[Témoignage] Tiphaine : « On ne peut refaire le passé, on ne peut oublier mais on peut lâcher prise et construire notre vie. Finalement, c’est tout ce que l’on essaie de transmettre dans ce blog. »

Chers Amis,

Voici un témoignage de Tiphaine (prénom modifié pour la publication) qui est aussi un retour après un an de fréquentation du blog, sur sa libération totale du joug d’un pervers narcissique.

Mon cheval de bataille est que la guérison et la reconstruction ne peuvent passer que par la DÉCISION d’aller mieux et l’acceptation pleine, totale de notre responsabilité individuelle sur les événements que nous autorisons dans notre vie. Sans cette prise de conscience, nul outil extérieur, nul être humain ne peut vous sortir de la prison mentale de votre propre espoir perverti… et complètement irréaliste !

Rien ne serait possible sans la participation de la victime du pervers narcissique. Les deux polarités : pervers narcissique + dépendant affectif, sont indissociables l’une de l’autre pour créer un tel désastre.

Tout le monde ne peut pas comprendre cela et seuls ceux qui arrivent à cette maturité peuvent espérer un meilleur avenir que ceux qui tolèrent l’esclavage du pervers narcissique.

Sur la notion de « confiance », vous avez raison de ne pas ouvrir votre cœur au premier venu, ni à la première venue. Les êtres humains ne devraient pas être considérés comme « bons a priori ». Vous devez tester chaque personne qui veut entrer dans votre sphère intime et apprendre à identifier les comportements toxiques comme les individus qui « forcent votre temps », cherchent à vous imposer leur rythme même si vous ne vous sentez pas prête.

Ce n’est jamais, jamais, JAMAIS à une tierce personne de vous dire ce que vous devez faire, quand vous devez le faire et surtout ce que vous devez ressentir. La manipulation émotionnelle se détecte dès que vous sentez des émotions négatives par rapport à une personne. Vous ne devez pas vous sentir « obligée » ou « coupable » parce que vous avez affirmé VOS envies. Les humains sont ce qu’ils sont et ne sont pas à mettre sur un piédestal. La plupart des individus sont égocentriques et veulent une validation de vous, au mieux, quitte à vous culpabiliser pour « extraire » leur bénéfice de vous comme si vous étiez un simple objet. Alors, je vous comprends et vous encourage à renforcer les barrières à l’entrée dans votre monde émotionnel.

Personne de sain d’esprit, de réellement bienveillant et de bien intentionné ne trouvera étrange que vous soyez prudente. Bien au contraire, cette personne respectera vos limites et vous demandera de respecter les siennes. Prenez le temps qu’il vous faut pour vous sentir à l’aise avec un(e) inconnu(e). Oui, tout le monde est inconnu et potentiellement intéressé par ce que vous pouvez rapporter jusqu’à preuve du contraire ;). Une motion de prudence doit être appliquée dans tous les cas.

La méchanceté, la malveillance, l’hypocrisie et l’envie sont communes. La vraie bonté et l’intelligence sont rares. Il faut s’en souvenir. Vous avez statistiquement plus de chances de tomber sur un toxique que sur une personne mature et équilibrée. Je ne dis pas nécessairement tomber sur un pervers narcissique car ceux-ci sont rares mais des narcissiques et vampires affectifs…. Il y en a légion ! Je constate surtout beaucoup de personnes qui s’ennuient par elles-mêmes et qui, au lieu d’ouvrir un livre ou de se documenter, préfèrent monter des plans pour bousiller la vie des autres ou vous envahissent de leur présence parasitaire. Attention donc à qui vous faites entrer dans votre vie.

Tiphaine, je vous félicite d’avoir réalisé le « jeu » cruel, malsain et auto-destructeur dans lequel vous vous êtes retrouvée et je vous remercie d’apporter votre pierre à l’édifice.

Take care ❤

Crédit photo : Anna Hür

Bonjour,

J’ai 20 ans. Pour premier « amour » (sic), un était un PN (je le mets entre parenthèse car j’ai compris que ce n’était pas de l’amour).

Cette histoire a duré plus de deux ans. Je ne suis pas là pour parler de cette histoire car elle est similaire aux autres : mensonges, abus sexuels, insultes, changements d’humeur incompréhensibles, mots doux, pardons, cercle vicieux, et évidemment un love bombing qui nous fait rester.

Avec le recul, je trouve ça presque « surfait » mais quand on est en plein dedans, c’est horrible. Ajoutez à ça, la sensation d’être folle, mêlée à une solitude qui semble éternelle (il m’avait coupée de tout et de tout le monde). J’ai voulu en finir, ma mère a voulu me mettre en hôpital psychiatrique. Il avait en plus retourné pas mal de mes amis contre moi. J’étais l’ombre de moi-même, au fond du trou. Mais je persistais.

Pour moi, c’était l’homme de ma vie, mon tout. J’étais dépendante.

Pourquoi je vous dis tout ça ? Car aujourd’hui, après une bataille intense contre moi-même (ma seule barrière qui m’empêchait d’être heureuse en fait) et un peu de recul, je peux vous le dire : il y a un espoir, je vois assure. Le chemin est long et est loin d’être fini encore aujourd’hui.

Mais tout passe par l’amour de soi, la compréhension de nos failles, le pardon et l’envie d’avancer. Et enfin, l’acception.

On ne peut refaire le passé, on ne peut oublier mais on peut lâcher prise et construire notre vie.
Finalement, c’est tout ce que l’on essaie de transmettre dans ce blog. Mais je voulais l’écrire car il y a 1 an et demi, quand j’ai découvert le blog, tous les messages d’espoir étaient plus que bienvenus. Le blog était le seul endroit où je me sentais comprise. J’avais enfin les réponses.

Aujourd’hui, je suis encore incapable de faire rentre un homme dans ma vie, je ne supporte plus que l’on me touche. J’ai peur de beaucoup de choses et je ne fais confiance qu’à très peu de personnes. Mais je vis. Je sors, j’ai parlé avec mes amis. La majorité m’a soutenue.

Le déclic ? Le jour où une de mes amis m’a dit qu’il avait tenté d’abuser d’elle dans son sommeil il y a 5 ans, bien avant que notre histoire commence.

C’était la troisième fois que l’on m’avouait ce genre d’horreurs. Et ce n’était même pas un centième de ce qu’il m’avait fait mais ça m’a révoltée. Pourquoi j’étais compatissante envers les autres et pas envers moi même ?

Durant tous ces mois, j’ai pleuré, je suis restée dans mon lit des heures. Je ne pensais jamais m’en sortir. Je pensais à ça chaque seconde de chaque minute de chaque heure. Je n’étais pas présente quand on me parlait et je faisais des cauchemars la nuit. Je voulais qu’il revienne, à tout prix, même si c’est moi qui l’avais bloqué et fait sortir de ma vie.

J’étais comme une droguée en manque de sa dose, comme je l’ai souvent lu ici.

Et à côté de ça, je m’en voulais de ce que j’avais laissé faire, tout en étant persuadée qu’il changerait si je m’améliorais. (Non, en effet, il n’y avait aucune logique). Je ne dis pas que tous ces « symptômes » sont partis. Les cauchemars continuent. Mais aujourd’hui, je ne veux pas qu’il revienne. Et l’année prochaine, je déménage pour définitivement changer d’air (j’ai la chance de changer d’études et de choisir l’endroit où je vais habiter si je me donne les moyens de réussir mes concours).

Aujourd’hui, quelle est la VRAIE différence ? Je vis pour moi. Je fais toutes les choses qu’il m’interdisait et surtout, je pense toujours en fonction de moi, j’arrive à dire « non » à mon entourage. Et attention, faire en fonction de soi ne veut pas dire être égoïste, bien au contraire : je suis beaucoup plus ouverte aux autres maintenant.

