[Témoignage] Meredith : « J’ai des problèmes de mémoire pour situer les lieux, les circonstances, les noms… seuls mes ressentis et mes émotions restent. Pas de preuve. Je me sens minable » + Le viol conjugal

Amis lecteurs,

Je remercie la lectrice Meredith qui nous confie un long témoignage sur son mariage avec un pervers narcissique. Elle est toujours mariée à cet homme au moment de la publication de ce témoignage. Elle a entamé une procédure de divorce mais doute.

Meredith, le simple fait de témoigner sur ce blog montre que vous êtes une femme intelligente, que vous valez infiniment plus que ce traitement indigne, ainsi que vos deux enfants. Personne ne doit tolérer d’être réduit à l’état d’objet de plaisir, de défouloir. J’espère que vous trouverez le courage de faire ce qu’il faut.

Phase 3 en préparation = pré-rejet

Vous êtes en phase de pré-rejet. Si les campagnes de diffamation auprès de la famille s’accentuent, c’est qu’il a déjà sa nouvelle proie – votre remplaçante – sous le coude et qu’il doit d’abord s’assurer de passer pour le « héros » et vous, pour la mère abusive pour préparer son départ. Puisque vous êtes un monstre, il ne peut que fuir pour se protéger et protéger ses deux filles. Telle sera la version à laquelle vous allez assister dans quelques mois.

Je vous encourage à divorcer de cette personne. Il n’y a pas d’autre issue que votre destruction, soit auto-destruction, soit par la main de votre « amour ».

Le mensonge que vous vous faites à vous-même est plus dangereux que l’action du PN

Bien que votre état de dépendance ne soit pas de l’amour, je conçois qu’avec la tête dans le guidon et une estime de soi à zéro, il soit compliqué de voir la différence mais pour sauver vos neurones, vous devez vous dire que vous êtes « amoureuse d’un pervers narcissique » et que pour cela, vous devez aussi accepter de mourir psychiquement pour lui. Vous ne pouvez pas être entre les deux, j’ai d’ailleurs rédigé un article à ce propos.

C’est le mensonge que vous vous faites à vous-même qui vous rend malade, ne cherchez pas plus loin. Vous « aimez » un homme qui a pour projet de vous détruire et de détruire ces deux pauvres petites filles pour qui j’ai une infinie compassion. Il est en train de les modeler à sa convenance et vous voyez bien que leurs émotions sont en péril. Votre fille qui veut fuguer est celle qui a le plus de chance de s’en sortir parce qu’elle au moins, réagit. Elle a un tempérament de rébellion qui peut sauver son psychisme et éviter qu’elle bascule dans la perversion narcissique ou dans la maladie mentale pour échapper à cet enfer. La fugue physique sera son issue de secours mais quel danger peut-elle rencontrer dehors…?

Il y a un adage en anglais qui dit « Once a good girl has gone bad, she’s gone forever« . Autrement dit, les plus belles âmes deviennent les pires quand elles sont sévèrement blessées. Parfois, il n’y a pas de retour en arrière dans le « bien ». Si elle ne comprend pas pourquoi vous ne réagissez pas, il arrivera un moment où le lien entre vous deux sera irrémédiablement brisé.

Le projet du PN : que vous ne retrouviez jamais aucun autre homme

Quand cet homme en aura fini avec vous, vous serez exactement là où il le veut = célibataire à vie, une loque humaine dont aucun homme ne voudra. Je ne suis pas en train de vous le souhaiter, bien évidemment. Mais c’est ce que votre « cher et tendre », celui que vous « aimez » a comme programme pour vous. La toute-puissance se manifeste soit par votre suicide, soit par vous incapable d’être heureuse pendant qu’il roucoulera avec sa nouvelle compagne. C’est ce contraste qui lui apporte tout son plaisir.

La même personne qui vous détruit ne peut pas être celle qui vous aide à vous libérer. Je ne sais pas comment faire passer le message autrement. Vous attendez une aide de la part de celui qui a créé cette dynamique perverse. Cela n’arrivera jamais mais à vous de le comprendre, et cela prendra le temps qu’il faut. Que ce soit demain ou dans 30 ans, vous parviendrez enfin à cette conclusion logique.

Le viol conjugal

Ensuite, pour l’acte sexuel sans votre consentement, cela s’appelle un « viol conjugal » et c’est puni par la loi. A-t-on déjà vu un criminel livrer lui-même les preuves qui permettront son jugement…? Non, alors ne vous attendez pas à ce que votre cher et tendre reconnaisse qu’il vous a violée. Que vous ayez bu ce soir-là n’est en aucun cas une justification pour vous contraindre à un acte sexuel, quel qu’il soit. Vous avez l’information, à vous d’en faire ce que vous voulez.

Sachez que vous aimez un violeur. Ce n’est pas un jeu, d’autant plus qu’il s’agit d’un acte qui aurait pu vous blesser physiquement aussi. Il viole sa propre femme, que peut-il infliger à ses enfants ?

Bref, il est temps d’arrêter d’écouter les paroles des menteurs et des manipulateurs, mari comme belle-mère. Vous êtes la victime idéale et une bonne thérapie pour vous serait de commencer à ouvrir les yeux sur toutes les techniques que ce duo machiavélique utilise sur vous. Le coup des « yeux larmoyants » de Belle-Maman… 😉

Vos commentaires, questions et remarques ci-dessous !

A tous, restez vigilants, ayez du respect pour vous et pour vos proches ❤

Crédit photo

Bonjour Scarlett

J’ai la quarantaine et je suis maman de deux filles de 10 et 6 ans.

Je suis avec mon conjoint depuis 19 ans et mariée depuis presque 14 ans. J’ai lu la plupart de vos articles plus d’autres sites et lu deux livres de MF Hirigoyen.

J’aimerais être tellement sûre de moi. Voilà des années que j’aimerais fuir mon mari. Je l’aime pourtant, et il y a eu des moments heureux. Cependant, notre relation a toujours été compliquée et j’ai eu souvent cette sensation d’avoir un roc en face de moi ou d’avoir un homme qui crachait son venin.

Pourtant, il était adorable au début de notre relation, semblait avoir peu de confiance en lui certes, mais un bosseur, me plaisait physiquement énormément, une famille unie autour de lui, me renvoyait une bonne image de moi… J’avais trouvé la perle rare. Je me sentais tellement chanceuse après une vie familiale difficile, parfois violente et éclatée… Mon mari le sait.

Puis, peu à peu, on ne comprend pas le malaise, on se débat, on n’en fait jamais assez, on se dit que c’est de sa faute, que l’autre était fatigué quand il vous a mal parlé. Il se reprend au départ, s’excuse, vous explique qu’il n’a pas eu la même éducation, que vous êtes trop sensible, que chez les autres c’est pire, que vous avez de la chance d’être tombée sur lui car il est toujours là et qu’il fait tout pour vous faire une belle vie, confortable où on ne manque de rien, il vous fait la morale, vous apprend même à faire correctement les choses (le ménage, couper le pain, utiliser telle casserole pour cuire les pâtes). Vous vous sentez infantilisée et perdez vos repères petit à petit.

L’important c’est la famille dira-t-il. Les sorties, les voyages et les amis ce sera plus tard, qu’il est fatigué de sa semaine, que cela coûte de l’argent, que je n’ai qu’à ne pas fumer des cigarettes, comme ça nous pourrions faire des choses. En effet, il avait raison en un sens. Des arguments toujours bien ficelés.
Et lorsque les reproches ou les phrases assassines ne fusaient pas, il y avait le silence et le silence est parfois plus difficile que les mots ou les coups. Les regards de désapprobation constants et l’impression que chaque fait et geste n’est pas le bon font partie de mon quotidien.

Jusqu’à il y a 2 ans et demi en arrière, celui-ci m’insultait dès que nous n’étions pas d’accord sur un sujet. Une tentative de divorce de ma part l’a fait changer… du moins à peu près neuf mois. Une tentative de rompre après ma première fille (il y a 8 ans) l’avait aussi fait réfléchir aussi…

Il ne m’insulte plus, c’est vrai, et j’ai négocié mon indépendance financière car tout était en commun. Enfin presque… car j’ai compris que l’ampleur de la mise en commun était relative car mon mari à pas mal d’argent de côté. Je n’avais pas réalisé jusqu’à 2014.

À l’époque j’étais redevable de tout : l’argent qu’il avait investi pour notre couple, la maison, du temps qu’il passait à m’aider à la maison. Donc si je ne devais pas être satisfaite ou que j’ose lui dire quelque chose, il mettait en avant toutes ses qualités et argumentait de telle manière que je me sentais au final coupable, fautive, déraisonnable et donc illégitime.

J’ai un travail prenant et je passe beaucoup de temps sur la route puisse que je suis travaille loin de mon domicile. Je travaille dur et je suis quelqu’un d’appliquée et investie. Je ne comprenais pas le clivage entre la reconnaissance que je pouvais avoir dans mon travail et ma vie personnelle. Mon travail était devenu ma bouffée d’oxygène.

J’avais l’impression de ne jamais en faire assez pour le satisfaire. J’avais l’impression de vivre dans une cage dorée. Actuellement et depuis je ne sais quand, je me sens prisonnière, je suis désespérée et quitter quelqu’un qu’on aime n’est jamais facile.

J’ai peur. Peur de sa réaction, de tout perdre, de perdre mes enfants et de ne pas avoir assez pour les faire vivre correctement.

Je ne sais plus qui je suis, je ne sais pas si c’est moi qui déraille. J’ai l’impression d’être spectatrice de ma vie depuis trop longtemps.

Mes filles sont perturbées et moi, je doute constamment. J’ai l’impression que c’est moi la mauvaise et cela m’arrive… et lorsque que cela se produit je me sens misérable, une mauvaise mère, une mauvaise femme. Je deviens folle parfois.

Actuellement c’est d’autant plus perturbant car mon mari se rendant compte de la distance entre nous, je ne souhaite plus qu’il m’approche physiquement depuis mi-janvier, il est redevenu peu à peu gentil, prévenant, attentionné et câlin. Les câlins, je devais les quémander avant sauf quand le soir lorsqu’il avait envie de moi, c’était flagrant.

Malheureusement, l’été dernier j’ai bu de l’alcool et tellement que j’ai du m’endormir pendant un câlin avec mon mari. J’ai honte mais il a fini le travail tout seul… en me sodomisant. Pendant cet acte, j’ai du revenir à moi quelques secondes puis trou noir. Le lendemain j’ai cru que j’avais rêvé mais en allant aux toilettes… cela ne trompe pas.

J’ai occulté cet épisode au moins deux mois et à ce jour je n’ai pas retrouvé la mémoire des circonstances de cette nuit. Impossible.

J’ai dû essayer de digérer cet épisode peut-être un mois après avoir recouvert la mémoire et un soir sur un coup de colère, je lui en ai parlé. Il ne semblait pas surpris, ni offusqué vu que c’est normal entre mari et femme. Sauf que c’est une pratique qu’il sait que je n’aime pas et que j’ai essayé peut-être deux ou trois fois pour lui faire plaisir en presque 19 ans. Je n’ai eu que pour retour qu’il ne me toucherait plus au moindre alcool bu… punie… je me suis sentie punie et coupable.

Moi la fille festive qui aime bien rire et manger, mère de famille, je n’avais pas qu’à être alcoolisée. Et c’est vrai d’une certaine manière mais pourquoi avoir abusé de ma faiblesse… alcoolisé lui aussi… mais quand même…

J’ai des problèmes de mémoire pour situer les lieux, les circonstances, les noms… seuls mes ressentis et mes émotions restent. Pas de preuve. Je me sens minable. Et là, actuellement que tout va bien je devrais être heureuse ? J’y arrive pas. J’y arrive plus.

Il est tout le temps dans ma tête. Quand je fais quelque chose, j’anticipe tout ce qu’il pourrait dire et quand je me trompe sur lui je me sens dingue d’avoir mal pensé. Une ambivalence constante. Je me bats contre-moi même au lieu de construire et avancer.

Le déclic a été la peur en janvier dernier, impossible de situer exactement la scène et les mots mais c’est quelque chose qui a fait tilt quand il s’est adressé méchamment à ma grande fille . La peur a fait que j’ai mis un mois à me remettre d’un coup du lapin suite à ce choc émotionnel. J’ai vu un ostéopathe et il n’en revenait pas.

Après, tous les symptômes et comportements de mes filles m’interpellent. Ma grande qui se sent mal et comprends que son père a une attitude difficile envers moi, envers elle. Ma petite qui me parle mal, me tape parfois ou simule que je lui fais mal… Je sais qu’elle souffre d’être entre deux feux du fait d’un discours de mon mari lui disant que je lui parle mal et que je ne suis pas gentil avec lui.

Et moi je n’arrive pas à m’imposer. Plusieurs fois elle a fait son sac à dos pour partir de la maison. M’a dit ne plus vouloir exister. Que ce n’était plus mon enfant. C’est dur.

Je ne disqualifie jamais mon mari aux yeux de mes filles, c’est dur de ne pas pouvoir le défendre. Mais j’y veille. Je sais par mon histoire personnelle assez douloureuse combien il est important d’avoir ses parents et ne pas être balloté d’un bord à l’autre. C’est difficile.

Parfois j’aimerais tout laisser tombé et ne plus me réveiller. Mes puces ne méritent pas cela alors je me reprends…

C’est dur de sentir et de se dire de que nous avons raté quelque chose. Moi qui avais du positif dans l’âme à tout va, je me sens vidée. J’ai lu, tellement lu, l’emprise, la dépendance, le love bombing, les mensonges, la sournoiserie, se faire passer pour une victime… tout et j’en passe.

En février dernier lors des vacances, il a même osé dire à mon frère avec lequel je suis le plus proche qu’il s’inquiétait pour moi car je buvais trop et que dans la famille il y avait des alcooliques… que nos amis ne voulaient plus trop nous voir à cause de cela et qu’ils s’inquiétaient à mon sujet. Qu’il ne comprenait pas pourquoi il n’avait plus le « contrôle » sur moi quand je faisais des soirées festives, que je ne le calculais plus…

Il a même été dire toujours à mon frère que j’avais tabassé mes filles dans la voiture lorsque que nous étions rentrés d’une sortie… Outrée… alors soit j’ai vraiment une mémoire qui me fait défaut soit il voulait que je sache à travers mon frère sur quoi je devais me méfier…

Même à travers ma belle-mère j’ai eu quelques messages comme quoi l’éducation de mes filles n’était pas au top, que je les couchais trop tard. À cela je n’ai pas répliqué dans les détails mais je l’ai juste informée que si mes filles se couchaient tard (en fait s’endormaient tard), c’est qu’elles étaient souvent angoissées. Donc, obligée de les rassurer et d’être là. Qu’elle ne pouvait pas me renvoyer des choses qu’à moi, qu’elle ne savait rien de ce qui se passait à la maison et que son fils disait ce qu’il voulait bien lui dire. Réponse de ma belle-mère :  « j’en parlerai avec mon fils car je sais quand il me ment ». Elle avait les yeux il me semble larmoyants mais je sais que je ne pas compter sur quoi que ce soit.

Le pire c’est que ma grande me rapporte certaines choses parfois qui me choquent… par exemple : propos de ma belle-mère à ma fille, « si tu parles comme ça à ton père tu auras des problèmes à ton anniversaire »… Bref, lorsque ma grande m’a rapporté ces propos elle m’a dit : « De toute façon mamie et papa ce sont les mêmes »… que dire…

Après cet échange avec ma belle-mère, mon mari m’a parlé peu de temps après… il m’a dit qu’il n’était pas quelqu’un de manipulateur… pourquoi a-t-il utilisé ce mot ? Je suis ironique quand je vous dis cela…
Au final, pourquoi je n’arrive pas à me décider à partir ? Trop gentille, naïve, empathique, peur de l’échec, situation précaire, seule, la culpabilité, l’amour ? Même en sachant tout cela et j’en passe…
Un peu de tout cela certainement…

Depuis un mois mon conjoint est redevenu calme et je stresse car j’ai engagé une procédure de divorce mais il ne le sait toujours pas… enfin je ne suis plus sûre de rien… personne ne va comprendre, ni lui, ni mes enfants… personne. Mes enfants vont mieux depuis que l’ambiance est plus sereine.

Je suis dans l’ambivalence de rester ce qui serait pour moi comme une mort lente… ou de continuer ma procédure… ce qui me terrifie également. Peur de me tromper. D’avoir rêvé tout ce qui s’est passé…
Ma famille proche et mes amis sont au courant de ce que je vis et m’épaulent quoi que je ferai. J’ai de la chance de ne pas les avoir perdus. Je me suis souvent révoltée pour entretenir mes relations mais dans mon malheur, j’ai de la chance que mon entourage ne soit pas à proximité. D’une certaine manière cela a préservé mes relations.

Par contre, je suis à côté de ma belle famille, des « amis », de l’univers de mon mari… et ça c’est difficile, je suis sous le regard. Mes faits et gestes sont visibles. Que je sois triste ou complètement à l’extrême tout peut être interprété : tel que je fais trop la fête en soirée ou que j’apparais mutique ou déprimée…
Alors je m’enferme, je suis le mouvement, je me tais, je peux juste être moi quand je suis sure, c’est à dire des personnes qui sont proches de moi.

J’en suis devenue à un moment donné parano si vous saviez. Comme pour le dernier cadeau de Noël que j’ai eu… une enveloppe où à l’intérieur se trouvait une impression de facture d’un beau poste de radio pour ma voiture… USB, Bluetooth et GPS… avec un logiciel de tracking… exprès… coïncidence ?

Je suis fatiguée et je sais que je n’aurai jamais les réponses aux questions que je me pose. Je suis entre la peur quand il est désagréable et la tristesse quand il est gentil. Un éternel recommencement, une inconstance sans fin, l’impression de marcher sur des œufs, une profonde angoisse… Voilà.

Merci encore pour vos publications.

Je ne suis pas sortie de cet imbroglio, mais j’avance comme je peux. Malgré toute la lucidité que je peux avoir et les appuis, il n’y a que moi qui pourrai me sortir de cette prison car mon mari ne m’en donnera jamais la clé qu’il soit conscient ou inconscient de ses actes.

Meredith

Publicités

156 réflexions sur “[Témoignage] Meredith : « J’ai des problèmes de mémoire pour situer les lieux, les circonstances, les noms… seuls mes ressentis et mes émotions restent. Pas de preuve. Je me sens minable » + Le viol conjugal

  1. Bonjour Meredith.
    J’ai vécu 20 avec un PN et je suis en divorce depuis quelques mois. J’ai deux enfants de 18 et 17 ans. Les deux se sont rangés de coté de leur père, parce qu’ils savent que s’ils montrent le moindre signe de rapprochement avec leur mère, c’est la rage narcissique du père qui se déchaîne( ils sont restés avec leur père, je vis avec le RSA). Je regrette ne pas avoir divorcé avant, quand mes enfants avaient l’age des vôtres, parce plus vous attendez, plus c’est dur. Ma fille a le comportement d’un PN. Et j’aurais pu empêcher ce-la en l’éloignant de son père et sa maman qui forment le clan narcissique par excellence.
    Mais j’ai eu peur moi, aussi, il mon ex mari me menaçaient de me prendre les enfants, et je l’ai cru bêtement.
    Aujourd’hui je dois passer pour la mère méchante, et le père joue le rôle du sauveur. J’ai eu la belle surprise que la juge de notre divorce n’est pas tombé sous la manipulation de mon ex. Elle a du voir passer pas mal de PN devant elle.
    Faites vous confiance, a votre entourage qui vous soutien, et avancez. Le PN est un monstre, il ne changera jamais. Pensez a vos enfants et à leur avenir.
    Bon courage.

    Aimé par 10 people

    1. Happy Friday @Caramel

      Votre histoire pourrait en effet être comparable à celle de @Mérédith sur certains aspect.
      Sauf que @Mérédith à pour circnstance aggravante un viol dont elle ne se souvient pas le moins du monde pendant une longue période et manifeste en plus tous les symptômes d’une victime du GHB , la drogue du violeur. En plus il la sodomise , ce qui est aussi un des comportements des utilisateurs de GHB sur leurs victimes afin de matérialiser un fantasme de domination très machiavélique, et son états suite à se viol ne laisse aucun doute sur ce qu’il lui a fait subir.
      Personnellement,je doute que ce soit la première fois qu’il utilise ce genre d’abus et de violence sur @Mérédith entre autre…

      Il s’agit donc pour @Mérédith de se mettre elle et ses enfants immédiatement à l’abri . Parce qu’il est couvert par sa mère qui est elle visiblement un sacré morceaun en terme de machiavélisme et manipulation mentale.
      La mère de ce violeur est enrivalité avec @Mérédith depuis toujours ( donc rapport affectif mal sain avec son fils).
      @Mérédith vit avec un sociopath, seule se sera extrêmentdifficlemais pas infaisable.
      Personnellement , les grands-parents qui font des chantages au cadeaux d’anniversaires, par exemple sans motivation réelle, je ne les aiment pas du tout .
      J’inciterais aussi @Mérédith à ne rien consommer venant de cet homme dans la maison, uniquement ce que vous avez acheté et vous encourage à ne boire que de l’eau dans des bouteilles et verres transparents y compris chez la beldoche au cas où.
      Si possible ne rien consommer venant de leurs mains à lui et elle.

      Un refuge s’impose pour cette dameet ses deux filles avec un signalement aux autorités.

      Peace,

      Aimé par 4 people

  2. @Meredith,

    Je vous cite : “Malheureusement, l’été dernier j’ai bu de l’alcool et tellement que j’ai du m’endormir pendant un câlin avec mon mari. J’ai honte mais il a fini le travail tout seul… en me sodomisant. Pendant cet acte, j’ai du revenir à moi quelques secondes puis trou noir. Le lendemain j’ai cru que j’avais rêvé mais en allant aux toilettes… cela ne trompe pas.

    J’ai occulté cet épisode au moins deux mois et à ce jour je n’ai pas retrouvé la mémoire des circonstances de cette nuit. Impossible.”

    “J ’ai dû essayer de digérer cet épisode peut-être un mois après avoir recouvert la mémoire et un soir sur un coup de colère, je lui en ai parlé. Il ne semblait pas surpris, ni offusqué vu que c’est normal entre mari et femme.”

    “ Après, tous les symptômes et comportements de mes filles m’interpellent. Ma grande qui se sent mal et comprends que son père a une attitude difficile envers moi, envers elle. Ma petite qui me parle mal, me tape parfois ou simule que je lui fais mal… Je sais qu’elle souffre d’être entre deux feux du fait d’un discours de mon mari lui disant que je lui parle mal et que je ne suis pas gentil avec lui.”

    VOUS AVEZ ETE VIOLEE PAR VOTRE PROPRE MARI …VOUS ETES DANS L’INCAPACITE DE VOUS PROTEGER ET PROTEGER VOS FILLES DE CE MONSTRE.
    VOUS JOUEZ A LA ROULETTE RUSSE AVEC LA VIE DE CHACUNE DE VOS FILLES ET PIRE ENCORE.

