cela veut il dire , bipolaire ? borderline ? PN ? Je ne comprend personnellement pas. Cette question m’est venue car elle est convaincue que la triangulation est apparue que depuis décembre. Alors je me suis dit qu’il « passait à la vitesse supérieure  » en évoluant différemment où bien qu’il passait « enfin en phase de rejet » mais 7 ans sans autre proie pour un PN Ça me paraît bien long… Il réclame l’exclusivité, ne se remet jamais en question . Alors je pensais à un narcissique mais vu ce que tu m’expliques, Ça ne colle pas. La psy l’écoute et lui explique d’où vient tout cela mais elle ne la booste pas , ni à s’aimer ni à couper le contact. Des fois , je ne comprends pas les psys et je comprends que des thérapies puissent durer des années ! Je suis consciente et je le lui ai dit , même si je suis à son écoute et que je la conseille comme je peux, que c’est à elle seule de se sauver , elle me répète sans cesse « Je n’y arrive pas ». C’est une personne qui a été abandonnée à la naissance et adoptée dans une famille non aimante , avec un père alcoolique et violent envers la mère et sa soeur adoptive mais pas avec elle. Elle ne s’aime pas et a connu cet homme 4 mois après que le père de ses enfants la quitte pour sa meilleure amie, donc hyper fragile pour ne pas dire suicidaire. Elle dit qu’il l’a sauvé… C’est déroutant de voir chez quelqu’un d’autre, ce que l’on a été soi-même… Et de savoir précisément quelle souffrance elle s’inflige ! Surtout que c’est quelqu’un que je porte dans mon cœur. Mais je dois la laisser choisir sa vie même si j’ai envie de la secouer lol ! Je lui ai conseillé certaines lectures et le blog mais elle refuse en bloc qu’il puisse être PN . Et si il l’est me dit elle , c’est à un petit degré… Et puis , « c’est pas sa faute , il a souffert » , déni quand tu nous tiens ! 🙄 Je lui ai dit : « Ta souffrance , elle, n’est pas à un petit degré, peu importe finalement ce qu’il est , et à quel degré, tu dois te choisir toi ou accepter si réellement la relation te rend heureuse « . Bien sûr elle répond non. Le chien qui se mord la queue… Par moment, je me dis que je suis (trop) vite « en alerte », je ne l’ai jamais vu , lui , à part en photo, et je dois dire que son regard me donne la même impression que mon ex… On s’est perdues de vue longtemps et quand on s’est retrouvées , qu’elle ma dit avec enthousiasme l’été dernier : « Je suis sa princesse !  » Je me suis dit instantanément que cela ne sentait pas bon , j’aurais préféré me tromper. Pour moi , tout coïncide, même ses SMS qui ne veulent rien dire, genre : Elle lui a dit qu’il devait se décider car elle n’en pouvait plus:  » Je sais que tu as raison , j’y travaille mais je dois d’abord digérer  » , franchement j’ai eu le même presque mot pour mot ! En réalité, Ça ne veut rien dire ! Pour moi c’est juste de la fumée et elle , elle se triture l’esprit à chercher à LE comprendre… 😩Il la balade et elle en redemande… Je prie pour qu’elle ait un déclic prochainement… Sa vie est entre ses mains . Encore merci pour ta réponse , des bisous ! 😘

    Aimé par 3 people

    1. Hey ma belle

      Je sais que tu essayes de faire au mieux pour cette personne mais applique la même règle que moi sur ce blog et dans la vraie vie. N’aide que ceux qui sont prêts à s’aider. Ne joue pas les héroïnes, surtout pas.

      Non seulement, tu perds un temps précieux de ta vie terrestre mais en plus tu donnes de ton énergie à une personne qui ne souhaite pas s’en sortir réellement. Amis ou famille ou autres, nous sommes tous adultes dotés d’un cerveau. On peut montrer le chemin mais pas le parcourir à la place des gens. A ce stade, la question n’est pas de savoir si monsieur est narcissique ou simple con mais de déterminer si ton amie est une femme forte ou non.

      Chacun est maître de son destin et doit identifier ce qui le rend heureux ou malheureux. Tant que le déclic ne se fait pas dans le sens de la fuite… c’est que la personne trouve un bénéfice à la situation alors laisse-la aller au bout de son parcours. Dommage pour elle mais tu ne peux rien faire au delà de ce qui a déjà été fait.

      Une société de moutons ne peut donner qu’un gouvernement de prédateurs. Sans manquer de respect aux moutons, s’ils sont dominés par des prédateurs, c’est qu’ils sont bien sous cette gouvernance. Nous avons pris une autre route, celle de l’indépendance. La liberté n’est pas faite pour tout le monde 💯✌

      Aimé par 2 people

      1. Tu as entièrement raison ma chère @Scarlett , j’y arrive d’habitude, là je dois me raisonner. Quelques personnes ont une grande place dans mon cœur et forcément, on veut voir les gens que l’on aime heureux. je la laisse faire son chemin, je ne peux faire que cela de toutes manières 😊

        Aimé par 2 people

      2. En vertu du respect que tu dois à la femme adulte qu’est ton amie, tu dois la laisser poursuivre sa route mais ne te laisse pas vampiriser par cette toxicité non plus. Pose bien une limite : tu lui as déjà donné de précieux conseils. Si elle veut redonner une chance à un homme qui a déjà prouvé la « profondeur » et la « sincérité » de ses sentiments… Inch’Allah et qui vivra verra bien 😉

        On ne peut pas sauver le monde.

        Aimé par 2 people

      3. C’est une personne de ma famille mais c’est valable de la même manière. Je sais que tu as raison , que même si « demain  » c’est à l’un de mes enfants que cela arrive , je ne pourrais pas les sauver. Il y a le cœur… Mais il y a la raison , et, heureusement ! 😉 Tout ton discours ce soir m’a grandement apaisé, il y a ce que l’on sait et il y a ce que tu dis. C’est clair et c’est tellement sage et de bon sens que tout s’éclaire ! J’ai noté les références des lectures que tu conseillais plus haut, ça m’intéresse aussi . ( En français c’est : « La peur qui vous sauve ») Belle nuit à toi douce @Scarlett et à tous 🌙

        J'aime

  3. Juste un petit commentaire pour signaler à quel point je me régale des illustrations que vous mettez en en-tête des articles, @Scarlett.
    Tantôt c’est humoristique, tantôt c’est symbolique, mais ces images me parlent parfois autant que les textes.