Je sors, j’ai changé de formation pour faire ce qui me plaît, je voyage, je danse et je profite de la vie et de ses opportunités. Et vous savez par quoi ça passe ? Une coupe de cheveux, une robe que je rêvais d’acheter, une reprise en main physique et alimentaire (je ne mangeais presque plus, et je ne dormais pas plus). Des petites victoires qui veulent tout dire. Un travail profond sur soi est nécessaire, c’est vrai. Mais ces petits actes le sont tout autant.

Ça passe aussi par le lâcher prise. Vous ne pouvez pas tout contrôler et surtout pas ce que les gens vont dire.

J’ai eu le droit à des rumeurs horribles. Mais je m’en fiche car j’ai des amis en or qui me soutiennent et je sais où je vais. Ne vous laissez pas impressionner par ses manipulations, il aurait atteint son but. Et pourtant, je vous assure, il m’en a fait voir de toutes les couleurs : il venait chez moi, a rallié sa mère à sa cause, m’a suivie à la fac (et encore ce ne sont que quelques exemples assez soft) . Mais maintenant, même si ce genre de choses arrivent de temps en temps, comme un coup de téléphone de sa mère par exemple, je n’en fais plus toute une montagne et je continue à VIVRE. (non, je n’avais pas pensé à bloquer sa mère également).

Il a sa part de responsabilité à 98%. Mais les 2% qui auraient pu faire que cela n’arrive jamais, c’est de ma faute. Je n’avais pas de limites, aucune estime de moi, je n’avais pas compris que ce n’était pas ça l’amour. Que je méritais mieux. Non, les relations humaines ne marchent pas comme ça. Personne ne doit le penser. Je ne suis pas un défouloir, un tapis ou un jouet. Alors maintenant, je me suis pardonnée et je me fixe ces limites.

Je ne dis pas que c’est facile, loin de là. Mais suivez les conseils de Scarlett et du no contact.

Et ensuite, aimez-vous. Un soir, je me suis couchée en pensant « je suis amoureuse de moi, avec toutes mes qualités et mes défauts ». Eh oui le soir est LE moment propice aux flash back et aux pensées envers le PN. J’ai décidé d’arrêter d’avoir peur d’aller me coucher et je pense à moi. A ce que je veux faire dans la vie, ou tout simplement à ce que je vais faire pour moi demain.

J’ai arrêté de faire en fonction des autres, je suis allée voir un psychiatre et j’ai compris. Pour que cela n’arrive plus jamais. Je me dis que j’ai de la chance, j’ai pleins de choses autour de moi dont je n’avais pas conscience. Aujourd’hui, je rigole réellement, et les obstacles sur mon chemin ne me paraissent plus aussi insurmontables. Et je corrige mes failles, je dis ce que je pense.

Aujourd’hui, j’ai fini d’écrire ce texte sur le banc où j’allais avec lui en me disant que j’étais bien plus épanouie maintenant. Avant, même si je passais devant très régulièrement, je baissais les yeux. aujourd’hui j’accepte et j’affronte ce genre de choses qui me faisaient penser à lui. Et j’en fais des choses qui me font penser à moi. Ça passe par des choses bêtes : une musique que je n’écoutais plus, un endroit où je n’allais plus car tout ça me faisait penser à lui.

Maintenant, c’est beaucoup moins le cas car j’ai fait en sorte que ça change. Et quand c’est le cas, je l’accepte, car cela fait partie de mon histoire.

J’ai également décider de commencer la boxe l’année prochaine, pour finir d’évacuer et de matérialiser le fait que je peux me défendre seule.

Je crois en toute personne qui lit ce texte, vous pouvez vous en sortir. Puisez la force que vous avez en vous, même si vous ne la soupçonnez pas. Je vous assure que vous l’avez. Elle est bien là, enfouie. Ça passera par de petits et de grands moments. Des symboles qui vous permettront de vous détacher et des choses que vous ferez pour vous . Aujourd’hui, je suis prête à affronter la vie et je vous souhaite la même chose. Et je ris, beaucoup, car je suis bien. Je vous promets que ça en vaut la peine.

Merci à tous ceux qui témoignent, merci à Scarlett pour ce merveilleux blog. Et prenez soin de vous.

Tiphaine

Publicités

28 réflexions sur “[Témoignage] Tiphaine : « On ne peut refaire le passé, on ne peut oublier mais on peut lâcher prise et construire notre vie. Finalement, c’est tout ce que l’on essaie de transmettre dans ce blog. »

  1. Bonsoir Tiphaine , tout d’abord je vous félicite pour votre parcours. Je me suis reconnue lorsque vous disiez baisser les yeux lorsque vous passiez près du banc sur lequel vous alliez avec lui… J’ai carrément fait des détours et me suis interdite d’aller dans certains parcs, endroits divers fréquentés avec lui, moi aussi. Des endroits que pourtant j’affectionnais auparavant… Tout me le rappelait , y compris , ma ville, mon chez moi… Et là je ne pouvais pas fuir, même dans ma demeure il me hantait ! Petit à petit , j’ai décidé de me faire violence et d’affronter tout ces lieux , d’y créer de nouveaux souvenir pour estomper cette présence constante. Un peu comme pour conjurer son mauvais sort.. Et avec le temps , on y arrive. Ce sont des histoires violentes, traumatisantes , alors oui cela prend du temps de la comprendre et surtout de SE comprendre, je crois que c’est cela le plus difficile et je pense que c’est pour se fuir que les « victimes » (je n’aime pas ce mots mais pour être claire je l’emploie) cherchent des semaines, des mois voir des années ces énergumènes incompréhensibles… Vos prises de consciences et vos entreprises pour VOUS sont primordiales pour votre (re)construction. À part , garder le cap, bloquer aussi sa mère car elle est d’une manière ou d’une autre complice de la PN de son fils, et tenir compte de l’introduction intelligente de @Scarlett, je ne vois pas autre chose à vous conseiller. Je vous souhaite plein de bonheur , vous êtes jeune et j’en suis sûre , vous avez plein de belles choses à vivre , faites vous confiance ! 😉

    Aimé par 4 people

    1. Happy Wednesday @Historiacyn,

      Elle écrit en effet “ je n’avais pas pensé à bloquer sa mère” , j’ai compris pour ma part que cette erreur a été réparée puis que narrée au plus que parfait…. Je ne sais pas.

      Xoxoxo

      Aimé par 2 people

      1. Hello @Dandoha, j’avais un petit doute mais @Tiphaine a un très bon discernement, il n’est sans doute pas fondé 😉 Quel exemple du haut de ses 20 ans ! Belle journée 🌼

        Aimé par 3 people

  2. Bravo tiphaine, très fière pour vous de votre excellente analyse qui j en suis sure aidera beaucoup de personnes , la clé à mes yeux et effectivement notre part de responsabilité, l acceptation et le pardon , JE vous souhaite beaucoup de bonheur et une vie épanouie , JE n ai aucun doute que ce soit pour bientôt !! La vie est devant , et il faut toujours y croire ..
    Portez vous bien et prenez soin de vous .