    JE VOUS INVITE A FAIRE EXPERTISER VOS DEUX ENFANTS IMMEDIATEMENT. ET A CONSULTER UN AVOCAT POUR ENFANT D’ABORD SEULE AFIN DE LUI RACONTER VOTRE SITUATION.
    D’APRES CE QUE VOUS ECRIVEZ , LES ATTITUDE DE VOS FILLES SONT DES SIGNAUX D’ALERTES GRAVES LOURDS . VOS DEUX ENFANTS NE SONT PAS DU TOUT EN SECURITE ET NE L’ONT JAMAIS ETE DEPUIS TROP LONGTEMPS.

    Ce que vous interprétez avec vos mots et non ceux de votre fille: “ son père a une attidtude difficile envers elle…” : J’ai un très mauvais préssentiment , et je m’arrêterai là.

    Je refuse de lire la suite de votre témoignage après ces passages , tant que deux enfants sont manifestement sous la coupe d’un individu DANGEREUX extrêment DANGEREUX. De plus vos relations à vous @Meredith avec l’alcool ne vous permettent pas de les protéger la nuit ni durant leurs sommeils, ni durant le vôtre.

    Aimé par 8 people

      1. Happy Saturday @historiacyn,

        Il faut toujours se préocuper particulièrement d’un enfant qui à défaut de verbaliser spontanément, s’exprime plutôt par des actes de violence soit vis à vis d’autrui ou vis à vis de lui même, surtout dans ces deux tranches d’âges. L’enfant tente de dire quelque chose de plus grave que ce qu’il manifeste et réclame de l’attention particulière et surtout la preuve de la part de l’adulte qu’il peut lui faire confiance. Or dans le cas de @Mérédith la violence à l’égard de la mère est justement une façon de lui dire qu’elles n’ont pas confiance en elle. La maman n’est pas dans son rôle de protecteur émotionel psychologique ni légal, la maman est en danger et dangereuse pour elle même. Nous sommes déjà dans le cas de @Méédith d’enfants maltraitées, par l’incapacité de la mère qui brandit la carte de divorce pour obtenir de l’affection pour elle au mépris de ses propres enfants et leurs sécurités.
        Je pense que le travail scolaire et comportement scolaire de ses deux filles doivent quelque part exprimer la souffrance de ses enfants. Les deux filles de @Mérédith doivent être prises en charge psychologiquement immédiatement, elles ont certainement vues des choses qu’elles ne devraient pas voire ou entendre. Méfiez -vous de vos enfants qui dorment la nuit quand ils evoluent dans des foyers violents. L’avocat(e) de @Mérédith devrait alerter les services sociaux à mon avis ou encoremérédith elle même. Il faut sortir ces deux enfants de ce bordel dans tous les sens du terme au pire les placer temporairement dans des foyers dignes de ce nom et sécurisés.

        xooxoxo

        Aimé par 2 people

      2. @Historiacyn,

        Pour ce pervers narcissique la mère et fille sont une seule et même pointure : “c’est quelque chose qui a fait tilt quand il s’est adressé méchamment à ma grande fille “ .
        Au mieux du pire , il pourrait y avoir attouchements sexuels dans le sommeil ou la mater ….

        Aimé par 4 people

      3. J’ai mal pour ces petites… Je sais que ça existe , je fais preuve de philosophie sur plein de sujets mais alors tripoter des enfants et pire, ça, c’est quelque chose qui me révolte ! Je crois qu’on ne peut pas faire pire pour détruire un enfant… Enfant par définition innocent… Je ne m’y habituerais jamais ! Je ne le souhaite pas , ceci dit… Lire un témoignage , c’est comme entrer un instant dans l’intimité d’une personne et quand cette intimité est à ce point, sombre, perturbant n’est même pas le qualificatif approprié ! 😳

        Aimé par 2 people

      4. Happy Saturday @Historiacyn,

        La réponse à ta crainte est juste là : “ Plusieurs fois elle a fait son sac à dos pour partir de la maison. M’a dit ne plus vouloir exister. Que ce n’était plus mon enfant. C’est dur.” 😉

        Aimé par 2 people

      5. Elle dit qu’elle veut partir, (réaction d’adulte) , que ce n’est plus l’enfant de sa mère, que ce n’est plus une enfant tout court en fait… 😰

        Aimé par 3 people

    1. Bonjour Dandoha
      Je vous trouve très dur dans vos propos. Je pense faire tout ce qui est possible de faire actuellement pour moi et mes enfants. J’oeuvre en silence comme beaucoup de personnes qui ont à faire à ce genre de personnalité. Ce n’est que de la simple survie peut-être mais j’avance pas à pas. Entre la prise de conscience, comprendre à qui j’ai à faire, en être sure, la tristesse, la honte, la culpabilité et l’acceptation… j’en passe…
      je ne fais pas rien pour me protéger et protéger mes enfants.
      je fais suivre mes enfants depuis l’année dernière : Psy et ostheopathe.
      J’ai tapé à toutes les portes : médecin, conseillère conjugale, assistante sociale, psychiatre, avocats et amis pour moi…
      Ça prend du temps toutes ces démarches. Mes journées sont souvent des marathons. Je passe 3h sur la route chaque jour pour travailler. Le travail c’est ce qui m’a gardé le peu d’indépendance et d’estime qu’il me reste et c’est une de mes portes de sortie. Je ne lâche pas. De plus avec les émotions, le doute, le chaud et le froid que je peux subir, je ne peux pas faire le deuil du jour au lendemain de toute cette histoire.
      Alors je fais semblant et j’essaie de contre manipuler comme je peux en attendant la fin de ce calvaire. C’est beaucoup de pression, d’énergie et de patience à déployer pour une seule personne.
      Mon histoire d’enfant se mêle à tout cela également et je dois affronter les démons de ma jeunesse.
      Le phénomène d’emprise est terrible et je me raccroche à tout ce que je peux pour garder ma tête. Mes proches comme je les appele « mes piliers » ont bien compris que je ne pouvais pas faire ce dont je n’étais pas capable et, leur amour inconditionnel et leur non jugement me permettent de trouver la force et me voir d’une façon positive car la petite voix du PN est toujours derrière à vous dénigrer, vous rabaisser, elle biaise la vérité, elle s’immisce comme du venin car c’est ce que vous avez vécu et cru pendant très longtemps. Sachez également que ma relation avec l’alcool qui est festive comme la plupart des personnes sensées que je connaisse, a été certainement un exécutoire parfois voire souvent avec du recul. Mais ce que je peux dire c’est que depuis la première prise de conscience que j’ai eu, l’envie de faire une soirée arrosée est passée sans le moindre effort. Je reste vigilante. Je vois maintenant le jeu qui s’opère pour que mon conjoint passe pour quelqu’un de bien auprès de tous, de moi, de mes enfants et ça aussi c’est dur à avaler… tous les jours je dois me rappeler que cette personne est mauvaise pour moi et qu’elle m’a fait du mal. Que tout cela c’est du vent… en attendant que mes préparatifs avancent… #Meredith

      Aimé par 5 people

  3. Bonsoir @Meredith, je suis toujours peinée quand je lis le témoignage d’une personne qui refuse de se sauver… Vous semblez informée et lucide d’une certaine manière , confuse et contradictoire à d’autres… Essayez d’oublier les mots « amour » et « bons moments  » par exemple, ce ne sont que des leurres, ce sont les boulets qui vous empêche de vous éloigner de lui… Vous avez lancé la procédure de divorce c’est que vous vouliez le quitter, il n’est peut-être pas au courant mais il sent que vous êtes distante, voilà pourquoi il est gentil en ce moment… Les années passées à ses côtés sont révélatrices de ce qui se passera ensuite. Pourquoi douter ? Vous savez que cela ne durera pas… Je suis horrifiée par le fait que vous viviez encore sous le même toit qu’un violeur pervers… Je conçois que vous soyez choquée, perdue mais @Meredith , il faut vous reprendre ! Vous vous dirigez lentement vers votre mort, au moins psychique si elle n’est pas réel . Mais il finira par avoir votre peau. C’est de cela que vous devriez avoir peur. Pas de l’affronter pour divorcer. ⚠️Vous êtes en danger. ⚠️ J’espère sincèrement que vous allez choisir de vivre. Votre fille aînée est intelligente, elle à cerné son père et sa grand mère, ce n’est pas son rôle , à 10 ans d’éclairer sa maman mais vous devriez écouter attentivement ce qu’elle vous dit. Et si j’ai bien compris , c’est la deuxième qui vous dit « je ne suis plus ton enfant  » , vous ajoutez « c’est dur » , savez vous pourquoi vous en veut-elle et vous rejette ? Parce qu’elle vous en veut de ne pas les protéger sa soeur et elle, de ne pas vous sauver. C’est tout ce qu’elle a , sa colère contre vous , elle doit subir une situation qu’elle n’a pas choisi. À six ans, même à dix, on n’est pas armé pour ça… Vos filles sont les deux victimes de ce mariage désastreux. Elles doivent regarder leur mère dépérir , subir leur tyran de père et sa mère, c’est pour ELLES, que c’est dur surtout… Aucun enfant ne mérite ça. Elles ont toute ma compassion. Autre chose me vient : Vous n’êtes pas parano , évidemment que ce cadeau de Noël avec GPS et logiciel de tracking c’est pour vous pister… Ayez Confiance en vous ! Vous êtes intelligente. Battez vous , pour vos petites filles , pour vous , choisissez la vie ! Elle peut être belle , je vous l’assure. Je vous envoie un camion de force et de courage pour y parvenir ! Bien à vous

    Aimé par 3 people

    1. Merci historiacyn pour vos conseils et vos encouragements
      Le plus difficile c’est de voir le regard de mes filles qui changent selon ce que mon conjoint fait. Parfois, elles peuvent m’en vouloir et monsieur passe pour le gentil. Et moi, il faut que j’encaisse et ne pas faire la même chose que lui. Ne pas crier, ne pas le dénigrer, ne pas le repousser, j’essaie d’exprimer mes désaccords, continuer l’éducation de mes filles. Rester constante. Pas évident de passer sous silence toutes mes émotions.
      @Meredith

      Aimé par 1 personne

    2. Merci historiacyn pour vos conseils et vos encouragements
      Le plus difficile c’est de voir le regard de mes filles qui changent selon ce que mon conjoint fait. Parfois, elles peuvent m’en vouloir et monsieur passe pour le gentil. Et moi, il faut que j’encaisse et ne pas faire la même chose que lui. Ne pas crier, ne pas le dénigrer, ne pas le repousser, j’essaie d’exprimer mes désaccords, continuer l’éducation de mes filles. Rester constante. Pas évident de passer sous silence toutes mes émotions.
      @Meredith

      Aimé par 1 personne

      1. Mais Pourquoi attendre si le regard de vos filles est si transperçant pour votre cœur de maman ??? J’ai vraiment envie de vous secouer , sans méchanceté mais je suis désespérée pour vos pauvres enfants, ayez pitié d’elles au moins… Sortez les de là !

        Aimé par 1 personne

  4. Bonsoir,

    @Scarlett votre intro est vraiment juste
    J’appuie les conseils juridiques et de prise en charge psychologique de @Dandoha
    @Meredith, votre témoignage est tragique, vous avez la possibilité de relever la tête en sauvant les liens les plus sincères que vous avez dans votre vie, ceux avec vos filles. Voilà ce que je voudrais dire en plus des précieux conseils que vous venez d’avoir dans les commentaires précédents.

    Vos points forts @Meredith pour mieux gérer les conséquences du divorce:

    ***Vous avez un emploi qui vous cadre et vous canalise, vous aurez des revenus (le niveau de vie baisse souvent après une séparation cependant qu’est-ce qui compte le plus, la sécurité et la santé psychique de vos filles ou les biens matériels?).

    ***Vous avez réussi à garder des liens avec votre entourage, ce qui est rare après une vie maritale avec un PN, vous aurez des proches sur qui vous pourrez compter dans les moments difficiles et ce malgré les mensonges du PN, ce qui prouve qu’ils sont incorruptibles donc fiables.
    En somme vous ne repartirez pas à zéro, vous aurez la chance d’avoir un soutien moral et des ressources financières ce qui est rarement le cas après une vie maritale avec un PN dont le but est de vous terrasser.

    ***Vous avez 2 enfants avec qui vous avez une vie épanouie à enfin vivre et plein de belles choses à découvrir ensemble.

    Mes conseils:

    Ne sous-estimez pas la souffrance de votre 2ème fille celle qui semble plus réservée car moins expressive, elle souffre au moins autant que sa soeur si ce n’est plus, chaque enfant exprime sa souffrance à sa manière donc psychologue pour les deux.

    Emmenez vos filles dans votre famille et voir vos amis qui ont sûrement des enfants pour certains, autant que possible, le fait de voir des personnes fonctionnant normalement et non sur un mode de prédation comme le clan narcissique constitué par votre futur ex-mari, votre future ex belle-mère et consort, les aidera fortement à ne pas reproduire la perversion narcissique.

    Bon courage

    Aimé par 4 people

  5. Bonjour Meredith,

    Je suis très touchée par votre témoignage de part certains aspects qui résonnent chez moi dans ce que j’ai vécu par le passé.
    Je ne vais pas revenir sur la partie évoquée par Dandoha ; j’espère que vous avez bien lu ce qu’elle vous conseille. (mais s’il vous plait, relisez la encore).
    Moi, en revanche, je vais vous parler de cet état de fantôme dans lequel vous évoluez depuis longtemps. Trop longtemps.

    Plus vous boirez, plus vous vous éloignerez de vous-même, plus vous aurez des absences, des trous de mémoires, un GPS INTERNE défaillant, (tiens, justement…) et une perte complète de repères.
    En clair, vous avez quitté votre corps. Vous êtes morte-vivante. Vous n’avez plus aucun discernement. Vous êtes une poupée de chiffon. Le pire est à venir si vous ne réagissez pas tout de suite.

    Vous ne pourrez rien acter de concret et de valable tant que vous serez ainsi coupée de vous-même.

    Vous avez besoin d’ancrage, de vous recentrer, de redescendre dans la matière.
    Je vous vous donne quelques pistes. Ca vaut ce que ça vaut, mais c’est gratuit, à portée de chacun, et ne vous dispense pas de consulter des pros de santé mais ça vous le savez en théorie.

    – CESSER toute absorption d’alcool sous quelque forme que ce soit
    – Manger beaucoup de légumes racines (pommes de terre, carottes, panais etc…)
    – Marcher pieds nus dans l’herbe, le sable, la terre etc…
    – Postures de yoga simples le matin pour rééquilibrer vos énergies (allez voir sur youtube)
    – Méditation (cf youtube, courtes ou longues, il y en a de toutes sortes, ça libère de l’état émotionnel malsain et aide à prendre de la distance)
    – Ouverture et travail sur votre premier chakra, celui de la base (j’insiste là-dessus)
    – Porter une pierre de tourmaline noire ou de quartz fumé sur vous
    – Respirer des huiles essentielles comme du romarin, de la menthe poivrée ou du Nard
    – Ne pas dormir trop, pratiquer une activité physique pour retrouver son corps

    Il y a plein de petites choses à faire comme ça dans la journée. Petit à petit, vous reprendrez contact avec vous-même. Je pense qu’il s’agit d’une priorité absolue chez vous. Le reste sera beaucoup plus simple à appréhender quand vous vous serez retrouvée. Vous ne douterez plus.

    Le plus important : retrouver votre discernement. Ca se réapprend.

    Commencez tout de suite.

    Aimé par 3 people

    1. Lady Isabel

      Ne serait-ce pas une synchronicité justement ? Le coup de grâce du pervers narcissique : il lui offre un GPS externe parce qu’il voit bien que la gestion interne de Meredith est out.

      Quel beau clin d’œil aussi du destin. Il lui offre un GPS à Noël, elle lance une procédure de divorce, et en juin, son témoignage est publié. Je pense que le processus de fin est entamé.

      Son mari le sait (c’est lui qui tire les ficelles), elle le sait de plus en plus consciemment. Il y a quelque chose qui se prépare et je suis persuadée qu’il prépare son grand final comme je l’ai écrit dans mon introduction. Il a déjà prévu le scénario final, il peaufine les détails.

      Soit elle arrivera à utiliser son GPS interne, soit elle tombera victime du puppet master qui la manipule de l’extérieur. Le calme avant la tempête.

      💋

      Aimé par 7 people

      1. Plus pervers que cela , tu meurs… J’en ai fait des cauchemars cette nuit, c’est rare qu’un témoignage me fasse aussi froid dans le dos. C’est un fou dangereux ce type !

        Aimé par 2 people

      2. Oui, cet homme est dangereux. Il est la parfaite représentation du pervers narcissique. On a tous les critères cliniques réunis ici.

        Maintenant il ne reste que la mise à mort des victimes et le tableau sera complet.

        C’est perturbant de toucher du doigt le pire de la nature humaine, décrit dans un tel détail. Tous ces pervers sont « sales » parce qu’il n’y a aucune limite en eux, aucune morale. Ça donne juste envie de fuir, de respirer un air pur. Ne plus jamais revivre ça.

        Ils sont « dégueulasses ». Je n’ai que ce terme qui me vienne les concernant. Une vraie envie de vomir en leur présence. Ces individus valent moins que zéro.

        Aimé par 5 people

      3. Oui chère @Scarlett, j’aimerais tellement hurler à @Meredith de se tirer avec ser filles sans attendre qu’il achève son plan…La secouer !ais elle le dit elle même : Elle seule le peut… C’est chaque minute avec lui qui devrait lui faire peur, de toutes manière à ce stade , elle n’a une chance que si elle s’en va ! Il faut mesurer les risques , là c’est tout vu , quitte à risquer la vie de mes enfants et la mienne , je choisis de les risquer en combattant, plutôt qu’à genoux… Et tout vaut mieux qu’une minute avec cet homme, un foyer , les ponts , la cavale , je n’en sais rien mais je sortirais mes enfants de ça illico , quitte à réfléchir après… Elle ne se rend même pas compte de sa dangerosité… Elle doit être régulièrement droguée, pour être à ce point déconnectée, ce n’est pas possible … Déjà , même très alcoolisée, ne pas réussir à se réveiller par la douleur, en pleine sodomie , alors qu’il y a « des dégâts » le lendemain, ce n’est pas normal… C’est vraiment glauque… Je ne peux pas croire qu’elle ferme les yeux sciemment, non , je ne peux pas, c’est surréaliste …

        Aimé par 2 people

  6. Bonjour @Historiacyn,

    Moi aussi j’en ai fait des cauchemars, c’est rare que j’absorbe autant un témoignage. Dans mon cas ça a
    @Scarlett, je suis tout à fait d’accord avec vous pour la phase pré-rejet et le projet du PN, c’est exactement ce qu’a fait mon géniteur PN à ma mère après 20 ans de mariage concernant le processus, le calme avant la tempête et la campagne de diffamation. Voilà pourquoi je pense que vous avez totalement raison il prépare le grand final et a déjà quelqu’un, c’est pour ça que mon géniteur s’est retrouvée avec une autre femme du jour au lendemain, il avait préparé son coup.
    C’est probablement même le mari de @Meredith qui va finir par divorcer plus vite que @Meredith si elle reste dans cet état.

    Aimé par 3 people

    1. Bonjour @Hellosunshine, je ne suis pas surprise, nous avons des profils similaires… 😉 D’habitude, j’arrive aussi à « maîtriser » mes émotions mais là, je suis horrifiée par la noirceur de la description de son mari , je suis touchée particulièrement pour les deux filles innocentes de @Meredith… J’espère me tromper mais je crois que cet odieux personnage ne se contentera pas de divorcer avant elle, ce serait une happy end et ça ne peut pas finir aussi bien avec un tel être hélas… Je pense vraiment au pire , je ne sais pas exactement quoi mais ça sent très mauvais cette histoire ! Peut-être réussira t il à détruire le peu de raison qu’il reste à @Meredith pour la faire interner, par exemple, afin de la faire taire, de garder les petites et d’en faire ce qu’il veut avec son horrible mère… Elles sont vraiment en danger… J’espère que le fait de témoigner aidera @Meredith à en prendre conscience… À déposer plainte pour viol conjugual si ce n’est pas fait même si il aurait été mieux de le faire en se faisant examiner, pour accréditer ses dires par le constat de ses lésions et celui d’ examens toxicologiques… Il n’est pas trop tard tant que la prescription n’est pas atteinte… @Meredith et ses filles sont les otages de ce malade (otage me semble approprié. Elle dit être constamment surveillée…) Qu’elle demande de l’aide en urgence de grâce, elle ne peut condamner ses filles comme ça ! Je souhaite lire bientôt de bonnes nouvelles les concernant… D’ici là, je vous souhaite journée @Hellosunshine, ainsi qu’à tous ! 💋

      Aimé par 1 personne

      1. Ah cette histoire de profils similaires 👯ça m’impressionne quand même @Historiacyn😂

        Oui espérons lire de bonnes nouvelles pour @Meredith et ses filles, belle journée à vous 💋

        Aimé par 2 people

  7. Bonjour @Historiacyn,

    Moi aussi j’en ai fait des cauchemars, c’est rare que j’absorbe autant un témoignage.
    @Scarlett, je suis tout à fait d’accord avec vous pour la phase pré-rejet et le projet du PN, c’est exactement ce qu’a fait mon géniteur PN à ma mère après 20 ans de mariage concernant le processus, le calme avant la tempête et la campagne de diffamation.

    Voilà pourquoi je pense que vous avez totalement raison il prépare le grand final et a déjà quelqu’un. Mon géniteur s’est retrouvée avec une autre femme du jour au lendemain, il avait préparé son coup aussi, d’ailleurs cette nuit dans mes cauchemars je me suis souvenue de rumeurs car ma mère avait rencontré un autre homme après son divorce et les bruits disaient que cet homme était persécuté par mon père, mais j’ai ressenti une sensation lourde, c’était un harcèlement vraiment grave d’après ce que je ressens en terme d’émotions mais j’étais très petite je ne me souviens pas bien. En tout cas ce souvenir a surgi brutalement car je ne m’en souvenais pas. Les similitudes s’arrêtent là car mon géniteur n’était pas un violeur.

    C’est probablement même le mari de @Meredith qui va finir par divorcer plus vite que @Meredith si elle reste dans cet état.
    Après son départ elle sera à terre foudroyée, et sans son déclic personnel elle peut rester comme ça des années ou toute une vie car c’est son but à lui, qu’elle ne refasse pas sa vie, qu’elle soit seule et désemparée quand lui va roucouler avec sa nouvelle proie, exact@Scarlett.
    @Dandoha, donc il la drogue et la viole c’est pas un mari ça c’est un déchet nucléaire.

    Les PN sont des criminels qui font des crimes abominables sans aucune goutte de sang je vous avoue que là tout de suite je suis révoltée par ces êtres ignobles.

    Aimé par 2 people

    1. Happy Saturday @Hellosunshine

      Vous dites « @Dandoha, donc il la drogue et la viole c’est pas un mari ça c’est un déchet nucléaire. »

      Il ne l’a pas drogué uniquement pour la violer à mon avis, mais je n’ai pas suffisament d’élément pour l’affirmer.