    Aimé par 3 people

  4. Bonjour Mila.K,
    D’accord avec toi pour le frisson dans le dos. Mon inquiétude est bien ce qui me semble être la prolifération de ces êtres néfastes. J’ai bien noté le commentaire de Scarlett affirmant que les PN ont toujours existé. A cet égard, est paru dans la collection Que Sais-je ? un recueil intitulé « la manipulation » de Fabrice d’Almeida, qui dresse un historique du principe qui est édifiant.
    Mais soyons gentils pour le monde animal où, me semble-t-il, la chasse n’est pratiquée que pour se nourrir. Certes me diras-tu, le PN a besoin de se nourrir de notre énergie, de notre bienveillance, de notre générosité, de notre lumière… On n’en sort pas !
    Plus généralement, et je n’entends pas « intellectualiser » un débat où foisonnent les exemples de descriptions d’attaques destructrices, d’isolement, de culpabilisation de la victime, de souffrances, de difficultés énormes à prendre conscience et à réagir, à se sauver et à changer son propre mode d’être, mais je ne puis m’empêcher de penser que « l’homme est par essence bon, c’est la société qui le corrompt ».
    Scarlett pointe à plusieurs reprises cet aspect de la question lorsqu’elle nous dit qu’une société de moutons ne peut donner qu’un gouvernement de prédateurs. Par exemple. DSK s’est fait prendre le doigt dans le pot de confiture, tandis que le « livreur de croissants » s’est contenté d’un silence assourdissant face à « merci pour ce moment ». Il s’agit-là d’exemples d’attaques individuelles. Mais le groupe que nous formons, de consommateurs, de votants, de justiciables, de citoyens, sommes assujettis à des comportements outranciers des gouvernants, qui nous dévalorisent de facto. Ainsi, lorsque les abus financiers d’un candidat sont avérés, non seulement ces abus se révèlent avoir été commis dans d’autres camps, mais ce candidat se maintient-il au point d’être aujourd’hui crédité de 18 % d’intentions de vote pour l’un et davantage encore pour une autre ! Ce sont ces attitudes qui ‘m’interpellent : pourquoi se maintenir si ce n’est d’avoir l’assurance qu’il/elle sera néanmoins suivi(e) ? Pourquoi des citoyens les suivront-ils malgré tout ? C’est ce que je pointais du doigt en évoquant « la banalisation du mal ». N’est-ce pas l’acceptation de l’escroquerie, du vol, du mensonge, de la raison du plus fort ?

    Fabrice d’Almeida cité ci-avant ou M-F Hirigoyen dans « Abus de faiblesse » évoquent notamment l’information (média), le démarchage (VRP), la publicité etc … Il y a le lobbiying, qui sont des institutions totalement reconnues qui approchent des décideurs (à qui nous avons donné mandat) pour faire voter des décisions qui vont à l’encontre, notamment de la santé publique (Mosanto, les substances mortelles introduites sciemment dans la cigarette, l’autorisation d’inclure du poisson dans les farines destinées à l’alimentation des poissons d’élevage qui sont herbivores, ceci après les ravages de la « vache folle » pour les mêmes raisons…).

    Nous débouchons dès lors sur une solution qui ne peut être que la MORALISATION de la société car il me paraît que le PN peut être éradiqué, non pas pour le sauver, si sa pathologie est structurelle, mais pour NOUS sauver.

    Le seul moyen qui nous est permis aujourd’hui est de fuir, no contact, se réhabiliter vis-à-vis de nous-mêmes, se garder de toute autre attaque. C’est un long combat, difficile, à armes inégales, ceci pour les situations d’urgence, les attaques avérées. Mais en amont, nous savons aussi que dès lors que nous avons éloigné le PN, il fuit … pour se ruer sur une autre proie. La chaîne alimentaire du PN me semble ainsi infinie tant que nous ne nous serons pas protégés, et protégé les générations à venir, contre cette « prise de tête » insidieuse et permanente, totalement admise qui fondent une acceptation de notre manipulation, arme essentielle du PN.

    Pardon pour cette longue réflexion qui n’est qu’une série de questionnements. Je ressens, comme Mila.K un long frissonnement dans le dos, peut-être aussi parce que le PN que j’ai côtoyé pendant des décennies avait, avant ma fuite, déjà choisi sa prochaine proie, en la personne de notre fils commun…

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour LaFister,

      Merci pour cette réflexion ! J’ai quelques questions pour vous 😉

      1) Pouvez-vous préciser la notion de « société » dans votre raisonnement ? Quelle est-elle et qui la compose ? Quel est le processus qui transformerait cet « homme bon par essence » (Rousseau ?) en « homme corrompu » par cette fameuse « société » ?
      « mais je ne puis m’empêcher de penser que « l’homme est par essence bon, c’est la société qui le corrompt ». »

      2) Justement, comment expliquez-vous que les individus (qui pour moi, sont ceux que j’appelle une « société ») choisissent les dirigeants dont vous parlez comme gouvernants ?

      « Mais le groupe que nous formons, de consommateurs, de votants, de justiciables, de citoyens, sommes assujettis à des comportements outranciers des gouvernants, qui nous dévalorisent de facto. Ainsi, lorsque les abus financiers d’un candidat sont avérés, non seulement ces abus se révèlent avoir été commis dans d’autres camps, mais ce candidat se maintient-il au point d’être aujourd’hui crédité de 18 % d’intentions de vote pour l’un et davantage encore pour une autre ! »

      3) Quid des autres profils tels que les psychopathes ? Vous vous focalisez sur le pervers narcissique mais que fait-on concrètement des autres profils ? Et que fait-on pour « éradiquer » les pervers narcissiques qui, je le rappelle, sont aussi des êtres humains au même titre que vous ?

      Sur quels critères vous basez-vous pour imposer une « moralisation » et quelle est cette nouvelle « morale » ?

      La perversion narcissique n’est PAS une pathologie. Ces individus sont beaucoup plus réalistes que la plupart de leurs victimes qui sont dans une bulle illusoire et fortement idéalisée en dépit de leur dégradation.

      Qu’entendez-vous par « si sa pathologie est structurelle » ?

      « Nous débouchons dès lors sur une solution qui ne peut être que la MORALISATION de la société car il me paraît que le PN peut être éradiqué, non pas pour le sauver, si sa pathologie est structurelle, mais pour NOUS sauver. »

      Et enfin, pourquoi ne témoignez-vous pas de votre expérience à visage découvert ou avec votre vrai nom ?
      C’est une question pertinente parce que si vous voulez changer la « société », la première étape est déjà d’acter ce que vous avez vécu, de montrer comment vous vous en êtes sortie et en quoi la moralisation (votre théorie) a pu porter ses fruits positivement dans votre reconstruction. Moraliser les autres commence d’abord par se moraliser soi-même 😉

      Le frisson que vous ressentez dans le dos est bien normal parce que les profils dominateurs ont été créés par la Nature, au même titre que vous x2, et qu’ils sont beaucoup plus déterminés que vous dans leurs objectifs. Vous vous doutez bien qu’en face, vous devez faire preuve d’une détermination, d’une force au moins égale à la leur, être prête à essuyer des plâtres. La peur que vous avez encore à ce jour est la raison pour laquelle une « moralisation » uniforme de l’ensemble des individus est un vœu pieu. « Eradiquer » les prédateurs équivaut à se placer au-dessus de la Nature. Je me permets de vous signaler que le profil psychopathe n’est pas déterminé par la « société » (qui a bon dos) mais par une construction cérébrale différente de celle de la plupart des humains. Que fait-on concrètement même pour les psychopathes qui ne manifestent pas d’activités criminelles (il y en a) ? Voir les travaux du Dr Robert Hare.

      Il me semble qu’une piste pourrait être que chacun se réveille déjà, à une échelle personnelle, puis s’exprime OUVERTEMENT sur le sujet de la prédation humaine comme tous les courageux qui parlent des abus qu’ils ont subis de la part d’autres humains (et pas uniquement des PN, sujet hélas tendance).

      Les personnes ont peur de parler sous leur vrai nom, peur de dire qu’elles ont été victimes. Alors, prétendre « imposer une morale » à un PN en vivant dans une peur panique de parler de soi… ne me paraît pas cohérent.

      L’échange est intéressant et j’aimerais en savoir plus sur votre vision.