    Aimé par 3 people

  3. Bonsoir à toutes et tous,
    Merci Tiphaine pour ce beau témoignage rempli d’espoir et de vie !! Bravo à vous pour ce travail fait sur vous, malgré si je puis me permettre votre jeune âge vous êtes d’une grande lucidité, vous pouvez être fière de qui vous êtes.
    Je me suis largement reconnu dans vos écrits. « Une droguée sans sa drogue ». L’acceptation d’avoir subi un véritable VIOL émotionnel. La culpabilité pour moi de n’avoir pas su écouter mon entourage de n’avoir pas pu écouter ma petite voix intérieure qui je crois à toujours su qu’il finirait par me détruire. L’hôpital psychiatrique j’y suis allée 3 fois en tout, une fois alors que pourri faisait partie de ma vie, première alerte et alors encore je n’ai pas réagi. Oui c’est en partie infiniment mais de ma responsabilité. J’ai attendu sagement sa mise à mort sadique qui a débuté le 9 juin 2016, j’ai fini à l’hôpital psy après avoir foncé dans un arbre de désespoir car il m’avait trainé comme un sac sur 3 étages. Mais il n’en n’avait fini avec moi il est revenu à ma sortie, le mot fin a été écrit le 4 juillet 2016. Le tourbillon dans la folie, alors que déjà durant de nombreux mois j’avais la sensation de devenir folle toute la panoplie de pn communication floue, messages paradoxales……m’ont épuisé j’étais à bout de forces à ma rupture avec lui…Puis j’ai écrit mon témoignage, et l’aide précieuse de toutes et tous ici m’ont permis de comprendre beaucoup de choses. Vous l’avez très justement souligné, il n’y a que sur ce blog qu’on se sent comprise, pour l’entourage c’est une véritable énigme qu’est le traumatisme qui suit une relation et d’une rupture avec un pn. J’ai fait (et je fais toujours) un gros travail sur mes propres failles qui m’ont amené sur un plateau d’argent à un pn. Apprendre à s’aimer soi même , dompter nos peurs et nos angoisses est un long travail de reconstruction. Réapprendre à se faire confiance est une étape, aujourd’hui je me fais à nouveau confiance. Je suis d’accord avec vous, faire confiance à un autre est toujours pour moi mission impossible, je ne veux pas d’homme dans ma vie, j’ai encore un énorme travail sur moi à accomplir. Avoir une peur panique de sortir, peur de le croiser je l’ai vécu avec des sueurs froides , je ne suis presque plus sortie pendant 8 mois.
    J’ai repris mon travail au bout de 8 mois d’arrêt maladie toujours à mi temps thérapeutique. Je reste encore fragile…Mais j’avance tout doucement pas après pas.
    J’ai acheté une maison il y a 3 ans (seule) elle représentait beaucoup à mes yeux…mais pn a voulu qu’on agrandisse ma maison pour « construire » notre vie avec ses enfants, il m’a au passage fait faire une fausse signature. Aujourd’hui endettée, j’ai pris la décision la mienne de vendre cette maison et son lot de souvenirs qui va avec. Ce n’était pas une décision facile, je vais déménager dans les prochains jours mais je l’ai fait. Pouvoir sourire quand le soleil chauffe mon visage, sourire d’entendre le chant des oiseaux, sourire de ne plus avoir à vivre avec cette tension permanente, oh que oui ça vaut la peine.
    L’acceptation de n’avoir été qu’une marionnette d’avoir vécu une énorme mascarade macabre on peut le dire avec mon propre accord..se pardonner un peu plus chaque jour.
    Les angoisses commencent à se taire, mais parfois les larmes coulent quand des pensées jaillissent car cela m’arrive encore, mais j’accepte et je me dis « demain ça ira mieux et de mieux en mieux »
    Le plus long pour moi qui ai vécu 3 abus (inceste) et que ce 4ème abus de pn me donne un goût amer, il a abusé de mes abus, il est en faite mon pire abuseur à mes yeux.
    En 3 ans j’ai eu largement le temps de lui offrir tout cuit une confiance aveugle et pourri a su dans les moindres détails tous mes abus, le choc de la réalité m’a fait revivre tous mes abus. J’ai pu aller en thérapie très loin dans la connaissance de mon moi, comme je n’avais jamais pu aller aussi loin.
    La rencontre avec un pn nous change à tout jamais, et si elle permettait d’aller à la rencontre réelle avec soi même ?? Je ressens les choses plus profondément, je suis vigilante et je tente d’être la plus bienveillante qu’il est possible avec MOI. Je ne méritais pas ça, et personne ne mérite la cruauté de ces animaux sans pitité sans coeur sans âme.
    Se réapproprier nos valeurs et notre identité est un parcours long semé parfois de peurs de doutes d’incertitudes. Savoir se reposer la question « qui suis je ? Qu’attend-je donc de la vie ?
    Vous avez raison, les pensées qui surgissent font partie de notre histoire. Celle que nous nous avons vécu avec une telle sincérité, les cicatrices restent je pense mais la vie vaut d’être vécu. Et on peut vivre avec des cicatrices surtout quand elles se referment doucement mais sûrement. Il faut connaitre tout le sens des mots patience, temps….
    Je suis d’accord avec vous sur les petits actes qui veulent dire beaucoup qui sont symboliques, j’ai jeté TOUT ce qui me ramenait à lui TOUS SES cadeaux (-remarquer il y en avait pas beaucoup c’était un gros radin qui a vécu sur mon dos 3 ans!) Justement symboliquement j’ai jeté dans une rivière un porte bonheur (lol) qui m’avait offert à un endroit où nous allions très souvent, c’est une façon de lui redonner sa toxicité et moi de m’en débarasser.
    Oui Tiphaine, ça vaut le coup, je vous souhaite tout le meilleur, vous êtes en bonne voie, et je ne sais que trop bien que le chemin est très long avant de pouvoir dire je suis totalement remise de cette page de ma vie…ce n’est pas un livre juste une page, croquez croquons la vie à pleine dents.
    S’accrocher à notre propre vie sans avoir besoin d’un autre pour combler ce trou béant qu’on les DA..pour ma part ce long travail me dit que je ne suis plus une DA, je n’ai plus besoin d’un autre pour parler vivre respirer ressentir, finalement sans pn je serais toujours dépendante affective d’un autre. Cette (douloureuse) expérience n’arrive jamais par hasard, elle devait sans doute croiser notre route pour mieux nous montrer notre propre chemin de vie.
    Bonne continuation à vous tiphaine.

    Aimé par 3 people

  4. Happy Tuesday @Tiphaine

    Quelle leçon de vie !!!
    Vous êtes FORMIDABLE !!!

    “Il a sa part de responsabilité à 98%. Mais les 2% qui auraient pu faire que cela n’arrive jamais, c’est de ma faute. Je n’avais pas de limites, aucune estime de moi, je n’avais pas compris que ce n’était pas ça l’amour. Que je méritais mieux. Non, les relations humaines ne marchent pas comme ça. Personne ne doit le penser. Je ne suis pas un défouloir, un tapis ou un jouet. Alors maintenant, je me suis pardonnée et je me fixe ces limites.
    Je ne dis pas que c’est facile, loin de là. Mais suivez les conseils de Scarlett et du no contact.”

    Vous n’avez que 20 ans et vous avez compris et saisi la substantifique moelle du travail du vainqueur . How to succeed in LIFE, and you are for sure a WINNER GIRL!!!

    Alors que d’autres bien plus âgés, non seulement ont la fainéantise de se draper dans la couverture du Victimisme ,mais pire n’hésitent pas à faire montre d’outrecuidance et arrogance après une récidive.
    VOUS dites NON à la MÉDIOCRITÉ et VOUS AVEZ RAISON parce que vous ne vous nourrissez pas de désespoir, vous savez qui vous êtes.
    Vous confirmez par vos mots et raisonnement , l’intérêt d’aborder chaque situation avec recul et bon sens.

    Il y a peu sur ce blog certaine(s) s’offusquai(en)t d’un “ acharnement”(appréciation au combien subjective) sur une pseudo victime venant “témoigner » de son expérience. Cette “ victime » au mépris des mises en garde avait diffusé son numéro sur Facebook , mais en plus avait le toupet de se dédouaner de toutes responsabilités de ses actes.

    Le DANGER, (après un ultime témoignage en sa faveur prétextant une dépression possible chez cette victime, du fait de l’acidité de nos réactions) réside surtout de la naïveté de ses “ défendeurs” sur le blog d’ avoir cru en son statut de “victime auto proclamée” .
    Toutes les victimes sur ce blog n’en sont pas et particulièrement les récidivistes arrogants.

    Ce qui surligne la valeur et portée de votre analyse , qui d’un revers de clavier, balaye cette paresse intellectuelle du déni et de l’irresponsable et chez ces fausses victimes mais également chez les naïfs qui les soutiennent.

