[Témoignage] Salomé : « Je me suis mariée en 2011, et depuis ce jour, je ne sais plus ce que c’est qu’être heureuse »

Amis lecteurs,

Après une petite pause estivale, voici un nouveau témoignage de la lectrice Salomé que je remercie pour sa participation.

Je souhaite saisir l’occasion de ce récit pour démontrer à quel point il est important de lire les SIGNES et de se faire suffisamment confiance pour les accepter d’une part, et d’autre part, agir en fonction de ces signes.

Et dans le cas de Salomé, on voit un certain nombre d’indices qui lui permettent de dire stop au processus à chacune des étapes. De la rencontre avec ce funeste personnage à « l’abandon » ultime, tout était gravé dans le marbre et il était évident que cet homme n’avait aucun sentiment pour elle. Même pas la compassion minimale puisqu’il n’hésite pas lui-même à exposer son « épouse ».

Chez Salomé, on retrouve cette incapacité à déterminer ce qui est bon pour soi, agir en fonction de cette unique loi qui est le socle de notre épanouissement (amour et respect de soi) puis à comprendre qu’une tierce personne ne saura jamais ce qui est meilleur pour nous. C’est nous qui savons (ou qui devons faire l’effort de le savoir, en tout cas^^) ce qui nous correspond, ce qui sert notre sensibilité et ce qui va nous heurter. L’autre, ici le mari, peut être bien intentionné… ou pas ! Cela lui appartient. Tout comme il appartient à chacun d’entre nous de prendre soin de lui/d’elle.

Salomé n’a pas fait le lien de cohérence dans le profil de son mari et il est possible que bon nombre d’entre vous ne le fassent pas non plus. Une personne qui vous fait du mal… ne peut pas, dans le même temps, vouloir votre bonheur. Attention aux projections illusoires. Si cette personne commet des actions qui vous heurtent, il est impossible qu’elle « prenne soin de vous » en parallèle.

Si vous pensez de cette façon, il faut impérativement rechercher la création d’un lien traumatique initial dans la relation parent/enfant. Typiquement, un parent abusif qui tient des discours « d’amour » envers son enfant. Évidemment, cet amour est manipulé, la relation est faussée. Un mari qui entretient une liaison en faisant croire le contraire à son épouse, qui la rabaisse devant sa famille, qui la laisse pour compte le fait parce qu’il a l’intention de la détruire au pire ; au mieux, il a décidé de vivre sa vie sans s’encombrer d’autrui mais pourquoi ne pas donner la liberté à cet autrui de rencontrer un meilleur partenaire ?

Votre vie vous appartient, les amis ! Ne la laissez pas aux mains de pervers qui abusent de votre confiance et vous dépouillent de toute dignité.

Aimez-vous, respectez-vous et le reflet dans le miroir sera différent.

Je me suis mariée en 2011, et depuis ce jour, je ne sais plus ce que c’est qu’être heureuse. Pourtant, mon mariage m’apparaissait comme une évidence, car mon époux, je le connais depuis que j’ai 14 ans. Il m’a été présenté par ma meilleure amie qui était alors sa petite amie (je sais, c’est un peu tordu, mais là déjà, il a commencé à me manipuler, car il a vu ma fragilité).

Nous sommes devenus amants à mes 20 ans, quelques mois après la rupture entre ma copine et lui, à l’initiative de ma copine qui disait alors ne pas l’aimer. Je l’ai moi-même annoncé à cette dernière qui jusqu’à aujourd’hui ne m’a toujours pas pardonné.

Un an après le début de notre relation, il s’est expatrié, en me faisant la promesse qu’on se retrouverait. Il est revenu 4 ans plus tard, et ce furent 4 années de love bombing (il est tout de même revenu avec des photos de trois des copines qu’il avait eues là où il vivait, je m’en suis offusquée, sans aller plus loin)

Trois ans plus tard, il repartait, pour revenir cette fois tous les ans, une fois. J’ai souvent lu sur ce blog que les PN sentent les choses. C’est vrai, je confirme. Parce qu’au moment où j’ai voulu mettre un terme à cette histoire qui me paraissait sans issue, il m’a annoncé qu’il reviendrait, et qu’on ferait le mariage.
Je veux vous dire que j’ai eu du mal à évaluer ce qu’il m’a financièrement coûté, ce mariage, tellement j’y ai mis des sous (j’ai appris récemment que sa maîtresse aurait fait des emplettes pour le mariage). Lui, il comptait et contrôlait tout au franc près. Je ne voyais rien et trouvais cela normal.