      Par contre là oui il l’a drogué c’est certain, puis l’a violé oui mais pas seulement:

      Je démontre :
      1°) Il se plaint au frère de ne plus être en mesure de la controler durant les « Party » qu’elle organise: je cite : « Qu’il ne comprenait pas pourquoi il n’avait plus le « contrôle » sur moi quand je faisais des soirées festives, que je ne le calculais plus… »

      En d’autres termes il prévient le frère que sa perte de contrôle sur elle lui est insupportable. Visiblement il a l’intention d’y remédier le PN déteste le mépris.

      2°) elle écrit: « J’ai des problèmes de mémoire pour situer les lieux, les circonstances, les noms… seuls mes ressentis et mes émotions restent » Avec l’alcool vous devenez amnésique certes éventuellement des troubles du langages et de la logique mais le maintien de souvenir des ressentis et des émotions relève du chimique ( anti dépresseurs par exemple, myorelaxant, anti douleurs etc…), les symptômes sont trop ciblés pour mettre tout uniquement sur le compte de l’alcool même si je suis convaincue que @Méréditth souffre d’alcoolisme ( à partir du moment ou vous buvez au point d’en perdre le contrôle de vous même il n’y a pas de doute sur la question).

      3°) « j’ai bu de l’alcool et tellement que j’ai du m’endormir pendant un câlin avec mon mari. J’ai honte mais il a fini le travail tout seul… en me sodomisant. Pendant cet acte, j’ai du revenir à moi quelques secondes puis trou noir. Le lendemain j’ai cru que j’avais rêvé mais en allant aux toilettes… cela ne trompe pas. » écrit elle:
      Pendant un acte de sodomie elle reviens à elle quelques secondes puis c’est le trou noir.
      Sur le plan de sa mémoire elle a des flashs….

      Attention ! avec le GHB la marge entre les doses actives et le surdosage est faible, les effets secondaires, en fonction de leur intensité et de leur persistance, doivent alerter :

      maux de tête, vertiges, étourdissements,
      nausées et vomissements,
      somnolence,
      confusion,
      amnésie (« trou noir ») en cas d’association avec l’alcool en particulier.

      RISQUES ET COMPLICATIONS
      Le principal risque de l’usage de GHB, même occasionnel, est le surdosage car la marge entre les quantités de GHB nécessaires pour obtenir les effets recherchés et celles entraînant des effets toxiques indésirables est très faible.

      Un surdosage peut provoquer des nausées, des vomissements, des vertiges, une somnolence, une détresse respiratoire et une perte de connaissance qui peut aller jusqu’à un coma dont l’usager sort habituellement en quelques heures sans séquelle mais en ne gardant le plus souvent aucun souvenir de ce qui s’est passé après sa consommation.

      Toutefois, plusieurs cas de surdosages mortels (par arrêt respiratoire, chute de la tension artérielle, baisse de la température corporelle (hypothermie) et/ou convulsions) sont survenus lors d’usages associés avec de l’alcool ou d’autres drogues.

      Autres risques :

      irritations de la bouche et de l’œsophage dues à la présence d’hydroxyde de sodium,
      irritations cutanées en cas de contact avec la peau.

      4°) Un pénis humain qui fait autant de dégâts sur une personne inerte avec qui il n’a pas besoin de se débattre ni se forcer, totallement à sa merci ?!!!
      Au point qu’en allant au toilette le lendemain elle le ressente encore?!!!

      Aimé par 2 people

      1. On en finit pas de nager dans l’horreur là… Quand tu cites, les choses deviennent plus claires, c’est bizarre… 😉 Merci pour les infos sur le GHB , Ça peut servir à tout le monde un jour même si on ne le souhaite pas.

        Aimé par 2 people

  8. Historyacin,
    Tu sais, je pense que même très alcoolisé on peut sentir cet genre d’extrême sur le moment. Juste que Meredith ne s’en souvient pas. C’est très différent.

    Tu dis juste. Elle est « déconnectée ». Oui. Totalement et complètement.

    Vous vous souvenez de ce titre de Maître Gims ? Voici les paroles :

    « Ma raison somnolait
    Ma conscience me conseillait
    Mon subconscient m’déconseillait
    Mais mon esprit veut s’envoler
    Ma raison somnolait
    Ma conscience me conseillait
    Mon subconscient m’déconseillait
    Mais mon esprit veut s’envoler
    Stop, repense à tes mômes
    De quoi tu me parles?
    Mâche un peu tes mots
    T’es parano
    Manipulé par un autre
    Qui t’laisse croire que le monde est noir
    Mais trop tard
    Perdu dans un brouillard
    T’es parano
    Manipulé par un autre
    Tu n’es que l’ombre de toi-même
    Ta raison se déchire
    Tu défies tes désirs
    Laisse-toi tomber
    Retire ces chaînes
    Qui te freinent, qui te freinent
    Stop, je tisse des liens, j’en perds le fil
    Bâtis ma vie, construis dans l’vide
    Les gens me disent, « L’espoir fait vivre »
    Comment m’faire vivre, je suis un zombie
    Je suis un zombie
    Je suis un zombie
    Stop, calme un peu les choses
    Là, tu réalises
    Que tout n’est pas si rose
    T’es parano
    Manipulé par un autre
    Tu n’es pas si différent des autres
    T’as commis des fautes
    Chacun ses défauts
    T’es parano
    Manipulé par un autre
    Tu n’es que l’ombre de toi-même
    Ta raison se déchire
    Tu défies tes désirs
    Laisse-toi tomber
    Retire ces chaînes
    Qui te freinent, qui te freinent
    Stop, je tisse des liens, j’en perds le fil
    Bâtis ma vie, construis dans l’vide
    Les gens me disent, « L’espoir fait vivre »
    Comment m’faire vivre, je suis un zombie
    Je suis un zombie
    Je suis un zombie
    Ma raison somnolait
    Ma conscience me conseillait
    Mon subconscient m’déconseillait
    Mais mon esprit veut s’envoler
    Ma raison somnolait
    Ma conscience me conseillait
    Mon subconscient m’déconseillait
    Mais mon esprit veut s’envoler
    Mon esprit veut s’envoler
    Mon subconscient m’déconseillait
    Mais mon esprit veut s’envoler
    Mon esprit veut s’envoler
    Mon subconscient m’déconseillait
    Mais mon esprit veut s’envoler
    Stop, je tisse des liens, j’en perds le fil
    Bâtis ma vie, construis dans l’vide
    Les gens me disent, « L’espoir fait vivre »
    Comment m’faire vivre, je suis un zombie
    Je suis un zombie
    Je suis un zombie

    Aimé par 5 people

  9. @Meredith:
    Quand j’ai lu les commentaires de Scarlett avant votre témoignage, je me suis dit ce que je me dis de plus en plus souvent: ils sont conçus en série ces gens, quand même.

    Avec le mien, on a vécu une première tentative de séparation en 2011. Il me salissait auprès de sa famille et avait déjà trouvé la nouvelle, avec qui il me trompait allègrement depuis 1 mois. Seulement quand j’ai commencé à me détacher sentimentalement, il m’a harcelée et est revenu… pleurer dans mes bras.

    Ce qui a précédé notre séparation définitive jusque Juillet 2015 était un rejet de sa part. Il s’est littéralement amusé avec moi, avec mes sentiments, avec ma confiance.
    Aujourd’hui je réalise, avec le recul, que si après cette séparation j’ai (peut-être trop) rapidement été sur des sites de rencontre sur Internet c’est aussi pour me persuader qu’il mentait sur ma capacité à retrouver quelqu’un. Je conçois que ce soit un risque inconsidéré comme ont pu le dire Dandoha ou d’autres, je veux bien l’admettre mais paradoxalement ça m’a redonné confiance en moi (c’est bête mais voilà, je reviendrai là dessus en fin de commentaire). Je me souviens que l’Ex, quand je lui ait dit, il a voulu me culpabiliser et me dire que je ne l’avais jamais vraiment aimé…

    En parlant d’amour… Aujourd’hui, 2 ans après, je ne suis même pas sûre que je l’ai vraiment aimé. Je crois que c’était juste de l’emprise. Meredith, il faut que vous vous disiez ça: c’est de l’emprise et de la dépendance affective, rien d’autre. Quand vous l’aurez quitté vous aurez l’impression d’être en manque au début. il va falloir vous entourer de cette famille et ces amis qui sont encore là.

    NE LE LAISSEZ PAS prendre vos enfants, allez voir un psy pour vous aider, reprenez confiance en vous, faites la fête, du sport, faites des projets, vous n’avez pas besoin de sa permission.

    Je reviens sur mon témoignage et reprendre les commentaires que j’ai reçus. J’ai été taxée de mère inconsciente pour avoir exposé trop tôt mes enfants à un nouvel homme dans ma vie. Bon, j’admets que j’ai été vite. J’ai pris un risque, c’est vrai.
    A ceux qui voulaient tellement savoir comment vont mes enfants: mieux. J’ai réussi à établir une relation saine, aimante, faite de câlins, de respect, d’échanges dans les bons et mauvais moments. Mon aîné, qui disait ne plus vouloir voir son père, se sentait mal car il se sentait abandonné par lui (il ne les voit plus, de son plein gré, depuis Avril 2016). Mon cadet parle souvent de fuguer, il angoisse et a du mal à se sentir chez lui, surtout depuis que nous avons un droit d’hébergement.

    Alors, tant mon compagnon que moi, nous prenons à coeur de les rassurer, leur dire qu’il n’y a pas de conflit d’affection de notre côté, qu’ils ont aussi le droit de parler de leur père évidemment, de poser des questions, de l’aimer tout simplement et s’il revient ils le verront en milieu surveillé. Je dialogue très souvent avec le cadet pour lui montrer qu’il a toute sa place et son importance dans notre famille.
    Depuis qu’on a ouvert ces dialogues, il y a moins d’angoisses et de colères.

    Après, je peux aussi expliquer ce qui m’a fait prendre ces « risques » après le rejet de l’autre. La peur de m’enfoncer plus bas et que mes enfants me perdent.
    Oui j’ai rencontré des hommes sur Badoo et autres, j’ai même repéré des cas de PN potentiels ou simples manipulateurs que j’ai rapidement évincés. Mais heureusement, Internet n’est pas fait que de prédateurs. Je me suis fait violence pour faire confiance au risque de tomber, au cas inverse, dans de la parano ou agoraphobie totale. Voilà pourquoi j’ai préféré rencontrer, en triant quand même, sortir et me mettre en relation avec le seul qui ne m’a ni draguée, ni fait le moindre compliment, a juste discuté de trucs geeks qu’on avait en commun et finalement a avoué quelques mois après avoir craqué sur moi à cause de mon look « cheveux violets, sac Yoda et tatouages ».

    Ces prises de risques m’ont réussi: j’ai mené à bien des projets fortement désapprouvés (ou, à défaut, pas soutenus) avant par mon ex (formation de tatoueuse, by pass dans moins d’un mois et permis de conduire en cours), je vais à la salle de sport, au cinéma, aux conventions geek du coin, je sors avec les enfants quand ils sont là, on bricole, on a décoré notre nouvel appart avec peinture et tout, on a mis les couleurs d’iron Man et Captain America dans leurs chambres (jamais fait ça avec l’ex), le grand bricole avec moi et son beau-père, ils jouent à pokemon go et plein d’autres trucs ensemble, le petit me montre ses musiques préférées et veut que je l’aide à écrire des textes (il veut être rappeur plus tard)…

    Et on a toute la confiance du foyer, des services sociaux qui ont une expression toute trouvée : je reviens de loin.

    Alors je sais que mes risques vous ont fait peur. Si ce commentaire ne vous rassure toujours pas tant pis, mais j’espère que ça ira mieux.

    @Meredith: retrouvez-vous et vos habitudes, reprenez vos projet et votre assurance, enregistrez le dans ses crises et formalisez ce que vous pouvez par écrit, et il ne pourra rien faire contre vous.

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour Kristina

      Ravie de vous revoir sur le blog après votre départ et contente aussi de lire que vos enfants vont mieux, c’est bien l’essentiel.

      Vous n’avez pas été taxée de mauvaise mère pour rectifier les propos. Je ne pense pas que signaler un fait revienne à porter un jugement sur la mère qui, de toute façon, a le dernier mot dans la vraie vie.

      Sortons donc de cette notion binaire bien/mal pour entrer dans l’empathie réelle.

      Si je dis à Meredith que ses filles sont en danger avec un monstre sous leur toit, c’est un simple constat. N’importe quelle personne extérieure à la situation, avec un minimum d’empathie et de psychologie relèverait le danger qu’il y a.

      Si on rajoute le viol, l’alcool et les pertes de mémoire de la mère… franchement qui remettrait en doute un potentiel risque pour des enfants ? Personne de sain d’esprit.

      Alors, chère Meredith, il m’est impossible de rester de marbre face à la souffrance de ces deux enfants. Si je vous le signale, ce n’est pas pour vous critiquer mais pour que vous puissiez ouvrir les yeux, comprendre qu’il y a des conséquences psychologiques. Tout laisse un impact sur un cerveau en construction.

      Après, vous êtes libre de faire ce que vous voulez. Ce sont vos enfants. Tout comme Kristina, vous faites aussi ce que bon vous semble. Nous ne sommes pas dans votre quotidien. Notre rôle se borne à celui de spectateurs extérieurs et aussi éclairés parce que le profil du pervers narcissique est la spécialité de ce blog.

      Le reste est de votre ressort et aussi difficile parfois que sont certaines situations, nous avons bien conscience qu’il s’agit de votre vie et pas de la nôtre.

      J’espère que la vision des échanges est plus claire ainsi. Qu’on ne taxe pas de jugement, le fait de s’exprimer en son âme et conscience. Tant mieux si certains arrivent à fermer les yeux. Ce n’est pas le cas des plus empathiques.

      💯

      Aimé par 4 people

    2. @Kristina ,

      Si je ne m’abuse votre témoignage date du: 21 décembre 2016
      Nous sommes au moi de JUIN 2017 soit 6 mois après …..

      Je vous cite:

      « Aujourd’hui je réalise, avec le recul, que si après cette séparation j’ai (peut-être trop) rapidement été sur des sites de rencontre sur Internet c’est aussi pour me persuader qu’il mentait sur ma capacité à retrouver quelqu’un. Je conçois que ce soit un risque inconsidéré comme ont pu le dire Dandoha ou d’autres, je veux bien l’admettre mais paradoxalement ça m’a redonné confiance en moi (c’est bête mais voilà, je reviendrai là dessus en fin de commentaire). »

       » Je reviens sur mon témoignage et reprendre les commentaires que j’ai reçus. J’ai été taxée de mère inconsciente pour avoir exposé trop tôt mes enfants à un nouvel homme dans ma vie. Bon, j’admets que j’ai été vite. J’ai pris un risque, c’est vrai. »

       » A ceux qui voulaient tellement savoir comment vont mes enfants: mieux. J’ai réussi à établir une relation saine, aimante, faite de câlins, de respect, d’échanges dans les bons et mauvais moments. Mon aîné, qui disait ne plus vouloir voir son père, se sentait mal car il se sentait abandonné par lui (il ne les voit plus, de son plein gré, depuis Avril 2016). Mon cadet parle souvent de fuguer, il angoisse et a du mal à se sentir chez lui, surtout depuis que nous avons un droit d’hébergement. »

      J’avoue ne pas comprendre en quoi vos enfants vont je vous cite: :  » mieux « , dans la volonté de fuguer où dans le refus de voire le géniteur ? Il est où le deuil et le lâcher prise suite à leur traumatisme, à quel moment les ont ils effectués seuls puis avec leur maman ? Pas nécessaire?

      Puis vous affirmez:  » Après, je peux aussi expliquer ce qui m’a fait prendre ces « risques » après le rejet de l’autre. La peur de m’enfoncer plus bas et que mes enfants me perdent.
      Oui j’ai rencontré des hommes sur Badoo et autres, j’ai même repéré des cas de PN potentiels ou simples manipulateurs que j’ai rapidement évincés. Mais heureusement, Internet n’est pas fait que de prédateurs. »

       » Ces prises de risques m’ont réussi: j’ai mené à bien des projets fortement désapprouvés (ou, à défaut, pas soutenus) avant par mon ex (formation de tatoueuse, by pass dans moins d’un mois et permis de conduire en cours), je vais à la salle de sport, au cinéma, aux conventions geek du coin, je sors avec les enfants quand ils sont là,  » :

      Vos enfants n’habitent toujours pas avec vous de façon définitive , que signifie  » quand ils sont là?

      « Et on a toute la confiance du foyer, des services sociaux qui ont une expression toute trouvée : je reviens de loin. Alors je sais que mes risques vous ont fait peur. Si ce commentaire ne vous rassure toujours pas tant pis, mais j’espère que ça ira mieux. »

      En décembre 2016 soit 6 mois de cela , vous écriviez:  » Ma relation avec mon compagnon est idéale: nous sommes à la fois complémentaires et sur la même longueur d’ondes, notre relation est à la fois amicale et amoureuse. Je crois avoir trouvé ce qu’on appelle « ma moitié ». Je peux donc sans problème me projeter à long terme avec lui. »

      @Kristina êtes vous et vos enfants encore suivis par les services sociaux?

      Aimé par 1 personne

      1. Oui ils vont mieux car avant c’était des crises de colère et d’angoisse où je devais maintenir mes garçons pour qu’ils ne se fassent pas de mal, des pleurs, etc. Il n’y a plus ça. C’est beaucoup plus apaisé, mais encore fragile.

        Oui on est encore suivis parce que, je cite la psychologue des enfants: si ça ne tenait qu’à moi et mes progrès, elle me rendrait les enfants, mais ils ont encore des progrès à faire et des fragilités psychologiques que nous « réparons » au mieux et de concert avec les éducateurs et psys. Le retour à la maison se fait, mais progressivement.

        Le deuil, je crois que vous le savez, ne peut pas se faire d’un coup! c’est déjà difficile pour nous adultes, pour eux c’est pire d’autant que leur père a décidé de les abandonner et ne donner des nouvelles que sous forme d’un courrier rempli de mensonges.
        A son sujet les enfants s’expriment ainsi:
        Le grand: j’ai pas envie de le voir pour l’instant; je me sens abandonné par lui; j’aimerais quand même une photo de lui.
        Le petit: j’aime mon papa mais j sais que c’est un menteur, je sais qu’il n’est pas normal/pas bien dans sa tête.

        Ma position, dite avec clarté a mes enfants: ils ont le droit d’aimer leur père et le verront s’ils se sentent prêts. Ils ont le droit d’avoir une photo de lui, lui écrire etc, sachant qu’en cas de réponse c’est pris en main par les éduc, psys et moi. Il n’y a pas de compétition de notre côté, ils ne doivent pas se sentir coupable de leurs sentiments.
        Contrairement à nous, adultes, les enfants ne peuvent pas faire le deuil d’un parent vivant: il faut donc composer avec sa présence (dans leurs esprits) et rester bienveillants en cas de questions.

        Ils vont donc mieux car apaisés de ces questions, se sentent moins « abandonnés » et plus à leur place. Ensuite, les propos du genre « je vais fuguer », le petit les emploie encore mais seulement quand il est, par exemple, vexé par une consigne stricte ou un refus de notre part. Dimanche dernier, il m’a même dit « t’aura plus jamais de calin » mais n’a pas mis 30 minutes avant de venir s’asseoir sur mes genoux…

        Bref. J’ai l’impression que pour vous, le fait que les services sociaux continuent de nous encadrer vous apporte une « preuve » ou vous permet de « legitimer » votre discours alarmiste à mon sujet. Je préfère dire que je travaille en collaboration avec eux, de mon plein gré, pour apporter en toute bienveillance un cadre stable et rassurant pour mes garçons.
        Et ne vous en déplaise…

        Mon compagnon, rencontré sur Internet pourtant, en fait intégralement partie.

        J'aime

      2. @Kristina,

        Vous avez répondu à ma question, je vous e remercie.
        Je retiens que vos enfants sont toujours sous contrôle et protection des services sociaux de votre pays et en qualité de juriste je m’en réjouis pour eux de les savoirs protégés dans leurs droits légitimes et d’avoir des représentants légaux. Une société en mesure d’assurer de telles mesures à ses enfants est une société d’avenir.

        Aimé par 2 people

    1. Happy Saturday Lady @Gribouille971

      Avec une aide extérieur à ses côtés au moins pour gérer son aînée se serait déjà pas mal en plus de la procédure.
      Pour ce qui est de la justification par nos réactions , elle l’a .
      Tu écris:  » En ce qui concerne les troubles de la mémoire, un traumatisme peut aussi occulter les souvenirs. » Ici on parle bel et bien de « trou noir » avec souvenirs par flash , après un viol, nuance, dont des identifications à travers des comprtements et propos de sa fille aînée qui elle même est en quête de secours. Si il n’y avait pas eu cet épisode du viol et de la volonté de fugue à 10 ans, j’aurai été dans la même logique.

      Il faut qu’elle parvienne a ne se concentrer que sur la survie de ses filles pour rester motivée et déterminer.

      Take care,

      Aimé par 2 people

  10. Une malencontreuse manipulation et mon message est parti plus vite que je le souhaitais.
    @Mérédith a tous es outils à sa disposition. Elle est dans la phase du clivage, son émotionnel prenant le dessus sur le rationnel. Encore qu’elle est entamée une procédure de divorce, ce qui indique qu’elle s’est ménagée une porte de sortie. Mais à ce moment du départ, la peur, la culpabilité et la honte nous ont accompagnées. C’est le cadeau d’adieu de notre cher compagnon, lui permettant d’installer son déni. Je crois que ces émotions qui rongent au moment du départ le « pretium doloris » de l’action sur de longues années de notre cher prédateur sont un inhibiteur à l’agir. Je crois que @Mérédith témoigne pour tenter de trouver une validité dans son désir de partir et du coup, une justification par vos réactions. Conjointe sur du long terme, avec 2 enfants, il ne faut pas oublier que la « victime » perd toute autonomie et notamment celle de penser par elle-même, décervelée. Son sens critique est particulièrement altéré. C’est pourquoi, il convient de l’encourager à quitter ce « rien » qui était son « tout » et qui lui faisait penser tout au long de son union qu’elle n’était « rien ». Son addiction à ce « rien » se prolonge peut-être dans des addictions périphériques (alcool), plus facile à se débarrasser que l’addiction émotionnelle.
    En ce qui concerne les troubles de la mémoire, un traumatisme peut aussi occulter les souvenirs. Le clivage est aussi un moyen d’échapper à son traumatisme, tant il est insupportable. Sans la moindre addiction, il est souvent possible d’échapper à des souvenirs pour se sauver, s’échapper de sa réalité et surtout refouler (ce qui n’est pas la posture du PN qui dénie : « cela n’a pas existé »).
    Pour retrouver des souvenirs, il faut du temps et sortir de l’emprise du monstre. Je suis certaine que @Mérédith, si elle fait le bon choix pour elle, à force d’intelligence et de courage – et il en faut pour se sortir des griffes de ces malades – retrouvera les souvenirs qui lui permettront de se confronter à la réalité et de poser ainsi les fondements à ses ressentis.