    Savoir appeler , un chat un chat et vous le fait @Tiphaine avec lucidité et dignité.
    Et que votre témoignage serve de repère à ces personnes afin les protéger de leur futilités et de leur aveuglements y compris sur ce blog.
    Rien n’est possible sans remise en question de Soi.

    Vous irez loin très loin, vous respirez la beauté, la sérénité et l’intelligence

    Take care Beautiful,

    Aimé par 5 people

    1. La naïve te salut ma chère et encore une fois on affirme ici sur les gens sans les connaître ! 😂😂 que connais tu de moi pour te permettre de me juger naïve ? Moi je n’ai fait que supposer que vos moqueries pouvait être nocives… mais je n’ai rien affirmé à tout va Car je ne connais personne ici… non mais vraiment quelle blague 😂😂😂😂😂 continuez de baver si ca fait vos journées 😘

      Aimé par 1 personne

      1. Happy Tuesday @Mila.K

        Moi je salue la belle Mila.K et non “ la naïve” un comportement spontané dans le temps ne définit pas qui on est. Ton pseudo n’est pas naïve mais Mila.K alors je refuse de saluer une personne qui n’existe pas, ni un comportement .
        Etre naïve n’a rien de péjoratif pas du tout mais comporte dans certains cas des risques.
        Donc déjà là , je ne te suis pas dans cette attaque personnelle de mon discours, la dernière fois que je bavais c’était en sortant de chez le dentiste il ya plus de 20 ans. Comme je l’ai exprimé l’attaque vient de la manipulation par les mots de la fausse victime, si on n’y fait pas attention.

        Et puis tu n’étais pas la seule à t’être laissée amener par la déroute de @Nathalie.
        Je m’explique : @Scarlett il y a peu dénonçait ces” victimes” qui détruisent justement le statut et potentiel de vrais victimes en nourrissant par actes délibérés et nocifs le travail de destruction du PN.
        La naïveté dont je fais allusion c’est d’interpréter ces actes délibérés et nocifs commis, comme des “erreurs” passagères de bonne foi. Non et c’est d’autant plus flagrant dans le cas @Nathalie qui est le plus récent, que sa façon arrogante d’attaquer les critiques de @Scarlett, elle était dépouvue de tout bon sens et maturité , uniquement au nom du dernier mot.

        “Uniquement au nom du dernier mot” = c’est une approche que toute victime de PN connaît, cette manifestation de l’irresponsabilité du toxique qui refuse de se remettre en question. 😉
        Et bien si cet attitude est indéfendable chez le PN , elle l’est aussi chez cette fausse victime qui plus est qui n’est pas une néophite. Voilà les 2% dont parle @Tiphaine, ici ramenés à 60% chez @Nathalie.
        Et nous avions une @Nathalie qui n’est pas une néophite du tout puisque au contact avec le blog depuis des mois.
        Et c’est un aspect majeur qui, si il est occulté déroute l’interprétation des autres victimes et ex victimes qui parcourrent le blog.
        Mon shéma est celui-ci en parlant de naïveté ( définition du larousse : confiant ingénu et ingénu signifie: d’une innocence franche) dans le comportement de soutenir une fausse victime.
        Rappelons quand même qu’un juge avait déjà dans sa décision sanctionné le comportement auto destructeur en ne reconnaissant pas @Nathalie comme victime. Donc l’acharnment ici ne venait que de @Nathalie sur elle même à cause de son déni et arrogance.

        En effet je ne te connais pas à titre personnel physique mais à travers tes écrits qui sont une révélation de la personalité surtout sur un blog qui aborde des sujets aussi intimes. Donc penser que s’exprimer sur un tel blog ou autre ne reflète pas sa personalité surtout sur du long terme d’échanges c’est une erreur à mon avis. Chacun sa vision.

        Tu dénonces des moqueries moi je reconnais du mépris et de l’ironie dans mon discours en réponse à la violence de l’arrogance de @Nathalie. Rendre l’autre responsable de ses propres actes, en venant sur son terrain demander à nouveau de l’aide , et en plus faire montre de tant de mauvaise foi alors qu’on a déjà été prévenu des risques encourrus, donc au fait de la réalité et du danger imminent potentiel des réseaux sociaux, c’est ça à mon avis se moquer du monde et de soi surtout.

        Imagine je viens chez toi je m’assied dans ton salon te raconte ma mésaventure et quand tu me réponds que j’ai eu tord d’agir ainsi pour ma propre sécurité , je te dis que ta réponse ne me convient pas , que tu es dure et insensible, j’aurai souhaité que tu abondes dans mon sens pour me prouver que tu me soutiens et me comprenne plutôt, alors que je savais dès le début que mon acte était une erreur. 😉
        Et je ne manque pas ensuite de te faire savoir que tu es la méchante dans l’histoire. Et je suis certaine encore une fois que tu n’es pas la seule à avoir perçu @Nathalie comme une victime.
        Alors que quand je lis ton intervention, je me dis mince, elle est victime de l’usurpation de @Nathalie elle la croit et la défend #DANGER.
        Parce que toi au moins tu t’exprimes, tu t’en sors, mais quid des lecteurs silencieux naïfs qui seraient tomber dans le piège aussi?!!

        C’est cet aspect qui m’intéresse , le blog ne fait pas que guérir il prévient surtout.

        En quoi une attidude indéfendable chez un PN l’est chez une DA non néophite?!! J’aimerais comprendre.

        J’ai établi mon commentaire à @Tiphaine pour la rassurer et l’encourager dans sa détermination. Et la féliciter d’aller plus loin en ne s’attardant pas sur l’histoire , l’anecdote que fut son expérience PN, mais au delà @Tiphaine est une gagnante une battante qui regarde devant avec équilibre et sérénité.
        AGAIN, si mon allusion peut prévenir une telle confusion entre fausse victime et ancienne victime( le vrai débât ici) tant mieux c’est tout ce qui compte.

        Taxe care BEATIFUL
        xoxoxo

        Aimé par 2 people

      2. Bonsoir je comprend ton point de vue maintenant, effectivement tu as raison sur le fait qu il faille éviter de laisser passer des propos qui pourraient dérouter les nouveaux venus… il y a eu aussi sûrement quelques quiproquo Car j’ai cru que tout m’était destiné…mais après tes explications plus détaillées je comprend…je n’ai peut être pas pris autant de recul face au témoignage… anyway… sans rancunes et sorry xoxo 😘

        Aimé par 2 people

  5. Bonsoir dandoha , il est bon de voir de tel commentaire , et oui je suis d accord un chat est un chat , a nous d assumer nos parts de responsabilité ,quelqu un a dit un jour  » les tyrans sont des tyrans que parce que nous les laissons faire  » , une fois la surpercherie démasquée , et avoir accusé le coup , à chacun de faire ses choix de vie , soit on choisit d être un paillasson pour ces parasites soit nous faisons face à ce qui a permis l abus , et commençons à nous battre pour vivre en se donnant tout l amour que nous nous devons , car comme un autre disait « nous sommes nos choix  »
    Encore merci pour pour ses discours sans langue de bois et pour cette aide précieuse que vous nous apportez .

    Aimé par 2 people

  6. Bonjour à toutes,
    Merci Typhaine pour cet admirable commentaire qui fait du bien.
    J’aimerai vous raconter mon histoire mais je suis loin d’avoir franchi toutes les étapes dont vous parlez. Je le ferai lorsque j’aurai évacué toutes les peurs qui m’en empêchent.
    Merci de tout coeur Scarlett pour votre blog. Grâce à vous et à tous ces témoignages j’ai pu comprendre mon histoire et fuir…

    Aimé par 2 people

  7. Bonjour à toutes.
    Bravo Tiphaine pour votre extrême lucidité et votre libération .
    Je suis bluffée par vos propos alors que vous n’avez que 20 ans.
    Vous avez compris très tôt comment fonctionnent les relations humaines et votre part de responsabilité. Vous avez grandi et appris de vos erreurs très rapidement et très jeune. Et surtout avez compris qu’il était primordial de s’aimer soi-même avant toute chose.
    Je relève votre phrase  » Et attention, faire en fonction de soi ne veut pas dire être égoïste, bien au contraire : je suis beaucoup plus ouverte aux autres maintenant. »
    S’aimer soi-même et faire en fonction de soi n’est pas être égoïste ce qui est trop souvent mal compris.
    Encore bravo pour votre discernement.
    Je vous envie. Ma prise de conscience n’est intervenue que vers 45 ans.
    Je me sens pleinement adulte aujourd’hui alors que j’ai eu la sensation longtemps d’être une enfant.