      @ vous lire 😉

      J'aime

    2. Bonjour @Lafister, sans la prétention de détenir la vérité, je crois que dans votre exemple politique tout comme dans la vie , il y aura toujours des suiveurs parce que 1) Certains se sentent obligés de choisir entre la peste et le choléra, obligé de subir aussi. J’adore l’Histoire , parce qu’elle nous permet de comprendre que la quête du pouvoir et la corruption ont toujours existé , s’il le faut au détriment des autres, en faisant couler le sang… Les schémas se répètent et se répéteront et il faut l’accepter. Ce qui m’amène à la deuxième raison : Tout le monde n’a pas les mêmes valeurs ! Tout le monde n’a pas d’empathie. Pour exister et se valoriser certains ont besoin de dénigrer et/où d’écraser les autres. Sans se résigner, avec le droit de s’indigner, je crois qu’il faut lâcher prise. Accepter ce que l’on ne peut changer. Définir ses propres valeurs, quand on en a. Définir ses propres limites et s’y tenir. Par exemple, pour reprendre votre illustration politique, je refuse le vote contestataire personnellement. Parce que dans mon esprit, on vote pour un candidat et non contre un autre. C’est discutable mais c’est mon point de vue. Il faut se méfier des bruits médiatiques , des sondages politiques, là aussi , il y a manipulation. Je ne défends personne, je dis que ce n’est pas parce que l’on n’étale pas les travers de tous , qu’ils sont blancs comme neige. À mon humble avis , dans la sphère politique, il n’y en a pas un pour relever les autres… Ils se valent tous. Il y a certains domaines où pour réussir , il faut écraser les autres , celui ci en fait parti. Ils ne sont pas arrivés là, par enchantement ni par soucis d’aider le peuple ou de sauver la France ! C’est une illusion, ils sont là pour eux mêmes ! Pour ce qui est d’éradiquer le PN , c’est impossible, il faut sortir de ce schéma illusoire. Pour ce faire la seule solution serait , DÈS L’ENFANCE, faire tout un travail, dans les écoles primaires, de travail sur l’empathie au lieu de mettre les enfants en compétition. Ainsi qu’un « dépistage  » des souffrances psychologiques, de sauver les enfants qui grandissent dans des structures familiales toxiques et d’accompagner psychologiquement les enfants qui en ont besoin. Seul un travail sur l’origine des déviances pourrait peut-être diminuer certains travers. Mais cela me paraît utopique quand même, cela exigerait des moyens humains et financiers colossaux. Une fois que le PN , le sociopathe et le psychopathe sont adultes , seul la mort l’arrêtera. Il s’est construit comme ça, sa structure mentale ne le conduira JAMAIS à tout détruire pour se reconstruire car il est incapable de se remettre en question. Les futures victimes, ne sont pas notre problème, on ne peut pas sauver le monde. Et @Scarlett le dit bien , chacun doit faire son propre chemin. Si quelqu’un devient une proie , c’est qu’elle a quelque chose en elle à découvrir et à travailler. C’est une possible bénédiction pour qui le veut… Bien à vous 🙂

      J'aime

    3. @La Fister,

      Si vous voulez rendre un PN heureux, sachez que ce n’est pas ce qu’il cherche, donc il ne se soignera jamais. Il est heureux dans son malheur ou malheureux avec autrui, mais c’est TOUT. Et il y a quelque chose de très dérangeant à penser que oui, ces humains inhumains sont des humains.
      Si vous voulez protéger la collectivité, pourquoi ne pas déjà vous protéger vous ? informer ? libérer la parole pour libérer les esprits ?

      Si vous êtes aussi humaniste que vous semblez l’air, @LaFister, si vous vous préoccupez tant de la collectivité – pourquoi ne pas commencer à cultiver l’humanité en vous ? Ce que vous reprochez au PN, cultivez-le en vous : cultiver la bonté, les émotions, la gentillesse, mais avec plus de discernement et davantage de bienveillance envers vous… Si c’est à cela qu’il servait – à rendre à votre bonté sacrificielle et trop altruiste un juste milieu ?
      Si votre conjoint vous a spoilée de vos biens, s’il vous a frappée, portez plainte. On vous entendra, car ce sont des faits.

      Sinon, votre attitude s’approche de la tyrannie de la Bonté, tambour battant, extrémisme du Bien. Je suis convaincue que toutes les pires atrocités ont été commises parce que quelqu’un jugeait son action « bonne ». L’enfer en est pavé. Nous avons notre rationalité, nous sommes constructifs, alors approchons-nous de ceux qui nous élèvent, nous inspirent et nous rendent « meilleurs ».

      « Juge-toi digne de toute parole et de toute action conformes à la nature. Ne te laisse détourner, ni par la critique des uns, ni par les propos qui peuvent en résulter. Mais, s’il est bien d’agir ou de parler, ne t’en juge pas indigne. Les autres ont leur principe particulier de direction et ont affaire à leur instinct particulier. Quant à toi, ne t’en inquiète pas ; mais poursuis droit ton chemin, en te laissant conduire par ta propre nature et la nature universelle : toutes deux suivent une unique voie. »
      Encore du Marc-Aurèle… et je trouve que cela se prête particulièrement bien aux relations avec les prédateurs : PN, sociopathes, psychopathes.

      Juste une petite remarque : le dernier toxique que j’ai côtoyé m’a prouvé par A+B qu’il est conscient d’être ce qu’il est, et qu’il était parfaitement au fait des mécanismes d’attraction qui se jouaient entre nous.
      C’est lui le premier qui m’a dit : « Notre relation est malsaine ».
      C’est lui qui m’a dit : « Ce n’est pas bien de vivre dans une illusion ».
      C’est lui qui m’a dit : « Je pense que tu dois m’oublier un peu pour cesser de me voir à travers des lunettes roses ».
      C’est lui qui a expliqué : « Dans la vie, je ne VEUX PAS être heureux. »
      Il a patiemment repris : « Les gens ne sont pas ce qu’il y a le plus important dans ma vie. »
      C’est lui qui m’a dit : « Les opposés s’attirent. »
      C’est enfin lui qui a énoncé : « Je ne vois pas en quoi ce que je fais est mal. Je suis comme ça, je n’ai pas l’intention de changer, alors s’il te plaît, n’en sois pas étonnée / triste. »
      La messe est dite.
      Et je précise que je ne lui avais pas demandé de changer – j’avais simplement rappelé que je n’était ni un jouet, ni un paillasson, et qu’il me faisait penser à un odieux connard, présomptueux, terriblement malheureux et seul en me traitant comme un défouloir ou un objet- mais que je ne comptais pas jouer à la psy et qu’on en resterait là.

      Vers la toute fin de l’échange, chacun est reparti avec la possibilité d’avoir un peu plus de respect pour ce qu’il était, ou une meilleure connaissance de soi. Le PN ne la saisira pas. Moi si, et c’est justement là toute la différence.

      Aujourd’hui, j’en suis convaincue, la grandeur vient de l’acceptation de nos faiblesses. Une fois que l’on a compris ça, et que l’on apprend à aimer ses limites et ses imperfections, il devient presque impossible de replonger dans ce mode de fonctionnement relationnel.
      Vouloir s’arroger le droit de changer un autre être humain, c’est criminel, dans quelque sens que cela soit. Si on aime l’Humanité, alors on doit accepter l’existence des ces Hommes de Destruction. Cela demande un amour énorme, quasi divin, dont je suis pour le moment incapable. Mais j’y travaille ; le lâcher-prise commence par là.