Pourtant ma mère m’avait mise en garde sur ma belle-mère, et de ne pas faire pour le mariage, des dépenses qui incombaient à mon futur époux. Si seulement nous écoutions nos parents.
Le mariage a eu lieu dans ma famille, dans mon village. Durant la cérémonie, j’étais intriguée par le visage fermé de ma belle-mère et tout le monde autour de moi l’a aussi remarqué. Elle s’est emportée à un moment donné, devant mes parents, mon époux a fait mine de me défendre, mais c’était leur jeu à eux deux.

Plus tard, j’apprendrai qu’elle a tenu les propos suivants, pleins de malveillance, le jour-même du mariage : « Elle est contente parce qu’elle s’est mariée hein, beh qu’elle sache que ce n’est que le début, elle va voir ce qu’est le mariage, et je ne donne pas deux mois à mon fils pour avoir une seconde femme« .

J’étais tellement choquée par ces paroles que j’ai dit à mon époux : « Je ne serai la deuxième femme de personne, et certainement pas de toi. Je ne gèrerai pas ta mère plus que je ne l’ai déjà fait, alors prends ta bague et ta mère, et laissez moi tranquille« .

Mais le doute était jeté, hélas, et à partir de ce moment, je n’ai plus eu la paix. J’épiais tout, ça m’a permis de constater qu’il s’éclipsait quand il recevait certains coups de fil, et quand je m’approchais, il raccrochait.

Le jour de son départ, il m’a laissé son téléphone, et là, coup de tonnerre. Je tombe sur un message qu’il n’avait pas effacé (n’était-ce pas volontaire?) : « Bonjour chéri, pense à voir tata Jeanne. Tu me manques, je t’aime. »

Commencèrent alors mensonges et mépris. Qui est-ce ? Réponse : une fausse histoire, je vais y mettre un terme.

– Pourquoi t’es-tu marié en traînant une histoire comme ça ?
– Je comptais y mettre un terme dès mon retour, si tu n’avais pas fouiné, il n’y aurait aucun problème.
– OK, mets-y un terme de suite.
– Non, c’est pas aussi simple, il me faut du temps.
– D’accord, tu sembles tenir à elle, mettons un terme à notre mariage. Je pense que c’est mieux ainsi.
– Non, je tiens à mon mariage.

Et patati, et patata.

Je vous passe le choc, la culpabilisation, ses mots durs bien pesés pour me faire mal.

Trois jours après mon coup de fil, il n’y avait toujours pas mis un terme. Il me semblait qu’il n’en avait d’ailleurs aucune intention.

J’ai pris sur moi d’appeler sa maitresse, qui s’est fait un plaisir de me raconter leur histoire vieille de deux ans au moment de ma découverte. Il a nié tout en bloc, me traitant de femme immature (j’avais alors 35 ans, j’en ai 39 aujourd’hui, lui 43), allant jusqu’à me dire que je ne l’aimais pas assez, autrement j’aurais plus de compassion pour lui. Que je ne le comprenais pas, et qu’au fond il souffre plus de la situation qu’il n’y paraît.

Seulement, il a continué de vivre avec elle, pendant que moi j’étais seule. Il ne décrochait pas le téléphone quand je l’appelais, au prétexte qu’il ne fallait pas accentuer les problèmes avec sa maîtresse, qui d’après lui aurait pu le tuer, que c’est ma faute si on en est là.

Je pleurais tous les jours (au boulot, à la maison), et lui, plutôt que de me calmer, m’accablait davantage. Il me parlait avec mépris. J’ai souffert ainsi au téléphone durant un an. Et puis, j’ai lâché prise, j’ai dit OK, je vais me construire toute seule (je dis bien construire, parce que ayant vécu toutes ces années par lui, selon lui et pour lui, je n’avais rien construit).