    Je vous souhaite le meilleur mais je ne doute pas que vous saurez vous frayez le bon chemin.

    Merci pour ce magnifique témoignage.

    Aimé par 2 people

  8. Bonjour @Tiphaine,

    J’ai vraiment apprécié vous lire. Quand j’étais au plus mal après mon interaction avec PN, je me disais: « Maintenant que tu es tombée si bas, l’avantage est que tu ne pourras plus QUE remonter ».
    Vous avez su tirer les leçons nécessaires d’une expérience douloureuse afin de créer votre propre bonheur, je vous en félicite, d’autant plus qu’à votre âge vous avez acquis une belle maturité.

    Profitez bien de la vie, de votre jeunesse, bonne continuation.

    Aimé par 3 people

  9. Merci Typhaine pour ce témoignage, très positif et plein d’espoir. Cela fait écho à mes questionnements en ce moment sur ma propre histoire. Et bravo pour votre lucidité (et si jeune !) !
    Je pense avoir moi aussi été abusée par un PN même si je ne suis pas sûre du « diagnostic », en tous cas beaucoup de caractéristiques identifiées semblent correspondre. Il utilise la justice pour m’atteindre, me causer du tort, me discréditer (et se faire passer lui pour la victime), et surtout il utilise notre enfant pour se venger. Mais j’ai cru comprendre que les PN sont des manipulateurs assez subtils et « intelligents », or mon PN a des méthodes assez grossières et agressives via son avocat surtout mais aussi directement vis à vis de moi (ce qui n’est pas très malin quand on prétend ne pas être violent, ce n’est pas très crédible). Mais est-ce qu’il est à ce point maladroit car aveuglé par sa colère et sa haine contre moi, ou est-ce que ça fait partie de son plan ?
    Désolée je parle de moi, mais ce témoignage fait ressurgir des choses, je suis tellement blessée par ses mensonges par le jugement des autres ou l’incompréhension et surtout paralysée par la peur qu’il s’en prenne à moi et surtout à ma fille, de ne pas être crue et protégées par la justice…
    Mais déjà aller de l’avant comme le fait Typhaine c’est gagner la bataille. Je vais m’inspirer de ces pensées positives pour avancer. Merci Typhaine et merci à ce blog.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour @Mélanie,tout d’abord je voudrais vous dire ceci : Ne soyez pas désolée de parler de vous, tout le monde a le droit de s’exprimer, les autres ont le droit de lire , répondre ou non mais ne soyez pas désolée. Il semble qu’il vous faille faire un travail de confiance en vous. Maintenant, je vais vous donner mon humble avis, issu de ma propre expérience et des éléments que @Scarlett nous a détaillé, des témoignages des intervenants ici présents que j’ai pû croiser avec mon histoire. J’ai moi même compris qu’il était PN il n’y a pas si longtemps que Ça. Je pense que c’est parce qu’il y a toujours des similitudes mais également des différences. Simplement parce que comme tout être humain, chaque PN est unique et chaque PN a ses agissements propres. Lorsqu’on parle d’intelligence et de subtilité, je crois également que c’est surtout dans « la phase d’accroche », dans cette façon qu’il a de tisser sa toile autour de sa proie sans qu’elle ne s’en rende compte, dans tout le travail de sappe qu’il fera tout en prétendant l’aimer etc… Cependant, en phase finale, une fois le masque tombé il peut avoir effectivement une attitude beaucoup moins subtile. Il faut garder à l’esprit qu’il ne fait rien au hasard, si il se montre insultant et violent , il y a un intérêt, c’est très certainement pour vous impressionner, afin de vous faire perdre vos moyens. Ce qui a l’air de fonctionner puisque vous avez peur. Je ne prétends pas qu’il est PN , votre récit ne me donne pas suffisamment d’éléments pour cela. Vous porter préjudice , aller en justice, se déchirer lorsqu’on se sépare existe aussi avec des êtres neurotypiques. Mais dans tous les cas, qu’il le soit où non , pour le bien de votre fille et le votre , faites de votre mieux pour garder votre calme, garder toutes les preuves qu’il vous ait possible d’obtenir , textos , SMS , mails, déposer des mains courantes où des plaintes à CHAQUE débordement et je ne sais pas quel âge a votre enfant ni son état psychologique mais si elle est perturbée, emmenez la voir un pédopsychiatre et demandez qu’il le notifie par écrit. Montez avec l’aide de votre avocat un dossier qui soit le plus complet et précis possible et je le répète : Gardez votre calme , quelles que soient ses attaques, restez de marbre, ayez confiance en vous pour que le juge constate que vous êtes suffisamment apte et solide pour avoir la garde de votre fille. C’est ce que je ferais si j’étais dans votre situation. Ne vous dispersez pas en tentant de dresser son portrait psychologique, ce n’est pas votre priorité et cela peut aussi être ce qu’il cherche si il est PN… Gardez toutes vos forces pour votre fille et vous. Je vous souhaite bon courage 💪🏼