      Aimé par 1 personne

      1. Bonjour @Deborah, entièrement d’accord avec vous. Je ne doute absolument pas une seconde que votre ascension n’est pas terminée ! Je rejoins @Scarlett, quand elle dit qu’ils sont bien plus lucides que leurs proies. Le « mien » m’a dit des tas de petites phrases semblables au « votre » : « Je suis égoïste  » « tes discours moralisateurs sont inutiles » et un jour il m’a même envoyé une image avec la citation (justement !) de monsieur Paulo Coelho :  » « Ne perds pas ton temps dans des explications, les gens n’entendent que ce qu’ils veulent entendre « … Mais non ! Moi je m’acharnais à vouloir lui faire entendre raison ! Et qui suis je pour cela ? Je n’avais aucune confiance en moi mais paradoxalement, je souhaitais lui donner des leçons ! Quelque part , je faisais comme lui ! Je voulais le contrôler, sauf que le combat était inegal. Combien de fois il m’a dit : « Je ne suis pas facile à déstabiliser  » et encore une fois je me débattais ! 🙄 On ne peut changer personne d’autre que soi , si une personne ne nous convient pas, on n’est pas là pour faire son éducation… On s’en va. Réaliser combien ils ont eu raison, après, est vraiment difficile, surtout quand on le comprend avant d’avoir appris à nous connaître nous mêmes et à nous aimer. Notre égo nous brûle atrocement à ce moment là. Mais la seule voie possible pour se relever et en être plus fort, c’est de s’aimer , d’être honnête avec soi même et de vaincre sa colère. C’est un chemin difficile mais est ce facile de rester dans une telle relation ? Non ! Dans les deux cas ,c’est difficile, seulement une voie nous tue à petit feu, l’autre nous délivre et nous conduit à la paix intérieure. Je suis également d’accord ,l’acceptation est nécessaire. Se révolter sur leur existence et chercher comment les éradiquer est une perte d’énergie. Je préfère informer sur leur existence, comment les repérer, pour que , peut-être (ce n’est même pas certain) de moins en moins de proies se laissent attraper dans leur toile. Mais je lâche prise, j’ai bien compris que je n’ai ni la mission , ni le pouvoir de sauver quelqu’un d’autre que moi. Je n’ai maintenant plus de haine. Ils sont là, ils en ont le droit , il faut faire avec , tout comme il faut faire avec les pervers sexuels , les pedophiles , les assassins etc… Après avoir vu la plus grande partie de ma vie ce monde à mon image : De bisounours. Je le vois comme une jungle, il faut se battre pour survivre et se méfier des prédateurs qui peuvent être partout. Je ne dis pas que j’ai peur de tout mais je suis méfiante. Le pire est qu’il faut se méfier, SURTOUT, des personnes d’emblée trop gentilles… C’est ma plus grande leçon. Ma confiance sera difficile à avoir maintenant mais tant pis pour les autres. Quand on revient de loin , honnêtement, on ne voit plus les choses de la même façon. Un peu comme si on avait vécu une expérience de mort imminente… Je suis heureuse d’avoir vécu cela. Ça m’a pris des années car je n’étais pas sur ce blog, pas d’accompagnement psychologique non plus , alors j’ai tourné longtemps en rond. Mais il faut garder espoir , on s’en relève SI ON LE SOUHAITE ! Je reste convaincue que la volonté c’est 90% du travail, quel que soient nos failles. C’est la technique du diable, qu’ils emploient, en effet mais sans jugement, ils sont démoniaques ! Paradoxalement, je me suis rapprochée énormément de Dieu en le fréquentant. Il faut croire que mon destin n’était pas du côté obscure mais vers la lumière. Cela l’avait grandement surpris d’ailleurs. Il m’a pris pour une illuminée lol ! Peut être cela ne l’arrangeait pas… Il a souillé mon âme mais je suis parvenue à la purifier. La spiritualité, est une force , quelle qu’elle soit je pense. Il a voulu me rendre mauvaise mais il a échoué, je vis sans amertume , sans rancune. Il a /aura d’autres proies et grand bien lu fasse, grand bien leur fasse aussi ! Peut être, comme moi , elles naîtront enfin à la vie ! C’est tout ce que je leur souhaite. Et comme pour cette personne de ma famille, de toutes façons , je n’ai pas à interférer, c’est leur chemin de vie, leur chance de guérir même si je l’admets , c’est violent, il n’y a parfois pas d’autres solutions pour nous réveiller ! Belle journée à tous 😊

        Aimé par 2 people

      2. Bonjour @historiacyn

        C’est un plaisir de vous lire, j’aurais pu dire beaucoup de choses que vous venez d’exprimer tant cela me parle.
        Tout comme cette façon de vouloir aider un proche qui ne nous demande pas une aide concrète au final, parfois une simple présence est bien suffisante à manifester une aide à quelqu’un, ainsi la personne saura à quelle porte frapper au moment où elle aura décidé seule de s’en sortir, car ce n’est pas un défaut d’être altruiste, prendre conscience de ce qu’est un PN et autres toxiques ne doit pas supprimer nos qualités comme l’altruisme dont vous faites preuve, mais ce type d’expériences doit nous mener à augmenter nos niveaux de vigilance, d’amour de soi, afin de faire naître l’estime de soi; de respect enver soi, d’augmenter notre connaissance de soi afin de définir nos standards et nos aspirations.

        PN disait « sans moi tu ne seras jamais heureuse en amour ».
        Dans son monde, il n’y a que lui qui contrôle, dans le mien il y a Dieu, avant toutes les personnes maléfiques, et moi juste ensuite concernant ma vie personnelle.
        J’ai toujours eu la foi et dans les moments les plus sombres je l’ai conservé. Pour moi ce n’est pas un hasard, c’est le destin, je devais vivre cette expérience désastreuse car j’étais dans une naïveté totale avec une vision de la vie totalement inadaptée il me fallait un électrochoc. Destin n’est pas à prendre avec fatalité/fatalisme, je tiens à le préciser, nos choix orientent nos vies il faut en être pleinement conscients. Après PN et un travail personnel sans thérapeute toujours en cours, j’ai fait la rencontre que j’attendais, disons qu’après l’enfer je connais aujourd’hui son opposé. Je partage avec mon mari un amour véritable qui me fait comprendre qu’on attire ce que l’on est. J’étais mal dans ma vie, j’avais attiré pire que moi, un PN très toxique, dangereux.

        Quand j’ai repris le chemin de la liberté, j’ai rencontré mon mari (non pas qu’il faille rencontrer quelqu’un à tout prix mais moi je souhaitais le faire et j’étais prête après une période de recul mais paradoxalement d’avancement sur soi à m’engager dans une relation profonde). S’en est suivie d’autres libérations comme le fait de décrocher ensuite l’emploi qui me faisait rêver après avoir fourni un travail colossal.
        Pour moi le bonheur est dans les choses simples, accomplir ses rêves, atteindre ses objectifs personnels, arriver à faire ce que l’on aime cela me convient.