    Aimé par 8 people

  11. Bonjour à toutes,
    Il me semble également que j’opterai pour une solution radicale :prendre mes enfants et me tirer vite et loin, d’autant que Meredith a de la famille en soutien qui habite justement suffisament loin pour qu’elle puisse souffler.

    Pour ma part, j’ai pris ma fille sous le bras et je me suis promis que je ne la laisserai jamais une seule seconde entre les mains du taré qui se pretend être un « père ». Sans savoir ou aller, sans soutien financier ou familial. Je n’ai jamais répondu aux tentatives d’attaques administratives de la part de ce PN, sauf peut être une fois ou j’ai clairement expliqué à un service social son statut d’alcoolique et de violent.
    Maintenant… , je ne me suis pas interessée aux lois qui prévalent dans ce cas, n’ayant pas eu à les affronter jusqu’à aujourd’hui. Si je devais les affronter dans un proche avenir, je suis certaine que je prefererai crever de faim dans la rue dans un autre pays plutôt que de le laisser approcher ma fille.

    Je suis « à moitié « consciente par ailleurs des gros risques légaux encourus dans ce type d’attitude (le pn peut attaquer pour enlèvement etc…) et d’ailleurs si quelqu’un (e) a plus d’infos sur ce sujet.
    Dandoha a clairement indiqué la marche à suivre pour Meredith et ses enfants dans son contexte actuel , mais qu’en serait-t-il légalement si Meredith décidait de tout plaquer dans l’urgence absolue?

    Aimé par 4 people

    1. Bonjour Ambelline

      C’est cette solution que j’adopterais si j’avais mes enfants à protéger d’un pareil monstre. J’aurais d’abord préparé mon point de chute, dépôt de plainte à la gendarmerie pour viol et violence verbale puis ciao.

      Avec une plainte pour viol, il n’aurait pas été en mesure d’approcher mes enfants avant un certain nombre d’années. Le divorce se serait déroulé comme une lettre à la Poste.

      Mais Meredith n’a déjà pas la force de visualiser un après divorce alors mettre cette stratégie en place n’est pas envisageable si j’en crois son témoignage. Ça demande beaucoup de détermination d’aller au bout d’une plainte pour viol conjugal et tout laisser matériellement du jour au lendemain. Or le matériel a de l’importance pour elle.

      Aimé par 3 people

    2. Bonjour @Ambeline,

      Je vais vous parler de ce que moi j’ai vécu en tant qu’enfant qui a un géniteur PN par rapport à votre question. Désolée ça va être un peu long mais si le processus peut éclairer d’autres personnes cela me semble important.
      Mon géniteur PN a procédé en plusieurs étapes pour avoir la garde exclusive de mes frères et moi.

      D’abord il a envoyé subitement ma mère dans son pays d’origine sous prétexte d’aller passer des vacances, avec un billet aller simple, sachant qu’elle n’avait aucun revenu et que son retour dépendait de lui. Il n’a jamais envoyé le vol retour ma mère a pu revenir grâce à un membre de sa famille qui lui a donné ses économies. Une manoeuvre sachant que ma mère est mère poule et qu’elle ne pourrait vivre sans ses enfants.

      Ensuite il a essayé de la faire interner. Il lui a conseillé une maison de repos, hors cette maison a une aile repos et une autre psychiatrique. Il a manoeuvré durant son séjour pour la faire passer pour folle, mais la démarche n’a pas prise.

      Comme il n’a pas réussi ses tentatives de mises à mort, il a demandé le divorce afin de demander la garde exclusive qu’il a obtenu et de partir avec nous, des enfants à l’époque, sur un autre continent au bout du monde. Ma mère a fait un kidnapping puisqu’on est partis subitement alors qu’elle n’avait pas la garde. On a vécu dans des conditions précaires un bon moment puis on a retrouvé une situation plus stable.

      Des années plus tard, ma mère a reçu une convocation du tribunal pour enlèvement d’enfant. Il y a eu une enquête sociale lourde. Ma mère a vu un expert psychiatre. Les services sociaux sont venus à l’école et chez nous pour enquêter. Cela a duré plusieurs mois, c’était très angoissant, et même humiliant par moment. Ma mère a eu la garde exclusive.

      Tout ça pour dire que les procédures sont longues et éprouvantes mais il y a des professionnels honnêtes et compétents qui vous appuieront favorablement s’ils estiment que votre/vos enfant(s) sont épanouis dans votre foyer.

      Aimé par 1 personne

  12. J’ai relu ce témoignage plusieurs fois. Je me pose des questions sur la cohérence de la plupart des passages. Je choisis de rester prudente sur mes conclusions car ce sont les écrits d’une personne qui n’est pas elle-même, qui est désincarnée, avec des probablement de graves distorsions au sujet de ses propres perceptions.
    Comme toujours, nous n’avons qu’une seule version. Nous ne vivons pas avec les personnes qui viennent écrire ici.

    Aimé par 2 people

  13. Bonjour,
    Ayant vécu avec un pervers narcissique pendant trois ans et à la fin de la relation me sentant vidée, déprimée, avec cette immense envie d’en finir ET pourtant en n’ayant pas vécu le quart de ce que vous avez vécu @meredith, c’est un miracle que vous soyez encore parmis nous. Vous êtes une femme forte et vous avez les capacités de vous en sortir et même si cela sera dur un an deux ans vous aurez derrières de belles années à vivre.
    Votre mari est je pense un manipulateur de très haut niveau vous faisant douter de tout, un retournement de cerveau atroce vous faisant passer pour la méchante, il manipule sa femme, ses filles, sa famille, votre famille. Vous le savez au fond de vous. Vous avez lu tout ce qu’il y avait à lire pour comprendre. C’est très difficile à accepter apres tant d’années d’engagement et d’investissement et de pardon. Mais cela ne pourra qu’empirer et s’il parvient à vous faire culpabiliser et en arrive à la phase de rejet définitive comme si vous n’aviez jamais existé cela sera encore plus atroce. Sauvez vous! Soyez fière de vous de le faire. ne culpabilisez pas et encore moins s’il retrouve rapidement quelqu’un préparez vous à ce que ce soit le cas. Accepter de prendre du temps pour votre reconstruction et vous rayonnerez à nouveau et vous pourrez rencontrer l’amour à nouveau. Et c’est à ce moment là que la roue tourne! Mais c’est un long chemin.
    Faite ce qu’il faut pour vous affirmer ne regrettez pas! Vous savez!!!! Rien ne peut vous faire culpabiliser par rapport à ce choix de demande de divorce rien. Seulement le manque qui se manifestera, le manque de lui non le manque de votre vie ensemble non plus. Ce vide après la tempête. C’est calme trop calme pas de recherche à faire. Pas de doute une vie sereine? Saine? Cela va vous semblera bizarre vous n’avez plus l’habitude de vivre apaiser. Je suis dans un état où le fait de pouvoir vivre sans retournement de cerveau de mensonge de manipulation me procure bien etre, rire, j’apprécie la vie, les moments ce que je ne faisais plus. Mais a contrario un manque est la, il est incompréhensible on rumine ce qu’il s’est passé on lit encore et encore on angoisse au réveil. Mais une chose est certaine quand je sors je suis apaisé, fière de moi un peu plus chaque jour. Et ce que l’on rumine ??? Et bien plus aucun détail ne peut venir compléter la liste des mensonges, des rabaissement, des manipulations car c’est terminé! Le temps est notre meilleur ami! Il faut s’imprégner d’une sagesse extrême accepter ce qu’il s’est passé et se rendre fier un peu plus chaque jour. Ce blog est d’une aide inconsiderable. Nous devons prendre les conseils à la lettre ! Car votre mari est je pense extrêmement dangereux, il a votre vie entre les mains, comme s’il pouvait sortir le coup de grâce a tout moment et vous achever. Soyez forte, fière de vous, pensez à vous!!! Et je sais que c’est extrêmement difficile. Ayant été au plus bas mais tout en voulant me défendre, j’ai fait l’objet du rejet définitif ce qui est rare apparement avec un pervers narcissique. C’est extrêmement difficile, l’emprise étant énorme mais lorsque l’on a plus le choix on doit faire ce qu’il faut pour avancer thérapeute séance de reiki sorties avec des gens biens. Et au final il m’a fait un cadeau! Le jour où je serais au top il reviendra mais c’est la que je ne ferait plus ce choix car j’ai compris, j’ai vu ce que pouvait être la vie sans manipulation j’y prend goût! Votre difficulté ? 19 ans de vie ainsi vous ne savez pas ce qu’il y a derrière cette prison. Mais si je devais revenir en arrière aujourd’hui j’aurais été fière et je me serrais respecter. J’en ai été incapable j’étais sous la coupe. Mais écoutez tous les conseils avec bienveillance posez vous et réfléchissez il faut partir il faut que vous restiez calme et ferme et intelligente vous serez tellement fière de vous à contrario s’il vous rejete comme une malpropre une serpillère une cagette apres tant de souffrance apres lui avoir donné tant d’amour après avoir tant pardonné cela sera plus difficile. Il faut prendre en considération le fait qu’il fait que ce qu’il veut et le coup de grâce n’est pas encore arrivé mais faites le choix de ne plus lui appartenir!
    Vous n’avez pas de doute à avoir et vous n’avez pas à culpabilisez pour ce dont vous pensez car c’est la réalité.
    Bon courage votre histoire m’a profondément touché mais je suis certaine que vous êtes tres tres forte!

    Aimé par 5 people

    1. Bonjour @Ciindy19 , je voudrais tout d’abord vous féliciter pour votre parcours. Je voudrais vous dire que si le manque est encore là, c’est que vous ne vous êtes pas toute à fait trouvé VOUS. Je vous encourage donc à poursuivre sur votre lancée, vous semblez en bonne voie. Vous savez, il n’y a jamais de « rejet définitif « , avec les PN , ce n’est pas rare , ça n’existe pas. Ils savent se retirer pour mieux revenir en revanche… @Scarlett l’a dit joliment un jour :  » Aussi certain que le soleil se lève chaque matin, ils reviennent un jour  » et vous le savez , vous le dites :  » Il reviendra ». Ce n’est donc pas définitif… Je vous dis cela par soucis de cohérence envers vous même. Vous dites également que ce serait plus difficile si c’est lui qui la rejette pour une autre, il faut bien comprendre que l’heure n’est pas à éviter une blessure d’égo à @Meredith, ce sont leurs vies à ses enfants et elles qu’elle doit sauver à tout prix ! Elles sont vraiment en danger ! Et j’espère de tout cœur qu’elle va vite évincer ses doutes insensés… Je vous souhaite une belle continuation

      Aimé par 3 people

      1. Bonjour merci @historiacyn
        La phase de mépris pré rejet avec mon ex PN a commencé en mai 2016. Cela a été le passage le plus difficile de la relation car retournement de cerveau manipulation mépris, il me vidait un peu plus chaque jour de mon énergie. Ne supportant pas j’ai pris la deuxième chambre et j’ai cherché un appartement. C’est à ce moment là que j’ai saisi manipulateur sur internet et je suis tombé sur le pervers narcissique. Je ne connaissais absolument pas ce thème. Cependant je ne voulais pas y croire. Il m’insultait, si j’essayais de lui parler il me disait tu vois la tu pleure Ben tu es une merde. Il m’a poussé vers la sortie de toute façon il était tellement immonde à m’insulter me mépriser. Je ne le reconnaissais pas donc au fond de moi je savais et je suis partis. Il a réussi à entretenir le contact par des questions simples par mail espacées de deux jours. Te souviens tu du jour où tu as fais le changement de d’adresse sur les cartes grises? Ou j’ai du courrier à toi et sinon… comment vas tu? Je n’ai pas appliqué le no contact. Leur manipulation est tellement subtile malgré mes lectures je ne voyais pas le danger. C’est pour cela qu’à ce jour il faut respecter les conseils de @scarlett à la lettre. Je ne l’ai pas fait à ce moment là. Il a réussi à revenir dans ma vie pour m’achever en 4 mois. Sûrement la vengeance d’être partis et de ne pas avoir accepté sa relation avec sa sois disant amie. J’aurais dû selon lui accepter sa relation avec son amie et fermer ma bouche mais cela etait au dessus de mes forces il y avait énormément de manque de respect. Donc mépris jusqu’à ce que je parte. J’aurais dû être fière et appliquer le no contact.
        L’ego j’ai beaucoup lu sur le sujet et c’est cela qui m’a aidé à reprendre des forces il y a tellement de choses à assimiler pour comprendre comment on en est arrivé la qu’il faut beaucoup lire et le thérapeute et selon moi indispensable.
        J’ai déjà échangé avec @scarlett sur mon cas et je partagerais mon histoire prochainement si elle juge que cela peut être utile.
        Ce que je veux dire à @meredith par la c’est qu’elle est en danger Oui elle doit partir à tout pris mais moi je n’ai pas su aller jusqu’au bout de ma démarche jusqu’à ce qu’il m’achève et me jette. Il n’y a pas de rejet définitif pour eux mais pour nous c’est la fin d’une histoire meme si l’on doit se rapeller chaque jour qu’il n’y a pas eu de relation. Donc pour nous on l’assimile à un rejet définitif et le rejet est tellement fait au bon moment que l’on culpabilise notre ego est touché etc etc

        Aimé par 4 people

      2. Oui @Ciindy, je vois bien de quoi vous parlez… J’ai tapé le même mot que vous avec mensonges , sur internet un jour et j’ai découvert la PN… C’est toujours pire si on y retourne , c’est à savoir, on ne le dira jamais assez… Je vous souhaite une belle reconstruction en attendant de peut être lire votre témoignage un jour 😊

        Aimé par 2 people

    2. Merci @historiacyn oui écrire permet de mettre des mots sur ce que l’on a vécu et surtout l’accepter.
      Avez-vous partagé votre témoignage? Aujourd’hui Êtes-vous heureuse?
      Merci encore pour vos encouragements.
      Ce blog est d’une aide incroyable.

      Aimé par 2 people

      1. Bonjour @Ciindy19, oui ce blog est une mine d’or , @Scarlett est une bénédiction ! Pour ma part , je n’ai pas fait de témoignage « officiel » mais je me suis pas mal racontée en commentaires sous les différents témoignages des intervenants. J’aime beaucoup écrire mais je ne sais écrire qu’avec mon cœur , je préfère donc me laisser porter par ce que m’inspirent et réveillent chez moi les autres témoins. OUI, je suis heureuse, merci de vous en soucier, je me suis trouvée , je suis en paix intérieurement , j’ai vaincu la dépendance affective et j’ai appris à m’aimer , à me faire confiance, je sais ce que je veux et ne veux pas et mes deux enfants ont l’air épanoui. J’ai des projets , des passions, un rêve, bref, je VIS , je ne survie plus… J’ai compris que l’expérience PN était le plus grand enseignement de ma vie ! Je ne regrette rien et j’en suis même reconnaissante. 😉 J’espère que vous aussi , vous êtes heureuse, nous n’avons qu’une vie , il est important d’en savourer chaque instant… 😊 Bien à vous

        Aimé par 5 people

    3. @historiacyn heureuse de voir que vous vous en êtes sortie et que vous vivez en paix.
      Cela est tellement encourageant!!!
      Oui c’est une expérience qui peut apporter la sagesse et la paix intérieur je pense. Lorsque j’angoisse je reprend toutes les étapes de mon histoire je me pose et me dit accepte c’est la réalité et je suis les conseils de @scarlett. Je me sens changée de jour en jour et cela me rend heureuse et fière de moi.
      Et en effet il faut comprendre comment nous avons pu être amené à nous conditionner ainsi c’est ce dont je travail en ce moment.
      je suis heureuse que ca soit fini, même si j’angoisse parfois même si je rumine beaucoup, j’ai retrouvé l’énergie la force et surtout je ne pleure plus et des projets qui vont aboutir comme vous.
      J’aimerais tellement que @meredith prenne conscience!!!! Cela fait un an que je lis ce blog et je ne suis jamais intervenu et en voyant son témoignage, j’ai tenu à intervenir.
      Il faut vraiment prendre conscience du danger, du conditionnement, du fait qu il n’y a pas d’amour et par dessus tout les petites filles qui parlent de fugue d’avoir envie de mourir ??? Il faut réagir !! Elle à conscience de ce qu’il se passe, elle se fait aider, elle à témoigné. Il faut qu’elle passe à l’action. J’espère vraiment que cava aller.
      Merci @historiacyn pour vos encouragements et surtout cela me donne beaucoup d’énergie positive. On est tombé au plus bas mais on s’est relevé!! Aujourd’hui vous êtes heureuse et moi je suis pas loin du but. Il y a deux solutions après le passage du PN se laisser sombrer ou tout faire pour s’en sortir et Oui le bonheur reste à notre porté de main avec de la patience et de l’envie et un soutien psychologique.
      Merci @historiacyn

      Aimé par 4 people

      1. Bravo @Ciindy19. Vous avez fait le plus gros ! Ça prend du temps mais il semble que vous soyez en bonne voie ! Faites vous confiance ! 😊 Vous avez bien fait de sortir de l’ombre , je trouve bien qu’il y ait des intervenants, à tous les stades , pour que chaque lecteur puisse s’identifier au travers des récits de chacun et constater qu’il est possible de se grandir sans illusion , sans langue de bois mais dans l’espérance avec les récits des résilients. Je comprends votre réaction, il est vrai que face à ce que vivent ces enfants, c’est difficile de rester de marbre… J’ai pensé à elles toute la journée d’hier, je ne les connais pas mais savoir deux petites filles innocentes en grande souffrance est vraiment touchant et inquiétant . Cependant, il faut savoir accepter ce que nous n’avons pas le pouvoir de changer en espérant que leur maman réagisse au plus vite. 🤞Belle journée @Ciindy19, ainsi qu’à tous ! ☀️

        Aimé par 2 people

  14. merci Scarlett pour cet éclairage, moi qui pensait à l’époque être totalement impuissante parce que je n’avais pratiquement pas un centime, pardon un cent (c l’euro maintenant) pour fuir, et je me rends compte qu’avoir de l’argent , investi ou autre peut être aussi ,dans une certaine mesure, un frein, non négligeable dans sa volonté de partir

    Aimé par 2 people

    1. Si elle dépose plainte pour viol, il faut voir si elle ne peut pas obtenir que ce soit lui qui quitte le domicile également.

      Quand on veut, on peut. Chaque cas est différent et les assistants sociaux servent aussi à ça.

      Une de mes connaissances a obtenu que son mari physiquement violent quitte leur domicile après un dépôt de plainte en gendarmerie. Elle était sans ressources et il possède un patrimoine immobilier important. Bien entendu, elle a du trouver un job dans la foulée le temps que le divorce soir résolu mais elle ne s’est pas retrouvée dehors.

      Meredith a de la famille qui peut l’accueillir et elle a un salaire. Rien ne l’empêche de trouver un appartement en secret. Mais avant de partir avec ses enfants, elle doit se signaler en gendarmerie et le mieux serait de porter plainte aussi pour appuyer sa démarche.

      Aimé par 6 people

      1. Pour avoir réfléchi à toutes les possibilités qui s’offrent à moi et des conseils avisés de professionnels, je ne peux qu’attendre. Pas de preuve.
        Alors je ne peux qu’engager une procédure normale et faire le moins possible de faux pas.
        Quant à partir, je connais la procédure. Je suis éloignée géographiquement de mon travail, de ma famille et de mes amis. Bien évidemment si ma vie ou celles de mes enfants étaient en péril que je m’échapperai sans hésitation. C’est tellement insidieux et irréaliste que parfois on y croit même pas soi-même alors les autorités ! Et je suis bien placée pour le savoir. Les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés. C’est une réalité.
        Merci tout de même pour vos retours
        @Meredith

        Aimé par 2 people

      2. @Meredith

        JE N’AI RIEN COMPRIS A VOTRE POST. ABSOLUMENT RIEN. A CROIRE QUE VOUS AVEZ TENTE DE REPONDRE A TOUT LE MONDE DANS UN SEUL POST.
        QUELQU’UN PEU DECRYPTER SVP ?

        J'aime

      3. Je vais laisser Meredith te répondre si elle le souhaite.

        A ce que je comprends, elle sait parfaitement que cet homme est un pervers narcissique mais n’a pas le courage de le quitter, changer ses habitudes et exister seule. Aller de spécialiste en spécialiste ne remplacera jamais le déclic qui ne peut venir que de l’intérieur mais comme toutes les personnes dépendantes, Meredith attend un miracle de l’extérieur.

        Bon, c’est un peu le même cas de figure pour tous ceux qui sont dans la dépendance affective. Il faut attendre que ce soit le PN qui passe en rejet.

        La question n’est pas cet homme, qui reste fidèle à lui-même, mais qui il a en face. Tous les conseils humainement envisageables ont été donnés. Laissons le destin agir à présent.