      Aimé par 3 people

      1. Bonjour Historiacyn,

        Merci d’avoir pris le temps de me lire et de me répondre. Merci pour votre écoute. Aujourd’hui est un jour « sans », certains jours je suis plus confiante. J’ai effectivement entamé un travail sur moi, sur mon histoire et je reprends confiance en moi progressivement et en la vie. Et je suis très entourée. Mais ce n’est pas simple, comme vous le savez sûrement pour l’avoir probablement vécu.
        Merci pour vos précisions concernant les PN, effectivement probablement que leur « subtilité » sert surtout à manipuler au départ, et une fois découvert ça ne sert plus à rien et ils peuvent laisser libre court à leur haine. Et en effet comme vous dites il y a un objectif à cette violence verbale que je subie depuis notre séparation : continuer à me faire du mal, me faire peur pour essayer de m’empêcher d’agir…
        A travers mon précédent commentaire je paraissais peut-être un peu perdue, mais je suis déterminée et très bien entourée. A partir du moment ou j’ai eu le déclic et que j’ai compris qui il est (enfin dans les grandes lignes : un imposteur et un manipulateur… pour le reste je n’ai pas envie de me perdre dans les méandres de son cerveau !) et que j’étais victime de violences (et non pas co-responsable de l’échec de notre couple) et en danger, j’ai tout entrepris pour nous protéger ma fille et moi. Je l’ai quitté enceinte de 5 mois il y a un peu plus d’un an, en février 2016 (ma fille a eu un an en mai). En 3 jours, après être sortie de l’hôpital (où je m’étais réfugiée après qu’il m’ait frappée et où j’ai été soignée 24h aux urgences de la maternité), je me suis enfuie avec l’aide de mes parents et d’amis, et aussi grâce à l’aide de la police (et de la PMI) qui a temporisée j’ai réussi à prendre la plupart de mes affaires et à déménager à 600km dans ma région d’origine (chez mes parents au début pendant 2 mois et ensuite j’ai pris un appart). J’ai dû quitter mon travail, mes amis et une région dans laquelle je vivais depuis presque 20 ans. Mais maintenant je me sens en sécurité, plus ou moins… La distance ça aide mais ça ne fait pas tout. J’ai néanmoins pu avoir une seconde partie de grossesse « normale », donner naissance à ma fille, ma petite merveille et profiter paisiblement ensemble, lui offrir un cadre apaisé et bienveillant… je n’ai quasiment jamais craqué, si ce n’est quelques larmes, mais pas de crise d’angoisse ou autres troubles…
        J’ai porté plainte avant de partir en février 2016. L’affaire ne sera jugée qu’en novembre 2017 (il a demandé des reports et il y a eu un problème de procédure du parquet qui a dû rédiger à nouveau les poursuites correctement). J’ai un dossier « béton », avec des certificats médicaux (dont un de l’UMJ avec 2 jours d’ITT), ma plainte (et son audition de garde à vue dans laquelle il se contredit et reconnaît à demi mot les faits qu’il nie maintenant), des sms qui l’incriminent et que j’ai fait authentifier par huissier. J’ai aussi de très nombreux témoignages de mes proches (aussi bien pour le procès en correctionnel que pour les audiences chez le JAF) et j’ai moi même beaucoup écrit (des dizaines de pages) car ça m’est difficile de parler à un juge, c’est plus facile à l’écrit. Et j’ai une avocate super qui connaît bien ce genre de problème, fait bien son boulot mais aussi me soutient quand je l’appelle en panique par exemple. Elle est aussi maman et comprend tous ces bouleversements de vivre une grossesse et les 1ers instants avec un nouveau-né dans ces conditions…
        Heureusement la justice semble me croire et j’ai des jugements provisoires qui nous protègent moi et ma fille : le tribunal correctionnel qui, en octobre 2016, mentionne des faits de violences psychologiques et physiques avérés, récurrents (et cite les preuves et les témoignages) et qui maintient que les poursuites doivent être maintenues (et rédigées correctement du coup… mais bon grosse perte de temps… ceci dit qui m’a permis de prendre du recul et de m’aguerrir) et le jugement JAF de janvier 2017 qui mentionne également les violences y compris enceinte et cite les preuves (plainte, certificats médicaux et sms), qui justifie du coup ma distance et le fait que j’ai coupé plus ou moins les contacts pour me protéger. Par ailleurs la JAF a mis en évidence que malgré les demandes de droits de visite de monsieur, ce dernière n’a pas manifesté d’intérêt particulier pour son enfant et n’a jamais contribué financièrement à son éducation (du moins c’était le cas au moment du jugement) et cela est notifié par écrit. Il est condamné par ce jugement à payer une pension (contribution à l’alimentation et éducation) de 100 € / mois depuis février 2017. Or il ne l’a fait qu’avec 3 mois de retard après que mon avocate et moi-même ayons insisté… et là ce mois-ci toujours rien… des démarches sont en cours avec la CAF pour le mettre en recouvrement. C’est avec la CAF qu’il s’expliquera.
        J’ai toujours gardé mon calme vis à vis de lui, dans le sens ou j’ai appliqué le « NO CONTACT », quel précieux conseil ! Enfin je l’ai appliqué le plus possible étant donné qu’on a eu un enfant ensemble et que je n’ai pas le droit de couper les liens, et que j’ai dû prouver le bien fondé de ma fuite et des contacts limités. J’ai cessé tous contacts directs (verbaux) depuis février 2016 depuis que je l’ai quitté, dans la mesure du possible c’est mon avocate qui communique avec lui et je me contente du strict minimum pour donner des nouvelles de ma fille (toujours à mon initiative, toujours par écrit de façon brève et factuelle par exemple copie scannée du carnet de santé), sachant qu’il n’a jamais demandé de nouvelles, ni posé de questions, ni de photos d’elle, ni envoyé de cadeaux de naissance de noel ou d’anniversaire ! Mais il me fait des reproches, dit que c’est lui la victime, exige un droit de visite et qui plus est complètement aberrent vu que c’est un bébé (qui serait au détriment même de sa santé de la petite, genre être coupé de moi quand elle avait 2 mois alors que je l’allaitais, faire 1200km allé-retour 1 week-end sur 2 jusqu’au dimanche soir 18h pour aller voir son père). La seule fois ou j’ai repris contact avec lui récemment c’est pour lui redire par mail très poliment mais fermement que je refusais de lui remettre mon RIB (je ne me suis pas justifié auprès de lui concernant mon refus, mais en fait il m’a extorqué de l’argent, bien que cela soit très difficile à prouver donc je refuse catégoriquement de lui donner mon RIB) et qu’il pouvait m’envoyer un chèque pour les 3 mois de retard de la pension qu’il doit payer pour notre fille. Je me suis permis de lui dire ce que je pense en 2 lignes (le RIB est un prétexte pour ne pas payer et me rendre responsable de ses fautes comme d’habitude, exiger un RIB comme condition pour payer c’est du chantage…) et résultat une réponse de 3 pages d’insultes, de dénigrement et de mensonges… Mon avocate va mettre tout cela en évidence pour encore démontrer l’incapacité dans laquelle il me met (et dont il est responsable) à communiquer avec lui au sujet de notre fille : comment communiquer au sujet des intérêts de notre enfant alors qu’il ment, prétend participer financièrement (alors qu’à l’époque il n’avait pas envoyé le chèque, bref il invente des faits qui n’existent pas..), me fait du chantage (RIB), me proposait à la fin de la grossesse d’appeler notre enfant comme le chien de mes parents… bref…. sans compter tout le reste : ok c’est le père de mon enfant mais c’est aussi et surtout mon agresseur, notre agresseur vu que j’étais enceinte ma fille a ressenti cette violence (même si juridiquement parlant ça n’est pas fondé…).
        Heureusement il n’est jamais venu jusqu’ici et n’était pas présent chez le JAF (son avocat le représentait, un être ignoble qui n’a eu de cesse de m’humilier durant toute l’audience, aucune déonthologie…). Du coup je n’ai pas été confrontée à lui, mais dans 3 semaines on a une nouvelle audience et ça m’angoisse d’être dans la même pièce que lui, même un sms de 3 mots anodins de sa part je le vis comme une intrusion…
        Il devait y avoir une enquête sociale avant cette audience de juin mais elle n’a pas eu lieu (l’organisme en charge ne se déplace pas dans d’autres régions), la JAF veut maintenir l’audience pour faire le point sur la situation avant de voir s’il faut nommer un autre organisme pour l’enquête.
        Il a porté plainte contre moi aussi (et je n’ai été convoquée que des mois après il y a à peine 3 semaines), il a inventé des faits, des dates (mais sans être précis et sans certificats médicaux)… sur des dates ou il a été violent avec moi, ma mise dehors enceinte, m’a insultée… il l’a fait par écrit au tribunal car le commissariat a refusé de prendre sa plainte et il l’a fait 1 an après les prétendus faits, le lendemain de l’audience JAF… c’est ignoble de se faire accuser de ce dont on est victime !
        Et hier (et donc ce matin) j’étais mal car un organisme de crédit me harcèle au téléphone (comme c’est le cas quasi quotidiennement)… crédit qu’il m’a contraint à contracter mais que je ne peux pas prouver juridiquement, comment prouver l’emprise ? Non je n’étais pas séquestrée, oui j’avais un téléphone pour appeler à l’aide, j’aurais dû me rétracter dans le délais de 7 jours, lui mentir… etc… bref l’incompréhension des gens, la culpabilisation, le sentiment d’être broyée par le système, le sentiment d’injustice de devoir peut-être rembourser ses dettes à lui. La personne que j’ai en ligne (un agent de recouvrement) l’a appelé lui ensuite (pour la première fois d’habitude ils le laissent tranquille et n’a jamais été inquiété) et elle m’a rappelé ensuite : il l’a baratinée et elle a douté de ma parole…
        Je sais que je devrais ne pas accorder de crédit à ce qu’il dit, comme le dit ma psy : je ne peux pas contrôler ce qu’il dit de moi et ses mensonges à mon sujet, qu’il raconte à qui veut bien l’entendre. Mais justement qui veut bien l’entendre ? Aucun de ses proches que je fréquentais à l’époque n’a fait de témoignage contre moi… il parle à cette inconnue, qui n’a pas de pouvoir, ne va pas vérifier et dont le but et de récupérer l’argent… mais quand bien même, ça m’a perturbé ce coup de fil…

        Bref, c’est beaucoup plus long que prévu et peut-être un peu décousu. Merci de m’avoir lu.