        Néanmoins, je découvre une toxicité familiale et ce n’est pas non plus un hasard si je découvre maintenant ce qui a toujours été plus ou moins sous mes yeux, ma perception des choses change en fonction de mon évolution, c’est un lien perceptible, c’est le domaine où j’ai encore du mal à me préserver, la famille, j’y travaille. Je le fais pour mon enfant, mon éducation à la soumission m’a fait vivre beaucoup d’abus, un long travail pour défaire les croyances inculquées par une mère DA+++ qui avait ma garde et un père probablement PN qui pourrissait la vie de ma mère via les enfants bien que la vie terrestre de mon géniteur se trouve sur un autre continent (procédures judiciaires à gogo, les km ne les empêchent pas).J’estime que c’est mon devoir d’éduquer mon enfant dans la bienveillance et la protéger, au sens lui donner les armes en terme de valeurs pour s’en sortir dans le combat de la vie, pour se faire j’estime que je dois savoir ce qu’est l’amour, l’estime de soi et ses limites afin de pouvoir lui transmettre alors j’essaie de m’améliorer encore et encore et j’y arriverai 💪🏻🙏🏻😊

        Bon dimanche à vous

        Aimé par 2 people

      3. Bonjour @Hellosunshine, tout ce que vous dites là me parle également (comme souvent ). Je suis heureuse pour vous , pour la réalisation de votre rêve professionnel et que vous ayez un mari bienveillant. Pour ma part , je n’ai plus l’envie d’une relation amoureuse, pas par dégoût, simplement parce que l’envie n’y est pas. Mais j’ai la foi, si un jour quelqu’un me donne envie d’apprendre à le connaître, Ça se fera quand je serai prête ! Pour l’instant, je savoure ma solitude, ma liberté, mon temps avec mes enfants et j’en profite pour viser un de mes rêves. C’est difficile, car je pars de zéro et on tente (en vain) de me décourager mais je persévère, si je dois mettre 5 ou dix ans à y arriver , je le ferai , j’y crois ! En bref , je me consacre à mes enfants et moi. Je vous rejoins également, dans le fait que parfois , juste une présence peut soutenir. C’est pour cela que si je peux aider en prêtant écoute et en prodiguant quelques conseils , je le fais volontiers mais c’est à chacun de se sauver , je ne m’epuiserai pas , ne m’immiscerai pas dans les choix de quiconque, je respecte cette limite maintenant… 😊 Il faut toujours penser à soi en priorité, même quand il s’agit de la famille, c’est difficile mais il le faut, la vie est courte et pas même pères et mère ne méritent qu’on la gâche… Bien à vous

        Aimé par 1 personne

      4. Merci, je suis également heureuse pour vous, que vous ayez un équilibre qui vous convient à vous et vos enfants c’est le principal, se sentir en phase avec la façon dont l’on souhaite mener sa vie. J’ai rencontré beaucoup d’obstacles sur mon parcours partant de rien également, face à des personnes mieux loties disons, mais j’ai toujours cru en moi même quand on essayait de me décourager comme vous actuellement, en vain.
        Je vous encourage à persévérer dans votre projet tout simplement parce que la détermination peut nous emmener très loin dans la vie, c’est vraiment le seul domaine où je n’ai jamais douté de moi malgré les manques que j’ai eu pendant longtemps. Vous seule savez exactement de quoi vous êtes capable.
        Vous avez tout dit pour une éventuelle relation amoureuse, quand vous serez prête, vous aviserez.
        La famille c’est difficile comme vous dites, j’ai mon équilibre avec ma mère qui n’était pas parfaite mais a assumé son rôle de parent haut la main et mon père maintenant que ma vie est satisfaisante il aimerait s’engouffrer dans ce bonheur mais je ne préfère pas, je ne le côtoie pas volontairement, et je le vis bien à présent.
        Le plus dur actuellement c’est que j’ai repéré des profils toxiques dans la famille mais pas de mon côté. Je tente un contact avec des visites assez espacées et des conversations qui vont à l’essentiel afin uniquement de ne pas priver ma fille de ses liens familiaux mais attention je ne me plains pas c’est juste un constat par rapport à un choix que je fais pour le bien-être de mon enfant, j’essaie plutôt de mieux cerner leur profil (j’ai du mal car je suis dans l’émotionnel vu que c’est la famille) pour me comporter en conséquence, non pas pour lutter contre eux ou les changer ni le temps ni l’envie et on sait que ça n’a aucun intérêt mais de manière à ne pas leur donner de matière pour me manipuler moi et juste qu’ils passent le temps requis avec mon enfant basta. Au plaisir😊

        Aimé par 2 people

      5. Bonjour @Hellosunshine, merci pour vos encouragements. Maintenant que je sais que j’ai des capacités, j’irai au bout ! Je me dis que je n’ai rien à perdre. Soit j’arrive au bout et je serai fière, soit malgré le fait que je donne tout , je y parviens pas mais je pourrais me retourner , ce qui sera pris , sera pris et ce sera toujours une expérience qui m’aura appris des choses. Dans les deux cas ce sera positif ! 😊 Je compte reprendre de longues études (Daeu Et études universitaires) mais il me faut d’abord me former à un emploi qui me le permettra. C’est cela que je suis en train de négocier pour le moment car on ne veut pas me donner accès à la formation que je veux , je pars de rien ou presque , (un bep), on se fie aux diplômes, alors pour eux , je suis un âne qui veut devenir un cheval de course ! Ils veulent me tirer vers le bas et je refuse , c’est terminé ce temps là… Croyez moi , je ne lâcherai pas ! Cela prendra le temps que cela prendra mais j’aurais ce que je veux ! C’est ma vie , personne ne décidera plus de ce que je dois en faire ! Comme quoi , ce Tsunami (mon ex) m’a vraiment servi à quelque chose sur tous les points de ma vie ! 😉 Pour ce qui est de votre famille, au sujet de votre fille , c’est à vous que revient ce choix de poursuivre au nom du lien familial , je comprends votre point de vue. Mais faites attention, il faudra la protéger, les gens toxiques n’épargnent personne. Et ce que je vais vous dire n’engage que moi : Je crois que parfois , mieux vaut trancher : Pas de lien du tout , qu’un lien toxique… Prenez soin de vous 😊

        Aimé par 2 people

      6. @Historiacyn je vous souhaite que ce projet aboutisse car je ressens en vous une véritable bonté, gardez ce courage 🔝
        Pour ma fille, tout à fait, il ne revient qu’à moi de faire le choix nécessaire. Je suis d’accord avec vous surtout que je pense que ce qui n’est pas bon pour moi de manière générale ne peut l’être pour mon bébé. Elle est encore bébé donc disons que je me laisse un peu de temps pour tenter une approche qui lui permettrait de maintenir le lien tout en la protégeant mais je me laisse une issue de secours si vraiment ça fonctionne pas je couperai tout contact sans regret car j’aurais essayé, il faudra faire le deuil de liens familiaux à nouveau mais le positif c’est que dans une famille il y a plusieurs membres et j’ai la chance d’avoir aussi des gens bienveillants et sincèrement aimants autour de moi🙏🏻

        Bien à vous 😊

        Aimé par 1 personne

      7. @Historiacyn, vous êtes une belle personne et vous devez vous battre pour vous ! Les études sont et resteront une clé d’épanouissement personnel. Courage à vous, et tous mes vœux de réussite !

        Aimé par 2 people

      8. Merci @Deborah , j’y suis bien décidée. Je vise mon rêve et j’y crois. Personne ne me découragera 😊L’essentiel, études ou non c’est de tout tenter pour réaliser ses rêves je crois. Avant je n’osais même pas essayer par peur d’échouer mais si on essaye pas on ne risque pas d’y arriver ! Si on essaye on se donne une chance ! C’est ce que je me dis ! 😉

        J'aime

  5. Madaaaaaame ? 😛

    @Scarlett, je souscris à l’idée d’un gouvernement de prédateurs. Pour avoir vécu plusieurs rencontres avec eux (dans une autre vie… enfin, il n’y a pas si longtemps que ça), certains font littéralement froid dans le dos. Comme ce ministre venu nous faire une conférence, un jour, mais qui a passé son heure à JOUIR du pouvoir total qu’il avait sur l’assemblée. C’était un grand théâtre de dupes. « Regardez-moi comment je réponds à vos questions en demandant à mes mignons de passer des coups de fil, comment je mets en scène mes forces tentaculaires ». Ce jour-là a été un déclic – « je vais me barrer de là, je ne serai pas comme eux ».