        Xoxo 💋

        Aimé par 6 people

      4. Happy Sunday My @Scarlett,

        Ouf, ta réponse me rassure et je m’en contenterai. I thought for a moment That I was in a twilight zone.
        Je présente toutes mes excuses à ses deux mineurs de 10 et 6 ans dont le martyr psychologique est en cours depuis leurs premières heures, nous avons essayé , et surtout fait de notre mieux afin de plaider leurs causes… Reste l’espoir tant que la vie demeurre .
        Et je leur présente à ces deux innocentes de l’absurde toute mon affection et mon respect.
        Life…

        Xoxo

        Aimé par 3 people

      5. Oui hélas… Le soucis c’est que les conséquences ne sont pas les mêmes pour tout le monde… Qu’une adulte décide de rester , subir , d’attendre on ne sait quoi de mystique, de se mentir, de trouver des excuses , à la limite, ok, c’est son choix. Quand ce choix met deux enfants en danger et que la mère, trop absorbée par son « amour », ne sait pas ou refuse de voir que ses enfants sont en grand danger, ce n’est plus la même chose… @Meredith a deux enfants, je suis maman moi aussi et quand on est maman, la sécurité de nos enfants est notre priorité ! Même notre propre souffrance ne doit nous la faire négliger. Ce sont des êtres vulnérables et innocents et jusqu’à ce qu’il soient adultes , c’est notre devoir de les protéger. Elle n’entend même pas ce qu’on lui dit. Je lâche prise personnellement, à regret pour ces petites mais que peut on faire de plus ? Rien…

        Aimé par 3 people

      6. Je vais un peu durcir le ton , je suis agacée, ce sera pris comme ce sera pris…  » Bien évidemment que si ma vie ou celle de mes enfants était en danger , je partirais sans hésitation  » , je me demande bien ce qu’il vous faut de plus pour que vos vies soient menacées @Meredith… Il est évident qu’elles le sont !! Porter plainte pour viol conjugual, vous pouvez le faire, en général c’est la parole de l’un contre celle de l’autre, il y a rarement de témoins ou de preuves… Si vos avocats vous conseillent vraiment de ne rien faire , changez en ! Même si c’est classé sans suite, c’est important de le faire, pour protéger vos filles après le divorce , il ne faut absolument pas qu’elles soient seules avec leur père et sa famille, pour vous aussi , parce que ça laisse une trace et qu’il recommencera un jour forcément… Vous faites comme vous voulez @Meredith, j’entends et comprends que vous vivez une période difficile mais ne vous mentez pas, ne trouvez pas d’excuses cela ne vous aide pas ni vos filles ni vous. Votre enfance ne doit pas être projetée sur celles de vos filles. « Ballotée à droite à gauche » n’a rien à faire là, on parle d’un pervers de haut niveau , VOUS COMPRENEZ CE QUE RISQUENT VOS FILLES OU IL FAUT VOUS FAIRE UN DESSIN ?? On est toutes en alerte, particulièrement @Dandoha qui connaît ce genre de « cas », vous devriez suivre ses conseils , même si la forme ne vous plait pas ! On est au moins 2 à avoir fait des cauchemars cette nuit et pourtant des témoignages on en a lu ! Mais ça ne vous interpelle pas le moins du monde, tout ce que vous trouvez d’important dans ce qu’on vous dit c’est l’inaction que l’on vous reproche ? Et vous mettre en mode défensive ? Ce n’est pas nous qui vous agressons @Meredith ! Nous vous disons que VOS FILLES SONT EN DANGER ! Si je connaissais votre identité, je peux vous assurer que je ferais un signalement, tellement ce qui se passe chez vous est grave et que quoique vous disiez vous n’êtes pas en mesure de protéger vos enfants quand vous « dormez » particulièrement… Vous allez attendre qui, attendre quoi ? Six mois , un an, plus ? Le divorce ? Vous travaillez , qu’attendez vous ? Bref… C’est à vous de faire vos choix malheureusement pour vos enfants .., J’ai dit ce que j’avais à dire. Je vous souhaite, malgré tout , une bonne continuation

        Aimé par 5 people

  15. Le pervers qui redevient gentil quand la victime a pris sa procédure de divorce ou de séparation ça aussi j’ai l’impression que c’est un grand classique qui déstabilise sans cesse au point qu’on recule toujours et se dis que c’est nous qui déraillons!!! ah moi combien de fois je l’ai vécu et la dernière fois c’était après la plus grosse violence physique  » je vais t’écraser la gueule connasse » quand il a su que j’avais eu une de ses ex au téléphone qui d’ailleurs ne m’a parlé que de moi de mon ressenti à écouter et rassuré sur le fait que je n’étais pas folle mais que certaines personnes faisaient en sorte de te pousser à bout et te faire après passer pour folle qu’elle avait vécu cela avec le dit monsieur en question. Bref après cet épisode grande gentillesse, pardon mais c’est toi qui m’a poussé ( ce qui ne veut pas dire pardon d’ailleurs après un pardon il n’y a pas de mais), je t’aime ect…. mais pour moi c’est cette fois là ou tout s’est enclenché et ou j’ai dit STOP et cela aura pris longtemps car va et vient jusqu’à maintenant et va et vient de la même manière que ce témoignage la douceur le Noël qui’l veut soudain fêter alors qu’avant il en avait rien à faire, tout pour me dire « mais c’est toi qui déconne coccinelle », mais le corps lui le corps sait te rappeler à l’ordre comme le dit si bien Isabelle Nazare Aga que non c’est pas toi qui déconne. Bon courage Méredith ne renoncez pas à partir vous êtes jeune encore ne vous gâchez pas la vie plus que ça.

    Aimé par 3 people

    1. Bonjour Coccinelle

      Leurs techniques sont toujours les mêmes. Remettre un masque de gentillesse et de bonté n’est que la base de la manipulation.

      Le problème ne vient pas de cet homme qui joue son rôle à la perfection mais de la personne qu’il a en face. C’est un équilibre parfait entre le pervers et la dépendante. Rien d’extérieur ne peut créer un déclic. Tout comme vous mettez une personne face à un danger, soit elle reste sidérée et meurt ; soit elle réagit. Nous avons tous le choix.

      Aimé par 5 people

  16. Méredith,
    Si vous avez bien fait de confier ici votre vécu qui s’apparente à un calvaire ( dont vous voulez bien , on en reparlera) , vous y trouverez certes conseils, analyses , mais aussi autres jugements et vérités selon l’angle de vue de tout un chacun , assénées avec plus ou moins de finesse. Ils vous aideront, mais vous seule au fond de vous ferez le chemin nécessaire à avoir enfin une vie digne. Vous devez être consciente, et faire un choix.
    Votre témoignage m’a beaucoup touchée , et troublée , il ressemble tant à ce que j’ai vécu.
    Vous seule ferez la démarche de mettre fin à cet enfer , aidée ici ou là.
    J’ai vécu une histoire bien similaire à la vôtre; le temps n’est pas venu des analyses, mais de l’action. Partez, et ce faisant vous vous protégerez vous et vos enfants.
    Oui, portez plainte pour viol .
    Vous en avez eu des atermoiements …ils représentent juste votre sidération .
    Votre conjoint hélas ne changera pas. Vous , si . Croyez en vous . Les analyses viendront en leur temps.

    Bon courage,écoutez-vous.

    Aimé par 4 people

  17. j’accompagne ma fille dans sa reconstruction, ainsi que mes 2 petits enfants, et quel parcours? tout d’abord un Grand Merci à Scarlett pour ce blog, qui nous a permis d’avoir le contact avec une super avocate, merci à tous les témoignages et les com. qui nous permettent de mieux comprendre. Nous sommes passés par tous les stades, l’angoisse de voir ma fille dans un état de grande maigreur, son état psy…,les crises des enfants, puis ses confidences, chaque jour de nouveaux souvenirs douloureux,…et le bourreau qui ne cessait pas de harceler…en tapant ce mot sur un moteur de recherche, on en est arrivé au PN. Puis la phase de la peur, de perdre la garde des enfants, de mal faire,…LES PRISES DE CONSCIENCE du fonctionnement du bourreau, de la victime, tout ceci a eu un énorme impact sur notre famille, moi en 1er qui m’implique peut etre trop, le papa qui a mon gout minimise tout, le grand frère qui culpabilise car il l’avait prévenu,… Bref, aujourd’hui ca va mieux, enfin presque, elle est suivi par une psy méthode gestalt, les enfants vont mieux aussi, sauf au retour de chez le » », il a fait appel sur la totalité du jugement, il lache pas, …
    Phase de reconstruction, sortir de la victimisation, aller de l’avant en se pardonnant d’etre tombée dans un tel piège, d’avoir eu des enfants avec ce monstre,…
    courage à toutes et tous

    Aimé par 4 people

  18. Meredith, je suis de tout coeur avec vous en pensée…
    J’ai vécu avec un PN pendant plus de 30 ans et ouvrir les yeux m’a demandé plusieurs années! Et comme vous le dites, il n’y a que vous que puissiez avoir le déclic.
    Un millier de personnes pourrait vous parler, vous secouer, vous hurler de fuir… tant que vous n’êtes pas persuadée que vous et vos filles ne valez pas mieux que ce que vous vivez avec lui, cela n’a pas d’effet… même quand vous vous retrouvez en situation dangereuse… J’en sais quelque chose…
    J’avais aussi des « pertes de mémoire » sur ce que je vivais avec lui au quotidien. Le lendemain d’une violente dispute, j’étais incapable de raconter ce qui s’était passé.
    C’est un mécanisme de survie psychique (bien décrit par Marie-France Hirigoyen dans son livre « Femmes sous emprise », que vous avez peut-être déjà lu).
    Ce qui m’a fait avoir le déclic : l’écriture. Chaque jour, j’arrivais au travail un peu à l’avance et j’écrivais ce qui c’était passé la veille ; je mémorisais un ou deux mots qui m’aidaient à me souvenir de la situation vécue la veille et je racontais tout cela par écrit. Je relisais tout chaque jour. Au bout de quelques semaines d’écriture, j’étais horrifiée de lire ce que je vivais chaque jour! Cela a été mon déclic. J’ai alors fait les démarches (en secret bien entendu) pour me trouver un logement et prendre la décision de fuir. Cela n’a pas été simple, je relisais mes écrits tous les jours, je venais lire le blog de Scarlett chaque jour pour me persuader que j’avais fait le bon choix ; j’étais également suivie par une psychologue qui m’a aidée à construire mon estime de moi-même. Je résume très fort car ça n’a pas été simple. Mais aujourd’hui, 3 ans après, je vis enfin sereinement…
    Je vous souhaite de trouver ce déclic chère Meredith, je vous souhaite beaucoup de courage car c’est une épreuve à surmonter ; mais quand ce déclic sera là, vous vous découvrirez une force incroyable, pour vous sauver, pour sauver vos filles des griffes de ce monstre.
    Je vous souhaite beaucoup de bonheur, vous le méritez! N’en doutez jamais…

    Scally

    Aimé par 8 people

    1. Merci Scally pour vos encouragements
      Je ne me laisserai pas faire. Je démonte chaque jour cette toile qui a été tissée. Pas à pas. Portez vous bien.

      J'aime

    2. moi aussi c’est l’écriture qui m’a sauvée en plus j’écris spontanément je suis slameuse, et comme toi Scally, j’ai noté régulièrement les choses que j’ai vécues qui qui me sciaient et ça, ça sauve car j’avais par exemple complètement occulté la phrase type de début de laquelle parle Scarlett et Isabelle N.Aga, genre  » tu sais pas à qui t’as à faire » , je l’avais occultée total, et là en relisant mes notes ( 20 pages quand même!!!) je suis tombée sur cette phrase dès le début et je me suis dit oookkkkk mais oui!!!! et ces notes peuvent servir à vie car on est des sensibles et profils types ( enfin moi) et comme ça si une prochaine rencontre on sent des choses bizarres on va faire un tour sur nos notes et on se remet les pendules à l’heure on enlève nos doutes. Bref moi, mes notes me servent là pour un dépôt de plainte que je suis partie pour faire car violences physiques subies qui me donnent encore des cauchemars. Peace to all and dignity

      J'aime

  19. Bonjour,

    Ces petites filles de 10 ans et 6 ans sont piégées dans une famille totalement dysfonctionnelle, clan paternel PN et du côté de @Meredith je ne peux nier le probable éthylisme chronique même si vous dites avoir arrêté, c’est justement ce que disent les personnes alcooliques qui ne veulent aborder la rechute (encore une fois le déni, et aucun jugement car c’est une maladie). Je ne sais pas si vous prenez de la vitamine B1? Le sevrage alcoolique peut vous faire des dégâts neurologiques notamment sur la mémoire. Il faut que vous soyez suivie médicalement et soyez observante dans la prise de cette vitamine qui est très importante dans votre cas, retournez vers votre addictologue si vous avez rechuté, même si vous n’allez pas le reconnaître ici, j’espère que ça vous aidera. On ne peut faire plus malheureusement, tout a été dit.

    J’espère que les professionnels qui suivent cette famille sauront mesurer la hauteur de la souffrance endurée par ces 2 petites-filles particulièrement, non pas que je manque de compassion pour leur mère seulement elle a le choix elle en tant qu’adulte mais pas ses 2 petites mineures. Je lâche l’affaire à mon grand regret, vraiment désolée pour ces 2 petites. Ce témoignage me rappelle aussi la chance qu’on peut avoir dans notre malheur. Je vais serrer encore plus fort ma mère dans mes bras pour la remercier de m’avoir sauvée la vie quand j’avais l’âge d’une des filles de @Meredith sinon je pense que j’aurais appliqué avec elle le même no contact qu’avec mon père.

    Bon courage.

    Aimé par 5 people

      1. #ALERT #ALERT…..A Tous,

        Une Femme qui est capable de dormir sous le même toit que son violeur sans jamais porter plainte ni même s’en fuir, continuera à protéger son bourreau au mépris de la sécurité et de son obligation de garde à l’égard de ses propres enfants. Se rendant donc tacitement LEGALEMENT COMPLICE.

        Si jamais l’un ou l’une de vous se retrouve dans un contexe de violence conjugale comme ce cas précis, et qu’un de mes confrères se permette l’IRRESPONSABILITE PROFESSIONNELLE de ne pas TOUT faire pour vous mettre IMMEDIATEMENT vous et vos enfants à l’abri de tout DANGER à l’issue d’un viol, dans les heures qui suivent sa prise de connaissance des faits.
        JE VOUS INVITE A PORTER PLAINTE CONTRE LUI AUPRES DU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE POUR NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER.
        ET A PREVENIR EGALEMENT LE BATONNIER EN CE SENS.

        Aimé par 2 people

      2. Merci @Dandoha pour la procédure.
        Je garde toujours mes réserves sur les propos de @Meredith. On ne sait pas ce qu’elle a transmis comme informations à son avocat pour qu’il lui conseille de rester dans une situation aussi dangereuse, de se rendre complice de son bourreau et pouvant donc être poursuivie pour non assistance à personne en danger, c’est d’une telle incompétence que cela me paraît vraiment bizarre!

        J'aime

    1. Hellosunshine
      Je n’ai vraiment aucun problème avec l’alcool, vous vous méprenez.
      Pour en connaître le sujet, je vous l’assure, je ne suis pas dans le déni.
      Je ne vais pas pouvoir tout expliquer pour le confirmer.
      Je me suis bien assez fait l’avocat du diable à ce sujet.
      Le témoignage que j’ai voulu partager et j’en remercie Scarlett pour cela, était de pouvoir exposer ma situation, au plus proche des faits dont je me rappelle, sur lesquels je m’appuie pour avancer.
      Les autres phénomènes n’étant pas palpables… insidieux… tout ce que je vois avec mes yeux et ce que je ressens face à lui…
      Ma relation avec l’alcool n’est qu’un symptôme ponctuel. Par contre, le PN s’en sert. Ça c’est une évidence.
      J’en profite pour dire que mes filles suivent une scolarité très correcte, et que rien n’est perçu de ce côté là.
      J’ai d’ailleurs pris attache avec la directrice de leur école. Elle est au courant de la situation et est vigilante également. Je ne peux que m’appuyer sur des personnes qui faciliteront mes démarches de façon confidentielle.
      Pour répondre à d’autres commentaires, j’en profite également : En ce qui concerne les nuits et ce depuis qu’elles sont bébé, c’est moi qui me lève la nuit au moindre bruit.
      Par contre, ils jouent beaucoup avec elles, surtout quand il voit que ses manœuvres de séduction ne fonctionnent pas avec moi. Mais au moins, elles sont contentes. Et pendant ce temps là, il n’y a pas de tensions.
      Je ne peux pas aller plus vite que la musique. Et je ne veux surtout pas mettre mes filles en position de choisir un camp ou un autre. Ce n’est pas leur rôle. Je ne peux que garder espoir que ce jeu ne s’immisce pas entre moi et elles.
      Merci en tout cas pour vos retours
      Je prends très au sérieux tout ce qui est dit et essaye d’y répondre au mieux, avec sincérité, avec ma perception des choses et les aléas du moment.
      Meredith

      Aimé par 1 personne

    2. @Hellosunshine

      La réponse ne peut pas être plus claire que ça :

      « J’en profite pour dire que mes filles suivent une scolarité très correcte, et que rien n’est perçu de ce côté là.
      J’ai d’ailleurs pris attache avec la directrice de leur école. Elle est au courant de la situation et est vigilante également. »

      RIEN N’EST PERCU DE CE COTE LA ….La directrice est au courant et VIGILANTE. On ne sait pas sur quoi se porte sa vigilance: (cour de récréation, rapports avec les autres camarades, notes, participation, intervention en classe, comportement vis à vis des règles, socialisation, réaction de l’enfant face à l’autorité, sa spontanéité, ses dessins etc…. ou encore la venue du père ?) mais elle l’est.

      On a une maman qui est issue elle même d’un foyer déséquilibré, violéepar le géniteur de ses filles, sans dépôt de plainte à ce sujet, admet être terrifiée ce qui se comprend humainement, mais persiste dans l’affirmation que même avec la tête dans le guidon elle est rationnelle, même si manifestement elle n’a pas fait de suivi sur son propre parcours chaotique depuis l’enfance, pour éviter de reproduire idem ou pire se que elle a vécu avant d’avoir des enfants.
      Mais elle est convaincue que maintenir le lien  » Paternel » ( malgré avoir u ce blog, elle continue à parler de  » père de ses filles ») entre le géniteur et ses filles , lui évitera de se voir reprocher les même traumatismes qui furent les siens dans son enfance. Traduction elle agit ainsi parce qu’elle ne voudrait pas que ses filles luireproche un jour ce que elle reproche à ses parents. Puisque l’enfance de la mère se confond bien entendue avec celle de ses filles, le coup classique du transfert, bref.

      Peace,

      Aimé par 3 people

      1. Dandoha
        Vous êtes pertinente dans vos propos certes. Et j’imagine que vous êtes une experte en psychologie ou en procédure.
        Votre côté rationnel pourtant me mets mal à l’aise car erroné sur certains points. Malheureusement, difficile de vous donnez tous les arguments pour vous expliquer pourquoi j’agis de telle ou de telle manière. Pas facile de s’exposer nue comme un ver non plus. Au moins, je pense avoir un aperçu des attaques que l’on pourrait m’infliger comme mauvaise mère…
        En tout cas je fais de mon mieux, ce n’est pas le plus parfait du monde mais je me débat. Et c’est un début. Bien à vous
        Meredith

        Aimé par 1 personne

  20. bonjour a toutes,

    Meredith,
    je me permets de vous livrer une petite découverte d’importance en ce debut de reprogrammation de ma personne. Quand on nage en plein Brain Fog ,c’est la seule solution qui s’est offerte à moi ( et par moi) pour dissiper le brouillard : Laisser parler ses tripes
    Dans le match habituel : la raison ou les tripes, ces 2 éléments sont bien souvent contradictoires surtout en vivant avec un PN. Contrairement à ce que l’on peut penser la raison n’est pas toujours opérationnelle en cas d’abus.

    Laisser parler vos tripes ,c’est votre ETRE ESSENTIEL qui guide la machine, il n’y a pas de « mais » dans ce language, pas de blabla, pas de superflu. Je pourrai comparer cela à un cri primaire et lorsqu’on lui permet de s’exprimer pleinement : il n’est jamais, jamais négatif sur soi, car dénué de tout jugement sur lui meme. Pensez au reflexe de la marche automatique du bébé qui vient de naitre…notre corps est bien foutu et arrêtez de penser qu’il est faible …(je suis sortie d’une paralysie non fonctionnelle en attrapant 2 balais pour me servir de cannes, 3 ans plus tard je remarchai, aujourd’hui j ‘ai un très bon niveau de danses latines malgré un corps toujours malade)

    Sortir ses tripes sur la table, c le vif, c’est le nerf central et rien n’existe autour, le cerveau fait abstraction totale de l’environnement exterieur comme un mecanisme reflexe, c’est un pouvoir insoupconné qu’aucune bestiole PN ne possède. Arme fatale.

    Ca vous dispense d’avoir a convaincre les autres, c’est acter en parole, c’est ériger qui vous êtes sans le moindre effort. Non c’est pas une pilule miracle, si vous passez la main à votre rage, votre peur votre colère, meme votre joie: vos tripes vont sortir

    Quand la volonté n’est plus opérationnelle, c’est une belle découverte de réaliser qu’il existe une force(d’autant plus puissante qu’elle a été brimée) qui peut s’exprimer toute seule si on la laisse faire.
    Vos tripes ne sont destinées a personne et n’interagissent avec rien ,elles sortent par vous et pour vous, c’est tout ! Visuellement pensez à la scène de Liloo dans le » 5eme element » qui crache une puissante colonne de lumière au moment ou elle devient le 5eme élément.
    C’est beau comme image, c’est encore mieux lorsque vous le vivez

    PS: je ne peux pas cliquer sur j’aime,(probleme de mot de passe)mais sachez que j’apprecie beaucoup vos reponses et commentaires .

    Aimé par 4 people

    1. Ambelline
      En ce qui concerne de sortir mes tripes, j’ai déjà œuvrer tant de fois que je n’ai ni la force ni l’envie de refaire les mêmes erreurs qu’avant.
      Tout ce que j’ai pu livré à monsieur ou faire, s’est toujours retourné contre moi. Le silence est ma seule arme et prendre sur moi. Quand les choses m’horrifie j’appelle une personne de confiance pour rester sur terre. L’art du PN de retourner toutes vos paroles et vos actes contre vous est bien ficelé. On se sent en otage sans barreau. Ma seule liberté que je retrouve c’est l’écriture et les appels à mes proches. Et encore, je ne peux pas écrire sur du papier et je fais attention de verrouiller mes mdp sur la toile. Car la aussi je ne sais à quel point il pourrait me surveiller.
      Les actes viendront quand j’aurai le feu vert de mon avocat. Moment qui à la fois m’anime et me terrifie.
      Meredith

      Aimé par 1 personne

      1. Happy Sunday @Ambelline

        Au cas où cette phrase vous aurait échapée, je vous la retranscris:

        « En ce qui concerne de sortir mes tripes, j’ai déjà œuvrer tant de fois que je n’ai ni la force ni l’envie de refaire les mêmes erreurs qu’avant. »

         » Les actes viendront quand j’aurai le feu vert de mon avocat. Moment qui à la fois m’anime et me terrifie. »

        PREMIERE PARTIE :
        Je cite:

        1°) « En ce qui concerne les nuits et ce depuis qu’elles sont bébé, c’est moi qui me lève la nuit au moindre bruit.
        Par contre, ils jouent beaucoup avec elles, surtout quand il voit que ses manœuvres de séduction ne fonctionnent pas avec moi. Mais au moins, elles sont contentes. » .

        2°) »j’ai bu de l’alcool et tellement que j’ai du m’endormir pendant un câlin avec mon mari. J’ai honte mais il a fini le travail tout seul… en me sodomisant. Pendant cet acte, j’ai du revenir à moi quelques secondes puis trou noir. Le lendemain j’ai cru que j’avais rêvé mais en allant aux toilettes… cela ne trompe pas. »

        2EME PARTIE:
        Je cite à nouveau:

        A°) « Et je ne veux surtout pas mettre mes filles en position de choisir un camp ou un autre. Ce n’est pas leur rôle. Je ne peux que garder espoir que ce jeu ne s’immisce pas entre moi et elles. ».

        B°)  » J’ai peur. Peur de sa réaction, de tout perdre, de perdre mes enfants et de ne pas avoir assez pour les faire vivre correctement. »

        C°)  » Mes filles sont perturbées « .

        D° )  » Ma petite qui me parle mal, me tape parfois ou simule que je lui fais mal… Je sais qu’elle souffre d’être entre deux feux du fait d’un discours de mon mari lui disant que je lui parle mal et que je ne suis pas gentil avec lui. »

        E°)  » je l’ai juste informée que si mes filles se couchaient tard (en fait s’endormaient tard), c’est qu’elles étaient souvent angoissées. Donc, obligée de les rassurer et d’être là.  »
        F°)  » Je sais qu’elle souffre d’être entre deux feux du fait d’un discours de mon mari lui disant que je lui parle mal et que je ne suis pas gentil avec lui.
        Et moi je n’arrive pas à m’imposer. Plusieurs fois elle a fait son sac à dos pour partir de la maison. M’a dit ne plus vouloir exister. Que ce n’était plus mon enfant. C’est dur.
        Je ne disqualifie jamais mon mari aux yeux de mes filles, c’est dur de ne pas pouvoir le défendre. Mais j’y veille. Je sais par mon histoire personnelle assez douloureuse combien il est important d’avoir ses parents et ne pas être balloté d’un bord à l’autre. ».