Je suis sortie du domicile conjugal, il est revenu me récupérer, au grand dam de ma sœur qui ne l’a jamais senti. Mais rien n’avait changé. C’est alors que je suis tombée enceinte. Je pensais donner ainsi un autre souffle à notre relation. Hélas, un mois après le début de ma grossesse, sa maitresse m’appelle pour m’annoncer qu’elle vient de donner naissance à un garçon. Le choc, je ne vous dis pas. A la question pourquoi ne m’as-tu pas dit que ta maîtresse attendait un enfant ? Il me répond : « Ce n’est pas moi qui porte l’enfant, elle m’a piégé« .

J’ai passé 9 mois de grossesse pénibles, à pleurer, à errer seule dans mon appartement, à me demander pourquoi. J’ai même envisagé une IVG, mais je me suis reprise.

J’ai financièrement assumé seule ma grossesse, ainsi que les préparatifs et l’accouchement. C’était très dur, surtout quand je me disais qu’il dépense ailleurs les sous qu’il ne dépense pas pour mon enfant et moi. J’étais la femme, mais j’avais le traitement de la maîtresse.

J’ai entamé le divorce, il m’a amenée à suspendre la procédure à coup de menaces voilées. En fait, je n’étais pas financièrement prête à nous assumer ma fille et moi. Sa mère m’a plusieurs fois insultée, sans qu’il ne dise grand chose (une autre PN en puissance).

Je suis à la recherche d’un logement pour ma fille et moi. Je compte aller au bout de ma procédure de divorce avant la fin de cette année.

J’ai coupé tout lien avec sa mère depuis bientôt un an (c’est la deuxième fois) et avec son père depuis le début de l’année. Bref, je n’ai plus de lien avec aucune personne de sa famille. Avec lui, je suis en no contact depuis un mois. Je l’ai bloqué sur Whatsapp, mais il change souvent de numéro. Quand je reconnais sa voix, je raccroche.

Il a fait une demande de nationalité, mais ni moi ni ma fille n’y figurons. Il m’a dit que c’était pour faciliter sa procédure, Dandoha qui est calée en droit peut-elle me confirmer cela?

Aujourd’hui, je me sens bien, je ne suis plus souvent malade, et ma sœur m’a dit que j’ai pris du poids. Grâce à ce blog découvert en début d’année, j’ai pu finir un travail que j’ai entamé depuis un bon bout.

Merci à toi Scarlett, ainsi qu’à tous les intervenants.

Publicités

9 réflexions sur “[Témoignage] Salomé : « Je me suis mariée en 2011, et depuis ce jour, je ne sais plus ce que c’est qu’être heureuse »

  1. Aaaah… Enfin une lecture sans misérabilisme et avec des actes ! Ça me fait du bien.

    Et bien, vous vous en sortez plutôt pas mal, Madame ! Certes, tous les signes avant-coureurs étaient là.
    – Monsieur a vu en vous une épouse patiente, docile et prête à l’attendre.
    – Mon petit doigt me dit que Maman PN, sentant que ce n’était pas le bon filon (et en bonne mère PN), vous a utilisée dans son jeu incestuel et de triangulation avec son fils, tout en sentant que vous n’étiez pas femme à rester 30 ans l’épouse devouée de son goujat de rejeton.

    Double haine, double peine, Double PN.

    Vous avez bien fait de virer ces individus de votre vie. Éloignez-en votre fille, travaillez sur vos auto-illusions, sur ce que vous pouvez améliorer chez vous pour atteindre une parfaite autonomie emotionnelle, et prenez soin de votre petite. Une fois que vous saurez vous aimer, vous lui apprendrez le respect de soi. Puis, éventuellement et lorsque vous le voudrez, vous trouverez une relation saine et mature.

    Car oui, contrairement à ce que l’on croit – l’amour, ça s’apprend.

    Aimé par 7 people

    1. Merci Déborah
      Il m’a en effet fallu beaucoup de courage. J’ai déménagé de la maison dans laquelle il m’avait laissée, et dont, (oh my god) le bail était au nom de sa mère.
      Les choses sont un peu plus simples à mesure que le temps passe. Mais il me reste un important travail à faire sur moi. Il faut que j’en finisse avec la procédure de divorce, et ça, c’est le moins simple.
      Encore merci pour tout.