    Mais ne nous leurrons pas : dans la société d’infantilisation qui est la nôtre, il est extrêmement tentant de mettre certaines fonctions sur un piédestal, et croire que les hommes qui les occupent nous sont supérieurs. C’est de la mystification, et savamment entretenue en plus. Cela peut marcher dans tous les cadres hiérarchiques : politiques, professionnels, spirituels… – et c’est pour cela que c’est dangereux.
    Parce que la vérité est que le pouvoir n’est jamais que le poids et l’importance que nous accordons à une personne.
    Cela vaut pour les fonctions officielles (présidentielles, ministérielles, patronales), comme pour nos relations personnelles. Nombre d’entre nous ont mis le prédateur sur un piédestal, soit par transfert et par histoire personnelle, soit par réceptivité au discours social (riche, intelligent, beau, statut socioprofessionnel), soit par suggestibilité.

    @LaFister : certains prédateurs savent se rendre indispensables ; d’autres sont perçus comme indispensables par les « victimes ». La « déconvenue amoureuse » est spécifique avec un PN, c’est une arnaque, il n’en reste pas moins que pour une personne adulte, parler d’une déconvenue amoureuse est tout de même approprié. Le problème est là, vous ne changerez pas cet individu, et vous devez apprendre, VOUS, ce que vous attendiez d’une relation amoureuse, et pourquoi vous n’avez pas mis le holà dès que les abus ont commencé, et qu’elle est devenue relations destructrice (la fameuse phase 2). Le combat des DA et de celles qui sont en posture de pauvre lésée, c’est de regagner leur autonomie psychique et leur liberté, y compris dans le discours rationnel et factuel. Faire appel à Hannah Arendt et la banalisation du mal (auteur très intéressante, j’en conviens) peut être une voie à cette guérison, mais encore une fois – ne s’y référer qu’avec son sens critique, car il y a des idées très critiquables aussi.

    Et surtout, peut-être, relire d’autres auteurs : si vous aimez la philosophie, pourquoi pas Marc-Aurèle, « Pensées pour moi-même » ?
    « Puissé-je avoir la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer, le courage de changer les choses qui peuvent l’être et la sagesse d’en connaitre la différence. »
    « Si tu es en peine à cause d’une chose extérieure, ce n’est pas cette chose qui te trouble, c’est le jugement que tu portes sur elle. »
    Vous devez être votre priorité ; si vous avez été matériellement spoilée, physiquement abusée par le PN, portez plainte après avoir rassemblé des preuves. Mais comprenez que la seule responsabilité que vous avez à titre personnel, c’est de vous envers vous. C’est la définition même de l’âge adulte.

    Du reste, c’est un chemin long et difficile. Je suis en train de le parcourir, c’est horriblement difficile pour moi, ça implique la décontraction d’un système de valeurs tout pourri qu’ont m’a inculquée, que j’ai gobé, que j’ai fini par intégrer. Et aussi, il faut le dire, parce qu’il présentait pour moi certains avantages, une voie de succès « facile ».
    Je n’arrive pas sur ce blog pour donner des jugements péremptoires sur les-uns et les autres. C’est juste que plus j’avance ici, plus je me rends compte à quel point on paye le prix de nos « Relations Dangereuses » ;). Et le prix à payer est gros : reniement de ses propres besoins et émotions, par une dépersonnalisation, hyperrationnalisation et un cynisme à toute épreuve. Mais y’a un moment où il faut dire basta.

    Et si l’existence des PN n’était pas une tare mais une opportunité offerte par le monde pour redevenir libres ? Un « catalyseur de sagesse » ?
    En Arts Martiaux, on appelle les « Maîtres de l’Ombre » ces gens qui nous élèvent parce qu’ils représentent l’exact opposé que ce que nous devrions ou voudrions être. C’est peut-être là leur rôle, va savoir.

    Aimé par 8 people

    1. Bonjour @Deborah , merci pour cette très belle réflexion à laquelle j’adhère et pour les lectures recommandées que je mets sur ma liste « à lire ». 😊Belle journée 🌞

      J'aime

  6. Bonjour Scarlett,

    Vous définissez les narcissiques et les PN avec une précision chirurgicale incroyable, merci pour cet article.
    Néanmoins, j’ai toujours un doute concernant une personne que je côtoie par « obligation familiale » et dont je me suis volontairement éloignée ayant compris sa toxicité.
    Cette personne est pour moi narcissique au départ: intolérance à la critique, « besoin vital de validation extérieure », elle ne parle que d’elle, incapable d’écouter quelqu’un d’autre plus de 30 secondes sauf si la personne se livre sur elle-même et que ces infos pourraient être utiliser plus tard (elle a l’habitude dénigrer tout son entourage et est en conflit avec tout le monde).

    Lorsqu’elle a senti que je m’éloignais d’elle (espacer très largement mes visites), elle a tenté de maintenir une présence via mon entourage proche qui n’est pas en rapport avec elle, mais pas avec moi directement car je la remets toujours à sa place.
    Autre chose qui me fait douter, pour attirer à nouveau mon attention, elle va se mettre à parler de Dieu du jour au lendemain (cela ne fait pas partie de sa vie), ce qui amuse tout le monde tant c’est ridicule, car elle connaît la place de la foi, la spiritualité dans ma vie. Elle aime aussi dire qu’elle a les mêmes qualités que moi alors que nous sommes totalement opposées en terme de caractère et tempérament. Elle simule des malaises si nous sommes en groupe et que l’attention se tourne vers moi.

    Ce qui me met le doute, elle a fréquenté un PN très toxique qui était son acolyte donc j’ai l’impression qu’elle cherche à imiter les techniques manipulatoires de ce PN mais elle est comme un éléphant dans un magasin de porcelaine dans son approche au final, il n’y a pas vraiment de subtilité, enfin, depuis que j’ai compris sa haute toxicité car avant ça marchait car c’est une personne qui manipule avec une pseudo gentillesse, j’ai du assimiler que la gentillesse, la générosité qui est pour moi normale et authentique, peuvent aussi être un canal pour manipuler autrui, je donne sans attendre un retour, mais elle donne pour arriver à avoir un retour d’office qui est un dû pour elle, car elle se plaint toujours du manque de reconnaissance des autres après « tout ce qu’elle fait » pour eux, toujours dans la culpabilisation directement mais surtout implicitement dans les sous-entendus.
    Je me posais finalement la même question si c’était une narcissique qui devenait PN, mais en fait la vraie question est quel est son profil tout court.

    Narcissique ou PN selon vous?

    Bon week-end à tous! 🙂

    Aimé par 1 personne

  7. Scarlett et Deborah, merci.
    J’ai relu deux fois vos réactions et elles me boustent.
    Jusqu’alors, j’ai parcouru les témoignages émanant du blog, qui m’ont été bénéfiques dans ma période « noire » de découverte de ma vie et du jeu « de l’autre » au travers les descriptions faites par les un(e)s et les autres. Je me suis sentie moins seule dans le désert social dans lequel m’avait laissé mon PN2. Plus d’amis, plus de camarades et pis que tout, plus d’enfants : il avait creusé un fossé immense, que j’avais approfondi moi-même, entre autrui et moi.
    J’ai appris à m’orienter grâce aux expériences de vous autres meurtris, les conseils prodigués et les encouragements proférés par les sauvés.
    J’avais besoin de me documenter et j’ai acheté et lu une vingtaine d’ouvrages scientifiques (Racamier, Hirigoyen, d’Almeida, Eigueur, ai repris Freud etc…) et et aussi, cela n’engage que moi, des auteurs qui ont tels que Bouchoux, ont vulgarisé ce phénomène de société, qui deviendra « tendance », comme le dit si bien Scarlett, et donc ouvrir la voie à quelques charlatans qui proposent en ligne, ici de coacher, là de recevoir en thérapie, ici d’organiser des séances de discussions moyennant finances.