        OBSERVATION:
        1°+2°= …..
        A° + B° + C°+E°+F° = ….

        Voilà comment il m’est facile de démonter une contradiction chez la partie adverse quand je défends certains dossiers .
        Pistache, je me serais faite une joie de représenter ces deux enfants de 6 et 10 ans un enfant une affaire, sans aucune pitié .

        Pour le reste:
        Pas de commentaires…..Mais comment TAIRE

        Aimé par 1 personne

      2. G) « Le plus difficile c’est de voir le regard de mes filles qui change selon ce que mon conjoint fait »… J’ai eu les larmes aux yeux en lisant ça, j’ai vu ces deux petits regards désemparés et terrifiés… Comment peut on supporter de voir ses enfants ainsi ? Je ne juge pas, j’ai bien compris l’état dans lequel se trouve @Meredith mais c’est désolant pour ces pauvres petites… 😦 J’aimerais que quelqu’un prenne leur défense comme tu l’aurais fait chère @Dandoha parce que pour le moment, personne ne le fait. Elles ont raison d’être en colère ces puces ! Elles ont des attitudes d’ados rebelles à 6 et 10 ans… Les enfants peuvent être en colère mais JAMAIS je n’ai vu de si jeunes enfants vouloir partir de la maison ou mourir… C’est que réellement elles doivent être au bout du rouleau les pauvres ! Mais la priorité est qu’elle ne vivent pas la même chose que leur mère, quitte à vivre pire… On marche sur la tête !

        Aimé par 2 people

      3. Meredith,
        J’ai bien compris que vous n’aviez plus de forces et pour cause, toute votre énergie est dirigée contre ou pour votre PN ( c’est son job de vous vider), et nous l’avons toutes vécues. Je parlais d’autre chose, plutôt de la force interieure, vous savez celle inéluctable: « marche ou crève » celle du coup de pied quand vous êtes au fond de la piscine et qui vous permet enfin de remonter, et en aucun cas des efforts surhumains et vains en contre-manipulation,évitements, illusions avec le PN. Cette force là n’a rien a voir avec lui , je ne l’inclus meme pas dans le contexte. Cette force peut s’appeler reflex de survie, déclic, ras le bol ou danger extreme etc…. et elle vous pousse à agir quasi mécaniquement . Je vous souhaite vivement de la trouver ,loin de lui

        Aimé par 3 people

      4. Meredith,
        De mémoire vu que j’ai divorcé aussi, à partir du moment où l’on dépose une requête de divorce tout va très très vite seulement quelques jours, donc vous pouvez dés maintenant chercher un appartement me semble t’il ? Qu’est ce qui vous terrifie ? Vous allez dire oui à la vie !!! Un bon avocat à qui vous énoncez votre histoire vous dira qu’il ne faut absolument pas atttendre. Vous n’allez quand même pas (rassurez moi) attendre que le divorce soit prononcé pour fuir ?
        Je vous envoie plein de courage, foncez pensez à vos filles avant vos états d’âme. Vous aurez des moments d’angoisse mais cette liberté que vous vous offrez à vous 3 n’a pas de prix !

        Aimé par 1 personne

  21. Bonjour à toutes et tous,
    Meredith, il n’y a pas à réfléchir, il vous faut FUIR, ce n’est pas le moment de prendre le temps de digérer une séparation, vous aurez tout le temps de le faire mais APRES ETRE PARTIE avoir sauvé votre peau mais surtout celles de vos enfants.
    Je suis complètement estomaquée que même si vous étiez alcoolisé vous n’ayez absolument pas ressenti une SODOMIE quand même !! Même pas senti la douleur…Je suis de l’avis de Dandoha et d’autres, il est très fort possible qu’il vous drogue votre ordure de mari. Et j’ai une peur au ventre concernant vos enfants….Si mr peut pratiquer un viol conjugual de quoi d’autres pourraient ils être capable ???? Sans compter que vos filles surtout l’ainée si j’ai bien compris veut sauver sa peau en fuguant……
    Cherchez sans attendre un appartement, réfugiez vous chez des amis (de votre côté bien évidemment) si vous le pouvez en attendant mais vraiment réagissez tout DE SUITE !!
    Il ne changera jamais vous le savez très bien au fond de vous, il est dangeureux.
    Je suis tout à fait d’accord avec Scarlett, pourri prépare sa sortie finale son spectacle macabre est pour bientôt. Avant de finir définitivement morte psychiquement et d’attendre sa mise à mort sadique et surtout de continuer à laisser vos filles en danger, FUYEZ .
    Vous pouvez vous aider dans vos démarches comme vous êtes visiblement complètement dans le flou , par une assistante sociale qui vous épaulera dans vos démarches. Continuez à faire suivre vos 2 filles par un psy et VOUS , vous avez besoin également d’un très bon suivi !

    Aimé par 4 people

  22. Hum, cas des plus compliqués et tristes sur ce blog depuis… longtemps.

    @Meredith, je partage l’analyse de mes camarades : vous devez partir. Vous le savez, mais vous ne le faîtes pas. C’est un choix, votre choix, mais ses conséquences seront lourds.
    Une chose est sûre : vous êtes une droguée, et vous avez une personnalité très encline aux dépendances. Il semblerait que vous soyez addict à l’alcool, et très certainement addict au PN. Et je dirais même plus : addict au drama. Vous ne voulez pas partir parce que, quelque chose en vous, « aime » ce qui est en train de se passer. L’adrénaline qui vient avec cette « pré-mise à mort » semble vous exciter, vous avez repris un shoot.

    Pauvres enfants – menacer de fugue à 10 ans, se taire à 6 ans… qu’ont-ils fait pour mériter ça ?

    Revenons à quelques points qui m’interpellent.

    – Au lieu de vous juger sur votre personnalité addict, je vous conseillerais de garder ce niveau d’adrénaline à travers une activité de dépendance plus saine : courrez, faites du sport. Le « runner high » aidera votre corps à résister un peu plus longtemps.
    – Vous êtes encore en contact avec des proches, si j’ai bien compris. Rapprochez-vous d’eux, appelez-les, parlez-leur. Ou alors, envoyez vos filles en vacances chez eux pendant quelques temps. Elles ont le droit de se reposer.
    – Portez plainte pour viol. Ou au moins, déposez une main courante. Contrairement à ce que vous semblez croire, beaucoup de professionnels de la justice ont eu affaire aux PN (même sans connaître le terme, instinctivement, ils savent que certains hommes ne sont pas « bien »). Allez-y, arrêtez de vous trouver des excuses.

    Et surtout, @Meredith, ne pensez pas que vous allez gagner l’affection du PN en ne partant pas. Non : il va augmenter la mise, il va jouer le tout pour le tout. Ce genre de personnage-là est en train de prendre son pied le plus total dans votre destruction. Mon Dieu… J’imagine déjà sa JOIE SADIQUE, il est en train de savourer comme jamais. Tout ce que vous avez gagné par votre SOUMISSION MACABRE, c’est le droit à un dernier tour de manège – mais d’une violence que vous n’imaginez pas encore.
    Méfiez-vous : il vous larguera, vous renversera, passera sur vous comme la serpillère que vous êtes à ses yeux, vous piétinera, détruira vos filles, et s’en ira tout content… le temps de revenir pour vous remettre un coup dans les côtes ou dans les dents, à l’ego, au coeur, dans le dos. Pour vous traiter de trainée ou de mère indigne (point sur lequel, en plus, il pourra jouer, car la culpabilité va vous gagner si vous ne protégez pas vos filles).

    Votre relation EST CONDAMNÉE DE TOUTES FAÇONS, vous êtes seulement en train d’évaluer quels seront les dégâts que vous êtes prête à accepter.

    Aimé par 4 people

  23. Meredith,

    Plus je vous lis, plus je me dis que vous êtes maîtresse dans l’art d’enfoncer des cargaisons de liège.

    En somme, si j’ai bien tout compris, pour résumer vous voulez :

    – Divorcer sans que Monsieur ne s’en rende compte
    – Partir de chez vous mais garder votre chez-vous
    – Noyer le poisson de votre situation familiale dans l’entourage immédiat de vos enfants tant que personne ne voit rien tout va bien
    – Claquer des portes mais surtout ne pas faire de bruit
    – Prendre un nouveau départ mais sans monter dans le train

    …….

    Ok…c’est assez inédit mais why not …

    Aimé par 5 people

    1. Lady isabel

      Certains points que vous énumérer sont faux… mais vous ne pouvez pas deviner…
      « – Divorcer sans que Monsieur ne s’en rende compte »
      Je ne fais qu’appliquer des mesures de précaution et de sécurité pour pouvoir avoir accès aux papiers et ne pas être plus sous le regard…
      – « Partir de chez vous mais garder votre chez-vous »
      Pas du tout ! Je regarde pour partir et le matériel… je dois en faire le deuil…
      – « Noyer le poisson de votre situation familiale dans l’entourage immédiat de vos enfants tant que personne ne voit rien tout va bien »
      Vu que certaines personnes m’enfonceront, je n’ai aucun doute qu’il faut que je fasse comme si…
      – » Claquer des portes mais surtout ne pas faire de bruit »
      Le bruit, il va y en avoir bientôt…
      – Prendre un nouveau départ mais sans monter dans le train  »
      Je vais monter dans le train… je ne suis pas un TGV mais une locomotive…
      En toute sincérité je fais ce que je peux avec ce que je suis et les moyens que j’ai. J’ai bien conscience que je rame… mais je ne suis pas plus forte qu’une autre et je voulais partager juste mon expérience. J’espère que l’issue n’est pas loin.
      Bien à vous

      Aimé par 1 personne

      1. @Mérédith

        J’avais décidé de ne plus intervenir à propos de votre situation et je m’y maintiens, cependant vous évoquez des procédures juridiques fausses voire effarantes:

        je vous ciite: « « – Divorcer sans que Monsieur ne s’en rende compte »
        Je ne fais qu’appliquer des mesures de précaution et de sécurité pour pouvoir avoir  »

        Ca n’a aucun sens ni moral, ni légale ce que vous insinuez.
        Divorcer ne relève pas du secret d’état.
        De plus vous êtes dans un pays qui a légiféré afin de faciliter les divorces. De plus en cas de besoin, juges et procureurs et avocats , huissiers avons tous les moyens et recours pour obtenir les documents nécessaires.
        Alors je ne sais pas quel metteur en scène d’avocat(s)qui vous entourrent, mais vous lire à propos de la procédure alors que vous prétendez être une cordonnière mal chaussée..
        Ayez au moins la rationalité d’être précise et factuelle. Votre attitude vous dessert énormément. Parce que si toute fois ce que vous avanciez était la norme légale voire l’une d’elle, je doute qu’un ou des confrères attendent de leur cliente qu’elle soit dans un contrôle systématique d’uune situation qu’elle même n’a jamais maîtrisé et pour cause elle ne sait même pas qui elle est.

        Pour le moment tote votre atitude depuis votre décision de divorcer n’est qu’un boomerang que vous lancé et qui vous reviendra en pleine face du fait de votre obstination dans l’absurde.
        Votre pire ennemi c’est vous même y compris et particulièrement dans cette façon que vous dites aborder votre divorce.
        Vous n’êtes pas mon premier rodéo sur ce blog en la matière et je vois déjà l’issue et la complexité de votre profil pour mes confrères.
        Tous les intervenants qui comme voussur ce blog ont fait l’objet , de ma part , de leur déni , désillusion, et illusion, voire mensonge de leur réalité s’en sont mordus les doigts TOUS.
        Certains sont revenus des mois sivants mes propos pour me faire savoir que je ne m’étais pas tromper.
        Même Steevie WONDER vois d’ici l’issue de votre attitude et l’impacte sur ces deux enfants innocentes , les seules vraies victimes.
        Et je m’exprime sous le contrôle de @Scarlett propriétaire de ce blog avec pour preuve les témoignages à votre disposition qui prouveront mes dires.

        J’avais dit pareil @Stellabat, @Clémence, @Liliane, @Arnaud, @Dory25, @Lélie, @Emmanuel @Boris @Paul….etc…

        Je n’ai fait de cadeau à QUICONQUE

        BUT YOU WOMAN YOU ARE SOMETHING ELSE.

        Quand le mensonge prend l’ascenceur, la vérité prend l’escalier ….Anyways TIME it is a matter of TIME 😉

        Aimé par 3 people

      2. Hey dear

        Ce qu’on va faire, c’est que Meredith va tranquillement avancer dans sa vie, en prenant ou ne prenant pas ses décisions pour ses enfants et elle. A ce stade, je ne veux pas basculer dans la prise de contrôle. Ce n’est pas la mission du blog.

        Ce que tu évoques est la projection négative que peuvent faire des personnes qui ne sont clairement pas prêtes à changer de vie, sur toi ou sur d’autres intervenants, parce que le PN lui, n’a que faire d’elles. Comme elles ne peuvent pas se retourner contre lui, elles le font contre une tierce personne. En gros, en voulant pousser l’expérience jusqu’au bout comme tu le fais, ça va se retourner contre toi par effet bouc émissaire / scapegoat. C’est un mécanisme de défense psychologique que tu as souvent vu à l’œuvre. ça éloigne momentanément la méchanceté du PN et la colère de la « victime » qui se projette sur toi 😉

        Toutes les infos ont été données, aussi bien sur le plan humain, psychologique et juridique. Nous avons fait tout ce qui était possible pour Meredith, bénévolement. A présent, la balle est dans son camp. Toute cette énergie a servi à établir des faits. Cependant, personne n’a le droit d’intervenir dans sa vie, elle fait ce qu’elle veut, quand elle le veut.

        Le fruit doit d’abord être mûr pour tomber de l’arbre so… God bless. Si ses avocats lui donnent certains conseils, elle fait bien de les suivre. Nous n’avons peut-être pas des éléments-clefs ou autres, et de toute façon, ce n’est pas à afficher publiquement. La stratégie de l’attente se justifie peut-être, je ne sais pas. Au moins, le maximum aura été mis en place pour les petites. On attend le dénouement et on envoie des pensées de courage et de vérité.

        Ma conscience est clean.

        Xoxo

        Aimé par 4 people

      3. Merci, ma belle.

        @Dandoha est souvent prise à partie parce qu’elle devient le mouton noir / le miroir déformant d’une réalité qui est pénible pour certaines personnes. Le transfert de la colère, du ressentiment, et surtout, surtout de l’impuissance de ces personnes face au pervers est aisé.

        Au lieu d’utiliser ces émotions contre le vrai adversaire, le pervers narcissique, c’est beaucoup plus facile de se retourner contre quelqu’un qui est là, qui écoute et qui donne de l’attention. ça leur permet de gagner du temps et de sortir illusoirement de la vraie bataille. Le PN lui, rigole de tout ça et continue sa destruction à l’aise. Et elles le savent.

        Il suffit de lire les réactions – qui sont étrangement toujours les mêmes chez tous ceux qui réagissent aussi de façon similaire envers Dandoha – pour s’en rendre compte. Elle devient le réceptacle de leur impuissance.

        Très belle soirée à toi également xoxo

        Aimé par 3 people

      4. Parfois j’ai vraiment l’impression que @Dandoha pourrait écrire un commentaire d’une page entière, truffée de conseils juridiques, de conseils de lectures inspirantes, d’analyses de la situation, donc bienveillant mais qu’un seul mot considéré comme « de travers » sur toute la page qu’elle aurait écrite serait relevé pour lui attribuer une intention malveillante qui n’était pas la sienne, je trouvais ça troublant car quand je la lis je me focalise personnellement sur le positif, les infos pertinentes qui pourraient être utiles etc, bref, je mettais cela sur le compte d’une paresse intellectuelle mais je comprends mieux avec ce mécanisme alors merci de l’avoir expliqué @Scarlett 😉

        J'aime

      5. « je me focalise personnellement sur le positif »

        Oui, parce que vous êtes venue sur ce blog pour trouver des réponses, quitte à ce qu’elles n’aillent pas toutes dans votre sens 😉
        Celui ou celle qui vient chercher de la complaisance, donc de l’hypocrisie, va entrer dans le processus du bouc émissaire pour se protéger de la vérité.

        Tout dépend du fond de la personne et de son intention première.

        xo

        Aimé par 3 people

      6. Happy Monday @Scarlett,

        NON, je ne voulais pas la laisser insinuer sur ce blog , que des avocats puissent encourager des clients à agir ainsi. La procédure légale qu’elle évoque est fausse et pourrait décourager d’autres victimes.
        Divorce ce n‘est pas ça .
        @Mérédith fait ce qu’elle veut , mais raconter autant d’inepties sur une procédure de divorce c’est contrproductif

        Xoxoxo

        Aimé par 2 people

      7. ça dépend peut-être de la nature de la requête : consentement mutuel ou faute ?

        Il faudra que je fasse un article sur ce sujet pour que tout le monde puisse y voir clair.

        Xoxo

        Aimé par 2 people

  24. Je viens de lire votre témoignage Meredith…ainsi que tous les commentaires de personnes qui ont de l’intérêt pour vous !!! De belles personnes !!!- c’est rare de nos jours…
    C’est hallucinant ce que vous vivez !!! Je n’ai qu’une chose à vous dire Prenez vos filles et FUYEZ avant qu’il ne soit trop tard !!! Fuyez et ne vous retournez pas !!! Sauvez votre peau et celles de vos filles ! Je l’ai fait à une époque de ma vie …Je vivais également dans une aisance …J’ai tout quitté …Vous avez un travail, vous vous en sortirez…vos enfants pourront enfin vivre en paix et cela n’a pas de prix ! Elles vous remercieront un jour … Ce que cet homme vous fait subir est sans nom …
    Toutes les personnes de ce blog vous le disent …Partez avec vos filles …
    La paix n’a pas de prix !
    Je ne puis vous donner que mon vécu .Je suis partie…Jamais je n’ai regretté (cela n’a pas été facile tous les jours…et dans ma vie personnelle j’ai eu d’autres épreuves )mais aujourd’hui mes 6 enfants vont bien ( bonne situation – bons revenus)…je vous dis tout cela pour vous encourager …Quant à moi, j’ai trouvé la paix( même si je ne suis pas au bout de toutes mes épreuves . Mais j’ai trouvé la force de me reconstruire grâce à ce blog – véritable mine d’or et ressourcement pour vaincre nos propres difficultés) . Courage Meredith , sauvez-vous, vous en valez la peine et par là même occasion sauvez vos filles ! Elles seront fières de leur maman !
    Permettez-moi aussi de vous demandez de limitez l’alcool , cela ne sert à rien …Vous vous discréditez vous -même et le PN s’en servira cotre vous ! Faites du sport pour vous recentrez …Je l’ai fait et cela m’a permis de tenir face à l’adversité …Au moins vous resterez digne…
    bon courage à vous Meredith !Toutes les personnes qui vous ont répondu se soucient de vous ! Là vous avez des amis et du soutien …

    Aimé par 3 people

    1. Bonjour ZDB

      Effectivement, il y a de très belles âmes sur ce blog et je suis fière de coopérer avec elles tous les jours.

      Je pense que c’est sur le témoignage de Meredith qu’il y a eu le plus de concentration d’ondes positives et j’en ressens beaucoup de GRATITUDE. Le support fourni ici est inestimable et quand je vois des personnes pour qui Meredith est une parfaite inconnue, éprouver une réelle empathie pour elle, ça redonne vraiment foi en l’humain.

      Très beau Lundi de Pentecôte à tous ceux qui passeront sur ce commentaire et qui sont de foi chrétienne.
      Bon repos à ceux qui ne partagent pas la foi, profitez bien de cette journée off.

      Xoxo

      Merci à toutes (pour le coup, pas d’homme) pour votre participation, votre envie d’aider et votre liberté de pensée. Je suis fière de vous.

      Aimé par 7 people

  25. Bonjour, toutes les réponses à @Meredith font froid dans le dos, certes certaines donnent des conseils précieux, mais d’autres sont dans le jugement, peut être pour faire réagir @Meredith, toutefois je pense que son témoignage est un bon début, elle semble prudente, et préfère peut être organiser son départ, elle doute,…ELLE A TOUT SIMPLEMENT PEUR, de lui, de l’avenir,… après tant d’années,…OUI il faut du courage et de la force mentale pour partir, faites vous aider par un proche,…ou une association. Le courage n’est pas à celles qui restent mais bien à celles qui partent…
    Pour ma fille et mes 2 petits fils, ce fut un accompagnement quotidien, elle a tout plaqué du jour au lendemain, (et c’était pas gagné, car elle a avoué qu’elle espérait qu’il la supplie de revenir) sans ressources financières, et je ne parle pas de son état physique et psycho ( d’elle et des enfants), après 3mois à la maison, je l’ai aidé pour toutes les procédures administratives, lui trouver un logement, même une fois installée, je l’appelais chaque jour… aujourd’hui, elle semble aller mieux, ils se font suivre tous les 3 par une psy, elle vient même de trouver un travail, elle pratique le presque no-contact, (il a des DVH, il a fait appel au premier jugement, il est procédurier, il veut la garde totale), je l’aiderai jusqu’au bout, N’hésitez pas à vous faire aider, C’est important, surtout au début de votre reconstruction, j’avoue m’être beaucoup impliquée (voir trop par certain proche),( je me faisais tellement de soucis), (mais ca c’est encore une autre histoire…)maintenant, je la laisse reprendre le cours de sa vie,
    AYEZ CONFIANCE @Meredith, malgré les hauts et les bas de l’après, ma fille m’avoue le bonheur qu’elle a enfin de pouvoir penser, d’agir, EN TOUTE LIBERTE…
    Bien à vous

    Aimé par 2 people

    1. Bonjour Nath

      En attendant, dire la vérité aux gens marche bien plus que les brosser dans le sens du poil 😂

      Encore une personne qui a vu la Lumière grâce à nos commentaires politiquement incorrects mais ô combien efficaces : lire le commentaire de la lectrice Clémence sous son témoignage. Après 21 ans de toxicité dont 15 ans de chambre à part, après 1 petit mois, elle comprend à quoi elle a échappé.

      Ici, nous ne servons pas du thé avec des petits gâteaux et la couverture de la victime impuissante. Nous redonnons la dignité à ceux qui pensent l’avoir perdue.

      Ce que nous disons à Meredith ne sera jamais plus dur que ce qu’elle s’inflige chaque jour avec le pervers. Sauf que lui se fiche d’elle alors que nous essayons de lui redonner courage.