        J'aime

      2. @Mélanie, re ! Je ne vous juge pas mais c’est vous qui vous adressez à moi et je relève certaines choses qu’il peut être dans votre intérêt de travailler. Vous êtes suivie psychologiquement et c’est très bien mais peut être votre psy n’osera t elle pas vous dire ce que je vais vous dire. Vous ferez ce que vous souhaitez. C’est vous qui vous adressez à moi, c’est de Vous que je vais parler. Vous détaillez vos procédures, parlez de lui beaucoup mais peu de vous sinon en victime. Il me semble que vous ne prenez aucune responsabilité dans cette histoire. En réalité, des vraies victimes il y en a bien moins qui ne s’en auto proclament, je pense d’ailleurs qu’il y en a autant que de gens qui se proclament innocents en prison… Je suis désolée mais vous êtes victime de vous même avant tout, vous êtes en colère et vous avez peur , de vous surtout ! Même si vous voulez vous montrer forte , avec un bon discernement, je ressens votre fragilité. Vous vous réconfortez en lui mettant tout sur le dos, mais à moins d’avoir une arme sur la tempe , on est deux, dans une relation. Deux à y rester, deux responsables. Ça va peut-être vous choquer mais c’est un fait. Pour ce qui est de vos procédures judiciaires en cours, je ne saurais vous conseiller plus. Gardez juste en tête que vous avez TOUT à prouver, ses travers , comme votre bonne foi. C’est ainsi. L’organisme de crédit idem ! Parce que oui , vous le dites vous même vous avez signé, sans arme sur la tête, et, sans qu’il n’est pû vous échapper la fameuse mention « un crédit VOUS engage et doit être remboursé « . Il n’y était pas inscrit : « Ce crédit engage monsieur et IL devra le rembourser  » me semble t il. En adulte que vous êtes, assumez le , il n’est pas injuste puisque vous avez signé ! La prochaine fois, vous réfléchirez à dix fois avant de signer. Je sais que je vous heurte avec mes paroles et maintenant, pour que vous compreniez bien que je ne vous juge pas , comment j’en suis arrivée à ce raisonnement, j’ai payé moi aussi , de toutes les manières possibles d’ailleurs, et, votre exemple me rappelle une anecdote : Lorsque j’étais enceinte de mon premier enfant, j’étais avec un dépendant affectif (violent ) , parce que oui un DA peut être violent !!! J’avais mis des sous de côté pour acheter une chambre cash pour notre fils. Alors que nous avions , plutôt que j’avais le budget , pour acheter une chambre simple cash, une fois dans le magasin , il veut une chambre haut de gamme , modulable évolutive , parures de lits , vrai bois , peluches énormes… À crédit… Et bien sûr à un taux d’intérêt exorbitant. Je murmure que ce credit d’un an n’est pas nécessaire, il me dit qu’il de ne pas m’inquiéter, qu’il paiera, j’accepte. Quelques mois plus tard , il déserte (militaire) il perd son salaire, l’huissier, c’est mon adresse qu’il a… C’est chez MOI qu’il harcèle… À votre avis qui a payé ? Ai je trouvé cela injuste ? Non , c’était bien fait pour moi, je n’avais qu’à m’affirmer et refuser ! L’emprise n’est pas un refuge… Pour se grandir et avancer , la prise de conscience , la responsabilité sont indispensables pour la suite de votre vie, si vous la voulez sereine, avec quelqu’un de sain un jour. Je vous souhaite plein de bonnes choses , bon courage

        J'aime

      3. Bonjour à tous, à toutes et à vos auras

        Je me permets d’intervenir, car votre histoire Mélanie ressemble en beaucoup de points à la mienne :
        Violences enceinte, déménagement en urgence près des miens à 600kms, harcèlement, JAF, plaintes et bien sûr dette à mon Nom blablablablablas

        le PN et sa victime tristement classique !

        Je souhaite répondre sur le retour de historiacyn. Pour confirmer que :

        1° Historiacyn à entièrement raison et ne vous juge pas. Oui ça fait mal quand on remarque et que l’on enlève une écharde du pied mais c’est la seule solution pour ne plus avoir mal et puis on avait pas à marcher pied nus sur ce parquet tout pourri pire on se l’été dit en enlevant nos chaussures. Superbe métaphore je viens de la trouver 🙂 il y a tout dedans : le réveil, la fuite, la manipulation, la reconstruction, le manque de limites et l’intuition que nous n’avons pas voulu écouter. Bon ça ne parles peut être qu’à moi mais j’aime bien.

        2° Les dettes laissées que nous avons toutes acceptés bah on s’en sort doucement mais sûrement (les meilleures choses prennent du temps)
        et pour mettre du soleil dans tout cela je souhaite vous crier qu’AUJOURD’HUI ! Oui AUJOURD’HUI après 2ans je viens de terminer à rembourser quasi 20.000€, seule ! bien évidemment.

        Il y 2ans1/2 j’étais enceinte, fuyant le géniteur PN de mon enfant, malheureuuuuse et endetté, complètement dépendante affective, sans revenus (j’avais quitté mon emploi en urgence, comme vous), pas d’appart, pas une petite cuillère, mais comme vous j’étais bien entourée – mes sauveteurs et c’est votre précieuse chance.
        D’abord sans emploi, puis RSA, puis boulot et tous les mois pendant 2 ans à chaque fois que je payais une mensualité, j’avançais dans ma reconstruction parfois même sans m’en rendre compte mais j’avançais.

        Alors, responsabilisons nous et prenons le temps :

        Mon mantra de tous les jours (pour vivre au présent – le temps) : Je suis vivante, je suis sur terre, c’est ici et c’est maintenant !

        Mon mantra en ce spécial day (ma responsabilité) : Cher passé, merci pour la leçon. Tendre avenir, je suis méga prête !

        Je vous envoie des rayons de soleil à tous, ça nettoient les auras de la négativité.

        Prenez soin de VOUS !

        Aimé par 3 people

      4. Bonjour @Yeslili, belle philosophie et votre métaphore me parle à moi 😉 En vous lisant , en lisant @Melanie et @Dandoha, je commence à me demander si celui que j’ai pris pour mon premier PN est bien mon premier… Lol !

        J'aime

      5. Bonsoir la femme battante @yeslili,

        Vous pouvez être fière de vous! Je vous souhaite une belle soirée.

        J'aime

    2. Bonjour Mélanie

      Je ne connais pas votre histoire donc je ne peux pas vous dire si l’homme dont vous parlez est un pervers narcissique ou non. Ce qui ressort bien, par contre, est que nous ne savons rien de vos objectifs concrets et vous donner une réponse précise sur la stratégie à adopter va être compliqué.

      D’une manière générale, dans la vie, vous devez savoir ce que vous voulez et tout mettre en œuvre RATIONNELLEMENT pour y parvenir. Vos émotions ont pris le pouvoir sur votre faculté à raisonner et cela va vous porter préjudice devant un tribunal. C’est le contrôle émotionnel qui vous permet de remporter une bataille ou de la perdre. Tiphaine a su faire passer son raisonnement avant ses pulsions, c’est le déclic qui lui a permis de comprendre l’amour de soi.

      Donc, prenez les faits, prenez les cartes que vous avez en main et jouez votre partie car vous n’en aurez pas d’autres. Commencez par accepter que cet homme mente sur vous, vous discrédite, et est un ennemi. Point. Une fois que ceci est accepté, à vous de sortir les griffes et de vous battre pour votre fille. La « peur » ne repose que sur votre imagination. Et si vous utilisiez cette imagination pour vous SOUVENIR que vous êtes une femme adulte, forte, avec un cerveau en état de fonctionnement…? Quand je vous lis, je vois aussi que vous avez l’intelligence requise pour vous en sortir.