    Mais surtout, dans l’urgence, j’ai reconstitué mon corps après perte d’une 20taine de kilos en 3 mois. J’ai dû reocnstituer ma garde-robe, suis allée à la piscine, ai recommencé à courir, j’ai vu tous les spécialistes nécessaires, bien sûr psy, neurologue (l’un de mes pieds ne répondant plus à ma commande « pied à terre » en raison de la disparition de graisse sur le nerf idoine), (j’ai appris au mois de février 2017 que dans cette période, j’avais perdu 60 % à un oeil), généraliste pour suivre ma reprise de poids puisque j’étais ramassée dans la rue par les pompiers ou les passants pour évanouissements.
    Je ne me cache pas sous l’anonymat, Scarlett, et je puis raconter mon histoire sous mon vrai nom si cela peut faire avance les choses.
    Je m’appelle Isnelle Guitton, j’aurai 60 ans le 6 août prochain. Je suis issue d’une famille plutôt aisée dans un contexte colonial. Ma mère était très cultivée, d’origine africaine et mon père un breton d’Ille et Vilaine. Ma fratrie est constituée de 6 membres, S. née en 54 mais malheureusement pour elle, issue d’un premier lit, Y. né en 56, moi en 57 et L. en janvier 59 (Ne m’en veuillez pas, dans mon « imaginaire » d’enfant, d’ados, puis d’adulte, je nous ai nommés « les triplés ». Viendront plus tard C. né en 66 et A. en … je l’ignore, elle doit avoir 35/40 ans…
    L’anti-colonialisme, l’anti-racisme, le combat pour la justice se dessinent très tôt dans mon cerveau d’enfant et ne m’ont toujours pas quittés. Mon cheval de bataille (en raison de mes origines évidemment) me semble voir toujours été la cause noire, parce qu’elle a été particulièrement destructrice qui, par le colonialisme, l’esclavagisme, l’euroafricanisme … commet encore aujourd’hui – et pour de longues décennies je le crains – des ravages qui cernent les yeux des enfants, ploient le cou des pères, meurtrissent les mères, détruisent un clan, une tribu, une nation (Oh, Monsieur Césaire et vos comparases, et notamment Sengor).
    La nôtre (de mère utérine) disait à ma soeur aînée « lave mes enfants blancs ». J’ai entendu cela, j’en demande encore aujourd’hui pardon à S. Elle a subi les outrages du père (non naturel, la bonne excuse), la vengeance de la mère (sous forme de coups à lui déchirer le crâne, je l’ai vue ensanglantée, hurlant à la mort, courant sur ses petites jambes) et j’ai ainsi grandi malgré tout dans des villas cossues, avec des domestiques, de la porcelaine vevant de France, des écoles privées sous uniforme, chauffeur pour nous y mener, mais aussi la haine, l’alcool, la violence, la sexualité inappropriée et cette chose indicible, ravageuse et, (je dois l’admettre malgré les tentatives multiples de rapprochements que j’ai pu opérées), la destruction de la fratrie. Les parents ont oeuvré en sourdine, selon que la peau de l’un était plus blanche que celle de l’autre, selon qu’il soit issu du lit légitime ou pas (oh pauvre S. que j’en aime/plains davantage), selon l’âge, la préférence de l’un ou de l’autre des parents, ils nous ont disséminés au sein même de la cellule familiale. La poison inoculé, la vie fera le reste. Ils s’entredéchireront.
    Je dis « ils » parce que je ne sais à quoi cela est dû, j’ai résisté (et je résiste encore) à cette haine fratricide inculquée. Quoi qu’il en soit, je m’oppose à la haine ! Elle est trop facile, trop prévisible au fond. L’amour est plus profond, plus exaltant, plus bénéfique ! C’st en tout cas ce que je crois… encore.
    Le père, ingénieur au Commissariat de l’Energie Atomique, part pour une mission à l’étranger. En fait, il organiserait sa disparition sous couvert de l’administration (selon la mère) et nous laisse dans l’ancienne colonie (Madagascar) d’où nous sommes rapatriés plus de deux ans plus tard en France, après une période de vaches maigres (déscolarisation, paupérisation, je hurle parce que j’ai faim, mon frère aîné vend sa collection de BD au Zouma (marché) (Akim, Zembla… pour nous apporter un repas). Nous arrivons à Paris en mai 68, cela ne s’invente pas !
    Au cours de cette période sans le père sur la grande Ile, je sais que je vois les choses. Ma soeur aînée me disait il y a encore quelques semaines (ou mois) « tu étais étrange, tu étais rêveuse mais on sentait qu’il se passait quelque chose dans ta tête, que tu pensais ». Je crois que j’essayais de comprendre du haut de mes 8/10 ans, ce qui ne fonctionnait pas pour que les choses soient plus simples entre nous.
    S’ensuivra sur l’Hexagone un dépôt de l’ensemble des enfants à la DDASS, (avec séparation géographique de l’aînée en Normandie et du cadet, je n’ai jamais su où ni avec qui) et l’intégration dans une famille d’accueil en Auvergne pour les « triplés ».
    Oh, Jean-Paul Sartre, que l’enfer c’est les autres !
    Nous sommes café-au-lait, avec plus de café de lait selon que les gènes ont distribué de notre pigmentation, mais nous avons tous les yeux bleus/verts, et j’ai encore plus notion que le racisme est l’une des plus grande plaie de cette putain de planète. J’ai couru, j’ai frappé, j’ai courbé l’échine et j’ai mordu, j’ai tu et surtout, j’ai voulu apprendre, et j’ai appris… Ce sera mon fer de lance : comprendre pour vaincre ! Dans le manuel de « L’art de la guerre », je crois qu’on appelle cela « connaître ton ennemi ».
    Pardon Scarlett de ne pouvoir continuer aujourd’hui, mais l’évocation de tout ceci éreinte. Je suis fatiguée et je ne suis pas certaine de cela puisse « faire avancer le shmilblick » et intéresser les lecteurs. J’ai lu des parcours particulièrement plus douloureux sur le blog e j’ai une sombre impression de nourrir une forme de voyeurisme.

    Mais si vous voulez une suite, il y a, puisque nous ne sommes qu’en 1969, année où l’homme a marché sur la lune (on peut en reparler).

    Merci pour votre bienveillance, à tous.

    Et je vous embrasse.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour @La Fister,

      Merci pour votre partage. Croyez-moi que cela fait avancer le « schmilblick » comme vous dites, cela peut parler à quelqu’un ou non et ce n’est pas le plus important. Si le fait de vous livrer vous apporte du sens à vous, c’est déjà conséquent.
      Parcours plus douloureux ou pas, peu importe, car la souffrance d’un être ne peut être niée sous prétexte qu’il y a pire que soi, vous comptez vous aussi, vous comptez pour la société comme chacun de nous, et cela m’a personnellement suffit pour vous lire attentivement.
      Du courage pour la suite de votre parcours, bien à vous.