      J'aime

  2. Bonjour @Salomé, vous avez compris à qui vous avez à faire et vous êtes déterminée à vous en sortir. Je vous souhaite la réussite dans toutes vos démarches afin d’y parvenir. Car si j’ai bien compris vous cherchez un logement pour votre fille et vous, ce n’est donc pas encore effectif. Si vous cherchez un logement, battez vous, harcelez le bailleur , ça accélère les choses croyez moi ! Évidemment travaillez sur vous pour repérer et ne plus accepter ce genre d’énergumène ! Bien à vous

    Aimé par 1 personne

  3. Bonsoir Salomé. Vous avez fait le plus dur accepter de vous délivrer d’un mari qui ne vous a jamais aimé. Je vous souhaite de trouver très vite un logement, d’apprendre à vous aimer, de chercher au plus profond de vos entrailles qu’est ce qui a fait que vous avez été aspiré dans une relation telle ? Un grand travail est nécessaire lorsque je pense le « viol émotionnel » fût de la partie. Vous avez votre part de responsabilité, et c’est cette part qui vous fera travailler sur vous et qui est la plus enrichissante. Quand vous aurez trouvé le chemin de la sérénité, tout vous apparaîtra de façon quasi limpide. Et c’est en ce jour là que vous pouvez rayonner auprès de votre fille. La seule personne la plus à même de prendre soin de vous c’est vous , cette phrase est très importante disons l’a été pour moi dans le chemin de la reconstruction. Quand vous aurez appris à vous accepter et vous aimer telle que vous êtes sans personne, vous pourrez et je vous le souhaite reconnaître et surtout entendre votre petite voix intérieure. La vie est faite de mauvaises personnes qui parfois le destin nous oblige à rencontrer, n’est ce pas finalement une partie nécessaire pour nous réveiller, réveiller celle qui en nous ? Ne vous embarassez pas de culpabilité inutile et la vie c’est devant toujours devant, le passé ne sert qu’à nous montrer le chemin de l’avenir. Je vous souhaite beaucoup de bonheur auprès de votre fille, il y a de belles personnes sur cette terre également.

    Aimé par 1 personne

    1. Tout à fait Dory25. Ce problème m’a permis de comprendre que je manquais de confiance en moi. Je travaille à la construire. Et aussi j’attendais beaucoup de mon partenaire. Aujourd’hui, j’attache beaucoup d’importance à prendre soin de moi, moi-même. C’est très agréable, à chaque fois que je franchi un cap. J’apprends vite, donc je sais que je ne vais pas tarder à combler mes retards.

      Merci pour votre commentaire.

      J'aime

      1. Quand on change de perspective et qu’on accepte pleinement la responsabilité de nos vies – aussi bien pour le positif que le négatif -, on devient enfin CO CREATEUR de son existence. Donc au lieu d’en faire un enfer, on construit un paradis 😉

        Aimé par 1 personne

  4. Bravo ! Vous avez gardé cette enfant et vous la rendrez heureuse, loin de ces personnes sans émotions ! Ils ne lui apporteront rien et je vous donne toute ma.force pour la laisser éloignée d’eux. Vous avez percuté, c est la clé, ce n est pas chose facile tous les jours mais votre lucidité vous aidera ! Je vous souhaite tout le bonheur du monde à vous deux, ca va être génial sans ces êtres destructeurs et vous y arriverez grandement ! Si je vous dis cela c est que moi j ai avorté sous la pression d une tentative de suicide, sous la pression d un homme que je pensais aimer et qui semblait si sincère et triste quand il me disait que ce n’etait pas le bon moment. Plus tard, qqs jours après l avortement, j ai appris qu il était avec une autre, richissime et qu il était sur le point d emmenager avec elle quand je lui ai appris ma grossesse. J étais tellement faible psychologiquement que je n imaginais pas avoir la force de rendre heureux cet enfant seul dans un autre pays en plus de me battre contre les demons de son père que j aimais (mon père a moi me frappait occasionnellement). Aujourd’hui j ai compris avec qui j avais affaire, qu elles étaient mes failles et je pleure souvent … de cette décision. J ai 35 ans aujourd’hui et je ne sais pas si je tomberai enceinte une nouvelle fois, je ne fais plus confiance et je suis vieille. Rien ne changera ce que j ai fait, je peux juste vous dire que vous irez bien mieux, que votre mariage sera de l histoire ancienne, et que vous aurez suffisamment de force pour votre enfant et, dans les moments de faiblesse ou de doute je vous envoie toute la mienne, pour vous deux. Prenez soin de vous et bravo !

    Aimé par 1 personne

Partagez votre opinion !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s