      Bon Lundi 💯

      Aimé par 4 people

      1. Euh moi je veux bien les petits gâteaux et le thé en plus…💝💝💝🍤🍩🍧🍣 la couverture, j’en veux plus.

        Vous êtes magnifiquement courageuses et d’une bonté exceptionnelle de nous éclairer et nous donner de votre temps précieux gracieusement, Scarlett et son équipe ,Dandoha, Hystoriacyn …💖💌

        Dans tous les cas, je pense que chaque réponse apporte ou apportera ses fruits et que même les non dits sont productifs.☮

        Il me semble qu’en venant sur ton blog, il est impossible de rester dans le déni plus d’un an, quand on part c’est en pleine conscience de nos failles, et pour suivre le chemin que l’on aura alors choisit.☯

        Choisir de vivre, c’est aussi choisir de cesser de se mentir, pour ne plus mentir aux autres également, comme vous le dite, notamment à nos enfants, car en continuant ainsi nous restons autant toxique pour nos enfants que le pn. Normale, lorsque l’on est un Dépendant affectif (ces 2 mots qui semblaient si beaux Avant)🙄🤔😒

        J’ai envi de dire à Meredith  » lorsque tu rentre du travail et que ta fille est en colère, ce n’est pas forcément à cause du pn, mais peut être à cause du fait qu’elle pense que tu ne fait pas ce qu’il faut pour arrêter ça » la victimisation nous permet de rendre coupable le Pn de la souffrance que nous faisons supporter à nos enfants, l’enfant lui attends avec son mécanisme de défense que le parent qui pourrait le protéger agisse, l’aliénation c’est aussi dire à l’enfant, je sais et je reste .

        Mais je ne dis pas qu’il est facile de partir, mais il faut partir pour les sortir de ça ou les épargner le plus possible, car eux n ont rien demandé.

        En gros et pour conclure, les DA n’ont pas beaucoup d’amis sincères, de par leur profil, ici, nous trouvons, soutient, écoute… même si je ris quand tu dis que tu nous fuis Scarlett, je dirais plutôt que tu nous suis, nous soutien et nous aide à nous connaitre, tu es une vraie mère lol, car malgré toi; n’est ce pas ce rôle qui aurait dû être joué dans l’enfance afin d’éviter tant de dégâts au final.

        Un ami m’a dit  »tu pars pour le bien des enfants? Je ne lui ai pas dit que c’était pour sauver ma peau, (ma santé mentale), par conséquent pour que mes enfants aient une mère complète, qui ne laisse pas faire plus grave.

        Alors chères mamans papas transférons cette énergie dévouées au pn, à nous même, nos enfants, eux ne demandent que ça, VIVRE.

        Bien à nous, pleins d’Amour, et de bonnes vibrations

        Nini

        Aimé par 1 personne

    2. Bonjour @Nath, très honnêtement, la seule préoccupation que j’ai dans ce témoignage est la sécurité des enfants. Une fois qu’elle seront à l’abri de leur pervers de père , j’entendrai les peurs , les doutes et les états d’âme de @Meredith. Vous ne pouvez comparer l’histoire de votre fille et vos petit fils que si leur père était un pervers sexuel. Cette histoire, ce PN ont une dimension particulière. Mes avis peuvent paraitre dur, oui , parce ce que je trouve dur, là, c’est la vie de ces deux enfants de 6 et 10 ans qui vivent un enfer plus grand que celui de leur mère et qui n’ont rien demandé ELLES ! Ici nous avons un homme déviant sexuellement, pervers en tous points, vraiment dangereux. Et @Meredith prend tout son temps…  » Chaque cas est unique, les commentaires font froid dans le dos à l’image du témoignage lui même… À méditer. Bonne journée à tous

      Aimé par 3 people

      1. Oui, c’est l’avenir de ces enfants qui passe avant tout.

        Un adulte peut se remettre, son cerveau est déjà formaté. Il est possible de changer certains de ses comportements mais le gros de la personnalité est déjà en place.

        Pour un enfant, tout se joue avant 7 ans, au cas où certaines personnes ne seraient pas informées (demandez dans ce cas). On a là une enfant de 6 ans qui peut encore basculer dans un sens ou dans l’autre. On nous parle aussi de tentative de fugue, de viol, de perte de mémoire, de dissociation, etc.

        Désolée de ne pas être un robot sans âme et sans empathie qui se sentirait plus concerné par l’évidence d’une interaction froide et perverse entre deux adultes que par le bien-être de deux enfants. Si Meredith était seule avec cet homme… Je pense que son témoignage aurait suscité moins de réactions. Une fois qu’une certaine limite est dépassée entre deux adultes, à part donner le conseil de partir, on laisse faire.

        Mais qui peut rester de marbre face à deux enfants en bas âge ? Chacun sa sensibilité mais je comprends que la vérité fasse froid dans le dos des personnes qui ne se mettent pas une seconde à la place de ces deux anges. Effectivement, quand on ferme les yeux sur l’essentiel, on ne voit pas le danger.

        @Nath : sachez qu’une personne qui veut réellement votre bien est avant tout une personne qui vous dit la vérité. Celle qui vous encourage dans votre erreur veut votre perte.

        En passant… xoxo

        Aimé par 4 people

    3. Bonjour @nath,

      @Meredith a parfaitement su répondre ELLE-MÊME aux commentaires qui l’ont interpellé, elle a d’ailleurs ELLE-MÊME cliqué sur « j’aime » à quelques interventions dont des interventions qui n’allaient pas dans son sens car elle en a compris il me semble la démarche bienveillante, je pense qu’elle sait parfaitement s’exprimer SEULE elle l’a démontré en affirmant ce avec quoi elle n’était pas d’accord notamment.

      Je ne vais pas m’excuser pour ma part de ne pas cautionner tout ce qui est incestuel et incestueux. Bien sûr je juge en fonction du témoignage, puisque je me base sur le témoignage, je n’aime pas l’hypocrisie de ceux qui disent je ne juge pas pour derrière juger justement, que chacun parle en son nom et que la personne concernée réponde si elle en ressent le besoin, c’est très simple il me semble. Je préfère préciser que j’écris cela dans le plus grand des calmes après un bon we en famille ^^.Tant que @Scarlett le permet je poursuivrais de la même façon sur ce blog.

      Bien cordialement.

      Aimé par 3 people

    4. Bonjour Meredith, Bonjour à tous,
      J’ai vécu un parcours du même genre que vous et ce qui m’a le plus manqué pour me dégager de l’emprise du PN, car je suis âgée aujourd’hui et comprends bien tout mon parcours, c’est le soutien extérieur, que ce soit des institutions (pratiquement absent, incompréhension, indifférence ) et de mon entourage : jugements, critiques, incompréhensions et indifférences aussi. Je trouve moi aussi qu’il y a beaucoup de jugements dans ces réponses même si elles sont effectivement logiques et rationnelles. Et j’aime beaucoup ce blog pour cela. Toutefois pour moi, ce n’est pas le choix rationnel qui aide, on le sait inconsciemment ce qu’il faut faire, c’est l’insécurité et la peur, le manque de soutien et de compassion que l’on a rencontré depuis son enfance et qui nous a programmé « dépendant ». Or c’est la colère, la rage, l’émotionnel donc, qui sont les clés pour s’en sortir, non le rationnel, et pour oser cela, il faut des personnes « soutenantes », surtout pas « culpabilisantes et jugeantes » mais des témoins engagées qui nous confortent dans notre droit à nous « révolter », pas seulement à faire un choix.
      (« Les émotions ne sont pas un luxe mais un auxiliaire complexe dans la lutte pour l’existence. » Antonio Damasio)
      Quand la colère monte, nous avons besoin de témoins qui nous aident à gérer et maîtriser cette forte émotion pour pouvoir la maîtriser…c’est le processus libérateur mais douloureux. Il s’agit d’une libération émotionnelle à effectuer, pas un choix rationnel froid seulement, qui refoulerait toujours « la colère refoulée », source de la victimisation de soi-même ici (colère retournée contre soi, ou sur des boucs émissaires effectivement…). Dans nos sociétés, la colère n’est pas aimée, les émotions négatives ne sont pas aimées, et pourtant ce sont les EMOTIONS qui nous permettent de nous orienter dans nos vies. C’est cette écoute des émotions qui permet de retrouver sa vitalité. Ecoutez vous Meredith, écoutez vos émotions. Je suis de tout coeur avec vous. Le chemin est long et difficile mais combien gratifiant.

      Aimé par 1 personne

      1. Je cite : « (« Les émotions ne sont pas un luxe mais un auxiliaire complexe dans la lutte pour l’existence. » Antonio Damasio)

        Je réponds : « Les émotions sont un luxe inutile » (Swami Prajnanpad, grand sage indien)

        J’ajoute : La psychothérapie guérit l’égo ; la spiritualité guérit DE l’égo.

        Belle journée aux âmes conscientes et aux non-conscientes.

        Isabel

        Aimé par 2 people

      2. Merci beaucoup Pascale75 d’avoir pris ce temps et pour votre soutien.
        Et comme vous l’avez dit je n’ai pas besoin de plus de culpabilité… mais je comprends la pertinence et l’expérience des personnes qui sont intervenues sur mon témoignage. Et un avis extérieur sert toujours. Au point où j’en suis, je vascille sans cesse entre le rationnel et l’émotionnel, et grâce à mes proches et aux lectures je ne sombre pas dans la folie. Des questions et des doutes, il y en a des milliers chaque jour. Cependant, l’objectif premier c’est de retrouver la vie pour moi et mes enfants. Le chemin est peut-être plus long que certains ou certaines mais c’est le mien.
        Physiquement j’ai été plus que fragilisée, je n’ai fait que tomber malade depuis le début de l’année.
        Actuellement, tout est beau et rose, (love bombing vous me direz) mais je ne fais pas machine arrière… mais je prends ce temps pour récupérer avant la colère. Besoin de force. Besoin d’appuis solides. Mais je reste prudente car l’indécision et le brouillard dans lequel il m’a mis n’est pas loin.
        Je creuse, je lis depuis sur la dépendance affective. Je suis sensible et très tournée vers les autres dans la vie. Je m’étais penchée sur HP car mon père est HP.
        J’avance… j’apprends à dire non également dans mon travail et à prendre plus mon temps. Ce qui paraît compliqué parfois pour les autres j’arrive à le régler très rapidement.
        Bien sûr, lorsqu’il il s’agit de moi je n’ai pas forcément le même recul…
        Merci à tous et à toutes de m’avoir permis de m’exprimer.
        Merci à Scarlett de m’avoir donné cette opportunité également.
        Il fallait vraiment que je sache si je n’étais pas seule car chaque cas et chaque personne est particulier…
        Bien à vous
        Meredith

        Aimé par 1 personne

      3. Je n’ai plus envie de répondre mais franchement , puisque mes propos sont qualifiés de jugeant , je vais montrer ce que c’est si je juge , on fera peut être la différence ! : Vous aussi @Pascale , votre ex a certainement abusé de vos enfants ? Vous dormez bien la nuit ? Qui ne serait pas en colère et qui ne réagirait pas à imaginer ses deux petites filles en train de se faire violer par un porc malade qui a sûrement mis un bon cocktail médicamenteux pour toute la famille pour le dîner afin de s’adonner à ses pires fantasmes à part une mère complice ? Quelle genre de mère ne trouve pas dans la détresse de ses enfants la force de soulever des montagnes ?? Une mère qui sacrifie ses enfants pour pleurer sur son propre sort ?! Une mère irresponsable et indigne ! Voilà. Pour votre gouverne et celle de tous je déteste juger… J’estime n’être personne pour juger mais si je dois blesser Une adulte pour donner une seule chance à des enfants de vivre leur vie d’enfant dans une ambiance sécurisée, le plus rapidement possible, je n’hésite pas une seconde ! Le bien être d’enfants passera avant n’importe quelle souffrance adulte pour moi . N’en déplaise à quiconque. Que celles et ceux qui jugent que c’est un jugement (Mdr ! C’est très cohérent en passant , il faut se regarder avant de parler des autres !) pensent ce qu’ils veulent, ça m’est égal , c’est ma dernière intervention sur ce sujet , qu’ils cajolent @Meredith, si ils pensent que c’est cela qui va l’aider , (ce dont je doute , @Meredith est déjà soutenue dans la vraie vie et elle ne bouge pas ! ) qu’ils projettent leurs expériences qui je le suis sûre non en fait de similaire qu’un PN ait croisé leur route , si ça leur fait plaisir, je ne les jugerai pas… J’ai dit ce que j’avais à dire , je l’assume. À bon entendeur ! Belle journée à tous

        Aimé par 1 personne

      4. Hey

        Tu sors les griffes 😂

        Tu sais, personne ne peut intervenir dans la vie de Meredith et par ricochet, des deux enfants. N’oublions pas que ce sont ses enfants et qu’elle est libre de faire de sa descendance ce qu’elle veut.

        Si elle estime que ses enfants sont en sécurité, ma foi, nous ne pouvons pas changer cela. Chacun a son destin et ces enfants sont en train de le vivre pour le meilleur ou le pire, seul Dieu sait.

        Chacun doit assumer sa part de souffrance, les enfants aussi malheureusement et nous ne pouvons rien y changer. Ce n’est pas notre vie et ce ne sont pas nos enfants.

        C’est la vie qui est ainsi. Les happy endings ne sont pas systématiques.

        Xoxo 💋

        Aimé par 1 personne

      5. Hello ma @Scarlett, oui c’est vrai , j’ai un peu sorti les griffes lol ! Ce qui m’agace ce n’est pas tant la décision de @Meredith mais ce sont ses pseudos avocats, avec leurs projections infondées qui ne font que complaire @Meredith dans son « délire  » et qui jugent les autres de juges… Nous n’avons rien à gagner ici, les « habitués  » apportent toutes quelque chose , les autres aussi , avec le plus de bienveillance possible. J’ai du mal à comprendre cela… Pourquoi ne pas simplement dire à @Meredith qu’on la soutient , la réconforter , si on le souhaite ? Pourquoi médire sur les autres commentaires et leur prêter des intentions qu’ils n’ont pas ? Ce n’est pas nécessaire selon moi… Surtout que tu as prouvé mainte fois que ça ne porte pas tant ses fruits que cela… Et je ne peux que faire le même constat, car je connais la dépendance affective, j’ai réglé ça mais je n’ai rien oublié de celle que j’ai été ! Bref… On ne refera ni l’histoire ni personne, merci de m’avoir autorisé à m’exprimer @Scarlett, je souhaite le meilleur à tout être humain mais il y a des choses qu’il est au dessus de mes forces de laisser passer tant que tu m’y autorises… Chacun pense ce qu’il veut et @Meredith est la seule responsable de ses enfants, je l’ai bien compris mais certains intervenants doivent vraiment apprendre à dissocier leur vécu de celui des autres . Les mécanismes psychologiques sont les mêmes avec les PN et les DA mais que histoire est Diffèrente. Belle soirée à toi @Scarlett et à tous 💋

        Aimé par 1 personne

      6. Certaines personnes manquent d’assertivité, c’est comme ça. D’où le besoin de s’appuyer sur les propos des autres avant de s’exprimer. Je l’ai déjà souligné et je n’ai pas le temps de passer mon temps à le répéter.

        Les avocats de M. sont payés pour suivre son dossier donc on va les laisser agir à leur guise car contrairement à nous, ils sont bien rémunérés pour prendre leur temps alors ça ne vaut pas la peine d’insister 😂😂😂

        💋

        Aimé par 2 people

      7. Happy Wednesday @Tous,

        Pour ceux qui ont du mal à ce détacher du cas @Mérédith, voilà ce qu’il faut comprendre, afin de ne plus ‘y éterniser:

        Le syndrome de la grenouille cuite : incapacité à réagir à une maltraitance subtile
        La grenouille cuite a dépensé toute son énergie à s’adapter aux circonstances et lorsqu’arrive le moment critique, elle n’a plus la force de mettre à l’abri du danger.

        https://amelioretasante.com/le-syndrome-de-la-grenouille-cuite-incapable-de-reagir-a-une-maltraitance-subtile/

        Un intervenant avait écrit: “ En ce qui me concerne la grnouille est cuite et carbonisée…😅 😂 🤣.”
        @Scarlett avait répondu : « Merci de votre réponse😅 😂 🤣”.
        Cf: https://leperversnarcissique.wordpress.com/2016/09/13/question-internaute-christophe-mais-sans-amour-il-ny-a-pas-de-dependance-affective-et-sans-dependance-affective-il-ny-a-plus-damour-pour-moi-la-dependance-affectiv/

        On peut dénoncer des contre- vérités, on peut prévenir, cependant nul ne peut contrôler autrui seulement soi.

        Next…

        Aimé par 1 personne

      8. @Historiacyn

        Arrête d’avoir toujours un mot sympathique pour la plupart des intervenants, arrête d’encourager ceux qui doutent, arrête de donner des conseils pertinents, arrête de partager ton expérience pour faire avancer, tu comprends c’est jugeant enfin! 😂😉

        Merci de ce que tu as essayé de faire pour les petites et pour tout ce que tu fais sur le blog mais étant donné que rien ne bouge maintenant c’est devenu énergivore alors 👋🏻 bonne continuation à cette famille, le mieux possible pour les petites je l’espère, je suis maman aussi je te comprends mais on ne peut que compatir hélàs, life goes on😘

        Aimé par 1 personne

      9. Tu m’as bien fais rire ma chère @Hellosunshine ! Merci 😉 Je suis passé à autre chose mais il fallait que je réponde à @Pascale… 😘💜

        Aimé par 1 personne

      10. Honnêtement ça m’a saoulé également sur le moment, à tel point que je t’ai tutoyée sans m’en apercevoir 😅😂
        Allez passe une belle journée 😘💙

        J'aime

      11. Il faut garder l’équilibre entre conseiller une personne et tenter de prendre le contrôle de ses décisions.

        Le but du blog est de conseiller. ça s’arrête là. Ce n’est pas notre vie mais celle des personnes qui témoignent. Leurs choix relèvent de leur responsabilité. Nous avons déjà une vie personnelle bien en place et nous ne vivrons jamais dans la peau des autres. On compatit mais il y a une limite, ce ne sont pas nos enfants.

        Très belle journée 😉

        Aimé par 1 personne

      12. Merci @Scarlett, quand je disais que ça m’a saoulé je parlais précisément du dernier commentaire qui parle encore de jugement car cela détourne de l’intention bienveillante initiale, et fausse le message, pour le reste j’avais déjà lâché l’affaire pour ce témoignage car tout avait été dit, bref c’est comme ça il y a pire dans la vie, je suis déjà à fond dans cette belle journée qui commence☺️
        Je suis tout à fait d’accord en tout cas, et très belle journée également😉

        J'aime

      13. Punaise moi je me méfierais à la place d’Hellosunshine avec l’expression maudite « âme soeur » 😱😱😱

        Le big love online sans vous connaître en privé…

        Bref j’dis ça, j’dis rien hein 😂😂😂

        Aimé par 3 people

      14. AHAHAH @Scarlett

        Si les PN étaient comme ma soeur de blog et moi-même tout le monde serait en totale sécurité hihihi 😉

        J'aime

      15. 😂😂😂 Je sais que tu l’aimes ce mythe 😂😂😂 Je ne crois pas non plus en l’âme sœur mais je crois en ce que j’appellerais des « âmes pairs », j’employais ce terme plus littérairement, @Hellosunshine peut dormir tranquille 😬 Ce que je veux dire c’est que je comprends très bien @Hellosunshine, dans ses mots et sa sensibilité , sans omettre qu’on est aussi différentes puisque chaque personne est unique 😉💋

        Aimé par 1 personne

      16. Bonjour @Hellosunshine, j’ai remarqué que moi aussi , je me suis laissé gagné par mes émotions , les petites m’ont fendu le cœur. J’ai vraiment été touchée. Mais c’est bien je trouve cette expérience , parce que ça se travaille , j’ai commencé à méditer pour y arriver . Pas pour devenir insensible, ce n’est pas réalisable mais pour ne pas me laisser envahir par les souffrances des autres même si ce sont des enfants. J’ai pour projet professionnel de travailler au sein de familles en difficulté, foyers de l’enfance , structures diverses. La détresse d’enfants me touche, rien ne m’enrichit plus que de tendre une main ou de voir un visage s’illuminer et d’y avoir contribué. Cela a été une faille par le passé mais je sais que c’est ce qui me rend heureuse. C’est donc à moi que pense en premier si j’apporte de l’aide à quelqu’un. J’ai toujours été comme ça, depuis petite, ma seule limite est de donner sans me prendre. Avant je donnais tout quitte à me léser. Et je crois que ça fait toute la différence. Le témoignage de @Meredith m’a montré que je dois encore travailler sur moi , et, je trouve que c’est une bonne chose, car, je crois qu’une voie professionnelle peut être une vocation , on peut y mettre son cœur mais il ne faut pas se laisser « abîmer  » intérieurement, ce n’est pas le but. C’est pareil sur le blog, dans la vie privée, certaines histoires sont plus dures que d’autres, à entendre , on propose des pistes de réflexion, des clés, on fait par de ce qui nous apparaît comme drapeau rouge, de comment s’en sortir mais c’est à chacun de faire ses choix. J’ai accepté le choix de @Meredith, ce qui m’a irrité hier c’est la réponse de plus (de trop lol) qui dit que nous jugeons , qu’il faut soutenir les intervenants , comme si ce n’est pas ce que nous tentions de faire ! Soutenir , ce n’est pas prendre quelqu’un sur ses genoux, lui caresser les cheveux et lui dire que ça va aller , qu’il n’y a pas de monstres sous son lit… Ça s’appelle cajoler , et, ce sont les enfants qu’on cajole ! Soutenir un adulte c’est lui dire la vérité même si elle blesse. Comme le dit @Scarlett , certains ont du mal à faire preuve d’assertivité , je ne blâme personne , j’y ai travaillé mais je me souviens , à mon arrivée, et peut être que @Dandoha s’en souvient , ça n’a pas toujours été le cas ! Ça se travaille ça aussi, le blog , différentes lectures , la méditation et la prière m’aident beaucoup personnellement. À chacun de trouver ses outils. Il est préférable que l’on soit plus hermétiques les fois prochaines chère soeur infp, on peut , et on va y arriver ! 😉 Belle journée à tous ☀️💋

        Aimé par 2 people

      17. Coucou chère soeur de blog,

        Je connais très bien cette hypersensibilité et cette façon d’absorber les émotions comme un papier buvard. Par contre ma démarche est un peu différente. Figure-toi que je fais un métier où je rencontre des situations difficiles, mais paradoxalement je gère très bien mes émotions au travail, sans pour autant être froide, en restant fidèle à moi-même, à mon empathie, à mon souci des autres, mais une fois la journée finie je ne suis pas en larmes, je rejoins des copines et on se prend un verre fous rires inclus, alors bien sûr qu’après travail personnel tu y arriveras. Cela fait partie du professionnalisme à acquérir pour être compétent, la juste distance est indispensable pour réaliser un travail efficace.
        Cependant, dans la vie privée, j’ai toujours cette gestion des émotions à travailler par moment, mais vraiment beaucoup moins qu’avant, de ce fait sur le blog je préfère parler avec mes tripes comme dans ma vie perso afin de me regarder en face et d’en apprendre davantage sur moi, comme cette expérience justement.
        Et paradoxalement, j’ai constaté aussi que d’exprimer mes émotions m’aident personnellement à mieux les maîtriser comme cette colère que j’estime saine au sens qu’elle touche l’innocence d’enfants un thème sensible; j’assume y être sensible oui. Ce qui m’a beaucoup couté plus jeune c’est de ne pas réussir à exprimer mes émotions, c’est comme si elles stagnaient en moi et c’était très déstructeur, j’ai été élévé pour être une femme forte mais jouer un rôle détruit, je suis beaucoup plus forte en assumant avoir des faiblesses et bosser dessus, alors maintenant sur ce plan dans le privé/vie perso/blog, je préfère que ça sorte comme ça sort au lieu que ça me ronge, surtout que c’est pas systématique, quitte à y réfléchir ensuite car je sais que j’ai cette capacité de remise en question.