      J'aime

    2. Vous l’avez cité, donc sans doute l’avez-vous lu – votre prose me fait penser au « Cahier d’un retour au Pays Natal » de Césaire. 🙂
      Si j’en ai retenu quelque chose, c’est de toujours tirer fierté de ce que d’aucuns considéreraient comme une faiblesse, et de les porter comme un étendard.
      Bonne journée à vous, @LaFister !

      J'aime

  8. En Arts Martiaux, on appelle les « Maîtres de l’Ombre » ces gens qui nous élèvent parce qu’ils représentent l’exact opposé que ce que nous devrions ou voudrions être. C’est peut-être là leur rôle, va savoir.Je vous rejoint je pense aussi que nos âmes choisissent ce qu’elles veulent venir travailler en se réincarnant certaines rencontres sont donc inévitables pour notre évolution spirituelle. Le monde restera un véritable mystère jusqu’a la fin des temps mais bcp de religions disent qu avant meme de venir au monde notre âme choisi ses parents, à mes yeux je trouve que cette croyance donne de la force à affronter les épreuves Car nous en sommes tous capables. Personnes n’est venu au monde pour etre un souffre douleur toute sa vie, il y a un temps pour tout : un temps pour tomber, apprendre, se relever, évoluer, sublimer… et surtout expulser de notre vie de façon irrévocable les personnes toxiques!!! le plus souvent notre plus grand ennemi c’est nous même à travers nos propres pensées limitantes et notre conditionnement. Éliminer les fausses croyances rabaissantes de notre enfance la plupart du temps nous libère d’un lourd fardeau.

    Aimé par 2 people

    1. Oui, je suis aussi pour cette théorie. Tout est logique dans notre vie, nous allons vers des personnes qui sont en « résonance » avec ce qu’il y a à l’intérieur de nous.

      Une personne qui a une faible estime d’elle-même se sentira naturellement attirée par un profil plus « dominateur » car elle sera « rassurée » par le côté « sûr de lui » du profil même si ce n’est qu’une apparence. Il faut en avoir conscience pour ne plus agir en pilote automatique et se retrouver dans des traquenards émotionnels.

      Les Maîtres de l’Ombre, oui. Et le but est de dépasser ce stade, de se souvenir que nous sommes venus au monde seuls donc capables aussi d’être autonomes, de dire stop quand la situation devient périlleuse.

      Tout ce qui nous arrive est une leçon sur nous-mêmes, nos peurs et nos limitations mais aussi nos forces et nos qualités. Il faut savoir rapidement lâcher prise quand on est dans une impasse ou une situation ennuyeuse et passer à autre chose. Ne jamais s’accrocher à une tierce personne et ne jamais se reposer sur quelqu’un d’autre que soi.

      xoxo

      Aimé par 5 people

      1. Bonsoir

        Le profil dominateur peut n’être « sûr de lui » qu’en apparence. C’est ainsi qu’il faut lire la phrase.

        Une personne qui doute d’elle même va avoir tendance à « afficher » sa vulnérabilité tandis qu’un profil narcissique va se faire passer pour plus fort qu’il n’est. Cf l’image du chat qui se regarde dans un miroir et qui y voit un lion. Je ne l’ai pas sous la main et je rédige depuis mon smart.

        Aimé par 1 personne

  9. Bonsoir à toutes et tous,
    Scarlett, comme toujours votre article est très bien écrit et compréhensible. Oui un narcissique simple aura une soif de voir à travers l’autre son besoin de LUI d’une image positive d’une soif d’amour avec un puit sans fond, ce qu’il chercher à travers l’autre c’est LUI. Ce besoin sans fond de reconnaissance narcissique est finalement une peur d’abandon syndrome de l’abandon..qui est valable pour un certain nombre de structure psychique (dont le PN mais pas sur un même niveau mais idem synrdrome de l’abandon tout comme les bordel line) Hors un « simple » manipulateur narcissique n’a pas besoin de destruction de l’autre pour exister il a juste besoin de l’autre pour exister mais pas pour l’extermination..trop utile pour lui pour le monter sur le haut d’un podium « je suis le meilleur aimé tu ne m’abandonneras point je suis si fort par rapport aux autres ». OUi ok mais cela se corse quand on a dit un mot de plus « PERVERS narcissique » qui dit perversion. Le narcissique perverti est un autre à une échelle beaucoup plus dévastatrice. Non seulement son narcissisme est d’un point de vue d’égo surdimensionné il est DIEU DIEU à lui tout seul. Mais en plus les excréments (désolé j’ai pas trouvé mieux) NOUS pauvre empathique avec affect émotion vie en somme se trouvont sur leurs chemins c’est la perversion qui se met en marches…nous écraser pour se prouver qu’il est DIEU qu’il décide de la vie et de la mort de la joie et de la peine d’autrui, NOUS SOMMES POUR LES PN UN OBJET DE HAINE ABSOLUE !! Etre âdulé à ce stade ne suffit pas à combler le trou béant qu’il a en lui. Un pervers narcissique use d’une énergie considérable à exterminer ce qui lui semble de la vermine tout être pouvant ressentir et vivre des émotions en plus de l’aduler, un « simple  » narcissique suffira à sa peine d’être adulé et prendre toute la tête de sa victime c’est sa nourriture son carburant il n’a pas besoin de plus son but ultime n’est pas d’éteindre toute forme de vie chez sa proie juste une admiration et être assujeti un PN SI ET RE SI . Il est pervertit depuis sa toute jeune enfance il n’a pû se construire que grâce à ce mécanisme (de folie) que aspirer l’autre de son énergie lui faire renvoyer non seulement qu’il était DIEU mais en plus l’aspirer de toutes énergies possibles pour s’en injecter quelques bienfaits en attendant d’autres proies est sa SEULE FACON DE VIVRE ET DE VOIR RESSENTIR LE MONDE. C’est la seule façon à ce moment de construction dans la dite enfance qu’il a pû se sortir de …la mort …ATTENTION ça n’excuse rien.. Il a sû trouver ce mécanisme d’emprise sur l’autre qui lui a servi à tenir debout et dont il a étiofé au fur et à mesure des années une toile macabre où il entasse ses victimes laissées pour mortes pour la plupart (mort psychique)
    Un ou l’autre est à prendre les jambes à son cou partir fuir le plus loin possible. L’un et l’autre détruit mais évidemment à des échelles nettement différentes. Le « narcissique » n’a pas l’intelligence de technique de manipulation et destruction que peu avoir un PN il a pas la « carrure » j’imagine très bien. L’un s’est construit en faisant croire comme on le dit en terme de psychiatrie pour différencier la névrose de la psychose l’un a fait croire qu’il avait des châteaux en Espagne l’autre vivait dans un château en Espagne….Un pervers narcissique est un psychotique sans symptôme et encore non classé dans le DSM parce qu’il s’accomode dans une réalité mais que dans les faits ce n’est même pas sa réalité. Le corps médical (j’y travaille) y médite et la réflexion de ce trouble limite de la psychose sans symptôme se révèle au grand jour. Mais je suis d’accord Scarlett trop de gens utilisent ça dans un fourre tout et discrétitent les « vrais » victimes..ils seraient urgent qu’il y est une réel classification et un vrai tableau afin que les gens n’utilisent pas ce terme à mauvais escient sans être profondément documentés informés et conseillés. Ce blog est une mine d’or..j’avais des doutes en étant de la profession de PN pour moi il m’a clairement grâce à vous Scarlett ouvert les yeux sur ce que ma raison comprenait déjà sans comprendre le tout.

    J'aime

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s