      Rassemblez les preuves qui valident vos propos, présentez-vous sous votre meilleur jour devant le juge, montrez la vérité = que vous êtes une mère aimante et que cet homme n’a jamais joué son rôle de père. S’il a été violent et que vous pouvez le prouver, Dieu merci ! Prouvez. Si vous avez des enregistrements, c’est encore mieux. Changez la perspective : passez en mode attaque. S’il vous harcèle, c’est un cadeau qu’il vous fait puisque vous pouvez prouver qu’il est instable. Présentez tous vos FAITS de façon linéaire, neutre, sans émotion superflue. Nous croyons ce que nous voyons. Si un juge voit une femme battante, il ne croira pas les délires non fondés du père. S’il voit une femme hors de contrôle, qui semble trop faible pour prendre soin d’un enfant, c’est cette version qui sera retenue.

      La justice se base sur ce que vous prouvez et pas sur ce qui est « juste », n’oubliez pas cela. Il existe une manière de présenter la vérité pour qu’elle soit reconnue comme telle et il faut une stratégie, un plan avant même l’argumentation devant le juge.

      Bon courage.

      Aimé par 2 people

  10. Merci Scarlett pour votre réponse. Je partage tout à fait votre point de vue sur la situation. Je sais (même si c’est injuste) que c’est à moi de prouver que je suis le parent sain, et que je suis la victime (et de m’armer de patience)… même si j’aimerai qu’on me croit sans condition et remise en question de ma parole (et que ça soit régler pour pouvoir passer à autre chose), même si j’entends que la justice se base sur des preuves (ce qui est normal). Mais quand on est victime c’est tellement difficile de devoir justifier ses actes et ses ressentis, de devoir sans cesse ressasser les même évidences et accepter qu’on accorde du crédit à sa parole à lui… il faut se raccrocher aux faits, au concret, au factuel. Les émotions se gèrent ailleurs, en effet. J’ai encore 3 semaines pour me préparer à être confrontée à lui dans cette salle d’audience.
    Bref j’ai répondu à Historiacyn et mon message comporte également des éléments de réponse à votre intervention (du moins je pense). Je n’ai pas le temps de détailler davantage pour l’instant, mon devoir de maman m’appelle (pour mon plus grand bonheur) !
    Bonne journée à vous et à vos lectrices/lecteurs et encore merci

    J'aime

    1. Je vais lire plus en détail votre réponse à Historiacyn.

      Pour ce qui est de la notion de justice/injustice, je vous conseille d’avoir une vision moins égocentrée de la vie. Mettez-vous un peu dans la peau d’un juge qui ne vous connaît ni d’Eve, ni d’Adam. Comment peut-il savoir que vous êtes une « bonne » ou une « mauvaise » personne ? La réponse est qu’un juge ne raisonne pas en ces termes.

      Chacune des parties fournit ses arguments et ses preuves et c’est dessus que se base un juge. Il n’a pas de conscience universelle dans laquelle il se plonge pour voir que Mélanie est un Ange de bonté 😉

      Sortez de cette vision binaire et commencez à voir le point de vue de l’autre et comment faire pencher ce point de vue en votre faveur. Vous ne parlez qu’en termes émotionnels donc une personne comme Historiacyn sera plus à même de trouver un vocabulaire adapté à votre sensibilité. Je suis plus pragmatique et beaucoup moins dans l’émotionnel surtout quand il s’agit de défendre mes intérêts.

      Beaucoup de courage pour la suite.

      J'aime

  11. Happy Wednesday @Mélanie

    Moi votre avocate j’aurai entamé une procédure pénale pour tentative de meutre sur enfant à naître au nom du bébé 😉 en plus du procès mené par vous en qualité de ex concubine ou épouse.
    J’aurai lancé deux affaires pour bien protéger cet enfant de lui 😉 .
    1°) Concubine Vs Ex
    2°) Enfant x Vs Géniteur x ( avec l’aide de l’association es enfants maltraités)
    Oh yes yes !!!

    Vous êtes en pleine panique et vous ne vous exprimez que dans l’émotionnel. Vous n’êtes pas du tout rationnel , votre comportement vous dessert.
    Je vous conseille de demander à votre médecin de vous orienter vers un psychiatre pour une expertise post sur votre état psychologique post natale mais aussi une prescription si possible dans votre cas d’abnti stress homéopathique comme l’agnacia.
    Votre discours est éparpillé et effectivement très égocentré. Faites vous assistez parce que je n’ose imaginer les doses d’angoisses que ce nourrisson absorbe à votre contact ce qui est une évidence qui transpire votre récit.
    Vous êtes incapable de vous focaliser sur les aspects positifs de vos démarches et de votre dossier bêton, vous êstes à ce stade votre SEULE ENNEMI parce que vous laisser la PEUR dominer alors que vous avez déjà bel et bien maté ce lâche. IL est foutu il a peur de vous il a déjà compris qu’il ne fait plus le poids. Vous avez une armée avec vous, mais malgré ça vous vous laisser bercer par la terreur injustifiée à ce stade puisque vous êtes protégée légalement. Si vous continuez ainsi vous allez le faire gagner et ce sera à cause de votre incapacité à gérer votre peur.
    Si la maman ne va as bien , alors le nourrisson non plus ne va pas bien 😉
    En ce qui me concerne un homme qui vous bat est un Pervers Narcissique définitivement si en plus vous recevez les coups en pleine grossesse.

    Le jours du procès demandez à votre meilleure ami ou parent de vous accompagner pour lui tenir la main.
    MAIS DE GRACE CALMEZ VOUS et FAITES DE LA RELAXATION

    7 phrases positives à vous répéter chaque jour
    Puisque notre esprit a beaucoup plus d’influence dans notre vie que ce que nous pensons, si nous nous répétons ces phrases chaque jour, nous aurons une vie plus heureuse et comblée.
    https://amelioretasante.com/7-phrases-positives-a-repeter-jour/

    Les bienfaits émotionnels du yoga
    https://amelioretasante.com/bienfaits-emotionnels-yoga/

    Anxiété : 6 remèdes naturels pour la combattre
    Nous avons chacun notre façon de soulager l’anxiété, mais il existe certaines habitudes, comme l’exercice physique et la méditation qui font partie des plus efficaces.
    https://amelioretasante.com/anxiete-6-remedes-naturels-combattre/

    Peace,

    Aimé par 2 people

  12. Bonjour @Mélanie,

    Ce qui vous perturbe fortement émotionnellement c’est l’éventualité de ne pas avoir la garde exclusive je suppose, vous allez avoir du mal à vous concentrer sur autre chose et c’est normal. S’il y a bien un truc pour déstabiliser une mère a priori bienveillante c’est jouer sur cette peur de perdre son enfant, ça fonctionne très bien, excellent moyen de pourrir la vie d’autrui.

    Vous avez un crédit il va falloir le rembourser, il faut voir avec l’organisme comment échelonner en fonction de vos revenus, pas le choix et pas nécessaire de se rendre malade pour ça car dans tous les cas vous devrez le rembourser et c’est ainsi.
    Là ce que je vois c’est qu’il y a une échéance dans 3 semaines pour la garde de votre fille, il ne reste plus beaucoup de temps.

    Principal objectif: gestion des émotions, le dossier est béton, donc gérer ses émotions pour ne pas affaiblir vous-même votre dossier, comme il vous a été dit, focalisez-vous là dessus le reste vous verrez après, chaque chose en son temps, il faut déjà, dans votre cas, vous assurez être en sécurité vous et votre fille légalement et ne pas se disperser. Faites de la respiration abdominale @Mélanie, 5 à 10 minutes par jour suffisent, c’est gratuit, rapide et vous n’avez besoin que de vous.

    Je voulais vous apporter mon soutien et vous souhaite bon courage.

    Aimé par 2 people

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s