        Belle journée à toi ma belle et à tous les autres 😉

        Aimé par 2 people

      18. Bonjour @Hellosunshine, hahaha ! Cela va t’étonner mais je vois de quoi tu parles encore une fois 😬 Enfant ado et jeune adulte, il m’était impossible d’exprimer mes émotions aussi, je somatisais beaucoup d’ailleurs. J’ai appris à les exprimer et les assumer aussi. J’assume tout ce que j’ai dit mais juste pour moi même j’aimerais modérer encore un peu cette vulnérabilité émotionnelle. Je mindignerai toujours contre la souffrance d’enfants ceci dit. Je suis sûre que j’y arriverai professionnellement et ton expérience m’y conforte, la remise en question de manière bienveillante nous permet de réussir tout ce qu’on veut de toutes manières ! J’ai confiance 😊 Belle journée à tous

        Aimé par 1 personne

      19. Bonjour @Historiacyn,

        Loool, tu m’as rappelé combien je somatisais enfant ado et jeune adulte, j’avais très souvent mal au ventre, une angoisse intérieure qui ne se ressentait pas à l’extérieur, prisonnière de mes propres émotions c’était vraiment ça. C’est tellement loin tout cet aspect, comme quoi en travaillant sur soi on arrive vraiment à évoluer. Effectivement tu as raison quand tu dis que pour toi-même tu devrais apprendre à mieux gérer cette vulnérabilité émotionnelle, moi également. Je ressens aujourd’hui mon hypersensibilité comme un don qui me permet de faire preuve de plus d’empathie, non pas que je veuille être la plus empathe du monde à la limite j’aurais été aussi bien en étant moins sensible mais tout simplement comme quelque chose qui m’est intrinsèque. Je suis comme ça donc au lieu de jouer un rôle de femme forte différente de qui je suis, j’ai du faire ce constat, me regarder en face, pour ensuite agir pour m’améliorer et en faire une force afin que ça ne me joue plus de vilains tours dont je me passerai bien et me sentir forte pour de bonnes raisons. En tout cas l’excès n’est jamais bon et se renforcer, notamment niveau estime de soi et confiance en soi est primordial pour arriver à un équilibre.

        Belle journée à tous 🦋

        Aimé par 1 personne

  26. Bonjour à tous, il y a quelque chose de bien surprenant dans tout cela, je trouve… Il n’y a que moi qui suis étonnée de l’attitude de @Meredith ? Nous avons insinué des faits graves sur mineures et… @Meredith n’est pas surprise, @Meredith n’est pas sur la défensive, @Meredith ignore complètement ce qu’on dit à ce sujet, elle n’en parle même pas… Si on accusait le père de mon enfant de faire quelque chose d’aussi horrible alors que je sais que c’est faux ou qu’au moins , je n’ai pas de doute à ce sujet, je dirais aux autres qu’ils se méprennent. @Meredith ne répond plus qu’à ceux qui lui donnent des conseils pour ELLE… Après nous avoir raconté une sodomie dans « son sommeil « , elle nous dit qu’elle ne peut pas se mettre à nue ? @Meredith ne nous dit pas tout… De deux choses l’une : Soit au fond d’elle, elle sait et se ment , comme une dépendante affective sait si bien le faire, soit elle ne veut pas savoir ! Je ne sais pas mais ça m’interpelle cette attitude ! Surtout quand on sait que le PN est maître pour nous faire endosser le rôle de complice que ce soit consciemment ou non… C’est vraiment le plus glaçant des témoignages que j’ai pû lire pour le moment… Je plains ces petites de tout mon cœur ! 😨

    Aimé par 5 people

    1. Tout à fait Historyacin…;-)…il semble que les personnes qui suivent les réponses de ce témoignage et qui sont interloquées par le calme digne et froid de la principale intéressée soient, selon certaines lectrices, « dans le jugement ».

      Soit.

      A chaque belle âme sa compréhension de l’histoire ! Personne n’est dans la tête de de l’autre.

      Aimé par 3 people

      1. Bonjour à tous,
        Je comprends enfin ce qui me gêne dans ce blog et permettez moi une dernière fois de m’expliquer même si ma façon de penser ne rejoint pas la vôtre.
        A Isabel qui cite « les émotions sont un luxe inutile » ou Historiacyn qui me parle de mes enfants…, je veux juste re-affirmer que ce sont les émotions -l’accés à la colère surtout – que je n’éprouvais pas, complètement refoulée de par mon vécu, mon histoire personnelle, qui m’ont permis d’apprendre à me défendre, et donc de POUVOIR AUSSI DEFENDRE MES ENFANTS, car tout est lié… ce qui m’a aidée, ce sont deux livres principalement « la puissance des émotions » de Michelle Larivey et « Notre corps ne ment jamais » d’Alice Miller, et tant d’autres…sur la dépendance affective et l’amour de soi.
        Après, je comprends très bien tout ce que vous dites « si bien et si rationnellement « dans ce site, car une fois que le travail émotionnel aboutit à « des sentiments conscients », la raison est plus claire. Mais je ne pense pas que ce cheminement de guérison et de changement puisse être fait juste avec des conseils -aussi éclairants soient-ils – venant de l’EXTERIEUR. C’est insuffisant car l’enjeu est de retrouver une autonomie INTERIEURE. Je m’arrête là, j’aime bien ce site mais je trouve qu’il ne peut aider ou conforter que les personnes qui sont déjà « autonomes ».
        Je n’ai pas cherché à cajoler Meredith, je crois qu’elle « bouge » mais elle ne peut qu’aller à son rythme. Rien n’indique qu’elle ne défende pas ses enfants ou qu’elle n’a pas compris l’enjeu de les défendre et protéger…
        Merci à vous tous. Je me tiendrais en retrait désormais.

        Aimé par 1 personne

      2. Pascale75,

        L’échange de points de vues est toujours intéressant à partir du moment où cela fait avancer les choses.

        Vous mettre en retrait, c’est votre choix, votre droit. C’est dommage.

        Je ne comprends juste pas le pourquoi de votre « capitulation » ni ce qui vous gêne dans un espace de libre expression, modéré de surcroît par la créatrice de ce blog.

        Il me semble, depuis des mois que je lis les posts qui se succèdent, que justement, l’esprit qui règne ici a souvent contribué à une reprise d’autonomie pour bien des lectrices en détresse.

        Mais effectivement, cela ne s’est pas toujours fait en douceur. Vous avez raison.

        Bien à vous,

        Isabel

        Aimé par 1 personne

      3. Bonjour @Pascal, c’est votre opinion. Si vous voulez vous mettre en retrait c’est votre choix. Je ne polémiquerai pas davantage. Bonne continuation

        J'aime

      4. Bonjour

        Si vous n’êtes pas en accord avec la politique de mon blog, vous êtes effectivement libre de vous tenir en retrait.

        Le jour où une personne sponsorisera mon blog ou participera à la rédaction des articles… Elle aura aussi son mot à dire sur ma ligne éditoriale. En dehors de ces deux cas, je reste maîtresse de mes écrits.

        Personne n’était avec moi quand j’ai traversé mon enfer. Idem quand j’ai lancé ce blog. Depuis, je suis soutenue par des personnes qui croient encore que tout être humain peut se sortir du trou quand il le décide.

        Celui n’est pas content ne commente pas.

        C’est simple.

        Aimé par 3 people

    2. Bonsoir historiacyn, bonsoir à tous,
      Je prendrai mon temps pour vous répondre concernant mes enfants.
      J’essaie de faire la différence du vrai et du faux. Ce qui est et ce qui pourrait être.
      Je m’en prends déjà pas mal dans la tête au quotidien… vous ne trouvez pas ?
      Je ne pense pas qu’il y a actes déplacés envers mes enfants. Par contre une pression Psy forte et un travail d’aliénation parentale c’est clair.
      C’est la mon combat. En attendant d’être enfin libre. Et c’est pas facile d’arriver en fin de journée et de voir votre enfant qui ne sait pas pourquoi il est en colère contre vous. Ou plutôt de le savoir…
      Quant au ghb, je n’y avais pas du tout pensé… comment penser qu’une telle chose pourrait arriver… et comme je préfère me renseigner sur les choses avant d’en parler, j’ai exploré cette piste. Pour tout vous dire, si un produit à été utilisé à mon encontre ce serait plutôt un médicament. Il en a plein pour dormir. Mais j’y crois pas.
      En tout cas merci pour vos retours, dans ce genre de relation on se débat comme on peut et ça rend fou, parano…
      Je vous embrasse

      J'aime

      1. C’est bien ce que l’on vous dit @Meredith : VOUS N’Y CROYEZ PAS et cela ne vous sert pas vos filles et vous. C’est mon avis, je le maintiens. Nous sommes arrivées au terme de ce que nous pouvions nous dire je pense, nous tournons en rond , c’est à vous de décider de votre avenir. Bon courage, prenez soin de vos filles et vous.

        Aimé par 1 personne

  27. @Scarlett, @Historiacyn,

    En effet c’est tout à fait le cas. Ma façon de procéder dans mes échanges ici fait partie de ma technique professionnelle. C’est d’ailleurs pour cela que je dis toujours que je ne fais de RIEN une affaire personnelle, les faits que les faits et le pragmatisme, pour moi chaque histoire ou témoignage est un cas rien d’autre.
    Je ne dors pas avec les problèmes des autres même si la vie d’enfant est en jeu, un viol reste à mes yeux un drame juridique à résoudre, idem pour un crime ou une infraction, donc je ne conseille à personne de procéder comme je fais .

    xoxoxo

    Aimé par 2 people

    1. Oui et tes conseils sont totalement pertinents. Maintenant, tout dépend de ce que la personne est venue chercher au départ. Si c’est la vérité, tout se passe bien. Si c’est une validation ou encore de la complaisance, ça ne passe pas forcément. Et d’ailleurs, ça ne passera avec personne d’autre qui tiendra un discours sincère.

      ça n’a rien à voir avec ta personne mais avec le fait que l’interlocuteur (trice) a un problème pré-existant avec son impuissance (absence d’action) dans sa vie. Tu n’es qu’une projection, une cristallisation de leur propre peur de voir la vérité en face.

      Une fois de plus, ceci n’est qu’un mécanisme de défense. Je ne pense même pas que ces personnes se rendent compte du processus. Elles ont l’habitude de se réfugier derrière le « méchant PN », avant lui, c’était probablement le « méchant X ». Bref, c’est de la « faute » de tout le monde sauf elles. Les dépendants affectifs sont toujours dans 2 extrêmes :

      – Je suis le « monstre » = ça les dédouane de leur réalité
      – Je suis la « victime » et je ne peux rien y changer = ça les dédouane de leur réalité

      Donc il faut un bouc émissaire pour que ça tienne. Logique qu’en face, il y ait un pervers narcissique. Les deux profils ont trop de points communs.

      L’autre partie des personnes qui comprennent est composée de ceux qui savent que ce n’est pas une question de « faute » mais de « maturité » et de « prise de responsabilité » = pas besoin d’un bouc émissaire puisqu’elles assument leurs choix et les conséquences de ces derniers.

      L’humain 😉

      xoxo

      Aimé par 3 people

      1. C’est exactement cela.
        Faut bien crever l’abcès, et les commentaires qui nous piquent ont le mérite de nous indiquer où cela fait mal. Votre blog a la richesse de l’experience et du recul sur du concret, du tangible. Quand le cheminement interne commence, on se rend compte de l’harmonie d’ensemble de tous les commentaires. Des commentaires pansements ca fait du bien mais cela ne guérit pas forcement une plaie, faut désinfecter aussi, assainir si ON VEUT guerir.

        Aimé par 1 personne

  28. Mesdames, sincèrement désolée de vous avoir froissées dans mes propos certainement trop soft, au vu de la situation de Meredith,
    vous avez l’esprit d’analyse bien plus aiguisé que moi, je ne suis pas spécialiste,
    je voulais juste donner un peu d’ESPOIR à Meredith, chaque situation, chaque histoire est bien sur différente, si je me suis permis de raconter celle de ma fille, c’est dans l’unique but de lui apporter un peu de COURAGE, et il lui en faudra, (je me souviens que trop bien du vide dans les yeux de ma fille au début de sa séparation, de sa non réaction face à  » l’autre », des crises du petit d’à peine 3 ans, (il fallait le tenir pour qu’il ne se blesse pas…), des automutilations de l’autre petit de 5ans, (il se griffait, se mordait à sang), et j’en passe car je suis persuadée que ma fille ne m’a pas raconté le pire, pour me préserver…
    NON je ne cautionne pas l’inceste, Ni la sodomisation non consentie, il est évident que Meredith doit se sauver avec ses 2 filles, pour ses 2 filles, pour leur avenir,
    il semblerait qu’elle est entamée une procédure de divorce, j’espère qu’elle a un bon avocat, C’est Important Meredith, pour la suite des procédures, Scarlett a rédigé un listing d’avocats spécialisés, MILLES MERCIS à elle, c’est d’ailleurs grâce à ce blog que enfin nous avons pu sortir la tête de l’eau, pour mieux comprendre, et AVANCER….
    Bien à vous

    Aimé par 3 people

    1. Bonjour @Nath, je comprends votre démarche, elle part d’un bon sentiment. Vous ne m’avez pas froissé du tout, pour la simple raison que je n’ai pas pris personnellement votre commentaire. Quand je donne mon opinion, c’est certes avec la compréhension que j’ai de mes co-intervenants de par mon vécu mais je fais de mon mieux pour éviter les projections qui « polluent » plus qu’elles n’aident à mon avis. Mais chacun son avis, chacun ses mots , chacun sa sensibilité, tout est dit dans le respect et dans l’intérêt du témoin, même si tout ne lui fait pas plaisir . Par contre, je suis entièrement d’accord avec le message que vous voulez transmettre à Meredith, et je n’ai lu personne qui en disconvienne. Il est toujours possible de s’en sortir. Je crois que tout le monde ici peut lire les interventions et s’exprimer. Mais il serait bien de laisser le concerné seul s’offusquer, s’indigner, s’énerver, si il en ressent le besoin. Sinon c’est polémiquer et pour des intervenants dépendants affectifs, sous emprise , ça ne fait que les embrumer davantage. On sait qu’ils préfèrent être consolé ,confortés , rassurés. Mais honnêtement, un DA ne se réveille pas dans la douceur. En tous cas ce n’est pas ce qui m’a personnellement réveillé et je ne n’en connais aucun qui se soit réveillé sans arriver à la frontière entre la vie et la mort ou sans un électrochoc … @Meredith s’en approche tous les jours plus, de cette mort (psychique au minimum) nous avons tenté ce qu’il nous était possible pour la confronter à cette réalité. Pour l’instant ce n’est pas fructueux mais qui sait… @Merdith est intelligente. Elle a compris , elle ne veut pas y encore y croire. Il lui appartient d’attendre son dernier souffle de vie pour agir ou d’abréger leur calvaire à ses enfants et elle . Ce que je veux dire c’est que tout le monde peut faire passer son propre message sans tenter de decridibiliser ou de diaboliser celui des autres. Le DA ne fonctionne qu’en prenant ce qui l’arrange , donc , il zappera « les méchants commentaires  » et se complaira avec le soutien des quelques uns qui ont pris sa défense. Le DA est aussi immature, il faut le savoir, intervenir à sa place c’est continuer de l’infantiliser et je ne suis personnellement pas pour. 😉 Je souhaite à vos petits fils et à votre fille une solide reconstruction et de vivre en paix intérieurement. Votre soutien leur ait précieux. Bonne continuation et bonne journée madame.

      Aimé par 1 personne

  29. Bonjour à toutes et tous,
    Meredith, je suis moi aussi surprise de la lenteur de la procédure. Ayant moi même divorcé, il n’y a besoin que de peu de papiers communs, les photocopies d’impôt sur le revenu de souvenir…., le livret de famille (vous pouvez avec celui que vous avez faire une demande pour en avoir un uniquement pour vous dans la commune de votre mariage, c’est très rapide) , vos fiches de paie et papiers personnelles (retraite…) , le reste, c’est une autre page d’un autre livre. Vous repartez sur du « vierge » si je puis dire. A l’époque, j’ai fait une demande de divorce, une semaine après mon ex mari avait le papier dans la boite aux lettres, j’ai fait une déclaration écrite avec mon avocat de mon départ du domicile (pendant la procédure). A l’époque mon avocat m’avait stipulé que le divorce pour faute n’existait plus..d’ailleurs.
    Je ne veux pas vous faire peur mais j’imagine qu’un divorce avec un pn n’est pas de tout repos, mais je comprends pas bien j’avoue que les choses ne soient pas plus simples et accélérées. De toute façon, que vous preniez votre temps pour partir ne changera rien à la rage narcissique que vous allez de toute façon être obligé d’affronter à un moment donné ou un autre.
    Courage vous serez soulagée une fois dans votre « chez vous » et vos filles vont enfin retrouvées le sourire…

    J'aime

  30. @Scarlett,

    Tu penses: “Les avocats de M. sont payés pour suivre son dossier donc on va les laisser agir à leur guise car contrairement à nous, ils sont bien rémunérés pour prendre leur temps alors ça ne vaut pas la peine d’insister 😂😂😂”.

    Girl je vais te faire une confession, je me suis demandée est ce qu’ils n’étaient pas payés avec l’AJ vue la “lenteur” je devrais dire le “ slow motion  » de la procédure…. 😂😂😂😂😂😂.

    Bon okay je sors😂😂😂

    xoxo

    Aimé par 1 personne

    1. @Dandoha

      Ce qui est sûr, c’est que ce sont des professionnels rémunérés, soit à la hauteur de leur investissement, soit à la hauteur de leur « non investissement » 😉

      Tout dépend du montant des honoraires. Mais perso, si je paye, c’est pour un résultat et rapide avec un tel énergumène sur le dos. Quel avocat digne de ce nom ne verrait pas la manne dans cette affaire, du côté de Meredith ? Je ne suis pas avocate mais je vois clairement les points forts de son dossier et il y en a 90%. Tout est en sa faveur, surtout en France où la mère est sanctifiée. Il lui suffit de surfer sur cette vague de la « mère marthyr » et c’est dans la poche.

      Mais je ne suis pas rémunérée pour être avocate donc je passe mon tour 😉

      Xoxo

      Aimé par 2 people

      1. Happy Thursday My@Scarlett,

        Optimiser tu as absolument raison. 400€/heure normalement en moyenne la consultation, je dis bien en moyenne.

        Soit le client négocie un forfait ou encore est en mesure de percevoir l’AJ. Pour les citoyens français.

        1°) Tu obtiens un ordre de restriction avec un référé tout chaud sorti de chez le greffier, auprès du JAF
        2°) Demande de divorce pour faute avec plaintes à l’appui, pour viol et tentative d’empoisonnement 😉
        Résultat le mec fini immédiatement hors de la maison avec en prime incarcération à la clé ( préventive)
        3°) Saisie sur salaire de pension alimentaire pour chaque enfant+ droit de garde exclusif à la mère ( encore faut il qu’elle comprenne qu’un PN n’est et ne sera jamais un père qui plus est un violeur)
        4°) Dommages et intérêts pour préjudices et traumatisme
        5°) Frais de justice à la charge du défendeur

        Et ce ne sont que les grandes lignes… Puis j’entâme une action au pénale derrière ou en même temps.
        Jeu set et Match…

        Just sayin’

        Aimé par 1 personne

      2. Le voilà, le menu du jour pour le PN qui s’est cru tout permis !

        Tout est servi sur un plateau d’argent. Il a commis tellement d’erreurs qu’il n’y a plus qu’à se servir. Je ne suis pas certaine que les avocats aient vraiment dit qu’il n’y avait pas de preuves ou ils n’ont pas eu la même version que nous.

        Bref, have a good day xoxo

        Aimé par 4 people

      3. @Scarlett,
        Je te garantis qu’avec un dossier monté aux petits oignons et cardamome l’avocat du batard m’aurait appelé tous les jours pour négocier une issue plus humaine de l’affaire pour son client. Si ça se trouve j’aurai eu à ouvrir un numéro vert exprès pour lui.

        Non seulement je l’aurai sabré mais plumé comme il se doit.

        Again you teach people how to treat you.
        xoxoxo

        Aimé par 2 people

  31. @Dandoha, j’ai fait tout que tu as cité précédemment, assez contente de la première partie JAF, la suite est en attente, en sachant que je ne suis pas concerné par le viol d enfants, ils y ont échappé, d’ailleurs si cela avait été le cas, je ne pense pas que j’aurai eu la force de témoigner sur ce blog.
    Pour le coup, je suis un peu dépassée, alors je préfère le thé et les petits gâteaux…
    Car comme l’a dit Meredith, elle est juste venu verbaliser, ce qui pour moi à cette étape n’avait pas lieu d’être tant que le danger n’était pas écarté pour les enfants.

    Mais ayant mis mes enfants en danger également, avant d’intervenir et échanger sur ce lien toxique, (enfants qui vont nettement mieux depuis le départ du PN,et grâce à une bonne thérapie familiale pour recréer ou créer du lien et faire que chacuns reprenne sa place), je me modère, même si mes intestins se sont nouées en pensant aux enfants, Les miens les tiens Meredith, dans ces témoignages).

    Les avocats c’est une choses, et il y a des professionnels de santé qui peuvent constater et signaler des faits à l’hôpital…, c’est difficile de voir écrit dans ce cas, je prends le temps, je n’ai pas la force, la il faut juste devenir folle, fuir et agir dans le cadre légale et après tu prends ton temps, tu déprime.

    Meredith a besoin d’être validée, besoin que je connais bien, dont je me suis éloignée a 89%.

    J’espère que tu réagira et prendra le temps pour tes filles réellement.

    Elles ne sont pas nos enfants, mais les enfants de la terre, s’il en était autrement nous pourrions dénoncer cela.

    Je crois avoir eu le déclic de devoir sauver mes enfants, lorsque cette femme proche de nous 2, m’a signalé avoir décelé des similitudes dans le comportement de mon pn avec mes enfants a ceux de son père qui l’avait violé étant enfant, des comportements qui semblaient anodins pour des regards extérieurs, et à l’époque je n’avais aucunes idées de ce qu’il était, et ce que j’étais.

    Il y a de l’espoir je crois pour ces enfants.

    Bien aux enfants et a vous

    Aimé par 2 people

  32. Happy Monday @Everybody

    J’ai précédement démontré le risque du GHB et autres drogues du violeur du même type, suite à ce témoignage .
    Je me permets de vous poster à titre préventif cette video qui malheureusement n’est pas en français , mais ceux qui comprennent l’anglais ou simplement visionneront les images pourront se faire une idée concrête de l’état d’une victime et mieux comprendre la description faites par @Mérédith et qui m’a permise d’affirmer mes propos:

    Sachant qu’un homme averti en vaut deux 😉

    J'aime

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s